Navigation – Plan du site
Articles

Les différentes versions de la « découverte » du clitoris par Helen O’Connell (1998-2005)

Entre restitution scientifique et vulgarisation médiatique
The different versions of the clitoris "discovery" by Helen O’Connell (1998-2005): between scientific restitution and media popularization
Alessandra Cencin

Résumés

Entre 1998 et 2005, l’urologue australienne Helen E. O’Connell publie une série d’articles scientifiques restituant les recherches qu’elle a menées sur l’anatomie du clitoris. De façon singulière, elle inscrit ses résultats dans un récit critique dénonçant une production de savoirs médicaux anatomiques biaisée concernant le genre. Après la présentation des enjeux de cette recherche, à propos notamment de la représentation visuelle du clitoris, cet article se penche sur une vulgarisation médiatique qui a qualifié ces résultats de « découverte ». Enfin, la réception de cette dernière ainsi que la question des multiples revendications historiques de « découvertes » de l’organe féminin sont également interrogées. L’analyse des récits en circulation dans différents contextes de production de savoirs permet ainsi d’éclairer une (re)signification du clitoris, et par extension de la sexualité féminine, au tournant du XXIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’autrice remercie A. Fauvel (IHM), F. Panese (IHM) ainsi que F. Arena (IEH2), pour avoir éclairé l (...)

1Les cinq publications scientifiques de restitution de la recherche menée par Helen E. O’Connell et ses collègues constituent le premier des corpus analysés dans cet article1 (O’Connell et al., 1998, 2000, 2004, 2005a, 2005b). La présentation des modalités et des principaux résultats de cette étude anatomique permet non seulement de comprendre les enjeux d’une telle investigation, mais sert également à mesurer la démarche critique contenue dans ces articles. En effet, l’urologue australienne s’inscrit dans une généalogie historique de savoirs – tant scientifiques que militants – sur le clitoris, tout en dénonçant une production de connaissances inégale entre les appareils génitaux féminin et masculin. S’attacher au contenu de ces restitutions de recherche offre ainsi l’occasion d’étudier le contexte épistémologique à travers lequel la scientifique a réactualisé la structure de l’organe féminin.

2La deuxième partie de cet article s’intéresse à la réception des travaux d’O’Connell, en revenant sur leur vulgarisation médiatique. Les récits qui circulent dans les médias sont considérés ici comme une autre forme d’émergence de savoirs qui jouent le « rôle spécifique d’intermédiaires symboliques collectifs » (Lits, 2012, 46). Le corpus a été construit sur la base d’articles parus dans le sillage de la première étude de Helen O’Connell. La question qui fonde l’analyse qualitative de ces publications médiatiques concerne la diffusion d’un grand récit placé sous le signe de la « découverte du clitoris par O’Connell », ce qui laisse entendre que la médecine aurait été ignorante de l’anatomie complète du clitoris jusqu’au XXIe siècle. Après avoir présenté les principaux éléments qui fondent ce récit médiatique de l’« inédit », cet article s’attache à la réception de ce dernier, pour porter en conclusion une attention à la dimension même que revêt la (re)découverte de l’organe féminin.

3Cette circulation de récits, entre la version scientifique du clitoris présentée par O’Connell et sa traduction vulgarisée dans les médias, est interrogée en tant que processus contemporain de diffusion de savoir sur le clitoris – avec l’hypothèse selon laquelle une rhétorique de la « découverte du clitoris » produit en réalité de l’ignorance. S’inspirant en effet des « pratiques d’ignorance », proposées par la philosophe américaine des sciences Nancy Tuana dans le champ des savoirs sur la sexualité féminine (2004, 2006), cet article se propose également de montrer le rôle cardinal joué par les modalités de représentation visuelle du clitoris.

4Cette exploration d’un épisode récent de l’histoire de la médecine anatomique, menée dans une perspective de genre, se situe dans la lignée des études féministes sur la production de savoirs dans cette discipline, qui ont démontré que « le corps est tel qu’on le perçoit ; il pourrait être tout autre si les perceptions étaient différentes » (Moore & Clarke, 1995, 255). Afin d’éviter les écueils des mésusages du terme genre, précisons qu’il n’est pas mobilisé ici comme un équivalent de sexe social, mais qu’il se réfère à une interrogation de la construction même de la différence sexuelle (Scott, 1986) – illustrée ici par la longue et fluctuante histoire des savoirs sur l’organe sexuel féminin.

Les motivations d’O’Connell

5Née en 1962 et formée à l’université de Melbourne (Australie), Helen O’Connell a conduit plusieurs recherches sur l’appareil génital féminin. Celles-ci ont donné lieu à cinq publications sous forme d’articles, auxquelles on peut ajouter sa thèse, « Review of the Anatomy of Clitoris », soutenue en 2005. Illustrant le faible pourcentage historique de femmes dans les sciences du médical (Rossiter, 1997) et particulièrement dans le champ de l’urologie, la biographie de Helen O’Connell2 précise dès la première ligne qu’elle devient, en 1993, la première femme urologue en Australie. C’est dans une visée chirurgicale qu’O’Connell cherche à établir de meilleurs éléments de connaissance sur l’anatomie pelvienne des femmes – le pelvis contenant notamment les organes génitaux et l’appareil urinaire.

  • 3 Retranscription des propos traduits dans le documentaire.
  • 4 En l’absence d’autre mention, toutes les traductions sont de l’autrice.

6Participant en 2003 en tant que consultante scientifique à un documentaire – « Le clitoris, ce cher inconnu » (Dominici et al., 2003) –, elle y est également interviewée. Dans ce contexte, O’Connell évoque le manuel anatomique de référence utilisé lors de sa formation universitaire au milieu et à la fin des années 1980 pour en critiquer le manque de description du clitoris : « il a sans doute exercé une grande influence, m’incitant à travailler en priorité dans ce domaine, car de fait on ne trouvait pas la moindre description du clitoris lui-même, alors qu’il comportait tout un chapitre sur le mécanisme de l’érection, avec des informations sur l’anatomie neurologique et l’alimentation vasculaire du pénis, sans jamais mentionner le clitoris. J’ai pensé… mmm… ce n’est pas vraiment normal »3 (Dominici et al., 2003, 10e min.). Ce sentiment d’anormalité se renouvelle lorsque O’Connell, par la suite stagiaire, constate une attention particulière dans le geste chirurgical afin de préserver la fonction sexuelle chez les hommes. En revanche, la préservation de la fonction sexuelle des femmes dans le même type d’intervention semble, quant à elle, fortuite. Le résultat hasardeux de l’opération semble logique et O’Connell précise à ce propos dans une autre interview donnée deux ans plus tard à la presse australienne « qu’aucun manuel disponible ne décrivait les nerfs ou apports sanguins du clitoris »4 (Fawcett, 2005). Ainsi O’Connell définit-elle le clitoris comme le lieu de l’orgasme féminin, ce qui fonde son objectif de faire avancer la recherche, qu’elle qualifie de « balbutiante », sur l’anatomie et la physiologie sexuelles féminines (O’Connell, 2004, 129).

Entre liens, structures et tissus : un « complexe clitoridien »

7Dès lors, cinq recherches sont conduites entre 1998 et 2005 et les articles de restitution sont publiés par des revues médicales spécialisées dans le champ de l’urologie ou de l’anatomie clinique. Si ce sont les deux publications de 1998 et 2005 (O’Connell et al., 1998, 2005a) qui ont été vulgarisées dans les sources médiatiques présentées en deuxième partie de cet article, l’ensemble de la restitution est traité ici, afin d’illustrer la démarche critique d’O’Connell concernant une production de savoirs différenciée entre les appareils génitaux féminin et masculin.

8Les résultats des trois premières études se fondent sur des dissections de cadavres, documentées par des photographies en noir et blanc. Ces premières recherches sont menées autour de la relation anatomique entre l’urètre et le clitoris (O’Connell et al., 1998), les ligaments suspenseurs du clitoris (O’Connell et al., 2000), ainsi que sur les tissus qui composent les différentes parties du clitoris (O’Connell et al., 2004). Il s’agit d’établir une cartographie anatomique précise, afin de permettre un geste chirurgical capable de préserver les liens entre urètre et clitoris. Quant à la dernière étape de ce cycle d’investigations, il ne repose plus sur des organes morts mais sur des séquences obtenues par résonance magnétique sur des corps vivants (O’Connell et al., 2005a). Enfin, un article de synthèse est publié la même année dans le journal de l’Association urologique américaine (O’Connell et al., 2005b).

9Dès 1998, O’Connell et ses collègues proposent la définition suivante de ce qui est alors nommé le « complexe clitoridien » ou « clitorido-urétro-vaginal » : « le complexe de tissu érectile (clitoris) est constitué d’un corps de ligne médiane (corpora) donnant naissance à des branches bilatérales, ainsi que de bulbes séparés qui siègent de façon postérieure au corps » (O’Connell et al. 1998, 1893). Les scientifiques précisent que cette définition anatomique s’éloigne d’une partie de la littérature existante, puisque les bulbes y sont mentionnés en tant que bulbes du vestibule – la partie de la vulve située à l’intérieur des petites lèvres, sous le gland clitoridien, et comprenant l’orifice urétral externe et l’orifice vaginal.

  • 5 Il ne s’agit pas ici d’une dimension tri-dimensionnelle de l’organe mais de sa répartition sur troi (...)
  • 6 Et ce dès 2002 dans son article « Revisione dell’anatomia dei genitali esterni femminili. Il pene f (...)

10Dès cette première recherche, O’Connell affirme pourtant que les bulbes n’ont pas de relation cohérente avec le vestibule du vagin et propose par conséquent de mentionner les bulbes comme « les bulbes du clitoris ». Par cette configuration anatomique du clitoris incluant les bulbes, cette équipe de recherche propose une définition de la structure du clitoris comme « multiplanaire », c’est-à-dire répartie sur trois plans différents5. O’Connell précise que cette intégration des bulbes, qui implique une définition anatomique du clitoris comme multiplanaire, ne correspond pas aux livres d’anatomie et de chirurgie, qui le montrent comme une structure « plate » (O’Connell et al., 1998, 1894). Une définition qui sera contestée parmi certains spécialistes, dont le médecin sexologue italien Vincenzo Puppo6.

11Dans son article paru en 2002 (O’Connell et al., 2002), l’urologue australienne présente une étude sur les structures soutenant le clitoris. Elle identifie ces structures féminines comme étant plus importantes et complexes que dans la littérature spécialisée, qui les décrit comme homologues des structures masculines, mais de plus petite taille que ces dernières. O’Connell affirme quant à elle que « leur forme, leur étendue et leur orientation sont différentes des structures analogues du pénis ». En revanche, ayant également étudié par dissection des corps masculins, elle précise que les structures du pénis correspondent aux descriptions présentes dans la littérature (O’Connell et al., 2000, 397). Quatre ans plus tard, relevant à nouveau l’absence de ce type de données dans les ouvrages médicaux, O’Connell publie les résultats d’une étude comparative entre les tissus des différents éléments de sa définition du clitoris. Ses observations l’amènent à présenter une analogie histologique – concernant la nature des tissus – entre le clitoris et le pénis. C’est également le fonctionnement du clitoris qui est en question dans cet article, en lien avec l’étude de la capacité d’engorgement des différents tissus du clitoris lors d’une excitation sexuelle. La publication par l’urologue en juin 2005 fait recours à l’IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) pour confirmer sur des organes vivants les éléments établis dans les trois premières recherches par l’étude de corps morts.

12Dans ses trois premiers articles (O’Connell et al., 1998, 2002, 2004), Helen O’Connell décrit un processus de recherche fondé sur une revue de la littérature disponible, qu’elle confronte aux résultats des dissections menées entre 1998 et 2004. Cette modalité d’investigation lui a permis d’établir les éléments fondamentaux de sa recherche, tels que la définition des bulbes comme attachés au système clitoridien, l’importance des ligaments suspenseurs, le lien urétro-clitoral ou encore la taille du clitoris. Dans une étape conclusive, la technique de l’IRM a été utilisée par l’urologue et ses équipes pour établir visuellement les « caractéristiques d’une anatomie clitoridienne normale » (O’Connell et al., 2005a, 2060), c’est-à-dire vivante. Les séquences d’IRM analysées sont empruntées à une autre étude, menée en 1994 par une équipe américaine et centrée sur les effets d’un premier accouchement sur le plancher pelvien des femmes – la zone anatomique qui justement intéresse O’Connell. Lors de la recherche américaine en 1994, plusieurs modalités et techniques d’IRM ont été testées, afin de présenter cette zone du corps de manière complète, offrant ainsi une base de données visuelles jugée de qualité par O’Connell pour lui permettre d’identifier les structures mises en évidence dans leurs précédentes études sur des cadavres.

Des dispositifs visuels « modernes »

13L’importance donnée tout au long des recherches par l’urologue et ses équipes aux dispositifs visuels, comme la photographie ou l’IRM, est au centre de leur revendication de réactualiser des savoirs anatomiques sur le clitoris. En effet, la technique photographique utilisée pour documenter les dissections menées en 1998 et 2004 est considérée par O’Connell comme « une technique considérablement plus objective qu’un schéma » (O’Connell et al., 2000, 401). Helen O’Connell procède ainsi à une nouvelle traduction de l’anatomie du clitoris par un dispositif visuel autre que les planches anatomiques dessinées ou les schémas, qui ne lui paraissent pas la représenter de façon satisfaisante. Le recours à la photographie représente pour O’Connell un moyen d’améliorer la compréhension de la structure du clitoris ; il correspond également à une préoccupation de démonstration des résultats hors de la salle de dissection : « le recours systématique à la photographie tout au long de la dissection a amélioré notre compréhension de la nature triplanaire de l’anatomie périnéale féminine. Par exemple, démontrer l’anatomie depuis un aspect latéral ou oblique empêche les raccourcis typiques habituellement associés aux illustrations du corps du clitoris » (O’Connell et al., 1998, 1895). Les « raccourcis » seraient induits par une représentation sur deux dimensions du clitoris, ne permettant guère de rendre visible son anatomie multiplanaire, alors qu’en le faisant photographier latéralement, O’Connell entend montrer cette structure sur trois plans – en fonction de l’orientation de son gland (glans), de ses piliers (crus) et des bulbes (bulb) (fig.1) :

Fig. 1 Fig 2. Lateral view of dissected clitoris in fresh cadaver of 57-year-old postmenopausal woman, in O’Connell et al., 2005b,1190

Copyright Clearance Center’s RightsLink®

14Cette photographie, prise lors de dissections, présente ces différentes parties du « complexe clitoridien » d’un point de vue latéral, afin de faire la preuve selon O’Connell de cette dimension multiplanaire.

15Cette qualité de traduction visuelle est également attribuée sept ans plus tard à l’IRM pour sa possibilité de produire des séquences d’images sur l’intérieur du corps depuis différents points de vue, offrant des plans de coupe variés : « tous les éléments du clitoris, piliers, corps, bulbes, glandes et son faisceau neuro-vasculaire ont pu être clairement identifiés par IRM après que la combinaison des trois plans a été utilisée. Chaque plan a fourni une représentation différente de la structure » (O’Connell et al., 2005a, 2060). O’Connell valorise ainsi le recours à l’IRM pour appuyer la démonstration de la relation des bulbes au clitoris et à l’urètre, alors qu’elle serait fort peu décrite ou présentée comme inexistante dans les manuels d’anatomie. Or ce type de séquence IRM a pourtant « montré clairement » cette relation, « même plus clairement qu’avec la dissection » (O’Connell et al., 2005a, 2063). De manière générale, O’Connell et son équipe ne relèvent pas de différences majeures entre les résultats obtenus par dissection ou par IRM. Ces deux types d’investigation sont présentés comme complémentaires, avec, par exemple, des éléments identifiés dans la dissection qui n’auraient pu être mis en évidence par IRM, comme par exemple des structures vasculaires. O’Connell qualifie ces dispositifs visuels de « modernes » (O’Connell et al., 2005b, 1190), lui permettant de proposer une nouvelle version visuelle du clitoris ainsi qu’une nouvelle inscription de son anatomie correspondant aux codes d’investigation scientifique du corps humain valorisés depuis les années 1990.

16En mobilisant ces dispositifs visuels caractéristiques d’une modalité scientifique contemporaine, l’urologue utilise les images en tant que discours de preuve (Israël-Jost, 2009). En effet, selon O’Connell, la réactualisation de la définition du clitoris qu’elle propose représente une crise du paradigme des représentations médicales de l’organe féminin : elle doit donc être recevable par la communauté à laquelle s’adressent ces publications (Martin, 1996). L’absence de ces photographies ou IRM dans les exemples de vulgarisation de la recherche d’O’Connell, atteste du fait qu’elles sont peu transposables hors du contexte scientifique dans laquelle elles ont été produites. Ce manque de circulation pourrait par ailleurs être en lien avec l’absence de représentation du clitoris dans l’espace public. Ce défaut de représentation préalable du complexe clitoridien, et pas seulement de son gland, pourrait participer à rendre encore plus incompréhensibles ces images scientifiques de l’organe – contrairement aux images sur le cerveau par exemple, dont la traduction visuelle est plus familière aux non initié·e·s (Israël-Jost, 2009). Une étude des manuels d’anatomie dans la suite de celle menée jusqu’en 1995 par Moore et Clarke (Moore & Clarke, 1995), pourrait permettre d’évaluer une éventuelle rupture dans les représentations visuelles du clitoris à la suite des travaux de l’urologue australienne.

Généalogie de recherche

17Si ces nouvelles images du clitoris bénéficient des avancées technologiques de l’imagerie médicale, la représentation visuelle du clitoris qu’elles proposent trouve racine dans une histoire ancienne de la médecine anatomique, tout comme dans les productions féministes qui ont inspiré une nouvelle manière d’appréhender le corps.

18Helen O’Connell et ses collègues présentent certains résultats de leur recherche comme inédits, par exemple la taille du clitoris ou encore la forme, l’étendue et l’orientation des structures qui le soutiennent. Cependant, l’élément central du rattachement des bulbes au clitoris est présenté dans leurs articles comme une configuration morphologique et physiologique en construction depuis le XVIIe siècle. O’Connell reconnaît ainsi que l’anatomiste néerlandais Reiner de Graff (1672) a été le premier à découvrir le rôle physiologique des bulbes du clitoris, tout comme elle rend hommage à l’étude publiée par l’anatomiste allemand Georg Ludwig Kobelt (1844). Si ce dernier nomme les bulbes comme « du vestibule », il les rattache à la « sensation voluptueuse » du clitoris. Un artiste, François Wagner, a d’ailleurs illustré pour Kobelt cette configuration anatomique (fig. 2) :

Fig. 2 Table III, Fig. 2 et sa légende, François Wagner in Kobelt, 1851, viij, 122, Cote : 55545, BIUM, 2009

19Sur cette planche publiée par O’Connell (O’Connell et al., 2005b, 1193), on reconnaît la présentation de l’anatomie clitoridienne depuis cet axe latéral valorisé dans la recherche de l’urologue australienne. Le style de l’artiste offre une traduction visuelle en profondeur, comme en trois dimensions. Une représentation qualifiée de « superbe » par O’Connell d’une configuration du clitoris dans laquelle elle s’inscrit : « La description de Kobelt avec quelques modifications et complétée par les IRM et les photographies de dissections, fournit un compte rendu complet de l’anatomie sexuelle féminine » (O’Connell et al., 2005b, 1194). Il ne s’agit sans doute pas pour l’urologue de minimiser l’importance de ses propres recherches, mais plutôt de souligner une histoire au long cours dans laquelle elle entend inaugurer une nouvelle étape, particulièrement dans la représentation visuelle du clitoris. Elle espère ainsi que ces « progrès significatifs » dans la « représentation visuelle » de l’anatomie sexuelle féminine participent au « progrès de la santé sexuelle des femmes et de l’éducation » (O’Connell et al., 2008, 1883).

20Si le travail d’O’Connell s’inscrit dans une démarche et un contexte scientifiques, l’engagement militant est également une source d’inspiration pour elle. En effet, dès son premier article publié en 1998, l’urologue rend hommage à l’explication féministe de l’anatomie périnéale. Elle cite un manuel de pédagogie produit par des membres du Mouvement américain pour la santé des femmes : New View of a Woman’s Body (Downer, 1981). Dès les années 1970, les femmes à l’origine de cette publication relèvent une absence de données sur le clitoris dans la littérature anatomique courante : « dans les textes médicaux standard, on trouve quelques paragraphes consacrés à l’appareil génital des femmes, quand de nombreuses pages sont consacrées au pénis » (Downer, 1981, 33). Le collectif de chercheuses profanes américaines a également compulsé la littérature historique sur le sujet, constatant une plus grande présence de connaissances sur l’anatomie du clitoris jusqu’au début du XXe siècle. N’ayant guère accès aux chambres de dissection, elles furent alors « forcées », selon leurs propres termes, à articuler les informations disponibles avec « l’observation de [leurs] propres corps » (Downer, 1981, 34). Ces militantes ont ainsi confronté de manière experte et collective ces informations théoriques à leurs propres vision, toucher et ressenti – fortes de l’épistémologie centrale au self-help féministe selon laquelle toute production de savoir doit être fondée sur l’expérience des femmes (Murphy 2004, 117). En raison du manque d’adéquation entre ces différentes sources de savoir, elles se sont mobilisées pour produire un « nouveau » point de vue sur la santé sexuelle et reproductive féminine.

21Le chapitre dédié au clitoris comprend de nombreuses planches anatomiques dessinées par Susan Gage, membre du collectif dont la première formation est artistique. En voici un exemple qui porte visuellement la généalogie de la recherche à laquelle s’affilie O’Connell (fig. 3) :

Fig. 3 3-32 A cross section of the nonerect clitoris, Susan Gage, in in Downer, 1981, 56.

Copyright Carol Downer®

22Revendiquant un trait subjectif et militant, Susanne Gage installe une version politique du clitoris en le faisant visuellement trôner sur cette planche : le corps, l’ensemble des tissus et organes qui l’entourent sont invisibilisés. Dans la légende, le vestibule du vagin est appelé « ouverture clitoridienne vers le vagin », ajoutant ainsi à la centralité donnée au clitoris. Illustrée depuis un angle latéral, cette configuration anatomique intègre également les bulbes ; de même, elle figure la capacité d’engorgement des tissus qui recouvrent les différentes parties du complexe clitoridien. Dans le chapitre, « The clitoris : A Feminist Perspective » (Downer, 1981, 22-57), les autrices de New View of a Woman’s Body – tout comme O’Connell vingt ans plus tard – nomment les bulbes les « bulbes du clitoris », relayant ainsi l’identification d’un lien sensoriel par autopalpation entre clitoris, bulbes et urètre.

23Les modalités de recherche sont évidemment fort différentes entre ces deux temps de diffusion de savoirs sur le clitoris : O’Connell a recours aux méthodes propres au champ scientifique, tandis que les militantes féministes font appel à leurs capacités d’exploration de leur corps en la partageant de manière collective afin de multiplier les points de vue et ainsi de « produire une connaissance différente » (Murphy 2004, 118). Si les motivations à investir le sujet du clitoris partent du même constat – des savoirs peu présents dans la littérature spécialisée du XXe siècle –, O’Connell et les autrices du manuel de self-help partagent des conclusions analogues. En effet, à la même définition du clitoris intégrant les bulbes s’ajoute l’identification d’une zone anatomique particulière autour de l’urètre et non référencée dans la littérature, que les militantes nomment « éponge urétrale » (Downer, 1981, 39). Cette découverte profane est évoquée dès le premier article d’O’Connell où il est question de son propre résultat de dissection et de sa découverte des liens entre le clitoris et l’urètre par une zone d’attache qu’elle n’a non plus pas trouvée dans les textes d’anatomie moderne (O’Connell et al., 1998, 1894). Si aucune des planches dessinées par Susan Gage n’a été publiée dans les articles de restitution de la recherche australienne, l’« élargissement de l’anatomie clitoridienne » (O’Connell et al., 2005b, 1190) proposé par l’ouvrage New View of a Woman’s Body (Downer, 1981), est identifié comme source d’inspiration par O’Connell. Par cette référence, l’urologue rend poreuses les frontières classiques entre les arènes dites scientifiques et profanes.

  • 7 Pour une histoire de cette évolution culturelle scientifique, se référer à l’ouvrage de Lorraine Da (...)

24Les deux formes de production de savoir, historique et militante, auxquelles O’Connell rend hommage sont pareillement illustrées par des artistes. Le recours à François Wagner, « artiste bien connu » comme le décrit Kobelt (Kobelt, 1851, viij), pour illustrer la recherche de l’anatomiste allemand en 1844 correspond à la fin d’une étape de l’histoire iconographique scientifique privilégiant une traduction sensible, artistique, de ce qui est observé. Cette modalité de représentation va laisser la place dès ce milieu du XIXe siècle à une autre vertu épistémique, devenue rapidement une norme scientifique établie : l’aspiration à l’objectivité, qui accompagne le développement des technologiques visuelles comme la photographie7. Le recours à une dessinatrice de formation pour illustrer les planches anatomiques de New View of a Woman’s Body (Downer, 1981) s’inscrit dans un geste militant, empreint d’une subjectivité revendiquée, pour proposer des figurations nouvelles du corps féminin : ces planches valorisent le ressenti des femmes et proposent une alliance visuelle entre des notions anatomiques et physiologiques, et surtout, au lieu d’une objectification par le regard, elles figurent des corps sujets, actifs, qui s’observent et donnent à voir.

25En faisant référence aux travaux de Kobelt et des membres du Mouvement américain de santé pour les femmes, O’Connell tisse une généalogie de ses résultats de recherche et s’inscrit dans une continuité historique de la représentation visuelle du clitoris. En même temps, elle valorise son propre recours à des dispositifs visuels « modernes », « objectifs », pour en proposer une actualisation qui soit légitime aux yeux de la communauté scientifique à laquelle elle appartient.

Une science anatomique en examen

  • 8 Paul Poirier (dir.), Traité d’Anatomie Humaine, 2ème éd., Paris, Masson, 1901, cité dans O’Connell (...)

26Tout comme les autrices du manuel de self-help, O’Connell signale avoir comparé le peu de schémas et les descriptions minimales du clitoris dans la littérature courante au moment de ses recherches, avec un examen de la littérature disponible au début du XXe siècle. Cette comparaison lui a « révélé que les détails des diagrammes génitaux présentés au début du siècle ont par la suite été ôtés dans les textes ultérieurs » (O’Connell et al., 2005b, 1189). L’urologue situe ce changement dans le « contexte d’un clitoris découvert et redécouvert » et affirme qu’il s’agit d’une « suppression active plutôt que d’une simple omission dans un intérêt de concision » (O’Connell et al., 2005b). Ainsi, elle précise que les études menées par De Graaf, Kobelt, ainsi qu’une publication par deux anatomistes français qui auraient particulièrement bien décrit en 1901 les structures soutenant le clitoris8, « auraient dû avoir guidé les auteurs de manuels anatomiques pour fournir des informations précises, mais cela n’a pas été le cas » (O’Connell et al., 2005b, 1193).

27O’Connell établit dans ses articles de restitution, par une forme d’épistémologie critique, un mode de construction différencié des connaissances sur l’anatomie féminine et masculine. À l’instar de la critique féministe des sciences dont elle cite des travaux, O’Connell identifie et dénonce un mode de production de savoirs sur les corps fondé sur la comparaison entre le corps des femmes et celui des hommes – plaçant le masculin comme modèle de référence et produisant du même coup une description inexacte de l’anatomie génitale féminine. Quant à la diffusion de connaissances incomplètes et, par conséquent, de représentations visuelles inexactes, l’article de 2005 invoque une responsabilité des anatomistes, qui auraient « aggravé la représentation pauvre du clitoris en le montrant seulement sur un plan » (O’Connell et al., 2005a, 2062). Ce propos fait référence à la manière de montrer les appareils génitaux féminin et masculin sur un plan de coupe sagittal, une figuration classique dans les planches anatomiques de cette zone. Selon O’Connell, ce type de coupe favorise la présentation d’une structure essentiellement linéaire comme le pénis, mais guère celle multiplanaire du complexe clitoridien. Ainsi l’urologue identifie-t-elle des facteurs historiques, sociaux et scientifiques « responsables de la représentation pauvre de l’anatomie clitoridienne, même dans la littérature actuelle » (O’Connell et al., 2005a, 2062).

28Ces différents aspects l’amènent à conclure que « les avancées dans la compréhension de la fonction et de la dysfonction sexuelle masculine n’ont pas été parallèles à des progrès similaires quant à la fonction sexuelle féminine, même dans l’anatomie et la physiologie de base » (O’Connell et al., 2005a, 2060). En ce sens, comme le relève la sociologue Michela Villani : » Ces deux premières publications [O’Connell et al., 1998 et 2005] ouvrent une critique des savoirs médicaux disponibles : elles contestent à la fois le savoir qui est mis au jour et les conditions de production du savoir lui-même, qui vise à reproduire et maintenir des rapports de pouvoir » (Villani, 2015, 10). Inscrite dans une même démarche que les études féministes portant sur la production de savoirs, Helen O’Connell étaye effectivement « la diversité des façons dont les scientifiques ont analysé les corps masculins et féminins » (Oudshoorn, 2000, 35). Si la visée de cette épistémologie féministe est de « contrecarrer l’argument selon lequel le sexe est un attribut du corps sans équivoque et anhistorique, et qu’une fois dévoilé par la science, il est valide partout et dans tous les contextes » (Oudshoorn, 2000, 35), la démarche d’O’Connell produit les mêmes effets. Soulignons ici que la science anatomique, d’une portée indéniable sur les autres disciplines de la médecine en tant qu’élément-clé de compréhension du corps humain, est considérée comme une science sans controverses (Moore, Clarke 1995). O’Connell porte pourtant un autre regard sur la production de savoirs anatomiques lorsqu’elle affirme : « ce qui constituait le clitoris, la manière dont il était nommé, ce qui caractérisait une anatomie normale ou le fait même d’avoir un clitoris – toutes ces questions étaient controversées » (O’Connell et al., 2005b, 1189). Ce récit ouvre par ses conclusions une dimension « politique » des savoirs sur le clitoris (Chaperon, 2012 ; Villani, 2012), appuyant ainsi les travaux féministes qui ont démontré que, par leur variabilité historique, « les anatomies sont socialement construites » (Moore, Clarke, 1995, 290).

29Sans avoir pu identifier une prise de position publique se réclamant du féminisme, il faut relever qu’Helen O’Connell procède à une déconstruction des conditions de production du savoir, notamment par leur historisation, dans une démarche par ailleurs centrale à ce courant de pensée, permettant d’ « imposer un réexamen critique des prémisses et des critères du travail scientifique existant » (Scott, 1988, 126). En dirigeant dès le début de sa carrière ses recherches sur un clitoris délaissé par la littérature courante, O’Connell, première urologue femme diplômée de son pays, s’est autorisée à remettre en question les connaissances présentes au cours de sa formation, et à dénoncer explicitement une modalité scientifique décrite comme biaisée par un contexte culturel genré. Contrairement aux féministes américaines, dont la même démarche profane est – semble-t-il – largement passée inaperçue dans la vulgarisation même militante des connaissances sur le clitoris, O’Connell a mené son étude dans le même contexte médical critiqué, avec des modalités reconnues par ses collègues, ce qui a conféré une légitimité à son entreprise de réactualisation anatomique.

« O’Connell, l’iceberg et la révélation »

30Parmi les différentes traductions médiatiques du clitoris publiées dès 1998, nombreuses sont celles qui présentent au grand public les recherches d’O’Connell sur le registre de la « découverte ». Cette revendication n’étant guère présente dans les publications de l’urologue australienne, il convient de se pencher sur les représentations qui sous-tendent cette dynamique de circulation de savoirs.

  • 9 Le corpus est constitué par des sites Internet, des journaux, etc., spécialisés dans la vulgarisati (...)

31Le corpus réuni ici provient de versions numériques de publications, et ce afin d’accéder à des sources médiatiques internationales. Il est caractérisé par son instabilité, une certaine mixité et par son incomplétude (Emerit, 2016). En effet, ces données peuvent être modifiées en ligne ou disparaître dans le temps, elles sont composées de textes ou d’images voire de vignettes humoristiques et, surtout, l’accès à ces dernières est caractérisé par une personnalisation du contenu sur Internet. Pour contrebalancer ce dernier point, une attention a été portée à recourir à une diversité des sources en termes de publics visés, dans les sphères occidentales francophones et anglophones9.

  • 10 Sa démarche, sa modélisation 3D, ainsi que leur médiatisation sont présentées sur son site Clit’inf (...)

32La temporalité de publication retenue s’ouvre avec les premiers articles identifiés dans les différentes sources sur le thème du clitoris depuis 1998. Elle se termine avant une autre étape de l’histoire contemporaine de diffusion de connaissances sur le clitoris, marquée par sa modélisation en 3D par la chercheuse indépendante Odile Fillod en 2016 : un modèle conçu en taille réelle et imprimable par une imprimante 3D, avec un logiciel d’impression diffusé en accès libre sur Internet. Configurée visuellement dans la lignée des travaux d’O’Connell, cette version do-it-yourself de l’anatomie du clitoris a connu un retentissement médiatique international qui a modifié la première vague des récits médiatiques analysée ici10.

33Publiés dans le sillage des dernières publications de l’urologue australienne et de ses collègues en 2005 (O’Connell et al., 2005a et 2005b), ces articles qualifient de « pionnière » sa démarche. Ses travaux auraient permis de révéler pour la première fois les dimensions internes de l’organe, grâce aux techniques d’imagerie médicale. Pour exemple, le dossier en ligne du HuffPost, qui s’ouvre sur la citation évoquée en introduction, est rédigé comme un plaidoyer pour la diffusion des connaissances sur le clitoris. On y avance que « de l’histoire ancienne à l’époque moderne, [le clitoris] a été discrédité, rejeté et effacé » (Kolodny, Genuske, 2015). La dramatisation de l’« événement » est mise en scène sous forme d’une animation réalisée par une artiste spécialisée dans le graphisme numérique (fig. 4) :

Fig. 4 Sans titre, Kate Widdows (kwiddows.com), « Cliteracy », HuffPost 2015.
Lien vers l’illustration animée : https://www.kwiddows.com/​#47

34Telle une réclame en néon, le mot « clitoris » clignote, soulignant son « apparition/découverte », « trente ans après » les premiers pas de l’homme sur la lune. Le ressort explicitement comique de cette contraposition s’appuie sur un jeu d’oppositions : le masculin et le féminin, la capacité exploratrice du lointain lunaire et l’incapacité à saisir le proche ou l’évident féminin – tout en réunissant la lune et l’organe féminin sous une même représentation de « territoires inconnus » à « découvrir », mais de manière hiérarchisée quant à l’intérêt suscité. Filant cette métaphore de la distance temporelle et/ou spatiale, d’autres exemples médiatiques évoquent l’étude australienne de 1998 comme une « première » dans la science anatomique. Tel est le cas par exemple du journal Les Inrocks, qui présente « Neuf choses que vous ignorez sur le clitoris », avec l’évocation d’une histoire de (mé)connaissance du clitoris décrite sur plusieurs siècles, mais qui précise tout de même que « lorsqu’on s’intéresse au clitoris, on découvre rapidement que les premiers schémas anatomiques de ce dernier ont été réalisés très tardivement puisque ce n’est qu’en 1998 que l’urologue Helen O’Connell s’y colle » (Tissier, 2015).

35Évoquant une chronologie plus longue et un argumentaire plus élaboré, un article paru sur BBC News en 2006, « Time for rethink on the clitoris » (Mascall, 2006), avance qu’Helen O’Connell aurait ainsi mis un terme à une longue histoire d’erreurs : « pendant deux millénaires [le clitoris] était une "petite colline" – le sens de kleitoris, qui est la racine du mot en grec. Mais une urologue australienne, le Dr Helen O’Connell, a révélé que le clitoris a davantage la forme d’une montagne que d’une colline » (Mascall, 2006). Concernant l’étymologie du mot kleitoris, si la traduction de « petite colline » est médiatiquement très répandue, des recherches hellénistes précisent que ce sens lui est attribué à tort : le mot aurait plutôt le sens de « la femme qui ferme, la fermeuse, ou bien l’objet qui ferme, la clef, le fermoir » (Vernhes, 2014). La traduction de « petite colline » sert par ailleurs le récit de la « découverte » du clitoris. En effet, la taille de l’organe est un élément-clé de ce dernier, O’Connell étant censée avoir révélé la partie interne, grande et cachée, du clitoris. C’est donc sans surprise que l’on retrouve la métaphore de l’iceberg. Ainsi, cette illustration qui joue, avec humour, sur l’analogie des tailles relatives des organes et sur les rapports sociaux de genre, inversant les attributions genrées de supériorité/infériorité des sexes (fig. 5) :

Fig. 5 Sans titre, Alex Martin (alexmartincartoons.com), in Martin, 2015.

36La traduction médiatique des travaux d’O’Connell permet ainsi de dénoncer des asymétries de genre, dans une stratégie qui n’est pas frontale mais qui recourt au registre « comico-critique », sous la plume d’une troisième illustratrice, toujours sur le registre de la découverte (fig. 6) :

Fig. 6 Sans titre, Cathy Wilcox (cathywilcox.com.au), in Greer, 2012.

37La (mé)connaissance du clitoris est ici figurée par la dessinatrice de presse Cathy Wilcox comme répartie de manière inégale, entre une ignorance masculine qui témoignerait d’une négligence sexuelle ou affective, et une connaissance féminine servant la revendication d’une reconnaissance au féminin.

38Procédant d’une invisibilité à l’œil nu de l’ensemble des parties du clitoris, l’autre aspect contenu dans ce récit médiatique établit un lien causal entre la découverte de sa représentation visuelle et les techniques d’imagerie médicale utilisées par O’Connell : « Le clitoris révélé par l’IRM », titre par exemple en 2005 Science & Avenir (C.D., 2005). Une explication reprise huit ans plus tard sur Topito : « les progrès de l’imagerie médicale ont permis de découvrir, au milieu des années 2000, que la partie externe du clitoris, celle qui se tend et pointe hors du capuchon lors de l’excitation, se prolongeait de manière beaucoup plus conséquente en interne » (Grazia, 2013). Ce type de narration s’inscrit dans une représentation des savoirs scientifiques progressant au rythme des progrès techniques. Le récit d’une découverte qualifiée précédemment de tardive, trouve ici sa conclusion explicative : avant l’avènement des techniques modernes, il aurait été impossible de « révéler » l’ensemble du clitoris. Le statut de preuve attribué par les scientifiques à la photographie et à l’IRM est ainsi également présent dans la re-signification de ces dispositifs visuels lors de leur réception médiatique (Faccioli, 2007). Cette valorisation de la technique est également illustrée par le fait que les articles identifiés ont été publiés à la suite de l’étude de 2005, et non dans suite à la recherche par dissection publiée en 1998, qui pourtant contenait tous les principaux résultats d’O’Connell et de ses collègues.

39Si ces différents exemples de publications médiatiques ne peuvent être considérés comme homogènes ou exhaustifs, ils illustrent une redondance du registre de la découverte dans des médias qui s’adressent à différents lectorats non spécialisés : différents énonciateurs ressassent le même récit dans une circulation médiatique (Lits, 2012). Mais ce registre devient par ailleurs plus complexe sur la période étudiée. La publication en 2012 de La Fabuleuse histoire du clitoris (Paris, éd. Blanche 2012) par un sexologue français, Jean-Claude Piquard, bénéficie d’un fort retentissement dans l’espace médiatique francophone – probablement en lien avec la première vague de vulgarisation des recherches d’O’Connell. Cet ouvrage, en retour, participe de la transformation de cette première étape. En effet, l’auteur du livre propose sa version d’une histoire au long cours, dans laquelle il relate la démarche d’O’Connell. C’est ce récit qui se diffuse dans les médias, à l’image de cet article publié en ligne sur un site consacré à la santé, Doctissimo : « O’Connell entreprend alors de retracer l’anatomie du clitoris avec les moyens modernes et… confirme les découvertes faites par Kobelt, tombées dans l’oubli » (Maillard, 2016) – une présentation de sa démarche à laquelle O’Connell pourrait d’ailleurs souscrire.

40Ces exemples de récits médiatiques vulgarisant les résultats d’O’Connell ne font, à quelque exception près, aucune mention de la dimension critique contenue dans la version du clitoris proposée par cette dernière. Leurs éléments de discours concernent les connaissances sur les organes génitaux et traitent de sexualité, notamment féminine, en se référant au clitoris comme lieu du plaisir sexuel pour les femmes. Ces différents éléments ont comme point commun d’être également inscrits dans des rapports sociaux de genre, relevant, comme dans le récit d’O’Connell, d’inégalités entre les savoirs sur les corps féminins et masculins. La « découverte » des parties internes du clitoris sert alors l’inversion du rapport de domination du masculin sur le féminin, comme c’est le cas dans la métaphore de l’iceberg, mise en image par l’illustratrice Alex Martin (fig. 5).

41Dans un même élan, des éléments anatomo-physiologiques sont mobilisés pour revendiquer une supériorité de l’organe génital féminin sur l’organe masculin, tel cet article publié par RTL Girls : « Le clitoris est tellement plus fort en terminaisons nerveuses que le pénis. Le match des sensations est largement remporté par l’organe féminin. (...) Contrairement au sexe masculin, le clitoris est entièrement destiné au plaisir, et juste au plaisir féminin. (...) Un cadeau réservé seulement à vous, les femmes. (...) Autre avantage du clitoris qui nous différencie des hommes : l’orgasme à répétition. (...) À vos clitos ! » (De Sèze, 2016). Cette version du clitoris porte ainsi une visée d’émancipation, voire de domination, dans un contexte de comparaison hiérarchique entre le féminin et le masculin, mais sans remettre en cause le principe même de bi-catégorisation entre les sexes féminin et masculin. Enfin, cette version médiatique du clitoris reste figurée dans une norme hétéro-centrée et conjugale, associée à la notion de « préliminaires » du coït – une représentation de la sexualité féminine autonome, par masturbation ou homosexuelle, n’ayant guère été identifiée dans cet échantillonnage de récits.

La réception de la « découverte » du clitoris par O’Connell

42Le recours à la notion de « découverte » pour mettre en valeur le produit de recherches scientifiques n’est pas inédit ou spécifique, ni au clitoris, ni aux médias. Il est l’écho d’une dynamique également présente dans l’histoire de la médecine, comme il correspond à une logique médiatique, à un effet de dramatisation des résultats présentés. Mais il s’agit également de penser ce récit de l’inédit comme porteur d’ignorance (Tuana, 2004). Si le clitoris tel que réactualisé par O’Connell a été « découvert », c’est qu’il n’existait pas dans cette sphère médiatique.

43Sans pouvoir préjuger des dispositions et des ressources de chaque journaliste ayant contribué à ce récit de l’inédit, la mise en discours critique de la notion même de découverte, telle qu’apparue plus tardivement dans les médias, démontre une connaissance en train de se construire depuis les travaux d’O’Connell. En ce sens, les journalistes témoignent d’une ignorance profane largement répandue, qui découle d’un récit culturel dévalorisant socialement le féminin par rapport au masculin, et dans lequel une découverte du clitoris au tournant du XXIe siècle n’est plus à interroger – encore moins à contester. À l’image de l’analyse historique d’O’Connell, cette narration médiatique offre une démonstration contemporaine d’un « voile d’ignorance guère facile à soulever » sur le clitoris (Tuana, 2004, 219). En effet, si la (mé)connaissance du clitoris a bel et bien circulé dans la sphère médiatique, la rhétorique de l’inédit a produit un effacement de l’histoire longue des études sur cet organe, réitérant une forme d’éviction culturelle de ces savoirs. Articulée avec l’invocation de l’IRM sur un mode causal, l’évocation d’une « découverte » du clitoris n’a pas véhiculé la dénonciation par O’Connell d’une politique de genre participant au manque de stabilité des connaissances et des représentations exactes sur le clitoris – une position critique pourtant des plus explicites, notamment dans son article de synthèse par le paragraphe « Découvertes et redécouvertes du clitoris » (O’Connell et al., 2005b, 1192). Des enjeux de genre sont toutefois présents dans cette vulgarisation, révélant le manque de neutralité culturelle qui entoure et façonne la diffusion de connaissances sur la génitalité féminine.

44Quant à une réception de ces savoirs par les femmes elles-mêmes, il conviendrait de pouvoir documenter le processus de « co-construction de sens », en fonction notamment des différentes inscriptions sociales et culturelles de ces dernières (Courbet, Fourquet, 2009). Nous pouvons toutefois avancer l’hypothèse d’une prise de conscience par la vulgarisation médiatique, d’une probable ignorance des femmes sur l’anatomie de leur organe – leur permettant notamment de repenser la place du « complexe clitoridien » dans leur sexualité. En effet, le clitoris n’est plus configuré ici comme un petit bouton, actif seulement lors de stimulations directes ; la connaissance des parties internes capables d’engorgement sanguin par la structure des tissus, avec les bulbes qui descendent de part et d’autre du vagin, remet en question la représentation d’un coït vaginal principal vecteur de jouissance. Pour étayer l’hypothèse de cette prise de conscience, d’innombrables réappropriations militantes féministes, puis pédagogiques, de cette (mé)connaissance du clitoris, sont apparues dans le sillage de la vulgarisation des travaux d’O’Connell. Il semble que la démarche de l’urologue portait en elle-même un message politique, à l’instar de la critique présente dans sa vulgarisation médiatique d’une « découverte tardive ». Cette mobilisation militante a par ailleurs répondu, dans un processus de co-construction des significations, à une attente d’objet symbolique dans l’engagement féministe contemporain.

Les multiples (re)découvertes du clitoris

45Ces différents discours à propos des savoirs sur le clitoris, aussi bien scientifiques, médiatiques que militants, révèlent une construction culturelle genrée qui, entre autres facteurs, a fait que cet organe sexuel féminin était moins décrit, moins bien représenté que la génitalité masculine à l’époque des recherches d’O’Connell, et ce dans une diffusion instable du savoir. Historiquement cette instabilité a constitué le clitoris en candidat idéal pour de multiples (re)découvertes. En effet, l’histoire de la (mé)connaissance du clitoris est rythmée par les prétentions de découverte, dans une épistémologie anatomique où « le corps n’y est pas offert par transparence, mais devient un objet de connaissance, engendré par le regard de l’anatomiste lorsqu’il y taille ses "vérités" » (Mandressi, 2003, 11).

46La légitimité de ces revendications de découvertes est mise en question dans un deuxième temps médiatique, ainsi soulevée en 2017 dans Slate.fr : « on peut penser que les femmes avaient déjà une idée sur la question depuis un moment » (Nonfiction, Besson, 2017). Quant à une journaliste de Marie Claire, elle répond en ces termes à la question posée en titre de son article, « Qui a découvert le clitoris en premier ? » : « sans trop s’avancer, on se dit qu’en réalité, la première personne qui a découvert le clitoris était vraisemblablement une femme, non ? » (Jore-Pivet, s.d.). Une année auparavant, en 2016, une autrice de bande-dessinée questionnait également cette légitimité par la mise en scène de querelles savantes sous forme humoristique (fig. 7) :

Fig. 7 L’origine du monde, Copyright © 2016, Liv Strömquist – Rackham

  • 11 Consulter pour cela Mandressi (2003), Stringer (2010), Chaperon (2012) ainsi que la partie « Histoi (...)

47Liv Strömquist illustre de cette façon l’exclusion du savoir des femmes de l’histoire de la découverte du clitoris, comme si seul celui des anatomistes médecins, historiquement largement masculins, pouvait constituer une connaissance légitime sur cet organe. Sans entrer dans une historiographie des revendications ou récits de « découverte » du clitoris11, précisons qu’il s’agit là d’une question déclinée exclusivement au masculin dans la science anatomique, puisqu’aucune étude produite par une femme n’est présente dans cette narration avant les travaux de Helen O’Connell. Relevant d’une démarche critique réitérée au sein même de cette science, le professeur d’anatomie Mark D. Stringer précise le genre de ces querelles au XVIe siècle, soit au moment de la montée en puissance de l’approche anatomique du corps : « dans l’Europe de la Renaissance, le clitoris n’a pas été découvert, seulement récemment légitimé en tant qu’entité anatomique par des anatomistes masculins en compétition pour la réputation et la priorité » (Stringer, 2010, 132).

48De manière contemporaine aux recherches d’O’Connell, Tuana permet de penser cette dynamique de (re)découverte du clitoris en intégrant la notion d’ignorance au cœur de l’analyse de la production de savoirs sur la sexualité – en tant qu’élément actif dans la configuration de cette dernière. Cette philosophe nous invite à considérer l’absence de connaissances sur le clitoris non comme un simple manque, mais comme une pratique d’effacement d’éléments concernant le plaisir sexuel des femmes (Tuana, 2004). Ainsi, comme le montre O’Connell dans son champ d’expertise, la notion de plaisir féminin ou masculin est diversement considérée dans les sciences du vivant lorsqu’il s’agit de la production et de la diffusion de savoirs, et partant, de pratiques chirurgicales urologiques. Dans une perspective historique, ces pratiques d’ignorance en action concernant la sexualité féminine sont à mettre en regard avec, notamment, les différents régimes de représentation médicale de la reproduction, en fonction de l’établissement de l’(in)utilité du clitoris dans ce processus – dans une primauté culturelle donnée à la fonction reproductrice de la sexualité et dans la crainte de réveiller, en s’approchant trop du clitoris, « un nid de frelons de désir piquant » (Tuana, 2004, 210). La circulation des récits visant à contrecarrer l’éviction culturelle des savoirs sur le clitoris, entre des sphères médicale, médiatique et militante, laisse à penser que ces questions, loin d’être fixées, font encore l’objet de négociations au début du XXIe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Corpus des articles scientifiques analysés (1998-2005)

O’CONNELL Helen E., SANJEEVAN Kalavampara V., HUTSON John M. (2005), « Anatomy of the clitoris », The Journal of Urology, 174, 4.1, 2005b, pp. 1189-1195.

O’CONNELL Helen E., DeLANCEY John O. L., « Clitoral anatomy in nulliparous, healthy, premonopausal volunteers using unenhanced magnetic resonance imaging », The Journal of Urology, 173, 2005a, pp. 2060-2063.

O’CONNELL Helen E., ANDERSON Colin R., PLENTER Robert J., ANDERSON Colin R., « The clitoris: A unified structure. Histology of the clitoral glans, body, crura and bulbs », Urodinamica, 14, 2004, pp. 127-132.

O’CONNELL Helen E., HUTSON John M., ANDERSON Colin R., PLENTER Robert J., « Anatomical relationship between urethra and clitoris », The Journal of Urology, 159, 6, 1998, pp. 1982-1887.

REES Megan A., O’CONNELL Helen E., PLENTER Robert J., HUSTON John M., « The suspensory ligament of the clitoris: connective tissue supports of the erectile tissues of the female urogenital region », Clinical Anatomy, 13, 2000, pp. 397-403.

Corpus de vulgarisation médiatique

C.D., « Le clitoris révélé par l’IRM », Sciences & Avenir, 13/05/2005, https://www.sciencesetavenir.fr/sante/le-clitoris-revele-par-l-irm_24997 [consulté le 23/05/2015].

« CLITERACY », HuffPost, 2015, http://projects.huffingtonpost.com/projects/cliteracy [consulté le 12/06/2016].

CHATEL Amanda, « Here’s What the Clitoris Actually Is... And What It Isn’t », MIC, 10/03/2015, https://mic.com/articles/112172/here-s-what-the-clitoris-actually-is-and-what-it-isn-t#.NWbecaFOF [consulté le 20/05/2015].

DE SÈZE Cécile, « Clitoris : 7 points à savoir sur le clitoris », RTL Girls, 05/11/2016, http://www.rtl.fr/girls/love/clitoris-7-points-a-savoir-sur-l-organe-du-plaisir-7785325079 [consulté le 17/01/2017].

DOMINICI Michèle et al., « Le clitoris, ce cher inconnu », Cats & Dogs Films, Sylicone et Arte France, 2003.

FAWCETT Anne, « Anatomy of a Revolution », The Sydney Morning Herald, 08/08/2005, https://www.smh.com.au/news/health/anatomy-of arevolution/2005/09/08/1125772617200.html [consulté le 22/05/2016].

FORTUNE Bonnie, « Susan Gage’s New View Of a Woman’s Body », PUBLICI. A Paper of the People, 2010, http://publici.ucimc.org/?p=1985 [consulté le 05/11/2015].

GRAZIA, « Top 10 des choses sur le clitoris que vous ignorez peut-être », Topito, 26/04/2013, http://www.topito.com/top-10-des-choses-que-vous-ignorez-sur-le-clitoris [consulté le 30/09/2015].

GREER Germaine, « Her twist in the Knickers », The Sydney Morning Herald, 15/09/2012, http://www.smh.com.au/entertainment/books/her-twist-in-the-knickers-20120914-25wyh.html [consulté le 06/07/2015].

JORE-PIVET Sara, « Qui a découvert le clitoris en premier ? », Marie Claire, sans date, http://www.marieclaire.fr/,mais-qui-a-decouvert-le-clitoris-en-premier,764754.asp [consulté le 22/07/2017].

KOLODNY Carina, GENUSKE Amber, « The Overdue, Under-Told Story of the Clitoris » , HuffPost, 18/05/2015, http://projects.huffingtonpost.com/projects/cliteracy/intro [consulté le 23/05/2015].

MAILLARD Catherine, « Histoire du clitoris en 10 dates-clés », Doctissimo, 22/03/2016, http://www.doctissimo.fr/html/sexualite/anatomie/articles/15506-histoire-clitoris.htm#1559-la-decouverte-de-l-anatomie-du-clitoris-par-colombo [consulté le 22/08/2017].

MARTIN Robert D., « Does Size Matter for Women? A Natural History of Vagina and Clitoris Size », Psychology Today, 20/04/2015, https://www.psychologytoday.com/blog/how-we-do-it/201504/does-size-matter-women [consulté le 01/05/2016].

MASCALL Sharon, « Time for Rethink on the Clitoris », BBC News, 2006, http://news.bbc.co.uk/2/hi/health/5013866.stm [consulté le 09/06/2016].

NONFICTION, BESSON Florian, « Autour de 1550, Colomb découvre... le clitoris », Slate.fr, 16/01/2017, http://www.slate.fr/story/133865/colomb-decouvre-clitoris [consulté le 03/08/2017].

SALLEH Anna, « Clitoris Captured Alive and Well », ABC Science on line, 13/05/2005, http://www.abc.net.au/science/news/stories/2005/1368020.htm [consulté le 12/10/2017].

TISSIER Julia, « 9 choses que vous ignorez sur le clitoris », Les Inrocks, 23/05/2015 http://www.lesinrocks.com/2015/05/23/sexe/9-choses-que-vous-ignorez-sur-le-clitoris-11749305/ [consulté le 10/08/2015].

Références bibliographiques

CHAPERON Sylvie, « "Le trône des plaisirs et des voluptés" : anatomie politique du clitoris, de l’Antiquité à la fin du XIXe siècle », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 118, 2012, pp. 41-60.

COURBET Didier, FOURQUET-COURBET Marie-Pierre, « Analyse de la réception des messages médiatiques. Récits rétrospectifs et verbalisations concomitantes », Communication & langages, 2009, pp. 117-135.

DASTON Lorraine, GALISON Peter Galison, Objectivité, Dijon, Presses du réel, 2012.

DOWNER Carol (éd.), New View of a Woman’s Body. Guide by the Federation of Feminist Women’s Health Centers, New York, Simon & Schuster, 1981.

EMERIT Laetitia, « La notion de lieu de corpus : un nouvel outil pour l’étude des terrains numériques en linguistique », Corela, 14, 1, 2016, pp. 1-28.

FACCIOLI Patrizia, « La sociologie dans la société de l’image », Sociétés, 95, 2005, pp. 9-18.

ISRAËL-JOST Vincent, « Analyse des images scientifiques par le concept d’observation », Protée, 37, 3, 2009, pp. 9-17.

KOBELT Georg L., De l’appareil génital des deux sexes dans l’espèce humaine et dans quelques mammifères au point de vue anatomique et physiologique, Strasbourg, Vve Berger-Levrault & fils, 1851.

LITS Marc, « Quel futur pour le récit médiatique ? », Questions de communication, 21, 2012, pp. 37-48.

MANDRESSI Rafael, Le Regard de l’anatomiste. Dissections et invention du corps en Occident, Paris, Seuil, 2003.

MARTIN Jacky, « Les enjeux du discours scientifique : la stratégie de véridiction », Asp, 11, 14, 1996, pp. 1-17.

MOORE Lisa Jean, CLARKE Adele E., « Clitoral Conventions and Transgressions: Graphic Representations in Anatomy Texts, c1900-1991 », Feminist Studies, 21, 2, 1995, pp. 255-301.

MURPHY Michelle, « Immodest Witnessing: the Epistemology of Vaginal Self-Examination in the U.S. Feminist Self-Help Movement », Feminist Studies, 30, 1, 2004, pp. 115-147.

OUDSHOORN Nelly, « Au sujet des corps, des techniques et des féminismes », in GARDEY Delphine, LÖWY Ilana (dir.), L’Invention du naturel. Les sciences et la fabrication du féminin et du masculin, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, 2000.

PUPPO, Vincenzo, « Revisione dell’anatomia dei genitali esterni femminili. Il pene femminile. La nuova sessuologia », Journal of Sexological Science, 15, 1, 2002, pp. 5-18.

ROSSITER Margaret W., « Which Science? Which Women? », Women, Gender, and Science: New Directions, 12, 1997, pp. 169-185.

SCOTT Joan W., « Gender: A Useful Category of Historical Analysis », The American Historical Review, 91, 5, 1986, pp. 1053-1075.

STAR Susan Leigh, « Ceci n’est pas un objet-frontière ! Réflexions sur l’origine d’un concept », Revue d’anthropologie des connaissances, 4, 1, 2010, pp. 18-35.

STRINGER Mark, « Colombo and the clitoris », European Journal of Obstetrics & Gynecology and Reproductive Biology, 151, 2010, pp. 130-133.

TUANA Nancy, « The Speculum of Ignorance: The Women’s Health Movement and Epistemologies of Ignorance », Hypatia, 21, 3, 2006, pp. 1-19.

TUANA Nancy, « Coming to Understand: Orgasm and the Epistemology of Ignorance », Hypatia, 19, 1, 2004, pp. 194-232.

VERNHES Jean-Victor, « Jean-Victor Vernhes défend une étymologie dissidente pour le clitoris », Connaissances Hellénistiques, 138, 8, juillet 2014, https://ch.hypotheses.org/976 [consulté le 10/08/2015].

VILLANI Michela, « Le sexe des femmes migrantes. Excisées au Sud, réparées au Nord », Travail, genre et sociétés, 34, 2, 2015, pp. 93-108.

Haut de page

Notes

1 L’autrice remercie A. Fauvel (IHM), F. Panese (IHM) ainsi que F. Arena (IEH2), pour avoir éclairé la rédaction de cet article par leurs remarques. Elle remercie également vivement O. Fillod, dont l’indépendance et la rigueur scientifiques sont une source vive d’inspiration.

2 www.helenoconnell.org (consulté le 10/08/2017)

3 Retranscription des propos traduits dans le documentaire.

4 En l’absence d’autre mention, toutes les traductions sont de l’autrice.

5 Il ne s’agit pas ici d’une dimension tri-dimensionnelle de l’organe mais de sa répartition sur trois plans, en tant que surface imaginée pour diviser le corps en deux parties. Ces trois plans de référence correspondent aux trois dimensions de l’espace : le plan sagittal divise le corps en deux sections latérales, une droite et une gauche ; le plan transversal le divise en deux parties, supérieure et inférieure ; le plan frontal en deux parties, antérieure et postérieure.

6 Et ce dès 2002 dans son article « Revisione dell’anatomia dei genitali esterni femminili. Il pene femminile. La nuova sessuologia » (Puppo, 2002).

7 Pour une histoire de cette évolution culturelle scientifique, se référer à l’ouvrage de Lorraine Daston et Peter Galison, Objectivité (2012).

8 Paul Poirier (dir.), Traité d’Anatomie Humaine, 2ème éd., Paris, Masson, 1901, cité dans O’Connell et al. (2005b).

9 Le corpus est constitué par des sites Internet, des journaux, etc., spécialisés dans la vulgarisation scientifique (par exemple les français Science & Avenir et Doctissimo, l’américain Psychology Today), ou bien généralistes (l’anglais BBC News) s’adressant spécifiquement aux « millenials », une génération née entre 1980 et 2000 (les français Topito, Les Inrocks ou Slate.fr, les américains HuffPost ou MIC), ou bien à un public principalement féminin (les français Marie Claire ou RTL girls). Deux médias australiens sont également analysés : une publication généraliste (le Sydney Morning Herald), et une autre de vulgarisation scientifique (ABC Science).

10 Sa démarche, sa modélisation 3D, ainsi que leur médiatisation sont présentées sur son site Clit’info, https://odilefillod.wixsite.com/clitoris.

11 Consulter pour cela Mandressi (2003), Stringer (2010), Chaperon (2012) ainsi que la partie « Histoire » du site d’Odile Fillod, Clit’info (https://odilefillod.wixsite.com/clitoris/histoire)

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 Fig 2. Lateral view of dissected clitoris in fresh cadaver of 57-year-old postmenopausal woman, in O’Connell et al., 2005b,1190
Crédits Copyright Clearance Center’s RightsLink®
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4403/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4403/img-2.png
Fichier image/png, 144k
Légende Fig. 2 Table III, Fig. 2 et sa légende, François Wagner in Kobelt, 1851, viij, 122, Cote : 55545, BIUM, 2009
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4403/img-3.png
Fichier image/png, 152k
Légende Fig. 3 3-32 A cross section of the nonerect clitoris, Susan Gage, in in Downer, 1981, 56.
Crédits Copyright Carol Downer®
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4403/img-4.png
Fichier image/png, 284k
Légende Fig. 4 Sans titre, Kate Widdows (kwiddows.com), « Cliteracy », HuffPost 2015.Lien vers l’illustration animée : https://www.kwiddows.com/​#47
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4403/img-5.png
Fichier image/png, 294k
Légende Fig. 5 Sans titre, Alex Martin (alexmartincartoons.com), in Martin, 2015.
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4403/img-6.png
Fichier image/png, 254k
Légende Fig. 6 Sans titre, Cathy Wilcox (cathywilcox.com.au), in Greer, 2012.
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4403/img-7.png
Fichier image/png, 105k
Légende Fig. 7 L’origine du monde, Copyright © 2016, Liv Strömquist – Rackham
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4403/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alessandra Cencin, « Les différentes versions de la « découverte » du clitoris par Helen O’Connell (1998-2005) », Genre, sexualité & société [En ligne], Hors-série n°3 | 2018, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 22 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/gss/4403 ; DOI : 10.4000/gss.4403

Haut de page

Auteur

Alessandra Cencin

Doctorante en histoire de la médecine
Institut des humanités en médecine, Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, Université de Lausanne (Suisse)alessandra.cencin@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals