Navigation – Plan du site
Entretiens

L’art engagé : images de résistance, de résilience et de reconstruction humanitaire.

Committed Art: images of resistance, resilience and humanitarian reconstruction
Dima Nachawi et Michela Villani
Traduction de Michela Villani

Résumés

Dans cet entretien, Dima Nachawi parcourt son engagement dans le travail artistique et montre comment le conflit et l’obligation pour elle de quitter le territoire syrien pour se rendre en Grande Bretagne en tant que réfugiée a provoqué un tournant artistique. À partir de ce moment, il était pour elle fondamental de traiter de sujets liés à l’instabilité politique de son pays, mais aussi à sa condition de réfugiée. L’art est devenu alors pour elle un support visuel pour « lancer des messages » qu’elle souhaitait envoyer à ceux et celles resté-e-s au pays. Dès lors, Dima utilise les éléments biographiques pour produire des images d’espoir et promouvoir une « esthétique réparatrice » (Best 2016). L’écriture artistique de Dima Nachawi fait, par moment, penser à des dessins d’illustration pour l’enfance, ce qu’elle utilise dans le travail humanitaire, où elle est engagée en tant qu’artiste. L’art constitue pour elle un support de soutien, des images de résilience, une aide visuelle à la reconstruction.

Haut de page

Texte intégral

1Dima Nachawi est une artiste syrienne qui vit et travaille à Beyrouth, au Liban. Elle utilise son art comme antidote aux horreurs de la guerre et à l’injustice sociale causée par la guerre. Dima est illustratrice, conteuse, clown et fondatrice de l’initiative Mémoire pour la culture syrienne (MISC). Elle crée des histoires illustrées qui reflètent ses propres souvenirs et des histoires tirées de la mémoire collective syrienne. Ses illustrations délicates brisent les stéréotypes, créés (entre autres) par des récits déformant les images de la Syrie et des Syrien-ne-s, et appellent à un changement politique et social pacifique en Syrie, afin de contrecarrer la terreur et la violence militaristes et politiques dominantes dans le monde. Dima est également membre d’une compagnie de théâtre de clown appelée « Clown Me In ». La société utilise le clown pour propager le rire et soulager les communautés défavorisées tout en explorant les vulnérabilités humaines et en offrant aux individus un moyen de les accepter.

2Dima Nachawi est titulaire d’une maîtrise en gestion des arts et de la culture du King’s College à Londres et d’un baccalauréat en sociologie de l’Université de Damas. Elle a participé à des exposition collective, comme l’AWAN, Rich Mix à Londres en 2016, la Tourab Syrian Art Space à Bruxelles en 2018, la Tints of Resilience, Gallery P21 à Londres en 2018, l’Outsider Paris Art Fair à Paris en Octobre 2018. Elle a aussi fait une exposition individuelle dans le cadre de la Chevening Scholarship reception à l’Ambassade du Royaume-Uni à Beyrouth au Liban et a été sélectionnée au Bangalore Short Films Festival-18 avec son film “The Secret of Raindrops”.

3Michela Villani : Dima, je voudrais te demander dans quelle mesure tu qualifies ton travail de pratique féministe ou art féministe. Est-ce que ton engagement politique vis-à-vis de ton pays, la Syrie, qui traverse actuellement un des conflits les plus destructeurs du siècle, fait de toi une activiste féministe et, si oui, comment ?

4Dima Nachawi : J’aime m’identifier en tant que « féministe engagée socialement et politiquement dans son art ». En Syrie, avant 2011, j’avais réalisé des œuvres d’art indépendantes, mais mon travail a commencé à être engagé lorsque j’ai participé en tant qu’artiste à deux événements où j’ai traduit des textes d’enfants en récits visuels. Le premier (2010) était un plaidoyer pour le droit à la protection des réfugié-e-s, ceux qui résidaient en Syrie (les Irakiens, les Somaliens, etc.). Le deuxième (2011) était une interprétation visuelle de textes écrits par des enfants atteints de cancer, expliquant les défis auxquels ils sont confrontés au cours du traitement. Les deux événements ont abouti à des livres et de nombreuses œuvres ont été vendues au profit des personnes concernées.

5Malgré tout ce qui précède, je marque ma date de naissance symbolique en 2011 lorsque la révolution syrienne s’est enflammée. C’est là que j’ai découvert ma voix, mes forces et que j’ai développé ma capacité à exprimer avec l’art visuel mes pensées et mes sentiments. J’ai été impliquée dans le mouvement pacifique qui visait à changer la situation sociale et politique en Syrie liée au manque de démocratie. Mon travail artistique toutefois s’est développé après avoir déménagé de Damas à Beyrouth en 2013. J’ai utilisé l’art pour exprimer mes sentiments et pour me libérer de ce qui se passe dans mon pays, en particulier lorsque la manifestation pacifique s’est transformée en conflit armé. Dans ce sens mon engagement politique coïncide avec le conflit, le fait d’avoir été touchée en tant que femme par ce conflit. J’avais commencé à traduire des histoires en dessins, comme dans « Le secret de la goutte d’eau », une histoire symbolique qui met en lumière le problème des détenus.

6M.V : Comment le fait d’être personnellement concernée par le conflit, en tant que Syrienne, et d’avoir été obligée de partir, de te réfugier ailleurs, a-t-il influencé ta démarche artistique ? La critique du système patriarcal est-elle imbriquée avec l’engagement politique envers ton pays et comment ?

7D.N : Lorsque j’ai déménagé à Londres en 2015 pour continuer mes études, mon travail artistique est devenu encore plus politiquement engagé envers mon pays. Je me sentais coupable d’être absente et j’essayais de « rembourser » cette dette par le dessin. Je voulais contester les stéréotypes liés à la guerre civile sectaire et à l’EIIL (État Islamique en Irak et au Levant)par des récits décrivant la situation en Syrie. Je voulais montrer à travers l’art visuel que la Syrie a besoin de changements massifs sur le plan social. Les femmes ont toujours été les principales actrices dans mes dessins. En les montrant dans une position de pouvoir : elles protègent le soleil, donnent naissance à la ville, protègent la ville des missiles. Ce sont mes tentatives pour mettre en évidence le rôle des femmes dans le changement dans mon pays, depuis 2011 jusqu’à présent. De nombreux exemples de femmes actives autour de moi dans la société civile en Syrie me donnent de l’espoir. Je vois dans ces femmes un rôle orienté vers la réconciliation. Elles mettent en œuvre des initiatives civiles pour reconstruire ce que la guerre a détruit.

8Durant cette période à Londres, je voulais devenir une artiste et commencer une carrière dans ce milieu, mais j’ai commencé à travailler pour l’ONU, pour les réfugiés, puis j’ai décidé de déménager à Beyrouth, j’avais le mal du pays. Je voulais y retourner mais je ne pouvais pas aller en Syrie. Et Beyrouth je me sens bien, il y a quelque chose qui me rappelle la Syrie. Le mal du pays était un sentiment d’identité, qui demandait à être travaillé dans l’art. Je voulais surmonter les stéréotypes créés par les médias occidentaux envers la Syrie, sur les refugié-e-s, montrer que nous voulons un changement en tant que Syriens et Syriennes, que nous voulons construire une société démocratique. Prise dans le conflit, et ayant travaillé longtemps dans l’humanitaire […], je pense que cela a inspiré mon travail artistique. Dans la mesure où j’essaye de transmettre un espoir.

9En mars 2015, j’ai été invitée à participer à une exposition sur les discussions textuelles au sein de l’Arab Women Artists Now (AWAN), Richmix, à Londres. Ma démarche artistique a été perçue comme une volonté de transmettre des déclarations liées à la situation syrienne et aux droits de l’homme. J’ai participé ainsi à des nombreuses initiatives, comme par exemple « Le secret des gouttes de pluie » qui est un plaidoyer pour les prisonniers de conscience en Syrie, qui sont nombreux aussi ailleurs dans le monde.

10M.V. : Pour revenir sur ton engagement féministe, comment abordes-tu les questions féministes dans tes œuvres ? Est-ce que la situation des femmes s’articule avec d’autres questions ?

11D.N : Dans mes œuvres d’art, j’aborde les nombreuses obligations que la société attend d’une femme pour qu’elle réponde à toutes ses attentes, ses sentiments et ses souffrances. Je représente visuellement ces obligations comme des pierres ou un fardeau que les femmes portent sur leurs épaules. Ces obligations sont encore plus lourdes en période de conflit, les femmes sont encore plus opprimées et affectées par les acteurs radicaux apparus dans la société syrienne. Un autre travail de la série "Liberated T" soulève la question des représentations des femmes sur la scène politique syrienne : elles sont absentes, exclues, effacées. Et je critique cela évidemment et prône l’égalité !

12#ArtForChange est mon hashtag. Je vise à changer, à sensibiliser ou à critiquer les pratiques patriarcales oppressives dans la société syrienne ou les forces politiques dominantes qui appuient les guerres. Mon travail "Liberated T" par exemple est devenu une campagne syrienne en ligne visant à contester les stéréotypes sexistes imposés aux femmes par les sociétés et à montrer les défis auxquels elles font face dans le système patriarcal.

13Un autre thème qui m’intéresse est la lutte contre les formes de discrimination, les discours de haine, de racisme et de guerre. Mon travail dans « Who Owns the Labels » publié dans Media Diversified critique cette fois-ci l’approche des autorités américaines qui ont tendance à humaniser les meurtriers blancs, en décrivant leurs antécédents, leur famille et d’autres détails biographiques. Tandis que, lorsqu’un tueur est une personne de couleur, ces détails, y compris la santé mentale, sont ignorés. Les autorités et les médias décrivent rapidement ces assassinats comme "terroristes". Ici j’interroge le pouvoir d’attribuer ces étiquettes. […] L’étiquetage n’est pas seulement utilisé par les gouvernements, mais aussi par les ONGs, ces catégories s’immiscent dans la culture à travers leur travail, sous prétexte d’aider le pays, notamment quand un pays est en crise…

14En tant qu’artiste féministe, je crée de l’art pour exprimer mes pensées, sentiments et refléter ma révolution individuelle. J’agis à travers les médias sociaux, qui jouent un rôle important dans la diffusion de nos déclarations et de nos opinions concernant de nombreux incidents survenus en Syrie. Mes déclarations, et mon art en général, servent à soutenir l’égalité des sexes, je prends position vis-à-vis de décisions politique, je me révolte contre les régimes totalitaires, j’invoque la paix. C’est aussi une forme d’action. En tout cas, je cherche à provoquer des réactions, dans un espace comme Facebook par exemple, c’est intéressant de voir les débats.

15M.V : Etant donné que ta démarche artistique s’est développée directement en lien avec le contexte de guerre, la situation instable dans ton pays qui t’a forcée à partir, est-ce que l’art te permet de transmettre des visions spécifiques que d’autres formes d’expressions ne permettraient pas ?

16D.N : la méthode artistique visuelle est pour moi comme une « enquête vivante » pour citer des auteurs que j’ai utilisé dans mon travail de mémoire (Springgay, Irwin et Kind, 2005, p. 902). Cette recherche esthétique est proche des émotions, à ce que les Syriens et Syriennes ont sur « le cœur », je cherche à atteindre des sentiments partagés, des émotions collectives… […] Je cherche constamment à simplifier la réalité avec une approche imaginative et symbolique, je veux que mes dessins soient compris et atteignent les masses.

17M.V : Ton travail croise des chemins de réflexion cartographiés en termes géographiques, l’un issu du contexte local, l’autre du contexte global. Tes œuvres sont exposées en dehors de ton contexte national, pourtant ton travail narre les situations de ton pays. Comment interprètes-tu cela et comment la réception de tes œuvres peut-elle être différente selon le contexte national ?

18D.N : Je crois que je contribue à la création de la mémoire culturelle syrienne, qui voyagera en ligne pour interagir avec d’autres cultures esthétiques et contextes. L’art ne peut pas se restreindre aux frontières imposées par les pouvoirs politiques. Internet me permet de toucher un public plus large. Internet me permet de m’attaquer aux problèmes liés à la Syrie, mais aussi à d’autres questions, d’autres sociétés. La campagne « Art the Arms Fair » critique l’industrie des armes, montre par exemple les liens entre un marché d’armes à Londres et l’armement de groupes radicaux comme l’ISIS.

19M.V : Tout à l’heure tu parlais des rôles féminins des représentations figuratives dans tes dessins où les femmes deviennent des « protectrices des villes », du soleil, des figures d’espoir. Est-ce que tu t’es inspirée de figures réelles, de femmes ou de personnages politiques ?

  • 1 En 2007, à l’âge de 19 ans, Reyhaneh Jabbari est victime d’agression par un homme. Lors de la tenta (...)

20D.N : Je me suis inspirée de personnages qui ont été médiatisés, comme l’Iranienne Reyhaneh Jabbari1, à qui j’ai rendu hommage avec un dessin. Je me suis opposée à la décision du tribunal iranien et j’ai dessiné Reyhaneh parce qu’elle a tué un homme qui tentait de la violer. J’ai été touchée par la volonté de Reyhaneh envers sa mère avant son exécution. En écoutant le témoignage d’une femme prisonnière de guerre, Maryam, j’ai griffonné son image en me basant sur l’expérience qu’elle avait vécue en détention, j’ai utilisé plusieurs éléments durs (la serrure, les épines, Maryam avec les mains liées, etc.). Cependant, il est pour moi important d’insérer toujours des éléments d’espoir (le soleil, les cheveux volants ondulés et le sourire de Maryam) que sa personnalité m’inspire et qui sont importants pour préserver la force, ce qui donne le moyen de résister.

21De manière générale, j’ai été influencée par le rôle joué par les femmes lors de la révolution. Beaucoup de femmes durant cette période ont commencé à être impliquées dans le mouvement politique, organisant des manifestations et actions pacifiques. Cela les amenait à avoir d’autres occupations par exemple qu’en temps de paix où elles restaient principalement au foyer. Elles avaient par exemple le contrôle des centres d’aide médicale. Dans les moments de conflit, ces centres sont extrêmement sollicités et aussi très très dangereux. Il y a aussi des figures féminines qui ont été emprisonnées, elles ont été détenues par le gouvernement. Cela a aussi influencé mon art, j’essaie de représenter ces femmes qui s’expriment à haute voix. Elles ont entrepris des actions, malgré le danger, elles ont décidé d’agir, de parler, elles ont montré qu’elles ont le courage.

22M.V : Les questions sexuelle et l’oppression patriarcale sont intimement liées à l’instabilité politique et à la situation de conflit. Est-ce que tu explores ces questions dans ton travail artistique ou dans ton engagement humanitaire et de quelle manière ?

23D.N : Dans mon travail, j’explore comment les femmes agissent dans la société syrienne traditionnelle, une société où les rôles sont souvent très définis et genrés. Pour moi, une question très importante, par exemple, est la possibilité pour une femme qui ne veut pas se marier de faire valoir ce droit ! Il y a d’autres questions qui me semblent urgentes, comme celle de pouvoir dénoncer un harcèlement ou un viol, ce qui n’est pas le cas car les conséquences sont lourdes. Les femmes ont honte, mais surtout ont peur de faire honte à la famille ! Elles peuvent aussi être tuées. Concernant les questions sexuelles, après 2012, je me suis concentrée sur les femmes qui parlent de leur expérience de viol en détention. Elles avaient honte de le dire à leurs familles. Et ce sujet pour moi est une priorité. Les femmes sont tuées à cause de l’honneur, et changer cette loi en Syrie est une priorité pour moi. Une personne qui commet un viol doit être criminalisée, punie. Ce qui n’est pas encore le cas.

Haut de page

Bibliographie

BEST Sue, Reparative Aesthetics. Witnessing in Contemporary Art Photography, Sydney, Bloomsbury Academic, 2016.

Haut de page

Notes

1 En 2007, à l’âge de 19 ans, Reyhaneh Jabbari est victime d’agression par un homme. Lors de la tentative de viol, Reyhaneh Jabbari se défend avec une arme blanche, ce qui provoque la mort de son agresseur. Elle est emprisonnée, jugée pour homicide et condamnée à mort par le tribunal de Téhéran. Les circonstances où le crime a été commis n’ont pas été prises en compte. Le 26 octobre 2014, Reyhaneh Jabbari est exécutée par pendaison.

Haut de page

Table des illustrations

Légende https://www.behance.net/​gallery/​40851509/​Art-for-Advocacy
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4634/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende https://www.behance.net/​gallery/​40345409/​Stories-
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4634/img-2.png
Fichier image/png, 240k
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4634/img-3.png
Fichier image/png, 622k
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4634/img-4.png
Fichier image/png, 445k
Légende https://www.behance.net/​gallery/​40414389/​She-and-the-City-
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4634/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Légende https://www.facebook.com/​LiberatedT/​posts/​195994680945736
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4634/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende https://www.facebook.com/​LiberatedT/​photos/​a.164984434046761.1073741828.156974001514471/​167036410508230/​ ?type =3&theater
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4634/img-7.png
Fichier image/png, 281k
Légende https://mediadiversified.org/​2017/​10/​26/​who-gles-to-be-a-lone-lone-wolf-dima-nashawi/​
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4634/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Légende http://alnabad.net/​civil-society/​collective-memory-2/​
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4634/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4634/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dima Nachawi et Michela Villani, « L’art engagé : images de résistance, de résilience et de reconstruction humanitaire. », Genre, sexualité & société [En ligne], Hors-série n°3 | 2018, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/gss/4634 ; DOI : 10.4000/gss.4634

Haut de page

Auteurs

Dima Nachawi

Artiste et activiste sociale

Michela Villani

Chargée de recherche, Université de Fribourg, Suisse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals