Navigation – Plan du site
Artistes

Ashley Hans Scheirl

Documenta 14, Neue Galerie, Kassel, 2017
Sylvain Menétrey

Résumé

Présentation du travail de l’artiste Ashley Hans Scheirl *1956 et de son installation à la Neue Galerie pour la Documenta 14 de Kassel en 2017.

Haut de page

Texte intégral

Photo de tournage, film Dandy Dust, 1998.

© Dandy Dust Production

  • 1 Dans les années 1960, les artistes révoltés de l’actionnisme s’attaquent aux tabous et aux conventi (...)
  • 2 Marquée par l’actionnisme, mais aussi pionnière de l’art vidéo, Valie Export (*1940, Autriche) intè (...)

1La pratique transdisciplinaire d’Ashley Hans Scheirl enjambe le film, la peinture, la photographie, la musique, le texte. Le préfixe trans- étant ici cultivé comme principe d’impermanence et de refus de l’identité figée et du binaire. Transmédia et transgenre se confondent dans un travail où il devient difficile et inopportun de séparer l’œuvre de la personne. Celle qui est née sous le nom d’Angela Scheirl à Salzbourg en 1956, a commencé sa carrière, à la fin des années 70, par une série de performances, le plus souvent filmées en Super-8, qui dérivaient notamment de l’oeuvre de l’actionnisme viennois1 et de Valie Export2.

2Le corps, d’abord mis en jeu de façon générique devient, après le coming-out, et surtout dans ses « home movies » réalisés avec sa compagne Ursula Pürrer entre 1984 et 1986, un objet non conforme, célébré et fétichisé. Dès 1987, Angela Scheirl fréquente la scène lesbienne SM cuir londonienne. Elle se produit en drag king, sert de modèle à son amie la photographe Catherine Opie. Elle pousse ses expérimentations jusqu’à s’injecter de la testostérone et se faire appeler Hans en 1996, avant de reprendre une identité féminine il y a deux ans, et d’adopter le prénom Ashley. Son premier changement de genre coïncide avec une retraite partielle de la performance et une transition vers la peinture. Tout l’enjeu de cette pratique picturale consiste à la faire agir en flux, dans l’événement de son devenir. L’artiste s’approprie un médium autoritaire et traditionnellement masculin tout en mettant en place des stratégies de résistance contre les forces réificatrices de ce médium.

  • 3 Lyotard, Jean-François, Des dispositifs pulsionnels, Editions Galilée, Paris, 1994.

3Les peintures de Scheirl forment ce que Jean-François Lyotard appelle des « dispositifs pulsionnels3 ». Ces systèmes libidinaux interagissent avec le regardeur, mais possèdent aussi leur dynamique interne : des formes organiques, des parties génitales, des pièces d’or et des excrétions se côtoient et s’hybrident dans une joie macabre.

  • 4 "A Cyborg Manifesto : Science, Technology, and Socialist-Feminism in the Late Twentieth Century", i (...)

4Le Manifeste Cyborg4 de Donna Haraway constitue l’autre récit de référence dans l’oeuvre de Scheirl. La philosophe féministe invoquait cette figure ambigüe, à la fois produit du complexe militaro-technique et promesse de généalogie post-oedipienne, afin de s’extraire des discours essentialistes. Le film Dandy Dust (1998) de Scheirl offre à cet être hybride une ode d’un genre composite entre science-fiction, film gore, film gay et cyberpunk.

5Les prothèses, les collages et les brouillages de médiums réinvestissent les modèles du post-humain et du performatif dans la peinture. Celle-ci s’éloigne en revanche des actions lesbiennes affirmatives des années 1980 pour afficher une tonalité plus critique, qu’illustre la dialectique de l’or et de l’obscène. L’intégration dans l’économie marchande de tous les compartiments de la vie, des récits d’émancipation jusqu’aux pratiques esthétiques, fait l’objet d’une parodie scatologique et pornographique, où désir, mort et transformation sont conjugués dans des scènes effrayantes et jubilatoires.

Ashley Hans Scheirl, Documenta 14, Neue Galerie, Kassel, 2017

6« L’installation que j’ai produite à Kassel consistait en trois courtes vidéos, une peinture et deux boules en papier mâché. Les vidéos me montrent en train de faire le pitre à l’atelier, vêtue de lingerie et de talons hauts. Les peintures qui occupent l’atelier servent de toile de fond à mes poses. Dans une scène, on m’aperçoit en train de fendre une peinture et la traverser avec une chaussure à plateforme. De cette action s’est ensuivi la peinture « Golden Shower – L’Origine du Monde ». Cette installation témoigne de la dynamique à l’œuvre dans mon travail : transmedia et transgenre. » - Ashley Hans Scheirl

Vue d’exposition, Documenta 14, Neue Galerie, Kassel, avec Golden Balls (2017), Ashley with Balls (2017), Golden Shower (l’Origine du monde (2017), Coutesy Galerie Loevenbruck Paris.

© Milan Soremski

Vue d’exposition, Documenta 14, Neue Galerie, Kassel, 2017.

© Ashley Hans Scheirl

Capture d’écran, Slit, 2017.

Haut de page

Notes

1 Dans les années 1960, les artistes révoltés de l’actionnisme s’attaquent aux tabous et aux conventions morales à travers des actions où le corps, ses fonctions et ses fluides sont intégré dans un processus dynamique à l’effet cathartique intense.

2 Marquée par l’actionnisme, mais aussi pionnière de l’art vidéo, Valie Export (*1940, Autriche) intègre une dimension féministe à ces pratiques, faisant de son corps de femme devenu sujet plutôt qu’objet, un outil de contestation de la domination masculine.

3 Lyotard, Jean-François, Des dispositifs pulsionnels, Editions Galilée, Paris, 1994.

4 "A Cyborg Manifesto : Science, Technology, and Socialist-Feminism in the Late Twentieth Century", in Haraway, Donna, Simians, Cyborgs, and Women : The Reinvention of Nature, Free Association Books, Londres, 1991, pp. 149-181.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Photo de tournage, film Dandy Dust, 1998.
Crédits © Dandy Dust Production
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4692/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Vue d’exposition, Documenta 14, Neue Galerie, Kassel, avec Golden Balls (2017), Ashley with Balls (2017), Golden Shower (l’Origine du monde (2017), Coutesy Galerie Loevenbruck Paris.
Crédits © Milan Soremski
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4692/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Vue d’exposition, Documenta 14, Neue Galerie, Kassel, 2017.
Crédits © Ashley Hans Scheirl
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4692/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Légende Capture d’écran, Slit, 2017.
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4692/img-4.png
Fichier image/png, 2,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Menétrey, « Ashley Hans Scheirl », Genre, sexualité & société [En ligne], Hors-série n°3 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/gss/4692 ; DOI : 10.4000/gss.4692

Haut de page

Auteur

Sylvain Menétrey

Curateur indépendant, éditeur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals