Navigation – Plan du site
Artistes

Real Madrid

Bright Futures (2017)
Sylvain Menétrey

Résumé

Présentation du travail du collectif Real Madrid *2015 et de son œuvre imprimée Bright Futures (2010)

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Love, but Leave Room for Disappointment, 250x100x100 cm, fer, acier, figues, 2018.

© James Bantone

  • 1 Pacôme Thiellement au sujet de La Génération invisible de Burroughs ;
  • 2 Seth Price, How to disappear in America, The Leopard Press, New York, 2008.

1La tentation de l’invisibilité traverse l’histoire de la pop culture, et en particulier celle de ses marges : la contre-culture. « Il s’agit d’une guerre : une insurrection permanente, non dirigée contre tel ou tel, mais contre le principe moteur de l’argumentation du discours : le contrôle.1 » Internet a ouvert de nouveaux terrains de chasse, mais aussi de dissimulation et de réinvention de l’identité. Seth Price les a arpentés dans son recueil paranoïaque de conseils de cavale2. Real Madrid eût pu ne servir que de pseudonyme de circonstance au collectif italo-espagnol formé par Bianca Benenti Oriol (*1987) et Marco Pezzotta (*1985). Ils se l’étaient appropriés dans le cadre de leur exposition Beefy consacrée à leurs recherches sur l’hypermasculinité. Mais, depuis 2016, le nom s’est fixé et a gagné une consonance générationnelle. Plutôt que de s’inscrire dans les traces d’une « artiste ready-made » à la Claire Fontaine, qui désigne nos subjectivités appauvries par une standardisation transparente, Real Madrid emploie les stratégies de performativité du profilage en ligne en se cachant dans l’œil du cyclone mainstream. C’est l’intensité factice de l’expérience contemporaine, plutôt que sa vacuité, qui est scandée par l’appropriation de ses excès : branding, sueur, dopage, bro culture.

2Ce flirt avec la rumeur et le mythe fait écho à plusieurs expositions du jeune collectif. Les environnements créés par Real Madrid possèdent une dimension opératoire. Ils fonctionnent comme des portails vers un ailleurs hormonal ou spirituel. Mais le public n’est invité à observer que des reliques de la transformation – traces de testostérone ou effluves diverses – et à reconstituer l’histoire. La fluidité et la plasticité de l’identité à l’ère des avatars et de la biochimie sont mises en scène et célébrées tels des rites chamaniques. Chez Real Madrid, le réel est transcendé à travers sa propre performativité et devient une fantaisie post-identitaire nourrie de fictions adolescentes et d’émotivité. Il suffit d’une potion, d’une formule, d’un rapport sexuel pour se réinventer, quelques temps.

3Real Madrid est un collectif d’artiste italo-hispanique fondé à Genève (CH) en 2015. Il vit et travaille à Berlin (D) et Genève (CH).

Leave for the Woods, dimension variable, testogel, 2016.

© Isaac Contreras

Real Madrid, Bright Futures (2017)

4Ce poster sérigraphié affiche une phrase empruntée à une page WikiHow de conseils d’écriture créative. L’œuvre fait dialoguer avec âpreté les trois dimensions dans lesquelles se déploie le travail de Real Madrid : la science-fiction pop adolescente, internet avec ses communautés en ligne, et enfin, la réalité, où des personnes sont victimes de meurtres homo- ou transphobes. Les motifs new age et corporate semblent indiquer une communication ésotérique entre ces dimensions, sous les auspices d’un capitalisme bienveillant. Le poster engage à méditer sur le politiquement correct, sur l’accusation faite aux médias d’inciter à la violence, et sur ce sentiment de réel poignant qui se dilue dans la transparence d’un slogan publicitaire.

Bright Futures, 118 x 84 cm, sérigraphie une couleur, 2017.

Haut de page

Notes

1 Pacôme Thiellement au sujet de La Génération invisible de Burroughs ;

Pacôme Thiellement, « L’Éthique d’une aube malade », in Spectre no1, 2001.

2 Seth Price, How to disappear in America, The Leopard Press, New York, 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Love, but Leave Room for Disappointment, 250x100x100 cm, fer, acier, figues, 2018.
Crédits © James Bantone
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4797/img-1.png
Fichier image/png, 5,4M
Légende Leave for the Woods, dimension variable, testogel, 2016.
Crédits © Isaac Contreras
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4797/img-2.png
Fichier image/png, 8,8M
Légende Bright Futures, 118 x 84 cm, sérigraphie une couleur, 2017.
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4797/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 847k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Menétrey, « Real Madrid », Genre, sexualité & société [En ligne], Hors-série n°3 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/gss/4797 ; DOI : 10.4000/gss.4797

Haut de page

Auteur

Sylvain Menétrey

Curateur indépendant, éditeur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals