Navigation – Plan du site
Artistes

Ulrike Müller

Fever 103 (2010)
Emilie Ding

Résumé

Présentation du travail de l’artiste Ulrike Müller *1971 et de son œuvre Fever 103 (2010)

Haut de page

Texte intégral

Ulrike Müller, Fever 103, 2010, émail vitrifié sur métal, 39.4 x 30.5 cm.

© Todd Johnson

1Le travail artistique protéiforme d’Ulrike Müller évolue entre performance, installation, vidéo, peinture et dessin. Cette artiste d’origine autrichienne, active au sein de la scène queer new-yorkaise depuis ses études au sein du Whitney Program en 2002, revisite certains codes et récits de la modernité. Cette matière première historique lui permet d’élaborer un langage critique, naviguant au sein d’un continuum, qui révèle une série de luttes sexuelles et identitaires sous-jacentes.

Ulrike Müller, Fever 103 (2010)

2Fever 103, d’Ulrike Müller, est issue de la série éponyme réalisée en 2010. L’œuvre au complet, ainsi que chacune des pièces qui la constituent, empruntent leur titre au poème Fever 103° de l’écrivaine américaine Sylvia Plath. La composition de cette petite peinture à l’émail vitrifié, ici présenté, est le résultat de l’apposition d’une équerre sur une feuille de papier standard. Formant un triangle noir sur fond blanc, ce travail en apparence abstrait, dont le corps serait absent, replie la géométrie de la composition sur le sous-texte incandescent de l’œuvre. Produit à la veille de sa mort, en 1963, le poème de Sylvia Plath, est un geste tout sauf contrôlé : halluciné, torturé, charnel, le texte déborde de colère, d’émotions et d’engagement. L’oeuvre d’Ulrike Müller met subtilement en relation ce cri de désir, de liberté et d’indépendance, ce mal-être de l’auteure, étouffée, et bridée par le conformisme familial et social, avec les standards employés pour sa composition.

3Le petit format de cette dernière renvoie à celui du livre et à la pratique de la lecture. Il suggère une relation d’intimité entre l’artiste et son support, entre la peinture et le corps. L’apparente banalité du dessin -- induit par sa référence utilitaire -- et la représentation schématisée de la forme humaine qui infuse dans l’oeuvre mettent discrètement à distance les lieux communs de la peinture géométrique moderne. Le sexe féminin qui s’impose alors sur le fond neutre de la peinture, comme un emblème, un hommage, est aussi une manière de repenser la peinture abstraite : ni matérialiste, ni spiritualiste, l’empreinte négative du corps, le vide, attestent ici d’une volonté d’ancrage dans une sexualité opprimée et oubliée. Un engagement pour la marge, dont la composition épurée est le signe radical.

4Il y a, dans les stratégies abstraites de l’artiste et dans son utilisation du langage, un espace, un vide à prendre, qui jette le trouble sur la nature, les intentions et le devenir du sujet physique et social. Son utilisation des codes dominants, tels que la géométrie, les standards, la reproduction, repose sur une forme d’appropriation, ou de réappropriation des vecteurs de rapports de force entre l’individu et son environnement. Le travail d’Ulrike Müller met en relation, avec intelligence et finesse, différents niveaux de sens et de sensations liés aux formes ambiguës issues de la modernité, et qui structurent notre rapport au monde. Elle en révèle la complexité, comme la multitude des potentialités subjectives à l’intérieur du corps social. Ainsi dans la performance-lecture Love/Torture (2006), Ulrike Müller s’approprie le récit par les médias des scènes de torture dans la prison d’Abu Ghraib et le confronte, par le biais d’analogies langagières, à celui d’un acte sexuel sadomasochiste. Se présentant dos au public, performant sur un ton linéaire, elle incarne tour à tour, à la première personne du singulier, le rôle de dominant de chacune des scènes. L’artiste endosse ainsi plusieurs possibles identitaires, interroge leur statut et jette un trouble sur les signes qui tendent à figer tout un chacun dans un rôle prédéfini. Tout au long de la performance, Ulrike Müller renverse le sens de l’acte physique, dans lequel la question du consentement devient déterminante.

5Cette manière queer d’être au monde, s’incarne également dans la pratique collaborative de l’artiste au sein du collectif féministe LTTR qu’elle intègre en 2004. Fondé par Ginger Brooks Takahashi, K8 Hardy et Emily Roysdon et actif entre 2002 et 2008, LTTR est investi d’un élan politique performatif et collaboratif. Il s’organise autour de diverses invitations régies par des affinités sensibles, que ce soit au sein de son journal éponyme, édité annuellement, ou au travers des événements, des lectures ou des soirées de performances qui y sont associées. Le temps passé ensemble, le mode d’action et les objets qui en découlent attestent d’une réalité basée sur une éthique féministe engagée à un niveau d’abord local, pour excéder ensuite cette simple géographie, s’ouvrir à la participation d’autres collaboratrices-teurs et gagner une portée internationale. Ces multiples actions et leurs traces témoignent, archivent et attestent de l’existence d’une réalité autre, d’un monde qui peut être pensé de manière collective : plus que de protester contre la binarité d’un système établi, LTTR performe et complexifie les catégories de classe, de race et de genre pour offrir la possibilité d’autres agencements.

6Urlike Müller est une artiste autrichienne née en 1971 à Brixlegg. Elle vit et travaille à New York City (USA)

Vue de l’exposition Ridykeolous, Participant Inc, New York City, 2006 (Avec les oeuvres de Kathe Burkhart, K8 Hardy, Ulrike Müller and A.L. Steiner)

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4816/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Vue de l’exposition Ridykeolous, Participant Inc, New York City, 2006 (Avec les oeuvres de Kathe Burkhart, K8 Hardy, Ulrike Müller and A.L. Steiner)
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4816/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emilie Ding, « Ulrike Müller », Genre, sexualité & société [En ligne], Hors-série n°3 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/gss/4816 ; DOI : 10.4000/gss.4816

Haut de page

Auteur

Emilie Ding

Artiste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals