Navigation – Plan du site
Entretiens

Genre, guerre et militarisme à travers le prisme de l’art féministe : un cheminement intime.

Gender, war and militarism through the prism of feminist art: an intimate path.
Adela Jusic et Nermina Trbonja
Traduction de Michela Villani

Résumés

L’entretien avec Adela Jusic ouvre le débat sur le rôle de l’artiste dans la production des images dans le contexte d’après guerre de la Bosnie-Herzégovine. À partir de son parcours d’artiste, Adela Jusic explique comment s’impose pour elle l’engagement féministe dans sa pratique artistique. À travers l’art visuel, son travail cherche à briser les stéréotypes et les schémas de pensée, dénoncer des injustices tout comme générer des changements. En s’appuyant sur diverses œuvres, elle offre une lecture inédite de son engagement féministe et aborde la militarisation, la place des victimes dans l’espace post-guerre contemporain, la violence genrée perpétrée à travers le viol, enfin la mémoire qui mêle l’histoire de la Bosnie à son histoire familiale.

Haut de page

Texte intégral

1Entretien réalisé le 12 décembre 2017

2Adela Jusic est née en 1982 à Sarajevo en Bosnie-Herzégovine. Elle est diplômée de l’Académie des Beaux-Arts, département d’estampe de l’Université de Sarajevo en 2007 (MA), et obtient, en 2003, une maîtrise en démocratie et droits de l’homme conjointement attribuée par l’Université de Sarajevo et l’Université de Bologne. Adela Jusic a participé à plus d’une centaine d’expositions au niveau international (Manifesta 8, Murcie, Espagne ; Videonale, Kunstmuseum Bonn, Allemagne ; Image Counter Image, Haus der Kunst, Munich, Allemagne, Balkan Insight, Centre Pompidou, Paris). Elle a participé à de nombreux programmes de résidence d’artistes (ISCP, New York ; Kulturkontakt, Vienne ; IAAB, Bâle, Quartier des musées, Vienne) et panels, ateliers et conférences. Elle a remporté le Young Visual Artist Award en Bosnie en 2010, le Henkel Young Artist Price CEE en 2011 et le prix spécial du Belgrade October Salon en 2013. Ses œuvres font partie de plusieurs collections privées et publiques. Elle est depuis 2010 également co-fondatrice et collaboratrice de projets culturels à l’Association pour la Culture et l’Art ‘Crvena’. Elle est l’une des créatrices des archives en ligne de la lutte antifasciste des femmes de B&H et de Yougoslavie, consultable à : http://afzarhiv.org/​. Ses expositions sont listées sur son site personnel : www.adelajusic.wordpress.com

Jusic Adela,"Ensemble ils ont chantée/ Together they sang " Collage, Sarajevo, Imago Mundi Highlights Collection, 2017.

3Nermina Trbonja : Les termes « art féministe » ou « pratique féministe politiquement engagée » sont souvent associés à ton travail. Tes productions visent-elles à produire du changement, déclencher une prise de conscience, voire à lutter contre certaines pratiques, normes et visions patriarcales ? Par ailleurs, serais-tu d’accord pour dire que lorsque tes œuvres s’adressent aux dominé-e-s, elles deviennent une forme d’« acte réparateur », tandis que lorsqu’elles s’adressent aux dominant-e-s elles relèvent davantage de la dénonciation ? Comment te positionnes-tu par rapport à cela ?

4Adela Jusic : On m’a souvent demandé si j’étais une artiste qui aborde, entres autres, des sujets politiques féministes ou si je me définissais comme une artiste féministe. En termes d’identité c’est pour moi une question : suis-je avant tout féministe ou artiste ? Est-ce l’art ou le féminisme qui est pour moi prééminent ? En fait, je dirais que mes réponses ont changé au fil du temps, avec l’expérience, l’engagement dans l’activisme féministe et la pratique de l’art. Je pense que ma pensée féministe a évolué avec, mais aussi grâce à ma pratique artistique.

5J’ai grandi sans présence physique d’un homme dans ma famille, dans une maison où cohabitaient trois générations de femmes : ma sœur, ma mère et ma grand-mère. Pour cette raison, je suppose avoir été féministe dans mes actions quotidiennes, dans la pratique, saisissant le monde à partir du point de vue des femmes qui m’entouraient et en agissant conformément à cela. Pourtant, à l’époque, je ne considérais pas ce féminisme comme une forme politique. Je n’étais par ailleurs pas attirée par l’art politiquement engagé ou l’art féministe. J’ai étudié dans une académie d’art très classique, où on apprenait les diverses techniques d’art plastique et où il n’y avait pas de réelle réflexion au-delà de la pure pratique artistique. Mais, dès ma deuxième année à l’Académie, j’ai commencé à me familiariser avec l’art engagé politiquement. Et là tout a changé. J’ai compris les possibilités que l’art contemporain offrait pour représenter mes visions féministes. J’ai assez rapidement réalisé par exemple que je ne voulais pas que mon travail soit un autre « produit sur le marché », que je pouvais faire beaucoup plus en tant qu’artiste : travailler pour éveiller les consciences, briser les stéréotypes et les schémas de pensée, dénoncer des injustices, éclairer les relations de pouvoir ou les discours oppressifs, générer des changements, même petits, mais des changements quand même !

6C’est à ce moment que j’ai commencé à m’intéresser aux théories féministes, à me familiariser à ce champ d’études. J’ai rapidement rejoint des groupes féministes à Sarajevo et me suis engagée dans une forme d’activisme. J’ai abordé le sujet de la guerre dès le début de ma pratique artistique. C’était un sujet évident pour moi, je dirais même logique et naturel. D’abord parce que j’ai grandi dans une ville qui a été assiégée pendant 4 ans, pilonnée et ravagée par les bombardements incessants, autrement dit dans des circonstances extrêmes. Je manquais littéralement de tout et j’ai lutté pour survivre dans une ambiance de mort, de destruction et de déshumanisation. Ensuite parce que, d’une certaine manière, la guerre n’a jamais disparu en Bosnie. Certes, le conflit armé a pris fin mais la guerre, elle, a continué d’être présente dans de nombreux aspects de nos vies. Il est presque impossible de passer une journée sans que la guerre se rappelle à notre souvenir d’une manière ou d’une autre, que cela soit à travers la presse, la mémoire des personnes disparues, les impacts de balles encore visibles sur les bâtiments ou un vétéran qui boit dans le bar du coin et discute de politique avec son voisin déçu de la situation actuelle du pays. Les conséquences du conflit armé sont omniprésentes. Les politiques nationalistes gouvernent nos vies et orientent nos pensées.

  • 1 Le conflit armé en Bosnie-Herzégovine, qui a duré trois ans et demi, de 1992 à 1995, a pris fin ave (...)

7Malheureusement, la haine ethnique a essaimé même dans l’esprit des générations nées après 1995. Nous demeurons symboliquement exposé-e-s aux bombardements et en particulier aux rhétoriques du ressentiment orchestrées par les ‘ex seigneurs’ de la guerre, devenus aujourd’hui des millionnaires1. Ces hommes, qui occupent des postes de pouvoir, y compris politiques, ravivent avec leur arrogance les traumatismes de guerre. Leurs discours s’appuient sur une démagogie d’Etat insistant sur la nécessité de protéger les minorités ethniques en évoquant des scénarios catastrophiques pour les minorités. Parallèlement ils contribuent activement à morceler les biens publics, et détruire le patrimoine culturel du pays.

  • 2 On estime qu’entre 1992 et 1995, la guerre de Bosnie a entraîné des viols massifs. En 1993, en répo (...)

8La période entre 1992 et 1995 est devenue une mine de significations d’où sont tirées, amplifiées et métamorphosées les différences ethniques et nationales des habitant-e-s qu’ils et elles expriment par un attachement irrationnel au sang, à la religion, à la terre, au langage etc. Pour donner un exemple, lorsque les politiciens locaux mentionnent les femmes qui ont survécu à la violence sexuelle pendant la guerre2, ils vont toujours parler des groupes de femmes appartenant à certains groupes ethniques, violées par les membres de l’autre groupe ethnique. Elles ne sont donc pas considérées en tant que femmes victimes de violences masculines mais comme le vecteur d’une ethnicité bafouée. Autrement dit, la violence à laquelle elles ont été soumises est reconnue comme telle en raison de la connotation ethnique. A cet égard, il faut rappeler que les femmes qui ont été violées par un ou plusieurs membres de l’autre groupe ethnique ont pu obtenir des réparations, alors que celles violées par un ou plusieurs membres du même groupe ethnique n’ont pas eu le même droit. De la même manière, lorsqu’il est question d’une personne qui a été assassinée pendant la guerre, ce n’est pas l’être humain qui importe, mais le membre d’un groupe national ou ethnique particulier, serbe, bosniaque ou croate. C’est ainsi que le nationalisme se perpétue et s’impose, que la haine se prolonge et que la division entre les peuples s’installe. Le pire, c’est que les luttes nationalistes sont devenues la principale préoccupation de la population, alors que nous devrions lutter contre la pauvreté, pour les droits sociaux des travailleurs et travailleuses, la gratuité de l’éducation, ou les soins de santé.

9Dans ce sens et pour revenir à ta première question, j’essaie effectivement à travers mon travail d’amorcer le changement, de susciter la prise de conscience et de suggérer des alternatives. Je ne suis pas sûre que j’y parviens mais c’est tout ce que je peux faire, et espérer, en tant qu’artiste féministe.

10Par rapport à ton autre question, je dirais que je peux être féministe sans être artiste, mais je ne peux pas me concevoir en tant qu’artiste sans m’identifier dans le même temps au discours féministe. L’autre jour, je marchais dans les rues de Sarajevo et il y avait un couple qui marchait devant moi. Le type a soudainement tourné la main vers sa partenaire, j’ai pensé immédiatement que c’était un geste violent. Puis il a commencé à danser avec elle… Je me suis alors détendue mais j’ai en même temps pris conscience de la rapidité avec laquelle je me suis mise en alarme, en état de tension... Parfois, je rêve de passer une journée sans être témoin ou sans ressentir d’oppression, pour avoir au moins un peu de repos émotionnel.

11N.T : Dans l’œuvre "The sniper", tu mets au centre la relation fille/père en évoquant un élément de ton histoire personnelle dans le but de montrer l’aspect le plus trivial de la guerre. En observant la scène dans cette œuvre, on a l’impression que tu déconstruis l’un après l’autre les lieux communs attachés à la violence de la guerre : les justifications politiques, idéologiques, militaristes, stratégiques, patriarcales, héroïques, émotionnelles et même corporelles. Mais ton travail rejette dans le même temps la victimisation, il s’attache davantage à mettre en lumière les conditions de reproduction de la violence. Dans la vidéo présentée, pendant que tu traces un cercle rouge enfantin sur une feuille blanche, derrière lequel apparaît l’image de ton père, nous t’entendons, d’une voix uniforme et peu expressive, lire des passages de son journal intime que tu avais retrouvé, où ton père a enregistré ses actions de sniper durant la guerre de Bosnie : "1er novembre : un soldat. Le 2 novembre : un soldat, un camionneur. Le 3 novembre : un camionneur. Le 4 novembre, trois soldats. Le 5 novembre un soldat" (Jusic, 2007).

12À la fin de la vidéo, le public découvre qu’il a été assassiné : "Le 3 décembre, mon père, le sniper, a été tué par un sniper, par une balle dans son œil droit." (Jusic, 2007) Juste avant de prononcer cette dernière phrase, le cercle rouge est venu recouvrir toute la surface de son œil droit, reconstituant les faits au sens forensique. L’instant d’après, le cercle rouge disparaît, avec tous les liens personnels. Ensuite, le public est amené à contempler encore sa photo, qui rétrécit en même temps que le plan s’agrandit. Son visage disparaît ensuite du cadre et le public découvre pour la première fois le reste de l’image, son corps masculin, l’uniforme militaire, le fusil dans ses bras.

13Cette lecture féministe et antimilitariste de la violence en temps de guerre permet de problématiser l’aspect concernant la défense. La nature profondément genrée de la représentation des conflits armés, et plus généralement de la violence, se fonde sur le postulat d’une protection nécessaire. Cette protection est toujours masculine et incarnée par des hommes représentés comme des "guerriers justes" tandis que les femmes sont représentées en tant que victimes ayant besoin d’être protégées. Parlant de ta position de fille unique de 10 ans, qui avait besoin d’être protégée durant la guerre, tu avais opté pour la notion politisée d’intimité. Rejetant le rôle de la victime, tu proposes un point de vue analytique de la violence de guerre, tu montres sa complexité, la multiplicité de la manière dont la violence se manifeste à travers ces figures protectrices, tu soulignes l’échec de ce rôle en exagérant l’hyper-masculinisation du soldat dans un contexte de guerre, s’opposant au rôle féminisé du père gardien du foyer. Selon toi, dans ce contexte particulier, qu’apporte ta démarche artistique ? Y a-t-il des valeurs ou des visions particulières que tu tentes de transmettre ?

Stealth ", exposition solo à Kibla, Slovénie, 2016. La photo montre les projections : (photo à droite) de la vidéo "Le Sniper" ; (photo à gauche) la performance vidéo " Who needs DRNČ/Qui a besoin de DRNČ", où l’artiste nettoie le canon M-48 ; et (photo du milieu) la partie vidéo de l’œuvre mixte intitulée" Ride the Recoil ".


14A.J : Lorsque j’avais 9 ans, mon père m’apprenait comment nettoyer son fusil lorsqu’il rentrait à la maison. Un jour, peu de temps avant sa mort, il m’avait emmenée voir mon oncle, dans une localité proche de la ligne du front. Nous avions marché pendant des heures, parcouru un cimetière urbain sans fin sur les collines entourant la ville, dans lequel on se cachait derrière les pierres tombales pour éviter des tirs. Bien que ça puisse sembler fou de donner une arme à un enfant de 9 ans, qui plus est à une fille, ou de l’amener si près de la ligne de front, ça faisait partie de mon quotidien. Et c’était la réalité de beaucoup d’enfants de ma génération. Ma mère était aussi engagée dans l’armée jusqu’à la fin de la guerre, un travail malheureux mais qui nous donnait de la stabilité et lui permettait de fournir de la nourriture de base. Contrairement à mon père, elle a survécu.

15Dans la vidéo "The Sniper", je ne voulais pas délibérément prendre position pour un clan ou de l’autre dans un sens ethnique ou national. Cependant, je ne peux agir qu’à partir de la position d’un enfant qui a grandi dans une ville assiégée par l’armée des agresseurs. Je souligne toujours le fait que, oui, mon père était engagé dans la violence mais que la violence était dirigée contre des soldats, contre ceux qui terrorisaient les civils de la Sarajevo assiégée. J’ai voulu montrer différentes perceptions de la mort en imaginant des soldats comme des "nombres insignifiants" (un soldat, deux soldats, trois soldats) et en retournant le sens vers la fin de la vidéo, en montrant une personne qui meurt, en lui donnant un visage, un corps, en la mettant en relation avec sa fille, moi, qui suis aussi la narratrice et l’artiste. Je pense que c’est probablement ce qui choque dans cette pièce puisqu’après des soldats anonymes, on voit soudainement apparaître une identité et des affects affirmés dans la dernière phrase : "Mon père, le sniper, a été tué par un autre sniper, une balle venant se loger dans son œil droit".

16Bien qu’abrupt, ce travail reste ouvert à différentes interprétations politiques. L’intention est de bouleverser et de laisser un espace pour que le spectateur puisse réfléchir, juger, questionner, imaginer et sentir la guerre, contempler la justice et l’injustice, penser à l’ennemi, à la victime, etc. C’est là que réside l’esprit de l’art féministe politique. Du moins, c’est là que je définis mon art féministe.

  • 3 La Rakija est un alcool de Bosnie-Herzégovine. C’est une eau-de-vie obtenue par distillation de jus (...)

17N.T : En pensant ton art, il semble possible de retracer ou cartographier deux lignes de réflexion. La première provient du contexte local, la deuxième d’un contexte global. Dans ton travail "When I die, you can do what you want/ Quand je serai morte, faites ce que vous voulez", tu chuchotes la voix de ta grand-mère et tu racontes la trajectoire de cette femme née dans les années 1920 dans une Europe de l’Est militarisée. Tu offres au public une proximité avec le personnage de ta grand-mère à travers son portrait, modeste et noble à la fois, toi derrière elle décolorant ses cheveux : « Quand tu es née, ta mère voulait t’appeler Adelaida, mais ton grand-père a dit qu’il ne pouvait pas mémoriser ce nom, donc elle l’a raccourci à Adela. Ils ont écrit ton nom sur un bout de papier qu’il l’a mis dans sa poche, quand quelqu’un lui demandait ‘Quel est le nom de votre petite-fille ?’ il sortait le papier de sa poche et disait : Adela. [...] Ton grand-père aime boire. Je lui cachais la Rakija3. [...] Une fois il a ramené un chien errant dans le jardin, et saoul comme il était, il l’a attaché derrière la maison. [...] Le matin au réveil quand je l’ai vu, j’ai réveillé ton vieux, et je lui ai demandé de sortir et de se débarrasser de ce chien… Il est sorti, n’a pas pu s’approcher de lui non plus, alors il a pris son pistolet et il l’a tué. [...] Lors de notre mariage à la Mairie, on m’a appris qu’il avait déjà été marié une fois. À ce moment-là j’ai voulu que la terre m’engloutisse. Il ne me l’avait même pas dit. Il avait peur de me le dire, je ne l’aurais jamais épousé si j’avais su". » (Jusic, 2011). Dans cette vidéo, en racontant la trajectoire de ta grand-mère, et une partie de la tienne à travers celle-ci, tu donnes voix aux réalités des femmes bosniaques. Ces voix transgressent les frontières temporelles tout autant que nationales et accèdent à un registre global capable de restituer les parcours de nombreuses femmes issues du milieu ouvrier et, même au-delà, d’une société patriarcale. Comment jongles-tu entre le local et le global dans ton travail ? Est-ce que tu cherches à articuler ces deux niveaux ? Et si oui, comment t’y prends-tu ?

18A.J : Ma grand-mère était une figure très importante dans ma vie. Mon grand-père aussi mais il est mort quand je n’avais que 9 ans. Comme c’était le cas dans de nombreuses familles de la classe moyenne à cette époque, on vivait tous dans la même maison : mes grands-parents, mes parents et nous les petits-enfants. Ma grand-mère et mon grand-père se sont occupés de moi pendant que mes parents travaillaient. Et ils travaillaient beaucoup, tous les deux, dans une usine. C’est un peu comme si mes grands-parents étaient mes parents. Quand mon père est décédé, ma grand-mère, donc sa mère, a continué à vivre avec nous. Elle était très intelligente mais peu instruite, scolarisée pendant seulement 3 ans au niveau primaire. Néanmoins, elle avait une riche et lourde expérience de vie et une profonde intelligence sociale et émotionnelle. Peu à peu, j’ai commencé à comprendre et à traduire son expérience en lutte des femmes contre la société patriarcale, comme un exemple héroïque de la force des femmes pour faire face aux injustices et aux oppressions du "monde masculin".

19Plus tard, les histoires de vie qu’elle me racontait tous les jours ont commencé à se dessiner dans mon esprit, formant une image plus claire de la femme qu’elle était vraiment. Je l’ai écoutée avec plus d’attention et j’ai pu finalement partager avec une empathie profonde son histoire, étant moi-même une femme devant faire face à cette oppression patriarcale qu’elle a vécue tout au long de sa vie. J’ai cependant eu la chance d’étudier d’avantage qu’elle et, en général, d’occuper une position bien meilleure.

20Après sa mort, j’ai réalisé que toutes les histoires qu’elle me racontait risquaient d’être oubliées. Je me suis alors mise à écrire ces récits et à faire revivre sa voix dans des vidéos, à la première personne, en reconstituant soigneusement tout ce dont je me souvenais. C’est la façon très caractéristique de raconter des personnes âgées qui m’a aidée dans le processus de rédaction. Elle répétait toujours les mêmes histoires, l’ordre des mots dans les phrases était toujours le même. La façon dont les diverses étapes de vie se succédaient était très intéressante, les associations qu’elle faisait, la manière dont elle reliait les différentes périodes de sa vie et y donnait sens. Par exemple, ses récits montraient comment le conflit faisait irruption dans sa vie quotidienne en établissant des parallèles entre ce qu’elle appelait "l’autre guerre" (WWII) et "cette guerre" (1992-95). La guerre a produit en elle des traumatismes majeurs.

21La vidéo (voir en annexe) que j’ai réalisée a été présentée pour la première fois en 2011, à Sarajevo. Je n’étais pas sûre que ces histoires seraient vraiment comprises à travers la façon dont je les représentais. Je craignais que ce travail soit trop personnel. Lors du vernissage, une centaine de personnes étaient présentes. Après la projection, certains retournaient voir la vidéo, et d’autres m’approchaient pour me raconter des histoires semblables de la vie de leurs grands-mères. J’ai réalisé à ce moment-là que j’avais réussi à (re)créer quelque chose dans lequel d’autres femmes pouvaient se reconnaître, une sorte d’histoire de vie universelle de la femme yougoslave. D’une certaine façon, chacun-e pouvait déceler des bribes de la vie de sa grand-mère ou de celle d’une autre femme de la même génération. Les pensées et les expériences intimes racontées à travers ma voix faisaient résonner notre histoire commune, marquée par le conflit, les turbulences politiques, les problèmes sociaux et économiques.

22Après cette première, qui a eu lieu dans une galerie locale, j’ai entrepris de traduire le récit en anglais afin de présenter mon travail à une audience plus large. C’était une lourde tâche. Je craignais que le public international soit privé des spécificités ‘du vieux langage’ que ma grand-mère employait, tout comme des spécificités locales et culturelles. J’avais tort car le travail a finalement été très bien compris. J’en ai déduit que les routes du patriarcat sont universelles et n’ont pas de frontières ! Dans ce sens, l’art qui traite du patriarcat n’a pas de frontières non plus.

23N.T : La guerre est une valeur du patriarcat qui est dénoncée depuis longtemps par les courants féministes. L’incorporation des femmes dans l’armée ou leur participation aux combats fait pourtant débat à l’intérieur du féminisme. La question n’est pas tant de savoir si les femmes sont physiquement ou émotionnellement capables d’assumer un rôle militaire mais de savoir si cela représente un progrès pour les femmes, pour l’égalité des sexes et pour le féminisme. Les courants féministes promouvant ‘le droit de combattre’ font valoir que l’égalité d’accès aux postes militaires et au combat constituent autant d’opportunités de transformer l’armée en une institution plus démocratique et moins hiérarchique grâce à la subversion des rôles genrés. Cette position est vivement critiquée par les féministes antimilitaristes qui refusent de légitimer les institutions militaires et la violence dont elles sont porteuses par la participation des femmes. Ces dernières soulignent l’importance pour les femmes d’être représentées en politique, alors que les structures militaires, qui exercent une fonction exécutive, ne font que perpétuer la violence d’État et de qui le dirige. Les féministes antimilitaristes souhaitent justement sortir des structures militaires tout comme de la militarisation sur la société, plutôt qu’ouvrir l’accès aux femmes à ces structures.

24Ce débat est également présent dans ton travail qui thématise le rôle du Front Antifasciste des Femmes de Yougoslavie (AFF) et la participation des femmes à la Guerre de Libération Nationale Yougoslave (GLNY). Environ 110 000 femmes ont participé à l’Armée Nationale Yougoslave en tant que combattantes, tandis que 2 millions d’entre elles se sont engagées dans la lutte antifasciste grâce au travail de l’AFF. Dans ton travail, tu suggères que les femmes n’ont pas nécessairement rejoint l’armée ou l’AFF à cause du patriotisme ou parce qu’elles voulaient atteindre l’égalité des sexes. Tu soutiens qu’il s’agit plutôt pour elles d’une volonté de s’émanciper et d’accéder à l’égalité qui leur était promise dans l’opposition au fascisme.

25A.J : Je viens d’une famille de soldats. Mes parents se sont engagés dans l’armée, parce que ça leur semblait être le seul choix possible en 1992, alors que la ville de Sarajevo était assiégée. Ma sœur, elle, a rejoint l’armée nationale de Bosnie-Herzégovine en 2010. Contrairement à mes parents, qui sont devenus soldats pendant le conflit, ma sœur s’est engagée dans l’armée professionnelle pour des raisons économiques, dans un contexte d’après-guerre marqué par un chômage de masse. En tant que femme féministe et anti-militariste, j’ai essayé de discuter avec ma sœur pour qu’elle change d’avis et qu’elle n’intègre pas l’armée. Un jour, je lui ai envoyé un e-mail pour lui expliquer pourquoi elle ne devrait pas rejoindre l’armée, avec des statistiques sur le nombre de femmes victimes de harcèlement sexuel et de viol dans les structures militaires. Elle m’a répondu en une phrase : "Tu sais, s’il y a une nouvelle guerre en Bosnie, c’est toi qui seras violée, pas moi, car j’aurai une arme dont je saurai me servir". Sa réponse m’a laissée bouche bée. Elle n’avait alors que 21 ans. Contrairement à moi, elle n’a pas de souvenir clair de la guerre mais sa génération a grandi dans la menace, l’ambiance du traumatisme et la mémoire des viols. Ma sœur m’a fait réaliser que si les femmes deviennent soldats, c’est certainement aussi parce qu’elles veulent être capables de se protéger et de faire face aux violences auxquelles elles sont confrontées.

26Il y a quelques années en arrière, j’ai lu un article académique au sujet de l’implication des femmes dans la première guerre mondiale. Ce dernier expliquait que les femmes sont entrées dans la sphère publique en participant ‘au sport’ masculin par excellence : la guerre. C’est un paradoxe étonnant, une ironie du sort ! Mais dans les sociétés patriarcales, les femmes sont toujours sollicitées quand c’est nécessaire : en temps de guerre, de révolution, d’industrialisation, dans les projets nationalistes basés sur la natalité, etc. Elles sont ensuite renvoyées dans la sphère privée dès que la tâche est accomplie. Cela s’est également produit en Yougoslavie au début de la Seconde Guerre mondiale. Il fallait des femmes pour défendre le pays et combattre le fascisme. Elles ont donc été appelées à quitter leur foyer alors que quand ce genre de situations se produisaient, elles étaient encore escortées par le chef de famille ou le membre masculin le plus proche. Lorsque les femmes ont été appelées à rejoindre la Guerre de Libération Nationale Yougoslave (GLNY) et saisir les armes, certaines n’avaient que 14 ou 15 ans, sans aucune compétence ni savoir militaire. On leur disait de suivre leurs pères, frères, maris, fils. Elles marchaient pendant des jours, dans la neige et le froid, à travers des sentiers qui conduisaient aux premières lignes du front, dans des paysages de haute montagne. Libérer le pays était associé à une promesse d’égalité économique et politique et d’émancipation sociale, des droits qu’elles n’avaient jamais eus auparavant. Voici un extrait que j’ai utilisé dans une de mes œuvres audio qui date de 2012 et qui reflète les raisons promues pour motiver les femmes à s’enrôler dans l’armée. La pièce s’intitule "Elle est allée à la guerre" :

"Elle est partie en guerre parce que la guerre signifiait la liberté pour elle.

Elle croyait que lorsque la guerre prendrait fin, les femmes seraient égales dans la prise de décisions dans la sphère sociale.

Elle croyait que lorsque la guerre prendrait fin, les femmes auraient une part égale au gouvernement.

Elle croyait que lorsque la guerre prendrait fin, les femmes seraient récompensées pour leurs mérites.

Elle croyait que sa lutte servirait à la liberté d’autres femmes aussi.

Elle croyait être une camarade parmi les camarades masculins.

Elle croyait que la fraternité et l’unité étaient l’unité non seulement des frères, mais l’unité des frères et des sœurs.

Elle ne savait pas que la lutte contre le fascisme ne serait pas terminée après la lutte contre le fascisme". (Jusic, 2012)

27L’AFF s’est écroulé en 1953, une fois que s’est imposée l’idée selon laquelle la "question des femmes" ne devait pas être traitée séparément, autrement dit que la lutte pour les droits des femmes et la lutte de classe devaient être menées sur un même front. Cette stratégie a été utilisée non seulement en Yougoslavie, mais aussi au niveau international. Je pense à l’inverse que la lutte féministe doit être menée en parallèle avec la lutte des classes. L’histoire du 20ème siècle démontre sans ambiguïté que les valeurs patriarcales ont survécu dans le projet socialiste, principalement à travers l’impératif de l’idéal de la famille socialiste. Souvenons-nous de nos "itinéraires communs sur les routes universelles du patriarcat".

Haut de page

Bibliographie

JUSIC, Adela, The Sniper (Vidéo), Sarajevo, Ride the Recoil IMAI, 2007.

JUSIC, Adela, When I Die, You Can Do What You Want (Vidéo), Sarajevo, Ride the Recoil IMAI, 2011. Extrait de la vidéo disponible à l’adresse suivante : https://vimeo.com/74642950

JUSIC, Adela, She went to war, Sarajevo, Ride the Recoil IMAI, 2012.

SULLIVAN, Graeme, “Research Acts in Art Practice Source: Studies in Art Education”, A Journal of Issues and Research, 48, 1, 2006, pp. 19-35.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Le conflit armé en Bosnie-Herzégovine, qui a duré trois ans et demi, de 1992 à 1995, a pris fin avec la signature de l’Accord de paix de Dayton en décembre 1995. Les négociations de paix n’ont intégré ni les voix des citoyens, ni celles des femmes en particulier. Les négociateurs étaient des chefs de guerre masculins qui avaient pour principale motivation de conserver leur territoire et maximiser le pouvoir. L’ensemble du processus a été étroitement supervisé par la communauté internationale. En conséquence, le pays a été divisé en deux entités : la Fédération de Bosnie-Herzégovine et la République de Serbie.

2 On estime qu’entre 1992 et 1995, la guerre de Bosnie a entraîné des viols massifs. En 1993, en réponse à la guerre en Bosnie, le Conseil de sécurité des Nations Unies a créé le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY), le premier tribunal pénal international depuis la Seconde Guerre mondiale. Après de nombreuses initiatives et pressions exercées par la communauté féministe internationale, le TPIY a inscrit le viol comme une violation grave des droits de l’homme et un crime de guerre. Cependant, pour que le viol soit considéré par le droit international, son intention doit être jugée de nature politique : nettoyage ethnique, humiliation ou dégradation à des fins politiques.

3 La Rakija est un alcool de Bosnie-Herzégovine. C’est une eau-de-vie obtenue par distillation de jus de fruits fermentés, très populaire à travers les Balkans.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Jusic Adela,"Ensemble ils ont chantée/ Together they sang " Collage, Sarajevo, Imago Mundi Highlights Collection, 2017.
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4860/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Stealth ", exposition solo à Kibla, Slovénie, 2016. La photo montre les projections : (photo à droite) de la vidéo "Le Sniper" ; (photo à gauche) la performance vidéo " Who needs DRNČ/Qui a besoin de DRNČ", où l’artiste nettoie le canon M-48 ; et (photo du milieu) la partie vidéo de l’œuvre mixte intitulée" Ride the Recoil ".
URL http://journals.openedition.org/gss/docannexe/image/4860/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adela Jusic et Nermina Trbonja, « Genre, guerre et militarisme à travers le prisme de l’art féministe : un cheminement intime. », Genre, sexualité & société [En ligne], Hors-série n°3 | 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/gss/4860 ; DOI : 10.4000/gss.4860

Haut de page

Auteurs

Adela Jusic

Artiste féministe, Sarajevo, Bosnie-Herzégovine

Nermina Trbonja

Doctorante, Université Paris 10 Nanterre, France

Articles du même auteur

  • Visuels [Texte intégral]
    Production, diffusion et circulation des images du genre et de la sexualité
    Paru dans Genre, sexualité & société, Hors-série n°3 | 2018
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals