Navigation – Plan du site
2019

Carine Guérandel et Eric Marlière (dir.), Filles et garçons des cités aujourd’hui

Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion
Mickael Chelal
Référence(s) :

GUERANDEL Carine et MARLIERE Eric, Filles et garçons des cités aujourd’hui, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, collection « le regard sociologique », 2017. URL : http://books.openedition.org/septentrion/12879

Texte intégral

  • 1 Il peut être intéressant de noter que, parfois, cette figure stigmatisante reste attachée à ces jeu (...)

1Depuis maintenant près de quarante ans, la jeunesse des cités cristallise le « problème des banlieues » à travers la figure archétypale du jeune homme (adolescent ou jeune adulte) appartenant aux classes populaires1 et descendant d’immigrés en provenance du Maghreb ou d’Afrique subsaharienne (ou plus largement des anciennes colonies françaises) formant un stigmate genré et racisé. Cette figure médiatico-politique du « jeune de cité » ou « jeune de banlieue » est très souvent associée aux questions de violence (émeutes, domination masculine...), à la délinquance (trafic de drogue, phénomènes de bande...) ou plus récemment à la radicalisation religieuse (Truong, 2017) et influence la politique de la ville depuis quatre décennies. Cette figure homogénéisante réduit pourtant la diversité et la complexité de la vie sociale des jeunes habitants de ces quartiers. Prolongement d’une journée d’étude réalisée en 2014 à l’Université de Lille, l’ouvrage collectif dirigé par Carine Guérandel et Eric Marlière, tout deux maîtres de conférence en sociologie, tente de déconstruire ces figures stigmatisantes afin de témoigner de l’hétérogénéité des parcours, des trajectoires et des vécus des jeunes garçons et des jeunes filles des cités.

2L’un des objectifs et intérêts du livre est de faire la démonstration de la diversité des expériences et des trajectoires sociales des « jeunes des cités ». Pour ce faire, les contributions s’appuient principalement sur des enquêtes empiriques à l’image de celle de Fabien Truong rappelant liminairement la nécessité méthodologique d’une « ethnographie longitudinale » (p. 33) en vue de comprendre, d’expliquer et de décrire le plus finement possible la complexité du monde des cités. Ce travail dans la durée doit permettre de trouver la « bonne focale » (Becker, 2016) en prenant en compte ce qui se passe dans et en dehors de la cité tout en étudiant des cas particuliers. Cela afin de saisir les logiques collectives et individuelles qui pèsent sur la vie de ces jeunes et ainsi observer la pluralité des expériences vécues.

3L’ensemble des contributions témoigne dès lors de ces expériences plurielles mises en lumière de longue date par la « sociologie des cités » (Kokoreff, 2003 ; Clair, 2008 ; Faure, 2008 ; Oppenchaim, 2016), sur ceux qui sont désormais perçus comme appartenant à la « nouvelle classe dangereuse » ou identifiés comme les « ennemis de l’intérieur ». L’ouvrage tente d’appréhender l’ensemble de la jeunesse des cités, aussi bien les « visibles » que les « invisibles » (Sauvadet, 2006), en se penchant également sur le « hors-cité » (trois contributions sur les huit qui le compose se situent dans le cadre scolaire par exemple). Pour approcher cette diversité, ce livre présente l’intérêt de s’intéresser aux expériences des garçons mais également des filles.

4Alors que les adolescents et jeunes hommes des cités semblent omniprésents du fait de leurs pratiques de privatisation de l’espace public du quartier, les filles de cité paraissent à l’inverse invisibles ou perçues à travers un prisme victimaire, sous domination masculine de la fratrie en premier lieu et du reste de la population masculine du quartier dans un second ou même temps. La contribution de Pauline Beunardeau (p. 45) tente de dépasser les usages hégémoniques de la force de la domination masculine en s’intéressant précisément aux rapports à la dureté et à la force d’adolescentes d’un collège situé à proximité d’une cité du nord est parisien. A partir de l’observation des rapports sociaux de sexe au sein de ce collège, P. Beunardeau décrit l’apprentissage « par corps » (p. 52) par le biais d’affrontements ludiques avec les garçons montrant ainsi que les usages féminins de la force sont structurés par les rapports de genre. Ces filles apprennent, entre autres, à montrer qu’elles ne se laissent pas faire en empiétant sur les terrains de la virilité des garçons en développant un « capital agonistique » (Lepoutre, 2001) tout en le négociant au quotidien.

  • 2 Le terme de « race » est défini dans cet ouvrage comme étant un rapport de domination construit soc (...)

5En abordant les filles et les garçons dans un même moment, cet ouvrage collectif permet ainsi de saisir la variété des comportements adoptés et des trajectoires sociales. En étudiant l’engagement politique d’une fille et d’un garçon de cité (Majda et Yassine) qui font campagne pour la première fois lors des élections municipales de 2008, Elsa Lagier tente notamment de comprendre la différenciation des modalités de leur engagement politique au regard des rapports sociaux de sexe qui s’expriment dans le contexte de la cité dans laquelle elles.ils ont été socialisés. Si cet engagement en politique repose dans les deux cas sur une volonté de lutter contre les représentations stigmatisantes dont font l’objet les habitants des cités, E. Lagier dénote un engagement plus discret pour Majda qui résulte, selon l’auteure, des rapports sociaux de sexe en vigueur dans l’espace du quartier allant dans le sens de l’invisibilité. Elle observe également une perception différenciée de la stigmatisation à travers un moindre ressenti des discriminations pour Majda qui pourrait se comprendre comme la conséquence de l’articulation des rapports sociaux de race2 et de genre qui structurent le stigmate des « jeunes de banlieue ». Ce dernier catégorise les filles de cité d’origine maghrébine comme étant plus studieuses que les garçons et qui, dès lors, seraient perçues et traitées différemment. Nous retrouvons donc ici l’un des intérêts majeurs de cet ouvrage qui présente la volonté affichée et affirmée d’étudier ces jeunes sous le prisme intersectionnel du genre, de la race et de la classe afin de saisir au mieux la complexité des vécus. Ainsi, Perrine Devleeshouwer expose les différents recours aux catégories ethniques effectués par les jeunes en situation de réussite scolaire issus de plusieurs quartiers défavorisés de Bruxelles. En décrivant différents processus d’ethnicisation l’auteure conclut sur le fait que l’usage des catégories ethniques est à analyser au regard des positions sociales comme le suggère le cas d’enquêtés qui mués par un désir d’ascension sociale mettent à distance les « teneurs de murs » (p. 75) en reprenant à leur compte les stéréotypes sur les jeunes d’origine étrangère.

6Enfin, cet ouvrage se penche longuement sur la façon dont la classe, la race et le genre s’enracinent dans les représentations qui entourent les « jeunes de banlieue » et qui, repris par les institutions, façonnent les discours et les politiques en direction de ces jeunes ainsi que les jugements des acteurs institutionnels. En s’appuyant sur l’ethnographie du procès d’une « bande » de jeunes hommes d’une cité de province, Guillaume Teillet relate la façon dont les rapports sociaux de classe, de sexe et de race interviennent dans le procès, qui met face à face huit jeunes hommes « noirs » et « arabes » de catégories populaires et des femmes « blanches » qui les jugent. En scénarisant le procès (en regroupant, par exemple, le groupe des prévenus au même endroit), cela aboutit à former une « bande » au sens juridique du terme et coller ainsi aux représentations qui entourent les « jeunes hommes de cités » à propos des bandes délinquantes.

7Cette reprise du stigmate par les institutions se mêle au quotidien de ces jeunes souvent par l’intermédiaire des politiques publiques. C’est ce que montre Carine Guérandel qui analyse les politiques socio-sportives en direction des quartiers populaires. Ces dernières étaient principalement destinées aux garçons en réponse à la violence endémique dont ils seraient responsables. Cependant, la visibilité progressive des « filles de cité » sous l’angle victimaire amène les pouvoirs publics à cibler les filles des quartiers populaires à travers une « politique volontariste de promotion de l’égalité femmes-hommes dans le sport » (p. 124-125) avec la volonté de les émanciper d’une culture d’origine machiste reposant ainsi sur des stéréotypes genrés et ethniques. Cette institutionnalisation du stigmate oblige donc parfois les jeunes à contourner et/ou se conformer à ces représentations, ce qui témoigne de la façon dont les diverses expériences face aux institutions socialisent les individus.

8En somme, cet ouvrage, qui se présente comme un plaidoyer pour l’approche sociologique « sans excuses sociologiques » pour étudier les « jeunes des cités » invite à prendre la mesure de la complexité des différentes dimensions sociales de la vie d’une partie de la jeunesse française en dressant un état des lieux des recherches récentes sur le sujet. Afin de rendre compte le plus finement possible de la singularité de cette fraction de la jeunesse, l’ouvrage aborde les rapports de domination dans l’imbrication du genre et de la race prise dans la classe sociale et inversement, mais gagnerait à prendre également en compte les rapports d’âge ou de génération. En effet, la vie sociale des quartiers populaires et ses sociabilités juvéniles sont traversées par des rapports intergénérationnels qui participent fortement à leur socialisation et s’inscrivent dans le quotidien de la vie de la cité et dans leurs trajectoires. Ces rapports de génération, qui donnent eux-mêmes à voir des rapports de domination (entre les « petits » et les « grands du quartier » par exemple) peuvent apporter des éléments d’éclairage en complément d’une analyse déjà très riche par l’imbrication des différents rapports sociaux de domination. En mettant au cœur de l’approche sociologique des quartiers populaires urbains autant les filles que les garçons à l’aune des différents rapports sociaux qui traversent leurs quotidiens, Filles et garçons des cités aujourd’hui rend possible une autre approche du débat public autour des « jeunes de cité ».

Haut de page

Bibliographie

BEAUD Stéphane, OUALHACI Akim, « Sports populaires, sportifs impopulaires. L’ « affaire

Benzema » remise en perspective », La Vie des idées [En Ligne], 2016.

BECKER Howard, La Bonne focale. De l’utilité des cas particuliers en sciences sociales, Paris, La Découverte, 2016.

CLAIR Isabelle, Les jeunes et l’amour dans les cités, Paris, Armand Colin, 2008.

FAURE Sylvia, « HLM : côté filles, côté garçons », Agora débats/jeunesse, 41, n° 1, 2006.

KOKOREFF Michel, La force des quartiers. De la délinquance à l’engagement politique, Paris, Payot, 2003.

LEPOUTRE David, Cœur de Banlieue. Codes, rites et langages, Paris, Poche Odile Jacob, 2001.

OPPENCHAIM Nicolas, Adolescents de cité. L’épreuve de la mobilité, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2016.

SAUVADET Thomas, Le Capital guerrier. Solidarité et concurrence entre jeunes de cité, Paris, Armand Colin, 2006.

TRUONG Fabien, Loyautés radicales. L’islam et les « mauvais garçons » de la Nation, Paris, La

Découverte, 2017.

Haut de page

Notes

1 Il peut être intéressant de noter que, parfois, cette figure stigmatisante reste attachée à ces jeunes même lorsqu’ils connaissent une ascension sociale comme le montre l’exemple du footballeur Karim Benzema à travers l’ » affaire Benzema ». Voir l’analyse faite par S. Beaud et A. Oualhaci dans « Sports populaires, sportifs impopulaires. L’ « affaire Benzema » remise en perspective », La Vie des idées [En Ligne], 2016.

2 Le terme de « race » est défini dans cet ouvrage comme étant un rapport de domination construit socialement et traversé par un processus de « racisation » qui consiste à essentialiser autrui à partir de ses origines ethniques, réelles ou supposées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mickael Chelal, « Carine Guérandel et Eric Marlière (dir.), Filles et garçons des cités aujourd’hui », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 20 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/gss/5326

Haut de page

Auteur

Mickael Chelal

Doctorant en sociologie à l’Université Paris Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals