Navigation – Plan du site
2019

Julian Gill-Peterson, Histories of the transgender child

Minneapolis, University of Minnesota Press, 2018.
Gabrielle Richard
Référence(s) :

GILL-PETERSON Julian, Histories of the transgender child, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2018.

Texte intégral

1L’attention médiatique croissante accordée aux questions trans depuis les années 1970 s’est exercée au prix de la surexposition de certaines figures au détriment d’autres. Ces figures médiatisées incarnaient – et incarnent – des parcours trans socialement et politiquement acceptables et mettent en scène des personnes trans tantôt asexualisées, tantôt inscrites dans une sexualité ou une conjugalité lisible. Bref, il s’agissait de diffuser les récits de personnes trans ne remettant en cause ni l’ordre hétérosexuel (par exemple en s’engageant dans des relations conjugales ou sexuelles autres qu’hétérosexuelles), ni les rapports sociaux de sexe (par exemple en refusant de correspondre aux attentes genrées les ciblant post-transition) (Espineira et Thomas, 2014).

  • 1 Gill-Peterson utilise le pronom anglais « they », que nous traduirons imparfaitement par « iel ».

2Dans son ouvrage intitulé Histories of the transgender child, le professeur en études de genre Julian Gill-Peterson s’intéresse à l’une des figures trans qui n’a fait l’objet d’une médiatisation à grande échelle que depuis le début des années 2000 : les enfants trans. Selon Gill-Peterson, c’est bien la médiatisation des enfants trans (ou atypiques sur le plan du genre) qui est une nouveauté, et non l’existence de ces enfants en soi. En effet, alors qu’un discours réticent à leurs expériences pourrait laisser entendre qu’ils et elles ne doivent leur existence qu’aux dérives d’une bioéthique moderne (Blyth et McRae, 2018) et à la propagation d’une « théorie du genre » (Garbagnoli et Prearo, 2017), Gill-Peterson nous rappelle que rien n’est moins vrai. Des dossiers de patients hermaphrodites de l’Institut urologique Brady de l’Hôpital Johns Hopkins à la correspondance entre des adolescent.es trans et des médecins, iel1 procède à une véritable archéologie sociale pour retracer les jalons par lesquels la médecine a cherché à traiter, nommer et comprendre les enfants trans. Ce faisant, iel raconte les histoires des enfances trans et de la manière dont elles ont été rendues pour l’essentiel invisibles. Rappelons d’ailleurs que l’usage du terme transgenre ne s’est popularisé que depuis les années 1990.

3Les cinq chapitres qui composent le corps de l’ouvrage proposent une chronologie de la médicalisation des enfances trans et intersexuées, du début des années 1900 aux années 1970, à travers les registres administratifs et médicaux d’institutions ayant accueilli et traité ces enfants. Gill-Peterson façonne par leur entremise une critique trans et racialisée (trans of color critique) de la médecine. Iel évoque l’évolution de théories médicales autour de la plasticité raciale du genre, référant ainsi à la possibilité d’en façonner le phénotype chez les individus – particulièrement chez les enfants trans, traités par le monde médical et de la recherche comme des « laboratoires vivants » (p.36). Iel évoque notamment les travaux du psychologue et sexologue John Money, et particulièrement la réassignation sexuelle de David Reimer, documentée sous le nom de « cas John/Joan ». Rappelons que Money est parvenu à convaincre les parents d’un enfant victime de circoncision ratée d’élever ce dernier comme une fille. Money est en effet persuadé que la biologie est à la remorque d’un genre façonné socialement. Or, dans l’exemple de Money comme dans d’autres, la plasticité du genre se fait dans une optique normative : détermination du genre par autrui, prescription d’un protocole de réassignation de sexe, enseignement des comportements et attitudes des femmes, etc. Il n’est à aucun moment question du ressenti, des désirs ou des revendications de la personne concernée – ici, Reimer.

4En plus de rendre compte de l’évolution des théories scientifiques autour de la plasticité du genre, la trame argumentative de l’ouvrage souligne la dimension racialisée des concepts médicaux autour du sexe et du genre. Gill-Peterson met notamment en évidence les différences marquantes dans les soins médicaux dont pouvaient se prévaloir les enfants trans et atypiques sur le plan du genre, en fonction de la couleur de leur peau. Les enfants blancs étaient appréhendés par la lorgnette scientifique, étaient les cibles de nombre de théories et de techniques médicales expérimentales et, par conséquent, constituaient l’essentiel de la clientèle des cliniques spécialisées en identité de genre. À l’inverse, les enfants noirs ou racisés présentant des parcours de vie similaires et à qui l’on prêtait une plasticité moindre se retrouvaient disqualifiés de cette appréhension médicale. Leur « trouble dans le genre » étant considéré comme un comportement problématique plutôt qu’un trouble sur lequel la médecine pouvait avoir une emprise, ils étaient plus souvent étiqueté.es comme déviant.es ou psychiatrisé.es. La construction d’une « bonne » et d’une « mauvaise » manière d’être un jeune trans se fait non seulement sur un modèle établi de transition et sur une présomption d’hétérosexualité, mais également en confortant des standards de blanchité (Dalibert, 2015).

5En filigrane de l’ouvrage et des cas de figure mobilisés par Gill-Peterson, il est finalement question, certes des normes binaires de sexe/genre, mais aussi de leur fragilité et des tentatives répétées du système médical d’en préserver le maintien malgré le fait que des enfants établissent à répétition leur désuétude. Gill-Peterson en assure la démonstration de deux façons. Il rend d’abord compte des parcours de transition des personnes trans comme étant complexes, pluriels et multidimensionnels, par exemple en évoquant la correspondance entre Vicky, une adolescente trans dans l’Ohio des années 1960, et des médecins spécialisés dans la transition des personnes transsexuelles. Vicky y fait part de ses tergiversations, notamment quant à la manière dont les fluctuations de son poids interagissent avec son identité de genre (elle attribue en partie son surpoids au fait qu’elle trouve du réconfort auprès de la nourriture lorsqu’elle vit des épisodes de transphobie), et se demande si elle doit prioriser la perte de poids ou la transition.

6Gill-Peterson assure également l’historicisation des mécanismes médicaux permettant l’appréhension des personnes trans ou visant à maintenir l’illusion de la stabilité des deux sexes. Les États-Unis du début des années 1900 ne concevaient par exemple la transition de sexe que chez les animaux (dans le cadre d’expérimentations de type vivisection) ou chez les enfants dits hermaphrodites (intersexués), poussant ainsi certains enfants trans à se revendiquer comme tels. Dans une perspective historique, les limites sur le plan du vocabulaire disponible à différentes époques pour appréhender les réalités trans sont également évoquées. Ainsi, dans les années 1920 et 1930, en l’absence de vocabulaire pour penser les transidentités, les personnes travesties ou transgenres étaient qualifiées d’inverties, un terme également utilisé pour désigner les personnes homosexuelles, éludant par conséquent la spécificité de leur vécu. La catégorie « genre » aurait été inventée dans les années 1950 pour pallier l’incapacité croissante de la biologie et de la médecine à concevoir le sexe comme autre chose qu’une série de composés biologiques plastiques, mais sans portée déterministe.

7S’il n’est pas sans rappeler le Transgender Warriors de Leslie Feinberg, qui s’était affairé.e à faire parler les non-dits de l’histoire de la non-conformité de genre, Histories of the transgender child s’inscrit peut-être plus franchement dans la lignée de C’était du spectacle !, l’étude de la chercheure Viviane Namaste sur les artistes trans et travesti.es œuvrant dans les cabarets montréalais dans les années 1960 et 1970. En effet, chez Gill-Peterson comme chez Namaste, il s’agit de faire parler les silences d’une histoire récente dont les protagonistes (les artistes « transsexuel.les » et travesti.es chez Namaste ; les enfants trans chez Gill-Peterson) se sont vus refuser l’accès à la parole parce que marginalisé.es, réprimé.es, et autrement dominé.es. C’est ainsi que, sans que ce soit son objectif avoué, l’ouvrage argumente en faveur d’une approche transaffirmative des soins auprès des personnes trans. En rendant compte des lacunes et des doubles standards dans l’accès aux soins des enfants intersexués, des enfants en exploration de leur identité et expression de genre ou des enfants trans, iel propose de se distancier de l’imposition d’un modèle binaire de transition qui a régi jusqu’ici les interventions auprès de ces derniers, pour plutôt miser sur leur prise de parole et leur revendication d’une identité, qu’elle soit fluide ou non. La démonstration est efficace, d’autant plus qu’elle reconnait le double obstacle qui peut s’imposer aux enfants trans quand vient le temps pour eux et elles de prendre la parole : l’obstacle de se « penser » un parcours trans dans un monde cisgenré, et l’obstacle de se voir reconnaître une agentivité en tant qu’enfant ou personne mineure. Au final, Histories of the transgender child suggère que refuser d’inscrire les enfants trans dans une histoire, c’est refuser de leur accorder le siècle de précédent qui leur appartient et qui permettrait de justifier leur demande pour des droits égaux, pour une pleine reconnaissance sociale.

Haut de page

Bibliographie

BILLARD Thomas J., « Writing in the Margins : Mainstream News Media Representations of Transgenderism », International Journal of Communication, 10, 2016, pp. 4193–4218.

BLYTH Caroline, MCRAE Prior, « Death by a Thousand Paper Cuts : Transphobia, Symbolic Violence, and Conservative Christian Discourse », in BLYTH Caroline, COLGAN Emily, EDWARDS Katie (dir.), Rape Culture, Gender Violence, and Religion, New York, Palgrave Macmillan, 2018.

DALIBERT Lucie, « Remarquables mais non (re-) marqués : Le rôle du genre et de la blanchité dans les représentations des corps technologisés », Politique de l’Image, 10, 2015, pp. 50-59. 

ESPINEIRA Karine, THOMAS Maud-Yeuse, « Les trans comme parias. Le traitement médiatique de la sexualité des personnes trans en France », Genre, sexualité & société [En ligne], 11, 2014.

FEINBERG Leslie, Transgender Warriors, Boston, Beacon Press, 1997.

GARBAGNOLI Sara, PREARO Massimo, La croisade « anti-genre ». Du Vatican aux manifs pour tous, Paris, Textuel, 2017.

NAMASTE Viviane, C’était du spectacle. L’histoire des artistes transsexuelles à Montréal, 1955-1985, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2005.

Haut de page

Notes

1 Gill-Peterson utilise le pronom anglais « they », que nous traduirons imparfaitement par « iel ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabrielle Richard, « Julian Gill-Peterson, Histories of the transgender child », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 20 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/gss/5349

Haut de page

Auteur

Gabrielle Richard

Chercheuse associée à l’Université de Paris-Est Créteil et à la chaire de recherche sur l’homophobie de l’université du Québec à Montréal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals