Navigation – Plan du site
Varia

Le désir masculin en controverses

L’hébéphilie et le trouble paraphilique coercitif dans le DSM-51.
Controversial Male Desire. Hebephilia and Paraphilic Coercive Disorder in DSM-5.
Camille Bajeux

Résumés

Cet article étudie deux controverses ayant eu lieu lors du travail de révision du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) entre 2008 et 2013. À cette occasion, le groupe de travail sur les « paraphilies » – des attirances et comportements sexuels considérés comme anormaux ou pathologiques – a proposé d’inclure deux nouveaux troubles mentaux controversés : l’un désignant l’attirance sexuelle pour le viol (trouble paraphilique coercitif) et le deuxième pour les adolescent-e-s au début de la puberté (hébéphilie). En mobilisant la critique féministe des sciences et la sociologie des sciences et des techniques, cette recherche analyse la manière dont les savoirs psychiatriques sur la sexualité masculine sont produits, façonnés et négociés au sein du travail de révision du DSM. Ce faisant, il interroge les frontières entre normal et pathologique ainsi que les tensions historiques et les paradoxes au cœur de la catégorie des paraphilies.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Je remercie Delphine Gardey, Francesca Arena, Lorena Parini, Carolina Topini, Yali Chen, Laura Picc (...)

1La parution en 2013 de la cinquième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), célèbre nomenclature diagnostique éditée par l’Association américaine de psychiatrie (APA), est l’aboutissement final d’une série de discussions, de débats et de controverses ayant agité son processus de révision débuté cinq ans plus tôt. Depuis sa première édition en 1952, le DSM se soumet à des révisions régulières ayant pour but d’améliorer les critères diagnostiques et leur cohérence avec l’état de la recherche et des savoirs dans le champ de la santé mentale. Ces travaux de révision de la « Bible de la psychiatrie » (Demazeux et Singy, 2015) ont souvent été l’objet de polémiques dans son histoire, notamment en raison des liens des membres de l’APA avec les industries pharmaceutiques, mais aussi sur les questions d’identité de genre et de sexualités ainsi que du désir (et son absence) des femmes (Vuille, 2014 ; Arena, Chiletti et Coffin, 2015).

  • 2 Dans la quatrième édition du Manuel, le « trouble de l’identité sexuelle » (APA, 2000, 666) considè (...)

2L’officialisation en 2008 du début du travail de révision entérine des projets et discussions entamés depuis 1999 sur la forme que devrait prendre le DSM-5. Afin de mener à bien cette réforme, l’APA recrute plus de 160 chercheur-e-s et clinicien-ne-s en grande majorité psychiatres, mais également expert-e-s en neurosciences, biologie, génétique ou statistiques (APA, 2014). L’association nomme des groupes de travail fonctionnant par thèmes : troubles de l’alimentation, troubles neurocognitifs, troubles de la personnalité ou encore troubles de l’identité de genre et de la sexualité. Cette dernière catégorie rassemble le trouble de l’identité de genre2, les dysfonctions sexuelles et les « paraphilies ».

3Dans le vocabulaire de la quatrième édition révisée (DSM-IV-TR) (2000), les paraphilies sont décrites comme des troubles mentaux comprenant « des impulsions sexuelles, des fantaisies imaginatives, ou des comportements survenant de façon répétée et intense, qui impliquent des objets, activités ou situations inhabituels et sont à l’origine d’une souffrance subjective cliniquement significative ou d’une altération du fonctionnement social, professionnel, ou dans d’autres domaines importants » (APA, 2000, 617). Héritières des perversions sexuelles, les paraphilies sont présentées comme des troubles presque exclusivement masculins. La part des femmes est jugée exceptionnelle, et, à l’exception du Masochisme sexuel, où le sex-ratio établit un rapport d’une femme pour 20 hommes, la quatrième édition du Manuel indique que « les […] paraphilies ne sont pratiquement jamais diagnostiquées chez la femme, bien que certains cas aient été relatés » (APA, 2000, 656).

  • 3 Cette modification répond notamment à un activisme de la communauté BDSM, et particulièrement aux É (...)
  • 4 Le DSM-IV-TR (2000) présente des paraphilies relativement différentes en nature : l’exhibitionnisme (...)

4Dirigé par le sexologue et psychiatre américano-canadien Ray Blanchard, le sous-groupe de travail sur les paraphilies suggère plusieurs modifications. Dans un premier temps, il propose d’inclure une distinction entre la paraphilie – une préférence sexuelle inhabituelle non pathologique – et le trouble paraphilique – qui serait un trouble mental (Demazeux et Singy, 2015). Cette modification répond à un objectif de « normalisation » de formes de sexualités ne provoquant pas de souffrance ni à l’individu ni à ses partenaires3. D’autre part, le groupe propose de modifier la définition même des paraphilies, jusqu’alors définies par types de déviances (sexualités concentrées sur des objets, de la souffrance ou le non consentement) pour adopter une définition cohérente permettant de rassembler tous les types de paraphilies4 comme étant :

« tout intérêt sexuel intense et persistant qui ne soit pas un intérêt sexuel pour une stimulation génitale ou des préliminaires avec des partenaires humains, phénotypiquement normaux, physiquement matures et consentants » (APA, 2013, 685, ma traduction).

5En plus de ce changement de définition, le groupe de travail suggère l’inclusion de deux nouvelles catégories de troubles paraphiliques : une première désignant une préférence sexuelle pour le viol sous le terme de « trouble paraphilique coercitif » et une seconde concernant l’attirance sexuelle pour les jeunes adolescent-e-s sous le terme d’« hébéphilie ». Les controverses qui suivent ces propositions présentent un intérêt certain pour analyser la production et la négociation de savoirs sur les sexualités masculines dites « normales » et « pathologiques ». En se basant sur l’analyse de ces controverses, cet article propose donc d’initier une réflexion sur le façonnement des corps et des sexualités par les sciences psychiatriques.

6Cette recherche s’appuie sur l’analyse qualitative d’un corpus de documents liés à ces controverses. Ces matériaux ont principalement été récoltés au sein de la célèbre revue de sexologie, Archives of Sexual Behavior dans laquelle ont eu lieu une grande majorité des échanges publics, sous la forme d’articles scientifiques ou de tribunes libres. D’autres supports, tels que des articles de presse, des présentations issues de conférence et de congrès scientifiques, des blogs personnels d’acteurs et d’actrices des controverses ou encore des articles publiés dans des revues scientifiques ou de vulgarisation ont également été analysés. Ce corpus a été principalement constitué par l’utilisation de mots-clés propres aux controverses (tels que hebephilia ; paraphilic coercive disorder ; DSM-5 et paraphilia), auprès de la base de données médicale PubMed. Au total, 50 documents portant sur l’une ou l’autre des controverses ou sur les deux ont été collectés et analysés de manière à identifier les principaux acteurs et principales actrices, les principaux nœuds de tension, ainsi que les rhétoriques argumentaires utilisées par les tenant-e-s et les opposant-e-s à l’inclusion de ces catégories diagnostiques.

7À partir de l’analyse de ces sources, cet article entend utiliser les controverses comme un espace heuristique en cela qu’elles permettent d’observer la production d’énoncés et de preuves scientifiques à un moment où ce qui constitue un « fait » n’est pas encore défini et où la « boîte noire », pour reprendre le terme de Bruno Latour (1989), est toujours ouverte. Il s’agit ainsi de comprendre le travail scientifique comme « un dispositif qui produit et invente un ordre – et non un dispositif qui « dévoile » l’ordre caché de la nature » (Pestre, 1995, 493), dans lequel les controverses sont à la fois un « moyen d’accès à une réalité socio-historique » (Lemieux, 2007/1, 191) mais également des « phénomènes sui generis » (ibid). L’analyse des controverses et de « la science telle qu’elle se fait » (Callon et Latour, 1990), initiée par la sociologie des sciences et des techniques, fournit des outils épistémologiques utiles pour la critique féministe afin d’interroger les conditions de production de savoirs sur la différence des sexes, ainsi que les biais androcentrés dans la formulation d’expériences, le langage employé et l’analyse de résultats (Subramaniam, 2009). Dans l’analyse de ces controverses, cette perspective est utile pour interroger la (re)production de savoirs sur la différence des sexes et les masculinités tant par les discours que par les techniques médicales.

8Dans un premier temps, je m’attacherai à présenter le contexte scientifique et social d’émergence de ces controverses au sein du DSM. Par la suite, je chercherai à questionner la manière dont le genre structure ces débats, tant du point de vue de la production des savoirs sur les paraphilies que des discours sur le normal et le pathologique. Pour finir, je soutiendrai que ces controverses révèlent les paradoxes propres à la catégorie des « paraphilies » et aux frontières entre le normal et le pathologique sur lesquelles celle-ci repose.

Genèse et anatomie des controverses

9Les notions d’hébéphilie et de viol paraphilique ne sont pas les simples produits du travail de révision du DSM-5, mais elles ont une histoire plus ancienne. En 1957, les psychologue et psychiatre Emmanuel Hammer et Bernard Glueck Jr. utilisent pour la première fois le terme d’hébéphilie dans une étude forensique visant à classifier les auteurs d’agression sexuelle par type de délit ou de crime commis. Le néologisme sert initialement à distinguer les hommes préférant les enfants prépubères (caractérisés comme pédophiles) de ceux préférant les jeunes adolescent-e-s des deux sexes, au seuil de la puberté (alors définis comme hébéphiles) (Hammer et Glueck, 1957). Plus tard, l’expression sera également utilisée par certains psychiatres pour dénommer l’attirance exclusive pour les jeunes filles (Janssen, 2015). Si le concept est peu employé dans les publications médicales sur les paraphilies, il connaît un regain d’intérêt dès la fin des années 1990 aux États-Unis, alors que des discours médiatiques et psychologiques s’alarment de la puberté « précoce » des enfants et plus particulièrement du danger d’une « sexualisation précoce » des jeunes filles (APA, 2007), considérées comme plus vulnérables à la prédation sexuelle (Roberts, 2015). En filigrane se lit la crainte, relayée par des organisations nationales de santé telles que l’Association américaine de psychologie (APA), que les hommes puissent projeter des désirs sexuels sur des jeunes filles paraissant plus âgées (APA, 2007).

10L’émergence de ces catégories s’inscrit également dans l’histoire de la médicalisation de la sexualité. Comme le suggère Alain Giami (2015), les savoirs sur la sexualité se transforment au cours du XXème siècle d’une pathologisation des comportements sexuels non reproductifs à celle de l’absence de consentement, alors que sont parallèlement valorisées les notions de « santé sexuelle » et de droit au plaisir. Illustrant bien ce changement de paradigme, la première proposition dans l’histoire récente du DSM d’inclure une paraphilie dédiée au viol apparaît en mars 1976, sous le terme de « trouble de l’agression sexuelle » (Frances, 2011), soit trois ans après le vote sanctionnant l’exclusion officielle de l’homosexualité du Manuel. Alors vivement contestée, notamment par des organisations féministes, la paraphilie est abandonnée une première fois, puis une seconde fois en 1983, cette fois sous le terme de « trouble paraphilique coercitif » au motif que les recherches scientifiques soutenant son inclusion sont insatisfaisantes (ibid). Le poids des profanes dans son exclusion est néanmoins primordial : on s’inquiète alors qu’un diagnostic psychiatrique ne permette de plaider la non-responsabilité des auteurs de violences sexuelles (Tosh, 2015).

  • 5 Décrite dans le DSM-5 comme « une excitation sexuelle récurrente et intense impliquant (…) des anim (...)
  • 6 « Excitation sexuelle récurrente et intense impliquant (…) des cadavres » (APA, 2013, 705, ma tradu (...)
  • 7 « Excitation sexuelle récurrente et intense impliquant (…) l’urine » (APA, 2013, 705, ma traduction (...)

11Dans les États-Unis des années 1990, l’attention médiatique portée sur des affaires criminelles soulève ce qui a été parfois qualifié de « panique morale » (Jenkins, 2004 ; Neuilly et Zgoba, 2008) autour des questions de criminalité sexuelle, et particulièrement de pédophilie. Plusieurs États adoptent des législations connues sous le terme de Sexual Violent Predator Laws (SVP), permettant d’adopter des mesures d’internement dans des centres de santé mentale pour les individus condamnés et ayant purgé leur peine pour violences sexuelles, dès lors que leur dangerosité est attestée par un diagnostic psychologique ou psychiatrique d’« anormalité mentale » (Fabian, 2011). L’APA a depuis communiqué son opposition à ces mesures qu’elle présente comme une menace à l’intégrité de la psychiatrie (Zonana et al, 1999) et a souligné l’insuffisance du diagnostic de paraphilie pour évaluer le risque de récidive d’un auteur de violences sexuelles (First et Halon, 2008). Malgré ces précautions, il existe un usage diagnostic des paraphilies important dans les mesures d’internement : plusieurs études considèrent en effet qu’il s’agit du diagnostic le plus couramment employé dans les procédures SVP (ibid ; Levenson et Morin, 2006). Parmi ces expertises, les psychiatres Jill S. Levenson et J. W. Morin estiment, dans une recherche sur l’État de Floride, que la pédophilie et la « paraphilie non-spécifiée » sont les formes de diagnostics les plus souvent utilisées (ibid). En effet, en plus des différents types de paraphilies, le Manuel comprend un concept de « paraphilie non-spécifiée » permettant de poser un diagnostic de paraphilie, même si la préférence sexuelle exacte n’est pas explicitement répertoriée. Cette mention permet en théorie de coder les paraphilies plus rares telles que la zoophilie5, la nécrophilie6 ou encore l’urophilie7 (APA, 2000, 666), mais elle est également fréquemment utilisée dans les expertises de mesures d’internement pour diagnostiquer des paraphilies qui ne font pas partie du DSM. Ainsi, si l’hébéphilie et le viol paraphilique ne sont pas présents dans les dernières versions du DSM, ils sont néanmoins utilisés à côté de la mention de « paraphilie non-spécifiée » dans l’expertise de ces procédures d’internement (Zinik et Padilla, 2016 ; Fabian, 2011). En particulier pour le trouble paraphilique, la proposition d’inclure ces deux nouvelles catégories peut se lire comme une tentative de reprendre le contrôle sur des utilisations non contrôlées de termes psychiatriques. Le groupe de travail justifie ainsi :

« Il y a eu une tendance malheureuse à surdiagnostiquer le trouble paraphilique coercitif (généralement sous la catégorie de Paraphilie non-spécifiée) simplement sur la base d’un comportement sexuel coercitif répété. Il est nécessaire de faire attention, en basant le diagnostic sur le comportement, que celui-ci indique réellement que la coercition sexuelle est une source d’excitation (...) Le critère diagnostique proposé ici rend ce point plus clair et devrait mener à une diminution des diagnostics qui seront utilisés de manière plus appropriée » (APA, 2010 cité dans Leon, 2011, 131, ma traduction).

12Dans le cadre de la révision des paraphilies, le groupe de travail fait appel à trois conseillers extérieurs à l’APA : David Thornton, spécialiste de la prise en charge et de l’évaluation de la dangerosité des auteurs d’agression sexuelle, Raymond Knight, psychologue expert de la psychopathie, et le psychologue évolutionniste Vernon Quinsey (Kafka, 2010). À travers une revue de la littérature, ces trois experts sont chargés d’étudier la possibilité d’inclure une nouvelle paraphilie concernant le viol et de proposer les critères qui devraient la constituer. En 2010, l’APA présente ainsi officiellement les critères diagnostiques du « trouble paraphilique coercitif » :

« A. Sur une période d’au moins six mois, il y a une excitation récurrente et intense à propos de rapports sexuels coercitifs, attestée par des fantasmes, pulsions ou comportements.
B. L’individu atteste d’une détresse clinique notable ou d’une altération dans des domaines importants du fonctionnement ou a cherché une stimulation sexuelle en forçant un rapport sexuel avec trois personnes non consentantes ou plus, à des occasions séparées.
C. Le diagnostic de trouble paraphilique coercitif ne peut pas être établi si le patient remplit les critères diagnostiques du trouble sadique sexuel » (Agalaryan, 2015, 35, ma traduction).

  • 8 Ray Blanchard développe un concept dénommé « autogynéphilie » en 1989, où il décrit la transidentit (...)

13Le concept d’hébéphilie est quant à lui importé de la pratique de Ray Blanchard, qui l’utilise dans ses recherches de laboratoire au Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) de Toronto, où il a également développé des théories controversées sur le trouble de l’identité de genre8. En 2009, il publie avec ses collaborateurs un article dans le journal de sexologie Archives of Sexual Behavior, dans lequel il propose de transformer le critère diagnostique de la pédophilie en « pédohébéphilie » permettant d’inclure l’intérêt sexuel pour des adolescent-e-s âgé-e-s de 11 à 14 ans comme un sous-type du trouble paraphilique. La première ébauche des critères diagnostiques de la « pédohébéphilie » se décline sous la forme de trois critères : l’âge et le nombre de victimes ainsi que l’âge de l’agresseur et le différentiel avec celui de la victime.

« A. L’individu est tout autant attiré ou plus attiré par les enfants de moins de 15 ans que par les adultes physiquement matures. Cette attirance est attestée par ses propres déclarations, des tests de laboratoire ou son comportement.
B. Les fantasmes sexuels provoquent de la détresse ou des difficultés interpersonnelles ou l’individu a cherché à obtenir une stimulation sexuelle avec des enfants de moins de 15 ans à trois occasions ou plus.
C. L’individu est âgé au moins de 16 ans et a au moins 5 ans de plus que l’enfant ou les enfants cités dans le Critère A.
Spécifier si : Sexuellement attiré par les enfants de moins de 11 ans (type pédophilique), Sexuellement attiré par les enfants de 11 à 14 ans (type hébéphilique), Sexuellement attiré par les deux (type pédohébéphilique).
Spécifier si : Sexuellement attiré par les garçons ; Sexuellement attiré par les filles ; Sexuellement attiré par les deux » (Blanchard, 2009, ma traduction)

  • 9 La notion d’âge, délicate car faisant référence à des définitions légales de la majorité sexuelle, (...)

14Blanchard et ses collaborateurs soutiennent que l’hébéphilie serait cliniquement très proche de la pédophilie : les deux troubles impliquent une attirance sexuelle envers des individus physiquement immatures ; de nombreux hommes ne feraient pas la différence entre des enfants prépubères et des enfants pubères9 ; et pour finir, le diagnostic de pédophilie aurait souvent été attribué à des hommes ayant commis des violences sexuelles sur des enfants déjà pubères. Plus important encore, l’inclusion de l’hébéphilie permettrait d’harmoniser le DSM avec la Classification internationale des maladies (CIM) produite par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui présente la pédophilie comme « une préférence sexuelle pour des enfants, filles ou garçons ou les deux, généralement d’âge pubère ou prépubère » (CIM-10).

15Une fois publicisés, ces critères diagnostiques provoquent un vif dissensus scientifique. Des personnalités reconnues dans le champ de la santé mentale, telles qu’Allen Frances et Michael First, respectivement éditeurs des versions IV et IV-TR du Manuel, mais également d’autres psychiatres et chercheur-e-s, tels que le sexologue et psychiatre Richard Green ainsi que la psychologue et experte pénale Karen Franklin s’opposent activement à l’inclusion de l’un ou des deux troubles paraphiliques. Les controverses cristallisent plusieurs points de tension. D’une part, les liens étroits qu’entretiennent ces nosologies avec les définitions pénales du viol et de l’agression sexuelle sur mineur-e-s font craindre un mésusage judiciaire de ces diagnostics. D’autre part, et c’est l’objet précis d’analyse de cet article, ces controverses questionnent la forme et la nature du désir masculin : Comment prouver qu’il existe bel et bien un désir spécifique pour le viol et pour les jeunes adolescent-e-s, permettant de justifier une classification à part entière ? Plus encore, et quand bien même de tels désirs existeraient, pourquoi et comment, les qualifier de normaux ou de pathologiques ?

Mesurer le désir

16Les enjeux de validité scientifique soulevés par ces controverses passent par la mobilisation d’un corpus de littérature scientifique visant à mesurer et à comprendre le désir masculin. Afin de discuter de l’existence d’un désir spécifique pour le viol et les jeunes adolescent-e-s, les acteurs de ces controverses s’appuient sur un corpus de recherches produites sur des hommes incarcérés pour violences sexuelles. Ces travaux utilisent la pléthysmographie pénienne, un dispositif mesurant le flux de sang du pénis et le niveau de l’érection, dans le but d’obtenir une mesure « objective » et quantitative du désir masculin. Initialement conçue dans les années 1950 par le sexologue tchèque Kurt Freund pour distinguer les « vrais » des « faux » homosexuels, cette technique consiste à mesurer le volume pénien grâce à une chambre à air recouvrant le pénis (en calculant alors le changement de pression – se référer à l’illustration 1 – ou par la mesure de la circonférence de l’organe (Waidzunas et Epstein, 2015). Importé en Amérique du Nord, le test phallométrique est tout d’abord employé pour mesurer l’efficacité des thérapies d’aversion censées traiter l’homosexualité et la pédophilie dans les années 1960, et sera principalement employé dès la fin des années 1980, dans l’étude des paraphilies ainsi que dans la mesure du risque de récidive des auteurs d’agression sexuelle (ibid).

Illustration1 : Pléthysmographe pénien

Courtesy of Dr. Ray Blanchard, University of Toronto, and the Centre for Addiction and Mental Health (CAMH) Archives - Toronto, Canada

17L’exclusion préalable des femmes de ce corpus reflète la conception répandue dans la psychiatrie contemporaine que seuls les hommes sont des êtres paraphiliques. Ce fait est également conforté par le recrutement en grande majorité des hommes condamnés pour violences sexuelles (les femmes auteures de violences sexuelles étant très rares) dans les recherches sur les paraphilies. Par ailleurs, les méthodes de mesure et de quantification du désir féminin sont jugées beaucoup moins fiables que leur équivalent masculin. La photo-pléthysmographie vaginale, qui mesure la quantité de sang dans le tissu vaginal, est rarement employée dans les études sur les paraphilies en raison de la faible corrélation entre le niveau d’excitation déclaré par les femmes et les données récoltées. De surcroît, en faisant du physiologique le lieu privilégié pour comprendre la psyché masculine, ces recherches reproduisent une construction de la différence des sexes qui attribue aux femmes une sexualité « mentale » ou « émotionnelle » et aux hommes une sexualité et ses troubles d’origine « mécanique » (Potts, 2000).

18Tout comme le détecteur de mensonge a pour vocation de faire « parler » le corps et révéler des vérités que l’individu préférerait dissimuler, le test phallométrique est utilisé comme outil permettant de « faire voir » les préférences sexuelles « réelles » et « inavouées » d’un homme, au-delà de ses propres déclarations (Waidzunas et Epstein, 2015). L’intelligibilité de la technique repose sur deux présupposés : celle d’une « nature sexuelle » révélée par le corps, et celle d’une réaction corporelle automatique et indépendante de la volonté du sujet (Ha, 2015). Le test phallométrique agit donc à la fois comme objet de véridiction des corps (faire avouer leur vérité sexuelle) mais également comme « actants » à part entière du savoir, en cela qu’ils constituent la base solide des propositions de l’hébéphilie et du trouble paraphilique coercitif : la quantification, la mesure permettent alors de matérialiser le désir et de le transformer en variable au service du scientifique. L’importance du dispositif de vérité est d’autant plus marquée chez les auteurs d’agression sexuelle que ceux-ci sont objets de méfiance de la part des clinicien-ne-s. Ceux-ci, déplore Ray Blanchard, seraient enclins à dissimuler leurs véritables préférences sexuelles, justifiant dès lors, ces techniques invasives sur le corps (Blanchard et al, 2009). L’utilisation de la pléthysmographie pénienne est répandue dans les recherches sur les paraphilies, bien que sa fiabilité soit parfois contestée, l’APA reconnaissant d’ailleurs dans le DSM-IV-TR, que « les sujets peuvent modifier leur réponse en manipulant leurs images mentales » (APA, 2000, 655).

  • 10 Les travaux sur la médicalisation de la sexualité et notamment le viagra montrent comment les techn (...)

19L’afflux sanguin du pénis, mesuré alors que l’homme est confronté à des stimuli dits « neutres » ou des stimuli supposés être érotiques devient dès lors le témoin de sa « normalité » ou de sa déviance (illustration 2). Les stimuli érotiques sont généralement des extraits pornographiques « classiques » (dont le caractère androcentré plaçant souvent les femmes dans des positions de subordination n’est pas questionné), des enregistrements auditifs (favorisés lors de mises en scène impliquant des enfants, voir illustration 3) ou encore des photographies. Ce « script technosexuel » (Waidzunas et Epstein, 2015, 206) fait appel à un imaginaire culturel sur le masculin, où l’excitation est pensée comme mécanique et extérieure au contexte social, psychologique et environnemental. La capacité à obtenir une érection face à des stimuli jugés « acceptables » ou non sert ainsi d’indicateur pour marquer la frontière entre le normal et le pathologique. Habituellement considérée comme une norme de santé masculine10, l’érection devient ici un symptôme de la pathologie.

Illustration 2: Dispositif du "test phallométrique"

Courtesy of Dr. Ray Blanchard, University of Toronto, and the Centre for Addiction and Mental Health (CAMH) Archives - Toronto, Canada

Illustration 3: Exemple d'enregistrement audio utilisé comme stimuli

courtesy of Dr. Ray Blanchard, University of Toronto, and the Centre for Addiction and Mental Health (CAMH) Archives - Toronto, Canada

  • 11 Prépondérance droite ou gauche dans l’utilisation d’organes pairs (main, pied, œil).

20Le test phallométrique permet de fournir une preuve matérielle de la nature du désir et de montrer qu’il existerait bel et bien une catégorie d’hommes à part entière, qui se distinguerait par leurs préférences sexuelles pour le viol et pour de jeunes adolescent-e-s. Pour appuyer sa proposition, Ray Blanchard soumet ainsi plus de 800 patients condamnés pour agressions sexuelles sur mineur-e-s au test, dans le but de distinguer le degré de leurs préférences sexuelles pour les adolescent-e-s. Ray Blanchard croise ces mesures avec le QI, la latéralité11, la taille des sujets : l’objectif est de transformer le criminel en un « personnage » (Foucault, 1976, 59) déterminé par sa sexualité.

21La pléthysmographie pénienne occupe également un rôle central dans la constitution du critère diagnostique du trouble paraphilique coercitif, même s’il se heurte à d’autres problématiques : celle d’une claire distinction entre les hommes préférant le viol et ceux atteints de sadisme sexuel, dont le plaisir consiste à faire souffrir leur partenaire. Si un conseiller extérieur, David Thornton soutient qu’il y a suffisamment de preuves pour distinguer les hommes attirés par le viol de ceux atteints de sadisme sexuel, un second, Raymond Knight, estime au contraire que les fantaisies sexuelles impliquant les agressions sexuelles sont motivées par des raisons sadiques. Les recherches effectuées dans le cadre du « sadisme sexuel » comme dans le cadre de « trouble paraphilique coercitif » se révèlent en effet très proches, en raison de la similitude des enregistrements érotiques utilisés pour provoquer l’érection, ce qui limite l’instauration d’une distinction claire entre les deux paraphilies (Zinik et Padilla, 2016). Les représentations sociales de la violence transparaissent donc dans la construction même du savoir. Les enregistrements sélectionnés pour être visionnés lors du test donnent à voir une confusion entre le viol, représenté comme hétérosexuel et impliquant l’intervention de violences physiques, et le sadisme, présentant généralement des partenaires non consentant-e-s.

Constituer un critère diagnostique

22L’inclusion de ces nouvelles catégories implique la constitution de critères diagnostiques à la fois fiables (suffisamment larges pour que différent-e-s clinicien-ne-s posent le même diagnostic) et valides (suffisamment précis sur les formes du trouble mental) pour être intégrés dans le DSM-5. En octobre 2010, le psychologue et expert auprès des tribunaux Gary Zinik et le psychologue clinicien spécialiste du traitement des auteurs de violences sexuelles Jesus Padilla présentent à l’Association pour le traitement des agresseurs sexuels (ATSA), une liste d’indices permettant selon eux de diagnostiquer le trouble paraphilique coercitif. L’index diagnostique qui ressort de cette étude présente une liste de différents facteurs allant du normal au pathologique, établi sur plusieurs domaines : un premier concernant les victimes, un second concernant la récidive, un troisième sur le comportement, et un quatrième élément contredisant le diagnostic de trouble paraphilique coercitif. La déviance sexuelle est ainsi non seulement corrélée au nombre de victimes, mais également à la diversité de celles-ci (hommes, femmes, enfants, adolescent-e-s, personnes âgées ou en situation de handicap). Elle se mesure également au comportement de l’agresseur et en particulier aux signes physiques d’excitation : le fait que « l’individu perde son érection quand la victime résiste » (Zinik et Padilla, 2016, 57, ma traduction) constitue ainsi un indice allant à l’encontre du diagnostic. Ce système de mesure de la déviance révèle également des représentations sur la nature du viol et des besoins sexuels masculins puisqu’un facteur de déviance notable est que « l’individu a commis des actes sexuels coercitifs malgré la présence d’un-e partenaire sexuel-le disponible et consentant-e » (ibid, 62, ma traduction). Le fait qu’un facteur pathologique soit corrélé à la présence ou l’absence d’un-e partenaire consentant-e est révélateur des prénotions qui encadrent cette constitution de critères pathologiques, et notamment de l’idée qu’un viol serait plus compréhensible s’il avait pour but de satisfaire un désir sexuel ne pouvant être satisfait autrement.

23Si le langage employé dans cet indice diagnostique est généralement neutre au niveau du genre, d’autres révèlent une construction du viol conçu comme un acte hétérosexuel comportant nécessairement une claire résistance et souffrance de la part de la victime. Ainsi, le conseiller au DSM David Thornton soutient que la déviance dans un « comportement sexuel coercitif est de forcer la relation sexuelle à une femme d’une manière telle qu’elle est vécue comme détestable, humiliante, douloureuse ou terrifiante » (Thornton, 2010, 414, ma traduction, italique ajouté). Les émotions ressenties par la victime ont ainsi pour rôle d’affirmer le caractère déviant et pathologique de l’acte. Comme le souligne la sociologue Jemma Tosh (2011), la déviance se définit vis-à-vis de représentations sous-jacentes à la sexualité masculine dite « normale » : comprise en termes de pulsion nécessaire, le viol n’en devient que l’expression pathologique s’il est effectué de manière « déraisonnable ».

24Les premières formes de propositions de critères diagnostiques pour la « pédohébéphilie » et le « trouble paraphilique coercitif » tracent une frontière claire et marquée entre des formes de sexualités considérées comme « normales » et d’autres « pathologiques ». Contrairement aux autres paraphilies pour lesquelles il suffit que la « personne a[it] cédé à ces impulsions sexuelles » (APA, 2000, 661) pour diagnostiquer la paraphilie, le trouble paraphilique coercitif et l’hébéphilie reposent sur un nombre minimum de victimes, précisément dans l’objectif d’éviter tout diagnostic posé sur la base d’un seul comportement criminel. Ce seuil est de trois victimes pour le trouble paraphilique coercitif et deux victimes prépubères ou trois victimes pubères pour la pédohébéphilie. Néanmoins, ce seuil révèle une échelle de gravité accordée aux violences sexuelles, selon l’âge des victimes (il faut plus de victimes pubères pour pouvoir diagnostiquer le trouble mental). Selon le philosophe Jérome Wakefield, « ce que ce trait est censé faire est ambigu : s’il vise à montrer qu’il doit y avoir une paraphilie sous-jacente au comportement en raison du nombre d’agressions, ou s’il vise à montrer qu’il y a suffisamment de souffrance provoquée, ou (plus probablement) les deux » (Wakefield, 2011, 203, ma traduction). Initialement présent dans les premières versions des troubles paraphiliques, ce seuil de victimes disparaît dans les versions suivantes en raison des critiques portant sur son caractère arbitraire et sur son incapacité à rendre compte d’agressions portées sur la même victime.

Les sexualités masculines, entre normalité et pathologie

25Les points de tension de ces controverses se cristallisent particulièrement autour de la nature normale ou pathologique du désir pour les jeunes adolescent-e-s et le viol. Ce faisant, ces débats interrogent la notion même de la fonction du désir sexuel : si la paraphilie est comprise comme une dysfonction, alors quelle est la fonction normale du désir sexuel ? De nombreux discours se concentrent sur la finalité reproductive du désir et des relations sexuelles. Ainsi, Karen Franklin affirme que l’attirance des hommes adultes pour les jeunes filles serait un produit de l’évolution qui permettrait une meilleure transmission des gènes masculins en maximisant les rapports sexuels dès le début de la vie reproductive (Franklin, 2009). Invisibilisant toute forme d’hébéphilie homosexuelle – ce que Ray Blanchard ne manquera pas de faire remarquer (Blanchard, 2010) – ou d’hébéphilie impliquant une femme paraphilique, ces discours se construisent sur la base d’une asymétrie de nature entre le désir masculin et féminin. Pour Allen Frances également, cette évidence est un fait naturel issu de l’évolution :

« Les hommes sont plus adaptés pour se battre pour l’amour et la gloire – ce qui est conforme avec leur lutte pour l’accès aux femmes, leur rôle proéminent dans la guerre avec les autres tribus et les besoins de la chasse. Les femmes ont plus tendance à avoir des compétences innées dans l’éducation et la collecte des aliments. » (Frances, 2013, 41, ma traduction).

26Cette division naturelle implique dès lors des désirs différenciés, encore présents dans la société contemporaine :

« L’industrie de la publicité n’a pas eu besoin d’études pour savoir que l’attirance pour les adolescent-e-s est répandue dans le grand public. La présence de jeunes adolescentes vêtues de manière provocante n’est certainement pas rare. Par exemple, la célèbre (ou peut-être tristement célèbre) publicité de Calvin Klein mettant en scène une jeune Brooke Shields reflète l’idée répandue que la population de consommateurs contient suffisamment d’hommes adultes attirés par une adolescente sexualisée pour justifier le choix d’une telle campagne publicitaire. Il est fallacieux d’affirmer qu’avoir des désirs envers des jeunes pubères suffit pour diagnostiquer un trouble mental » (Frances et First, 2011, 84, ma traduction).

27Contrairement à la controverse de l’hébéphilie, la rhétorique évolutionniste est peu employée pour le trouble paraphilique coercitif, ses opposant-e-s mettant plutôt en avant le caractère criminel du viol. Néanmoins, l’un des conseillers du sous-groupe de travail sur les paraphilies, Vernon Quinsey, consulté sur cette question adopte cette perspective. Selon une rhétorique usuelle de la psychologie évolutionniste, Quinsey soutient l’existence d’un « conflit naturel entre les sexes » en raison d’intérêts reproductifs qui seraient naturellement divergents. La théorie considérant qu’il est convenu que les femmes sont pénalisées par le coût de la grossesse, de l’allaitement et de l’éducation des enfants, elles auraient donc intérêt à être monogames et choisir avec précaution un homme capable de subvenir aux besoins de l’enfant. Au contraire, l’unique facteur limitant les hommes de transmettre leurs gènes (n’étant, eux, pas contraints par l’allaitement et la grossesse) serait uniquement le nombre de partenaires. Ainsi, alors que les hommes auraient plus d’avantages à se reproduire avec le maximum de partenaires possible, les femmes préféreraient au contraire, un nombre limité de partenaires, formant donc un conflit d’intérêt entre les sexes (Quinsey, 2010). De fait, soutient Quinsey, le viol peut être considéré comme un avantage reproductif pour des hommes ne réussissant pas à attirer des partenaires, au même titre que les femmes adultères joueraient de l’investissement de ressources d’un homme, tout en récoltant les meilleurs gènes possibles pour leur progéniture (ibid, 405). Le comportement remplissant donc une fonction évolutive, l’attirance pour le viol ne saurait en soi être pathologique. Au contraire, il permettrait même, selon lui, de sécuriser une relation romantique :

« L’agression sexuelle peut également améliorer l’adaptation d’un homme, car elle peut servir à garantir une partenaire stable (...) les femmes qui n’ont pas réussi à empêcher une agression sexuelle à aboutir sur un rapport sexuel ont plus tendance à fréquenter leur agresseur que les femmes qui ont empêché l’agression » (Quinsey, 2010, 407, ma traduction).

28Cette notion de « prédisposition » à la violence et de naturalisation de rôles sociaux entre les hommes et les femmes est également soulignée par la mobilisation d’études visant à montrer que les hommes seraient prédisposés à la violence sexuelle – la « normalité » résidant seulement dans l’inhibition de cette violence, qu’appuient Zinik et Padilla :

« Des études expérimentales ont montré qu’il est possible de désinhiber des hommes normaux – par exemple, en les enivrant, en suscitant leur colère envers une femme ou en leur montrant de la pornographie avant de faire un test, de sorte que leur excitation relative aux stimuli de viols est augmentée » (Zinik et Padilla, 2016, 55, ma traduction)

29Ainsi la violence envers les femmes serait le résultant normal d’une excitation (exposition à la pornographie) ou d’un rapport conflictuel avec une femme. La suggestion faite est que les hommes « normaux » inhiberaient leur excitation sexuelle face à des scénarios de viol en raison de l’empathie qu’ils éprouveraient pour la femme victimisée (Thornton, 2010, 414). De la sorte, la violence pour atteindre un plaisir sexuel est considérée comme « normale » tandis que la violence comme satisfaction sexuelle serait « pathologique ». En voulant réfuter l’aspect pathologique de l’hébéphilie et du trouble coercitif paraphilique, ces rhétoriques redéfinissent les violences sexuelles sexistes (à l’encontre des jeunes filles et des femmes) comme étant ancrées dans une fonction biologique masculine. Les manifestations qui s’ensuivent, certes non souhaitables au vu des normes culturelles, apparaissent ainsi comme compréhensibles car rattachées à des besoins sexuels qui seraient spécifiquement masculins.

Tensions historiques et paradoxes des paraphilies

30En 2010, une majorité de psychiatres votent contre l’inclusion de la pédohébéphilie et du trouble paraphilique coercitif dans le DSM-5, lors de la rencontre annuelle de l’Association américaine de psychiatrie et de droit, à Tucson en Arizona (Franklin, 2010). Si la mesure est symbolique, elle entérine l’abandon progressif de ces catégories, d’abord relayées à une « section nécessitant plus de recherche », puis totalement éliminées sous la pression de la communauté scientifique (ibid). Le rôle joué par les contraintes extérieures – les enjeux de légitimité professionnelle et la crainte d’un mésusage judiciaire – n’est pas négligeable dans les stratégies adoptées par les acteurs et actrices de ces controverses, et la volonté de ne pas inclure les diagnostics explique en partie les tactiques argumentatives employées par les opposant-e-s à leur intégration.

  • 12 Le fétichisme est défini dans le DSM-IV-TR, comme une focalisation paraphilique sur « l’utilisation (...)
  • 13 Dans le DSM-5, il s’agit du trouble voyeuriste, trouble exhibitionniste, trouble du frotteurisme, t (...)

31En venant questionner la frontière entre le normal et le pathologique, ces controverses révèlent les tensions historiques et les paradoxes de la catégorie des paraphilies. En effet, si la pathologie se définit par l’inaptitude à atteindre un rapport sexuel reproductif (ce que les arguments évolutionnistes sous-entendent), alors l’homosexualité devrait faire partie du DSM. Au contraire, si le consentement et l’absence de souffrance sont constitutifs de la normalité, alors il faudrait inclure l’hébéphilie et le trouble paraphilique coercitif dans le DSM, et exclure des paraphilies ne supposant pas de violence, telles que le fétichisme12. Comment alors expliquer ce paradoxe ? En réalité, les paraphilies actuellement présentes dans le DSM13 sont des catégories héritées des premières classifications psychiatriques des déviances sexuelles, qui n’ont pas fait l’objet d’un débat similaire à ceux du trouble paraphilique coercitif et de l’hébéphilie au moment de leur inclusion. Ainsi, comme le suggère l’historien et philosophe Patrick Singy répondant à l’une des critiques d’Allen Frances, les paraphilies ont désormais une place dans le DSM en raison de leur histoire légale :

« Dire que "le DSM-III" est une classification des troubles mentaux, et non une classification des comportements criminels" est un peu naïf. Pourquoi y-a-t-il des paraphilies dans le DSM- ? Parce qu’elles sont légalement importantes. Les premiers psychiatres français et allemands qui ont inventé les concepts de sadisme, d’homosexualité, d’exhibitionnisme, etc., étaient des psychiatres forensiques qui cherchaient à évaluer la responsabilité légale des personnes accusées de sodomie, viol, exhibition, etc. Le DSM a hérité de ces catégories forensiques et a, d’une manière ou d’une autre, essayé de les transformer en catégories cliniques. Il n’est pas étonnant que sa relation avec la loi soit ambiguë. La question à poser est donc : si nous arrivons à transformer les paraphilies en catégories purement cliniques, sans aucun intérêt légal, avons-nous toujours besoin d’elles ? » (Singy, cité dans Frances, 2011, ma traduction).

32En plus de ces relations ténues, l’hétérogénéité de la catégorie des paraphilies et la difficulté à la modifier s’explique en partie par les liens qui unissent les catégories psychiatriques avec les croyances profanes sur la déviance sexuelle. Dans un éditorial, les éditeurs du DSM-IV-TR, Michael First et Allen Frances ont révélé avoir été assaillis par des « groupes religieux conservateurs » qui « s’inquiétaient à tort que le changement dans le DSM-IV ne reconnaisse la pédophilie comme trouble mental que si elle provoquait de la souffrance » (First et Frances, 2008 cité dans Adriaens et De Block, 2013, 291). Ces controverses révèlent avant tout le statut important des croyances profanes sur les agressions sexuelles, mais également le rôle tenu par les experts psychiatres dans la définition sociale de la déviance (Leon, 2011, 132). La réception publique des critères diagnostiques est donc prise en compte dans la façon dont ceux-ci sont élaborés : Robert Spitzer, le directeur du DSM-III, affirmait par ailleurs que les paraphilies ne pourraient être enlevées du DSM car cela serait « un désastre de relations publiques pour la psychiatrie » (Spitzer, 2005, 115, ma traduction). Néanmoins, la présence des paraphilies dans le DSM ne saurait se réduire aux craintes de légitimité et de réception publique du Manuel. En 2005, le psychiatre Charles Moser proposait déjà d’enlever toutes les paraphilies du DSM afin de les considérer uniquement sous l’angle pénal. Opposé à cette idée, Spitzer affirmait ainsi que « l’excitation sexuelle a pour fonction de faciliter la formation du couple qui est facilitée par des relations affectueuses réciproques [et qu’il] existe un développement normal de l’excitation sexuelle [qui] peut parfois mal se passer » (ibid, 114, ma traduction). La présence des paraphilies dans le DSM s’articule donc à la conviction partagée d’une fonction normale du désir sexuel, dont les paraphilies sont l’anomalie. Il existe ainsi une « permanence des représentations du genre » en psychiatrie (Giami, 2007) qui lit la sexualité au prisme d’une lecture évolutionniste et hétéronormative ou encore au prisme d’un script sexuel conjugalo-affectif.

Conclusion

33Les enjeux qui traversent les controverses de l’hébéphilie et du trouble paraphilique coercitif sont divers : ils sont d’ordre professionnel puisque ces catégories viennent questionner la légitimité de la psychiatrie comme science détachée du social, mais ont également une portée scientifique autour de la matérialité du désir et de la constitution de critères fiables et valides, tout en soulevant des questions politiques et sociales. En cela, ces controverses illustrent bien les processus de construction de la maladie et de la santé comme entreprise collective et « attribut de la domination de genre » (Dorlin, 2006, 26). Tout comme la figure du pédophile comme danger extérieur à la sphère privée permet de réaffirmer la masculinité hégémonique comme protectrice des femmes et des enfants (Cowburn et Dominelli, 2001), il convient de s’interroger sur la fonction de la construction de sexualités déviantes. En tentant de requalifier certaines formes de violences sexuelles comme pathologiques, que dit-on de la masculinité « normale » ?

34L’élimination de ces deux catégories du DSM ne s’explique pas tant par une remise en question de la pathologisation des violences sexuelles (phénomène décrit par la sociologue Jemma Tosh (2015)), qu’au contraire par la normalisation de certaines formes de violences masculines comprises en termes de besoins naturels de l’ordre de la pulsion. En s’intéressant aux représentations sur la sexualité masculine pathologique, ces controverses révèlent une lecture mécaniciste du désir masculin ainsi qu’une biologisation de rapports sociaux de pouvoir. Dans ce sens, cette recherche appuie ce que la chercheuse Lisa Downing qualifie de « fantômes [hétéronormatifs] (…) qui hantent l’imagination sexuelle du DSM » (Downing, 2015, 1144, ma traduction).

35Néanmoins, en tant que « boîtes noires » sur la « science telle qu’elle se fait », ces controverses révèlent également les paradoxes et les tensions qui façonnent la distinction entre normal et pathologique lorsqu’il s’agit de sexualités. Les logiques d’inclusion et d’exclusion de troubles mentaux sont ainsi les produits d’un contexte historique et social particulier. Si l’abandon du « trouble de l’agression sexuelle » en 1983 s’explique par la crainte qu’un diagnostic psychiatrique n’allège les peines des auteurs de violences sexuelles, les controverses de 2008 à 2013 se distinguent plutôt par une volonté de ne pas les prolonger. Loin d’être monolithiques, les positions des acteurs et actrices des controverses sont complexes en tant qu’elles sont contraintes par un ensemble de facteurs, tels que la réception publique des catégories diagnostiques, le risque d’un mésusage judiciaire des diagnostics mais aussi la production de système de pensée cohérent permettant de discriminer le normal du pathologique.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

AGALARYAN, Anaida, Paraphilic Coercive Disorder : Behavioral Markers and Validity of Diagnostic Criteria, Thèse de doctorat en psychologie clinique, sous la direction de Joanne-Lucine Rouleau, Université de Montréal, 2015.

AMERICAN PSYCHIATRIC ASSOCIATION, Dangerous Sex Offenders: A Task Force Report of the American Psychiatric Association, Washington D.C., American Psychiatric Press Inc., 1999.

AMERICAN PSYCHIATRIC ASSOCIATION, Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders Fifth Edition, Washington D.C., American Psychiatric Press Inc., 2013.

AMERICAN PSYCHIATRIC ASSOCIATION, Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders Fourth Edition, Washington D.C., American Psychiatric Press Inc., 2000.

AMERICAN PSYCHIATRIC ASSOCIATION, « Frequently Asked Questions (About DSM-5) », 2014 [Ressource en ligne] consulté pour la dernière fois le 11/05/16. Disponible : http://www.dsm5.org/about/pages/faq.aspx#4

AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION (APA), Report of the APA Task Force on the Sexualization of Girls, 2007, [Ressource en ligne] consulté pour la dernière fois le 16.05.2019. Disponible: http://www.apa.org/pi/women/programs/girls/report-full.pdf

BLANCHARD Ray et al., « Pedophilia, Hebephilia, and the DSM-V », Archives of Sexual Behavior, 38, 2009a, pp. 335-350.

BLANCHARD Ray, « The concept of autogynephilia and the typology of male gender dysphoria », The Journal of Nervous and Mental Disease, 177, 10, 1989, pp. 616-623.

BLANCHARD Ray, « DSM-V Paraphilias Options : General Diagnostic Issues, Pedohebephilic Disorder, and Transvestic Disorder », présenté pour le congrès annuel de la Society for Sex Therapy and Research, 2009b [Ressource en ligne] consulté pour la dernière fois le 16.05.2019. Disponible : http://individual.utoronto.ca/ray_blanchard/index_files/SSTAR_2009_Talk_on_DSM.html

CLASSIFICATION STATISTIQUE INTERNATIONALE DES MALADIES ET DES PROBLÈMES DE SANTÉ CONNEXES CIM-10, 2008. [Ressource en ligne] consulté pour la dernière fois le 16.05.2019. Disponible: https://icd.who.int/browse10/2008/fr

FIRST B. Michael et HALON L. Robert, « Use of DSM Paraphilia Diagnoses in Sexually Violent Predator Commitment Cases », Journal of the American Academy of Psychiatry and the Law, 36, 4, 2008, pp. 443-454.

FRANCES Allen et FIRST B. Michael, « Hebephilia Is Not a Mental Disorder in DSM-IV-TR and Should Not Become One in DSM-5 », The Journal of the American Academy of Psychiatry and the Law, 39, 2011, pp. 78-85.

FRANCES Allen, « The Rejection of Paraphilic Rape in the DSM III: A First Hand Historical Narrative », Psychology Today, 2011 [Ressource en ligne] consulté pour la dernière fois le 16.05.2019. Disponible: https://www.psychologytoday.com/blog/dsm5-in-distress/201103/the-rejection-paraphilic-rape-in-dsm-iii-first-hand-historical

FRANCES Allen, Saving normal: An insider’s revolt against out-of-control psychiatric diagnosis, DSM-5, big pharma, and the medicalization of ordinary life, New York, William Morrow, 2013.

FRANKLIN Karen, « Hebephilia: Quintessence of diagnostic pretextuality », Behavioral Sciences and the Law, 28, 6, 2010, pp. 751-768.

FRANKLIN Karen, « The Public Policy Implications of “Hebephilia”: A Response to Blanchard et al. (2008) », Archives of Sexual Behavior, 38, 3, 2009, pp. 319–320.

GREEN Richard, « Sexual Preference for 14-Years-Olds as a Mental Disorder: You Can’t Be Serious!! », Archives of Sexual Behavior, 39, 2010, pp. 585-586.

GREEN Richard, « Is pedophilia a mental disorder? », Archives of Sexual Behavior, 31, 2002, pp. 467-471.

HAMMER Emanuel F. et GLUECK C. Bernard, « Psychodynamic patterns in sex offenders: a four-factor theory », The Psychiatric Quaterly, 31, 1, 1975, pp. 325-345.

KAFKA Martin P., Sexual Offender Assessment : DSM-5 proposals modifying diagnostic criteria for paraphilias and related disorders, présenté à la Conférence de l’Association pour le traitement des auteurs d’agression sexuelle (ATSA), le 20 octobre 2010 [Ressource en ligne] consulté pour la dernière fois le 16.05.2019. Disponible : http://www.b4uact.org/wp-content/uploads/2014/09/Kafka-20101020.pdf

KNIGHT Raymond, « Is a Diagnostic Category for Paraphilic Coercive Disorder Defensible? », Archives of Sexual Behavior, 39, 2010, pp. 419-426.

KRUEGER Richard et KAPLAN Meg, « Paraphilic Diagnoses in DSM-5 » in The Israel Journal of Psychiatry and Related Sciences, 49, 4, 2012, pp. 248-254.

LEVENSON S. Jill et MORIN J. W. « Factors predicting selection of sexually violent predators for civil commitment », International Journal of Offender Therapy and Comparative Criminology, 50, 6, 2006, pp. 609-629.

QUINSEY Vernon, « Coercive Paraphilic Disorder » in Archives of Sexual Behavior, 39, 2010, pp. 405-410.

SINGY Patrick, « Danger and Difference: The Stakes of Hebephilia », in DEMAZEUX Steve et SINGY Patrick, (dir.), The DSM-5 in Perspective. Philosophical Reflections on the Psychiatric Babel in History, Dordrechet Heidelberg New-York Londres, Springer, 2015b.

SINGY Patrick, « Hebephilia: A Post-mortem Dissection », Archives of Sexual Behavior, 44, 2015a, pp. 1109-1116.

SPITZER Robert, « Sexual and gender disorders: Discussions of questions for the DSM-5 » in KARASIC Dan et DRESCHER Jack (dir.), Sexual and gender diagnoses of the Diag-nostic and Statistical Manual (DSM): A reevaluation, Binghamton, NY, Haworth Press, 2005, pp. 111-116.

THORNTON David, « Evidence Regarding the Need for a Diagnostic Category for a Coercive Paraphilia », Archives of Sexual Behavior, 39, 2009, pp. 411-418.

TOSH Josh, « The medicalisation of rape: A discursive analysis of ‘Paraphilic Coercive Disorder’ and the psychiatrisation of sexuality », Psychology of Women Section Review, The British Psychological Society, 13, 2, 2011, pp. 1-12.

WAKEFIELD Jerome et FIRST Michael, « Clarifying the Boundary Between Normality and Disorder: A Fundamental Conceptual Challenge for Psychiatry », The Canadian Journal of Psychiatry, 58, 11, 2013, pp. 603-605.

WAKEFIELD Jerome, « DSM-5 proposed diagnostic criteria for sexual paraphilias: Tensions between diagnostic validity and forensic utility », International Journal of Law and Psychiatry, 34, 2011, pp. 195-209.

ZANDER Thomas, « Adult Sexual Attraction to Early-Stage Adolescents: Phallometry Doesn’t Equal Pathology », Archives of Sexual Behavior, 38, 2009, pp. 329-330.

ZANDER Thomas, « Commentary: Inventing diagnosis for civil commitment of rapists », Journal of the American Academy of Psychiatry and the Law, 36, 2008, pp. 459-469.

ZINIK Gary et PADILLA Jesus, « Rape and Paraphilic Coercive Disorders », in PHENIX Amy et HOBERMAN Harry (dir.) Sexual Offending. Predisposing Antecedents, Assessments and Management, New York Heidelberg Dordrecht Londres, Springer, 2016, pp. 45-66.

ZONANA Howard et al., Dangerous Sex Offenders: A Task Force Report of the American Psychiatric Association, Washington, DC, American Psychiatric Association, 1999.

Littérature secondaire

ADRIAENS Pieter et DE BLOCK Andreas, « Pathologizing Sexual Deviance: A History », The Journal of Sex Research, 50, 3-4, 2013, pp. 276-298.

ARENA Francesca, CHILETTI Silvia et COFFIN Jean-Christophe, « Psychiatrie, genre et sexualités dans la seconde moitié du XXe siècle », Comment s’en sortir, 2, 2015, pp. 59-75.

CALLON Michel et LATOUR Bruno, La science telle qu’elle se fait, Paris, La Découverte, 1991 (1990).

COWBURN Malcolm et DOMINELLI Lena, « Masking hegemonic masculinity: reconstructing the paedophile as the dangerous stranger », British journal of social work, 31, 3, 2001, pp. 399-414.

DEMAZEUX Steve et SINGY Patrick (dir.), The DSM-5 in Perspective. Philosophical Reflections on the Psychiatric Babel in History, New-York/ Londres, Springer, 2015.

DORLIN Elsa, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris, La Découverte, 2006.

DOWNING Lisa, « Heteronormativity and Repronormativity in Sexological ‘Perversion Theory’ and the DSM-5’s ‘Paraphilic Disorder’ Diagnoses », Archives of Sexual Behavior, 44, 2015, pp. 1139-1145.

FABIAN John Matthew, « Sexually Violent Predator Civil Commitment Proceedings », The Journal of the American Academy of Psychiatry and the Law, 39, 2011, pp. 496-505.

FOUCAULT Michel, Histoire de la Sexualité. Tome 1 : La volonté de savoir, Paris, Éditions Gallimard, 1976.

GIAMI Alain, « Fonction sexuelle masculine et sexualité féminine. Permanence des représentations du genre en sexologie », Communications, 81, 2007, pp. 135-151.

GIAMI, Alain, « Between DSM and ICD : Paraphilias and the Transformations of Sexual Norms », Archives of Sexual Behavior, 44, 2015, pp. 1127-1138.

HA Nathan, « Detecting and Teaching Desire: Phallometry, Freund, and Behaviorist Sexology », Osiris, 30, 1, 2015, pp. 205-227.

JANSSEN Diederik, « ‘Chronophilia’: Entries of Erotic Age Preference into Descriptive Psychopathology », Medical History, 59, 4, 2015, pp. 575-598.

JENKINS Philip, Moral panic: Changing concepts of the child molester in modern America, New Haven, CT, Yale University Press, 2004.

LATOUR Bruno, La science en action, Paris, La Découverte, 1989.

LEMIEUX Cyril, « A quoi sert l’analyse des controverses ? », Mil neuf cent, 1, 25, 2007, pp. 191-212.

LEON Chrysanthi, Sex Fiends, Perverts and Pedophiles. Understanding Sex Crime Policy in America, New York/Londres, New York University Press, 2011.

MAMO Laura et FISHMAN Jenifer, « Potency in All the Right Places: Viagra as a Technology of the Gendered Body », Body & Society, 7,4, 2001, pp. 13-35.

NEUILLY Mélanie-Angela et ZGOBA Kristen, « La panique pédophile aux Etats-Unis et en France », Champ pénal/Penal Field, 2008. DOI : 10.4000/champpenal.340.

PESTRE Dominique, « Pour une histoire sociale et culturelle des sciences. Nouvelles définitions, nouveaux objets, nouvelles pratiques », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 3, 1995, pp. 487-522

POTTS Annie, « ‘The Essence of the Hard On’: Hegemonic Masculinity and the Cultural Construction of ‘Erectile Dyfunction’« , Men and Masculinities, 3, 1, 2000, pp. 85-100.

ROBERTS Celia, Puberty in Crisis: The Sociology of Early Sexual Development, Cambridge, Cambridge University Press, 2015.

SUBRAMANIAM Banu, « Moored Metamorphoses: A Retrospective Essay on Feminist Science Studies », Signs, 34, 4, 2009, pp. 951-980.

TOSH Jemma, Perverse Psychology: the pathologization of sexual violence and transgenderism, Londres/New York, Routledge, 2015.

VIGARELLO Georges, Histoire du viol XVIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1998.

VUILLE Marilène, « Le désir sexuel des femmes, du DSM à la nouvelle médecine sexuelle », Genre, sexualité & société, 12, 2014.

WAIDZUNAS Thomas et EPSTEIN Steven, « ‘For men arousal is orientation’: Bodily truthing, technosexual scripts, and the materialization of sexualities through the phallometric test », Social Studies of Science, 45, 2, 2015, pp. 187-213.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Delphine Gardey, Francesca Arena, Lorena Parini, Carolina Topini, Yali Chen, Laura Piccand, Marlyse Debergh ainsi que les évaluateur-rice-s pour leur lecture attentive de différentes versions de cet article.

2 Dans la quatrième édition du Manuel, le « trouble de l’identité sexuelle » (APA, 2000, 666) considère la transidentité comme un trouble mental. Dans le DSM-5, ce terme est modifié pour lui préférer celui de « dysphorie de genre » (APA, 2015, 451) dans une volonté de mettre l’accent non pas sur l’identité en tant que telle, mais sur la dysphorie, c’est-à-dire, la souffrance pouvant accompagner le décalage entre le genre exprimé et le genre assigné à la naissance.

3 Cette modification répond notamment à un activisme de la communauté BDSM, et particulièrement aux États-UnisE de la National Coalition for Sexual Freedom fondée en 1997, revendiquant la dépathologisation des relations sexuelles effectuées entre adultes consentant-e-s.

4 Le DSM-IV-TR (2000) présente des paraphilies relativement différentes en nature : l’exhibitionnisme, le fétichisme, le frotteurisme, la pédophilie, le masochisme sexuel, le sadisme sexuel, le transvestisme fétichiste et le voyeurisme.

5 Décrite dans le DSM-5 comme « une excitation sexuelle récurrente et intense impliquant (…) des animaux » (APA, 2013, 705, ma traduction).

6 « Excitation sexuelle récurrente et intense impliquant (…) des cadavres » (APA, 2013, 705, ma traduction).

7 « Excitation sexuelle récurrente et intense impliquant (…) l’urine » (APA, 2013, 705, ma traduction).

8 Ray Blanchard développe un concept dénommé « autogynéphilie » en 1989, où il décrit la transidentité comme étant un penchant paraphilique : l’une des premières étapes de la transition transsexuelle étant, selon lui, constituée par le désir et l’excitation ressentie par l’invididu à l’idée de s’imaginer ou de se représenter en l’autre sexe (Blanchard, 1989). Jugée stigmatisante par certains activistes trans*, cette théorisation assimile l’identité de genre à une préférence d’ordre sexuel. À ce sujet, consulter les travaux de Laurence Hérault, « Usages de la sexualité dans la clinique du transsexualisme », L’autre, Cliniques, cultures et sociétés, La pensée sauvage, 11, 3, 2010, pp. 278-291.

9 La notion d’âge, délicate car faisant référence à des définitions légales de la majorité sexuelle, n’est pas employée par le DSM au profit de la notion de puberté. Pour décrire la puberté, Blanchard fait référence aux stades de croissance décrits par le pédiatre britannique James Mourilyan Tanner (1920-2010) en 1962. Cette classification, couramment appelée « échelle de Tanner » permet de coter l’avancement physiologique au cours de la puberté en considérant le développement des poils pubiens, le développement mammaire chez les filles et le développement des organes génitaux chez les garçons.

10 Les travaux sur la médicalisation de la sexualité et notamment le viagra montrent comment les technologies façonnent les normes genrées sur la performance et la masculinité hégémonique (Fishman et Mamo, 2001).

11 Prépondérance droite ou gauche dans l’utilisation d’organes pairs (main, pied, œil).

12 Le fétichisme est défini dans le DSM-IV-TR, comme une focalisation paraphilique sur « l’utilisation d’objets inanimés (le « fétiche ») » (APA, 2000, 658) tels que « les culottes féminines, les soutiens-gorge, les bas, les chaussures » (ibid).

13 Dans le DSM-5, il s’agit du trouble voyeuriste, trouble exhibitionniste, trouble du frotteurisme, trouble du sadisme sexuel, trouble du masochisme sexuel, trouble pédophile, trouble fétichiste, trouble du transvestisme, et les paraphilies non-spécifiées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Bajeux, « Le désir masculin en controverses », Genre, sexualité & société [En ligne], 21 | Printemps 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/gss/5382 ; DOI : 10.4000/gss.5382

Haut de page

Auteur

Camille Bajeux

Assistante-doctorante, Institut des Études genre, Université de Genève
Camille.Bajeux@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals