Navigation – Plan du site
Varia

La conservation familiale de sang placentaire et la (re)privatisation de la reproduction sociale 

Family-directed cord blood banking and the (re)privatization of social reproduction
Anouck Alary

Résumés

La conservation de sang de cordon ombilical au Canada constitue un cas d’étude intéressant afin d’analyser les conséquences de la gouvernance néolibérale sur la reproduction sociale, notamment sur les institutions de soins de santé, ainsi que sur la formation des subjectivités politiques contemporaines. Elle illustre de manière éloquente le passage d’une logique distributive des « produits » du corps, issue de l’État-providence à une orientation néolibérale fondée sur une privatisation de ceux-ci ; cela précisément parce que deux modèles (l’un public, l’autre privé) de bio-banques coexistent actuellement dans le contexte canadien où l’accès universel au système de santé peine à se maintenir. Cet article examine la manière dont le discours promotionnel des banques commerciales de sang de cordon installées au Canada articule des conceptions particulières de la santé, de la maternité et de la famille. Après avoir exposé les mécanismes de responsabilisation des mères face à la santé de leur enfant présents dans le discours, l’article réexamine la portée du concept de biocitoyenneté dans la perspective de l’approche féministe de la reproduction sociale. En relevant la centralité de la famille dans l’économie morale néolibérale, l’article soutient la nécessité de situer les discussions récentes concernant les mutations biopolitiques dans des considérations plus larges de justice distributive et de genre.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier les évaluateur.ice.s pour la justesse de leurs critiques et la pertinence de leurs remarques. Celles-ci ont considérablement contribué à améliorer la qualité de cet article.

1Les cellules souches de sang de cordon ombilical détiennent une utilité clinique depuis 1988, où elles sont pour la première fois utilisées comme une alternative aux cellules de moelle osseuse afin de soigner un enfant atteint de l’anémie de Franconi (Gluckman et al., 1989). Si des greffes de cellules souches de moelle osseuse sont pratiquées en oncologie depuis la fin des années 1960 afin de traiter les patients atteints de cancer du sang, elles exigent une compatibilité complète entre le donneur et le receveur. Le fait que cela ne soit pas le cas pour la transplantation de cellules souches provenant d’un tissu néo-natal comme le sang placentaire, du fait de l’immaturité du système immunitaire à la naissance, permet alors de multiplier le nombre de donneurs compatibles pour un même patient en dehors des membres de sa propre famille. L’extraction du sang de cordon étant pratiquée au moment de l’accouchement (tandis que le placenta est encore attaché au mur utérin) dans le but de récolter le maximum de sang, elle comporte des risques à la fois pour la mère et pour son enfant (Dickenson, 2007, 87). Parce que la plupart des bioéthiciens et des chercheurs affirment à tort que cette intervention a lieu après la naissance de l’enfant, celle-ci est cependant communément présentée comme étant non-invasive pour la donneuse (ibid., 87). Ainsi banalisée, la collecte du sang de cordon a permis de développer des banques d’unités réelles et directement disponibles de sang congelées, ce qui n’était pas le cas pour les greffes de moelle épinière (pour lesquelles les échantillons sont répertoriés dans des banques de données virtuelles en raison des procédures médicales invasives liés à leur extraction). Les premières banques publiques de sang de cordon se développent alors dès 1993 aux États-Unis, puis ailleurs (dès 1996 au Canada), afin de conserver des échantillons de sang de cordon pouvant au besoin être transplantés entre donneuses et receveuses/receveurs étrangers mais liés sur le plan immunologique. Cette forme de greffe de cellules souches de sang de cordon dites « allogéniques » (les cellules transplantées proviennent d’un corps étranger à celui du patient) est généralement utilisée afin de traiter de jeunes patients atteints de cancers immunologiques rares (Waldby, 2006, 60). La conservation publique de sang de cordon s’inscrit ainsi dans la même logique distributive que les banques publiques de sang et d’organes développées dans la continuité des premiers États-providence mis en place dans la plupart des pays industrialisés occidentaux après la Seconde Guerre mondiale (Waldby et Mitchell, 2006).

  • 1 Les quatorze consommatrices interrogées dans le cadre d’une enquête de terrain réalisée sur la cons (...)

2En parallèle à l’émergence de ce secteur public, des banques privées de sang de cordon se sont développées à une échelle transnationale depuis le début des années 1990 et à partir de 2004 au Canada. On comptabilise aujourd’hui plus de 200 banques privées dans plus de 54 pays, détenant une réserve d’environ 5 millions d’unités, contre seulement 158 banques publiques présentes dans 36 pays, détenant environ 800 000 unités de sang de cordon (Peberdy, Young et Kearney, 2016). Ces banques offrent aux familles de conserver un échantillon de sang de cordon ombilical récolté à la naissance de leur enfant dans un compte privé dit « familial » à travers un investissement initial allant de 900 à 2300 dollars pour le transport et l’entreposage la première année, et d’environ 200 dollars chaque année pour préserver l’unité de sang congelée, cela durant une période allant de 18 à 21 ans. Définissant leur service comme une forme d’« assurance biologique » contre les futures maladies potentielles de l’enfant à naitre ou de sa parenté proche, elles incitent, à travers une publicité massive ciblant les nouveaux parents, et plus précisément les mères des classes moyennes à hautes1, à constituer une réserve de vitalité et de santé disponible en tout temps. Si la publicité de ces banques commerciales s’adresse souvent aux deux parents, supposés hétérosexuels, elle est distribuée dans les cliniques de gynécologie et d’obstétrique publiques ou privées et dans les cabinets de médecin sous forme de prospectus. Elle vise donc plus directement les femmes enceintes (Porter, Kerridge et Jordens, 2012 ; Yeonbo, 2015 ; Lafontaine, 2014 ; Haw, 2015 ; 2016) qui prennent les décisions liées aux procédures de l’accouchement et disposent du pouvoir de choisir de congeler ou non leur sang de cordon. Sur le plan juridique, c’est uniquement la parturiente, et non le père ou les deux parents, qui se trouve définie dans les contrats liant les mères aux banques comme la tutrice légale de l’échantillon collecté avant que l’enfant atteigne la majorité et puisse récupérer les droits sur « ses » cellules (Dickenson, 2007).

3Contrairement aux banques publiques, visant à soigner des enfants déjà malades, ces banques proposent aux parents de constituer un accès exclusif à ces cellules pour un usage ultérieur dans le cas où leur propre enfant développerait une maladie pouvant être soignée par une greffe de cellules souches « autologues » (provenant du corps même du patient) de sang de cordon. Les cellules souches du patient sont ainsi définies comme la matière première de thérapies « révolutionnaires » à la fois autologues et personnalisées (adaptées aux caractéristiques biologiques spécifiques du patient) en voie de développement. Loin de reposer sur des applications cliniques actuelles, elles s’appuient sur les recherches expérimentales actuellement en cours dans le champ de la médecine régénérative, visant à instrumentaliser le potentiel de ces cellules dans le traitement de maladies dégénératives autant pour les adultes que pour les enfants (par ex. la sclérose en plaque, les maladies de Pick, d’Alzheimer, de Huntington, etc.).

4Devant l’absence complète de résultats cliniques soutenant les greffes de cellules souches de sang de cordon « autologues », et donc la probabilité quasi inexistante qu’un enfant rencontre un jour le besoin de se faire transplanter « ses propres cellules » de nombreuses associations de professionnels de la santé, notamment l’Association Mondiale des Donneurs de Moelle osseuse, l’Académie Américaine des Pédiatres et le Congrès Américain des Obstétriciens et des Gynécologues, ont déploré la logique hautement spéculative de ce service. Les pratiques de ces banques font aussi l’objet de la condamnation de certains États ayant interdit l’implantation de tels services sur leurs territoires respectifs, ainsi que de nombreux comités consultatifs d’éthiques, dénonçant le caractère largement spéculatif des promesses thérapeutiques des cellules de sang de cordon autologues. Au Canada, où le nombre de banques autologue ne cesse d’augmenter (on en compte aujourd’hui neuf, contre quatre banques publiques), notamment dans les zones métropolitaines de Toronto et de Vancouver, le Conseil de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada en appelle à une règlementation rigoureuse des banques commerciales de sang de cordon « en raison des indications limitées d’un tel don et du manque de preuves scientifiques soutenant cette pratique » (SOGC, 2005, 182). Depuis 2014, le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) québécois Sainte-Justine constitue pour sa part le premier hôpital canadien à refuser de prélever le sang de cordon dans le cas où celui-ci serait destiné à une banque privée. Le directeur des services professionnels du centre a notamment expliqué que le personnel du CHU Sainte-Justine était « inconfortable » avec les « fausses promesses » faites par les banques autologues (Lacoursière, 2014).

5Nous montrons dans cet article que, plus de construire des « fausses promesses » se jouant de la naïveté présumée des mères, les stratégies publicitaires élaborées par ces banques s’inscrivent dans une « économie de la promesse » (Sunder Rajan, 2006 ; Rose, 2007 ; Petersen et al., 2017) plus large associée à la financiarisation croissante du secteur biomédical. En insistant sur les potentialités régénératives extraordinaires des cellules souches de sang de cordon d’un côté et sur la fragilité inhérente du nouveau-né de l’autre, les stratégies promotionnelles des banques commerciales de sang de cordon définissent la constitution par les parents d’un compte familial et exclusif de cellules souches autologues comme une « technologie de l’espoir » (Franklin, 1997 ; Leibing et Tournay, 2010). Ce service est en effet promu comme un moyen pour les parents d’assurer la santé fragile de leurs enfants et ainsi de contrer l’incertitude et la crainte de ne pas répondre de leurs obligations parentales.

  • 2 Entendu ici non pas au sens bourdieusien (Bourdieu et Passeron, 1970), mais au sens que lui donne l (...)

6La coexistence entre des banques publiques fondée sur une logique distributive et thérapeutique et des banques privées fondées sur une logique assurantielle constitue ainsi un cas d’étude intéressant afin d’analyser les conséquences de la gouvernance néolibérale sur les institutions sociales de soins de santé, et plus largement sur ce que les féministes matérialistes nomment la reproduction sociale (Bakker et Gill, 2003 ; Bezanson et Luxton, 2006 ; Strauss et Meehan, 2015). La reproduction sociale2 fait référence aux activités sociales sur lesquelles, dans chaque société humaine, les échanges économiques se trouvent encastrés. Celles-ci visent notamment à assurer : 1) la reproduction biologique de l’espèce humaine ; 2) la reproduction quotidienne de la force de travail (incluant les moyens de subsistance et l’éducation des futurs travailleurs) ; et 3) la reproduction des institutions et structures sociales mises en place afin de répondre aux besoins humains de base (Bakker et Gill, 2003, 32). Dans les sociétés libérales contemporaines, les mécanismes liés à la reproduction sociale peuvent par exemple être socialisés, privatisés au niveau des familles, ou encore organisés à travers une combinaison des deux (ibid.). C’est ainsi que depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et pendant toute la période des Trente-Glorieuse (1945-1975), les besoins de base des citoyens étaient, au sein des nations libérales occidentales, en bonne partie socialisés, soit pris en charge par des systèmes de sécurité sociale visant à collectiviser les coûts liés à l’éducation, au vieillissement ou à la maladie, à l’échelle sociétale. Or, depuis les années 1980 en Angleterre et aux États-Unis, et les années 1990 au Canada (Bezanson, 2006, 7), la reproduction sociale se trouve de plus en plus privatisée au niveau des individus et des ménages. Ceux-ci doivent ainsi prendre en charge les coûts liés à leur propre reproduction en s’assurant eux-mêmes contre les risques liés à l’existence, notamment en contractant des assureurs privés.

  • 3 Bien que fragmenté territorialement du fait que la santé est une compétence provinciale, le régime (...)

7La conservation de sang de cordon autologue, en faisant concurrence à la conservation allogène fondée sur un modèle distributif porté par les banques publiques de sang et d’organes visant à collectiviser les coûts liés à la santé3, constitue alors une expression paradigmatique du transfert de la prise en charge des coûts liés à la reproduction sociale par l’État vers les familles et le foyer. À mesure que l’accès aux ressources de santé se stratifie en étant réarticulé sur la base des capacités économiques respectives des unités familiales, on assiste alors à un renforcement des inégalités biosociales préexistantes. Tandis que les mères ayant les ressources financières permettant d’investir dans le futur de leurs enfants peuvent prétendre au statut socialement valorisé de la « bonne mère », celles n’ayant pas les moyens de le faire se voient exclues de ce statut privilégié en étant redéfinies comme des mères irresponsables vis-à-vis des risques de santé de leurs enfants. En cela, les banques privées de sang de cordon participent d’un processus de naturalisation des responsabilités morales et familiales associées au sujet maternel afin de mieux inscrire la conservation autologue dans leur continuité et créent ainsi une nouvelle division entre les mères détenant le capital économique nécessaire afin de pouvoir se conformer à ce modèle de la « bonne citoyenne », et les autres.

  • 4 Le corpus a été construit entre mars et juillet 2015.

8La démonstration se fonde sur une analyse du contenu du matériel promotionnel diffusé par les banques autologues de sang de cordon au Canada. La rhétorique promotionnelle utilisée par celles-ci, en mettant l’accent sur les attentes futures par rapport à l’utilité thérapeutique actuelle des cellules souches de sang de cordon, repose sur l’« économie de la promesse » précédemment mentionnée. Elle le fait au moyen de récits prospectifs concernant les retombées potentielles de la recherche sur les cellules souches dans le domaine de la médecine régénérative qui permettraient de révolutionner les soins de santé et de réduire la souffrance humaine. Étant donné l’importance cruciale d’Internet comme moyen permettant de relier les banques commerciales de sang ombilical et les patients potentiels (Martin, Brown et Andrew, 2008), l’analyse s’est concentrée sur le matériel promotionnel distribué en ligne. Ont ainsi été retenues et examinées 327 pages publicitaires produites par les neuf banques de sang de cordon autologue établies au Canada, soit StemSciences Inc, Progenics Cord Blood Cryobank, Insception Lifebank, HealthCord, CReaTe, CellsForLife, Cord Blood Bank of Canada (CBBC), Canadian Cord Blood Registry (CCBR) et OVO Biosurance4. Ces pages ont été distribuées à travers leurs sites Web, leurs pages Facebook officielles et les blogues qu’elles animent, généralement axés sur le bien-être du nouveau-né et la promotion de bonnes pratiques parentales (voir annexe II).

9L’article problématise dans un premier temps la coexistence des banques publiques et des banques privées comme l’expression plus large du passage d’une logique distributive des « produits du corps » issue de l’État-providence à une orientation néolibérale fondée sur une marchandisation et une privatisation de ces mêmes tissus biologiques. Il s’agit de montrer comment cette mutation, qui renvoie à un transfert de la prise en charge de la reproduction sociale vers les individus et les ménages, s’accompagne de nouvelles conceptions de la citoyenneté et de la responsabilité familiale. Dans un deuxième temps, nous examinerons la manière dont les banques commerciales de sang de cordon ombilical installées au Canada articulent à travers leurs stratégies publicitaires, des représentations spécifiques du corps et de la santé, de la famille et de la maternité, et ultimement, de la citoyenneté.

D’une collectivisation des « produits » du corps à leur privatisation : vers un nouveau modèle de citoyenneté biologique

L’État-Providence, le « droit à la santé » et l’inscription de la dette du citoyen au niveau du corps biologique

10Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, dans le contexte d’une industrialisation rapide, un consensus se développe dans les sociétés industrielles autour d’un État social assurant à tous les citoyens un minimum de protection sociale. C’est l’émergence de l’État-providence keynésien, s’efforçant non seulement de promouvoir la croissance économique, mais également de surmonter les oppositions sociales et de compenser les désavantages sociaux les plus évidents en redistribuant les richesses (Castel, 1988). Il vise non seulement à répondre aux « échecs du marché » dans un contexte économique marqué par la dépression et la guerre, mais également aux « échecs de la famille », soit à ces situations où la famille, ainsi que les autres formes de la solidarité primaire, ne sont plus en mesure de répondre aux besoins liés à la reproduction sociale (Folbre, 2001, 91 ; Brodie, 2003, 54). Comme l’explique J. Bordie : « la nouvelle industrie générait des coûts sociaux qui surpassaient la capacité de l’État « laissez-fairiste » qui assignait le poids de la responsabilité pour la reproduction sociale aux femmes, à la famille, à l’Église, et à la communauté » (Brodie, 2003, 54). La mise en place de systèmes de santé publics sur le modèle du plan Beveridge développé en 1942 en Grande-Bretagne, se trouve dès lors insérée dans ce projet de redistribution économique (Foucault, 1994, 42).

11En opérant une socialisation des risques à l’échelle de la communauté nationale, l’État-providence rompait ainsi avec la conception libérale et minimale de l’État en tant que « puissance souveraine, pouvoir de contraindre » (Ewald, 1986, 179). Cette dernière proposait en effet un État dont le rôle était de faire respecter les termes des contrats librement consentis entre individus, soit d’assurer les droits naturels que sont « la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression » (ibid., 7). En retour, dans cette conception libérale de l’État, les devoirs des citoyen.nes se limitaient comme le soutient F. Ewald « à l’obligation en quelque sorte négative de ne pas nuire à autrui, ne pas empiéter sur ses droits, ne pas lui en troubler la jouissance, ne pas restreindre sa liberté. Refusant de sanctionner toute obligation positive de dévouement, de fraternité ou de solidarité, le régime des obligations libérales serait à la fois très simple et très pauvre, frugal » (Ewald, 1986, 7). La nouvelle conception de l’État qui apparaît avec l’État-providence, celle de l’État en tant qu’« assurance mutuelle » (ibid., 179), vient alors établir un nouveau contrat d’obligation réciproque entre l’État et ses citoyen.nes.

12La formulation d’un droit individualisé à la vie, s’inscrit en effet, selon les auteurs de la « biopolitique » (M. Foucault, G. Agamben, N. Rose), dans une conception vitaliste de la citoyenneté, au sein de laquelle le citoyen est reconnu comme un sujet de droit en raison de sa vulnérabilité en tant que créature vivante, biologique. Si l’État promet donc de protéger la vie de ses sujets en formulant l’accès gratuit à des soins de santé sous la forme d’un droit fondamental à l’existence, et en distribuant les fruits de la richesse nationale à tous, aux travailleurs autant qu’aux infirmes, il situe en retour l’endettement des citoyen.es à son égard à l’échelle du biologique (Cooper, 2008, 8). Les citoyen.es doivent réciproquement se soumettre à une obligation, celle d’offrir leur corps, leur existence biologique à la nation :

13« Contrairement à ses précurseurs libéraux, l’État-providence promet de prendre en charge la chronologie entière de la vie humaine, du début jusqu’à la fin. Il s’intéresse, non pas seulement à la vie productive du travailleur, mais à la vie reproductive de la nation dans sa totalité. Le contrat qu’il établit est celui d’une obligation mutuelle, une mutualisation du biologique au service de la vie collective de la nation » (trad. libre, ibid., 7-8).

14Autrement dit, si le simple fait d’être en vie donne désormais des droits au/à la citoyen.ne, il ne s’agit plus uniquement pour celui-ci de ne pas nuire à autrui, mais de répondre à une obligation positive : celle de contribuer activement, à travers sa participation à un régime de solidarité à la fois économique et biologique, à son épanouissement (Ewald, 1986, 182). Cet État actif, qui pose pour la première fois la justice sociale en tant que règle positive, propose ainsi un système keynésien d’accumulation du capital fondé sur une économie socialisée de la reproduction sociale. L’État-Keynésien, en soutenant le modèle patriarcal de la famille fordiste (celui du revenu unique) par la mise en œuvre de services publics de santé, d’éducation, de chômage, de retraite, etc., collectivise les coûts reliés aux activités sociales quotidiennes (généralement non rémunérées) visant à reproduire les forces de travail nécessaires à la production du capital. Il fait ainsi reposer l‘accumulation du capital sur une socialisation genrée de la reproduction sociale.

15Le célèbre essai du sociologue anglais R. Titmuss (1971) sur le don de sang, qui a largement influencé les modalités d’échange de sang et d’organes instituées par les politiques sociales des États industrialisés, démontre particulièrement bien « le rôle fondateur de la biologie humaine [c.-à-d. du corps biologique] et de la reproduction sociale dans les stratégies de consolidation de l’État-nation keynésien » (Cooper, 2008, 9. Trad. de l’auteure). Titmuss y comprend les produits du corps humain comme faisant partie de ce que K. Polanyi (1944) nomme des « marchandises fictives », soit comme des biens liés à la reproduction sociale. Dans La Grande Transformation, Polanyi analyse en effet que certains éléments, notamment le travail humain, la terre et la monnaie, bien qu’ils soient considérés comme des « marchandises » par le système capitaliste, n’ont à aucun moment été produits afin d’être échangés. Antérieurs à la production, ils relèvent donc selon Polanyi de la sphère de la reproduction sociale, constituant des bases fondamentales du maintien de la vie sociale. La contrepartie de cet artifice dans lequel ils seraient traités comme des marchandises afin d’être échangés comme n’importe quelle autre marchandise et faire fonctionner l’économie capitaliste, était pour Polanyi la destruction des communautés, des solidarités sociales et des habitats humains (Fraser, 2013, 228). Pareillement, les produits du corps humains ne sont pour Titmuss, pas plus que le travail humain, la terre ou l’argent, des marchandises produites pour être vendues, mais simplement des produits « collectés » dont l’appropriation dépend directement des donneuses/donneurs. Parce que bien que destinés à être échangés, ils sont également des biens fragiles, étroitement liés à l’humain et à la cohésion sociale (Steiner, 2001, 358), Titmuss propose de les considérer comme des biens communs devant être collectivisés et mis gratuitement à la disposition des citoyen.nes à travers la mise en place de systèmes publics de conservation de sang.

16En même temps qu’il opère une séparation stricte entre la forme du « don » de tissus biologiques humains, liée à la sphère de la reproduction sociale, à celle de la « marchandise », appartenant au domaine impersonnel, rationnel et calculateur de l’économie, Titmuss constitue alors l’État comme le garant de la reproduction sociale. L’obligation mutuelle entre l’État-providence et ses citoyen.nes se situe ainsi dans la manière dont la protection de la vie biologique des citoyen.nes par l’État social se trouve concrètement reposée sur une économie du « don altruiste » de sang établie entre les citoyen.es par l’État. Censés réaffirmer symboliquement les valeurs civiques et morales au fondement de la communauté politique, le don anonyme par le citoyen de son sang à la nation toute entière constitue dans l’essai de Titmuss une des expressions les plus abouties de la dévotion exigée par l’État-providence de la part de ses sujets en retour de son engagement à protéger leur existence biologique.

La (re)privatisation postfordiste de la reproduction sociale au niveau de la famille et l’émergence d’une nouvelle forme de biocitoyenneté

17Le tournant des années 1970-1980 marque une rupture avec la forme de l’État-providence et la mise en place de nouvelles politiques visant à surmonter la » crise » du régime fordiste d’accumulation du capital. Si la critique de l’État social porté par la doctrine néolibérale était minoritaire jusque-là, la crise de l’inflation devient la pierre angulaire d’une large remise en question du modèle de l’État social et des politiques keynésiennes (Cooper, 2017). L’inflation des prix se trouve alors définie par l’ensemble du spectre politique de l’époque comme une véritable « crise » politique dont la dimension morale se trouvait exprimée par certains mouvements culturels des années 1960-1970 (féministes, activistes de la lutte contre le sida, mouvements antiracistes et avocats défendant des causes d’intérêt public) remettant en question le modèle familial fordiste en revendiquant une nouvelle politique de redistribution détachant la protection sociale de la division sexuelle du travail et de la normativité sexuelle (ibid.). On observe alors un renversement de la rhétorique concernant les effets vertueux de l’action publique de l’État sur les valeurs civiques des citoyen.nes. Selon P. Dardot et C. Laval, la « rationalité néolibérale » veut transformer la société par une « mise en concurrence » généralisée (des individus autant que des institutions publiques), visant à maximiser l’efficacité et la performance dans tous les domaines de la vie sociale (Dardot et Laval, 2009, 152). Dans ce contexte, la solidarité propulsée de manière horizontale par l’État-providence est non seulement perçue comme la cause de la perversion morale des citoyen.es (ibid., 294-295), mais également celle de la destruction des valeurs familiales soutenant le modèle de la famille auto-suffisante, notamment le mariage et les normes sexuelles traditionnelles (Cooper, 2017, 57).

18Si la littérature d’inspiration foucaldienne sur la gouvernementalité a bien analysé comment l’incitation à la concurrence dans tous les domaines de la vie sociale (bien incarnée par la théorie du » capital humain » de Gary Becker) représente une imposition du modèle entrepreneurial à l’échelle micropolitique, encourageant les sujets à développer un rapport gestionnaire à eux-mêmes jusqu’à faire de chacun une micro entreprise, elle a sous-estimé le rôle de la famille dans la construction de ces « entrepreneurs du soi ». En effet, si des néolibéraux tels que M. Friedman et G. Becker n’acceptaient a priori aucune notion de vertu transcendantale, ils proposaient toutefois « une éthique immanente de la vertu et un ordre spontané de valeurs familiales envisagées comme émergeant automatiquement des mécanismes du libre marché » (ibid., 57). Ils posaient de ce fait la famille autosuffisante (autant que l’individu) comme le fondement du marché. Dans son état d’équilibre au sein d’un ordre de libre marché, la famille servirait pour les néolibéraux une fonction d’assurance naturelle, allégeant l’État des responsabilités liées à la reproduction sociale. La conséquence logique de cette philosophie pratique est que l’État-providence, en intervenant à travers des programmes d’assurance sociale ou des services publics, corrompt l’état d’équilibre spontané de la famille, détruisant de ce fait les liens d’altruisme naturel et de dépendance mutuelle qui la caractérisent. Les citoyens étant devenus dépendants de l’assistance publique, le « remède » néolibéral est de responsabiliser de nouveau l’individu à travers sa responsabilité familiale. Cooper comprend ainsi que le néolibéralisme comme une tentative de répondre à l’inflation en « réinventant » la famille nucléaire comme une alternative à l’État providence, notamment en réactualisant l’ancienne loi des pauvres (Old Poor Law) de la responsabilité familiale (Cooper, 2017). Mise en place en Angleterre en 1901 comme un dispositif de secours aux déshérités administré par les paroisses, cette loi stipulait notamment que les membres de la famille d’une personne impotente devaient offrir autant de support que possible à celle-ci avant que la paroisse n’intervienne. Le manquement à cette obligation de support familial était ainsi passible d’une mise au travail forcée et non rémunérée visant à rembourser les autorités locales. La fin des années 1970 aurait ainsi marqué un retour à cette ancienne loi du pauvre en définissant la famille américaine comme le lieu privilégié du transfert de dettes et de richesses, ainsi que de la provision du soin (liés aux besoins de santé ou à la prise en charge des personnes âgées et handicapés). À mesure que la plupart des gouvernements de la planète se distancient progressivement de leurs engagements précédents à répondre aux besoins fondamentaux des citoyen.nes et limitent leur fonction sociale à la stricte protection des échanges et des propriétés entre individus libres, soit à celle de « surveillant(s) des règles de concurrence » (Dardot et Laval, 2009, p. 275), on assiste en effet à une transformation globale du modèle de la reproduction sociale tel qu’établi par l’État-providence et à une privatisation des coûts des institutions publiques au niveau des familles.

19Dans le domaine de la santé, les soins de santé se privatisent et se libéralisent dès les années 1980 à travers le vote du Bayh-Dole Act par le Congrès américain, puis l’Accord général sur le commerce des services (GATTS) de 1994. Par ailleurs, les droits de propriété sont étendus au vivant à la suite du procès Diamond Vs. Chakrabarty, autorisant les chercheurs à breveter les organismes vivants génétiquement modifiés (Helmreich, 2008). On assiste alors à la transformation du modèle distributif d’échange de tissus biologiques provenant du corps humain. Les échanges de ces tissus, désormais organisés par une industrie biomédicale en expansion et selon une logique de profit, se globalisent et se distancient d’une volonté de socialisation des soins de santé (Lafontaine, 2014 ; Rainhorn et El Boudamoussi, 2015 ; Parry et al., 2016). Cela est bien exprimé par la « Proposition pour un projet majeur sur la Bioéconomie en 2030 », introduisant en 2006 le projet de l’Organisation Économique pour la Coopération économique et le Développement (OCDE) d’établir un agenda global concernant la « nouvelle économie du vivant » (OCDE, 2006). Tandis que les propriétés du vivant se trouvent définies comme des « bioressources renouvelables » à extraire afin d’améliorer « la santé, la croissance et le développement durable » (Rose, 2007, p. 32), les « produits » du corps humain (organes, cellules, lignées cellulaires, tissus fœtaux, etc.) tendent, comme l’avait présagé Titmuss, à être compris comme des marchandises comme les autres. Au sein de ce nouveau « biocapitalisme » (Sunder Rajan, 2006), ceux-ci sont désormais soumis au flux du marché et disponibles aux patients/consommateurs capables d’en supporter le coût. Le néolibéralisme expose ainsi la sphère de la reproduction sociale aux lois du marché ; il efface les frontières établies dans le système d’accumulation fordiste entre « la sphère de la production et de la reproduction, le travail et la vie, le marché et les tissus vivants » (Cooper, 2008, p. 9. Trad. libre), et redéfinit les valeurs attribuées par l’État-providence et le discours des droits humains au vivant, au corps humain et à la santé.

20On observe alors une restructuration des obligations morales du sujet politique autour de la prise en charge des risques liés à la santé, associée à des dispositifs disciplinaires visant à responsabiliser les individus face à leur santé et celle des membres de leur propre parenté biologique. C’est précisément à ces mutations biopolitiques que renvoie la notion de biocitoyenneté, telle que développée par N. Rose et C. Novas (Rose et Novas, 2004 ; Rose, 2007). Remplaçant la « citoyenneté sociale » née au courant du 20ème siècle et fondée sur l’attribution aux citoyens de certains droits sociaux tels que les droits au travail, à l’éducation et à la santé, cette « citoyenneté biologique » se définirait par les devoirs des citoyen.nes de préserver ou d’augmenter leur santé et celle des membres de leur propre parenté génétique, à travers le ciblage et l’optimisation des capacités vitales du corps. Les responsabilités caractéristiques de la citoyenneté sociale de l’État-providence, telles que l’acte de participer à l’amélioration de la santé générale de la communauté nationale à travers la mise en circulation de ses propres tissus biologiques, se trouvent dès lors reconfigurées en un devoir de maximiser son propre « biocapital ». Or, comme certains auteurs l’ont déjà souligné (Hughes, 2009 ; Wehling, 2010 ; Brekke and Sirnes, 2011 ; Lemke, 2015), la perspective de Rose et Novas, en donnant une place prédominante à l’espoir d’optimiser leur santé grâce à la consommation de produits et de services biomédicaux dans la construction de la biocitoyenneté, semble démesurément optimiste. En ne portant pas assez attention aux obligations morales inédites formulées au regard de la « bonne » prise en charge des risques familiaux de santé, aux mécanismes de sanction par la culpabilisation et le blâme qui accompagnent cet espoir, et à la vulnérabilité particulière des femmes par rapport à ceux-ci, elle reproduit le réductionnisme du « tout-discursif » de certaines perspectives foucaldiennes, aveuglées par la performativité du discours au détriment d’une prise en compte des conditions d’existence matérielles des personnes (Rioux, 2015).

21Les banques commerciales de sang de cordon constituent à cet égard un cas d’étude permettant de prendre en compte les contextes de justice sociale et de justice de genre dans lesquels s’inscrivent les mutations biopolitiques décrites par Rose. Elles valorisent en effet une forme de « biocitoyenneté » qui se trouve concrètement mobilisée à travers des mécanismes de culpabilisation des nouveaux parents face à la « bonne » prise en charge des risques de santé familiaux. Fondées sur un transfert des coûts sociaux liés à la reproduction sociale au niveau des foyers et des familles (au sein desquels les femmes ont historiquement —et continuent largement— de s’occuper du travail de soin), ces banques articulent de nouvelles formes d’exploitation du travail reproductif des mères et de nouvelles formes d’exclusion biosociale. Nous montrons dès à présent comment le matériel promotionnel produit par l’industrie de conservation autologue de sang de cordon ombilical au Canada, tout en s’adressant aux mères dans un langage de l’investissement valorisant leur souveraineté en tant que consommatrices, s’appuient concrètement sur des mécanismes de responsabilisation et de culpabilisation des mères au regard des obligations familiales et civiques qui les incombent.

Les stratégies promotionnelles des banques familiales de sang de cordon : entre logique d’empowerment et procédés de culpabilisation des mères

Les cellules souches autologues de sang de cordon à l’avant-garde de la révolution thérapeutique de demain

  • 5 Tous les extraits insérés ont été traduits de l’anglais par l’auteure. 

22L’analyse du contenu de plus de 300 pages de publicités produites par les 9 banques familiales de sang de cordon ombilical installées au Canada a permis de mettre en évidence la construction d’un discours commun sur les cellules souches autologues de sang de cordon. Bien que présentement, seule l’utilisation de cellules souches allogéniques de sang de cordon n’est réalisable dans le cadre de greffes effectuées sur de jeunes enfants leucémiques et lymphomiques, ces banques affirment néanmoins sur leur site que des thérapies autologues à base de cellules souches seraient déjà existantes, voire routinières, et nombreuses, effaçant ainsi complètement la distinction entre actualité de la clinique et promesses de la recherche : « Le sang de cordon ombilical fait aujourd’hui partie intégrante des soins médicaux de routine. Les cellules souches issues du sang de cordon ombilical sont utilisées avec succès en médecine de transplantation depuis plus de vingt ans.5 » (CBBC, 2015). On affirme aussi l’existence d’applications en clinique n’existant pas même à travers l’usage de cellules allogéniques, mais pour lesquelles des recherches ou essais cliniques seraient en cours : « En ce moment même, des chercheurs sont à la recherche de nouvelles manières potentielles de guérir le corps en utilisant les cellules souches de sang de cordon ombilical. Des essais cliniques sont en cours dans le monde entier afin de déterminer comment les cellules souches de sang de cordon pourraient être utilisées pour soigner dans le futur » (Insception Lifebank, 2015). S’éloignant des applications actuelles des cellules souches de sang de cordon pour soigner des patients atteints de leucémie, la plupart des essais cliniques vulgarisés dans le discours se concentrent ainsi sur des conditions liées au vieillissement, telles que la dégénérescence maculaire, la sclérose en plaques ou encore la perte de cheveux et le vieillissement cutané : « Un seul traitement avec des cellules dérivées de #CellulesSouches peut prévenir la #PertedeVision due à la #DégénérescenceMaculaire. » (Healthord, page Facebook, 2015). Les applications à venir sont ainsi situées dans des traitements autologues ciblant les adultes, notamment au sein du secteur de la médecine régénérative, décrite comme une médecine de substitution, visant à réparer ou à remplacer les tissus et organes endommagés par la maladie ou le vieillissement.

23Présentées comme la matière première de ces nouveaux traitements autologues qui permettront de guérir des maladies autrement incurables, ou même de solutionner le problème de la pénurie d’organes, les cellules souches sont somme toute imaginées comme étant sur le point de révolutionner les soins de santé, de transformer ainsi radicalement les conditions de l’existence humaine en résolvant un éventail quasiment infini de problèmes de santé : « Le futur des cellules souches contient la promesse d’un changement fondamental dans la manière dont les soins de santé sont administrés. Les applications potentielles des cellules souches dans le traitement de la maladie sont vastes », (CCBR, 2015). La possibilité offerte par les banques autologues de conserver son propre réservoir de cellules souches « personnalisées » (provenant de son propre corps et ainsi « parfaitement compatibles » avec son propre profil génétique) se trouve dans ce contexte défini dans le discours comme une « plateforme » permettant de concrétiser l’espoir des scientifiques de développer des thérapies régénératives « sur mesure ». Le discours fusionne ainsi les promesses entourant les capacités régénératives des cellules souches à celles concernant l’avènement prochain d’une médecine dite « personnalisée », qui serait adaptée au profil génétique de chaque patient. Le discours définit de cette manière les cellules souches comme ayant le potentiel naturel de régénérer le corps vieillissant du futur nouveau-né à se soigner lui-même, à dépasser ses propres limitations en termes de maladie et de vieillissement cellulaire : « Un nourrisson guérit plus vite et plus efficacement qu’une personne âgée. Imaginez pouvoir préserver les bienfaits de vos cellules au moment de la naissance pour les utiliser comme traitements de maladies à mesure que vous vieillissez », (Mediaplanet, 2015). On invite ainsi les mères à imaginer un monde dans lequel chacun aurait accès à sa propre réserve de cellules « prêtes à l’emploi », promettant à leurs familles un accès direct et immédiat aux thérapies autologues annoncées : « Imaginez un monde dans lequel chaque personne aurait sa propre source de cellules souches prêtes et en attente d’être utilisé dans des traitements médicaux avancés. Imaginez tout simplement le futur avec une telle ressource entre vos mains » (CCBR, 2015). Le raisonnement suivant est ainsi développé : tandis que la science continuera sa marche vers le progrès, les cellules du nouveau-né, immédiatement congelées au moment de sa naissance, seront préservées intactes dans leur jeunesse en attendant d’être réanimées par l’enfant devenu adulte, lorsque la médecine régénérative sera une réalité.

La conservation comme un patrimoine familial à investir dans le futur de la recherche sur les cellules souches

24Établissant ces cellules comme originaires du corps de l’enfant à naitre, le discours fait reposer l’attrait des banques autologues (en comparaison à celui des banques publiques) sur le droit de « garde », puis de propriété, qu’il octroie sur celles-ci à la famille, et plus précisément à la mère. Cette dernière est définie comme étant la « tutrice » du sang de cordon, puisque l’enfant à naître, considéré comme le propriétaire des cellules, ne peut signer de contrat. Il pourra récupérer ses droits sur « ses » cellules à sa majorité. Le discours valorise ainsi la forme de ce contrat en ce qu’il permet de « préserver » le sang de cordon collecté au sein de l’unité familiale : « Le sang de cordon ombilical collecté par le Canadian Cord Blood Registry demeure la propriété légale de votre famille » (CCBR, 2015). Si le sang de cordon provient du corps de l’enfant, le discours pose comme une évidence le fait qu’il lui appartiendrait de nature, et qu’il doive alors être maintenu au sein de l’univers familial en attendant que l’enfant puisse décider lui-même de son sort lorsqu’il atteindra l’âge de la majorité ou en bénéficier dans le cadre d’une greffe. Le contrat liant les banques autologues et les mères, en se fondant sur l’autorité de la nature, du biologique, gagne ainsi une légitimité apparemment inébranlable. Il faut toutefois noter que cette interprétation n’est pas partagée par les banques publiques de sang de cordon, qui considèrent que le sang de cordon appartient à la mère. En effet, l’identité génétique du cordon ombilical est logiquement tout aussi similaire à l’identité génétique de celle-ci. Par ailleurs, l’identité génétique ne constitue généralement pas le fondement des droits de propriété. Or, la mère étant la seule à être consciemment impliquée dans les efforts liés au travail de l’accouchement, il semblerait logique que le droit de propriété sur l’échantillon « produit » soit attribué à celle-ci, plutôt qu’au nouveau-né, qui n’est, au moment de la signature du contrat, qu’un fœtus (pas encore une personne juridique) (Dickenson, 2007, 94-102).

25La « mise en réserve » des cellules du sang de cordon ombilical pour l’usage exclusif des membres de la famille est explicitement valorisée à travers la mise en opposition ces banques privées avec le secteur public de conservation de sang de cordon, ouvert à tous et ne permettant donc pas aux familles ce type de privilège : « La conservation familiale ou privée offre aux parents l’opportunité d’avoir accès à leurs cellules conservées pour un usage futur sans perdre les droits de garde sur eux », (Create, 2015). En mettant l’échantillon en circulation sur des réseaux publics de redistribution, les banques ne permettraient pas aux familles d’avoir accès à des cellules dites leur appartenir pourtant de droit, à leur propre patrimoine familial, et cela même au moment où elles en auraient le plus besoin : « La différence principale est qu’un programme de sang de cordon familial garantit que l’échantillon de sang de cordon est disponible uniquement pour un usage au sein de la famille, tandis qu’un programme de don ne garantit pas qu’une famille puisse potentiellement bénéficier de son propre échantillon de sang de cordon. » (Insception Lifebank, 2015). Le discours encourage ici les familles à être prudentes et donc indépendantes et autonomes vis-à-vis du système de conservation public, présenté comme non seulement « impersonnel » et peu intéressé par les motivations individuelles des familles, mais aussi comme peu fiable, voire risqué. Plus que de faire fi du le lien génétique et symbolique existant entre les familles et leurs échantillons, les banques publiques seraient incapables de fournir aux familles une sécurité assez solide pour concurrencer l’accès direct et exclusif à leurs propres ressources familiales de santé offert par les banques autologues.

26Le discours insiste alors sur l’urgence de conserver au moment de la naissance un échantillon du sang de cordon dans un compte exclusif afin d’avoir un jour accès à ses propres cellules. Le moment de la mise au monde est alors défini comme une « opportunité unique », comme « la chance d’une vie » de « délivrer » ces cellules du cordon ombilical (qui sera lui jeté), de les récupérer afin d’en préserver le potentiel salvateur pour plus tard. Les mères se trouvent alors encouragées à « profiter », à « bénéficier » du secteur en émergence de la recherche sur les cellules souches et des nombreuses retombées en termes thérapeutiques que celle-ci promet de générer dans un futur proche : « De nombreuses familles préfèreraient conserver le sang de cordon de leurs enfants de manière privée dans l’espoir de bénéficier de la recherche en cours sur les cellules souches. » (CCBR, 2015). En définissant les cellules souches autologues comme une propriété biologique familiale à protéger, le discours construit les cellules de l’enfant à naitre comme un patrimoine, un capital qu’il s’agit pour elle d’accumuler et de « maximiser », soit d’« investir » en prenant les meilleures décisions au regard de la protection de leur enfant et du bien-être futur de leur famille : « Insception Lifebank conserve de manière intacte le tissu ombilical de votre bébé, préservant toutes les cellules de celui-ci afin de maximiser les options futures de santé de votre famille. » (Insception Lifebank, 2015) ; « Conservez l’assurance biologiqueTM de votre nouveau-né constitue un investissement à long terme dans le bien-être de votre famille et une manifestation de votre confiance dans notre entreprise. » (CBBC, 2015).

27L’idée est en effet qu’une fois préservé au sein de la famille, ce « patrimoine familial » pourra être maximisé, prendre de la valeur, et ce au regard des avancées de la recherche sur les cellules souches. Définies comme les « tutrices » de la propriété familiale que constitue l’échantillon de sang de cordon de leur enfant, les mères se voient ainsi incitées à gérer ces potentialités du mieux possible au regard du futur prometteur de la biomédecine et des risques de santé de leur enfant, soit de s’auto-constituer comme de véritables entrepreneuses de leur capital biologique familial. Les banques sont alors présentées comme les « partenaires » d’investissement des mères dans la santé future de leurs enfants et de leurs familles, prêtes à appuyer fidèlement leur projet d’investissement familial à long terme : « Canadian Cord Blood Registry – un partenariat pour le futur. » (CCBR, 2015).

Privatisation de la prise en charge des risques de santé au niveau de la famille et culpabilisation des mères

28La conservation des cellules souches de l’enfant est rapportée non seulement à la représentation du sang de cordon en tant que pure potentialité, mais aussi à celle de l’enfant comme étant un futur malade, et donc à celle d’un corps naturellement fragile et à risque. C’est en mettant en tension ces deux représentations du corps que le discours présente le service de conservation autologue comme une manière pour les mères de mettre toutes les chances de leur côté afin d’assurer la santé future de leur enfant. Sont ainsi définies de nouvelles responsabilités morales pour les consommatrices, s’inscrivant dans le prolongement d’une maternité envisagée essentiellement en termes de planification « proactive » face à ce qui pourrait arriver de pire à son enfant : « Faite le premier pas afin de sécuriser la santé de votre nouveau-né. Prenez cinq minutes afin de vous inscrire dans un programme qui protégera la santé future de votre bébé. » (Healthcord, 2015). Les consommatrices se trouvent encouragées à s’engager dans « le futur de la même manière que les gens s’engageraient dans des sports extrêmes, c’est-à-dire en accumulant de l’information, en s’appuyant sur l’expérience, en utilisant un jugement heuristique et exercé » (O’Malley, 2008, 73). La conservation s’inscrit en effet dans le discours comme l’aboutissement d’une panoplie de « micro-devoirs » (Foucault, 1988) à accomplir (faire des recherches extensives, partager les informations recueillies avec d’autres mères afin de les « aider » à faire des choix éclairés, etc.), afin de gérer au mieux les risques menaçant leurs proches : « Allant des vitamines prénatales au dépistage génétique, la liste [des produit et services que les parents doivent acheter pour s’assurer d’une grossesse sans problème] semble sans fin et peut être accablante et épuisante pour les nouveaux parents. Les parents peuvent aussi commencer à planifier pour le long terme et à discuter de leurs options pour l’assurance vie, le régime d’épargne-études et…de s’ils pensent ou non conserver le sang de cordon de leur bébé. Comme pour toute décision importante, nous devrions étudiez attentivement le sujet et nous informer quant aux options et aux bénéfices de la conservation des cellules souches du sang de cordon avant de prendre une décision informée. » (Insception Lifebank, 2015).

29En affirmant que la conservation serait la solution ultime afin de permettre aux mères d’obtenir une « tranquillité d’esprit », le discours suggère par ailleurs que les mères qui ne choisiraient pas de conserver seraient rongées par l’inquiétude à l’idée de laisser leurs enfants exposés ainsi au risque de la maladie et de la mort, et qu’elles ne connaitront alors jamais la tranquillité : « Create m’a offert la tranquillité d’esprit en un programme simple avec un service fiable, Quand je pense à la sécurité ajoutée dont bénéficie désormais ma petite fille, ça me fait sourire en toute confiance. Si le service que j’ai acheté à Create n’est jamais utilisé, je serais la maman la plus chanceuse du monde. » (Create, 2015).

30Ainsi, la conservation est définie comme un moyen, non seulement de procurer au nouveau-né la santé, mais aussi de résoudre l’incertitude propre à la période de la grossesse, et comme une mesure de protection contre l’expérience future du regret et de la culpabilité. Plutôt que de s’adresser à un individu défini comme entièrement autonome, le discours situe l’acte de conserver l’échantillon dans un compte privé dans l’économie morale de la solidarité familiale. La conservation autologue est présentée comme un moyen proactif pour les mères d’agir pour préserver la santé de leurs enfants et de maintenir ou d’améliorer ainsi leur statut identitaire en ayant accès à la catégorie de la « bonne mère ».

31Tout en s’adressant aux consommatrices dans le langage de la finance (« investir » dans la santé de l’enfant, « maximiser ses futurs de santé »), les ancrant pleinement dans un certain individualisme moral, le discours incite aussi les mères à prendre leur décision en réfléchissant à la culpabilité qu’elles pourraient ressentir plus tard. La conservation autologue de cellules souches de sang de cordon apparaît alors comme une réponse à la préoccupation dite naturelle des mères vis-à-vis de la santé de leur enfant, inscrivant de fait ce service dans le prolongement de l’idée d’un instinct de protection spécifiquement maternel. C’est en capitalisant massivement sur cette conception universalisée de la « maternité » que ces discours naturalisent en retour l’espoir des mères d’assister au développement de nouvelles thérapies régénératives. En dépolitisant l’investissement de leur propre produit corporel dans le futur de la recherche biomédicale fait par les mères au nom de leur devoir supposé naturel de protection, cette stratégie discursive renforce ainsi la légitimité du secteur autologue (Yeonbo, 2014, 357). Le discours s’appuie sur une représentation de la reproduction comme étant avant tout une responsabilité maternelle, tout en étendant celle-ci à l’après-naissance (ibid., 359). Le refus de contracter le service de conservation autologue devient de ce fait moralement chargé, sous l’apparence d’une pure « liberté de choix ». Présenté comme un choix délibéré, le fait de ne pas contracter un service privé de conservation implique dés lors de ne pas répondre de ces engagements naturels et de ne pas avoir accès au profil social de la « bonne mère », ici caractérisé par le désir de tout faire afin d’assurer le meilleur futur à ses enfants.

32D’autre part, la conservation autologue se trouve d’ailleurs présentée comme un moyen plus large de répondre de ses responsabilités civiques. L’investissement valorisé par les banques autologue comme une prise en charge individuelle et proactive des risques de santé de ses propres enfants, est en effet associé à un projet politique supposé collectivement partagé par l’ensemble des Canadiens : « Conserver le sang de cordon est une manière de protéger la santé de nos enfants et un investissement dans notre futur collectif national. Ainsi, tout comme nos anciens combattants l’ont fait pour nous, engageons-nous à défendre le futur dont nous rêvons pour la génération de Canadiens à venir en investissant dans la santé de nos enfants et de notre nation. » (Insception Lifebank, 2015).

33Les mères sont ainsi désormais « chargées de devenir des agentes actives dans le maintien de leur santé […] au nom de l’intérêt général » (Rose, ibid., 228), renvoyant ainsi à la citoyenneté biologique décrite par Rose. Or, il nous semble toutefois possible de parler ici de formes de biocitoyenneté genrées. Afin de naturaliser le recours à la conservation autologue du sang de cordon, le discours repose sur une construction sociale de la reproduction biologique comme étant la responsabilité « naturelle » des femmes (Rich, 1976), tout en prolongeant celle-ci au devoir de prendre activement en charge, par la conservation autologue, les risques de santé de l’enfant dans l’après-naissance. Le discours privatise ainsi la reproduction sociale au niveau des individus et des familles, et plus spécifiquement des mères, tout en valorisant le recours au marché comme l’unique solution afin de répondre à ces besoins. Cela correspond précisément à ce que Bakker nomme le « double mouvement » de la privatisation de la reproduction sociale, caractérisé dans un premier temps par le « retour du travail lié à la reproduction sociale là où il appartient ‘naturellement’ : le foyer », et dans un second temps, par le fait que « les activités de soins traditionnellement opérées par les femmes se trouvent progressivement performées dans des relations qui intègrent un mouvement explicite de capitaux » (Folbre et Nelson, 2000, 134, cité dans Bakker, 2003, 76. Trad. libre).

34Les femmes sont toutefois très loin d’être exposées à cette privatisation du travail de reproduction sociale de la même manière, ni dans la même ampleur. La redistribution néolibérale du travail de la reproduction sociale parmi les femmes se trouve définie par des rapports « consubstantiels » (Kergoat, 2009) de classe, de « race », de colonialité et de citoyenneté. Il suffit de rappeler le recours croissant par des familles aisées à de jeunes mères porteuses pauvres ou la délocalisation massive de travailleuses domestiques provenant du Sud global afin de répondre aux besoins croissants de reproduction sociale des familles économiquement privilégiées du Nord. En ce qui concerne le présent objet d’étude, on constate que les visuels des publicités analysées reprennent majoritairement des images de jeunes femmes/couples blancs et hétérosexuels. Ces publicités réfèrent ainsi à un idéal bien spécifique de la famille (blanche, hétéronormative et économiquement aisée), dans laquelle la consommation par la mère de services privés de santé supposés innovants, présentée comme un moyen d’assurer la reproduction familiale de manière autonome, constitue aussi une nouvelle stratégie de distinction sociale séparant du commun.

Conclusion

35En faisant concurrence au système de conservation public inscrit dans une collectivisation des risques à la santé, les banques commerciales de sang de cordon s’inscrivent dans une privatisation néolibérale de la reproduction sociale. Participant de l’effacement des frontières entre production et reproduction qui avaient été posées par le modèle postfordiste de l’accumulation du capital, elles valorisent l’émergence d’une biocitoyenneté caractérisée par une forme de « travail clinique » (Cooper et Waldby, 2014) opéré à travers la « mise en valeur » par les femmes de leur propre corporalité sur le marché de la santé. Ces formes genrées de travail (re)productif se trouvent toutefois comme on l’a vu, largement naturalisées par un discours promotionnel définissant la conservation autologue du sang de cordon dans le prolongement des responsabilités des mères vis-à-vis de la santé de leurs enfants et, plus largement, vis-à-vis de la communauté nationale.

36Les débats concernant les mutations biopolitiques de la citoyenneté devraient, il nous semble, être plus attentifs à la dimension genrée de la redistribution postfordiste du travail de reproduction sociale sur laquelle elles reposent. L’effacement entre la sphère de la production et celle de la reproduction sociale sur lesquelles ces mutations biopolitiques reposent, a en effet des répercussions sur les femmes qui sont différentes de celles qui interviennent sur les hommes, ainsi qu’accentuées. Cela en raison, d’une part, de la plus grande valeur que détiennent les ressources biologiques reproductives des femmes sur le marché désormais globalisé de la santé, favorisant l’exposition de leur travail reproductif à de nouvelles formes d’exploitation (Waldby et Cooper, 2008, 2010 ; Vora, 2012 ; Dickenson, 2007, 2009 ; Lafontaine, 2014 ; Floyd, 2017). D’autre part, en raison du fait que la citoyenneté est historiquement associée, pour les femmes, au devoir d’assurer la vie (re)productive de la nation, de « prendre soin de » (Rich, 1976), offrant alors une résonnance particulière aux incitations adressées aux femmes à prendre en charge du mieux possible la santé de leur famille à mesure que les besoins auparavant comblés par les institutions publiques de l’État social se trouvent de nouveau transférés aux unités familiales.

37Finalement, croiser les réflexions autour de la biocitoyenneté au renouvellement actuel des débats concernant la perspective féministe matérialiste que constitue la reproduction sociale nous semble aussi éclairer les inégalités sociales que l’émergence de cette biocitoyenneté vient exacerber. L’approche de la reproduction sociale, en partant des conditions matérielles de l’existence humaine, soit des besoins matériels du corps, pose en effet d’emblée la question de la distribution des ressources ou des « nourritures » (Pelluchon, 2015) et mène à des considérations de justice sociale. Or, la manière dont les citoyen.nes sont désormais sommés, au nom de leurs responsabilités familiales, de se comporter comme des entrepreneuses de leur propre capital somatique en recourant à des services de santé dits « sur-mesure », semble concrètement, comme en témoigne le phénomène des banques autologues de sang de cordon, entrer en conflit avec la nécessité pour chacun de jouir d’un minimum de ce bien fondamental que constituent les soins de santé. La constitution de la biocitoyenneté s’opère ainsi à travers l’instillation d’une responsabilisation de l’individu vis-à-vis de sa famille, qui, en alignant les aspirations profondes des sujets aux énoncés du marché, permet de naturaliser et de soutenir l’ordre social néolibéral, caractérisé par une privatisation des risques liés à l’existence au niveau des individus et des familles. Soutenant la gouvernance néolibérale à l’échelle micropolitique, elle peut alors être comprise, non seulement comme une expression paradigmatique, mais aussi comme un agent, de ce que les féministes reproductionnistes désignent comme une « crise de la reproduction sociale » (Katz, 2001 ; Gill et Bakker, 2003 ; Bakker, 2007). Celle-ci, liée à l’exposition à l’échelle planétaire de la sphère de la reproduction sociale aux lois du marché, se caractérise par une intensification de l’accumulation du capital et de l’exploitation socioéconomique des personnes et par le déclin de certaines conditions stables permettant aux sociétés, aux collectivités et aux individus —et plus spécifiquement aux plus pauvres— de subvenir à leurs besoins fondamentaux, incluant ceux liés à la santé.

Annexes

Annexe I. Corpus d’analyse

Localisation des sièges des neuf banques autologues installées au Canada

Tableau 1. Sièges des banques de sang de cordon autologues installées au Canada en 2015 localisés par province

Banques

StemSciences Inc.

Progenics

Insception Lifebank

HealthCord

CReaTe

Cellsforlife

CBBC

CCBR

OVO

Siège(s)

Toronto,

ON.

Toronto, ON.

Mississauga, ON; Toronto, ON;

Ottawa, ON;

Calgary, AB;

Vancouver BC;

Burnaby,BC.

Calgary, AB ; Toronto, ON.

Toronto, ON.

Markham, ON;

Toronto, ON; Calgary, AB;

Montréal, QC.

Markham, ON.

Edmonton ; AB.

Montréal, QC.

Les sites web des pages consultées

38Canadian Cord Blood Registry (CCBR)

39Site web : http://www.ccbr.ca

40CellsforLife

41- Site web : http://cellsforlife.com

42-Blog rattaché au site web de la banque Cellsforlife : http://cellsforlife.com/​blog/​

43-Page Facebook de la banque CellsforLife : https://www.facebook.com/​CellsforLife ?fref =ts

44Cord Blood Bank of Canada (CBBC)

45-Site web : http://cordbloodbankofcanada.com

46CreaTe

47-Site web: http://www.createcordbank.com

48-Blog rattaché au site de la banque Create : http://www.createcordbank.com/​articles/​

49-Page Facebook de la banque CreaTe : https://www.facebook.com/​CReATe-Cord-Blood-Bank-144372428931811/​timeline/​

50HealthCord

51-Site web: http://www.healthcord.com

52-Page Fabebook de la banque HealthCord : https://www.facebook.com/​Healthcord ?fref =ts

53Insception Lifebank

54- Site web: http://www.insception.com

55-Blog rattaché à la banque Insception Lifebank : http://www.insception.com/​category/​blog/​

56- Page Facebook de la banque Insception Lifebank : https://www.facebook.com/​insception

57OVO Biosurance

58-Site web : http://www.cliniqueovo.com/​en/​ovo-biosurance/​

59-Page Facebook : https://www.facebook.com/​ovoclinic/​timeline

60Progenics :

61-Site web : http://www.progenicscryobank.com/​index.php/​en/​

62-Page Facebook de la banque Progenics : https://www.facebook.com/​progenicscryobank ?fref =ts

63StemSciences Inc.

64-Site web : http://www.stemsciences.com

Annexe II.

Exemples de pages analysées – la mère comme destinataire principale du discours

a. Insception Lifebank - FAQs : « Pourquoi le contrat de conservation est-il d’une durée de 18ans ? »

65Source : http://www.insception.com/​fr/​foire-aux-questions/​

b. Insception Lifebank - FAQs : « Quels examens hématologiques vais-je devoir subir ? »

66Source : http://www.insception.com/​fr/​foire-aux-questions/​

c. Cellsforlife - blog: « How to make the most of your winter pregnancy? »

67Source : http://cellsforlife.com/​how-to-make-the-most-of-your-winter-pregnancy/​, posté le 8 janvier 2016

d. Cellsforlife- blog: « Save on storage, pay it forward with our referral program! »

68Source : http://cellsforlife.com/​save-on-storage-pay-it-forward-with-our-referral-program/​, posté le 15 janvier 2016.

e. Cord Blood Bank of Canada – « Participate in our poll – rate your maternity photographer »

69Source : http://cordbloodbankofcanada.com/​participate-in-our-poll-rate-your-maternity-photographer/​

f. Cord blood Bank of Canada – FAQs: « Is there any risk to my child or myself during collection?”

70Source : http://cordbloodbankofcanada.com/​cord-blood-faqs-2/​#3

Haut de page

Bibliographie

BAKKER Isabella, GILL Stephen (dir.), Power, Production and Social Reproduction: Human In/Security in the Global Political Economy, New York, Palgrave McMillan, 2003.

BEZANSON Kate, LUXTON Meg (dir.), Social Reproduction: Feminist Political Economy Challenges Neo-Liberalism, Kingston, McGill-Queen’s University Press, 2006.

BOURDIEU Pierre, PASSERON Jean-Claude, La Reproduction. Éléments d’une théorie du système d’enseignement, Paris, Éditions de Minuit, 1970.

BREKKE Ole Andras, SIRNES Thorvald, » Biosociality, biocitizenship and the new regime of hope and despair: interpretating ‘’Portraits of Hope’’ and the ‘’Mehmet Case’’, New Genetics and Society, 30, 4, 2011, pp. 347-374.

BRODIE Janine, « Globalization, In/security and the Paradoxes of the Social », in BAKKER Isabella, GILL Stephen (dir.), Power, Production, and Social Reproduction, Londres, Palgrave, 2003, pp. 47-65.

CASTEL Robert, « De l’intégration sociale à l’éclatement du social : l’émergence, l’apogée et le départ à la retraite du contrôle social », Revue Internationale d’action communautaire, 20, 60, 1988, pp. 67-78.

COOPER Melinda, Family Values: Between Neoliberalism and the New Social Conservatives, New York, Zone Books, 2017.

COOPER Melinda, Life as Surplus: Biotechnology & Capitalism in the Neoliberal Era, Seattle et Londres, University of Washington Press, 2008.

COOPER Melinda, WALDBY Catherine, Clinical Labour: Tissue Donors and Research Subjects in the Global Economy, Durham, Duke University Press, 2014.

DARDOT Pierre, LAVAL Christian, La Nouvelle Raison du Monde, Paris, La découverte, 2009.

DICKENSON Donna, Body Shopping. The Economy Fueled by Flesh and Blood, Oxford, One world, 2009.

DICKENSON Donna, Property in the Body: Feminist Perspectives, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

EWALD François, L’État-providence, Paris, Grasset et Fasquelle, 1986.

FLOYD Kevin, « Mères porteuses » et marchandisation des tissus organiques : une bioéconomie mondialisée » dans BOGGIO ÉWANJÉ-ÉPÉE Félix, MAGLIANI-BELKACEM Stella, MERTEUIL Morgane, MONFERRAND Frédéric (dir.), Pour un féminisme de la totalité, Paris, Éditions Amsterdam, 2017.

FRANKLIN Sarah, Embodied Progress: A Cultural Account of Assisted Conception, London et New York, Routledge, 2007.

FRASER Nancy, Fortunes of Feminism: From State-Managed Capitalism to Neoliberal Crisis, 2013, London et New York, Verso.

FOLBRE Nancy et Julie A NELSSON, « For Love or Money —Or both? », The Journal of Economic Perspectives, 14, 4, 2000, pp. 123-140.

FOLBRE Nancy, The Invisible Heart: Economics and Family Values, New York, The New Press, 2001.

FOUCAULT Michel, « Technologies of the Self » dans Luther H. Martin, Huck Gutman et Patrick H. Hutton (dir.), Amherst, University of Massachusetts Press, 1988, pp. 16-49.

FOUCAULT Michel, « Crise de la médecine ou crise de l’anti-médecine » dans Dits et Écrits III, Texte n° 170, Paris, Gallimard, 1994.

GLUCKMAN Elaine et VANDERSON Rocha, “Cord Blood transplantation: state of the art”, The Hematology Journal, 94, 4, 2009, pp. 451-454.

HAW Jennie, « Corporeal Commodification and Women’s Work. Feminist Analysis of Private Umbilical Cord Blood Banking », Body & Society, 22, 3, 2016, pp. 31-53.

HAW Jennie, « From the Incinerator to the Bank: A Feminist Qualitative Study of Private Cord Blood Banking in Canada », Thèse de doctorat en Sociologie, Université York, 2015.

HELMREICH Stefan, « Species of Biocapital », Science as Culture, 17, 4, 2008, pp. 463-478.

HUGHES Bill, “Disability activisms: social model stalwarts and biological citizens”, Disability & society, 24, 6, 2009, pp. 677–688.

KERGOAT Danièle « Dynamique et consubstantialité des rapports sociaux », dans DORLIN Elsa (dir.), Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF, 2009, pp. 111-125.

LACOURSIÈRE Ariane, « Sainte-Justine ne transmet plus le sang de cordon aux banques privées », La Presse, le 23 juin 2014. Consulté en ligne : http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201406/22/01-4778124-sainte-justine-ne-transmet-plus-le-sang-de-cordon-aux-banques-privees.php

LAFONTAINE Céline, Le Corps marché, Paris, Seuil, 2014.

LEIBNING Annette et Virginie TOURNAY (dir.), Les Technologies de l’espoir. La fabrique d’une histoire à accomplir, Québec, Presses de l’Université Laval, 2010.

LEMKE Thomas, “Patient organizations as biosocial communities? A conceptual clarifications and critical remarks”, in WEHLING Peter, VIEHOVER Willy, KOENEN Sophia (dir.), Patient associations, health movements and biomedicine, Londres, Routledge, 2015.

MARTIN Paul, BROWN Nik, TURNER Andrew, « Capitalizing Hope: The commercial development of umbilical cord blood stem cell banking », New Genetics and Society, 27, 2, 2008, pp. 127-143.

MEEHAN Katie, STRAUSS Kendra (dir.), Precarious Worlds: Contested Geographies of Social Reproduction, Athens, GA, University of Georgia Press, 2015.

O’MALLEY Pat, « Governementality and Risk », in J. ZINN (dir.), Social Theories of Risk and Uncertainty, Oxford, Blackwell, 2008, pp. 52-75.

PARRY Bronwyn, GREENHOUGH Tim, DYCK Isabel (dir.), Bodies across borders: The Global Circulation of Body Parts, Medical Tourists and Professionnals, New York, Routledge, 2016.

PEBERDY Lisa, YOUNG Jeanine et KEARNEY Lauren, « Health Care Professionals knowledge, attitudes and practices relating to cord blood banking and donation : a integrative review », BMC Pregnancy Childbirth, 16, 2016, pp. 1-19.

PELLUCHON Corinne, Les nourritures. Philosophie du corps politique, Seuil, Paris, 2015.

PETERSEN, Alan, MUNSIE Megan, TANNER Claire, MCGREGOR Casimir, BROPHY Jane (dir.), Stem Cell Tourism and the Political Economy of Hope, UK, Palgrave Macmillam, 2017.

POLANYI Karl, La Grande Transformation, aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983 (1944).

PORTER Maree, KERRIDGE Ian, JORDENS Christopher, « ‘Good Mothering’ or ‘Good Citizenship’? Conflicting Values in Choosing Whether to Donate or Store Umbilical Cord Blood », Journal of Bioethical Inquiry, 9, 1, 2012, pp. 41-47.

RAINHORN Jean-Daniel, El BOUDAMOUSSI Samira (dir.), New Cannibal Markets. Globalization and Commodification of the Human Body, Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme, 2015.

RICH Adrienne, Of Women Born: Motherhood as experience and Institution, New York, Norton, 1976.

RIOUX Sébastien, « Embodied contradictions: Capitalism, social reproduction and body formation », Women’s Studies International Forum, 48, 2015, pp. 194–202.

ROSE Nikolas, The Politics of Life Itself: Biomedicine, Power, and Subjectivity in the Twenty-First Century, Princeton, NJ, Princeton University Press, 2007.

ROSE Nikolas, NOVAS Carlos, « Biological Citizenship », in ONG Aihwa, COLLIER Stephen, (dir.), Global Assemblages, Technology, Politics and Ethics as Anthropology Problems, Oxford, Blackwell Publishing Ltd, 2004, pp. 439-464.

SOCIÉTÉ DES OBSTRÉTICIENS ET GYNÉCOLOGUES DU CANADA, « Mise en banque du sang de cordon ombilical : Implications pour les fournisseurs de soins périnatals », Directives cliniques de la SOGC, n° 156, mars 2004.

STEINER Philippe « Don de sang et dons d’organes : le marché et les ‘marchandises fictives’« , Revue Française de Sociologie, 42, 2, 2001, pp. 357-374.

SUNDER RAJAN Kaushik, Biocapital: The Constitution of Postgenomic Life, Durham, Duke University Press, 2006.

TITMUSS Richard, The Gift Relationship: From Human Blood to Social Policy, London, George Allen & Unwin, 1970.

THROSBY Karen, When IVF Fails: Feminism, Infertility and the Negotiation of Normality, Basingstoke, Palgrave McMillian, 2004.

VORA Kalindi, « Limits of Labor: Accounting for Affect and the Biological in Transnational Surrogacy and Service Work », South Atlantic Quarterly, 11, 4, 2012, pp. 681-700.

WALDBY Catherine, MITCHELL Robert, Tissue Economies. Blood, Organs and Cell Lines in Late Capitalism, Durham et Londres, Duke University Press, 2006.

WALDBY Catherine, COOPER Melinda, « The Biopolitics of Reproduction: Post-Fordist Biotechnology and Women’s Clinical Labour », Australian Feminist Studies, 55, 2, 2008, pp. 57- 73.

WALDBY Catherine, COOPER Melinda, « From Reproductive Work to Regenerative Labour: The Female Body and the Stem Cell Industries », Feminist Theory, 1, 11, 2010, pp. 3–22.

WALDBY Catherine, « Umbilical Cord: From Social Gift to Venture Capital », Biosocieties, 1, 1, 2006, p. 55-70.

WEHLING Peter, « Biology, citizenship, and the government of biomedicine: exploring the concept of biological citizenship”, in BROCKLING Ulrich, KRASMANN Susanne, LEMKE Thomas (dir.), Governmentality: current issues and future challenges, Routledge, New York, 2010, pp. 225–246.

WHITESIDE Heather, « Canada’s Health Care ‘Crisis’: Accumulation and Dispossession and the Neoliberal Fix », Studies in Political Economy, 84, 1, 2009, pp. 70-100.

YEONBO Jeong, « Scientific Motherhood, Responsibility and Hope: Umbilical Cord Blood Banking in South Korea », New Genetics and Society, 33, 4, 2014, pp. 349-369.

Haut de page

Notes

1 Les quatorze consommatrices interrogées dans le cadre d’une enquête de terrain réalisée sur la conservation autologue au Canada ont entre 20 et 30 ans, sont détentrices d’un diplôme d’éducation postsecondaire, vivent dans des zones urbaines et disent vivre assez « confortablement » pour pouvoir payer facilement les frais d’un service privé de conservation de sang de cordon (Haw, 2016).

2 Entendu ici non pas au sens bourdieusien (Bourdieu et Passeron, 1970), mais au sens que lui donne le féminisme marxiste afin de mettre en lumière la centralité du travail domestique dans les processus d’accumulation capitaliste.

3 Bien que fragmenté territorialement du fait que la santé est une compétence provinciale, le régime public d’assurance maladie joue un rôle clé dans l’identité du pays depuis sa constitution progressive dans les années 1950-1960. Si en vertu de celui-ci, tous les résidents Canadiens ont accès aux services médicaux gratuits, celui-ci est, depuis le début des années 1980, soumis à des restructurations néolibérales (sous-financement croissant, augmentation des partenariats public-privé, développement de cliniques privées, etc.). À ce sujet, voir Whiteside, 2009. L’essor rapide des banques familiales de sang de cordon s’inscrit selon nous dans la continuité de cette restructuration.

4 Le corpus a été construit entre mars et juillet 2015.

5 Tous les extraits insérés ont été traduits de l’anglais par l’auteure. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anouck Alary, « La conservation familiale de sang placentaire et la (re)privatisation de la reproduction sociale  », Genre, sexualité & société [En ligne], 21 | Printemps 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/gss/5414 ; DOI : 10.4000/gss.5414

Haut de page

Auteur

Anouck Alary

Candidate au doctorat en sociologie à l’Université de Montréal
anouck.alary@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals