Navigation – Plan du site
Dossier

La psychanalyse et Foucault, un chassé-croisé

Psychoanalysis and Foucault: a crossover reading
Pascale Molinier et Olivier Ouvry

Texte intégral

  • 1 "Foucault est-il incontournable pour les études de genre ?", journée d’études en association avec l (...)

1Dans une journée d’études inauguratrice d’une recherche en commun, l’un d’entre nous se demandait si Foucault était incontournable pour les études sur le genre et les sexualités1. D’un côté, bien qu’omniprésent, il ne l’est pas. D’autres approches des sexualités ont été développées, notamment dans le féminisme matérialiste, qui ne lui doivent rien – par exemple, les travaux de Monique Wittig sur La pensée Straight (1992) ou ceux de Gail Pheterson sur Le prisme de la prostitution (1996). Foucault lui-même est redevable à un mouvement d’idées qui pour partie le précède. Dans le paysage français, ainsi que le rappelle Julie Mazaleigues dans ce dossier, « le rapport contre la normalité » du FHAR en 1971 est antérieur au Cours sur les anormaux (1974-75) et à La Volonté de savoir (1976) et les luttes féministes et homosexuelles participent ainsi à leur contexte français. De l’autre, l’influence de Foucault a de fait irrémédiablement modelé l’épistémologie des études sur le genre et les sexualités. Dans la trajectoire de bien des auteurs et autrices qui façonnent le paysage intellectuel contemporain dans ce domaine, Foucault est, en effet, incontournable.

2Entre ces deux réponses opposées, se trouve un espace qui se rejoue également concernant le thème qui a fini par s’imposer pour ce dossier consacré à la psychanalyse et Foucault, tant les interventions et les textes qui ont suivi se trouvent polarisés par cette question. En effet, entre les efforts de certains psychanalystes pour montrer en quoi la psychanalyse n’est pas tant asservie, même à son insu, au phallocentrisme, ou d’autres pour se saisir des questions posées par la pensée foucaldienne à la clinique analytique, une interface se dessine faite de tentatives et d’attentes fréquemment manquées : un « chassé-croisé ».

  • 2 Voir aussi Foucault et la psychanalyse. Quelques questions analytiques à Michel Foucault, coordonné (...)

3Ces croisements pourraient-ils se rencontrer ? Ce dossier a voulu mettre en œuvre cette interface possible avec la psychanalyse, ou avec une psychanalyse qui ne serait pas sourde aux apports de Foucault2, et, au-delà, à ceux des études sur le genre – certains que la question en étonnerait plus d’un.e, tant la psychanalyse figure comme l’une des cibles repoussoir privilégiées de la critique du pouvoir et des techniques de normalisations par Foucault.

4Et pourtant… historiquement les psychologues et les psychanalystes ont eu leur Foucault. Il y a longtemps, Histoire de la folie, Naissance de la clinique, Surveiller et punir, Moi Pierre Rivière faisaient partie du canon. La distance critique de Foucault par rapport à la psychanalyse n’empêchait pas de le lire en ces premiers temps où son travail avait pour objet l’histoire des savoirs et des institutions de répression (hôpital général, prisons). Au contraire, Foucault était l’aiguillon qui empêchait de s’aliéner dans le savoir/pouvoir médical ou dans « la psychologisation normalisante ». Encore vivant, il était donc déjà un classique.

5Mais cela, pourrait-on dire ironiquement, c’était avant… Mais avant quoi, au juste ? Avant l’écho sans précédent des trois volumes de l’Histoire de la sexualité. Avant le Foucault du biopouvoir, des études de gouvernabilité et celui de la parrêsia… Avant surtout que Foucault ne nous revienne des Etats-Unis, ouvertement gay (Halperin, 1995) et l’inspirateur des théories queer de David Halperin à Judith Butler ou Léo Bersani, de Eve Kosofsky-Sedgwick à Teresa De Lauretis ou Gayle Rubin (autant d’auteur.e.s dont il sera question ici). C’est-à-dire avant que la postérité de Foucault ne s’oriente irrésistiblement vers les études sur le genre et les sexualités. Bref, avant que Foucault ne devienne beaucoup moins fréquentable.

6Ce deuxième Foucault, pour partie posthume, non seulement ne fait pas partie du canon foucaldien en psychologie clinique et en psychanalyse, mais conduit à se demander jusqu’à quel point il ne s’est pas révélé tellement inassimilable qu’il en aurait chassé le premier Foucault. Qui étudie encore Naissance de la clinique ? Il serait instructif, en 2019, de faire l’état des lieux de la présence foucaldienne dans la formation des psychologues et des psychanalystes.

Foucault, psychologue

7« On l’oublie souvent, le premier Foucault fut psychologue. Entre 1949, date où il obtient la licence de psychologie créé deux ans plus tôt par Lagache (la licence est à l’époque le diplôme le plus élevé dans la discipline) et 1968, Foucault est successivement répétiteur de psychologie à l’ENS, psychologue dans le service du Pr Delay, assistant de psychologie à Lille. Il renoncera au projet d’une chaire de psychosociologie en 1965, du fait de l’hostilité de certains. Mais durant ces mêmes années, ses contacts avec les psychanalystes resteront étroits. En 1968, responsable du département de philosophie de l’université de Vincennes, il avait proposé à Lacan de diriger un département de psychanalyse. Lacan avait décliné l’offre et proposé à Serge Leclaire d’assumer cette charge » (Dorgeuille, 2009).

8Que Foucault se soit adressé aux psys comme à un public privilégié ne fait pas de doute.

« Je me suis fait une obligation de me lier aux préoccupations de notre temps, dit-il en 1975. Cette année, j’explique comment s’est créée à travers les siècles la notion d’anormal. L’an prochain, je pense parler de la pensée politiques des militaires. J’essaie toujours de traiter un sujet qui puisse servir un maximum de gens. Je leur fournis des instruments qu’ils utiliseront ensuite à leur gré dans leur domaine, qu’ils soient psychiatres, psychologues, médecins, éducateurs ou je ne sais quoi » (Le Nouvel Observateur, n° 543, p. 54).

9Foucault a lu Freud avec beaucoup d’attention. Le texte de 1957, « La psychologie de 1850 à 1950 » en atteste (Dits et Ecrits, 1957, pp. 146-186). Il écrit :

« L’importance historique de Freud vient sans doute de l’impureté même de ses concepts : c’est à l’intérieur du système freudien que s’est produit ce grand renversement de la psychologie ; c’est au cours de la réflexion freudienne que l’analyse causale s’est transformée en genèse de significations, que l’évolution a fait place à l’histoire, et qu’au recours à la nature s’est substituée l’exigence d’analyser le milieu culturel » (Ibid, page 156).

10Cette lecture, déjà, suit une pente qui l’éloigne d’une vérité de l’être purement psychosexuelle, « d’une psychologisation ultra individuelle » (Halperin, 1995, page 34). Ces premières lectures de Freud sont d’emblée psychosociales. « Pour hantée qu’elle soit par le passé le plus ancien, la conduite n’en comporte pas moins un sens actuel » (Dits et Ecrits, op. cit, page 157). On trouve dans le présent de la cure « le conflit des formes individuelles de satisfaction et des normes sociales de conduite, ou encore, comme dit Freud, du ‘ça’ et du ‘surmoi’«  (Ibid). C’est ainsi le conflit entre le sujet et la société que Foucault place au centre de l’étude psychanalytique. Freud, selon Foucault, a donné pour contenu (à la signification) une histoire réelle, « ou plutôt l’affrontement de deux histoires réelles : celle de l’individu, dans la suite de ses expériences vécues, et celle de la société, dans les structures par lesquelles elle s’impose à l’individu. Dans cette mesure, on peut dépasser l’opposition du subjectif et de l’objectif, celle de l’individu et de la société » (Ibid). Aussi la psychanalyse, pour Foucault, doit-elle se faire la science des contradictions. Dès lors, la psychanalyse ne saurait être autre chose qu’une forme aigue de critique de la psychologie à vocation « polémique », « ce qui apparaît si clairement dans la psychanalyse ». De façon saisissante, Foucault écrit :

« La découverte de l’inconscient transforme en objet de la psychologie et thématise en processus psychologiques, les méthodes, les concepts et finalement tout l’horizon scientifique d’une psychologie de la conscience ; à la lumière de ces recherches, celle-ci apparaît en effet comme conduite de défense contre l’inconscient, comme refus de reconnaître que la vie consciente est surplombée par les menaces obscures de la libido, bref comme réflexion censurée. (...) le progrès de la recherche en psychologie n’est pas un moment dans le développement de la science, c’est un arrachement perpétuel aux formes constituées du savoir, sous le double aspect d’une démystification qui dénonce dans la science un processus psychologique, et d’une réduction du savoir à l’objet que thématise la recherche » (op. cit. page 171).

11Foucault place ainsi la psychanalyse comme une torpille incandescente au cœur de la psychologie, comme ce qui pourrait le mieux en combattre le penchant positiviste et médical. En retour, la psychologie de la conscience ne serait rien d’autre qu’une conduite de défense contre l’Inconscient. Le texte de 1957 se termine avec panache, et non sans ironie, sur le vers de Virgile, célèbre épigraphe de l’Interprétation des rêves.

  • 3 Si je ne puis fléchir ceux d’en haut, j’ébranlerai l’Achéron (ou je remuerai le monde souterrain).

« Ce sens originaire, c’est encore un des paradoxes et une des richesses de Freud de l’avoir perçu mieux que tout autre, tout en contribuant plus que personne à le recouvrir et à le cacher. Superos si flectere nequeo, Archeronta movebo3
La psychologie ne se sauvera que par un retour aux Enfers ».

12Cette première vision plutôt positive de la psychanalyse – encouragée sans doute à aller plus loin dans les Enfers que n’est allé Freud – est centrée sur une lecture de l’inconscient comme double obscur et crise de la raison. Les lectures qui suivront – notamment après L’anti-Œdipe de Deleuze et Guattari paru en 1972 – place au contraire la psychanalyse du côté des techniques de normalisation. La sexualité est alors l’épicentre de la critique en tant qu’attribut du pouvoir psychanalytique. Les propos de Foucault dans un entretien de 1975 conservent tout leur tranchant et leur valeur programmatique :

« quand les psychanalystes parlent de la pratique analytique, il y a une série d’éléments qui ne sont jamais présents : le prix de la séance, le coût économique global du traitement, les décisions quant à la cure, la frontière entre l’acceptable et l’inacceptable, ce qui doit être guéri et ce qui ne le nécessite pas, la question de la reprise ou du modèle familial comme norme, l’utilisation du principe freudien : selon lequel est malade celui qui n’arrive pas à faire l’amour ni à travailler ; tout cela est présent dans la pratique analytique et a des effets sur elle. Il s’agit d’un mécanisme de pouvoir qu’elle véhicule, sans le mettre en question. Un exemple simple : l’homosexualité. (…) S’agit-il d’une anomalie ? D’une névrose ? Comment la psychanalyse manipule-t-elle cette situation ? A vrai dire, elle endosse certaines frontières qui font partie d’un pouvoir sexuel constitué en dehors d’elle, mais dont elle valide les principaux traits » (Dits et Ecrits, 1975, page 1683).

13La citation de la même année choisie par Laurie Laufer en exergue de l’article qui ouvre le dossier, est parfaitement explicite : Foucault renvoie dos à dos le marxisme et la psychanalyse comme participant des mécanismes du pouvoir et de la normalisation des conduites et des psychés. La critique est politique.

14Alors une psychanalyse foucaldienne est-elle possible ? Et aurait-elle pour vocation de redonner son honneur et son humour à la psychanalyse, comme le suggère Laurie Laufer dans ce dossier ?

LA psychanalyse n’existe pas

15Quelle politique pour la psychanalyse qui se targue souvent de ne pas en avoir ? Face à la réception de Foucault dans le domaine des études de genre et des sexualités, la plupart des psychanalystes ont choisi de pratiquer une politique de mise à distance, d’ignorer Foucault et son influence, de le stigmatiser comme figure tutélaire de la suspecte « théorie » du genre pour… préserver la psychanalyse. Mais de quelle psychanalyse s’agit-il ?

16La psychanalyse ne recouvre pas un champ homogène. Celles et ceux qui se trouvent à l’intérieur ou dans son immédiate périphérie le constatent, ne serait-ce qu’à travers l’émiettement des Écoles de formations des psychanalystes, des courants, des positionnements institutionnels dans l’université, des traditions nationales… Le résultat est un tissu bigarré, parfois donnant le sentiment d’être seulement rapiécé. Chacun a son Freud ou son Lacan, et cette hétérogénéité rend inepte toute attaque ou défense de LA psychanalyse.

17Les grands maîtres resteraient-ils les principaux organisateurs du débat ? Il s’agit plus exactement de leur herméneutique. C’est-à-dire de l’interprétation des discours et écrits des maîtres qui, notamment en fonction du découpage des œuvres par périodes (tant ces auteurs ont été prolixes et ont connu une longévité intellectuelle), autorise à leur faire dire en toute honnêteté une chose et son contraire. Et à quoi bon, en effet une telle productivité, si cela avait été pour répéter toujours la même chose ? « Ne me demandez pas qui je suis et ne me dites pas de rester le même : c’est une morale d’état civil ; elle régit nos papiers. Qu’elle nous laisse libre quand il s’agit d’écrire », écrit Foucault à la fin de l’introduction de l’Archéologie du savoir (Foucault, 1969, p. 29). Pas plus que Foucault, Lacan et Freud ne sont des penseurs d’un seul bloc, mais jusqu’au bout « libres d’écrire » et sans rendre de compte à personne.

18Ainsi Aurélie Pfauwadel montre-t-elle comment on peut distinguer un Lacan « classique » (celui du Nom du Père et ses visées normalisantes) d’un « dernier Lacan » qui cherche à penser la sexuation en dehors de toute norme. « Le plus impitoyable et corrosif critique de Lacan, c’est lui-même », écrit-elle. Mais également, au moment du débat sur le mariage pour tous, on a vu monter au créneau, et avec la même passion « au nom de la psychanalyse », des détracteurs et défendeurs souvent issus des mêmes courants analytiques. La question de l’engagement des psychanalystes dans l’espace public et d’une parole politique qui ne serait pas celle d’un citoyen ordinaire – mais de qui ? d’un expert de la psyché ? – reste d’ailleurs posée depuis, sans rencontrer de réponse unanime. Peut-être cette contribution politique peut-elle ici se formuler autour d’une question épistémologique : comment la psychanalyse peut-elle contribuer à la dé-essentialisation des idées sur le sexe, la sexualité, le genre et les identités afférentes ? Existe-t-il une psychanalyse dénormative ? Qu’elle soit « au-delà de l’Œdipe » ou autrement dite. C’est ce que soutiennent les auteur.e.s de ce numéro.

19Les écoles de psychanalyse et les formations à l’université sont instituées et, comme toute institution, peuvent avoir une tendance à une rigidité doctrinale difficile à se transformer. En même temps, ces institutions sont fragiles du fait des divisions entre elles et de la rudesse des attaques externes venant, notamment, des sciences neurocognitives ou de certaines branches du féminisme. Thamy Ayouch plaide pour une psychanalyse mineure – s’inspirant de la littérature mineure de Deleuze – qui « pose la question de savoir si les notions analytiques sont susceptibles d’une universalisation, ou si leur situation historique ne menace pas de limiter leur extension à la singularité du sujet blanc, occidental, le plus souvent masculin, de classe moyenne ou favorisée, hétérocentré et cis-centré ». Occuper cette posture critique à l’intérieur de la doxa semble central. Toutefois, on peut également soutenir que la psychanalyse toute entière, tous courants confondus, occupe aujourd’hui une place mineure dans la société, au sens où elle n’est plus un discours majoritaire, un « discours-maître », bien loin de son âge d’or dans les années 1970, quand Foucault lisait Lacan et Lacan aussi lisait Foucault – comme nous le rappelle opportunément Jean Allouch. Ces difficultés de la psychanalyse à exister et à subsister dans l’adversité ne sont sans doute pas sans contribuer à ce retour à l’orthodoxie des sources, telles les théories sexuelles et la différence des sexes.

20Mais cette crise est peut-être aussi une chance. Sous la pression des mouvements sociaux et du renouvellement des générations, apparaissent des lignes de failles et un nouveau paysage situé à l’articulation entre la psychanalyse et les études sur le genre. Laurie Laufer et Aurélie Pfauwadel se situent chacune à cette intersection, même si elles partent de prémisses opposées : Foucault serait incontournable à la psychanalyse, pour l’une ; la psychanalyse incontournable aux études de genre, pour l’autre. Ce qui retient l’attention dans leurs démarches, à une époque post-lacanienne autant que post-foucaldienne, c’est la convergence, au-delà des antagonismes, d’une volonté de dé-normalisation et la conviction que la psychanalyse se trahit elle-même, refuse son propre savoir – sur l’Inconscient, sur le sexuel – dans ces entreprises de normalisation dénoncées par Foucault et les mouvements LGBTQ. Au fond, ce que critique Foucault, ce sont des usages sociaux d’une psychanalyse normative – dont nul ici ne niera qu’ils existent et qu’ils dominent. L’intersection avec les études de genre, ouvre-t-elle ainsi à un affinement de la théorie psychanalyse pour réaffirmer en quoi celle-ci est fondamentalement hors de la question de la normativité ? Cet effort est minoritaire pour Thamy Ayouch, fidèle au dernier Lacan pour Pfauwadel, désopilant pour Laurie Laufer (on s’en voudrait de spoiler le concept), foucaldien dans sa manière pour Jean Allouch…

21Si les études de genre, notamment outre atlantique, ont intégré de longue date la psychanalyse, elles l’ont fait avant tout sur le mode d’une appropriation culturelle au service de la littérature, de la philosophie ou de la sémiotique. Des œuvres fascinantes ont ainsi été concoctées, dont se font ici l’écho Laurie Laufer et Jean Allouch – à qui nous devons l’édition de nombre d’entre elles. Car ce n’est pas le moindre des paradoxes : la plupart des théoriciens et théoriciennes queer ont été publiés en France par un psychanalyste ! Il visait à fournir un outillage aux psychologues et aux psychanalystes directement confrontés aux mutations sociales et à l’émergence d’une nouvelle clinique. Si certains activistes LGBTQI vouent la psychanalyse aux gémonies, juste bonne à jeter dans les poubelles de l’histoire avec la psychiatrie, sa voisine, ce bruit masque une réalité en sourdine plus prosaïque ; celle d’une souffrance sans doute accentuée par le rejet social qui demande à être accueillie et entendue. Même si nombre de psychanalystes ne sont pas forcément disponibles à se poser la dite « question du genre », leurs patients auront une longueur d’avance sur eux. Quand ils s’auto-définissent gays, lesbiennes, trans, genderfluides, queer… ils obligent ces cliniciens à sortir de leurs sentiers battus et… à réinterroger leurs concepts. De nouvelles rencontres se nouent ainsi sur le divan ou dans les institutions de soin, impliquant un nouveau souffle en psychanalyse.

Le genre, au carrefour des disciplines

22De ce tissu paraissant bigarré ne sortira pas une lecture ou une appropriation univoque par les psys des études de genre, et d’autant que celles-ci convoquent déjà la psychanalyse dans des processus qui lui échappent.

23Les appropriations de Foucault peuvent elles aussi être critiques et s’inscrire dans des itinéraires intellectuels contrastés. A l’instar de celui de Joan Scott, dont Thamy Ayouch rend compte ici, qui, partie du marxisme et de l’histoire sociale du travail, entretisse aujourd’hui Foucault et la psychanalyse. Un Foucault transformé par le genre, une psychanalyse transformée par l’histoire : l’œuvre en mouvement de Joan Scott offre l’exemple d’une méthode où les savoirs se rencontrent, se critiquent et se réagencent. De même, Eric Fassin et Manuela Salcado rappellent qu’Ann L. Stoler « a très tôt proposé une critique foucaldienne de l’aveuglement de Foucault au fait colonial ». Ils et elles n’ont pas été gênés d’aller là où Foucault s’est peu aventuré, et en particulier du côté du genre – même s’il n’en fut jamais loin comme l’explicite Julie Mazaleigues en croisant les contextes français et états-uniens de la production de La Volonté de savoir. Garder une pensée vivante ne signifie pas l’empailler ou s’enferrer dans ses points aveugles. Les psychanalystes qui ont tendance à sacraliser la parole du maître ont sur ce point beaucoup à apprendre des foucaldien.ne.s.

24Bien sûr d’autres articulations que foucaldiennes peuvent être imaginées, et seront imaginées, entre psychanalyse et études de genre. Nous ne sommes probablement qu’au début d’un processus d’hybridation ou d’influences réciproques. D’un article à l’autre, ces débats font ricochet dans ce dossier et nous n’avons pas cherché à les lisser, les nuancer. Nous n’avons pas non plus cherché la « pureté disciplinaire ». Quatre psychanalystes, une philosophe et deux sociologues participent à ce dossier dont on espère qu’il rencontrera un lectorat tant du côté de la psychanalyse que de celui des sciences humaines et sociales. Ainsi Eric Fassin et Manuela Salcedo nous rappellent-ils, à propos des migrants et migrantes sexuels, que ceux-ci ou celles-ci « se catégorisent tout autant qu’ils et elles sont catégorisées, et interprètent leur propre identité tout autant que cette identité est interprétée par d’autres ». Ces connaissances sociologiques sont indispensables à une pratique psychanalytique. Elles interrogent, au-delà du cas singulier des migrants, ce qui se « performe » sur le divan ou dans les différents services de soin : quelles mises en scène de soi ? Quel retour sur sa propre intimité ? Sa capacité à se dire ?

25Dans la cure psychanalytique, les dispositifs psychothérapiques ou de recherche cliniques, les rencontres avec les personnes n’exposent pas en effet seulement à l’éprouvé de leur souffrance ou de leur étrangeté, mais les psys s’éprouvent eux-mêmes et se trouvent engagés dans une élaboration de leur propre rapport au genre, au sexe, aux différences. Les certitudes arrimées aux identités sociales vacillent. Que l’on envisage le genre, comme une affaire de jouissance, ou comme une défense contre ce qui reste, toujours, de jouissance non normée, ce rapport d’intensité à l’autre et à soi-même fait que chaque théorie porte la marque non seulement des discours de son temps et du travail intellectuel de son auteur.e, mais aussi de cette élaboration psychique singulière, ce « bricolage » pour majeure partie inconscient. Ainsi, le sujet n’est-il jamais réductible à l’ordre des discours. Toujours en reste, il s’y infiltre clandestinement et s’avère susceptible d’en révéler les failles ou les impensés et d’en déplacer sensiblement les lignes, même et surtout si, comme le rappelle Jean Allouch, il ne sait pas ce qu’il fait et ne comprend pas ce qu’il dit.

26Le genre, dit Thamy Ayouch, fait partie de ces figures transitoires « qui pour n’avoir pas existé de tout temps n’en sont pas moins réelles ». Le transitoire désigne un mouvement de dé-essentialisation, et s’il porte l’espoir de voir se desserrer l’étau des violences et des formes d’exploitation ou d’oppression, nous ne devrions pas voir demain le genre se dissiper entièrement. Nous vivons et vivrons pour ce qui nous concerne dans ce transitoire, même si les formes qu’il emprunte évoluent sans cesse et si les techniques de normalisation changent de stratégie ou de médium (la normalisation néolibérale des identités sexuelles gais ou sadomasochistes par les séries télévisées, par exemple, serait un sujet en soi). Les politiques du sexe d’aujourd’hui continuent à séparer le bon grain de l’ivraie, à l’instar de l’homonationalisme dont parlent Eric Fassin et Manuela Salcedo. Ceci nous invite à manier les catégories de l’identité avec la plus grande prudence, comme nous le rappelle, en conclusion de son entretien, Jean Allouch dans son plaidoyer contre le « nous » et ce qu’il implique d’un « eux » dégradé. Il rejoint Laurie Laufer quand elle met « en regard trois listes qui défont le principe même des catégories sexuelles fixes et rigidifiées et qui montrent par leur multiplicité et leur variation la fluidité, le jeu et l’ironie de l’invention du sexuel : Freud, Eve Kosofsky-Sedgwick, Facebook ». Des associations qui ne sont plus improbables aujourd’hui sous la plume d’une psychanalyste. Plus largement, ce dossier apporte un ensemble d’éléments pour une critique du concept d’identité et des identifications des individus à leur sexualité et/ou à leur culture et religion supposées, à leur classe ou couleurs de peau perçues, mais tout aussi bien à leur œuvre dont ils ne sont, parfois, pas moins les témoins étonnés.

27Comment créer un champ interdisciplinaire où le genre pourrait être pensé dans ses rapports avec le pouvoir et la norme, le reste et la jouissance, entre relations d’exploitation et échanges désirants, non seulement dans l’ordre des discours, mais aussi dans ses dimensions matérielles comme dans le surgissement du sexuel et des avatars de son inscription dans l’inconscient ? En montrant que le dialogue entre les sciences sociales et la psychanalyse n’est pas impossible, et que le genre constitue une intersection féconde, peut-être incontournable, entre les deux, ce dossier entend contribuer à cette (ré)ouverture.

Haut de page

Bibliographie

DORGEUILLE Claude, « Histoire de la psychanalyse. La fondation de l’EFP en 1964 et les premières années de fonctionnement », La revue lacanienne, 1,3, 2009, pp. 106-109.

FOUCAULT Michel, Dits et écrits 1. 1954-1975. Paris, Quarto Gallimard.

HALPERIN David, La vie descriptible de Michel Foucault, Paris, L’unebévue-éditeur, 2011 (1995).

LAUFER Laurie et SQUVERER Amos (dir), Foucault et la psychanalyse. Quelques questions analytiques à Michel Foucault, Paris, Editions Hermann, 2015.

PHETERSON Gail (1996), Le prisme de la prostitution, L’Harmattan, 2001.

WITTIG Monique (1992, 2001), La pensée straight, Paris, Editions Amsterdam, 2018.

Haut de page

Notes

1 "Foucault est-il incontournable pour les études de genre ?", journée d’études en association avec le séminaire Foucault (EXeCO), Paris, Salle Halbwachs, Sorbonne, 4 février 2017. Nous remercions Sandra Laugier, Jean-François Braunstein et Daniele Lorenzini pour leur accueil. Cette journée a fait partie des ateliers « identités plurielles » financées du programme Trans/FEM, Défi Genre de la mission interdisciplinaire du CNRS.

2 Voir aussi Foucault et la psychanalyse. Quelques questions analytiques à Michel Foucault, coordonné par Laurie Laufer et Amos Squverer (2015).

3 Si je ne puis fléchir ceux d’en haut, j’ébranlerai l’Achéron (ou je remuerai le monde souterrain).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Molinier et Olivier Ouvry, « La psychanalyse et Foucault, un chassé-croisé », Genre, sexualité & société [En ligne], 21 | Printemps 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/gss/5447 ; DOI : 10.4000/gss.5447

Haut de page

Auteurs

Pascale Molinier

Professeure de psychologie sociale, UTRPP, Université Paris 13

Articles du même auteur

Olivier Ouvry

Maître de conférences en psychologie à Paris 13 Villetaneuse, psychiatre et psychanalyste

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals