Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

Recherches sur la transitude au Québec : entre absence et exploitation des savoirs trans

Research on transness in Quebec: between silence and the exploitation of trans knowledge
Clark Pignedoli et Maxime Faddoul

Résumés

En suivant l’approche méthodologique de l’autoethnographie, cet article se penche sur la question de l’exploitation des personnes trans en tant que travailleur·se·s précaires de l’université néolibérale. On met en relief la double dynamique d’effacement et d’exploitation des personnes trans « en tant que trans », en soulignant qu’au sein du biocapitalisme, la transitude produit de la valeur qui peut être extraite afin de donner un nouveau souffle aux processus d’accumulation de la richesse. Les conditions de travail des personnes trans dans le domaine de la recherche sont ainsi surdéterminées par ces nouveaux mécanismes d’extractivisme. En guise de conclusion, on partage certaines stratégies de résistance pour renverser cette double dynamique.

Haut de page

Texte intégral

On remercie les personnes qui ont contribué de près ou de loin à la réalisation de notre article, soit Lucile Crémier, Alexandre Baril, Frank Suerich-Gulick, Eva Fleur Riboli-Sasco et Stéphanie Gingras-Dubé.

  • 1 Tout au long de cet article, on privilégie le terme « trans » comme « point de ralliement discursif (...)
  • 2 La transitude désigne le fait ou l’état d’être trans. Il s’agit d’un néologisme en français, équiva (...)
  • 3 Dan Irving est professeur à l’université de Carleton (Ottawa, Canada) et ses travaux se focalisent, (...)

1À partir de leurs expériences incarnées, les membres des réseaux transféministes et queers italiens engagés dans les luttes contre la précarité ont signalé qu’au sein du biocapitalisme, les minorités sexuelles et de genre sont de plus en plus confrontées à un paradoxe : elles sont à la fois discriminées et exclues du marché du travail ainsi que recherchées et exploitées dans certains domaines, en vertu de la valeur économique associée à leur « bagage minoritaire » (SomMovimento nazioAnale, 2014). Ce constat s’applique également aux personnes trans1 dans le domaine de la recherche, en tant que membres du précariat de l’université. Au Québec, l’hypervisibilisation de la transitude2 comme objet de recherche et de débat public va en effet de pair avec la persistance de violences hétérocisgenristes à l’université, l’invisibilisation des chercheur·e·s trans et le développement au nom de l’« inclusion » de nouvelles formes d’exploitation des personnes trans « en tant que trans ». En s’inspirant des travaux de Dan Irving3 (2008), le chercheur en études trans Emmanuel David avance que « plutôt que célébrer tout simplement le passage de l’exclusion à l’inclusion, de la dévaluation à la mise en valeur, les études trans devraient prêter attention aux conditions politico-économiques d’emploi, du travail et aux insécurités économiques » (David, 2017, 40). Dans son sillage, on postule que la montée en visibilité des personnes trans au Québec (et à l’international) et leur intégration dans le domaine de la recherche affectent leurs expériences de travail à l’université.

2Le vécu des personnes trans à l’université a été très peu exploré dans la littérature académique et l’on dispose de peu de recherches publiées témoignant de cette situation. Cette absence est particulièrement marquée au Québec et en France (Espineira, 2015 ; Baril, 2017a ; Bourcier, 2017). En fait, la quasi-totalité des recherches se focalisent sur le contexte anglophone et plus particulièrement étatsunien. Ces travaux n’abordent pas l’enjeu du travail au sein de l’université. Ils se penchent plutôt, pour la plupart, sur les expériences négatives vécues au quotidien comme les microaggressions, l’absence de reconnaissance des parcours trans, le manque de mesures concrètes visant à promouvoir l’inclusion des personnes trans dans les départements ou dans l’université plus généralement, ou encore la pauvreté du contenu sur les questions trans en enseignement (Beemyn, 2005 ; Jourian, Simmons et Devaney, 2015 ; Wiley, 2015 ; Pitcher, 2017). Le silence sur ces questions dans la recherche universitaire en français n’est pas une coïncidence. Plusieurs travaux montrent qu’il s’agit d’un effet des rapports de pouvoir dans lesquels sont prises les personnes trans à l’université, à commencer par les dynamiques qui favorisent une sous-représentation des personnes trans en recherche, notamment les discriminations basées sur le genre (la transphobie et la cisnormativité), ainsi que la délégitimation et le sous-financement des savoirs trans, ou encore la subordination des études trans aux études sur les trans (Baril, 2017a ; Bourcier, 2017 ; Faddoul, 2019 ; Espineira et Thomas, 2019).

3Par contraste avec la littérature existante, cet article se penche sur la question de l’exploitation des personnes trans en tant que travailleur·se·s précaires de l’université néolibérale. On part de l’hypothèse que leur travail dans le domaine de recherche sur la transitude s’inscrit dans le cadre plus large du biocapitalisme, qui a généré un changement profond dans les formes et les prestations de travail contemporaines. L’absorption et la mise en valeur d’éléments immatériels au sein de ce paradigme économique fait en sorte que même des sujets traditionnellement marginalisés sur le marché du travail peuvent être recherchés en raison de leurs « particularités » et, donc de leur capacité à apporter un nouveau souffle au processus d’accumulation de la richesse. En ce sens, la transitude produit de la valeur qui peut être extraite. Le domaine de la recherche est imprégné de ces mêmes dynamiques. Avec la participation des personnes trans dans ce domaine, le travail de recherche universitaire a pris une dimension genrée qui déroge du script hétéro-cis. Sous l’impulsion de ces constats, en tant que personnes trans travaillant en milieu universitaire, on peut soulever les questionnements suivants : qu’en est-il de la dimension genrée du travail universitaire et, plus spécifiquement, de l’interpellation des personnes trans et de l’extraction de la valeur de leurs genres dans le milieu de la recherche ? Quels types de dynamiques de travail se créent quand le désir ou le besoin de reconnaissance de son propre parcours de genre et de celui de sa communauté s’enchevêtrent avec la « promesse de reconnaissance » affichée par les institutions de production des connaissances, telles que l’université ? Comment les processus d’auto-détermination de genre individuels et collectifs et le « besoin » d’être visible sont exploités par le domaine de la recherche ? Quelles sont les conséquences pour nous en termes de travail ?

4Notre contribution vise à stimuler des réflexions collectives autour du travail subalterne des étudiant·e·s, des chercheur·e·s et du personnel de recherche trans à l’université, afin de mettre en œuvre des pratiques qui rééquilibreraient les relations de pouvoir présentes dans ce domaine. Elle se veut donc une lecture transféministe des rapports de domination dans le milieu de la recherche universitaire. Dans une démarche autoethnographique (Ellis, Adams et Bochner, 2011 ; Ettorre, 2017), on part de nos expériences vécues en tant qu’étudiants et travailleurs précaires, queers et trans, qui traversent et habitent les espaces universitaires du Québec. On est « à la fois insider et outsider, dans la double posture du dedans et du dehors, depuis une localisation souvent précaire » (Espineira et Thomas, 2019). Clark complète un doctorat en sociologie et études féministes à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et il a occupé différents rôles dans plusieurs projets de recherches portant sur la transitude et l’intersexuation. Maxime a complété une maîtrise en travail social avec concentration en études féministes à l’UQAM. Il gravite autour des milieux universitaire et communautaire et a travaillé comme coordonnateur d’une recherche concernant le bien-être des jeunes trans. Notre démarche consiste à réinscrire l’expérience personnelle à l’intérieur de dynamiques plus larges et amener une compréhension sociologique et politique des vécus marginalisés dans le but de provoquer des transformations sociales.

L’exploitation de la « valeur trans » dans le biocapitalisme

Le biocapitalisme

5Pour réfléchir aux conditions de travail des personnes trans dans le domaine de la recherche, il est important de prendre en considération le paradigme économique dans lequel ces conditions s’inscrivent, soit le biocapitalisme. Selon les théoricien·ne·s du biocapitalisme, on assiste depuis quarante ans au passage du capitalisme industriel-fordiste (basé sur la production industrielle de masse à travers l’exécution de tâches répétitives n’exigeant pas de qualifications) à une forme de capitalisme qui absorbe et extrait de plus en plus de valeur non seulement des corps des individus mais de toutes les facultés humaines (Moulier Boutang, 2011). Selon Vanni Codeluppi, « le capitalisme contemporain se caractérise surtout par le fait […] d’extraire de la valeur économique de toutes les composantes biologiques et de toutes les dimensions mentales, relationnelles et affectives » (2014, s.p.). La valorisation économique ne porte plus seulement sur le travail corporel mais aussi sur le « travail immatériel », c’est-à-dire sur les énergies intellectuelles, relationnelles et créatives des individus, donc toutes les capacités ou compétences pouvant être mises à disposition par les personnes et leurs propriétés vitales (Hardt et Negri 2004 ; Jarrett, 2017).

  • 4  Maud Simonet résume le phénomène de la féminisation du travail comme la « faible valorisation moné (...)

6La mise au travail des travailleur·se·s est donc totale et s’accompagne d’une précarisation du rapport salarial (Morini et Fumagalli, 2009 ; Simonet, 2018). Les compétences sollicitées étant difficilement quantifiables en vertu de leur caractère immatériel, elles sont aussi peu (ou pas) rémunérées : « La valeur produite aujourd’hui par le travail dépasse toujours, forcément, la rémunération. Considérant que le processus de production englobe à présent connaissance et affection, désirs et corps, motivations et opinions, il est plus évident que jamais que ce que l’on cède dans les faits n’est pas rémunéré » (Morini et Fumagalli, 2009, 5). Par extension, l’exploitation capitaliste de ce qui relève du « hors travail », des affects et des valeurs est intrinsèquement liée à la gratuitisation progressive du travail et, de ce fait, à la transformation structurelle de l’emploi (Simonet, 2018). Le travail gratuit s’inscrit aujourd’hui dans les logiques mêmes de l’emploi, et ce, surtout dans les secteurs qui prévoient une dimension relationnelle, à savoir les services de soin, de prise en charge et d’accompagnement (Simonet, 2018, 116). D’un point de vue féministe, ce phénomène n’est pas nouveau car le travail reproductif, immatériel et souvent gratuit des femmes a toujours joué un rôle central dans la mise en place et le fonctionnement du système capitaliste ; il a été sa condition d’existence-même (Federici, 2017 ; Robert et Toupin, 2018). Cependant, l’extension de la « féminisation du travail4 » à tous les domaines de production caractérise notre contexte actuel, tandis que cette totalisation de la mise au travail devient l’« archétype de la production contemporaine » (Morini et Fumagalli, 2009, s.p.).

La gratuitisation du travail universitaire

7Le travail gratuit touche également le milieu universitaire, lieu privilégié de l’exercice du travail immatériel. Dans les dernières années, on a vu se multiplier les prises de parole dénonçant la diffusion de cette forme de travail exercée majoritairement par des étudiant·e·s, des jeunes chercheur·e·s ou des précaires de la recherche, c’est-à-dire, des personnes dans des positions subalternes (Acquistapace et al., 2015 ; CUTE, 2017). L’extorsion de ce travail gratuit repose, entre autres, sur la production (en amont) et le déplacement (en aval) d’un « horizon de reconnaissance » symbolique. Les subalternes de l’université accepteraient d’être mis·e·s au travail gratuitement aujourd’hui pour être « visibles » et pour pouvoir en tirer profit tôt ou tard, que ce soit en termes de « carrière » ou en termes de capital économique et culturel en général (Acquistapace et al., 2015 ; Ferrante, 2018). Nina Ferrante, chercheuse et activiste transféministe et queer, développe à ce sujet l’image du « chèque de visibilité » (voucher visibilità) : ces chèques seraient des récompenses éphémères cumulables en tant qu’investissement dans notre avenir. Comme elle l’explique :

« Je dois cumuler des chèques de visibilité : jamais dire “non” à des propositions d’écriture, de prise de parole, d’organisation, pas parce que j’aurais déjà été payée pour ça, mais plutôt dans l’espoir de pouvoir impressionner quelqu’un·e, réseauter, laisser une trace, pour ne pas disparaître en attendant que ça soit mon tour [d’être embauchée] » (Ferrante, 2018, s.p.).

8L’idée d’un cumul de « chèques de visibilité » décrit bien le mouvement de déplacement constant de cet horizon de reconnaissance qu’on ne semble jamais atteindre. Elle amène aussi l’idée du travail supplémentaire consacré à la présentation de soi et de l’adhésion à un esprit de self-marketing. Pour désigner cette dynamique, le philosophe italien Pier Aldo Rovatti (2011) propose l’expression « intellectuel de soi-même », créé à partir de l’expression « entrepreneur de soi-même » pour décrire « la pénétration de la compétition, de la concurrence et des principes du libre marché dans la soi-disant société de la connaissance, ainsi que l’émergence de la forme-entreprise comme forme de vie des travailleur·se·s intellectuel·le·s » (Nicoli, 2017, s.p.). Ce concept a été réactualisé récemment par les membres du SomMovimento nazioAnale faisant partie d’un groupe de discussion sur la relation entre activisme et université5 :

« ‘l’intellectuel de soi-même’ travaille tout le temps et iel travaille aussi gratuitement car plus iel est visible, plus iel a de chances de trouver un emploi rémunéré. Mais en travaillant gratuitement, iel ne fait pas qu’un “investissement” dans le cadre d’un calcul économique rationnel ; à un moment donné, la visibilité devient [un travail] et une rémunération en soi. En effet, le travail continu et sans fin de l’intellectuel·le est la production d’un CV, d’un portfolio, d’une image de soi » (Acquistapace et al., 2015, 67).

9En somme, le travail gratuit lie notre situation présente à notre avenir en nous fidélisant à des formes d’exploitation et d’auto-exploitation. Comme le décrit l’historien O. Fiorilli, la promesse de reconnaissance symbolique est une forme de « séduction à l’assujettissement », elle fidélise à la productivité car le besoin de se démarquer comme des sujets d’une performance de succès peut pousser à l’auto-exploitation (Fiorilli, 2016). Ce faisant, à l’université comme dans d’autres domaines, on est très vite socialisé·e·s au travail gratuit, à la précarité, à son inéluctabilité, au surtravail et à la compétition.

Mise au travail des genres et extraction de la valeur trans

10Biagio Carrano explique que « puisque la matière biologique et le vécu psychique sont à présent brevetables et manipulables, ils deviennent les véritables sources de valeur » (2008, s.p.). Un aspect crucial du système d’accumulation biocapitaliste est sa capacité de happer et d’absorber le temps de vie et les identités des travailleur·se·s car c’est dans les heures de temps libre que les individus forgent leurs identités sociales. Celles-ci deviennent ainsi exposées au travail d’exploitation des entreprises (Codeluppi, 2014). Si cette tendance est généralisée, force est de constater qu’elle ne se manifeste pas au hasard des hiérarchies sociales. Par exemple, différents genres font l’objet de différentes logiques de captation de la valeur (Irving, 2008 ; Wesling, 2012 ; David, 2015 ; Bourcier, 2017).

11À travers une lecture marxiste du genre comme travail, Meg Wesling (2012), théoricienne en littérature américaine, propose le concept de « valeur queer » (queer value) pour mettre en relation la dimension intime du désir et la dimension matérielle de l’accumulation lorsqu’il est question de genres non normatifs. Elle considère que le genre sous-tend une forme de travail en soi en raison des actes et des énergies constamment déployées pour être lu·e dans son genre affirmé ou, tout simplement, pour produire le genre désiré. Si le façonnage du genre est un travail en soi, alors tous les genres sont le produit d’un travail. Dans cette optique, même les genres non normatifs sont le résultat d’un processus productif doté d’une « valeur queer ». Étant donné que, dans le contexte du biocapitalisme, tous les corps et les existences sont absorbées par le système productif, penser le genre au prisme du travail et de sa valeur économique permet d’examiner « les coûts de ce travail et d’interroger les formes de valeur qu’il accumule » (Wesling, 2012, 122). Qu’en est-il donc de la mise en valeur de la transitude en tant qu’expérience de genre ?

12En 2008, Irving soulignait déjà l’importance d’analyser l’inclusion des personnes trans sur le marché du travail à la lumière des logiques néolibérales d’accumulation de la richesse afin de tenir compte de leur ambigüité intrinsèque. Il s’interrogeait sur la capacité des expériences et des identités trans de produire de la valeur et sur la possibilité d’exploitation de cette valeur par les employeur·e·s et les entreprises. Selon Irving, les politiques en faveur de la diversité au sein des entreprises (le « management de la diversité ») sont guidées par la recherche de la compétitivité et du profit. Comme il l’explique :

« les entreprises ne conçoivent pas [ces politiques] comme un acte de générosité mais plutôt comme un investissement dans le développement en capital humain d’individus provenant de groupes subordonnés. Par conséquent, les attentes envers les travailleur·se·s qui sont reconnu·e·s et protégé·e·s par leurs mesures d’inclusion de la diversité sont considérables. […] Ces mesures opèrent de concert avec les stratégies néolibérales pour pallier la chute des taux de profits. […] La capacité d’assimiler les personnes trans en tant qu’employé·e·s démontre la souplesse avec laquelle le capital réinvente sa présentation tout en maintenant fermement sa logique de base – l’accumulation de la richesse » (Irving, 2008, 120-121).

13À partir du cas de l’entreprise informatique étatsunienne IBM, Irving montre comment les travailleur·se·s trans sont encouragé·e·s à partager et à mettre à disposition des idées et des compétences « spéciales », en mesure d’apporter quelque chose d’inédit à l’entreprise.

14David croise les réflexions de Wesling et d’Irving pour décrire le « travail des cols violets » (purple-collar labor), soit les manières spécifiques à travers lesquelles la transitude et sa performance peuvent être mises au travail dans l’expansion et l’accumulation du capital (David, 2015). À partir d’entretiens menés avec des employées trans de centre d’appels aux Philippines, David soutien que ces travailleuses sont à la fois fortement représentées dans le secteur des télécommunications, tout en étant séparées les unes des autres au sein des entreprises et confinées à des tâches et des activités spécifiques : « les cols violets jouent un rôle central en tant qu’amortisseuses émotionnelles dans le secteur de la sous-traitance en mettant à l’aise la clientèle et les collègues » (David, 2015, 188). L’incorporation de ces travailleuses au sein de ce secteur s’opère donc en vertu de la possibilité de mettre à profit leur transitude, leur force de travail particulière en tant que femmes trans. En somme, tel qu’observé au sein des mouvements sociaux et des études queers et trans, la dimension genrée du biocapitalisme se complexifie dans le contexte actuel. Les subjectivités issues des minorités sexuelles et de genre sont de plus en plus absorbées par la mise au travail.

La place des personnes trans dans les recherches sur la transitude au Québec

Où sont les personnes trans dans les recherches sur la transitude ?

15Au Québec comme en France, des chercheur·e·s trans ont signalé le court-circuit qui s’est produit entre, d’une part, la visibilité de la transitude dans la sphère publique et en tant que sujet d’étude et, d’autre part, la présence effective des personnes trans dans le milieu de la recherche (Espineira, 2015 ; Namaste, 2015 ; Baril, 2017a ; Bourcier, 2017 ; Pignedoli, 2017a, 2017b). Iels constatent que les chercheur·e·s cisgenres sont surreprésenté·e·s dans les travaux portant sur la transitude et dominent le paysage de ce champ d’études. À travers un recensement échelonné sur une période de cinq ans (2010-2015) des financements octroyés aux recherches sur les questions trans par les principaux organismes subventionnaires canadiens, Alexandre Baril a démontré que « les travaux qui se multiplient au Canada en études trans* sont majoritairement réalisés par des professeur·e·s chercheur·e·s cis » (Baril, 2017a, 295) ou dans le milieu universitaire anglophone, et ce, malgré le fait que de plus en plus de personnes trans sont diplômées de l’université et compétentes en études des genres et des sexualités. À ce sujet, Karine Espineira et Maud-Yeuse Thomas soulignent l’importance de faire une distinction entre les études trans, menés par des chercheur·e·s trans ou par des chercheur·e·s trans de concert avec des allié·e·s, et les études « sur » les trans, menés par des personnes cis : « les deux champs d’études n’ont pas le même objet, [...] les points de vue ne bénéficient pas des mêmes conditions de production de diffusion des savoirs et de production des savoirs, car ils sont matériellement situés » (2020, 12). De ce fait, les chercheur·e·s trans sont très rarement des chercheur·e·s principaux·ales dans les équipes de recherche abordant les questions trans et non binaires ou dans d’autres champs d’études connexes et iels sont confiné·e·s à des rôles subalternes et précaires (Baril, 2017a).

16Un « plafond de verre » empêche la mobilité professionnelle ascendante des personnes trans expertes en théories trans et en études de genre, ce qui réduit significativement leurs chances d’être embauchées sur des postes permanents. Baril affirme à ce sujet que

« [l]es enjeux trans sont de plus en plus visibles dans les représentations culturelles, dans les médias, ainsi que dans les réseaux activistes, communautaires et universitaires. […] Cet engouement pour les réalités trans pourrait laisser croire que le nombre de personnes trans spécialistes des études trans dans les universités canadiennes se multiplie. Or ce n’est pas le cas. Malgré la multiplication de personnes trans diplômées expertes de ces enjeux, il semble que les départements ne soient pas prêts à les embaucher » (Baril, 2017b, s.p.).

17De plus, souvent, le « T » (pour « trans ») est intégré aux axes de la recherche universitaire (ou communautaire) dans le but d’attirer plus de financements, sans intégration réelle ni significative des personnes trans, particulièrement dès la conception des projets (Namaste, 2015 ; Baril, 2017a ; Bourcier, 2017). Viviane Namaste mentionne par exemple le contexte de la recherche canadienne sur le VIH/sida, en démontrant que la reconnaissance et la place accordées aux personnes trans seraient surdéterminées par des relations économiques. Se référant à une lettre co-signée par Nora Butler Burke et Zack Marshall et envoyée à la Société canadienne du sida (SCS), elle écrit :

« la reconnaissance des personnes trans par une organisation nationale sur le VIH/sida reflète des relations économiques plus larges : la possibilité de financement et donc la pérennité d’une organisation nationale sur le VIH/sida. La lettre attire l’attention sur la taille du fossé entre la manière dont la SCS reconnait les personnes trans et leur engagement significatif dans la planification des questions, des méthodes et des priorités de la recherche » (Namaste, 2015, 110).

18Ainsi, elle dénonce une pratique de plus en plus répandue parmi les organismes communautaires, à savoir l’instrumentalisation de la transitude par l’intégration des personnes trans dans le mandat de l’organisme, non pas en tant que membres mais plutôt en tant que nouvelle « case budgétaire », ce qui permet de convoiter des financements par le biais de demandes de subvention. Espineira et Thomas retracent une dynamique similaire dans le contexte français et en soulignent le caractère ambivalent car, d’une part, les thèmes liés à la transitude sont marginalisés voir discrédités quand ils sont menés par des personnes trans, mais d’autre part, ils sont « un marché à prendre pour les non-concerné·e·s » (Espineira et Thomas, 2019).

19Le système de récompenses de l’horizon de reconnaissance ne fonctionne donc pas de la même manière pour tout le monde. Les personnes trans sont écartées du rôle d’expert·e sur les questions trans, au bénéfice des personnes cis. Dans le paradigme économico-culturel actuel, l’inclusion du « T » parmi les groupes ciblés par les projets de recherche est le résultat non seulement d’un intérêt croissant vis-à-vis des vécus trans, mais aussi de la possibilité de reconnaissance symbolique et économique que ce choix implique, c’est-à-dire la possibilité d’avancement de carrière des personnes cis et donc l’accès à des postes bien rémunérés associés à l’octroi d’importantes subventions de recherche. Ainsi, la transitude est devenue une ressource capable de produire de la valeur, surtout au bénéfice de celleux qui ont déjà le contrôle symbolique et matériel des moyens de production des savoirs :

« la visibilité trans a le potentiel de produire de la valeur sociale, politique et économique. L’inclusion trans se révèle hautement profitable, une source de valeur encore inexploitée qui peut être mise à profit pour renforcer le statu quo. […] En effet, si la visibilité trans devient profitable, il faut se poser la perpétuelle question, “pour qui et pour les intérêts de qui ?” » (David, 2017, 30, 40)

20La mise au travail de la transitude et des personnes trans dans le domaine de la recherche s’insère dans ce phénomène. Dans ce scénario, les conditions de travail des personnes trans et la question de l’extraction de capital des travailleur·se·s trans et de leurs communautés dans le domaine de la recherche demeurent sous-explorées.

Retour sur trois expériences vécues

  • 6  Il s’agit d’un outil développé par Alfred Kinsey pour mesurer l’orientation sexuelle selon une éch (...)

21Maxime : En 2018, j’ai été invité à collaborer avec une équipe de recherche internationale travaillant sur le VIH/sida. L’équipe prévoyait de mettre en ligne une énième édition de leur sondage qui allait s’étendre aux personnes trans pour la première fois. Leur demande était de valider si deux sections du questionnaire étaient adaptées aux personnes trans. On m’avait prévenu que la tâche n’était pas rémunérée mais que plusieurs options étaient disponibles afin de reconnaître ma contribution comme consultant : m’inclure dans les remerciements de certaines présentations ; m’écrire une lettre attestant de mon implication ; me partager les analyses sommaires et d’autres documents sur l’étude. En parcourant le questionnaire, je me suis vite rendu compte que le travail de révision dépassait les deux sections discutées. En fait, l’ensemble du questionnaire n’était pas conçu en prenant en compte la participation de personnes trans ni même le vocabulaire qu’elles utilisent pour parler de leurs réalités. J’amène uniquement deux exemples : 1) dès la première section sur les données sociodémographiques, le sondage échouait à être trans-inclusif, considérant notamment le fait que les termes relatifs à la transitude (par exemple, « homme trans » et « femme trans ») plaçaient l’accent sur le genre assigné à la naissance et le « passage » à un autre genre au lieu de s’articuler autour du genre autodéterminé ; 2) toujours dans la section sur l’identification, les participant·e·s étaient invité·e·s à indiquer leurs attirances sexuelles sur une échelle semblable à celle de Kinsey6. Bref, l’approche était très cisnormative et binaire. J’ai donc écrit un court courriel afin de demander une rencontre avec l’équipe de recherche : « Il y a beaucoup de choses à retravailler selon moi. Je pense que l’on doit se rencontrer pour en échanger. Mais, il me semble que c’est trop tard ? Je pense aussi que cela soulève d’autres questions au sein de votre projet. Est-ce qu’il y a des co-chercheurs trans dans votre équipe ? Dans tous les cas, je trouve cela inquiétant. » Ce à quoi on m’a répondu : « Nous avons jusqu’à présent eu des commentaires de quatre personnes trans, qui ont beaucoup remis en question le caractère trans-inclusif et adapté du questionnaire selon la réalité québécoise. Si jamais vous souhaitez toujours vous impliquer, je vous proposerais donc que vous apportiez vos commentaires une fois que nous aurons apporté une première vague de corrections au questionnaire. [...] Nous n’avons [...] pas de budget pour une grande équipe de recherche et faisons ce que nous pouvons afin de mener l’étude à terme et d’en faire bénéficier les différentes communautés étudiées. » J’ai ainsi rencontré deux personnes de l’équipe de recherche. Mon intention était de partager mes commentaires dans une perspective pédagogique au lieu de corriger l’ensemble du questionnaire à leur place (étant donné que je n’étais pas payé). Mes commentaires ont bien été accueillis, mais comme le questionnaire devait sortir sous peu, seulement une partie de mes suggestions a été intégrée. Ensuite, j’ai été invité à partager le sondage dans mes réseaux. J’ai décidé de le faire tout en étant conscient des lacunes qui y figuraient. Sans surprise, plusieurs personnes ont critiqué le caractère peu trans-inclusif de la recherche.

22Clark : Il y a trois ans, j’ai siégé sur le comité scientifique d’un colloque intégrant, entre autres, la question de la transitude. Le comité était composé de professeur·e·s et de travailleur·se·s du milieu communautaire. Tout le monde travaillait, de près ou de loin, sur des questions relatives au genre et à la sexualité. J’étais la seule personne trans et le seul étudiant. Il s’agissait évidemment d’un engagement/travail non rémunéré. Ces types d’engagement ne sont pas salariés d’habitude dans le milieu académique et leur gratuité est tout à fait normalisée. Cependant, en poursuivant déjà un doctorat sans bourse et donc sans salaire garanti ni continu, ma situation était particulière car le temps dédié à cette tâche serait spécialement coûteux pour moi. J’ai quand même décidé d’évaluer la possibilité d’y prendre part car les thématiques m’interpellaient directement (en tant que personne/chercheur queer et trans migrant) et j’estimais donc que ma présence était pertinente. De plus, j’avais besoin de cumuler des expériences (« chèque de visibilité ») dans le milieu de la recherche universitaire.

  • 7 Extrait d’un échange courriel avec un membre du comité scientifique.

23Après avoir pris connaissance de la proposition d’appel à communication, j’ai répondu que j’étais « intéressé à y participer étant donné qu’il s’agit d’expériences et d’enjeux liés à ma communauté et qui touchent mes intérêts de recherche » mais que j’étais « en désaccord avec certains passages/informations qu[i] étaient véhiculées [par l’appel à communication] et en général avec l’approche proposée pour aborder les expériences des [personnes] LGBT ».7 J’étais donc invité à partager mes craintes et proposer des modifications. Je me suis ainsi mis au travail et j’ai rédigé un document de presque quatre pages où j’exposais et déconstruisais les passages problématiques de l’appel à communication, le retravaillant du même coup en proposant des modifications substantielles du langage et de la terminologie. Le tout, dans le but d’en réorienter les visions sous-jacentes et d’intégrer un langage reconnu et accepté par les personnes et les communautés ciblées par le colloque. Mes commentaires ont été accueillis par la personne en charge de l’organisation du colloque et toutes mes révisions à l’appel de communication ont été acceptées et intégrées. J’ai ensuite décidé de siéger sur le comité et l’appel a été mis en ligne.

  • 8 Extrait d’un échange courriel avec les membres du comité scientifique.

24Dans une phase ultérieure, en tant que membres du comité scientifique, on a été appellé·e·s à se prononcer sur la recevabilité des propositions de communication reçues. Après avoir passé en revue les propositions (la plupart soumises par les membres du comité scientifique elleux-même), j’ai relevé plusieurs éléments posant problème, mais je vais juste partager un exemple particulièrement saillant. Un des textes soumis par une personne membre du comité était, à mon avis, non recevable dans son état actuel : « J’aimerais problématiser le contenu de la proposition [nom de la proposition]. Malgré le fait que cette étude/communication vise notamment à témoigner des expériences de discrimination vécues par [des] personnes trans, elle présente des biais cisnormatifs sur le plan épistémologique qui posent plusieurs problèmes dont la question de la réception de cette étude de la part des personnes trans elles-mêmes. Ces biais témoignent d’une méconnaissance des communautés trans ainsi que des concepts, du vocabulaire et des théories élaborées au sein de ces communautés. J’y retrace par exemple un usage problématique des catégories, comme par exemple, l’insistance sur le « sexe » des participant·e·s (d’assignation ou d’« identification » ?) ; le façonnement de l’attirance sexuelle sur la base du « sexe » de l’autre personne (d’assignation ou d’« identification » ?). De même, l’autoidentification des participant·e·s semble être évacuée de la recherche, en soulignant l’imposition d’une lecture externe des corps trans et de ceux des participant·e·s en général. Aussi, « Cisgenre, trans et/ou en questionnement » ne sont pas des genres. Peut-être que ces biais ne vont pas être présents dans la présentation qui sera donnée lors du colloque, mais par souci d’accessibilité et de respect pour les personnes trans qui vont assister à la conférence, je me demande comment les panélistes pourraient adopter un vocabulaire respectueux et comment illes pourraient être redevables vis-à-vis les personnes trans qui vont être dans la salle ? ».8 Seulement deux membres du comité ont réagi à mon courriel en rebondissant à mes propos, soit la personne qui a soumis la proposition et une autre membre du comité scientifique qui travaille dans le milieu communautaire. Les autres se sont contenté·e·s de répondre que toutes les propositions étaient recevables telles quelles. Après le déroulement du colloque et après une discussion individuelle en profondeur avec un membre du comité à propos de la subalternité et de la disqualification des études trans, ainsi que sur la contribution qu’on amène en tant que personnes trans dans les processus de création de savoirs universitaires, on m’a offert une compensation financière pour mon travail au sein du comité scientifique.

  • 9 Au Québec, l’acronyme ITSS désigne les infections transmissibles sexuellement et par le sang.
  • 10 La PrEP est « un outil de prévention du VIH qui peut être utilisé par les personnes séronégatives p (...)

25Maxime : J’amène un autre exemple en lien avec un projet de recherche sur le VIH/sida, cette fois-ci en tant que participant. J’ai pris part à une étude destinée aux hommes qui couchent avec d’autres hommes qui consistait à passer des tests de dépistage d’ITSS9/VIH gratuitement et à remplir un questionnaire tous les trois mois. À mon premier rendez-vous avec l’une des infirmières de l’équipe, j’ai dû rectifier d’une manière bienveillante des informations erronées sur l’efficacité du préservatif versus l’utilisation de la PrEP10 quant à la prévention du VIH. En sortant du bureau, j’en ai discuté avec un membre de l’équipe de recherche pour qu’il puisse transmettre des données à jour à l’infirmière. J’ai également demandé qu’il m’envoie une copie de ces données par courriel. Je n’ai jamais eu de retour de sa part. À mon deuxième rendez-vous, je devais remplir un questionnaire majoritairement en lien avec la sexualité, et passer un deuxième test de dépistage. J’ai mentionné à l’infirmière que j’ai rencontrée (qui n’était pas la même personne que la première fois) que leur questionnaire n’était pas adapté aux hommes trans et j’ai donné quelques exemples. On m’a dit que des modifications seraient apportées prochainement. Trois mois plus tard, je me suis présenté à mon troisième rendez-vous. J’ai constaté que les modifications n’avaient pas été apportées au questionnaire mais je n’ai pas eu l’énergie pour formuler des remarques. Lorsque j’ai rencontré l’infirmier pour les tests de dépistage, il m’a donné des informations erronées sur l’usage que je devais faire de la PrEP, car il se basait sur les indications destinées aux hommes cis. J’ai donc dû lui expliquer comment utiliser la PrEP afin que le médicament agisse à sa pleine efficacité dans un corps comme le mien. J’ai fait part de cette interaction, ainsi que du fait que le questionnaire n’était toujours pas adapté, à un organisme partenaire de la recherche et on m’a dit qu’un suivi aurait lieu durant la prochaine rencontre d’équipe. Sans nouvelle de la part des partenaires communautaires et compte tenu de mes expériences négatives avec différents membres de l’équipe de recherche, j’ai répondu au courriel de rappel de mon prochain rendez-vous en disant que je désirais l’annuler et me retirer de l’étude. Je n’ai jamais eu de retour.

26Dans les dernières années, à cause de l’intérêt grandissant envers nos communautés ainsi que le développement et l’institutionnalisation des études LGBT, on a été de plus en plus sollicité·e·s « en tant que trans » à prendre part à des projets de recherche portant (de près ou de loin) sur nos réalités (Baril, 2017a ; Bourcier, 2017). L’exploitation dans le travail institutionnel se manifeste sous plusieurs formes qu’on pourrait résumer par l’expression « travail subalterne trans à bon marché ». Cette expression désigne le fait d’être relégué·e·s formellement ou informellement à des rôles et des tâches intellectuelles subalternes, rémunérées ou pas, permettant d’extraire notre capital culturel et communautaire, notre « valeur trans » à faible coût, tout en circonscrivant étroitement notre émancipation. Ce phénomène a déjà été exploré par David dans son étude sur la marchandisation culturelle de la transitude, dans laquelle il développe le concept de « production trans » pour désigner :

« la localisation structurée des personnes trans dans les chaînes de production matérielle et culturelle. [Cela] reflète comment l’incorporation de travailleur·se·s trans – en tant que trans – dans des parties spécifiques du marché du travail produit de nouvelles formes de valeur spécifiques, extraites de la mobilisation de la force de travail trans » (David, 2017, 32, 34).

27Dans le milieu de la recherche, on est recherché·e·s et mis·e·s au travail soit en tant qu’« échantillon » pour répondre à des questionnaires, délivrer nos récits de vie, soit comme auxiliaires de recherche, consultant·e·s extérieur·e·s, membres de comités scientifiques ou agent·e·s de liaison, entre autres. Les épisodes qu’on a partagés témoignent du fait qu’en endossant ces rôles, on apporte inévitablement des savoirs et des sensibilités que les chercheur·e·s cis ne possèdent pas, ni sur le plan expérientiel, ni sur le plan théorique, ni sur le plan éthique, mais qui sont pourtant cruciales au succès de la recherche. De ce fait, l’élaboration trans-inclusive des formulaires, des guides d’entrevue ou des recherches/événements universitaires en général repose sur une main d’œuvre invisible, c’est-à-dire, sur le travail gratuit et immatériel des personnes trans.

  • 11 Ces pratiques consistent à « créer et promouvoir une image de l’entreprise favorable aux diversités (...)

28Il faut signaler que la majorité des savoirs trans sont produits et circulent dans des réseaux subculturels et militants (Espineira et Thomas, 2019). Ces savoirs sont délégitimés (d’une manière consciente ou non), et donc méconnus de la plupart des chercheur·e·s qui désirent travailler sur les questions trans. De plus, la responsabilité de se renseigner et de mettre à jour ses connaissances sur les productions en études trans est rarement assumée par les chercheur·e·s non trans. Ainsi, dans le cas de projets de recherche qui ne comptent aucune personne trans formée en études trans dans son groupe de co-chercheur·e·s, on est embauché·e·s ou sollicité·e·s dans des rôles subalternes pour combler cette lacune. Dans certains cas, on est employé·e·s aussi pour « nettoyer » l’image de la recherche. En fait, non seulement on est invité·e·s à promouvoir des études dans nos réseaux mais on peut également être embauché·e·s dans des rôles ad hoc, comme « agent·e·s de liaison » par exemple, pour mettre nos communautés en contact avec les chercheur·e·s cisgenres en charge d’une étude. Ainsi, nos identités sont instrumentalisées (tokenized) dans le but de présenter la recherche comme « inclusive » et d’extraire plus facilement des connaissances propres à nos communautés qui résisteraient autrement à s’ouvrir à des équipes de recherche exclusivement cisgenres. Cette stratégie rappelle les pratiques de marketing et de pinkwashing des entreprises11. En d’autres termes, le travail subalterne trans à bon marché repose sur l’exploitation de nos réseaux personnels et affectifs : lorsque nous sommes amené·e·s à travailler d’une quelconque manière pour des projets qui ne sont pas les nôtres, on pourrait mobiliser nos communautés pour y participer, surtout lorsqu’on juge que leur participation est pertinente, voire essentielle.

  • 12 Les organismes qui réglementent les normes d’éthique de la recherche au Canada considèrent qu’une r (...)

29Par ailleurs, le travail de participant·e peut être considéré comme un travail gratuit exercé souvent « à perte » et qui peut être approprié et capitalisé par le domaine de la recherche et par les chercheur·e·s. Être interrogé·e ou remplir des questionnaires a un prix en termes de temps qu’on libère pour pouvoir participer. Il faut se préparer mentalement et émotionnellement pour délivrer une entrevue ou remplir un questionnaire sur des sujets qui nous touchent. Il faut également rester concentré·e tout au long des tâches demandées. Aussi, le travail de participant·e consiste en une transmission de savoirs aux chercheur·e·s, sans compter le fait que celleux-ci demandent souvent d’être redirigé·e·s vers d’autres répondant·e·s, sollicitant ainsi un travail supplémentaire de mise en relation pour avoir accès à des personnes auxquelles iels n’auraient pas accès autrement. Toutefois, la contribution des participant·e·s n’est pas pensée dans une logique de travail et celleux-ci sont rarement rémunéré·e·s. La dimension productive de ce type de travail n’est presque jamais reconnue, ni en termes matériels ni sur le plan éthique12. Cependant, leurs savoirs situés sont extraits, interprétés au prisme des postulats des chercheur·e·s puis remis sur les marchés culturels par ces mêmes chercheur·e·s qui bénéficient prioritairement du capital symbolique et culturel associé à ce type de recherches.

30L’intégration dans le milieu de travail de la recherche « en tant que trans » évoque ainsi des enjeux spécifiques. Renato Busarello, chercheur indépendant transféministe et queer, écrit que les politiques de mise en valeur de la diversité « jouent leur jeu en instrumentalisant le besoin de reconnaissance des groupes et des personnes issues de la diversité » (2016, 79). En effet, quand on accepte ces types de travaux qu’on a mentionnés, il n’est pas uniquement question d’être visibles ou de cumuler des expériences dans le domaine de la recherche. La décision de postuler est motivée en premier lieu par une dimension émotionnelle et affective, c’est-à-dire, par le besoin non seulement d’être reconnu·e·s comme des sujets, des sujets de connaissance, mais aussi pour être certain·e·s que les expériences, les voix et les savoirs trans soient bien intégrés dans le processus de production des ressources culturelles qui pourraient avoir un impact sur nos vies (on nomme cette pratique « réduction des méfaits »). C’est, en somme, un sentiment d’urgence qui commande la participation à la production du savoir sur nos réalités, et c’est précisément ce sentiment d’urgence qui est exploité par l’université dans le paradigme de la « promesse de reconnaissance », pour nous mettre au travail.

  • 13 Le terme cisgenrisme « désigne l’idéologie culturelle et systémique qui nie, dénigre ou pathologise (...)

31On applique ainsi au milieu de la recherche le concept de purple collar labour (David, 2017) pour témoigner du phénomène des « cols violets » à l’université : confinement à des rôles/tâches spécifiques et de courtes durées, parfois isolement (les seul·e·s personnes trans dans l’équipe donc tokens) ; production de la valeur trans par le biais de notre performance de genre (le fait même d’être trans), de nos connaissances et de l’absorption de nos réseaux. Il s’agit d’une forme de mise au travail totale de nos subjectivités car elle exploite aussi nos passions, nos réseaux affectifs et militants, sinon même la dimension immatérielle du travail. Ce phénomène empêche la mobilité sociale des personnes trans dans le domaine de la recherche et relève d’oppressions structurelles telles que le cisgenrisme13 qui domine ces milieux. De plus, il favorise principalement l’avancement de carrière des personnes non trans qui dirigent les groupes de recherche et, du même coup, l’élaboration de leur statut d’« expert·e·s » des enjeux trans (Baril, 2017a). Finalement, ce type de travail a pour conséquence de nous mener à l’épuisement émotionnel et professionnel tout en nous maintenant dans la précarité financière.

Quelques stratégies de résistance en guise de conclusion

32Les chercheur·e·s trans sont poussé·e·s au travail gratuit et précaire par la nécessité de cumuler des expériences dans l’espoir d’obtenir un poste permanent, par le besoin de reconnaissance en tant que sujets de savoir légitimes, ainsi que par le sentiment d’urgence et le désir de changement. C’est ainsi qu’on sollicite notre engagement et qu’on nous fidélise à l’exploitation. L’objectif de cet article n’est pas de condamner l’intérêt des chercheur·e·s cisgenres pour les enjeux trans ou de condamner le fait de ne pas rémunérer les participant·e·s, trans ou non, dans le cadre de recherches, universitaires ou non. On est conscient que certaines études sont menées avec des ressources insuffisantes, que certain·e·s chercheur·e·s prévoient des démarches de restitution de savoirs et que l’enjeu de la rémunération mériterait une réflexion éthique à part entière. Le constat demeure néanmoins que la recherche sur les enjeux trans est dominée matériellement et symboliquement par les personnes non trans alors même que la majorité des savoirs trans sont produits au sein de nos communautés. C’est pourquoi nous parlons d’appropriation des savoirs trans et d’extraction de la valeur trans. L’université impacte ainsi le militantisme car elle marchandise les savoirs et les affects produits dans nos communautés pour les transformer en ressources humaines, c’est-à-dire en valeur capitaliste. Dans cette démarche, les affects sont aussi importants que les savoirs et les compétences (Aquistapace et al., 2015).

  • 14 Lien vers le programme de la 8ème édition du Congrès International des Recherches Féministes dans l (...)

33Or, les personnes trans ne sont pas passives. Des foyers de résistance se sont multipliés à l’université et dans le milieu de la recherche. Par exemple, lors de la 8ème édition du Congrès International des Recherches Féministes dans la Francophonie (CIRFF) qui a eu lieu à l’université Paris Nanterre, un axe transféministe franco-italien-québécois s’est mobilisé pour mettre en place plusieurs événements d’échange affinitaire à propos de la place des personnes queers et trans à l’université14. Le recensement des stratégies de résistance mériterait un article à lui seul, mais on rassemble ici à titre d’exemple trois stratégies déployées dans nos réseaux.

34Faire la grève : Interrompre le travail gratuit pour le dénoncer et le rendre visible et détourner des situations problématiques en espaces de résistance. Par exemple, le 2 avril 2017, à l’Aquila en Italie, un groupe de personnes queers et trans précaires dans les milieux de la recherche et provenant des différents pays ont fait la grève de la Conférence du Centre Interuniversitaire de Recherche Queer (CIRQUE) pour en dénoncer la nature oppressive. Iels contestaient notamment la dépolitisation du mot « queer » et son usage, la violence épistémique imprégnant l’organisation de la conférence et plusieurs des communications prononcées dans son cadre, la perpétuation de la violence administrative par l’obligation de fournir des pièces d’identité pour l’accès gratuit au wifi, ou encore le manque d’écoute du comité organisateur envers les critiques constructives des participant·e·s (Les transféministes en grève de la conférence du CIRQUE, 2017). Les grévistes ont occupé une salle de l’université pour ouvrir une discussion entre elleux, analyser les dynamiques de pouvoir vécues à la conférence, les situer dans un contexte plus large et écrire un communiqué public15.

35Investir le milieu syndical universitaire. En reconnaissant que les personnes trans et non binaires sont particulièrement sujettes à la précarité et à l’exploitation, un comité ad hoc non-mixte trans et non binaire a été créé en décembre 2017 au sein du Syndicat des étudiant·e·s employé·e·s de l’UQAM (SÉTUE) pour agir sur les enjeux relatifs aux étudiant·e·s employé·e·s trans de l’UQAM. Ce comité s’est pérennisé en septembre 2018 par la création du Comité de travail sur les enjeux de la diversité sexuelle et de genre du SÉTUE. Le caractère rémunéré de l’implication dans ce comité permet de consacrer du temps à des types d’activité militante difficilement exercée autrement. De plus, le fait de disposer d’un budget rend possible la lutte contre la marginalisation en tant que travailleur·se·s auprès des instances concernées (Ressources humaines, Bureau des relations de travail, Registrariat, etc.), la production de ressources, l’organisation des activités diversifiées et l’émission des recommandations à diverses instances dans l’université (par exemple, en matière de lutte contre le harcèlement sexuel).

36Rédaction de lignes directrices en matière d’éthique de la recherche. Au Canada anglais et dans les contextes universitaires québécois et français, des étudiant·e·s, des chercheur·se·s et des groupes communautaires travaillent à l’heure actuelle sur la mise en place de lignes directrices en matière d’éthique pour travailler avec les personnes trans et leurs communautés (Adams et al., 2017, GATUM, 2017 ; CPATH, 2019). L’Association professionnelle canadienne pour la santé transgenre (CPATH) a publié récemment un Code d’éthique à ce sujet. Ce Code énonce six principes fondamentaux et dix-sept questions pour orienter la recherche. Toutefois, ces lignes directrices n’approfondissent pas la dimension du travail. On souhaite que des lignes directrices en matière d’éthique adaptées aux réalités trans soient connues et adoptées dans tous les contextes engagés auprès de nos communautés, et que celles-ci intègrent les réflexions émises par les travailleur·se·s trans dans le domaine de la recherche sur leurs conditions d’emploi. Dans cette optique, on espère que des enquêtes qualitatives de grande envergure soient réalisées par des personnes trans et que celles-ci émettent des recommandations approfondies à ce sujet.

Haut de page

Bibliographie

ACQUISTAPACE Alessia, BUSI Beatrice, FIORILLI O., PERONI Caterina, PATRICK Darren, avec le SomMovimento nazioAnale, « Transfeminist scholars on the verge of a nervous break down », REVISTA FEMINISMO/S, 3, 1, 2015, pp. 62-70.

ADAMS Noah, PEARCE Ruth, VEALE Jaimie, RADIX Asa, CASTRO Danielle, SARKAR Amrita et THOM Kai Cheng, « Guidance and ethical considerations for undertaking transgender health research and institutional review boards adjudicating this research », Transgender health, 2, 1, 2017, pp. 165-175.

BARIL Alexandre, « Hommes trans et handicapés : une analyse croisée du cisgenrisme et du capacitisme », Genre, sexualité & société, 19, 2018, pp. 1-17.

BARIL Alexandre, « Trouble dans l’identité de genre : le transféminisme et la subversion de l’identité cisgenre : une analyse de la sous-représentation des personnes trans* professeur-es dans les universités canadiennes », Philosophiques, 44, 2, 2017a, pp. 285-317.

BARIL Alexandre, « Briser le plafond de verre pour les personnes trans », Québec Huffingtonpost, 20 novembre 2017b [Billet de blogue]. Repéré à https://quebec.huffingtonpost.ca/alexandre-baril/briser-le-plafond-de-verre-pour-les-personnes-trans_a_23283063/

BAUER Greta, DEVOR Aaron, HEINZ Matthew, MARSHALL Zack, PULLEN SANSFACON Annie et PYNE Jack, pour le comité de recherche de la CPATH, « Code d’éthique de la CPATH en matière de recherche concernant les personnes trans et les communautés », Canada, Association Professionnelle Canadienne pour la Santé Transgenre, 2019.

BEEMYN Genny, « Making campuses more inclusive of transgender students », Journal of gay & lesbian issues in education, 3, 1, 2005, pp. 77-87.

BOURCIER Sam, Homo inc.orporated : le triangle et la licorne qui pète, Paris, Cambourakis, 2017.

BUSARELLO Renato, « Diversity management, pinkwashing aziendale e omo-neoliberismo. Prospettive critiche sul caso italiano » in ZAPPINO Federico (dir.), Il genere tra neoliberalismo e neofondamentalismo, Verona, ombre corte, 2016, pp. 74-85.

BUTLER Judith, Ces corps qui comptent. De la matérialité et des limites discursives du « sexe », Paris, Éditions Amsterdam, 2009.

CARRANO Biagio, « Biocapitalismo », 17 février 2008 [Billet de blogue]. Repéré à https://biagiocarrano.blogspot.com/2008/02/biocapitalismo.html

CODELUPPI Vanni, « Biocapitalismo », 29 août 2014 [Billet de blogue]. Repéré à https://www.doppiozero.com/materiali/tempi-moderni/biocapitalismo

Congrès International des Recherches Féministes dans la Francophonie, « Espaces et enjeux des savoirs féministes : Réalités, luttes et utopies », 2018. Repéré à https://cirff2018.parisnanterre.fr/le-congres/programme/programme-745650.kjsp

Conseil de recherches en sciences humaines, Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Instituts de recherche en santé du Canada, Énoncé de politique des trois conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains, Ottawa, Gouvernement du Canada, 2018.

CUTE, « Questions et réponses - Campagne sur le travail étudiant », 27 février 2017 [Billet de blogue]. Répéré à https://dissident.es/questions-et-reponses-campagne-sur-le-travail-etudiant/

DAVID Emmanuel, « Capital T: Trans visibility, corporate capitalism, and commodity culture », Transgender Studies Quarterly, 4, 1, 2017, pp. 28-44.

DAVID Emmanuel, « Purple-collar labor: Transgender workers and queer value at global call centers in the Philippines », Gender & society, 29, 2, 2015, pp. 169-194.

ELLIS Carolyn, ADAMS Tony E., Bochner Arthur P, « Autoethnography: An Overview », Forum: Qualitative Social Research, 12, 1, 2011.

ESPINEIRA Karine, « Pour une épistémologie trans et féministe : un exemple de production de savoirs situés », Comment s’en sortir, 2, 2015, pp. 42-58.

ESPINEIRA Karine et THOMAS Maud-Yeuse, « Études trans : interroger les conditions de production et de diffusion des savoirs », Genre, Sexualité & Société, 22, 2019.

ETTORE Elizabeth, Autoethnography as Feminist Method: Sensitising the feminist ‘I’, New York, Routledge, 2017.

FADDOUL, Maxime, Articulation des questions trans en travail social : pratiques et points de vue des intervenant·e·s sociaux, mémoire en travail social, sous la direction de Maria Nengeh Mensah, Montréal, Université du Québec à Montréal, 2019.

FEDERICI Silvia, Caliban et la sorcière : femmes, corps et accumulation primitive, Genève, Entremonde, 2017.

FERRANTE Nina, « Fare un salto al seminario: come praticare l’arte del fallimento all’università », 30 avril 2018 [Billet de blogue]. Repéré à http://www.technoculture.it/2018/04/30/salto-seminario-munoz/

FIORILLI O., « Giustizia è fatta?' Lavoro, soggettività e riconoscimento nel biocapitalismo », in SIMONE Anna, ZAPPINO Federico (dir.), Fare giustizia. Neoliberismo, diseguaglianze, Milano, Mimesis, 2016.

GATUM, « Recherches et travaux », 27 décembre 2017 [Billet de blogue]. Repéré à https://transumontreal.wordpress.com/ressources/recherches-et-travaux/

HARDT Michael et NEGRI Antonio, Multitude: War and Democracy in the Age of Empire, New York, Penguin, 2004.

IRVING Dan, « Trans/formations, incorporated: Exploring the impact of neoliberal productive relations on transsexual subjectivities », in TORRAS Meri (dir.), Encarnac (c) iones: teoría (s) de los cuerpos, Barcelona, Editorial UOC, 2008, pp. 113-124.

JARRETT Kylie, « Le travail immatériel dans l’usine sociale : Une critique féministe », Poli—Politique de l’image, 13, 2017, pp. 12-25.

JOURIAN T.J, SIMMONS Symone L. et DEVANEY Kara C., « We Are Not Expected”: Trans* Educators (Re)Claiming Space and Voice in Higher Education and Student Affairs », in NICOLAZZO Z., MARINE Susan B. et GALARTE Francisco (dir), Transgender Studies Quaterly (TSQ): Trans*formational Pedagogies, 2015, pp. 431-446.

LENNON Erica et MISTLER Brian J., « Cisgenderism », in CURRAH Paisley et STRYKER Susan (dir), Transgender Studies Quaterly (TSQ), Postposttranssexual: Key Concepts for a Twenty-First-Century Transgender Studies, 2014, pp. 63-64.

Les transféministes en grève de la conférence du CIRQUE, « En grève du travail universitaire et de l’université ! » in BOURCIER Sam (dir.), Homo inc.orporated: le triangle et la licorne qui pète, Paris, Cambourakis, 2017, pp. 237-244.

MORINI Cristina et FUMAGALLI Andrea, « La vita messa al lavoro : verso una teoria del valore-vita », 2009. Consulté sur : https://www.academia.edu/8658241/La_vita_messa_a_lavoro_verso_una_teoria_del_valore-vita

MOULIER-BOUTANG Yann, Cognitive capitalism, Cambridge, Polity, 2011.

NAMASTE Viviane, Oversight: Critical Reflections on Feminist Research and Politics, Toronto, Women’s Press, 2015.

NICOLI Massimiliano, « Intellettuali di sé. Ambivalenza della start-up esistenziale », 25 avril 2017 [Billet de blogue]. Repéré à https://operavivamagazine.org/intellettuali-di-se/

PIGNEDOLI Clark, Beyond Trans Medicalization: Gatekeeping and the Epistemological Privilege of Ignorance, communication à la conférence du CIRQUE, What’s New in Queer Studies?, L’Aquila, 31 mars-2 avril 2017a.

PIGNEDOLI Clark, « Violence épistémique et contre-attaque : Réflexions sur l’empêchement d’une conférence transphobe à l’UQAM », communication à la 2e édition du colloque Multitudes queer, Sherbrooke, 21 et 22 avril 2017b.

PITCHER Erich N., « ‘There’s stuff that comes with being an unexpected guest’: Experiences of trans* academics with microaggressions », International Journal of Qualitative Studies in Education, 30, 2, 2017, pp. 688-703.

Portail VIH/sida du Québec, « Qu’est-ce que la PrEP ? », 2016 [Billet de blogue]. Repéré à https://pvsq.org/prep

ROBERT Camille et TOUPIN Louise (dir.), Travail invisible : portraits d’une lutte inachevée, Montréal, remue-ménage, 2018.

ROVATTI Pier Aldo, Noi, i barbari: la sottocultura dominante, Milano, R. Cortina, 2011.

SIMONET Maud, Travail gratuit: la nouvelle exploitation ?, Paris, éditions Textuel, 2018.

SomMovimento nazioAnale, « Attivismo e Accademia / Activism and Academia », 28 juillet 2015 [Billet de blogue]. Repéré à https://sommovimentonazioanale.noblogs.org/post/2015/07/28/attivismo-e-accademia-activism-and-academia/

SomMovimento nazioAnale, « Sciopero sociale: sciopero dai generi/dei generi », 13 novembre 2014 [Billet de blogue]. Repéré à https://sommovimentonazioanale.noblogs.org/post/2014/11/13/sciopero-sociale-sciopero-dai-generi-dei-generi/

WESLING Meg, « Queer value », GLQ: A journal of lesbian and gay studies, 18, 1, 2012, pp. 107-125.

WILEY Arkell, « Qualitative Arts-Based Inquiry into Transgender Subjectivities in Social Work Education » in O'NEILL, Brian, SWAN, Tracy A., MULÉ Nick J. (dir.), LGBT People and Social Work. Intersectional Perspectives,Toronto, Canadian Scholars’ Press Inc, 2015, pp. 317-318.

Haut de page

Notes

1 Tout au long de cet article, on privilégie le terme « trans » comme « point de ralliement discursif » (Butler, 2009, 232) regroupant une multitude de personnes et de parcours autodéterminés qui ne s’identifient pas au genre qui leur a été assigné à la naissance.

2 La transitude désigne le fait ou l’état d’être trans. Il s’agit d’un néologisme en français, équivalent au terme anglais « transness » (Baril, 2018). On privilégiera l’utilisation de ce mot au lieu de « transidentité » car il est couramment en usage au sein des réseaux trans au Québec.

3 Dan Irving est professeur à l’université de Carleton (Ottawa, Canada) et ses travaux se focalisent, entre autres, sur le croisement de l’économie politique et des études trans.

4  Maud Simonet résume le phénomène de la féminisation du travail comme la « faible valorisation monétaire mais aussi symbolique, [la] précarité, [la] dépendance, [la] naturalisation des relations de travail et des compétences, [la] difficulté à construire des revendications collectives » (2018, 120).

5 Cf. : https://sommovimentonazioanale.noblogs.org/post/2015/07/28/attivismo-e-accademia-activism-and-academia/

6  Il s’agit d’un outil développé par Alfred Kinsey pour mesurer l’orientation sexuelle selon une échelle. Or, tout en sachant qu’il s’agit d’un instrument obsolète en général, car le désir n’est pas quelque chose de mesurable et de stable, le questionnaire présentait également des biais cisnormatifs et binaires, car il ne prenait pas en compte les genres en dehors du registre homme-femme. Il n’était pas adapté aux personnes trans et non binaires ainsi qu’à leurs partenaires amoureux ou sexuels.

7 Extrait d’un échange courriel avec un membre du comité scientifique.

8 Extrait d’un échange courriel avec les membres du comité scientifique.

9 Au Québec, l’acronyme ITSS désigne les infections transmissibles sexuellement et par le sang.

10 La PrEP est « un outil de prévention du VIH qui peut être utilisé par les personnes séronégatives pour prévenir une infection au VIH. PrEP est l’acronyme de prophylaxie préexposition. Comme son nom l’indique, il est utilisé « avant une exposition » potentielle ou avérée au VIH » (Portail VIH/sida du Québec, 2016, s.p.).

11 Ces pratiques consistent à « créer et promouvoir une image de l’entreprise favorable aux diversités (par exemple, des genres et des sexualités), de laquelle on attend des répercussions en termes de ventes sans impliquer un repositionnement de l’entreprise par rapport à d’autres pratiques moins présentables (des conditions de travail précaires [...]) » (Busarello, 2016, 75).

12 Les organismes qui réglementent les normes d’éthique de la recherche au Canada considèrent qu’une rémunération appropriée est une « incitation » à participer à une étude (Conseil de recherches en sciences humaines, Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Instituts de recherche en santé du Canada, 2018). Sans nier cet enjeu, l’état actuel de la situation n’est tout autant pas éthique à nos yeux et des réflexions substantielles mériteraient d’être entamées.

13 Le terme cisgenrisme « désigne l’idéologie culturelle et systémique qui nie, dénigre ou pathologise les personnes qui s’identifient à un autre genre que celui qui leur a été assigné à la naissance » (Lennon et Mistler, 2014, 63).

14 Lien vers le programme de la 8ème édition du Congrès International des Recherches Féministes dans la Francophonie (CIRFF)  : https://cirff2018.parisnanterre.fr/le-congres/programme/programme-745650.kjsp

15  La version italienne et anglaise du communiqué est disponible à ce lien : https://sommovimentonazioanale.noblogs.org/post/2017/05/26/sciopero-strike-a-statement-from-the-transfeminist-strikers-of-the-cirque-conf-bilingual-version/. La version française est uniquement disponible dans le livre Homo Inc. de Sam Bourcier (2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clark Pignedoli et Maxime Faddoul, « Recherches sur la transitude au Québec : entre absence et exploitation des savoirs trans  », Genre, sexualité & société [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 16 décembre 2019, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/gss/5759 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.5759

Haut de page

Auteurs

Clark Pignedoli

Université du Québec à Montréal

Maxime Faddoul

Université du Québec à Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals