Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

Études Trans
Interroger les conditions de production et de diffusion des savoirs

Transgender Studies
Examining the conditions of production and dissemination of knowledge
Karine Espineira et Maud-Yeuse Thomas

Résumés

Les transgender studies anglophones émergent aux États-Unis dans les années 1990 sur un constat : face aux études sur les trans, parfois discutables, il semble nécessaire de produire des savoirs situés (Haraway, 1988). Dans le contexte francophone, ces études s’affirment difficilement et la distinction entre études sur la transidentité et études trans n’en prend que plus d’importance. Les studies permettent-elles aux savoirs dits ou perçus comme minoritaires de marquer le passage du statut d’objet de savoirs à celui de sujet de savoirs ? La reconnaissance des études trans pourrait-elle permettre aux universitaires et associatifs trans de théoriser sur le paradigme transidentitaire à l’égal de leurs confrères aux États-Unis et à condition que les études sur les trans et études trans ne soient pas confondues. L’assimilation ou la confusion ne risque-t-elle pas de produire une gentrification des esprits (Schulman, 2018) et une subalternisation des études trans au bénéfice des études sur les trans ?

Haut de page

Texte intégral

Il est difficile de produire un contre-discours en étant programmé.e pour disparaître.
Sandy Stone, The Empire Strikes back, 1991.

Et quand les autres sont programmé.e.s pour ne pas les entendre.
Karine Espiñeira, séminaire Trans Studies, 2019.

Introduction aux Études transgenres1

  • 1 La rédaction de cet article a débuté en 2015 et a connu autant d’échecs que de réécritures avant sa (...)
  • 2 Nous insistons sur l’idée que l’on ne doit pas qualifier l’ensemble des féministes radicales comme (...)
  • 3 Avec le préfixe trans nous pensons aux publics trans dans une perspective inclusive : transitude, t (...)

1Les Transgender Studies anglo-saxonnes, dont s’inspirent les Études trans (ou Études transgenres) francophones, émergent dans le contexte états-unien au début des années 1990 avec l’article de Sandy Stone « The Empire Strikes Back: a posttranssexual Manifesto ». Le texte n’est pas qu’une réponse à l’ouvrage de Janice Raymond, publié en 1979 sous le titre The Transsexual Empire. The Making of the She-Male, il est d’abord un exemple de production d’un « savoir situé » (Harding, 1986, 1991, 2003 ; Haraway, 1988, 2007, 2009, 2014) et plus précisément d’un savoir situé trans à l’œuvre. Sandy Stone note la nécessité de produire des savoirs situés afin de revenir aussi bien sur les attaques parfois violentes de certaines féministes radicales2, que sur les savoirs produits sur les personnes trans3 finissant par faire loi dans la littérature scientifique malgré des méthodologies questionnables et inquestionnées.

  • 4 Il ne s’agit pas dans cette énumération de malmener gratuitement les auteures, mais bien de définir (...)

2Ainsi, Sandy Stone, professeure à l’Université de Californie à Santa Cruz, questionne dès le début des années 1990 les études qui ont décrit, défini et catégorisé les publics trans. Elle interroge la méthode scientifique en passant en revue les études qui ont fait loi malgré les faiblesses des échantillons et des méthodologies, ainsi que des conclusions souvent très subjectives. Par exemple, les travaux de Leslie Lothstein donnent l’évaluation psychologique suivante sur les personnes trans : individus schizoïdes, renfermés, isolés, déprimés, avec des addictions, immatures, narcissiques, égocentriques, manipulateurs, etc. On retrouve ce type de descriptions dans les ouvrages4 de Catherine Millot (Hors-sexe, 1983), Patricia Mercader (L’illusion transsexuelle, 1994) ou encore Colette Chiland, (Changer de sexe, 1997, 2011), dans le contexte français. Côté états-unien, Sandy Stone constate que, malgré des « résultats qui auraient pu être considérés comme marginaux, marqués du sceau d’une méthode douteuse ou d’échantillonnages excessivement limités », de nombreux travaux sur les personnes trans, finirent, « mises en garde comprises, par représenter les transsexuel·le·s dans la littérature médicolégale/psychologique jusqu’à récemment » (Stone, 2015, 25).

3En engageant des études sur les études sur les trans, Stone a démontré l’utilité des études trans avec des prises de paroles situées tout en soulignant la nécessité d’engager des travaux à mener avec rigueur et méthode scientifique. Dans le contexte francophone, en France et au Québec particulièrement, l’émergence des études trans est plus récente et pose la question de leur distinction par rapport aux études sur les trans ou études sur la transidentité, car les conditions de productions et de diffusion des savoirs ne sont pas les mêmes et sont parfois impensées par les auteurs et autrices des études sur la transidentité.

Désobjectiver le sujet et éclairer des inégalités

  • 5 Mauro Cabral, Jo Fabre, Cyn Varela Drugo, Paula del Valle, Mariana Spada, María Laura Alemán.
  • 6 Nous conservons le terme employé par le philosophe argentin car l’usage du lexique lié à la colonis (...)

4La récente création de la Chaire autonome d’études trans (Cátedra Libre de Estudios Trans ; décembre 2018) à l’Université de Buenos Aires en Argentine est un tournant du côté hispanophone. Le communiqué officiel de la création de la Chaire est sans ambiguïté. Le philosophe Blas Radi et l’équipe de coordination5 indiquent que les études trans sont distinctes des études sur les trans et que le champ d’études est interdisciplinaire, socialement engagé et historiquement marqué avec la référence à Sandy Stone (1991). Parmi les objets et justifications des études trans on recense des pratiques de violences épistémiques : disqualifications, objectivisations, divisions du travail intellectuel, suppressions de l’autorité épistémique, instrumentalisations, « extractivismes académiques », lectures erronées et « appropriation coloniale »6. L’une des premières distinctions réside dans la prise de parole après des décennies d’objectivisation académiques et c’est même une caractéristique fondamentale de ce champ d’études émergent (Bettcher et Garry, 2009, 1). Il ne s’agit pas d’effacer les études trans comme champ d’études puissant et dont les références sont privilégiées mais de faire en sorte que, confrontés aux savoirs trans, ces études ne produisent plus des connaissances objectivantes tels des « savoirs sur » mais plutôt des savoirs issus de dialogues et donc des « savoirs avec ». Les personnes trans ont non seulement des savoirs additionnels, expérientiels et encorporés (Radi, 2018) mais aussi des connaissances formelles expertes (Stryker, 2014 ; Stryker et Currah, 2014).

5Cantonné au statut d’objet de savoir, le sujet trans issu des savoirs trans a longtemps été poussé à la marge dans la production des connaissances. Les statuts de « marginaux » et « d’établis » proposés par Jean-Claude Kaufmann (2004) à la suite de Norbert Elias (1991) ou encore des statuts d’insider et d’outsider (Becker, 1985), permettent une mise en perspective d’un autre enjeu des studies : pallier l’iniquité des conditions de production et de diffusion des savoirs. Si nous admettons que les savoirs trans sont « empêtrés dans une image imposée de l’extérieur » (Kaufmann, 2004 : 212) alors il faut envisager que ces savoirs courent le risque de la marginalisation, tout en se voyant opposés à des savoirs « établis » et installés « dans un système de domination » produisant des disqualifications et des effacements. Les savoirs dits marginalisés sont produits par des personnes toutes aussi marginalisées ne disposant pas (ou peu) de solutions et d’appuis. Les universitaires trans peuvent soit rester « petits et humbles » en se faisant discrets dans l’université, soit opter pour une alternative : la reconstitution ou la valorisation des savoirs comme la Chaire de Buenos Aires en donne la mesure. Il s’agit pour nous d’une « option beaucoup plus revigorante », pour paraphraser Jean-Claude Kaufmann. Outre pallier des conditions matérielles et politiques défavorables, la constitution d’études trans francophones aurait une orientation proche de celle du retournement de stigmate d’identités minorées (Goffman, 1975 ; Scott, 1988 ; Plumauzille et Rossigneux-Meheust, 2013). Pour penser les études trans, il faut aussi engager une réflexion sur le standpoint (Haraway, 1988) sachant que l’épistémologie du point de vue, ici « trans » en l’occurrence, exige l’articulation rigoureuse et risquée du double statut des chercheur.e.s trans, c’est-à-dire à la fois insider et outsider, dans la double posture du dedans et du dehors, depuis une localisation souvent précaire.

  • 7 On pense à Susan Stryker, Paisley Currah, Talia Bettcher, Sandy Stone, Anne Henke, Dean Spade, Jaco (...)

6Le sujet est bien politique car il engage les relations de pouvoir qui structurent individus et sociétés jusqu’aux bancs de l’université en éclairant les conditions de la production scientifique et de la diffusion de savoirs, par des universitaires ayant opté pour la visibilité en tant que personne trans7 et/ou non-binaires. Pensé dans le champ des études sur la transidentité, le sujet soulève d’autres enjeux : comment revenir sur les objectivations qui ont eu cours depuis plusieurs décennies et qui parfois ne sont pas reconnues comme telles ? Comment ces études, aguerries ou débutantes, peuvent-elles dialoguer avec les études trans en les considérant comme expertes ?

Expertises, éthiques et résistances

  • 8 Suggested Rules for Non-Transsexuals Writing about Transsexuals, Transsexuality, Transsexualism, or (...)
  • 9 Aultman, 2016 ; Baril, 2017, 2019 ; Bettcher, 2009 ; Bettcher et Garry, 2009 ; Bettcher, 2014 ; Bor (...)

7Dans un texte publié en 1997 sur le site de Sandy Stone, Jacob Hale, professeur à l’Université de Californie à Northridge, émet quinze recommandations8 à l’attention des chercheur.e.s non-trans, c’est-à-dire cisgenres ou cis-genre (Serano, 2007 ; Schilt et Westbrook 2009 ; Aultman, 2014), souhaitant travailler sur les questions trans. Commenter l’ensemble des recommandations exigerait un article spécifique, nous nous intéresserons à celles qui établissent un lien avec les études trans. Jacob Hale écrit dans sa première recommandation : « Appréhendez votre sujet avec humilité : vous n’êtes pas des experts sur les transsexuels, la transsexualité, le transsexualisme ou les trans. Les transsexuels, eux, le sont » (Hale, 1997). En France la question a été posée en 2005, par un écrit du psychologue clinicien Tom Reucher, dans la revue Multitudes (« Quand les trans deviennent experts ») ; son propos repose sur un questionnement « sur le devenir trans de l’expertise » et par conséquent du devenir des savoirs situés trans et de leur reconnaissance. Conscient.e.s qu’il ne suffit pas d’être pour savoir, les personnes trans ont pourtant revendiqué leur droit à l’expertise sur leurs vies car le fait trans, les expériences et conditions de vie ont été à la fois revendiquées et théorisées aussi bien du côté des militances que des universitaires concerné.e.s. Nous nous référerons aux histoires, narrations et analyses trans portées depuis Stone par de nombreux et nombreuses académiques trans9. Les travaux sont très nombreux et ne peuvent être tous référencés présentement sous peine de nous engager dans un inventaire à la Prévert.

8Deux points doivent être soulignés à ce stade : 1) Ces nombreux travaux restent méconnus malgré l’augmentation des recherches sur la transidentité (mémoires et thèses) sans compter les ouvrages et articles. On remarque pourtant que bien peu sont cités et mobilisés dans les travaux et bibliographies francophones sur la transidentité. 2) La notion même d’engagement est théoriquement peu questionnée par des études sur la transidentité, sinon pour mettre les études trans en situation de subalternité. Dans une épistémologie dominante des transidentités le sujet actant est implicitement non-trans. La méconnaissance de l’épistémologie trans, n’est pas sans de graves effets, car les travaux menés par des personnes, souvent qualifiées de « trop concernées », passent pour trop critiques, voire contestataires, de faits militants et par conséquent disqualifiables.

9Revenant sur les résistances de certaines disciplines aux apports des études de genre, Marlène Coulomb-Gully (2014) indique que : « les oppositions » au genre au sein du monde académique perdurent et se traduisent par des « critiques quant à sa légitimité scientifique ». Ce parallèle est éclairant car si les études trans (comme les études féministes parfois encore) sont l’objet d’effacements et récusées en raison de leur dimension critique, on pourrait contester la disqualification par l’appel à une « méthodologie transgenrée » dans la perspective d’une épistémologie trans, interrogeant une épistémologie de la domination et mettant à jour des rapports de pouvoir. La légitimité scientifique ne serait-elle interrogée que dans un sens ?

10Trois points des recommandations de Jacob Hale illustrent ces rapports de pouvoir : la localisation et ses inégalités (point 2), le risque de la reproduction de l’objectivation (point 3) et l’effacement des travaux des études trans (point 4). Avec la localisation, nous en revenons aux questions des pouvoirs et des précarités tandis que l’avertissement concernant la reproduction des discours dominants nous invite à la critique des travaux qui font loi. Quand Hale écrit « ne pas effacer nos voix », il pointe deux choses : 1) le refus de nos références académiques dans nos propres travaux ou que l’on puisse être cité.e.s ; 2) la condition de disposer de références académiques connues des évaluations externes « si nous voulons être pris au sérieux ». Pour donner une perspective au propos : d’un côté, que deviendrait cet article sans les références aux études trans et sachant que nous mobilisons de nombreu.se.s autres auteurs et autrices non-trans des sciences humaines et sociales ? D’un autre côté, que deviendrait-il avec seulement des références aux auteurs et autrices des études sur la transidentité ? Deviendrait-il incompréhensible dans l’un ou l’autre cas ? Autre perspective : si la majorité des références en études trans mobilisées ne sont pas connues des évaluateur.ice.s et du lectorat, cet écrit deviendrait-il inaccessible et par conséquent irrecevable ?

  • 10 Nous reformulons car le commentaire original était peu diplomatique.

11Les exemples personnels et professionnels ne manquent pas : effacements ou oublis de nos noms dans les références à des travaux que nous avons pourtant entrepris et dirigés ; des refus signifiés par un courriel laconique, les commentaires d’évaluation non-motivés qui accompagnent en général les retours ; des évaluations écrites, apparemment dans l’urgence, parsemées de fautes et de formules parfois proches de l’invective ou dénotant un certain agacement. Les évaluations peuvent être elles-mêmes l’objet d’évaluations. Le refus sans appel n’est heureusement pas la règle majoritaire mais les encouragements et les propositions pour « tirer vers le haut », ne compensent pas toujours le sentiment d’avoir été l’objet d’une condescendance, voire d’un franc mépris. Précisons que le travail d’évaluation nous est familier. Nous savons qu’il est exigeant et chronophage, d’autant plus quand il faut se familiariser avec des auteur.e.s, des sujets et terrains, qui nous sont parfois peu connus. Pour autant, comment entendre parfois des propos qui vont au-delà de « l’expertise académique » ? La violence est-elle le corollaire des « injustices épistémiques » (Fricker, 2007) ? Sur le champ des études sur la transidentité, le cercle des évaluateur.ice.s est restreint. De fait, le processus de l’évaluation anonyme par les pair.e.s peut soulever des questions. Comment peut-on apprécier la formule suivante : « l’auteure ne maîtrise pas les questions trans »10, adressée à l’une des auteures de la présente contribution dans un processus d’évaluation passé ?

12S’ajoutant à la méconnaissance, les réappropriations constituent ainsi un autre obstacle que les études intersexes connaissent aussi. Dans l’article « Femmes intersexes : sujet politique extrême du féminisme », Janik Bastien-Charlebois témoigne de l’appropriation de l’intersexuation pour défendre d’autres thèses :

« Si plusieurs des thèses et des analyses développées par des féministes s’avèrent des outils précieux pour les revendications et les luttes des personnes intersexes, ces dernières y apparaissent cependant rarement comme sujets (Holmes 2008a) » (Bastien-Charlebois, 2014 : 238).

13Elle explique que les personnes intersexuées/intersexes sont envisagées « en tant que corps produits et objets sociaux » et que « leur propre parole et leurs nombreuses contributions analytiques demeurent largement absentes des réflexions féministes sur l’intersexualité » (ibid.). De fait, l’auteure souligne que « Les enjeux concrets dans lesquels elles sont plongées de même que les démarches de subjectivation politique, les revendications et les mobilisations dans lesquelles elles sont investies sont toujours méconnus, à quelques exceptions près » (Bastien-Charlebois, 2014 : 238). Bastien-Charlebois met en lumière l’une des principales critiques formulées par des « activistes et spécialistes de la recherche intersexe » en y ajoutant sa voix à partir de sa « perspective située de chercheuse intersexe et féministe » (ibid.). Les études intersexes et les études trans semblent connaître des difficultés similaires sur plusieurs points dont celui de l’objectivisation et des méconnaissances des postures et travaux des concerné.e.s.

14Comme d’autres studies, les études trans francophones sont en friche et peinent à faire valoir une épistémologie reconnue éclairant des inégalités, des effacements et des invisibilisations. Dans son analyse du genre comme catégorie utile d’analyse historique, Joan Scott, écrit : « Les chercheuses féministes ont très tôt signalé que l’étude des femmes n’ajouterait pas seulement de nouveaux thèmes mais qu’elle allait également imposer un réexamen critique des prémices et des critères du travail scientifique existant » (Scott, 1988 : 126).

15Les études trans sont aussi critiques que les études sur le genre car elles questionnent les rapports sociaux de sexe, les rapports de pouvoir et de domination. Elles engagent de nouvelles thématiques situées et un réexamen du travail scientifique existant, comme les études sur la transidentité.

Apports des études trans aux savoirs

  • 11 Postposttranssexual: Key Concepts for a Twenty-First-Century Transgender Studies.

16Dès le premier numéro, la revue Transgender Studies Quaterly (2014) a trouvé une audience internationale. Portée par Susan Stryker (Université de Berkeley) et Paisley Currah (Brooklyn College & Graduate Center CUNY), la revue est le fruit de l’ancrage des transgender studies dans les universités américaines. Le premier numéro, intitulé Postposttranssexual: Key Concepts for a Twenty-First-Century Transgender Studies11, a d’ailleurs été constitué d’articles provenant du monde entier et dans lequel chaque entrée alphabétique vient construire ou renforcer une épistémologie trans. Lexiques et concepts marquent la rupture avec un sujet trans cantonné au statut d’objet de savoir. L’ouvrage propose les concepts clés, venant de nombreuses aires culturelles, pour le développement des études trans partout dans le monde. Avec le néologisme « postposttranssexuel », hommage à Sandy Stone, le premier acte des études trans a été, de notre point de vue, de dépasser « le changement de sexe » comme concept et pratique médicale afin d’étudier « le changement de genre » d’une manière interdisciplinaire et méthodologiquement plurielle. Par ailleurs, constituées et enrichies par les études féministes, les études sur le genre, les études décoloniales, les études postcoloniales, entre autres champs, les études trans semblent en mesure de venir enrichir ces mêmes champs d’études en retour.

Effet des épistémologies féministes : un mode d’emploi vers l’autonomie

17Les questions trans sont désormais l’objet de nombreux travaux et traversent autant de champ d’études, soulevant parfois la question : Quels usages du genre et de l’identité de genre ?

18Un bref détour sur les conditions de l’émergence des Women’s Studies aux États-Unis éclaire davantage l’idée des effets d’une autonomisation. Elles s’établissent notamment à l’Université du Maryland en 1972 et la contextualisation sociohistorique ne peut faire l’impasse sur l’histoire de l’accès des femmes américaines à l’enseignement supérieur et de celle de la « seconde vague » du féminisme. Ces études se fondent aussi dans un contexte où l’interdisciplinarité défait des cloisonnements disciplinaires et où des populations socialement marginalisées – dont les femmes dans l’enseignement supérieur – sont de plus en plus visibles et lisibles. Nées du mouvement des femmes des années 1970, les Women’s Studies avaient pour objectif de prolonger la critique de la place faite aux femmes dans la société par la critique des discours légitimant leur exclusion » (Elmaleh, 2003). Marilyn Boxer explique qu’avec la combinaison des « argumentations féministes avec une recherche académique fondée sur les expériences des femmes (…), les pionnières créèrent, bien au-delà de leurs premiers rêves, (…) un nouveau champ du savoir » (2005, 5). Le projet des Women’s Studies fut bien d’ouvrir « un champ d’études qui soit à la fois consacré aux femmes et animé par elles » (Berger, 2008, 84). L’histoire de mouvements trans est aussi faite de soumissions librement consenties comme de luttes contre la psychiatrisation et la pathologisation, mais aussi de contestations du patriarcat et des violences de genre. Les visibilités et lisibilités ont été progressives dans la société et dans l’université en particulier avec la volonté d’ouvrir un nouveau champ de savoir articulant argumentaires trans et des recherches académiques fondées sur les expériences de vie trans. L’un des premiers intérêts de ce champ d’études serait d’éclairer le genre depuis un point de vue trans : 1) Désormais on ne peut prétendre faire valoir des études sur la transidentité seulement du point de vue des rapports sociaux de sexe hommes-femmes. 2) Les savoirs situés trans offrent des perspectives d’études inédites sur le genre, la santé, le corps, la sexualité, la binarité et non-binarité, etc.

19Si nous sortons du cadre binaire et intégrons les possibles apports des savoirs situés trans, pourrions-nous envisager d’autres perspectives ? Les personnes trans doivent se référer aux relations hommes-femmes et des corps masculins et féminins pour s’expliquer, se raconter, se faire accepter, etc. Mais renversons un instant le prisme. Imaginons que les savoirs trans éclairent le genre comme proposé précédemment. Que deviennent alors les analyses depuis cette position tierce par exemple ? Comment penser le système sexe-genre avec la transidentité ? Doit-on renoncer à le penser comme « trivial » (Mathieu, 1973, 108) et accepter l’idée que les différences dans l’ordre social s’expliquent par les différences biologiques ? Mathieu (1973, 1985, 1991), Guillaumin ([1992] 2016) et Rubin (1998), entre autres, ont pensé le système sexe-genre en rendant compte du caractère relationnel et construit de la différence et d’éviter ainsi tout essentialisme. Les rapports sociaux reposent sur un rapport hiérarchique entre les « classes » de sexe (Guillaumin, 1992 ; Bornstein, 1994). Où placer les personnes trans ? Dans les classes de sexes préexistantes ou bien comme nouvelle donnée (à la fois biologique/naturelle et culturelle/construite) au sein du rapport hiérarchique, débinarisant peut-être la société à son insu ? Suivant la pensée de Rubin concernant la transformation de la sexualité en produit de l’activité humaine, comment penser la « trans sexualité » ou la sexualité des personnes trans ? Durant des décennies, devant des psychiatres et bon gré mal gré, des personnes trans ont dû souvent garantir une asexualité avant l’opération d’une part et une inscription dans l’hétérosexualité après l’opération d’autre part. Les gages à donner à la normalité sont nombreux dès lors que l’on inventorie à la lumière des politiques psychiatriques envers la transitude. La sexualité est l’un des plus importants. Désormais, accompagnées d’une libération croissante de la parole et d’émancipations diverses, les propositions d’identités, de corps et de sexualités vécus, interrogent les notions d’hétérosexualité et d’homosexualité. Ces catégories pourraient-elles voler en éclat ? Si l’on en reste seulement aux schèmes du masculin et du féminin, des déterminismes biologiques, de la sexuation, ces « autres » sont appréhendés de façons limitées : des singularités, des déviants ou des parias bousculant les repères du féminin et du masculin, le monde des hommes et des femmes, les rapports sociaux, les sexualités, les hiérarchies, etc. En rester-là, reviendrait à ignorer que les études trans interrogent aussi le sexisme oppositionnel, les rapports de classes de sexe, les conditions de leur acceptation, car les expériences de vie trans mettent à mal l’ordre binaire en contredisant l’idée encore très installée qu’elles renforceraient au contraire l’ordre et les normes de genre. Un tel programme de recherche se propose lui aussi de penser le genre sous de nouvelles approches.

Effet des épistémologies trans : rupture et/ou continuité ?

20Plus largement, le genre est généralement compris comme synonyme de rapports sociaux de sexe. Dès lors, les usages de ce concept dans les sciences humaines et sociales passeront de Stoller aux féminismes, des disciplines psy et de la sexologie à la sociologie et l’anthropologie, notamment féministes. Cet usage permet de se dégager de la gangue psychiatrisante mais non de ce qui sous-tend les deux questions : l’assignation traditionnelle enjoignant une soudure métaphysique sexe-genre (ou cisgenre). Celle-ci apparaît en 1800 avec l’administration des états civils, se généralise au cours du XIXe et se stabilise au XXe. Cette forme d’assignation inédite s’est autonomisée du lien social, ne retenant que les termes – sexe et genre – que le XXe objectivise. Une conséquence décisive apparaît dans ce contexte : l’état civil conditionne l’assignation - d’un genre selon le sexe -, le façonnage dans un genre unique, fixe et centré sur le sexe. Sa prégnance est telle qu’elle est supérieure aux devenirs des individus qui entérinent une conformation à un système sexe-genre qui pense d’abord natalité, surtout après la première et seconde guerre mondiale, et ressources humaines nécessaires aux industries. On voit là, en résumé, la fabrique et production du sexe et ses rapports.

21On peut considérer que la « psychopathologie transsexuelle » est un avatar tardif du patriarcat, mais l’on omet ce qui depuis le XIXe le précède et le prépare : outre l’invention politique des minorités, la pathologisation des identifications et identités de genre trans sur le modèle de l’homosexualité comme état, puis comme identité.

22Dans ce contexte, le système sexe-genre, n’a pas besoin d’être décrit et cela est problématique. L’identité que nous nommons cisgenre en distinction des identités de genre trans appelle des questionnements sur le système-genre patriarcal. En effet, la théorisation du fait trans, mené majoritairement par les disciplines psy, s’appuyait sur une surfocalisation des identités trans sans rien dire – ou si peu – des identités cisgenres. Ce faisant, la naturalisation et l’essentialisation sortaient du champ analysé, tandis que la surfocalisation sur les identités trans y apparaissait intensément sous la forme d’une transgression majeure. Longtemps confinée à une psychopathologie, on excluait qu’elle soit d’ordre ontologique, c’est-à-dire relative à l’être. Cette problématique, de nature sociopolitique autant que théorique, s’appuyait sur une évidence jusque-là incontestée : la réalité des hommes et des femmes, attestée dans et par l’Histoire, tandis que la description du fait trans le donnait comme un sujet-objet typique du XXe occidental, en rupture avec la réalité ontologique binaire.

23Les études trans sont aptes à problématiser cet impensé, car en l’état, l’existence des hommes et des femmes, distinguée de celles des personnes trans, a recours à des raccourcis tels que l’appel à la « nuit des temps » et un universalisme autolégitimant, ajoutant ainsi une dimension anhistorique au naturalisme. Par ailleurs, l’usage du concept d’identité de genre de Stoller (1968), est résolument nouveau dans la décennie 1970. Il comporte deux dimensions qui nous intéressent : 1) Il nomme la période du développement de l’enfant, de sa naissance à sa puberté. 2) Il historicise ce développement, contrant la dimension anhistorique de la thèse de la différence des sexes. Ce concept venait à l’encontre de l’usage de l’identité sexuelle et surtout de la typologie binaire du lien social, limité à « deux sexes » et ses identités. Le sexe, loin d’être cet opérateur biologique stable, est d’abord un donné sociétal variant d’une société et son ontologie d’une part, modelant le lien social au cours des époques d’autre part. Mais si Stoller donnait une première visibilité du fait trans en pointant le développement et l’identification, il la pathologisait, lui retirant ainsi ce statut de sujet pour un statut autre.

  • 12 Avec cette idée, C. Delphy ne semble pas cependant inclure les personnes trans.

24L’une des idées majeures de l’ouvrage Classer, dominer : Qui sont les « autres » ? de Christine Delphy (2007) est que celui qui est défini comme autre est dominé. En dépit des positionnements personnels de l’auteure sur son blog, cela vaut aussi pour les personnes trans. Jusqu’à présent, les personnes, expériences, idées et notions trans ont été « retranchées » sous la forme des mises à l’écart de tous ordres et de diverses catégorisations : singularités, marginalités, cantonnements au médical et au juridique, psychiatrisations et pathologisations, etc. Cela a été rendu possible avec la déshistorisation et l’effacement des histoires de vie trans, ou leur psychiatrisation au cas par cas au cours du XXe siècle. Qui d’autre que les personnes trans ont envisagé leur inclusion comme des personnes actives au sein des rapports sociaux de sexe-genre (et à les contester) et dans de la culture en tant que sujet de savoirs ? Les études trans montrent que les personnes trans ont, comme les femmes, « les moyens intellectuels d’analyser leur situation » (Delphy, 2007, 35)12 et leurs moyens de lutte contre le patriarcat.

Étudier les contextes

25Les trans studies ont désormais pour objet les contextes de production de savoirs élargis au monde entier. L’usage généralisé de l’expression « identité de genre », en particulier, pose des problèmes de définition.

26Quand les études trans abordent, décrivent et analysent les identités, socialités et expériences de vie trans, la retranscription cisgenre montre qu’elle les lit au travers de l’idée d’une identité sexuelle, réifiant la différence des sexes comme un donné universel et intangible. Par ailleurs, cette réinterprétation fait de la loi symbolique une régulation universelle. Là encore, l’ethno-anthropologie (Descola 2005, Ingold 2013) et l’ethnopsychologie (Sironi, 2011) montrent que cette loi est occidentale et récente, procédant de l’invention de la nature et de la culture. Le problème du naturalisme confronté au constructivisme, en sus d’être récent, est donc au cœur des questions trans. En épousant la structure binaire de société, il était assez logique que la transition, du moins dans sa forme linéaire où l’on passe d’un sexe à l’autre, apparaisse comme un copier-coller vu de l’extérieur. Or, il ne l’a jamais été. Les identités trans non binaires, agenre et genderfluid, au sein même des transitions, ont toujours existé. Ce sont ces formes d’identités et de socialités non prises en compte, qu’il faut désormais prendre en considération. Cela sera difficilement réalisable sans une autonomie sociopolitique et théorique. L’épistémologie trans consiste à réexaminer le contexte des productions les impliquant et d’étudier les effets sur les savoirs, les pratiques sociales, médicales, politiques et juridiques.

Les études trans comme force de reconstruction

27Revenir sur le titre du premier numéro de la revue TSQ (2014) de Paisley Currah et Susan Stryker, c’est aussi rappeler que le terme postposttranssexual est un hommage adressé à Sandy Stone et son texte fondateur des études trans (Stryker & Currah, 2014, 3). Historiquement et théoriquement le champ d’études est marqué. La distinction entre études trans et études sur la transidentité est fondamentale. Les débats sur cette distinction ont parfois pris la forme de violences sur les réseaux sociaux, de raccourcis infondés dans les coulisses de séminaires ou colloques universitaires ou encore de disqualifications pour « luttes de personnes » ou « d’école de pensée », occultant ainsi l’important débat sur les rapports de pouvoir et de domination.

28Cette contribution a apporté des éclairages qui démontrent que les deux champs d’études n’ont pas le même objet, que les points de vue ne bénéficient pas des mêmes conditions de production de diffusion des savoirs, car ils sont matériellement situés (Harding, 1986 ; Haraway, 1988). Dans notre perspective, le fait de produire en marge de l’université sans réseau établi et soutenant, ou encore le fait de voir disqualifiés nos moyens intellectuels d’analyser nos situations, ne constituent pas des données anodines par rapport aux situations inverses.

29Les intitulés d’études trans et de trans studies sont ainsi issus des savoirs situés trans. Qualifier d’études trans ou de trans studies des travaux qui relèvent des études sur la transidentité est problématique, car non seulement l’usage est éthiquement questionnable et il introduit aussi un nouveau rapport de pouvoir en défaveur des acteurs et actrices des études trans, le plus souvent précarisé.e.s. Cependant, les deux champs d’études peuvent dialoguer et s’alimenter l’un l’autre, à condition que les études trans ne soient pas mises en situation de subalternité. La force des études sur la transidentité pourrait résider dans leur capacité à s’interroger comme champ d’études, à engager une critique des pratiques et des théories, voire à s’interroger sur le « devenir cisgenre » (Molinier, 2019) de chercheurs et chercheuses non-trans travaillant sur les questions trans et sans faire l’impasse d’une réflexion intime et/ou théorique des effets identitaires ressentis dans le travail de terrain notamment.

  • 13 Dans cette partie, nous nous appuyons sur la traduction de Kira Ribeiro, publiée dans la revue Comm (...)

30Si les études sur la transidentité tendent à mieux considérer le vécu des personnes et de leur histoire, elles ne peuvent pourtant prétendre « “Faire” l’histoire, qu’elle soit autobiographique, universitaire ou clinique » et qui en partie a été « une lutte pour inscrire un récit dans une sorte d’inévitabilité naturelle » (Stone, [1991] 2015)13. Les corps trans ont par exemple donné lieu à bien des travaux, ignorant qu’ils en faisaient « des écrans » sur lesquels « nous » pouvions y voir projetés « les croyances et les pratiques au sein des communautés médicales et universitaires » (ibid.).

  • 14 Nous nous appuyons non seulement sur nos expériences personnelles mais aussi sur les échanges de ce (...)
  • 15 L’expression n’est pas de notre fait mais nous a été rapportée par des chercheuses féministes décon (...)

31En 1991, Sandy Stone écrit que les seules personnes qui n’ont pas eu de voix dans les théorisations, sont les personnes concernées et « de la même façon que les hommes ont produit de la théorie sur les femmes depuis la nuit des temps » (p. 35). Stone implique aussi « les théoricien.ne.s du genre » qui ont vu les personnes trans comme « des personnes dont l’agentivité faisait défaut » (ibid.). Les études trans francophones, françaises particulièrement, peinent à se défaire de cette propension à la tutelle avec une ambivalence qu’il faut bien tenter de traduire : d’un côté, la thématique trans est parfois considérée avec peu de respect, souvent qualifiée d’exotique et de marginale quand elle est portée par des concerné.e.s14, mais de l’autre côté, elle est un marché à prendre15 pour les non-concerné.e.s. Nous avons peut-être dépassé le constat de Stone sur les processus d’infantilisation, des mises en avant de déficits présumés (illogisme et irresponsabilité) permettant aux personnes trans d’atteindre « une vraie subjectivité » (ibid.). Le champ d’études sur la transidentité est-il devenu un marché concurrentiel où les OPAs (offres publiques d’achats) visent le monopole au-delà même dudit champ d’exercice ? Comment expliquer tant de différences accordées aux études trans entre la France et les États-Unis, et désormais avec le Canada ?

  • 16 Lire sa proposition de genre* « non pas comme une classe ou une problématique "troisième genre" » m (...)
  • 17 Cité par Thamy Ayouch (2016) : « Le domaine où se constitue la relation à soi est pour une large pa (...)

32À la suite de Stone, de Stryker, de Currah, de Cabral, de Radi, de Baril ou encore de Missé, parmi bien d’autres, nous souhaitons rompre le silence et transformer « la violence textuelle » inscrite dans les corps, les expériences de vie et savoirs trans en une « une force reconstructive » (Stone, [1991] 2015, 36). Avec les trans studies, nous pouvons associer « variétés de genre performatifs » et « corps culturellement perçu comme genré » tout en prenant la mesure des « dissonances inédites et imprévisibles » comme un corps historicisé et métissé, comme des mélanges et hybridations volontaires et involontaires. L’ouverture proposée n’est pas des moindres car les études trans participent à l’enrichissement des discours sur le genre et non à la reproduction des inégalités. Pour reprendre à notre compte la pensée de Stone, l’ensemble des textes incarnés ou encorporés, les récits de vie, narrations et études militantes et universitaires peuvent être considérés comme l’ensemble des corps, identités, sexualités et savoirs trans créant des dissonances culturelles avec un fort potentiel de perturbation. En étudiant le contexte de la société de contrôle à la société disciplinaire, Michel Foucault reliait la sexualité au souci de soi, mais il l’effectuait à partir du prédicat de l’expérience sexuelle, non de l’identification de genre. Les études trans peuvent opérer un changement paradigmatique d’ensemble, affectant la manière de voir les identifications de genre et de genre*16 (Stone, 1991). En paraphrasant en partie Foucault (1983)17, nous pouvons écrire : le domaine où se constitue la relation à soi est pour une large part l’expérience genrée en confrontation avec la nature normative du lien sexe-genre, l’antécédence supposée du sexe et la naturalité de l’expérience sexuelle. Nous croyons qu’il est presque impossible de dissocier le problème de la constitution du soi, la dimension genrée et celui de l’histoire des liens nature-culture, sexe-genre.

33Cette dissociation presque impossible à entrevoir et à appréhender est aussi l’un des enjeux des études trans. Tout comme « les théories féministes postcoloniales et décoloniales ont, d’une part, racialisé la théorie féministe (blanche), et, d’autre part, intégré les préoccupations féministes dans les conceptualisations du colonialisme et du postcolonialisme » (Kian, 2010, 8), les théories issues des études trans proposent de transgenrer les théories sur le genre, les inégalités, les discriminations et les représentations, sous la forme d’un enrichissement de la pensée.

34Pour aller plus loin, nous souhaitons intégrer les enjeux et questions trans dans les conceptualisations des rapports sociaux de sexe, que l’on ne peut plus aborder uniquement sur la base de deux classes de genre mais sur des possibles au-delà de deux.

35Non sans avoir une pensée solidaire envers les « subalternes » passé.e.s et présent.e.s, nous affirmons avoir conscience de nos situations et avoir les moyens de les penser, car si nous avons peu de pouvoirs, nous avons en revanche beaucoup d’ambitions.

Haut de page

Bibliographie

AULTMAN, B. Lee, « Cisgender », Transgender Studies Quarterly, vol. 1, n° 1-2, 2014, p. 61-62.

AULTMAN, B. Lee, « The Epistemology of Transgender, Political Resistance: Embodied Experience and the Practices of Everyday Life », PhD Thesis Proposal (thèse de doctorat en cours, dirigée par CURRAH Paisley), New York: CUNY, 2016.

AYOUCH Thamy, « De l’herméneutique au stratégique : sexuations, sexualités, normes et psychanalyse », in BOEHRINGER Sandra et LORENZINI Daniele (dir.), Foucault, l’Antiquité, la sexualité, Paris, Éditions Kimé, 2016, p. 167-186.

BARIL Alexandre, « Comment penser la futurité de l’acte suicidaire ? Tournant antisocial, tournant affectif et queerisation du suicide », Colloque (Non)Futurité(s) queer(s). De la thèse de l’antisocialité aux perspectives utopistes dans la théorie queer, 84e Congrès de l’Acfas, Université du Québec à Montréal, 11 mai 2016.

BARIL Alexandre, « Trouble dans l’identité de genre : le transféminisme et la subversion de l’identité cisgenre : une analyse de la sous-représentation des personnes trans* professeur-es dans les universités canadiennes », Philosophiques, vol. 44, n° 2, 2017, p. 285-317.

BARIL Alexandre, « Temporalité trans : identité de genre, temps transitoire et éthique médiatique », Enfances Familles Générations, [En ligne], n° 27, 2017. Url : http://journals.openedition.org/efg/1359 (Consulté le 20 juin 2018).

BASTIEN-CHARLEBOIS Janik, « Femmes intersexes : sujet politique extrême du féminisme », Recherches féministes, vol. 1, n° 27, 2014, p. 237-255.

BECKER Howard Saul, Outsiders Études de sociologie de la déviance, (trad. BRIAND Jean-Pierre et CHAPOULIE Jean-Michel), Paris, A.-M Métailié, 1985 (1963).

BELLACASA María Puig de la, Les savoirs situés de Sandra Harding et Donna Haraway, Paris, L’Harmattan, 2014.

BERGER Anne, « Petite histoire paradoxale des études de genre en France », Le Français aujourd’hui, spécial « Genre, Sexisme, Féminisme », n° 163, 2008, p. 82-91.

BETTCHER Talia Mae et GARRY Ann, « Introduction », Hypatia, « Transgender Studies and Feminism: Theory, Politics, and Gendered Realities », vol. 24, n° 3, 2009, p. 1-10.

BETTCHER Talia Mae, « Feminist Perspectives on trans* Issues », Stanford Encyclopedia of Philosophy, [En ligne], 2009. Url : https://plato.stanford.edu/entries/feminism-trans/ (Consulté le 20 mai 2019).

BETTCHER Talia Mae, « Trapped in the Wrong Theory: Rethinking trans* Oppression and Resistance », Signs, vol. 39, n° 2, 2014, p. 43-65.

BETTCHER Talia Mae, « Trans identities and first-person authority », in SHRAGE Laurie (dir.), You've changed: Sex reassignment and personal identity, Oxford, Oxford University Press, 2009, p. 98-120.

BORNSTEIN Kate, Gender Outlaw: On Men, Women, and the Rest of Us, New York: Routledge, 1994.

BORNSTEIN Kate, Hello, monde cruel ; 101 alternatives au suicide, (trad. ROBINET Jayrôme C.), Vauvert, Au Diable Vauvert, 2018 (2006).

BOXER Marilyn, « “Women’s Studies” aux États-Unis : trente ans de succès et de contestation », Clio. Histoire« femmes et sociétés, n° 13, 2001, p. 211-238.

CABRAL, M., « La Paradoja Transgénero », Boletín Electrónico del Proyecto Sexualidades, Salud y Derechos Humanos en América Latina, Ciudadanía Sexual.org, [En ligne], n° 18, 2006. Url d’origine : http://www.ciudadaniasexual.org/boletin/b18/articulos.htm - 4 Url d’archive : https://fr.slideshare.net/Laradicalbi/trans-la-paradoja-transgnero (Consulté le 12 décembre 2016).

COULOMB-GULLY Marlène, « Inoculer le Genre », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], n° 4, 2014. Url : http://journals.openedition.org/rfsic/837 (Consulté le 10 juillet 2019) DOI : 10.4000/rfsic.837

CURRAH Paisley et Stryker Susan (dir.), « Postposttranssexual: Key Concepts for a Twenty-First-Century Transgender Studies », Transgender Studies Quaterly, vol. 1, n° 1-2, 2014.

CURRAH Paisley, « Transgender Rights Without a Theory of Gender? », Tulsa Law Review, n° 52, 2017, p. 441-451.

CURRAH Paisley, JUANG Richard M. et MINTER Shannon Price (dir.), Transgender rights, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2006.

ÉLIAS Norbert, La société des individus, Paris, Fayard, 1991.

ELMALEH Éliane, « Les Women’s Studies aux États‑Unis », Transatlantica [En ligne], n° 1, 2003, http://journals.openedition.org/transatlantica/541 (Consulté le 16 mai 2019).

DELPHY Christine, Classer, dominer. Qui sont les « autres » ?, Paris, Éditions La Fabrique, 2007.

DESCOLA Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.

ESPINEIRA Karine, « Les corps trans : disciplinés, militants, esthétiques, subversifs », Revue des Sciences Sociales, n° 59, 2018, p. 84-97, DOI : 10.4000/revss.701

ESPINEIRA Karine, « Pour une épistémologie trans et féministe : Un exemple de production de savoirs situés », Comment S’en Sortir ?, [En ligne], n° 2, 2015, p. 42-58. Url : https://commentsensortir.files.wordpress.com/2015/12/css-2_2015_espineira_epistemologie-trans-et-feministe.pdf

ESPINEIRA Karine, Transidentités Ordre & panique de Genre. Le réel et ses interprétations. Paris, L’Harmattan, 2015, coll. « Logiques sociales, série Sociologie du genre ».

ESPINEIRA Karine, Médiacultures : La transidentité en télévision. Une recherche menée sur un corpus à l’INA (1946-2010), Paris, L’Harmattan, 2015, coll. « Logiques sociales, série Sociologie du genre ».

ESPINEIRA Karine, « Transidentité : de la théorie à la politique. Une métamorphose culturelle entre pragmatisme et transcendance », L’Information Psychiatrique, vol. 87, n° 4, 2011, p. 279-282.

FERNÁNDEZ Sandra et ARANETA Aitzole, « Genealogías trans(feministas) », in SOLÁ Miriam et URKO Elena (dir.), Transfeminismos: epistemes, fricciones y flujos, Tafalla, Txalaparta, 2013, p. 45-58.

FRICKER Miranda, Epistemic Injustice. Power & The Ethics of Knowing, Oxford, Oxford University Press, 2007.

GOFFMAN Erwin, Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, Les éditions de Minuit, 1975 (1963).

GUILLAUMIN Colette, Sexe, race et pratique du pouvoir : l’idée de nature, Paris, iXe, 2016, (1992).  

HALE Jacob, « Suggested Rules for Non-Transsexuals Writing about Transsexuals, Transsexuality, Transsexualism, or Trans », [En ligne], 1997. Url : http://sandystone.com/hale.rules.html (Consulté le 10 mars 2016).

HARAWAY Donna, « La question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle », [En ligne], Université du Québec à Montréal, 2014. Url : http://politique.uqam.ca/upload/files/maistrise/notes_de_cours/Pol-8111-10_SavoirsSitues2.pdf (Consulté le 5 janvier 2016).

HARAWAY Donna, « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partiale », in HARAWAY Donna, Des signes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature (trad. BONIS Oristelle), Paris-Arles, Jacqueline Chambon et Actes Sud, 2009 (1988), p. 267-355.

HARAWAY Donna, Manifeste cyborg et autres essais, Sciences – Fictions – Féminismes, Anthologie par ALLARD Laurence, GARDEY Delphine, MAGNAN Nathalie, Paris, Exils Éditeur, 2007.

HARAWAY Donna, « Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspectives », Feminist Studies, vol. 3, n° 14, 1988, p. 575-599.

HARDING Sandra (dir.), The Feminist Standpoint Theory Reader: Intellectual and Political Controversies, New York, Routledge, 2003.

HARDING Sandra, Whose Science? Whose Knowledge?, Thinking from Women's Lives. London, Cornell University Press, 1991.

HARDING Sandra, The science Question in Feminism, Ithaca et Londres. Cornell University Press, 1986.

INGOLD Tim, Marcher avec les dragons, (trad. MADELIN Pierre), Paris, Zones Sensibles, 2013.

KAAS Hailey, « Birth of Transfeminism in Brazil: Between Alliances and Backlashes », TSQ, vol. 3, n° 1-2, 2016, p. 146-149.

KAUFMANN Jean-Claude, L’invention de soi. Une théorie de l’identité, Paris, Armand Colin, 2004.

KIAN Azadeh, « Introduction : genre et perspectives post/dé-coloniales », Les cahiers du CEDREF, n° 17, 2010, p. 7-17.

KOYAMA Emi, « The transfeminist manifesto », Catching a wave: Reclaiming feminism for the 21st century, DICKER Rory and PIEPMEIER Alison, (dir.), Boston, Northeastern University Press, 2003 (2001), p. 244-259.

KUNZEL Regina, « The Flourishing of Transgender Studies », Transgender Studies Quarterly, vol. 1, n° 1-2, 2014, p. 285-297.

LAQUEUR Thomas, La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Gallimard, 1992.

MATHIEU Nicole-Claude, « Homme-culture et femme-nature ? », L’Homme, XIII, 3, 1973, p. l01-113.

MATHIEU Nicole-Claude, L’anatomie politique, Catégorisations et idéologies du sexe, éditions côté-femmes, Paris, 1991.

MATHIEU Nicole-Claude (ed.), L’arraisonnement des femmes. Essais en anthropologie des sexes, n° 24, coll. « Cahiers de l’Homme », Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences sociales, Paris, 1985.

MISSÉ Miguel et Coll-Planas Gerard, El género desordenado: Críticas en torno a la patologización de la transexualidad, Barcelone, Madrid, Edición ciudad, Edición país, 2010.

MOLINIER Pascale, « Devenir Cis », Communication présentée au colloque international Transidentités d’aujourd’hui : enjeux cliniques et épistémologiques, Université Paris Diderot, France, avril 2019.

NAMASTE Viviane K., Invisible Lives: The Erasure of Transsexual and Transgendered People, Chicago, The University of Chicago Press, 2000.

NAMASTE Viviane K., Sex Change, Social Change. Reflections on Identity, Institutions, and Imperialism, Toronto, Women's Press, 2005.

NAMASTE Viviane K., « UndoingTheory: The 'Transgender Question' and the Epistemic Violence of Anglo-American Feminist Theory », Hypathia, vol. 24, n° 3, 2009, p. 11-32.

PLUMAUZILLE Clyde et ROSSIGNEUX-MEHEUST Mathilde, « Le stigmate ou “La différence comme catégorie utile d’analyse historique” ». Hypothèses, 2013, p. 221-224.

GALOFRE Pol et MISSÉ Miquel (dir.), Políticas Trans. Una antología desde los estudios trans norteamericanos, Barcelone, Egales, 2015.

RADI Blas, « Políticas del conocimiento: hacia una epistemología trans* », in LOPEZ Mariano, (dir.) Los mil pequeños sexos. Intervencionescríticas sobre políticas de género y sexualidades, Sáenz Peña (Argentine), Eduntref, 2019, p. 28- 42.

RADI Blas et PÉREZ Moira, « Privilege », in BROCKENBROUGH Jennifer Ingrey, WAYNE Martino et NELSON Rodriguez (dir.), Queer Studies and Education: Critical Concepts for the Twenty-First Century, New York, Palgrave Macmillan, 2016, p. 2019-228.

RAYMOND Janice, L’Empire transsexuel, Paris, Le Seuil, 1981 (1979).

REUCHER Tom, « Quand les trans deviennent experts. Le devenir trans de l’expertise », Multitudes, vol. 1, n° 20, 2005, p. 159-164.

RUBIN Gayle, « L’économie politique du sexe : transactions sur les femmes et systèmes de sexe/genre », Les cahiers du CEDREF, n° 7, 1998, p. 3-81.

SCHILT Kristen et WESTBROOK Laurel, « Doing Gender, Determining Gender: Transgender People, Gender Panics, and the Maintenance of the Sex/Gender/Sexuality System », Gender & Society, 2013, p. 32-57.

SCHULMAN Sarah, La gentrification des esprits, Paris, Éditions B42, 2018.

SCOTT Joan W., « Genre. Une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du GRIF, vol. 1, n° 37, 1988 (1986), p. 125-153 

SCOTT Joan W., « Le genre : une catégorie d’analyse toujours utile ? », Diogène, vol. 1, n° /225, 2009, p. 5-14.

SERANO Julia, Whipping Girl: A Transsexual Woman on Sexism and the Scapegoating of Femininity. New York, Seal Press, 2007.

SILVA Joseli Maria et ORNAT Marcio Jose, « Transfeminism and Decolonial Thought. The Contribution of Brazilian Travestis », Transgender Studies Quaterly, vol. 3, n° 1-2, 2016, p. 220-227.

SIRONI Françoise, Psychologie(s) des transsexuels et des transgenres, Paris, éditions Odile Jacob, 2010.

STONE Sandy, « The Empire Strikes Back: A Posttranssexual Manifesto », in STRAUB Kristina, EPSTEIN Julia (dir.), Body Guards: The Cultural Politics of Sexual Ambiguity. New York, Routledge, 1991, p. 280-304.

STONE Sandy, « L’Empire contre-attaque : un manifeste posttranssexuel », (trad. RIBEIRO Kira, Comment S’en Sortir ?, [En ligne], n° 2, 2015, p. 23-41. Url : https://commentsensortir.files.wordpress.com/2015/12/css-2_2015_stone_l-empire-contre-attaque.pdf (Consulté le 20 décembre 2015).

STRYKER Susan, Transgender History: The Roots of Today's Revolution, New York, Seal Press, 2e édition, 2017 (2008).

STRYKER Susan et PAISLEY Currah (dir.), « Postposttranssexual: Key Concepts for a 21st Century Transgender Studies », TSQ: Transgender Studies Quarterly, Durham, Duke University Press Books, 2014.

STRYKER Susan, « Transgender Studies Today: An Interview with Susan Stryker », b20, [En ligne], 2014. Url : https:/www.boundary2.org/2014/08/transgender-studies-today-an-interview-with-susan-stryker/ (Consulté le 8 juillet 2019).

STRYKER Susan et AIZURA Aren (dir.), The Transgender Studies Reader 2, New York, Routledge, 2013.

STRYKER Susan et WHITTLE Stephen, The Transgender Studies Reader, New York, Routledge, 2006.

THOMAS Maud-Yeuse et ESPINEIRA Karine, « Transidentités : se donner un corps. Corps trans, corps transformés », in DELORY-MOMBERGER Christine (dir.), Éprouver le corps. Corps appris Corps apprenant, Paris, Éditions Érès, 2016, p. 149-161.

THOMAS Maud-Yeuse, « Pour un cadre générique du transsexualisme », L’Information Psychiatrique, vol. 87, n° 4, 2011, p. 301-304.

THOMAS Maud-Yeuse, « De la question trans aux savoirs trans, un itinéraire », in DELORY-MOMBERGER Christine (dir.), « Écouter la souffrance, entendre la violence », Le Sujet dans la cité, n° 1, Téraèdre, 2010, p. 120-129.

THOMAS Maud-Yeuse, « La Controverse trans », Mouvements,‎ [En ligne], 2007. Url : http://mouvements.info/la-controverse-trans/ (Consulté le 25 octobre 2016)

THOMAS Maud-Yeuse et ESPINEIRA Karine, « Deux lesbotrans se posent des Q », in BOURCIER Sam/M.H., Q comme Queer, Lille, GayKitschCamp, p. 100-104.

Haut de page

Notes

1 La rédaction de cet article a débuté en 2015 et a connu autant d’échecs que de réécritures avant sa publication en 2019. Il rend compte de l’évolution de notre réflexion épistémologique. Les références aux études trans sont volontairement très nombreuses. L’un des objectifs a résidé dans la monstration de la richesse des études trans que nous retrouvons très rarement dans les travaux que nous lisons et que nous évaluons parfois. Nous avons trop entendu dire, à tort, qu’il n’y avait pas ou peu de travaux trans.

2 Nous insistons sur l’idée que l’on ne doit pas qualifier l’ensemble des féministes radicales comme étant hostiles aux personnes et questions trans.

3 Avec le préfixe trans nous pensons aux publics trans dans une perspective inclusive : transitude, transidentité, transgenre, etc. Les diverses définitions et catégorisations, dont celles formulées par la médecine légale, ne s’appliquent pas à l’ensemble des contre-publics trans et aux politiques trans, c’est-à-dire à la façon dont les personnes et les collectifs trans visibles existent et s’expriment dans les espaces publics et médiatiques.

4 Il ne s’agit pas dans cette énumération de malmener gratuitement les auteures, mais bien de définir la place qu’ont tenu des études sur les trans, sans les apports des savoirs trans, qu’ils soient expérientiels, encorporés et/ou universitaires. Au moins deux de ces autrices mobiliseraient peut-être d’autres approche aujourd’hui.

5 Mauro Cabral, Jo Fabre, Cyn Varela Drugo, Paula del Valle, Mariana Spada, María Laura Alemán.

6 Nous conservons le terme employé par le philosophe argentin car l’usage du lexique lié à la colonisation n’a pas la même valeur qu’en France par exemple. Cet usage n’est pas un effacement de la spécificité de la domination car l’approche est ici postcoloniale et décoloniale. Pour éviter toute confusion, nous ferons usage de la notion de gentrification des esprits de Sarah Schulman, pour décrire les processus de domination exercés sur les personnes et savoirs trans.

7 On pense à Susan Stryker, Paisley Currah, Talia Bettcher, Sandy Stone, Anne Henke, Dean Spade, Jacob Hale, Bobby Noble, Jack Halberstam, Lane Fenrich, Julie Greenberg, Sel Hwahng, Verena Kuni, Viviane Namaste, Trish Salah, Helen Leung, Alexandre Baril, Maxime Faddoul, Clark Pignedoli, Joël Xavier, Tey Meadow, Victoria Muñoz, Sam Bourcier, Paul B. Preciado et nous-mêmes, parmi des centaines de noms possibles.

8 Suggested Rules for Non-Transsexuals Writing about Transsexuals, Transsexuality, Transsexualism, or Trans.

9 Aultman, 2016 ; Baril, 2017, 2019 ; Bettcher, 2009 ; Bettcher et Garry, 2009 ; Bettcher, 2014 ; Bornstein, 1994, 2018 ; Cabral, 2006 ; Califia, 1997, 2003 ; Currah, 2006, 2014, 2017 ; Espineira, 1998, 2011, 2015 ; Fernández et Araneta, 2013 ; Galofre et Missé, 2015 ; Kaas, 2016 ; Koyama, 2001, 2003 ; Kunzel, 2014 ; Missé et Coll-Planas, 2010 ; Namaste, 2000, 2005, 2009 ; Radi et Pérez, 2016 ; Radi, 2019 ; Reucher, 2005 ; Silva et Ornat, 2016 ; Stryker, 2006, 2008, 2014, 2017 ; Stryker et Whittle, 2006 ; Stryker et Aizura, 2013 ; Thomas, 1998, 2007, 2010, 2011, 2016, entre autres.

10 Nous reformulons car le commentaire original était peu diplomatique.

11 Postposttranssexual: Key Concepts for a Twenty-First-Century Transgender Studies.

12 Avec cette idée, C. Delphy ne semble pas cependant inclure les personnes trans.

13 Dans cette partie, nous nous appuyons sur la traduction de Kira Ribeiro, publiée dans la revue Comment s’en Sortir ? (2015).

14 Nous nous appuyons non seulement sur nos expériences personnelles mais aussi sur les échanges de cette dernière année avec une quinzaine d’étudian.t.e.s de Master 1 et 2, et de thèse de doctorat.

15 L’expression n’est pas de notre fait mais nous a été rapportée par des chercheuses féministes déconcertées par cette approche décomplexée partagée publiquement lors d’une conférence.

16 Lire sa proposition de genre* « non pas comme une classe ou une problématique "troisième genre" » mais comme une catégorie. Sandy Stone suggère de le « comprendre au sens, par exemple, de "genre littéraire", comme désignant une catégorie d’œuvres. Lorsque le mot est utilisé dans ce sens, il est marqué d’un astérisque [NdT] ». (Traduction de Kira Ribeiro).

17 Cité par Thamy Ayouch (2016) : « Le domaine où se constitue la relation à soi est pour une large part l’expérience sexuelle. […] Je crois qu’il est presque impossible de dissocier le problème de la constitution du soi et celui de l’histoire de la sexualité » (conférence de Michel Foucault à Berkeley, 1983.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Espineira et Maud-Yeuse Thomas, « Études Trans
Interroger les conditions de production et de diffusion des savoirs », Genre, sexualité & société [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 16 décembre 2019, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/gss/5916 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.5916

Haut de page

Auteurs

Karine Espineira

LEGS, Université Paris 8

Articles du même auteur

Maud-Yeuse Thomas

Observatoire des transidentités

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals