Navigation – Plan du site
Dossier
Présentation

Introduction. Analyses féministes des rapports de domination dans l’enseignement supérieur et la recherche

Introduction. Feminist Analysis of Power Relations in Higher Education and Research
Virginie Dutoya, Sarah Kiani, Amélie Le Renard, Cha Prieur et Florian Vörös

Texte intégral

  • 1 La limite de cet ancrage est que le point de vue des étudiant·es et des personnels techniques et ad (...)

1Après douze ans d’existence, le comité de rédaction de la revue Genre, Sexualité & Société a souhaité réfléchir aux normes et hiérarchies qui organisent le monde académique, et influencent son travail de multiples manières. C’est dans le cadre de cette démarche que nous avons décidé de publier ce dossier qui propose des analyses féministes, queer et trans*, pour plusieurs à la première personne, produites principalement par des enseignant·es et chercheur·es francophones1, dont beaucoup ne sont pas titulaires d’un poste fixe. Nous l’avons conçu comme un espace de formalisation et d’approfondissement de conversations et d’analyses rarement publicisées. Il ne s’agit toutefois pas tant de dénoncer des situations individuelles – bien que ce travail soit aussi important – que de réfléchir à la façon dont les rapports de domination structurent l’enseignement dit « supérieur » et la recherche, et d’interroger comment les normes et hiérarchies ainsi façonnées sont remises en cause, mais aussi parfois reproduites dans le contexte du développement des études de genre et de sexualité.

Les rapports de domination dans l’enseignement supérieur et la recherche

2Ce dossier s’inscrit dans le sillage des approches féministes de la division du travail et de la reproduction des hiérarchies sociales à l’université, qui ont mis au jour la manière dont le travail des personnes minorisées y est structurellement dévalorisé et approprié (Baril, 2016, 2017 ; Espineira, 2015 ; Namaste, 2009 ; Navarro, Williams et Ahmad, 2013). Les enseignant·es-chercheur·es constituent une profession traversée par des hiérarchies à la fois explicites (titulaires ou non, « rang A » et « rang B » en France) et implicites (entre les pays, langues, disciplines, spécialités et établissements par exemple). Jusque dans les espaces qui se revendiquent critiques, les positions les plus prestigieuses restent majoritairement occupées par des hommes, des personnes cisgenres, hétérosexuelles, blanches, souvent issues des classes supérieures (Arday et Mirza, 2018). Les tâches sont, elles aussi, hiérarchisées : ainsi, la recherche est-elle globalement plus valorisée que l’enseignement ; publier un article, plus valorisant que relire les articles des autres, les mettre en ligne ou encore relancer par courriel les auteurs·trices et les évaluateurs·trices.

3Ces inégalités sont aujourd’hui amplifiées par l’infiltration d’un modèle néolibéral de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). En premier lieu, le développement du financement par projet a accru la division et la hiérarchisation du travail : dans un contexte de baisse des crédits récurrents, il permet de déléguer certaines tâches, comme la transcription d’entretiens, voire la conduite de l’enquête elle-même. Cela a pour effet d’assigner les chercheur·es de groupes minorisés et des pays des Suds à des fonctions d’agent·es de collecte de données, d’informateurs·trices ou de traducteurs·ices au service de chercheur·es venues des Nords (Direnberger et Onibon Doubogan, 2019 ; voir aussi Belinda, Eched et Ndengue ainsi que Faddoul et Pignedoli dans ce numéro). En second lieu, la réduction des budgets va de pair avec la réduction des personnels administratifs et le recours de plus en plus marqué aux vacataires. De nombreuses tâches ne sont pas rémunérées par l’institution qui en bénéficie, et couramment, pas rémunérées du tout : réunions pédagogiques, interventions dans des cours, séminaires et colloques, suivis de mémoires, rédaction et évaluation d’articles, participation à des comités de rédaction, etc. Ces tâches non rémunérées sont largement prises en charge par des personnes précaires, ce qui participe à aggraver leurs situations de précarité. Le monde universitaire repose ainsi largement sur le travail gratuit (Simonet, 2018), voire sur des formes de travail qui coûtent plus qu’elles ne rapportent, comme lorsqu’on s’acquitte des droits d’inscription ou frais de transport et d’hébergement pour participer à une conférence, ou encore lorsqu’on emploie quelqu’une pour faire garder ses enfants le temps de séminaires ou de cours donnés bénévolement. Or les capacités à refuser ce type de tâche, mais aussi à auto-financer les frais liés à une activité professionnelle non rémunérée, sont inégalement réparties. Quant aux bénéfices, ils sont extrêmement imprévisibles dans un contexte de réduction des budgets et de raréfaction des postes, et les attentes d’obtenir un poste, qui motivent de nombreuses personnes à fournir un tel travail, sont bien souvent déçues.

4Ainsi se combinent dans l’enseignement supérieur et la recherche une polyvalence épuisante et une division du travail dégradante pour les personnes, souvent précaires, qui effectuent les tâches les moins valorisées au bénéfice d’autrui. Dans le contexte d’une baisse générale du nombre de postes, même les personnels permanents de l’ESR sont confrontés à une masse de travail colossale (Aït Ali et Rouch, 2013) notamment parce qu’ils et elles doivent prendre en charge de plus en plus de tâches administratives. Par ailleurs, les tâches d’enseignement, d’encadrement, d’administration, de recherche, d’évaluation, s’accompagnent souvent d’un travail émotionnel éprouvant en particulier pour les personnes minorisées au sein du système universitaire (Bacchetta et al., 2018). Ainsi, se conformer aux règles et attentes du milieu universitaire (Borghi, 2018) ; résister à des formes de minoration sexiste, hétéronormative ou transphobe, au mépris de classe et au racisme institutionnel (Essed, 1990) ; auto-censurer ses critiques, devoir répondre à des questions intrusives tout en restant aimable (Navarro, Williams et Ahmad, 2013) ; se mettre en situation d’écoute ou d’intermédiaire de personnes subissant des violences (Clasches, 2019) ; se mobiliser contre diverses formes d’injustice sont autant d’injonctions, parfois contradictoires, particulièrement éprouvantes au sein de l’ESR. Le prix à payer pour la non-conformité aux normes, ou pour la dénonciation d’une injustice, peut être élevé, comme l’analysent dans ce numéro Pauline Delage et Renaud Cornand à propos d’étudiantes portant le hijab à Marseille, dont l’une doit faire face à une menace d’exclusion – illégale – de l’institution dans laquelle elle étudie. Le fait que les enseignant·es non titulaires l’ayant soutenue n’aient pas vu leur contrat renouvelé rappelle à quel point ces rapports de domination contraignent l’expression de solidarités entre des personnes subissant différentes formes de domination.

5Ces normes et hiérarchies concernent autant les personnes que les savoirs. Les épistémologies féministes, postcoloniales et décoloniales reposent ainsi sur la critique de la division du travail intellectuel, tant à l’échelle locale que globale (Alatas, 2003 ; Said, 2005 ; Mohanty, 1984 ; Spivak, 2009). Dans leurs sillages, les concepts d’inégalité et de violence épistémique (« epistemic injustice » en anglais : Fricker, 2007) permettent de penser la connaissance et l’ignorance comme des processus qui participent de la reproduction et de la contestation des rapports de domination. Le concept de « racisme épistémique » (Grosfoguel, Cohen, 2012) pointe notamment la ligne de démarcation entre un savoir légitime, blanc et occidental et un savoir illégitime, produit par des groupes racisés et/ou colonisés.

6Cette hiérarchisation des personnes et des savoirs prend un nouveau tour avec la notion d’« excellence scientifique », qui promeut l’ethos académique et le modèle biographique du chercheur masculin, blanc, hétérosexuel productif, libéré des charges domestiques et reproductives. Dans un contexte de forte concurrence, le recours à cette notion tend à imposer ce modèle de productivité élevée se mesurant par la publication d’un nombre important d’articles dans les revues construites comme les plus légitimes. Les critères mis en avant dans la production de l’excellence ne sont pas toujours aussi « neutres » qu’ils n’y paraissent (Musselin et Pigeyre, 2008) et plusieurs travaux ont souligné les inégalités de genre qui ressortent de la comparaison des carrières universitaires (voir par exemple ANEF-EFIGIES, 2007 ; Marry et Jonas, 2009 ; Pigeyre et Sabatier, 2011 ; ANEF, 2014). Les discriminations sont d’autant plus difficiles à mettre en évidence qu’elles sont souvent intersectionnelles, un aspect moins documenté en France (Harris et Gonzalez, 2012), et que les institutions de financement de la recherche se présentent comme soucieuses d’égalité tout en (re)produisant largement un modèle fondé sur « des habitus managériaux et productivistes » (Fassa, 2013). Or, comme a pu le noter Silyane Larcher dans sa lettre de démission au conseil scientifique de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS (INSHS),

« la prétention à engager la réflexion ambitieuse sur une politique d’égalité des chances dans l’accès aux métiers de l’ESR ne peut faire l’économie, au sein même de l’institution, d’une interrogation sur les normes dominantes de définition de l’excellence de la production des savoirs, et elle implique la prise en compte des conditions sociales d’acquisition des compétences scientifiques dans des parcours nécessairement hétérogènes »2. (Larcher, 2019)

7En effet, ces inégalités peuvent paradoxalement être associées à des politiques ambitieuses de lutte contre les discriminations. À cet égard, le rôle croissant pris par la communication publique autour de l’égalité femme-homme et des violences sexuelles est révélateur. Si la mise à l’agenda de ces questions (par contraste avec les inégalités raciales, c’est-à-dire découlant des rapports sociaux de race, qui restent toujours difficiles à nommer en France) est louable, l’affichage public semble primer sur la résolution effective des problèmes (CLASCHES, 2014, 2019). Afficher un engagement sur les questions de genre et de sexualité est devenu un marqueur de « progressisme » pour les institutions, dans un contexte d’intensification de la concurrence à l’échelle nationale et internationale. Dans leur article de ce numéro, Aden Gaide et Elisabeth Kam montrent comment dans une grande école, un affichage inclusif et égalitaire, associé à la nomination d’une chargée d’égalité femmes-hommes, s’accompagne d’une marginalisation des collectifs queer, trans et féministes, dont les revendications sont ignorées et invisibilisées : ainsi, après des mois de mobilisation de ces derniers, l’institution finit par entériner une procédure de changement de « prénom d’usage » dont les modalités sont contraires aux intérêts des étudiant·es trans*. Si l’on communique publiquement sur l’égalité femme-homme et sur l’inclusion des personnes trans*, n’est-ce pas que le sexisme et la transphobie sont déjà derrière nous (Ahmed, 2012) ? Cette question est centrale pour les études de genre et de sexualité. Si leur développement et leur institutionnalisation peuvent être un motif de satisfaction (scientifique comme politique), il importe, pour celles et ceux qui se situent dans ce champ académique, de s’interroger sur la façon dont l’institutionnalisation peut participer à la légitimation d’un statu quo académique.

À qui profite l’institutionnalisation des études de genre et de sexualité ?

  • 3 Pour une analyse des liens entre l’institutionnalisation des études de genre et les réformes néolib (...)

8Dès leur apparition dans les années 1970, les études sur les femmes étaient porteuses d’une critique d’ordre épistémique sur la fabrique des savoirs, et visaient notamment à dévoiler les biais genrés de cette dernière. L’élargissement des recherches sur les femmes, par les femmes, aux recherches sur le genre et les sexualités, menées par un panel plus large de chercheur·es, a permis la prise en compte des apports des études queer et postcoloniales ainsi qu’un questionnement sur les normes de la masculinité, de l’hétérosexualité et de la blanchité. Cet élargissement thématique dans un contexte de (lente et difficile) institutionnalisation des études de genre, ainsi que de réformes néolibérales de l’ESR, n’a conduit qu’à une partielle diversification des profils d’enseignant·es-chercheur·es et n’a pas remis en cause la division sociale du travail scientifique, notamment internationale (Mohanty, 1984 ; Connell, 2014). Au contraire, tout comme les politiques égalitaires, l’ouverture aux études de genre a pu s’intégrer à des stratégies de développement de la part de certains établissements, dans un contexte de « célébration néolibérale de la “différence” » (Nagalia, 2018, 85)3. La mise en avant des études de genre comme vecteur de modernité peut ainsi être utilisée à des fins communicationnelles, et pour recruter des étudiant·es.

  • 4 Le verbe « passer » renvoie ici au terme de « passing » utilisé au départ par des personnes noir·es (...)

9Dans le même temps, au moment du recrutement en tant que maître·sse de conférence ou chargé·e de recherche – dans un contexte où la spécialisation en études de genre reste dans la majeure partie des cas un stigmate – les hommes, les personnes cisgenres, hétérosexuelles, blanches, trentenaires et issues d’une « grande école » restent considérablement favorisées. Les personnes qui arrivent à tirer leur épingle du jeu académique des études de genre en temps de raréfaction des postes sont alors celles qui « passent »4 suffisamment bien pour donner l’impression de reproduire leur discipline, malgré le stigmate de leur inscription dans les études de genre et de sexualité. Pour les autres, l’inclusion est souvent sélective (Ahmed, 2012, 2017), coûteuse et superficielle. Marie-Eveline Belinga, Yaël Eched et Rose Ndengue montrent ainsi dans leur article comment l’inclusion dans un congrès international se paie par une marginalisation complète en son sein, marquée par le désintérêt non concerté (mais d’autant plus frappant) de l’ensemble des participant.e.s pour les expériences portées par de jeunes chercheures originaires de sociétés du Sud et précaires.

10Par ailleurs, dans quelle mesure l’institutionnalisation des études de genre et de sexualité conduit-elle à une remise en cause de leur proximité sociale et politique avec les groupes subalternes et avec les luttes politiques qui en sont issues ? L’inclusion progressive de chercheur·es de groupes minorisés, souvent liés aux mouvements féministes et LGBTIQ, brouille les lignes de partage entre les carrières militantes, professionnelles et personnelles, tout en continuant à les reproduire (Lagrave, 1990 ; Lewin et Leap, 1996). Si la recherche et l’enseignement sur le genre et les sexualités se revendiquent souvent d’une émancipation, par exemple en rendant visibles des existences et pratiques marginalisées, cela peut également participer à la fabrique de savoirs et de représentations, dont les bénéfices échappent aux premièr·es intéressé·es (Reddy, 2005). L’institutionnalisation peut engendrer l’adhésion à des normes de scientificité qui récusent la possibilité d’un travail scientifique positionné et engagé. À cet égard, Sara Ahmed souligne la persistance du stigmate de « la féministe » (Ahmed, 2017), y compris parfois au sein des études de genre, ce qui peut affecter l’accès à certaines ressources stratégiques, à commencer par les contrats doctoraux. Ce stigmate de féministe et/ou de « porte-parole des minorités » (Bouzelmat, 2019 ; Célestine, Hajjat et Zevounou, 2019) est inégalement réparti. Selon la position sociale des personnes, elles sont plus ou moins enjointes à expliciter leur « rapport à l’objet », la supposée proximité à celui-ci étant utilisée de manière courante pour les disqualifier.

11Ainsi, l’institutionnalisation d’une perspective minoritaire ne s’accompagne pas forcément d’une revalorisation de la place des personnes et groupes minorisés au sein de l’université. La question des savoirs trans* est à ce titre particulièrement intéressante, et trois articles de ce numéro permettent d’approfondir ce cas d’étude. Karine Espinera et Maud-Yeuse Thomas thématisent le glissement des études sur les trans*, essentiellement développées par des chercheur·es non-trans* aux études trans* développées par des personnes trans*, tout en posant la question de leur place et en affirmant que « dans un premier temps, ces études trans doivent être le fait des personnes trans pour mettre fin au privilège épistémique des personnes cisgenre » (Espineira et Thomas, dans ce numéro). L’appropriation des savoirs trans* par des personnes non trans* dans le cadre universitaire est également posée par Maxime Faddoul et Clark Pignedoli dans ce numéro. Ils montrent que la mise à l’agenda des questions trans*, à l’université, en lien avec un intérêt public croissant, s’accompagne d’une nouvelle forme d’exploitation des personnes trans* « en tant que trans* ». Ils mobilisent les outils du marxisme opéraïste italien pour penser la place à la fois centrale et marginalisée des personnes trans* dans la chaîne de production des savoirs sur les personnes trans*. Cha Prieur élargit la question des violences faites aux personnes trans* en démontrant qu’elles ne se situent pas seulement au niveau de la réappropriation des savoirs trans* mais procèdent aussi d’une forme de « transphobie ordinaire » au sein de l’Université. Plusieurs pistes pour résister à cette violence sont proposées, notamment la mise en réseau et la formation des personnels de l’ESR.

12Les normes et les hiérarchies académiques s’amplifient en interaction avec celles en vigueur dans les mondes du journalisme, de l’édition et de la politique. Qui parmi les chercheur·es sur le genre et les sexualités se voit invité·e à publier ses recherches par de « grandes » maisons d’édition ? Qui est régulièrement sollicité·e par la presse quotidienne nationale pour intervenir dans le débat public ? Qui est reconnu·e en tant qu’expert légitime par l’’État ? Le fait que le Haut Conseil à l’Égalité entre les Femmes et les Hommes n’ait invité que des universitaires hommes5 montre que l’expertise scientifique, même sur les questions de genre, reste principalement perçue comme masculine, d’autant qu’en la matière les hommes cis sont moins suspectés d’être militants et donc partiaux. Être dominant·e dans le rapport social que l’on étudie semble bien souvent renforcer la crédibilité du chercheur·e, comme si cela était un gage d’extériorité, d’objectivité ou de distance. Cela reproduit et amplifie des effets de notoriété déjà observables au sein de l’espace académique, tout en créant de nouvelles hiérarchies. En cela, comme le montrent Sklaerenn Le Gallo et Mélanie Millette dans leur article, la posture « d’allié·e » peut être à double tranchant. Elle peut certes permettre des solidarités entre celles (et souvent ceux) en position de domination et les personnes minorisées, mais elle peut également amener à « parler pour » les personnes minorisées, au bénéfice de sa propre carrière.

13Ainsi, l’institutionnalisation des études de genre et sur les sexualités, conjuguée à leur attrait médiatique tend parfois à redonner corps à des hiérarchies fondées sur le genre, la sexualité mais aussi la race ou la classe, dont la déconstruction était un des objectifs des pionnières (et pionniers) de ces champs disciplinaires. Néanmoins, cette institutionnalisation a aussi permis des formes de réinvention féministe et queer de l’université.

Quelles réinventions féministes et queer de l’université ?

14Si le personnel est politique, alors il est aussi académique. Dans son article, Vanina Mozziconacci met en évidence différentes formes de subversions féministes de l’université, tout en nous invitant à ne pas céder à l’illusion que les études de genre et de sexualité pourraient constituer un espace « protégé » (safe) des rapports de domination. Il est particulièrement important de noter que les études de genre et de sexualité n’échappent pas aux sirènes du déni des hiérarchies qui organisent nos environnements de travail. Beaucoup d’universitaires critiques, y compris féministes et queer, ayant accédé à des positions institutionnelles confortables et prestigieuses ont une fâcheuse tendance à se penser comme « en marge » de l’institution et « au-dessus » des rapports de domination. Se dire que l’on peut se relâcher parce qu’on est « entre féministes » ou « entre queer », donc « en dehors » de l’université straight, peut être le préalable à des comportements abusifs. La vague de soutien envers Avital Ronnell et à son style de direction de thèse « excentrique » de la part d’universitaires féministes et queer installé·es et renommé·es, à la suite de l’accusation pour harcèlement sexuel de l’un de ses doctorants (Magnaudeix, 2018), a montré combien ces positions peuvent être aveuglantes. Au-delà du harcèlement sexuel, majoritairement commis par des hommes cisgenres sur des étudiantes (CLASCHES, 2014), de nombreux cas d’abus de la part de directeurs·trices de recherche « au nom de l’entre-soi féministe/queer » existent également (demande de services, « sous-traitance » non rémunérée de diverses tâches, captation des idées, plagiat, immiscions dans la vie privée, etc.) mais leur publicisation ne se fait que sous la forme du bouche-à-oreille. Ces questions étaient d’ailleurs absentes des différentes propositions reçues dans le cadre de l’appel à contributions pour ce numéro. Ces réticences à aborder les cas d’abus et de violences (dans et en-dehors des études de genre) sont sans doute dues en grande partie à l’organisation de l’ESR qui rend difficile la dénonciation publique de ces pratiques, notamment par les personnes précaires. Mais les violences et abus peuvent être d’autant plus difficiles à dénoncer qu’elles s’inscrivent dans des normes de sociabilité qui se veulent critiques de l’hétéronormativité et des normes du milieu universitaire.

15En termes de critique des hiérarchies et des normes, le cas de notre propre revue est intéressant. En tant que revue, Genre, Sexualité & Société (GSS) s’inscrit dans le projet critique des études de genre, féministes et queer. Et pourtant, de toute évidence, cette revue participe de la fabrique et du maintien des hiérarchies qui structurent l’ESR. Les revues sont des acteurs cruciaux de la (re)production de la légitimité scientifique, depuis la sélection (ou plutôt cooptation) des membres du comité de rédaction jusqu’à la mise aux normes des textes en passant par l’évaluation par les pair·es. Un élément particulièrement discuté au sein de GSS a été le principe du comité scientifique. L’échange de légitimité est au fondement des comités scientifiques. Il s’agit de capter une partie de la respectabilité et de la légitimité scientifique de celles et ceux qui acceptent d’être membre du comité scientifique, en accroissant symétriquement cette légitimité. En dépit des efforts qui peuvent être fait (respect de la parité, inclusion des sous-champs moins légitimes, etc.), cet échange de légitimité est problématique d’un point de vue féministe et queer parce qu’il est impossible de ne pas tenir compte des critères dominants de légitimité, et de ne pas favoriser l’accumulation de positions de pouvoir par certain·es. C’est à partir de ce constat que GSS a finalement décidé de dissoudre son comité scientifique. Cette décision est avant tout symbolique, mais elle a participé d’une reconnaissance que les questions de hiérarchies et de domination n’étaient pas extérieures à GSS, et au comité de rédaction, mais devaient aussi permettre d’interroger nos propres pratiques.

16Un comité de rédaction est aussi un espace caractéristique de l’ESR parce qu’il met en évidence l’enchevêtrement des réseaux professionnels, amicaux et militants dans le contexte des études sur le genre et sur les sexualités. Or, si les sociabilités académiques et affectives féministes et queer peuvent constituer des espaces de bienveillance, d’entraide et de survie, elles peuvent aussi être productrices de dépendance et de domination. Au sein du comité de rédaction de GSS, nous avons eu des réflexions récurrentes et parfois tendues sur la division du travail. À ses débuts, la revue était portée par des chercheur.es majoritairement précaires, sans aucune rémunération pour leur travail. Après plusieurs années, les personnes se sont épuisées les unes après les autres en correction et stylage d’article, et envois de relance aux auteur·es, évaluateurs·trices, ou collègues du comité de rédaction. Le petit budget annuel de la revue a été réaffecté, des traductions vers la rémunération de certaines tâches de secrétariat et de mise en ligne, confiées à un·e membre du comité de rédaction. La rémunération rend-elle les tâches dévalorisées plus supportables ? C’est une vraie question, car au sein du comité de rédaction, elle a contribué à déresponsabiliser les autres membres de ces tâches, et donc à re-hiérarchiser les tâches et, par capillarité, les statuts. Il n’existe sans doute pas de solution idéale, ou de mode d’organisation du travail qui permettrait d’effacer totalement ces tensions.

  • 6 Sur le travail des revues en sciences sociales et humaines, et la façon dont ce travail peut reprod (...)
  • 7 Nous remercions Élise Marsicano et Sibylla Mayer pour leur relecture et suggestions, qui nous ont p (...)

17La préparation de ce dossier nous a ainsi permis de réfléchir à la manière dont nous « faisons revue6 ». Au-delà de cet espace, nous espérons qu’il contribuera à l’imagination collective de modes de production, d’échange et de transmission des savoirs qui remettent en cause, plutôt qu’ils ne reproduisent, les rapports de domination7.

Haut de page

Bibliographie

AHMED Sara, Living a Feminist Life, Durham, Duke University Press, 2017.

AHMED Sara, On Being Included. Racism and Diversity in Institutional Life, Durham, Duke University Press, 2012.

AIT ALI Nawel, ROUCH Jean-Pierre, « Le “je suis débordé” de l’enseignant-chercheur », Temporalités, 18, 2013, en ligne : http://journals.openedition.org/temporalites/2632 ; DOI : 10.4000/temporalites.2632

ANEF/EFIGIES (dir.), Les femmes à l’Université : rapports de pouvoir et discriminations, actes d’une journée d’étude, 2007, en ligne : http://www.anef.org/wp-content/uploads/2014/03/57-58-Les-femmes-à-luniversité.pdf

ANEF (dir.), Le genre dans l’enseignement supérieur et la recherche. Livre blanc, Paris, La Dispute, 2014.

ARDAY Jason, MIRZA Heidi Safia (dir.), Dismantling Race in Higher Education, Cham, Springer International Publishing, 2018.

BACCHETTA Paola, EL-TAYEB Fatima, HARITAWORN Jin, HERNANDEZ Jillian, SMYTHE SA, THOMPSON Vanessa E., WILLOUGHBY-HERARD Tiffany, « Queer of Color Space-Making in and beyond the Academic Industrial Complex », Critical Ethnic Studies, 4, 1, 2018, pp. 44-63.

BARIL Alexandre, « Francophone Trans/Feminisms : Absence, silence, emergence », TSQ : Transgender Studies Quarterly, 3, 1-2, 2016, pp. 40-47.

BARIL Alexandre, « Trouble dans l’identité de genre : le transféminisme et la subversion de l’identité cisgenre : une analyse de la sous-représentation des personnes trans* professeur-es dans les universités canadiennes », Philosophiques, 44, 2, 2017, pp. 285-317.

BORGHI Rachele, « Éloge des marges : re(ading)tours sur des pratiques minoritaires dans le milieu académique », Cultures-Kairós, Les numéros, 2018, en ligne : http://revues.mshparisnord.org/cultureskairos/index.php?id=1774.

BOUZELMAT Ines, « Le sous-champ de la question raciale dans les sciences sociales françaises. Pour une approche sociologique des procès en légitimité scientifique », Mouvements, 12 février 2019, en ligne : http://mouvements.info/le-sous-champ-de-la-question-raciale-dans-les-sciences-sociales-francaises/

CELESTINE Audrey, HAJJAT Abdellali, ZEVOUNOU Lionel, « Rôle des intellectuel·les, universitaires “minoritaires”, et des porte-parole des minorités », Mouvements, 12 février 2019, en ligne : http://mouvements.info/role-des-intellectuel·les-minoritaires/

CLASCHES, « Retourner l’arme du droit. Contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur et la recherche », Travail, genre et sociétés, 42, 2, 2019, pp. 191-194.

CLASCHES, « L’action du CLASCHES », Les cahiers du CEDREF, 19, 2014, en ligne : http://journals.openedition.org/cedref/724

DAMERDJI Amina, HAYAT Samuel, LA VALLE Natalia, PECQUEUX Anthony, RABIER Christelle (dir.), « Faire revue. Les sciences humaines et sociales au travail », Tracés. Revue de Sciences humaines, Hors-Série 18, 2018, en ligne : https://journals.openedition.org/traces/8803

DIRENBERGER Lucia, ONIBON DOUBOGAN Yvette, « Institutionnalisation du savoir sur le genre au Bénin », communication présentée au colloque « Fabrication et circulation des savoirs sur le genre dans les pays du Sud », 28 février 2019.

ESSED Philomena, Everyday Racism. Reports from Women of Two Cultures, London, Sage, 1991.

FASSA Farinaz, « La recherche en Suisse quand le genre interroge les critères de l’excellence scientifique », Mouvements, 4/76, 2013, pp. 162-175.

FRICKER Miranda, Epistemic Injustice: Power and the Ethics of Knowledge, Oxford, Oxford University Press, 2007.

GROSFOGUEL Ramon, COHEN Jim, « Un dialogue décolonial sur les savoirs critiques entre Frantz Fanon et Boaventura de Sousa Santos », Mouvements, nº 72, 2012, pp. 42-53.

HARRIS Angela, GONZALEZ Carmen, « Introduction », in GUTIERREZ Y MUHS Gabriella, FLORES NIEMANN Yolanda, HARRIS Angela, GONZALEZ Carmen (dir.), Presumed Incompetent: The Intersections of Race and Class for Women in Academia, Boulder, Colorado University Press, 2012, pp. 1-14.

LAGRAVE Rose-Marie, « Recherches féministes ou recherches sur les femmes ? », Actes de la recherche en sciences sociales, 83, 1990, pp. 27-39.

LEWIN Ellen, LEAP William L. (dir.), Out in the Field: Reflections of Lesbian and Gay Anthropologists, Urbana, University of Illinois press, 1996.

MARRY Catherine, JONAS Irène, « 34. Une féminisation irrégulière et inaboutie du monde académique : le cas de la recherche en biologie », in DEMAZIERE Didier (dir.), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Paris, La Découverte, 2009, pp. 402-412.

MOHANTY Chandra Talpade, « Under Western Eyes: Feminist Scholarship and Colonial Discourses », Boundary 2, 12-13, 3, 1984, pp. 333-358.

MUSSELIN Christine, PIGEYRE Frédérique, « Les effets des mécanismes du recrutement collégial sur la discrimination : le cas des recrutements universitaires », Sociologie du travail, 50, 1, 2008, en ligne : URL : http://journals.openedition.org/sdt/17927 ; DOI : 10.4000/sdt.17927

NAGALIA Shubhra, « Conceptualising Gender Studies: Curriculum and Pedagogy », Indian Journal of Gender Studies, 25, 1, 2018, pp. 79-107.

NAVARRO Tami, WILLIAMS, Bianca, AHMAD, Attiya, « Sitting at the Kitchen Table: Fieldnotes from Women of Color in Anthropology. Introduction: Gender, Race, and Anthropological Practice », Cultural Anthropology, 28, 3, 2013, pp. 443-463.

PIGEYRE Frédérique, SABATIER Mareva, « Les carrières des femmes à l’université : une synthèse de résultats de recherche dans trois disciplines », Politiques et management public, 28, 2, 2011, en ligne : http://journals.openedition.org/pmp/4197

SAID Edward, L’Orientalisme. L’orient créé par l’occident, Paris, Éditions du Seuil, 2005.

SIMONET Maud, Travail gratuit : la nouvelle exploitation ?, Paris, Textuel, 2018.

SPIVAK Gayatri Chakravorty, Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2009.

Haut de page

Notes

1 La limite de cet ancrage est que le point de vue des étudiant·es et des personnels techniques et administratifs de l’enseignement supérieur et de la recherche est peu présent dans ce dossier.

2 La lettre de Silyane Larcher a été publiée sur son compte twitter : https://twitter.com/SilyaneLarcher/status/1144943669050597378

3 Pour une analyse des liens entre l’institutionnalisation des études de genre et les réformes néolibérales dans le contexte français, on peut se rapporter à la thèse en cours de Marie Perrin.

4 Le verbe « passer » renvoie ici au terme de « passing » utilisé au départ par des personnes noir·es aux États-Unis dans le contexte de la one-drop-rule puis par des personnes trans’ signifiant la capacité à diminuer un statut minoré lors de certaines interactions. Par exemple : passer pour une personne blanche ou passer pour une personne cisgenre, ce qui permet parfois d’éviter certaines violences vécues par les personnes minorisées (dans cet exemple, racisées et trans).

5 https://www.liberation.fr/debats/2019/07/11/un-haut-conseil-a-l-egalite-entre-femmes-et-hommes-a-la-composition-sexiste_1739474

6 Sur le travail des revues en sciences sociales et humaines, et la façon dont ce travail peut reproduire et contester les rapports de domination, on peut se référer au hors-série 18 de la revue Tracés, « Faire revue. Les sciences humaines et sociales au travail » (Damerdji et al., 2018).

7 Nous remercions Élise Marsicano et Sibylla Mayer pour leur relecture et suggestions, qui nous ont permis d’améliorer ce texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Dutoya, Sarah Kiani, Amélie Le Renard, Cha Prieur et Florian Vörös, « Introduction. Analyses féministes des rapports de domination dans l’enseignement supérieur et la recherche », Genre, sexualité & société [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 16 décembre 2019, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/gss/6146 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.6146

Haut de page

Auteurs

Virginie Dutoya

Chargée de recherche CNRS, Centre d’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud

Sarah Kiani

Collaboratrice scientifique à l’Université de Neuchâtel et chercheuse associée au Centre Marc Bloch, Berlin

Articles du même auteur

Amélie Le Renard

Chargée de recherche CNRS, Centre Maurice Halbwachs

Articles du même auteur

Cha Prieur

Psychopraticien.ne et chercheur.e indépendant.e

Articles du même auteur

Florian Vörös

Maître de conférences, Groupe d’études et de recherche interdisciplinaire en information et communication, Université de Lille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals