Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24L’expérience d’une double différe...

L’expérience d’une double différence : quand l’autisme croise la diversité sexuelle et de genre

Experiencing a double difference: when autism meets sexual and gender diversity
Maude Laflamme et Line Chamberland

Résumés

Cet article a pour but de synthétiser les savoirs actuels entourant la réalité des personnes s’identifiant à la fois comme étant autistes et membres de la communauté LGBTQ. Il présente les résultats d’une revue de littérature sur le sujet, principalement réalisée à partir d’une recherche systématique de mots-clés au sein de diverses bases de données multidisciplinaires. Plusieurs des écrits recensés établissent des cooccurrences entre autisme et minorités de genre ou de sexualité, que leurs auteur·e·s s’avancent à expliquer par trois principales propositions théoriques de nature sociobiologique, psychologique et psychosociologique. Elles et ils abordent également les difficultés vécues par les personnes autistes et LGBTQ, en matière de discrimination, de santé mentale ainsi que d’interactions avec les professionnel·le·s de santé et avec les pairs, puis émettent des recommandations visant l’amélioration du bien-être global des membres de cette communauté particulière.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), le trouble du spectre autistique (TSA), ou autisme, constitue un trouble neurodéveloppemental se caractérisant principalement par des comportements et intérêts restreints et répétitifs ainsi que par des difficultés sur le plan de la communication et des interactions sociales (American Psychiatric Association, 2013). Le taux de diagnostic d’autisme au sein de la population générale a considérablement augmenté au cours des dernières années, la plus récente étude de prévalence menée aux États-Unis estimant que cette condition concerne aujourd’hui jusqu’à un·e enfant sur 59 (Centers for Disease Control and Prevention, 2018). Comme l’indique le terme de « spectre », l’autisme forme un continuum tout au long duquel se situent celles et ceux qui sont concerné·e·s en fonction du degré d’intensité de leurs particularités, ce qui signifie que l’étiquette de « personne autiste » s’appose à une pluralité d’individus dont le niveau d’autonomie dans différentes sphères de la vie quotidienne, les besoins en matière d’accompagnement ainsi que les difficultés et aptitudes personnelles présentent une importante diversité (American Psychiatric Association, 2013 ; Autism Speaks).

2Depuis quelques années, la communauté scientifique démontre un intérêt grandissant pour les liens existant entre appartenance aux catégories sociales de genre et autisme. En effet, le diagnostic de cette condition s’est toujours avéré significativement plus fréquent chez les hommes que chez les femmes, des premières conceptualisations de l’autisme dans les années 1940 (Kanner, 1943 ; Asperger, 1944) jusqu’à aujourd’hui (Loomes et al., 2017). Plusieurs études récentes cherchent à expliquer cet écart en se basant sur des théories biologiques, axées sur la transmissibilité génétique (Skuse, 2000) et sur les effets de l’exposition prénatale aux androgènes sur le développement cérébral (Baron-Cohen, 2002), ou bien sur des théories psychosociologiques, évoquant la meilleure capacité des jeunes filles à camoufler leurs traits autistiques (Lai et al., 2017) ainsi que les biais genrés inhérents aux critères et instruments diagnostiques de l’autisme (Haney, 2016). En plus d’interroger les causes de ce ratio femmes-hommes déséquilibré, plusieurs auteur·e·s, intervenant·e·s et regroupements militants s’intéressent à l’influence du genre sur l’expérience vécue de l’autisme. Par exemple, l’Association francophone de femmes autistes (2018) dénonce le phénomène consternant que constitue le taux élevé de violences sexuelles faites aux femmes autistes, qui s’avèrent particulièrement vulnérables à ces formes d’agression en raison du croisement entre leur appartenance de genre féminine et certains des traits associés à leur condition autistique, tels que leur difficulté à comprendre les sous-entendus en situation d’interaction. En bref, le fait d’être une femme ou un homme influence non seulement les probabilités qu’une personne reçoive un diagnostic d’autisme, mais également les défis spécifiques auxquels celle-ci risque de faire face en lien avec sa différence neurologique.

  • 1 L’acronyme LGBTQ désigne les personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, trans et queer.

3Considérant l’importance des débats entourant l’écart de genre quant au diagnostic d’autisme et celle des enjeux propres à l’autisme féminin évoqués ci-haut, il apparaît pertinent d’étendre la réflexion à la réalité singulière des personnes autistes appartenant à une autre catégorie sociale minoritaire : celle des minorités de genre et de sexualité. Existe-t-il des liens significatifs entre identité de genre, orientation sexuelle et autisme ? Si oui, quels sont les modèles théoriques mobilisés pour expliquer ces liens ? Enfin, quelles sont les particularités de l’expérience vécue par les personnes s’identifiant à la fois comme étant autistes et membres de la communauté LGBTQ1, et comment peut-on collectivement contribuer à l’amélioration de cette expérience ?

4C’est en vue d’apporter des pistes de réponses à ces questions que nous avons réalisé une revue de la littérature portant sur les thèmes de l’autisme et des réalités LGBTQ. Avant de faire état des résultats obtenus, nous apporterons certaines précisions quant à notre posture personnelle en lien avec les sujets traités, puis en évoquant notre adhésion aux principes de l’épistémologie de la connaissance située, notre positionnement vis-à-vis des débats entourant les conceptualisations psychiatriques de l’autisme comme des minorités de genre et de sexualité ainsi que notre rapport au vocabulaire mobilisé pour traiter de ces réalités. Nous présenterons ensuite la méthodologie sous-tendant notre recension, puis exposerons en deux temps les éléments saillants de cette dernière : on s’intéressera d’une part aux relations observées entre autisme, identité de genre et orientation sexuelle, puis aux modèles théoriques proposés pour expliquer les cooccurrences observées, et d’autre part aux difficultés quotidiennes que peuvent rencontrer les personnes autistes et LGBTQ ainsi qu’aux recommandations émises dans la littérature académique et militante afin de pallier ces difficultés. En conclusion, nous poserons un regard critique sur le corpus de travaux recensés en abordant les limites méthodologiques propres à plusieurs de ces derniers et en soulignant la conception réductrice de la diversité neurologique, sexuelle et de genre qu’ils tendent à réifier.

Réflexions épistémologiques, théoriques et sémantiques : notre positionnement

5Les deux auteures ont une formation sociologique. La première auteure s’identifie comme personne cisgenre, hétérosexuelle et féministe. Dans le cadre de son mémoire de maîtrise en sociologie, elle s’intéresse aux liens entre genre et autisme, et plus précisément au vécu des femmes autistes diagnostiquées à l’âge adulte d’un point de vue identitaire. Les recherches de la seconde auteure, qui s’identifie comme personne cisgenre, lesbienne et féministe, portent principalement sur les discriminations envers les personnes des minorités de genre et de sexualité.

6Nous adhérons toutes deux aux postulats de l’épistémologie de la connaissance située, fondée sur l’idée que l’ensemble des positions sociales occupées par un individu contribuent à former un point de vue spécifique à partir duquel celui-ci expérimente le monde qui l’entoure (Harding, 1986 ; Collins, 1989). Les théoricien·ne·s souscrivant à cette approche défendent la pertinence de la connaissance directement issue de ces expériences individuelles de la réalité sociale. La philosophe féministe Sandra Harding (1992) souligne plus particulièrement l’« objectivité forte » que permet l’appartenance à un groupe opprimé ou marginalisé, les personnes faisant figure d’étrangères au sein de la culture dominante étant les mieux placées pour poser un regard critique sur les structures sociales et pour remettre en question le statu quo, alors que celles et ceux qui bénéficient de ce dernier tendent à réifier l’ordre établi.

  • 2 Le terme « neurotypique » désigne les personnes dont le fonctionnement neurologique s’inscrit dans (...)

7En concordance avec cette conception de la connaissance, nous tenons à reconnaître la valeur inhérente au savoir expérientiel des personnes autistes et LGBTQ. En effet, il apparaît essentiel de tenir compte des récits propres aux individus concernés, dont la réalité est souvent abordée d’un point de vue strictement psychomédical, puisque comme le fait valoir Caroline Trottier-Gascon (2018), militante trans, « le regard clinique porté sur les personnes trans autistes ne donne qu’un accès indirect, incomplet et déformé à leurs expériences ». Cela dit, force est de reconnaître que la plupart des publications recensées ne semblent pas s’inscrire dans cette perspective de valorisation du savoir situé. En effet, on y précise rarement si certain·e·s des auteur·e·s sont concerné·e·s par l’une ou l’autre des réalités autiste et LGBTQ ou si des personnes concernées ont été consultées dans le cadre de l’élaboration de la recherche et de l’analyse des résultats. Il apparaît raisonnable d’assumer que, dans la plupart des cas, les personnes autistes et LGBTQ ont peu ou pas eu l’opportunité de contribuer au processus de production de la connaissance à leur sujet, de sorte que cette dernière risque de s’avérer marquée d’un biais neurotypique2 et hétérocisnormatif.

8Les deux construits étudiés, soit l’autisme et les minorités de genre et de sexualité, font par ailleurs l’objet de débats à savoir si la réalité que recouvre chacun d’eux doit être considérée comme intrinsèquement pathologique ou non. D’abord, si l’autisme se voit officiellement catégorisé au sein du DSM-5 tel un « trouble » psychiatrique se caractérisant principalement par divers « déficits », notamment sur les plans social et communicationnel (American Psychiatric Association, 2013), l’émergence du paradigme de la neurodiversité permet de nuancer cette vision des choses. Les tenant·e·s de ce paradigme alternatif élaboré vers la fin des années 1990 proposent effectivement d’appréhender les conditions neurologiques atypiques telles que l’autisme comme l’incarnation d’une forme naturelle et précieuse de diversité humaine, faisant partie intégrante de l’identité des personnes qu’elles concernent (Brown, 2011, Jaarsma et Welin, 2012). Certaines personnes autistes et membres de l’entourage de ces dernières apparaissent toutefois réticent·e·s à l’idée d’adopter une telle conception de l’autisme, de crainte qu’une interprétation stricte de celle-ci n’ait pour effet d’occulter les difficultés associées à cette condition et même d’entraver l’accès de celles et ceux en ayant besoin à des services de soutien ou d’intervention leur permettant de mieux fonctionner au quotidien. D’autres s’attachent plutôt à réconcilier les deux parties en soulignant la possibilité de célébrer les aspects positifs de la neurodivergence tout en cherchant à en atténuer les aspects négatifs (Kapp et al., 2013).

9En ce qui concerne les minorités de genre, le diagnostic de dysphorie de genre s’avère également source de controverse au sein de la population LGBTQ et des clinicien·ne·s œuvrant auprès de cette dernière. L’inclusion au sein du DSM-5 de ce diagnostic, qui fait référence au sentiment d’inconfort pouvant découler d’un conflit ressenti entre le sexe assigné à la naissance et le genre auquel on s’identifie (American Psychiatric Association, 2019), se voit souvent justifiée d’un point de vue pragmatique par une volonté de légitimer les transidentités aux yeux des professionnel·le·s de santé et de faciliter l’accès des personnes trans aux soins (médicaux, psychologiques, chirurgicaux) dont elles peuvent avoir besoin. Pourtant, non seulement l’identification de la dysphorie de genre en tant que trouble mental ne garantit pas que les personnes concernées par celle-ci bénéficient d’un soutien financier et institutionnel adéquat, surtout dans les pays ne disposant pas d’un système universel de soins de santé, mais elle peut aussi avoir pour effet de renforcer l’association entre transidentité et psychopathologie au sein des mentalités collectives, posant de ce fait obstacle à l’acceptation sociale, à la protection en cas de discrimination et à la lutte pour les droits civils des personnes trans (Lev, 2013 ; Dreger, 2017). Ainsi, dans une perspective semblable à celle des militant·e·s de la neurodiversité, le mouvement LGBTQ aspire à ce que l’étendue des identités et expressions de genre soit valorisée en tant qu’expression de la diversité humaine, trop riche et complexe pour être enfermée dans un diagnostic clinique.

10En tant qu’auteures, nous considérons l'autisme ainsi que les comportements et identités se situant hors de l’hétérocisnormativité comme étant non intrinsèquement pathologiques, tout en reconnaissant les difficultés pouvant être associées à chacune de ces réalités. Néanmoins, afin de rester fidèles aux propos des auteur·e·s, dont plusieurs proviennent du champ psychomédical, nous reprendrons le vocabulaire utilisé dans les études pour en rapporter les résultats, bien que celui-ci comporte dans certains cas des connotations pathologisantes. C’est notamment le cas lorsqu’on parle de « trouble » ou de « symptômes » pour désigner l’autisme et les manifestations lui étant associées, ou encore de « dysphorie de genre » pour désigner de façon large les personnes dont l’identité de genre ne correspond pas au sexe assigné à la naissance. Dans le même ordre d’idées, bien que les individus trans préfèrent être désignés par leur genre d’auto-identification, il importe de noter que dans plusieurs des travaux recensés, on qualifie soit de femmes soit d’hommes, tel·le·s qu’assigné·e·s à la naissance, les personnes concernées par la dysphorie de genre dont l’identité de genre n’est pas encore clairement définie ou affirmée, ainsi que celles ne se réclamant pas d’une identité féminine ou masculine absolue et définitive. Nous conserverons cette forme d’appellation lorsque nécessaire, encore une fois afin de rapporter le plus fidèlement possible les propos des auteur·e·s. En tous les cas, il importe de préciser que l'ensemble du vocabulaire entourant les réalités autistes et LGBTQ est en constante évolution et demeure sujet à débat au sein même des communautés concernées, de sorte que tous les termes utilisés dans cet article ne feront pas nécessairement consensus et pourraient même s'avérer désuets dans un avenir proche.

Démarche méthodologique

  • 3 Nous tenons à remercier Noah Eidelman, personne responsable du projet Neuro/Diversités chez AlterHé (...)

11Afin de réaliser notre revue de littérature, nous avons recherché une variété de mots-clés respectivement associés aux réalités autiste (ex : autis*, TSA, neurodiver*, etc.) et LGBTQ (ex : lesbi*, gay, trans*, queer, etc.) au sein des bases de données Scopus, PsycINFO, ProQuest Dissertations & Theses Global, Gender Studies Database et GenderWatch, de façon à faire émerger les travaux publiés entre 2008 et 2018 (soit au cours des dix dernières années au moment de la recension) abordant l’existence de liens entre ces réalités. Les bases de données PubMed, Popline, Archives of Human Sexuality and Identity, OpenEdition Freemium, Érudit, Cairn, Repères, Virtuose et Archipel ont aussi été consultées, mais n’ont fait ressortir aucun résultat en lien avec le sujet de recherche. Le corpus de sources issu de cette revue systématique a été complété par le biais d’échanges avec le responsable du projet Neuro/Diversités (AlterHéros, 2017), visant la mise en lumière des besoins des jeunes de 14 à 30 ans issu·e·s de la communauté autiste et LGBTQ, qui nous a dirigées vers d’autres publications abordant l’expérience de cette double appartenance3. Au final, trente et un articles scientifiques, mémoires de maîtrise, thèses de doctorat et documents produits par le milieu militant ont été retenu·e·s permettant de brosser un portrait global de l’état des connaissances actuelles entourant la réalité des personnes autistes et LGBTQ.

12Il importe ici de préciser qu’en raison de la spécificité du sujet choisi et du fait que la question abordée soit relativement émergente au sein de la littérature, la recension n’a fait l’objet d’aucune contrainte d’un point de vue géographique, en plus d’être fondée sur une recherche bilingue. Pourtant, force est de constater que celle-ci n’a fait ressortir que des publications anglophones, principalement rédigées par des auteur·e·s originaires du Canada, des États-Unis, du Royaume-Uni, des Pays-Bas et d’Australie. Considérant que les représentations et le traitement des réalités autistes et LGBTQ peuvent varier considérablement en fonction du contexte socioculturel, il s’agira de garder à l’esprit que les résultats obtenus pourraient s’avérer plus ou moins éclairants pour la situation en France ou ailleurs, autant en matière de réflexion théorique sur les liens entre autisme et minorités de genre et de sexualité qu’en ce qui a trait aux difficultés vécues et aux besoins exprimés par les personnes concernées.

Recherche de cooccurrences

Minorités de genre

  • 4 Le terme « genderqueer » désigne les personnes qui ne souscrivent pas aux distinctions conventionne (...)

13Plusieurs des publications colligées, principalement issues de la psychologie et de la psychiatrie, interrogent l’existence de liens statistiques significatifs entre appartenance aux minorités de genre et autisme. Il importe de noter qu’à des fins de synthèse, la notion de minorités de genre englobera ici les personnes trans ou concernées par la dysphorie de genre de même que tout individu dont l’identité ou l’expression de genre s’inscrit en marge de la catégorisation fixe et binaire des genres (fluidité de genre, personne genderqueer4) ainsi que des normes sociales respectivement associées à la féminité et à la masculinité (non-conformité de genre, variance de genre).

  • 5 Le terme « cisgenre » ou « cis » se pose en antonyme à celui de transgenre ou trans pour désigner l (...)

14La littérature recensée suggère ainsi qu’il existe une plus grande prévalence des personnes des minorités de genre chez la population autiste qu’au sein de la population neurotypique et, réciproquement, une plus grande prévalence de l’autisme chez les populations trans et non binaires que chez les personnes cisgenres5. Les études faisant état du premier phénomène évoqué divergent toutefois à savoir si celui-ci s’accompagne d’une corrélation avec l’appartenance de genre des personnes concernées : certaines indiquent que la surreprésentation des personnes issues des minorités de genre au sein de la population autiste concerne précisément ou surtout les personnes assignées femmes à la naissance (Bush, 2016 ; Dewinter et al., 2017), tandis que d’autres n’ont pu confirmer la significativité d’une telle corrélation (Strang et al., 2014 ; Janssen et al., 2016, May et al., 2017b) ou ne font simplement aucune mention de l’appartenance de genre dans la présentation des résultats obtenus (George et Stokes, 2016). Quant aux publications évoquant une prévalence importante de l’autisme chez les personnes trans et non binaires, elles se fondent spécifiquement sur le cas d’enfants et adolescent·e·s présentant des signes de dysphorie de genre et ne font état d’aucune différenciation significative en fonction de l’appartenance de genre des jeunes concerné·e·s (Wood et al., 2013 ; Shumer et al., 2015 ; Glidden et al., 2016 ; Holt et al., 2016).

15D’autres études s’attachent plus précisément à révéler l’existence de cooccurrences entre traits autistiques et appartenance aux minorités de genre. En effet, l’autisme prenant comme mentionné plus haut la forme d’un continuum, les signes qui le caractérisent (difficultés sociales et communicationnelles, intolérance au changement, souci du détail, etc.) peuvent être mesurés chez l’ensemble de la population à l’aide de tests psychologiques standardisés et s’avérer relativement importants chez certaines personnes sans que celles-ci n’atteignent pour autant le seuil diagnostique de la condition. Il appert ainsi que la présence de traits autistiques serait particulièrement prévalente chez les personnes issues des minorités de genre. Or, ici encore, les chercheur·e·s divergent à savoir si cette cooccurrence se manifeste particulièrement chez les personnes assignées femmes à la naissance (Jones et al., 2012 ; Kristensen et Broome, 2015 ; Nobili et al., 2018 ; Vermaat et al., 2018) ou de façon indifférenciée par rapport à l’appartenance de genre (Pasterski et al., 2014 ; Smith, 2014 ; VanderLaan et al., 2015).

Minorités de sexualité

  • 6 Les auteur·e·s des articles recensés font ici référence, explicitement ou implicitement, aux femmes (...)

16Un second résultat saillant de cette revue de littérature réside dans l’établissement de corrélations entre orientation sexuelle et autisme. La notion de minorités de sexualité sera ici utilisée pour faire référence à toute forme d’orientation sexuelle divergeant de l’hétérosexualité. Plusieurs études font état d’une plus grande prévalence de l’appartenance aux minorités de sexualité chez les personnes autistes que chez les personnes non autistes, convergeant cette fois pour affirmer que cette prévalence supérieure concerne principalement les femmes6 (Gilmour et al., 2012 ; Bush, 2016 ; George et Stokes, 2016 ; Dewinter et al., 2017 ; May et al., 2017a). Cependant, alors que d’autres études rapportent ici encore l’existence de liens entre traits autistiques et orientation non hétérosexuelle, ces liens ne se voient quant à eux associés à aucune différenciation genrée (Qualls, 2017 ; Rudolph et al., 2018).

Synthèse des cooccurrences observées

17L’ensemble des travaux recensés s’accordent sur l’existence de cooccurrences significatives entre autisme et minorités de genre et de sexualité. Le corpus présente toutefois une faible cohésion en ce qui concerne les variations en fonction de l’appartenance de genre de ces cooccurrences, puisque neuf publications font état de résultats significativement différents entre les personnes respectivement assignées femmes et hommes à la naissance, tandis que pour douze autres, les chercheur·e·s ne peuvent confirmer l’existence de telles différences ou n’en font simplement pas mention. On se penchera maintenant sur les principaux modèles théoriques évoqués dans la littérature pour expliquer les cooccurrences ainsi relevées.

Explications proposées

La proposition sociobiologique

18Afin d’expliquer les cooccurrences entre autisme et minorités de genre ou de sexualité présentées ci-haut, la plupart des auteur·e·s cité·e·s avancent l’une ou plusieurs de trois différentes propositions théoriques. La première de ces propositions, notamment prisée par les chercheur·e·s issu·e·s des domaines médical et psychiatrique, se fonde sur l’idée qu’une variable médiatrice, soit le niveau d’exposition intra-utérine aux androgènes, contribuerait à déterminer à la fois l’identité de genre d’un individu, son orientation sexuelle ainsi que le fait que celui-ci s’avère autiste ou non (Gilmour et al., 2012 ; Jones et al., 2012 ; Pasterski et al., 2014 ; Shumer et al., 2015 ; George et Stokes, 2016 ; Glidden et al., 2016 ; May et al., 2017a ; May et al., 2017b ; Rudolph et al., 2018). Selon la théorie du « cerveau hypermasculin » (extreme male brain theory), élaborée par Baron-Cohen (2002), l’autisme se caractériserait par une exacerbation des traits cognitifs typiquement associés à la masculinité, soit par de fortes capacités de systématisation (conception et analyse de systèmes) et par de faibles capacités d’empathie (compréhension des émotions d’autrui et réaction appropriée à celles-ci). Cette exacerbation serait causée par l’exposition du fœtus à un taux élevé de testostérone, laquelle augmenterait également les chances de développer une identité de genre masculine et d’être attiré·e par les femmes. L’exposition intra-utérine aux hormones régulatrices des caractères mâles expliquerait donc les liens entre autisme, non-conformité de genre et bisexualité ou homosexualité chez les personnes assignées femmes, mais pas chez celles assignées hommes à la naissance (Pasterski et al., 2014 ; Glidden et al., 2016 ; May et al., 2017a ; May et al., 2017b).

19La théorie du cerveau hypermasculin se voit vivement critiquée par plusieurs chercheur·e·s en neurosciences, en psychologie et en philosophie des sciences, de même qu’au sein de certaines communautés trans (Grossi et Fine, 2012; Kreiser et White, 2014 ; Trottier-Gascon, 2018). En plus de ne s’appliquer qu’à une partie des cooccurrences observées entre autisme et appartenance à des minorités de genre et de sexualité, cette explication présente des lacunes sur le plan méthodologique ainsi que des implications préoccupantes en matière de conception sous-jacente de la diversité de genre et de sexualité, puisqu’elle reconduit une vision hétérosexiste de celle-ci, comme nous le verrons ci-après. Il est également à noter que les évidences empiriques déjà très fragiles en faveur de cette thèse n'ont pas trouvé confirmation dans les études de réplication (Fillod, 2019).

  • 7 Selon Trottier-Gascon (2018), il en va de même pour la plupart des études qui tentent d’expliquer l (...)
  • 8 Diverses études menées auprès d’adolescent·e·s montrent ainsi le non-chevauchement entre les popula (...)

20Tout d’abord, cette proposition théorique ne peut être vérifiée empiriquement puisqu’il est impossible de contrôler de façon expérimentale l’exposition intra-utérine aux androgènes en vue d’établir une relation de causalité entre celle-ci et différents attributs se manifestant après la naissance7. De plus, elle sous-tend et perpétue une vision réductrice, voire pathologique de la non-conformité à l’hétéro- et à la cis-normativité. En effet, la sexualité et l’identité de genre constituent deux réalités fort complexes, qui revêtent une grande diversité parmi l’ensemble des individus. Par exemple, plusieurs auteur·e·s actuel·le·s issu·e·s des domaines psychosociaux et médicaux affirment que l’orientation sexuelle est composée d’une pluralité de dimensions (incluant le plus souvent les attirances, les comportements et l’identité sexuel·le·s), lesquelles forment chacune un continuum indépendant et peuvent évoluer au fil du parcours de vie, de sorte qu’il existe une multitude de manières différentes dont les personnes peuvent définir et vivre leur propre sexualité8 (Savin-Williams, 2006 ; Sexual Minority Assessment Research Team, 2009, cités dans Chamberland, 2012). Or, le fait de réduire l’orientation sexuelle à une caractéristique unidimensionnelle et biologiquement déterminée a pour effet d’occulter cette diversité pour mieux perpétuer un modèle dichotomique opposant l’hétérosexualité, implicitement élevée au rang de norme, à toute forme de déviation de celle-ci, qui revêtirait alors un caractère intrinsèquement marginal. En outre, l’idée que l’orientation sexuelle (ou l’identité de genre) constitue un attribut strictement inné, ne pouvant être modelé au cours des expériences de vie subjectives, écarte la possibilité que la non-conformité puisse résulter d’influences positives ou faire l’objet d’un choix libre et valide, rendant ainsi son acceptabilité sociale conditionnelle à sa nature biologiquement inéluctable (Chamberland, 2012 ; Trottier-Gascon, 2018).

21Enfin, la théorie de Baron-Cohen, tout comme les théories qui tentent de relier l’existence d’attirances homosexuelles à des variations hormonales prénatales (DeCecco et Shiveley, 2018), repose sur la présomption d’une sexuation des structures du cerveau. Un tel présupposé, en plus de se traduire par des biais méthodologiques majeurs qui reconduisent les stéréotypes de genre (tels que l’association entre systématisation et masculinité, puis entre empathie et féminité chez Baron-Cohen), contribue à l’essentialisation des différences entre les femmes et les hommes (Cossette, 2012 ; Abou et Berry, 2018 ; Trottier-Gascon, 2018). De nombreuses critiques ont été exprimées à l’égard du neurosexisme prévalant dans les publications scientifiques (Vidal et Benoit-Browaeys, 2015) et les théories prétendant démontrer l’existence de différences fondamentales entre les « sexes », que ce soit en matière de structures cérébrales ou de diverses caractéristiques comportementales (DeCecco et Shiveley, 2018), se voient réfutées de façon quasi systématique. Pourtant, ces théories semblent bénéficier d’une sorte de « plausibilité sociologique », car elles viennent conforter une « croyance préalable » (Fillod, 2019) ou fournir une explication vraisemblable à des phénomènes jugés exceptionnels tels que l’autisme, le « transsexualisme » ou l’homosexualité.

La proposition psychologique

22Les deux autres explications proposées attribuent plutôt le lien constaté entre autisme et minorités de genre ou de sexualité à des phénomènes d’ordre psychologique. La première d’entre elles stipule que la disposition marquée à la transidentité chez les personnes autistes serait due au mode de pensée rigide caractéristique de leur condition. Celui-ci les amènerait à privilégier une conception binaire et stéréotypée des identités de genre, de sorte que le moindre signe de leur propre déviation de ce qu’elles considèrent être la norme engendrerait chez elles des sentiments de confusion et de malaise pouvant être surinterprétés en tant que signes de dysphorie de genre (Strang et al., 2014 ; Shumer et al., 2015 ; George et Stokes, 2016 ; Holt et al., 2016). Cette hypothèse a cependant été remise en question par de Vries et al. (2010, cité·e·s dans Strang et al., 2014), qui ont conclu que, suivant une évaluation psychiatrique approfondie, la plupart des jeunes autistes référé·e·s à une clinique spécialisée en identité de genre présentent une transidentité stable et s’avèrent ainsi médicalement admissibles à la réalisation d’un processus de transition.

La proposition psychosociologique

23Une dernière proposition théorique se base plutôt sur la moindre réceptivité aux normes sociales typique des personnes autistes pour expliquer que celles-ci puissent être plus facilement disposées à assumer et à affirmer une sexualité ou une identité de genre hors normes (Gilmour et al., 2012 ; Strang et al., 2014 ; George et Stokes, 2016 ; Glidden et al., 2016 ; May et al., 2017b). Par exemple, une personne non autiste éprouvant à la fois certaines attirances hétérosexuelles et d’autres homosexuelles pourrait être portée à réprimer ces dernières et à s’abstenir de les traduire en comportements homosexuels par crainte d’être victime de stigmatisation, ce qui ne viendrait pas nécessairement à l’esprit d’une personne autiste (Gilmour et al., 2012). La faible influence qu’exercent les conventions sociales sur la majorité des personnes autistes peut être conçue de façon positive : par exemple, selon Jack (2012), ces dernières seraient plus à même de saisir le potentiel créatif du genre, c’est-à-dire de concevoir ce dernier comme présentant un large éventail de possibilités parmi lesquelles il est possible de choisir, auxquelles on peut accorder un sens subjectif et que l’on peut s’approprier afin de construire l’identité qui correspond le mieux à ce que l’on est. Cette explication se distingue ainsi des précédentes du fait qu’elle se distancie de la conception psychomédicale dominante de l’autisme, axée sur les déficits et limitations associés à celui-ci, pour mieux rejoindre le paradigme de la neurodiversité, qui reconnaît et met en lumière les avantages pouvant découler de ce mode différent d’appréhension de la réalité sociale. Cette hypothèse s’inscrit également dans une conception relativement positive des orientations non hétérosexuelles et surtout de la non-conformité de genre, ici envisagée comme pouvant découler non pas d’une forme de perturbation psychologique, mais d’un processus épanouissant de construction identitaire. Il reste toutefois à se demander si et dans quelle mesure l’émergence de telles conceptions plus valorisantes de la diversité sexuelle et de genre comme de l’autisme se reflète concrètement dans l’inclusion sociale des personnes autistes et LGBTQ.

Vulnérabilités et défis dans les expériences des personnes autistes et LGBTQ

  • 9 Le terme « capacitisme » désigne toute forme de préjugé ou de discrimination envers les personnes p (...)
  • 10 Le terme « hétérosexisme » désigne un système d’attitudes, de biais et de discrimination favorisant (...)

24À la lumière de la littérature recensée à ce sujet, une pluralité de défis et d’obstacles apparaissent à même de se poser aux membres de cette population particulière à différents niveaux de leur développement personnel et social. Barnett (2014) met d’abord en lumière l’impact considérable que peut avoir la prégnance du capacitisme9 et de l’hétérosexisme10 au sein de notre société sur l’expérience vécue par ces individus doublement minorisés. De telles formes de discrimination limitent l’accès de ces derniers à la citoyenneté sexuelle, c’est-à-dire à leur droit de vivre et d’assumer pleinement leur identité et leur expression sexuelles (Richardson, 2017). Ce droit leur est souvent implicitement refusé en raison du capacitisme structurel et culturel ainsi que de la normativité sexuelle auxquel·le·s les personnes autistes et LGBTQ se voient confrontées au quotidien. Si le capacitisme structurel se manifeste dans un cadre institutionnel, par un accès restreint à certaines opportunités économiques et à une éducation sexuelle adaptée, par exemple, le capacitisme culturel prend quant à lui la forme d’une exclusion sociale des personnes catégorisées comme handicapées, tandis que la notion de normativité sexuelle fait ici référence à la valorisation des rôles de genre traditionnels prévalant au sein des sociétés contemporaines ainsi qu’à la discrimination homophobe et transphobe à laquelle font face les personnes LGBTQ. Dans un article subséquent, Barnett (2017) démontre que l’intersection entre capacitisme et hétérosexisme constitue aussi une source fréquente de harcèlement envers ces individus. En effet, les conceptions hégémoniques du genre, de la sexualité et de la capacité étant étroitement liées, le harcèlement vécu par les personnes autistes est souvent lié à leur non-conformité, affirmée ou non, à certaines normes entourant l’expression de genre et (hétéro)sexuelle, cette non-conformité constituant la base « rationnelle » du traitement préjudiciable infligé. C’est donc la déviation perçue de la norme, plutôt que l’autisme, l’orientation sexuelle ou l’identité de genre en soi, qui s’avère la cible du harcèlement subi.

25La santé mentale constitue également un enjeu important de l’expérience vécue par les individus autistes et issus des minorités de genre et de sexualité. Selon George et Stokes (2018), cette situation de double minorité est associée à un risque plus élevé de dépression et d’anxiété, laissant croire qu’elle engendre une exacerbation de la confrontation à divers facteurs de stress. Powis (2017) ajoute qu’en ce qui concerne plus précisément les personnes concernées à la fois par l’autisme et par la dysphorie de genre, le fait de s’attendre à ce que les relations interpersonnelles soient facilitées par le processus de transition peut engendrer de la déception à la suite du constat que les difficultés sociales liées à l’autisme ne disparaissent pas pour autant une fois ce processus réalisé, pouvant ainsi aggraver les symptômes dépressifs ressentis.

26Les personnes autistes et LGBTQ peuvent aussi être confrontées à une pluralité de difficultés dans le cadre de leurs interactions avec les professionnel·le·s de santé. Tel que le rapportent Moreno et al. (2017), plusieurs d’entre elles se sentent contraintes de dissimuler leur orientation sexuelle ou leur identité de genre par crainte d’être victimes de discrimination, donnant ainsi lieu à un manque de politiques et de services adapté·e·s et à l’aggravation des inégalités sociales de santé existant entre ces personnes et la population non autiste, hétérosexuelle et cisgenre. De plus, les individus ayant un diagnostic d’autisme se voient souvent infantilisés dans un contexte psychomédical, ce qui peut entraver la reconnaissance de leur sexualité. En effet, certain·e·s intervenant·e·s démontrent une attitude paternaliste à leur égard et s’efforcent de les amener à se conformer à la « norme », empêchant ainsi tout dialogue concernant la possibilité qu’ils s’identifient aux minorités de genre et de sexualité. Même dans l’éventualité où une personne autiste arrive à s’affirmer en tant qu’homosexuelle ou trans, par exemple, les professionnel·le·s peuvent recevoir cette affirmation avec crainte ou méfiance. Elles et ils peuvent effectivement faire preuve d’inquiétude à l’idée que cette personne ne se retrouve encore plus marginalisée ou bien que son identification aux minorités de genre ou de sexualité ne serve des motifs inappropriés, pouvant constituer un prétexte pour expliquer sa propre différence autrement que par l’autisme ou un moyen d’être plus facilement acceptée en se ralliant à un groupe minoritaire, et donc potentiellement plus ouvert à la différence (The Asperger/Autism Network). Enfin, les clinicien·ne·s peuvent avoir de la difficulté à évaluer les critères diagnostiques de la dysphorie de genre chez leurs patient·e·s autistes. Par exemple, un·e enfant autiste éprouvant un sentiment de différence par rapport à ses pairs du même genre pourrait être porté·e à s’entourer de pairs du genre opposé et à s’identifier davantage à ces derniers, ayant ainsi l’impression d’appartenir au même genre qu’eux sans que cette impression ne se qualifie à long terme comme signe de dysphorie de genre. Certains individus autistes ressentent aussi une forme d’inconfort ou de déconnexion face à leur propre corps, pouvant ainsi difficilement verbaliser leur conception de leur identité de genre et les raisons les poussant à vouloir réaliser un processus de transition médicale, ce qui les empêche d’accéder aux traitements et au soutien dont ils auraient besoin dans le cadre de ce processus (Powis, 2017).

27Powis souligne également les défis pouvant être posés par les interactions des personnes autistes et trans avec leurs pairs. La plupart des formes de différence ou d’écart vis-à-vis des normes dominantes pouvant être source de rejet et d’intimidation, notamment chez les jeunes, ces personnes se trouvent particulièrement vulnérables au vécu de telles expériences négatives en raison de leur appartenance doublement minoritaire. De surcroît, toujours selon Powis, on associe souvent l’autisme à une difficulté à se représenter des états mentaux différents des siens, de sorte que les personnes autistes peuvent avoir du mal à concevoir la façon dont elles sont perçues par leur entourage et à ajuster l’image qu’elles projettent si cette dernière s’avère sujette à dérision. Enfin, étant moins perméables aux normes sociales, elles peuvent aussi opter pour des manières inappropriées de chercher de l’aide et pour des contextes à risque lors de leurs premières expérimentations avec leur expression de genre nouvellement affirmée. Afin d’illustrer ce dernier cas de figure, l’auteure donne l’exemple d’un bar ou d’une boîte de nuit populaire où, en raison de la présence d’une foule intoxiquée et potentiellement intolérante à la différence, de telles expérimentations pourraient se solder par des moqueries, de l’intimidation, voire de la violence à l’égard de la personne autiste s’affirmant publiquement en tant que personne trans.

Au croisement de l’autisme et de l’appartenance à des minorités de genre et de sexualité : vers un vécu plus harmonieux

28Les personnes autistes et LGBTQ ne vivent pas seulement l'accumulation des difficultés respectivement associées à chacune de leurs positions minoritaires, mais rencontrent également des défis propres à cette double appartenance (Bilge, 2010). Leur réalité doit donc être examinée au regard de leur positionnement à la croisée de diverses catégories, sans qu’un aspect de leur identité soit subordonné à un autre, que ce soit en axant l’intervention sur l’autisme en négligeant l’identité sexuelle ou de genre, ou inversement. Il importe également de ne pas présumer des effets combinés de chacune de leurs situations, lesquels peuvent parfois s’additionner pour entraîner des difficultés aggravées, mais aussi se compenser ou s’agencer de manière dynamique de façon à favoriser, par exemple, des expériences alternatives et épanouissantes du genre.

29Parmi les écrits recensés, quelques auteur·e·s émettent des recommandations, principalement adressées aux chercheur·e·s, activistes et clinicien·ne·s œuvrant dans le domaine de l’autisme ou auprès de personnes LGBTQ, lesquelles visent à atténuer les difficultés évoquées précédemment dans un objectif d’amélioration de la condition globale des personnes autistes et LGBTQ. Afin de lutter contre la discrimination intersectionnelle qu’elle dénonce dans son article, Barnett (2017) affirme l’importance de tenir compte du harcèlement sexiste et LGBT-phobe inhérent à l'oppression capacitiste (et vice versa) dans les milieux académiques et militants. L’auteure milite également pour une législation qui permette de prendre en considération les plaintes pour discrimination basées sur des motifs multiples, de façon à ce que soient adéquatement reconnus et combattus les préjudices subis par les personnes vivant plusieurs formes d’oppression simultanées (Kombila, 2016).

30Dans le domaine de l’intervention, en vue d’assurer une meilleure adaptation des services à l’ensemble de la population, Moreno et al. (2017) recommandent l’amélioration des compétences culturelles concernant la diversité sexuelle et de genre dans les pratiques cliniques, la recherche et les politiques entourant le soutien aux personnes autistes. En matière de soins de santé, le concept de compétence culturelle désigne la capacité des professionnel·le·s à communiquer efficacement avec leurs patient·e·s issu·e·s de diverses cultures, en prenant conscience de leur propre point de vue subjectif tout en adoptant une attitude d’ouverture envers la variété de pratiques et de visions du monde auxquelles elles et ils peuvent être confronté·e·s dans le cadre de leurs fonctions (Make It Our Business, 2017). En ce qui concerne plus précisément la culture LGBTQ, les clinicien·ne·s peuvent notamment faire preuve d’une telle compétence en s’assurant d’utiliser un langage inclusif et non hétéronormatif lors de leurs interactions, en reconnaissant la place importante que peut occuper la famille choisie dans le réseau de soutien de l’usager·ère et, globalement, en tenant compte de l’identité de genre et de l’orientation sexuelle en tant que caractéristiques centrales de l’individu dans une perspective holistique du soin (Moreno et al., 2017).

31Pour améliorer les pratiques diagnostiques de la dysphorie de genre au sein de la patientèle autiste, Powis (2017) enjoint les professionnel·le·s du milieu psychomédical à développer des moyens concrets afin d’aider les personnes autistes à expliciter leur rapport à leur propre identité de genre. Ces moyens peuvent inclure la proposition de questions à choix multiple, l’expression par l’écriture ou le dessin ainsi que le recours à des outils psychopédagogiques tels que la Personne Gingenre (Healthy, Understood, Educated, Safe, 2017), la Licorne du genre (Trans Student Educational Resources, 2019) ou encore le Bretzel du genre (Coalition des groupes jeunesse LGBTQ+, 2019), qui constituent autant de modèles visuels simples permettant d’illustrer clairement les distinctions entre identité de genre, expression de genre, sexe assigné à la naissance, orientation sexuelle et orientation romantique. Afin de faciliter les interactions des individus autistes et trans avec leurs pairs, la psychologue encourage également les clinicien·ne·s à amener leurs patient·e·s à anticiper les potentielles réactions négatives auxquelles elles et ils pourraient devoir faire face en commençant leur processus de transition sociale ainsi qu’à préparer leur façon de recevoir et de gérer de telles réactions. Elle conseille aussi d’émettre des suggestions pragmatiques en matière de gestion de l’apparence physique et d’espaces sécuritaires où exprimer pour les premières fois leur identité de genre ressentie, les membres d’un groupe de soutien LGBTQ ayant plus de chances de s’avérer tolérant·e·s que la clientèle du bar conventionnel évoqué plus haut, par exemple.

32Enfin, Bennett et Goodall (2016) plaident pour le développement de la recherche scientifique portant sur la réalité des personnes autistes et issues des minorités de genre et de sexualité. Les auteur·e·s proposent notamment de se pencher sur les thèmes de la santé mentale (les personnes autistes comme les personnes LGBTQ étant plus à risque de dépression et d’idéation suicidaire), de la réalité des personnes âgées (les deux populations pouvant éprouver des difficultés à s’intégrer à la vie en résidence) et de la santé sexuelle (l’éducation sexuelle revêtant une importance particulière pour les individus autistes et devant donc être adaptée à l’ensemble de ceux-ci, incluant ceux qui appartiennent à la communauté LGBTQ). L’avancement de la recherche dans l’ensemble de ces domaines permettrait de mieux guider la pratique des professionnel·le·s œuvrant auprès de la population particulière que constituent les personnes autistes et LGBTQ.

Conclusion : critiques méthodologiques et épistémologiques

33La présente revue de littérature a permis de synthétiser les travaux récents se situant à l’intersection des thèmes de l’autisme et de l’appartenance aux minorités de genre et de sexualité. À notre connaissance, peu de publications et de recensions des écrits avaient à ce jour abordé à la fois la question de l’identité de genre et celle de l’orientation sexuelle chez les personnes autistes. Cet article propose ainsi l’un des premiers tours d’horizon complets concernant les liens observés entre autisme, genre et sexualité. En recensant une diversité de travaux publiés sur le sujet au cours des dix dernières années, nous avons pu faire ressortir des modèles explicatifs basés sur des conceptions « classiques » de l’autisme comme des minorités de genre et de sexualité, présumant de leur nature innée et éventuellement pathologique, mais également un modèle émergent s’inscrivant dans une compréhension moins rigide et plus valorisante de ces mêmes réalités. En plus de mettre en lumière les cooccurrences observées entre autisme et appartenance aux minorités de genre ou de sexualité ainsi que les potentiels facteurs évoqués pour expliquer celles-ci, notre revue de littérature a aussi permis d’aborder les nombreux défis que peuvent rencontrer les personnes autistes et LGBTQ au fil de leur parcours. Compte tenu de ces derniers, nous avons finalement mis en lumière les principales recommandations émises par les communautés scientifique, académique et clinicienne en vue d’améliorer le bien-être global de cette population aux besoins et intérêts particuliers.

34Ainsi, la recension effectuée nous a permis de constater que la grande majorité des auteur·e·s s’étant intéressé·e·s à ce sujet de recherche s’entendent sur l’existence de liens significatifs entre l’autisme, ainsi que les traits autistiques de façon plus large, et l’appartenance aux minorités de genre et de sexualité. D’importantes limites méthodologiques quant au corpus de publications recensées nous amènent toutefois à nous interroger sur les significations concrètes que peuvent vraisemblablement revêtir les cooccurrences ainsi observées. D’abord, force est de constater que les variables auxquelles on s’intéresse se voient définies par des critères inconsistants d’une étude à une autre. Par exemple, une catégorie simplement décrite comme étant constituée de « personnes autistes » peut aussi bien inclure, dépendamment de l’article auquel on se réfère, des individus s’auto-identifiant en tant qu’autistes, ayant été préalablement diagnostiqués comme tels ou ayant obtenu un score dépassant un seuil prédéterminé à un test diagnostique passé dans le cadre de l’étude même. Les variables étudiées sont également mesurées, dans certaines des publications recensées, par des outils dont la validité apparaît passablement contestable. En effet, Turban et van Schalkwyk (2018) soulignent que pour déterminer la présence d’une variance de genre chez un·e jeune donné·e, certain·e·s chercheur·e·s se basent uniquement sur la réponse fournie par ses parents à une question issue de la Child Behavior Checklist (Achenbach, 1991), à savoir si et à quelle fréquence l’enfant exprime le désir « d’être de l’autre sexe ». Or, les auteurs sont d’avis qu’une telle réponse peut ne refléter qu’une identification abstraite et passagère au genre opposé, notamment chez les jeunes présentant des intérêts atypiques de leur genre assigné, et affirment que la réalisation d’entretiens en profondeur avec les enfants et adolescent·e·s concerné·e·s permettrait de définir avec plus d’exactitude l’identité de genre ressentie par celles et ceux-ci. En bref, le manque de constance et de rigueur avec lequel nos variables d’intérêt se voient évaluées dans le cadre des études recensées nous enjoint à faire preuve de prudence quant à l’interprétation des résultats se dégageant globalement de ces dernières.

35Enfin, au-delà des critiques méthodologiques pouvant lui être adressées, l’une des principales limites de ce corpus relève du fait qu’il est composé d’études s’inscrivant de manière prédominante dans une conception strictement médicale des différences humaines. La plupart des travaux à l'intersection des thèmes de l'autisme et de l’appartenance aux minorités de genre et de sexualité consistent effectivement en la recherche de cooccurrences entre ces deux phénomènes à travers la démonstration de corrélations statistiques, approche impliquant nécessairement la création de catégories hermétiques censées regrouper des individus présentant des traits ou caractéristiques commun·e·s, notamment de nature biologique ou psychologique, les distinguant du reste de la population. Ainsi, la réalisation de ce type de recherche implique de façon quasi inévitable l’homogénéisation théorique de catégories pouvant recouvrir des réalités subjectives bien différentes les unes des autres dans la pratique, mais également la création ou la réification de distinctions rigides entre ces catégories selon que l'on considère qu'elles relèvent du « normal » ou du « pathologique », ou du moins de l'« exceptionnel ». Une telle approche a pour effet de hiérarchiser les individus, de façon plus ou moins explicite, sur la base de leurs différences plutôt que de reconnaître la diversité inhérente aux faits humains, que ce soit en matière de neurologie, d'orientation sexuelle ou d'identité de genre.

36À la lumière de ce constat, il nous apparaît d'autant plus essentiel de favoriser les prises de parole directement issues des communautés autistes et LGBTQ, de façon à pouvoir tenir compte des subjectivités échappant immanquablement à ce paradigme proprement médical. Nous tenons à cet effet à souligner de nouveau le travail de l’association AlterHéros, dont le projet Neuro/Diversités réalisé en 2017 a permis la création, à partir d’une série d’échanges avec un groupe de jeunes neurodivergent·e·s appartenant aux minorités de genre et de sexualité, d’un guide à l’intention des proches et des membres du réseau de l’éducation, de la santé et des services sociaux, visant la promotion de bonnes pratiques en matière d’éducation à la sexualité, de prévention des violences sexuelles, de création d’espaces sécuritaires et d’ouverture à la diversité sous toutes ses formes. Il ne reste qu’à espérer que les initiatives issues des milieux cliniques et académiques s’articulent aux besoins exprimés par les communautés concernées de façon à assurer à long terme l’émancipation individuelle et collective des personnes autistes et LGBTQ.

Haut de page

Bibliographie

ABOU Bérengère, BERRY Hugues (dir.), Sexe & genre. De la biologie à la sociologie, Paris, Éditions matériologiques, 2019.

ACHENBACH Thomas M., Manual for the Child Behavior Checklist/4-18 and 1991 Profile, Burlington, Dept. of Psychiatry, University of Vermont, 1991.

ALTERHÉROS, Neuro/Diversités, 2017, en ligne au : <http://www.alterheros.com/neurodiversites/>, consulté le 8 mai 2018.

AMERICAN PSYCHIATRIC ASSOCIATION, Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders: DSM-5, Washington, DC, American Psychiatric Association, 2013.

AMERICAN PSYCHIATRIC ASSOCIATION, What Is Gender Dysphoria?, 2019, en ligne au : <https://www.psychiatry.org/patients-families/gender-dysphoria/what-is-gender-dysphoria>, consulté le 15 décembre 2019.

ASPERGER Hans, « Die “Autistischen Psychopathen” im Kindesalter », Archiv fur Psychiatrie und Nervenkrankheiten, 177, 1944, pp. 76-136.

ASSOCIATION FRANCOPHONE DE FEMMES AUTISTES, Sensibilisation, en ligne au : <https://femmesautistesfrancophones.com/sensibilisation/>, consulté le 25 novembre 2018.

AUTISM SPEAKS, What Is Autism?, en ligne au : <https://www.autismspeaks.org/what-autism>, consulté le 18 juin 2018.

BARNETT Jessica Penwell, Sexual Citizenship on the Autism Spectrum, thèse de sociologie, sous la direction de Eleanor Maticka-Tyndale, Windsor, University of Windsor, 2014.

BARNETT Jessica Penwell, « Intersectional Harassment and Deviant Embodiment Among Autistic Adults: (Dis)ability, Gender and Sexuality », Culture, Health and Sexuality, 19-11, 2017, pp. 1210-1224.

BARON-COHEN Simon, « The Extreme Male Brain Theory of Autism », Trends in Cognitive Sciences, 6-6, 2002, pp. 248-254.

BENNETT Matthew, GOODALL Emma L., « Towards an Agenda for Research for Lesbian, Gay, Bisexual, Transgendered and/or Intersexed People with an Autism Spectrum Diagnosis », Journal of Autism and Developmental Disorders, 46, 9, 2016, pp. 3190-3192.

BILGE Sirma, « De l’analogie à l’articulation : Théoriser la différenciation sociale et l’inégalité complexe », L’homme et la société, 176-177, 2010, pp. 43-64.

BROWN Lydia, « The Significance of Semantics: Person-First Language: Why It Matters », Autistic Hoya, 2011, en ligne au : <https://www.autistichoya.com/2011/08/significance-of-semantics-person-first.html>, consulté le 14 décembre 2019.

BUSH Hillary Hurst, Self-Reported Sexuality Among Women With and Without Autism Spectrum Disorder (ASD), thèse de psychologie clinique, sous la direction de Abbey Eisenhower, Heidi Levitt et Laurel Wainwright, Boston, University of Massachusetts Boston, 2016.

CENTERS FOR DISEASE CONTROL AND PREVENTION, « Prevalence of Autism Spectrum Disorder Among Children Aged 8 Years — Autism and Developmental Disabilities Monitoring Network, 11 Sites, United States, 2014 », Morbidity and Mortality Weekly Report: Surveillance Summaries, 67, 2018.

CHAMBERLAND Line, « La biologie de l’homosexualité : un révélateur de l’imbrication du sexisme et de l’hétérosexisme », in COSSETTE Louise (dir.), Cerveau, hormones et sexe : des différences en question, Montréal, Éditions du remue-ménage, 2012, pp. 49-83.

COALITION DES GROUPES JEUNESSE LGBTQ+, Bretzel du genre, 2019, en ligne au : <https://coalitionjeunesse.org/wp-content/uploads/2019/11/affiche-bretzeldugenre-2019.pdf>, consulté le 11 décembre 2019.

COLLINS Patricia Hill, « The Social Construction of Black Feminist Thought », Signs: Journal of Women in Culture and Society, 14, 4, 1989, pp. 745-773.

COSSETTE Louise (dir.), Cerveau, hormones et sexe : des différences en question, Montréal, Éditions du remue-ménage, 2012.

CRAMER Elizabeth P., Addressing homophobia and heterosexism on college campuses, Binghamton, New York, Harrington Park Press, 2002.

DECECCO John P., SHIVELEY Michael G., The Homosexual and Heterosexual Identities: The Normalization of Sexual Relationships, FourCats Press, 2018.

DEWINTER Jeroen, DE GRAAF Hanneke, BEGEER Sander, « Sexual Orientation, Gender Identity, and Romantic Relationships in Adolescents and Adults with Autism Spectrum Disorder », Journal of Autism and Developmental Disorders, 47, 9, 2017, pp. 2927-2934.

DREGER Alice, « Why Gender Dysphoria Should No Longer Be Considered a Medical Disorder », Pacific Standard, 2017, en ligne au : <https://psmag.com/social-justice/take-gender-identity-disorder-dsm-68308>, consulté le 14 décembre 2019.

FILLOD Odile, « Mirages de la biologie du genre », in ABOU Bérengère et BERRY Hugues (dir.), Sexe & genre. De la biologie à la sociologie, Paris, Éditions matériologiques, 2019, pp. 67-79.

GEORGE Rita, STOKES Mark, « The effect of High-Functioning Autism on Sexual Orientation and Gender-Identity », présentation dans le cadre du XIe Autism-Europe International Congress, Édimbourg, septembre 2016, en ligne au : <http://programme.exordo.com/autismeurope2016/delegates/presentation/305/>, consulté le 24 mai 2018.

GEORGE Rita, STOKES Mark, « A Quantitative Analysis of Mental Health Among Sexual and Gender Minority Groups in ASD », Journal of Autism and Developmental Disorders, 48, 6, 2018, pp. 2052-2063.

GILMOUR Laura, SCHALOMON Melike, SMITH Veronica, « Sexuality in a Community Based Sample of Adults with Autism Spectrum Disorder », Research in Autism Spectrum Disorders, 6, 2012, pp. 313-318.

GLIDDEN Derek, BOUMAN Walter Pierre, JONES Bethany A., ARCELUS Jon, « Gender Dysphoria and Autism Spectrum Disorder: A Systematic Review of the Literature », Sexual Medicine Reviews, 4, 1, 2016, pp. 3-14.

GROSSI Giordana, FINE Cordelia, « The Role of Fetal Testosterone in the Development of the “Essential Difference” Between the Sexes: Some Essential Issues », in BLUHM Robyn, JACOBSON JAAP Anne, MAIBOM Heidi Lene (dir.), Neurofeminism: Issues at the Intersection of Feminist Theory and Cognitive Science, 2012, pp. 73-104.

HANEY Jolynn, « Autism, Females, and the DSM-5: Gender Bias in Autism Diagnosis », Social Work in Mental Health, 14, 4, 2016, pp. 396-407.

HARDING Sandra, The science question in feminism, Ithaca, Cornell University Press, 1986.

HARDING Sandra, « Rethinking Standpoint Epistemology: What is “Strong Objectivity”? », The Centennial Review, 36, 3, 1992, pp. 437-470.

HEALTHY, UNDERSTOOD, EDUCATED, SAFE, HUES : Art, Tools, and Resources for Global Justice, 2017, en ligne au : <http://hues.xyz>, consulté le 27 juin 2018.

HOLT Vicky, SKAGERBERG Ellen, DUNSFORD Michael, « Young People with Features of Gender Dysphoria: Demographics and Associated Difficulties », Clinical Child Psychology and Psychiatry, 2016, 21, 1, pp. 108-118.

IGARTUA Karine, THOMBS Brett D., BURGOS Giovani, MONTORO Richard, « Concordance and Discrepancy in Sexual Identity, Attraction, and Behavior among Adolescents », Journal of Adolescent Health, 2009, 45, pp. 602-608.

JAARSMA Pier, WELIN Stellan, « Autism as a Natural Human Variation: Reflections on the Claims of the Neurodiversity Movement », Health Care Analysis: Journal of Health Philosophy and Policy, 20, 1, 2012, pp. 20-30.

JACK Jordynn, « Gender Copia: Feminist Rhetorical Perspectives on an Autistic Concept of Sex/Gender », Women’s Studies in Communication, 35, 1, 2012, pp. 1-17.

JANSSEN Aron, HUANG Howard, DUNCAN Christina, « Gender Variance Among Youth with Autism Spectrum Disorders: A Retrospective Chart Review », Transgender Health, 1, 1, 2016, pp. 63-68.

JONES Rebecca M., WHEELWRIGHT Sally, FARRELL Krista, MARTIN Emma, GREEN Richards, DI CEGILE Domenico, BARON-COHEN Simon, « Brief Report: Female-to-Male Transsexual People and Autistic Traits », Journal of Autism and Developmental Disorders, 42, 2, 2012, pp. 301-306.

JUNG Patricia Beattie, SMITH Ralph F, Heterosexism: An Ethical challenge, Albany, State University of New York Press, 1993.

KANNER Leo, « Autistic Disturbances of Affective Contact », Nervous Child, 2, 1943, pp. 217-250.

KAPP Steven K., GILLESPIE-LYNCH Kristen, SHERMAN Lauren E., HUTMAN Ted, « Deficit, difference, or both? Autism and neurodiversity », Developmental Psychology, 49, 1, 2013, pp. 59-71.

KOMBILA Hilème, « Les entraves à l’approche “intersectionnelle” canadienne de la discrimination », La Revue des droits de l’homme. Revue du Centre de recherches et d’études sur les droits fondamentaux, 9, 2016.

KREISER Nicole L., WHITE Susan W., « ASD in Females: Are We Overstating the Gender Difference in Diagnosis? », Clinical Child and Family Psychology Review, 2014, 17, 1, pp. 67-84.

KRISTENSEN Zoë E., BROOME Matthew R, « Autistic Traits in an Internet Sample of Gender Variant UK Adults », International Journal of Transgenderism, 16, 4, 2015, pp. 234-245.

LAI Meng-Chuan, LOMBARDO Michael V., RUIGROK Amber NV, CHAKRABARTI Bhismadev, AUYEUNG Bonnie, SZATMARI Peter, HAPPÉ Francesca, BARON-COHEN Simon, « Quantifying and Exploring Camouflaging in Men and Women with Autism », Autism, 21, 6, 2017, pp. 690-702.

LEV Arlene Istar, « Gender Dysphoria: Two Steps Forward, One Step Back », Clinical Social Work Journal, 41, 3, 2013, pp. 288-296.

LINTON Simi, Claiming Disability: Knowledge and Identity, New York, New York University Press, 1998.

LOOMES Rachel, HULL Laura, MANDY William Polmear Locke, « What Is the Male-to-Female Ratio in Autism Spectrum Disorder? A Systematic Review and Meta-Analysis », Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 56, 6, 2017, pp. 466-474.

MAKE IT OUR BUSINESS, What does it mean to be culturally competent?, 2017, en ligne au : <http://makeitourbusiness.ca/blog/what-does-it-mean-be-culturally-competent>, consulté le 29 octobre 2019.

MAY Tamara, PANG Kenneth, WILLIAMS Katrina Jane, « Brief Report: Sexual Attraction and Relationships in Adolescents with Autism », Journal of Autism and Developmental Disorders, 47, 6, 2017a, pp. 1910-1916.

MAY Tamara, PANG Kenneth, WILLIAMS Katrina Jane, « Gender Variance in Children and Adolescents with Autism Spectrum Disorder from the National Database for Autism Research », International Journal of Transgenderism, 18, 1, 2017b, pp. 7-15.

MORENO Alexander, LAOCH Ari, ZASLER Nathan D, « Changing the Culture of Neurodisability Through Language and Sensitivity of Providers: Creating a Safe Place for LGBTQIA+ People », NeuroRehabilitation, 41, 2, 2017, pp. 375-393.

NOBILI Anna, GLAZEBROOK Cris, BOUMAN Walter Pierre, GLIDDEN Derek, BARON-COHEN Simon, ALLISON Carrie, SMITH Paula, ARCELUS Jon, « Autistic Traits in Treatment-Seeking Transgender Adults », Journal of Autism and Developmental Disorders, 2018, pp. 1-11.

OXFORD DICTIONARIES, « Genderqueer », en ligne au : <https://www.lexico.com/definition/gender

queer>, consulté le 14 octobre 2020.

PASTERSKI Vickie, GILLIGAN Liam, CURTIS Richard, « Traits of Autism Spectrum Disorders in Adults with Gender Dysphoria », Archives of Sexual Behavior, 43, 2, 2014, pp. 387-393.

POWIS Sally, « Gender Dysphoria and Autism: Challenges and Support », Network Autism, 2017, en ligne au : <https://network.autism.org.uk/knowledge/insight-opinion/gender-dysphoria-and-autism-challenges-and-support>, consulté le 30 juin 2018.

PRIEBE Gisela, SVEDIN Carl Goran, « Operationalization of three dimensions of sexual orientation in a national survey of late adolescents », Journal of Sex Research, 50, 8, 2013, pp. 727-738.

QUALLS Lydia Ruth, Sexuality and the Autism Spectrum: Implications for Individuals with the Broad Autism Phenotype, mémoire de psychologie, sous la direction de James Paulson, Norfolk, Old Dominion University, 2017.

RICHARDSON Diane, « Rethinking Sexual Citizenship », Sociology, 51, 2, 2017, pp. 208-224.

RUDOLPH Christiane E.S., LUNDIN Andreas, ÅHS Jill W., DALMAN Christina, KOSIDOU Kyriaki, « Brief Report: Sexual Orientation in Individuals with Autistic Traits: Population Based Study of 47,000 Adults in Stockholm County », Journal of Autism and Developmental Disorders, 48, 2, 2018, pp. 619-624.

SCHILT Kristen, WESTBROOK Laurel, « Doing Gender, Doing Heteronormativity: “Gender Normals,” Transgender People, and the Social Maintenance of Heterosexuality », Gender & Society, 23, 4, 2009, pp. 440-464.

SHUMER Daniel E., REISNER Sari L., EDWARDS-LEEPER Laura, TISHELMAN Amy, « Evaluation of Asperger Syndrome in Youth Presenting to a Gender Dysphoria Clinic », LGBT Health, 3, 5, 2015, pp. 387-390.

SKUSE D.H., « Imprinting, the X-Chromosome, and the Male Brain: Explaining Sex Differences in the Liability to Autism », Pediatric Research, 47, 1, 2000, pp. 9-16.

SMITH Andrew, A Neuropsychological Exploration of Autistic Traits in a Transgender Population, thèse de psychologie clinique, sous la direction de Daniel Smith, Glasgow, University of Glasgow, 2014.

SPRINGER Kristen W., MAGER STELLMAN Jeanne et JORDAN-YOUNG Rebecca M., « Beyond a Catalogue of Differences: A Theoretical Frame and Good Practice Guidelines for Researching Sex/Gender in Human Health », Social Science & Medicine, 74, 11, 2012, pp. 1817-1824.

STRANG John, KENWORTHY Lauren, DOMINSKA Aleksandra et al., « Increased Gender Variance in Autism Spectrum Disorders and Attention Deficit Hyperactivity Disorder », Archives of Sexual Behavior, 43, 8, 2014, pp. 1525-1533.

THE ASPERGER/AUTISM NETWORK, Sexual Orientation, Gender Identity and Asperger/Autism, en ligne au : <http://www.aane.org/sexual-orientation-gender-identity-aspergerautism/>, consulté le 23 mai 2018.

TRANS STUDENT EDUCATIONAL RESOURCES, The Gender Unicorn, 2019, en ligne au : <https://www.transstudent.org/gender/>, consulté le 11 décembre 2019.

TROTTIER-GASCON Caroline, « Personnes trans autistes dans les discours médicaux : identités incompatibles ? », PolitiQueer, 2018.

TURBAN Jack L., VAN SCHALKWYK Gerrit I., « “Gender Dysphoria” and Autism Spectrum Disorder: Is the Link Real? », Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 57, 1, 2018, pp. 8-9.

VANDERLAAN Doug P., POSTEMA Lori, WOOD Hayley, SINGH Devita, FANTUS Sophia, HYUN Jessica, LEEF Jonathan, BRADLEY Susan J., ZUCKER Kenneth J., « Do Children with Gender Dysphoria Have Intense/Obsessional Interests? », Journal of Sex Research, 52, 2, 2015, pp. 213-219.

VERMAAT Lieke E.W., VEN DER MIESEN Anna I.R., DE VRIES Annelou L.C., STEENSMA Thomas D., POPMA Arne, COHEN-KETTENIS Peggy T., KREUKELS Baudewijntje P.C., « Self-Reported Autism Spectrum Disorder Symptoms Among Adults Referred to a Gender Identity Clinic », LGBT Health, 5, 4, 2018, pp. 226-233.

VIDAL Catherine, BROWAEYS-BENOIT Dorothée, Cerveau, sexe et pouvoir, Paris, Éditions Belin, 2015.

WALKER Nick, Neurodiversity: Some Basic Terms and Definitions, 2014, en ligne au : <http://neurocosmopolitanism.com/neurodiversity-some-basic-terms-definitions/>, consulté le 1 août 2018.

WOOD Hayley, SASAKI Shoko, BRADLEY Susan J., SINGH Devita, FANTUS Sophia, OWEN-ANDERSON Allison, DI GIACOMO Alexander, BAIN Jerald, ZUCKER Kenneth J., « Patterns of Referral to a Gender Identity Service for Children and Adolescents (1976-2011): Age, Sex Ratio, and Sexual Orientation », Journal of Sex & Marital Therapy, 39, 1, 2013, pp. 1-6.

Haut de page

Notes

1 L’acronyme LGBTQ désigne les personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, trans et queer.

2 Le terme « neurotypique » désigne les personnes dont le fonctionnement neurologique s’inscrit dans les standards prévalents de « normalité », incluant notamment les personnes non concernées par l’autisme (Walker, 2014). Il s’oppose au terme « neurodivergent.e », qui désigne les personnes dont le fonctionnement neurologique s’inscrit hors des standards prévalents de « normalité », incluant notamment les personnes autistes.

3 Nous tenons à remercier Noah Eidelman, personne responsable du projet Neuro/Diversités chez AlterHéros, d’avoir accepté et pris le temps de partager avec nous ces références.

4 Le terme « genderqueer » désigne les personnes qui ne souscrivent pas aux distinctions conventionnellement établies entre les genres, pouvant ainsi s’identifier à la fois aux genres féminin et masculin, à une combinaison de ceux-ci ou encore à aucun de ces derniers (Oxford Dictionaries).

5 Le terme « cisgenre » ou « cis » se pose en antonyme à celui de transgenre ou trans pour désigner les personnes chez qui l’identité et l’expression de genre correspondent au sexe assigné à la naissance (Schilt et Westbrook, 2009).

6 Les auteur·e·s des articles recensés font ici référence, explicitement ou implicitement, aux femmes cisgenres, c’est-à-dire aux personnes assignées femmes à la naissance dont l’identité et l’expression de genre au moment de l’étude s’avèrent correspondre à ce sexe assigné.

7 Selon Trottier-Gascon (2018), il en va de même pour la plupart des études qui tentent d’expliquer l’origine de l’existence des personnes trans, femmes ou hommes, par des variations hormonales in utero. L’auteure met en contraste la persistance de l’hypothèse d’une cause hormonale du « transsexualisme » avec les lacunes méthodologiques et empiriques des études qui pourraient la valider.

8 Diverses études menées auprès d’adolescent·e·s montrent ainsi le non-chevauchement entre les populations non hétérosexuelles selon que l’on se rapporte à la dimension des attirances, des comportements ou des auto-identifications (voir entre autres Igartua et al., 2009 et Priebe et Svedin, 2013).

9 Le terme « capacitisme » désigne toute forme de préjugé ou de discrimination envers les personnes porteuses ou perçues comme porteuses d’un handicap, qui se voient ainsi définies par ce dernier et jugées inférieures aux personnes non handicapées (Linton, 1998).

10 Le terme « hétérosexisme » désigne un système d’attitudes, de biais et de discrimination favorisant la sexualité et les relations hétérosexuelles, basé sur l’idée que ces dernières constituent la norme, de sorte que chacun·e est systématiquement présumé·e hétérosexuel·le (Jung et Smith, 1993 ; Cramer, 2002).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maude Laflamme et Line Chamberland, « L’expérience d’une double différence : quand l’autisme croise la diversité sexuelle et de genre », Genre, sexualité & société [En ligne], 24 | Automne 2020, mis en ligne le 20 novembre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/gss/6286 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.6286

Haut de page

Auteurs

Maude Laflamme

Étudiante à la maîtrise en sociologie, Université de Montréal
maude.laflamme@hotmail.com

Line Chamberland

Professeure au département de sociologie, Université du Québec à Montréal
chamberland.line@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search