Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Immigrants gais au Québec face à ...

Immigrants gais au Québec face à l’homophobie : possibilités, contraintes et implications pour leur bien-être

Gay immigrants in Quebec facing homophobia: Opportunities, constraints and implications for their well-being
Claudia Fournier, Louise Hamelin Brabant, Sophie Dupéré et Line Chamberland

Résumés

Le but de cet article est de décrire les possibilités et contraintes avec lesquelles des hommes immigrants gais de 20 à 35 ans vivant au Québec (Canada) composent pour faire face à l’homophobie et à l’hétérosexisme en contexte post-migratoire, et ce, en considérant leurs expériences liées à l’homophobie et à l’expression de leur orientation sexuelle, ainsi qu’aux implications pour leur bien-être. Les témoignages des 25 participants de notre étude qualitative révèlent qu’ils estiment avoir acquis des possibilités pour exprimer leur orientation sexuelle en immigrant au Québec, mais qu’ils demeurent affectés par les effets plus ou moins insidieux de l’homophobie et de l’hétérosexisme. Pour y faire face, ils déploient trois principales stratégies : tenter d’échapper à l’identification comme gai ; veiller à demeurer dans un environnement social exempt d’homophobie ; et s’efforcer d’être accepté en dépit de normes hétérosexistes. Les implications pour leur bien-être sont également discutées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous utilisons le terme gai pour référer aux hommes principalement attirés par d’autres hommes sur (...)
  • 2 L’homophobie réfère aux manifestations de mépris, rejet, et haine envers des personnes, pratiques o (...)

1En cette ère mondialisée, où les individus traversent les frontières comme jamais, on s’intéresse de plus en plus à la façon dont la sexualité et l’expression de genre, combinées aux facteurs socio-économiques, peuvent façonner les migrations. Les récits migratoires des hommes gais1 évoquent bien souvent la quête de meilleures conditions de vie non seulement sur le plan financier mais également sexuel, voire identitaire ; et mettent en lumière la façon dont ils s’adaptent à des environnements plus ou moins marqués par l’homophobie et l’hétérosexisme2 (Lee et al., 2017).

2L’homophobie et l’hétérosexisme menacent sérieusement le bien-être des hommes gais. Au niveau structurel, ils se manifestent dans des lois, politiques et attitudes collectives qui nient l’égalité ou la protection de leurs droits (Hatzenbuehler, 2016). Ceci se traduit notamment par des iniquités systémiques d’accès à la sécurité, l’emploi, l’éducation, la santé et au logement (Padilla et al., 2007), voire par la pénalisation de comportements homosexuels dans certains États (Lamontagne et al., 2018). Au niveau interpersonnel, cette stigmatisation s’opère sous des formes directes (rejet, étiquetage, etc.), diffuses et indirectes (blagues, préjugés, etc.) ou explicitement violentes (insultes, agression, etc.) (Chamberland, 2007). Elle affecte entre autres l’estime de soi des hommes gais et leur optimisme face à la vie, et peut induire de la détresse psychologique et différentes pathologies comme la dépression (Morrison, 2011). Au niveau individuel, les hommes gais peuvent internaliser cette homophobie et déployer des stratégies psychologiquement et socialement coûteuses, comme cacher leur orientation sexuelle ou s’isoler pour se protéger (Pachankis et Bränström, 2018), autrement dit contrôler l’information en usant de techniques de faux-semblants pour tenter de dissimuler le stigmate dont ils sont porteurs (Goffman, 1975).

3Ainsi, le climat socioculturel et politique d’un lieu donné contribue à déterminer les possibilités et les contraintes de bien-être pour les minorités sexuelles qui y vivent (Pachankis et Bränström, 2018). Or, la situation légale et sociale des hommes gais à travers le monde est variable. Très globalement, il ressort que les pays où les lois, politiques et attitudes sociales posant les contraintes les plus fortes par rapport à l’expression de l’homosexualité sont situés surtout en Afrique, Asie, Europe de l’Est, Océanie, Amérique latine et dans les Caraïbes ; à l’inverse, les États qui leur reconnaissent davantage de droits et où une plus grande expression de l’homosexualité est permise se retrouvent principalement en Europe du Nord et de l’Ouest, ainsi qu’en Amérique du Nord (Flores et Park, 2018 ; Lamontagne et al., 2018). Ces tendances doivent néanmoins être comprises avec prudence, la situation n’étant pas uniforme à l’intérieur de ces régions, ni même à l’intérieur de chaque État. Résultant de dynamiques sociales, économiques, politiques et religieuses complexes, la condition légale et sociale des hommes gais est également en constante mouvance.

  • 3 Lesbiennes, gais, bisexuel.les, trans.
  • 4 Dans un rapport d’enquête sur la perception et les attitudes de la population québécoise à l’égard (...)

4Au Canada et au Québec, les personnes gaies bénéficient d’une égalité juridique complète depuis 2005, où le mariage « entre conjoint.es de même sexe » fut reconnu sur l’ensemble du territoire canadien. Pour favoriser l’atteinte d’une égalité sociale, le Québec a adopté en 2009 une Politique de lutte contre l’homophobie (ministère de la Justice du Québec, 2017). Plusieurs initiatives de mouvements LGBT3 et d’allié.es ont également contribué, depuis les années 1970, à l’amélioration des conditions de vie des minorités sexuelles au Québec (Tremblay, 2012). Bien que ces avancées se traduisent de manière encourageante par rapport à l’acceptation sociale de l’homosexualité et que la population québécoise démontre une certaine ouverture par rapport aux hommes gais4, ces derniers doivent tout de même composer avec diverses manifestations homophobes ou hétérosexistes.

  • 5 Nous référons aux immigrants de première génération, c’est-à-dire qui sont nés dans un autre pays q (...)

5Par ailleurs, dans le contexte de mobilité internationale, le Canada et le Québec accueillent chaque année un grand nombre d’immigrant.es5, admis pour la plupart avec un permis de travail ou d’études (MIDI, 2016). Parmi ceux-ci, plusieurs hommes gais y voient également l’opportunité de trouver un climat culturel, social et politique adéquat pour se développer comme gais (Adam et Rangel, 2015), espérant ainsi échapper à l’homophobie et à l’hétérosexisme de leur société d’origine afin de pouvoir vivre leur sexualité plus confortablement et ouvertement (Fuks et al., 2018). Néanmoins, les quelques études menées auprès d’hommes immigrants gais au Québec (Corneau et al., 2014 ; Roy, 2013) montrent qu’ils y demeurent tout de même confrontés à ces formes de stigmatisation.

6En plus des effets néfastes que peut avoir l’homophobie sur le bien-être des hommes gais, elle peut revêtir un sens particulier pour les immigrants qui en font l’expérience. Chez ces hommes, minorisés sur plusieurs plans du fait de leur condition d’immigrants, l’homophobie peut également se combiner à d’autres types de discriminations basées sur l’origine ethnoculturelle, la catégorisation ethno-raciale, la religion, la langue, etc., que ce soit dans la société en général ou à l’intérieur des espaces LGBT (Fournier et al., 2018). Elle peut aussi décevoir leurs attentes en matière de sécurité et de liberté, tout spécialement dans un pays comme le Canada, qui projette à l’étranger une image de paradis multiculturel pour les personnes LGBT (El-Hage et Lee, 2016 ; Munro et al., 2013). Enfin, l’expression ouverte de l’orientation sexuelle, telle que prônée dans les milieux gais européens et nord-américains, peut être risquée pour certains immigrants, a fortiori ceux qui proviennent d’environnements moins ouverts à l’homosexualité. Elle peut notamment mettre en péril la sécurité ou l’honneur de leur famille dans leur pays d’origine (Chbat, 2011 ; El-Hage et Lee, 2016), ou remettre en cause certaines appartenances ethnoculturelles à l’intérieur de leurs communautés diasporiques, qui constituent pourtant des espaces de protection contre le racisme dans leur société d’accueil (Trawalé, 2017).

  • 6 Période suivant l’arrivée et l’installation de ces immigrants au Québec.
  • 7 La santé communautaire, qui s’apparente à la santé publique, vise notamment à agir sur les détermin (...)

7Les personnes immigrantes issues des minorités sexuelles font l’objet d’une attention grandissante en recherche, principalement dans les domaines liés à la sociologie, au travail social, à la psychologie et à la santé publique. Toutefois, l’expérience des immigrants gais en regard de l’homophobie et les stratégies qu’ils déploient pour y faire face en contexte post-migratoire sont peu connues, et presque aucune étude n’a porté une attention particulière aux implications pour leur bien-être. De plus, excepté quelques chercheur.es, peu ont documenté en profondeur le rapport des immigrants gais avec l’homophobie dans les contextes canadien (Lewis et Mills, 2016 ; Munro et al., 2013) et québécois (El-Hage et Lee, 2016 ; Roy, 2013). Le présent article contribue à combler ces écarts. Notre but est de décrire les possibilités et les contraintes avec lesquelles des hommes immigrants gais vivant au Québec composent pour faire face à l’homophobie et à l’hétérosexisme en contexte post-migratoire6, et ce, en considérant plus précisément leurs expériences liées à l’homophobie et à l’expression de leur orientation sexuelle, ainsi que les implications pour leur bien-être. Les résultats présentés dans cet article proviennent d’un projet de recherche qualitative en santé communautaire7 qui vise à comprendre comment les expériences d’immigrants gais vivant au Québec façonnent leur bien-être.

Approches théoriques mobilisées dans notre étude

8Pour saisir ces expériences, nous puisons dans l’approche de Sociologie de l’expérience de Dubet (1994), qui permet de donner sens au vécu des individus à partir de la manière dont ils mobilisent le contexte dans lequel ils se situent. Pour Dubet, les individus sont des acteurs qui agissent non seulement en fonction de leur socialisation et de leur intégration sociale, mais également en mobilisant des ressources de façon rationnelle et stratégique pour atteindre leurs objectifs, en l’occurrence faire face à l’homophobie. Cette approche vise en fait à mettre en lumière les possibilités et les contraintes matérielles et symboliques issues des conditions sociales qui façonnent leur quotidien, et ce, à partir du sens qu’ils accordent à leur expérience. Pour considérer cette subjectivité, nous portons attention, tel que suggéré par Dubet, aux représentations, aux sentiments et aux actions de leur vie au Québec en lien avec l’homophobie et l’expression de leur orientation sexuelle.

9Quant au bien-être, il correspond, dans notre perspective de recherche, à l’appréciation subjective de la vie ; une personne éprouve du bien-être lorsqu’elle perçoit que sa vie est bonne pour elle (Diener, 2009 ; Veenhoven, 2008). Le bien-être renvoie à deux dimensions. La première est cognitive et réfère à la satisfaction à l’égard de la vie ou de certains domaines de la vie (travail, vie sociale, sexualité, etc.). La deuxième dimension est émotionnelle et réfère au fait de se sentir bien, d’être heureux, ce qui se traduit en émotions positives comme la joie ou la fierté. Alors que la satisfaction à l’égard de la vie est un jugement conscient et global sur sa propre vie, le sentiment d’être plus ou moins heureux reflète la balance entre le caractère agréable ou désagréable de sa propre vie émotionnelle. En somme, nous cherchons à voir comment les expériences post-migratoires de ces immigrants gais en lien avec l’homophobie et l’expression de leur orientation sexuelle façonnent leur bien-être, c’est-à-dire leur satisfaction à l’égard de leur vie au Québec et la façon dont ils se sentent. Porter ainsi notre intérêt sur leur bien-être permet de nous informer sur la qualité du contexte social de la société d’accueil québécoise, et ce, en tenant compte autant des expériences négatives que positives vécues par ces hommes.

Méthodologie

10Pour cette recherche qualitative, des entretiens individuels semi-directifs de 1 h à 2 h 45 ont été menés entre avril et septembre 2016. Nous avons posé des questions ouvertes pour obtenir une vision d’ensemble de la vie des participants au Québec en considérant leur situation socio-économique, leur vie sociale, leur manière d’exprimer leur orientation sexuelle et de s’identifier comme gais, leur façon d’intégrer leur(s) identité(s) ethnoculturelle(s), ainsi que leur santé et leur bien-être. Bien que plusieurs participants aient abordé certains aspects de leur vécu dans leur pays d’origine, le schéma d’entrevue ciblait plutôt les expériences post-migratoires. Vingt-cinq entretiens ont été réalisés, permettant un degré de saturation empirique satisfaisant.

11Nous avons réalisé une analyse thématique des données (Paillé et Mucchielle, 2012). Les transcriptions des entretiens ont d’abord été révisées et annotées librement en vue d’une appropriation initiale du corpus. Nous les avons ensuite examinées rigoureusement à l’aide du logiciel NVivo pour dégager les thématiques saillantes qui ressortaient des discours. Chaque unité de sens pertinente (mot, phrase, paragraphe, etc.) était ainsi repérée puis codée selon un ou plusieurs thèmes correspondants, qui ont été classés en parallèle dans un schéma conceptuel évolutif. À travers tout ce processus, nous avons tenté de voir comment les différents thèmes identifiés sont reliés entre eux et avons émis différents constats et réflexions en lien avec notre objectif de recherche, que nous avons confrontés à notre matériau empirique et à la littérature existante. Nous avons également, dans une deuxième phase de terrain, discuté de certaines analyses préliminaires avec des participants pour nous assurer d’une « double vraisemblance » (Dubet, 1994) des résultats aux yeux de l’équipe de recherche et de nos interlocuteurs, renforçant ainsi la pertinence des analyses. Trois rencontres de groupe ont été réalisées à cet effet en décembre 2017 avec 14 participants issus de l’échantillon initial.

  • 8 Résidents étrangers autorisés à demeurer au Canada en vertu d’un permis de travail ou d’études.
  • 9 Nous désirons rester fidèles à la façon dont les participants s’identifient eux-mêmes ; toutefois, (...)

12Le recrutement des participants a été fait à l’aide de listes de distribution de courriels d’une université, d’applications de rencontres (Hornet, Scruff) ainsi qu’avec la collaboration d’associations LGBT et de personnes-ressources en contact avec la population cible. Les 25 hommes ayant participé à l’étude étaient âgés de 20 à 35 ans ; 13 résidaient à Montréal et 12 à Québec. Leur immigration était globalement récente, seulement cinq participants avaient vécu plus de cinq ans au Canada. Treize avaient obtenu la résidence permanente ou la citoyenneté canadienne, et 12 étaient résidents non permanents8. Aucun n’avait le statut de réfugié ou n’était en processus de demande d’asile. Ils sont originaires d’Amérique latine (n=10), du Maghreb (n=5), d’Asie (n=4), du Moyen-Orient (n=2), d’Afrique subsaharienne (n=2), des Caraïbes (n=1) et du Caucase (n=1). Leur niveau de scolarité est très élevé : tous, excepté les deux plus jeunes, ont entamé ou complété des études universitaires, majoritairement aux niveaux maîtrise ou doctorat. Quatorze étaient étudiants lors de l’entretien et 19 occupaient un emploi dans des secteurs diversifiés (restauration, ingénierie, intervention sociale, etc.) ; seulement trois étaient dans une situation transitoire où ils n’étaient ni étudiants, ni employés. La plupart avaient un revenu annuel de moins de 35 000 $. Tous s’autodésignaient comme gais et/ou homosexuels9, sauf un s’identifiant plutôt comme bisexuel. La grande majorité (n=18) était célibataire et aucun n’avait d’enfant. La plupart ont immigré seuls, trois avec leur frère et deux avec leur conjoint. Enfin, leurs motifs pour immigrer au Canada ou au Québec s’inscrivent dans un récit de réalisation de leurs aspirations à une meilleure vie à travers les opportunités scolaires et professionnelles d’une part, et la possibilité de vivre leur orientation sexuelle en sécurité et plus librement d’autre part – le tout dans un environnement physique, sociopolitique et économique considéré comme avenant. Si certains attribuent plus de poids à l’une ou l’autre de ces visées du projet migratoire, la plupart les considèrent comme allant de pair.

13En bref, l’échantillon est essentiellement composé de jeunes hommes ayant immigré volontairement, hautement scolarisés, maîtrisant la langue de la société d’accueil et reliés à la culture gaie nord-américaine. Les expériences rapportées ne sont donc pas transférables à tous les immigrants gais, notamment ceux qui seraient socialement moins intégrés et privilégiés, ou qui auraient une perspective différente de l’identité de genre ou des relations sexuelles et affectives entre hommes.

Résultats

  • 10 Dans cet article, l’expression de l’orientation sexuelle réfère aux actions, paroles ou autres élém (...)

14Dans cette section, nous présentons les résultats empiriques issus de nos entretiens. Les possibilités et contraintes évoquées par les hommes interrogés pour exprimer leur orientation sexuelle10 au Québec sont d’abord décrites. Nous exposons ensuite leurs expériences liées à l’homophobie dans leur vie au Québec, puis nous expliquons les stratégies qu’ils déploient pour s’adapter à l’homophobie et à l’hétérosexisme en contexte post-migratoire. À travers ces trois thématiques, les implications pour leur bien-être sont également spécifiées. La discussion théorique et les principaux liens avec la littérature sont présentés dans la dernière partie de l’article.

Les possibilités et contraintes pour exprimer son orientation sexuelle au Québec

15D’entrée de jeu, tous les hommes interrogés perçoivent que l’homosexualité est plus acceptée au Québec que dans leur pays d’origine. Ils estiment que le risque d’y vivre de l’homophobie est beaucoup plus faible, en particulier ceux qui sont originaires du Maghreb, du Moyen-Orient et de l’Afrique de l’Ouest, où les sanctions sociales et légales sont fort sévères à l’égard des hommes gais. Ils se représentent leur société d’accueil comme un espace relativement sûr, « accueillant pour la communauté homosexuelle » (Diego), et qui valorise les libertés individuelles. Ils se disent enchantés par cette « bonne ouverture » (Yong) ou par un respect de la vie privée qu’ils ont observé et qui, selon eux, créerait un climat moins propice à l’homophobie et à l’hétérosexisme que dans les sociétés desquelles ils sont issus, où ils sentaient plus de surveillance en tant qu’hommes gais et de pression à se conformer au modèle hétéronormatif.

Je sens qu’il y a moins de préoccupations avec « ce que les autres pensent ». Par exemple les voisins, les autres personnes de la famille, les personnes plus éloignées, les cousins, les tantes… Je sens que c’est plus tranquille ici par rapport à ça [que dans mon pays d’origine en Amérique latine]. (Félix)

16Plusieurs soulignent aussi l’apport des lois et mesures antidiscriminatoires québécoises et canadiennes ainsi que l’égalité juridique des conjoints de même sexe, qui leur donne accès par exemple au mariage et à l’adoption : « Quand je suis allé déposer les papiers pour la cérémonie, ça se faisait tout naturellement, comme si c’était un mariage hétérosexuel. » (Jin).

17Cette perception de sécurité et d’acceptation générale de l’homosexualité contribue à leur bien-être et fait partie, pour la plupart, des éléments qu’ils jugent les plus satisfaisants de leur vie au Québec. Couplée au fait de vivre à l’étranger et se distancer de leur famille, elle facilite à leurs yeux l’acceptation de leur propre orientation sexuelle et l’expression de celle-ci :

  • 11 Terme utilisé au Québec pour référer au conjoint.

[Dans mon pays d’origine], c’est un pays quand même catholique, ce n’est pas très bien vu d’avoir une relation [homosexuelle] ouverte. J’en avais ; mais dans la rue, j’étais complètement fermé, caché de la société. Ici je me sens libre. Je peux me promener avec mon chum11 dans la rue, je peux l’embrasser facilement, sans peur. […] Je suis content de partager avec mon chum en public, de ne pas cacher la relation à mes amis, et aux amis de mes amis… (Diego)

18Dissimulant généralement leur orientation sexuelle dans leur pays d’origine, ils disent arriver maintenant à la dévoiler ou l’exprimer plus ouvertement au Québec, que ce soit dans certaines situations (n=14) ou en toutes circonstances (n=10). Un seul mentionne la tenir complètement secrète.

19Quatorze traitent leur orientation sexuelle, dans leur vie au Québec, comme une information d’abord privée, et en contrôlent le dévoilement. Ils soutiennent qu’elle n’est pas nécessairement secrète, mais qu’ils ne sont pas out auprès de tout le monde ni dans toutes les situations, ne ressentant pas « le besoin de se présenter » (Felipe) comme gai au premier abord. Ils peuvent la divulguer quand il peut être pertinent de le faire, par exemple « si quelqu’un pose la question » (Ali), et lorsqu’ils évaluent que les risques de vivre de l’homophobie sont minimes ou qu’ils se sentent prêts à faire face aux potentielles réactions négatives.

20Pour une autre dizaine de participants, leur orientation sexuelle apparaît plutôt comme une information sur leur personne accessible à tous, quelque chose « que tout le monde sait » (Esteban). Dans leur société hôte, ils ne cherchent pas, ou que très rarement, à la dissimuler auprès de leurs amis, connaissances, collègues, voisins et autres. Cela résulte pour quelques-uns d’un choix volontaire lié au projet migratoire et marque pour eux la rupture avec l’expérience passée dans le pays d’origine. Parmi ces participants « ouvertement gai[s] » (Alejandro), certains précisent que l’on peut simplement deviner leur orientation sexuelle puisque « ça se voit » (Mathieu). Ne cherchant pas à se plier à des normes de genre masculines stéréotypées et hétérosexistes auxquelles ils estiment ne pas correspondre, ils laissent à autrui la possibilité d’inférer leur orientation homosexuelle.

21Bien que quelques-uns rapportent avoir été à l’aise d’exprimer ouvertement leur orientation sexuelle dès leur arrivée au Québec, plusieurs expliquent que leur aisance a plutôt évolué avec le temps. Ils rapportent par exemple avoir mis quelques mois ou années avant d’arriver à échanger en public des marques d’affection avec un partenaire, sentant que « ce n’est pas correct » (José) ou que leur sécurité pouvait encore être compromise. Quelques-uns expliquent également avoir mis un temps avant d’avoir été prêts à fréquenter les espaces gais, n’assumant pas au départ de pouvoir y être vus et identifiés comme gais.

J’avais bien envie d’approcher [le kiosque de l’association gaie de l’Université], mais j’avais de l’appréhension. […] Il était trop tôt, peut-être. J’avais bien envie, mais j’hésitais. Approcher, partir ou pas… Et je craignais aussi peut-être d’être vu par une personne… C’est absurde. (rires) Je ne sais pas pourquoi j’aurais été vu, mais bon ! (Fabrice)

22Le discours de Fabrice montre bien cette tension ressentie par plusieurs entre une envie de s’assumer comme gai et la peur des représailles, éléments abordés davantage dans les sections suivantes. Il témoigne aussi de l’adaptation nécessaire pour évaluer les risques d’être identifié comme gai dans leur nouvel environnement, alors qu’ils demeurent habités par une vague impression d’être surveillés et des réflexes de protection acquis principalement dans leur pays d’origine. Pour la plupart, cette adaptation s’est traduite positivement. Elle a toutefois eu de graves conséquences pour deux participants maghrébins qui, après avoir été encouragés à exprimer leur orientation sexuelle par des Québécois.es et s’être habitués au climat d’acceptation dans lequel ils baignaient depuis quelques mois, ont sous-estimé les risques d’être identifiés comme gais dans leurs milieux ethnoculturels d’origine, l’un auprès de sa famille et l’autre dans son école composée majoritairement d’étudiants arabes et maghrébins :

Un jour j’ai dit [que je suis gai] à quelques filles. […] Après, je trouve que l’information est partagée par tout le monde. Quand je rentre à l’école : « Voilà l’homosexuel ! ». On peut dire « le sale pédé », en français. Car dans cette école, tous ils parlent en arabe. Donc le prof ne peut rien comprendre, c’est un Québécois. […] Le fait que j’ai dit que je suis gai, c’était la catastrophe. Ça a changé ma vie, j’ai perdu beaucoup de choses. J’ai perdu mes amis, j’ai quitté l’école et j’ai perdu de l’argent aussi. (Youssef)

Cette situation illustre bien la complexité avec laquelle les immigrants gais doivent parfois jongler, en contexte post-migratoire et interculturel, pour se positionner face aux différentes possibilités et contraintes qui se présentent à eux pour exprimer leur orientation sexuelle.

Les expériences liées à l’homophobie dans leur vie au Québec

23Bien que tous nos interlocuteurs se représentent le Québec comme globalement sûr pour les hommes gais, et que la plupart estiment avoir maintenant plus de possibilités pour y exprimer ouvertement leur orientation sexuelle, leurs propos indiquent que l’homophobie et l’hétérosexisme structurent tout de même leur expérience de vie au Québec. D’une part, cette expérience est marquée par leur évolution dans des milieux considérés comme plus répressifs avant d’immigrer et, d’autre part, ils ont été confrontés à certaines situations d’homophobie au Québec, faisant en sorte qu’ils craignent d’en vivre ou revivre. Ainsi, tous les participants ont décrit des manifestations d’homophobie diffuse, directe ou violente dont ils ont été victimes ou témoins au Québec, ou encore ont exposé des stratégies qu’ils mettent en place pour s’adapter dans un environnement social hétérosexiste, comme nous le verrons ultérieurement.

Des situations d’homophobie vécue ou soupçonnée

24Une dizaine de participants se remémorent au moins un épisode d’homophobie au Québec les ayant touchés directement sous forme d’insultes, préjugés, blagues de mauvais goût ou curiosité mal placée sur leur sexualité. Selon la situation, ils auraient été mal à l’aise, déçus, tristes, vexés ou frustrés, et auraient même craint pour leur sécurité dans certains cas. Quelques-uns rapportent avoir été grandement troublés par des incidents plus violents où ils se sont sentis vulnérables, où ils ont eu envie de pleurer et où ils n’ont pas reçu le soutien auquel ils s’attendaient de la part d’amis ou de personnes en position d’autorité qui auraient pu les défendre. L’exemple d’Harry est éloquent. Il raconte ici avoir été intimidé et agressé verbalement par deux hommes dans le métro, alors qu’il discutait de la communauté gaie avec son ami hétéro :

Ils étaient très violents ! Ils n’ont pas frappé, tout ça, mais les expressions sur leur visage, ils étaient extrêmement violents ! […] On s’est sentis vraiment vraiment mal ! On était vraiment intimidés et j’avais envie même de pleurer beaucoup, et mon ami s’est senti tellement mal… C’est drôle ; avant on sortait du cours ensemble, et puis les jours suivants, [mon ami] partait à la pause ! (sourire) Oui, il ne m’accompagnait plus au métro !

Ce témoignage montre d’ailleurs que l’homophobie affecte les personnes gaies directement mais aussi indirectement à travers leurs ami.es et allié.es, qui peuvent être amené.es à se désolidariser, exacerbant alors un risque d’isolement social qui guette déjà bon nombre d’immigrants.

25Une autre dizaine d’interlocuteurs font part d’actes plus ambigus vécus au Québec qu’ils n’osent pas considérer comme de l’homophobie directe, mais dont ils se questionnent sur les intentions, suggérant qu’il pourrait s’agir d’homophobie indirecte. Certains mentionnent sentir parfois un malaise ou une aversion dans l’attitude non verbale de certains individus rencontrés au travail, ou dans d’autres endroits publics. Ils disent par exemple avoir déjà reçu « des regards un peu impressionnants » (Khalil) ou avoir senti qu’un collègue « est mal à l’aise » (Mathieu) en leur présence.

  • 12 Dans les mois précédant la collecte de données, les médias ont rapporté deux cas d’agression physiq (...)

26Par ailleurs, quelques-uns rapportent avoir été surpris, choqués ou déçus d’apprendre l’existence de cas récents d’agression physique homophobe au Québec12, croyant que « le combat était déjà fini, déjà gagné » (Mathieu). Pour ces trois hommes, cela a eu pour effet de briser l’image qu’ils avaient d’une société parfaitement sûre et harmonieuse pour les personnes gaies, et d’altérer leur sentiment de sécurité.

Ça ne me fait pas autant peur que [dans mon pays d’origine], mais c’est un peu décevant. […] Je m’attendais à ce que les Québécois soient tous cool et tout, mais non, il y a encore des homophobes. (Hassane)

27Enfin, ces jeunes hommes peuvent être exposés à l’homophobie à travers les réactions de leur famille face à leur orientation sexuelle, en particulier leurs parents. Même s’ils sont séparés par la distance géographique, tous les participants gardent contact avec leur famille, qui reste pour plusieurs leur principal lien à leur pays d’origine. Dix-neuf ont dévoilé explicitement leur orientation sexuelle à au moins un de leurs parents qui, dans la plupart des cas, auraient fini par relativement bien l’accepter. Certains précisent d’ailleurs que vivre à l’étranger a pu faciliter cette acceptation, notamment à travers une plus grande indépendance par rapport à la famille et une plus grande aisance des parents à cacher l’homosexualité de leur fils au reste de leur communauté.

[Mon père] est venu connaître ma belle famille [...], mais il gère ses affaires là-bas. Je pense qu’il est gêné de raconter au reste de la famille que je suis avec [un homme] ici. Il dit… Je ne sais pas. « Il est content là-bas. » (groupe de discussion)

28Toutefois, quelques-uns rapportent que leur relation avec leurs parents a été empreinte de tensions, disputes et froideur un certain temps, ou qu’ils ont senti un désinvestissement de leur vie personnelle devant la constatation d’une orientation sexuelle jugée comme indésirable, voire particulièrement inacceptable dans le cadre religieux et social de leurs sociétés d’origine :

Pour [ma mère], c’est un péché. Donc « pourquoi tu as choisi de faire ce péché ? Tu es toujours mon fils, mais je ne peux pas accepter ce péché-là. Qu’est-ce que le monde va dire ? Tes frères ont un frère gai… Non, ça ne marche pas, cette orientation-là. » C’est la réputation de la famille et tout. (Hassane)

29Aucun participant ne rapporte s’être heurté à un rejet complet de sa famille ; néanmoins, ces différentes réactions négatives de leurs proches génèrent stress, tristesse et impression d’être incompris. Mentionnons qu’à l’inverse, pour ceux qui ont eu le soutien de leurs parents, une telle acceptation signifie se sentir compris, respectés et aimés tels qu’ils sont ; être ainsi assurés de ne pas se faire rejeter, de pouvoir garder leur place au sein de la famille et de rester le « fils malgré tout » (Fabrice).

30Dans un autre ordre d’idées, en vivant au Québec, ces immigrants sont introduits à une nouvelle forme d’altérité, voire de hiérarchisation sociale, puisqu’ils deviennent des personnes étrangères ou racisées, dans une société majoritairement blanche, francophone, laïque et d’héritage catholique. Près de la moitié rapportent avoir été à un moment ou l’autre sujets à différentes formes de discrimination liées à leur identité ethnoculturelle, leur langue, leur religion ou leur couleur de peau, se combinant parfois même à de l’homophobie :

Mon collègue, mon voisin de bureau est venu me voir, il m’a dit que j’étais tombé sur le mauvais gars. […] Que lui-même était homophobe, et raciste. Et que ça allait être pénible pour moi. (Felipe)

31Ces épisodes discriminatoires les ont amenés à se sentir insultés, choqués, rejetés, diminués ou apeurés. Certains se demandent par ailleurs si leur employabilité ne serait pas affectée par une forme de racisme plus systémique. Néanmoins, de façon générale, ces hommes apparaissent moins préoccupés par la menace du racisme que celle de l’homophobie, possiblement du fait que cette dernière est directement liée à leur projet migratoire et qu’elle a laissé en eux des traces profondes, tel que développé dans la prochaine section.

L’homophobie comme menace anticipée

32Les situations d’homophobie vécue ou soupçonnée par nos interlocuteurs en contexte post-migratoire ont certes contribué à ce qu’ils craignent d’en vivre ou revivre au Québec. Plusieurs estiment néanmoins que cette crainte n’est pas tout à fait proportionnelle au risque réel qu’ils courent dans leur société d’accueil en tant qu’hommes gais et expliquent, tel que mentionné plus tôt, qu’ils demeurent également marqués par le contexte jugé plus répressif de leur pays d’origine. Ayant l’impression « qu’il y a des choses qui restent dans certaines parties de la tête » (Julio), ils conservent ainsi des réflexes d’anticipation, de méfiance et de protection qu’ils considèrent parfois comme excessifs, bien qu’ils en viennent généralement à être plus confiants avec le temps.

  • 13 Terme utilisé au Québec signifiant ici pris, coincé.

Je crois que c’est quelque chose qui est pogné13 dans ma tête. […] Avant, je ne pensais vraiment qu’à ça ; si je voulais faire quelque chose avec mon conjoint, j’allais regarder autour pour voir s’il y a du monde ou pas, après s’il y avait des gars louches à côté, bien je ne faisais pas ça. (Jin)

33Cette inquiétude perdure parfois chez les participants même lorsqu’ils ne perçoivent pas d’intention homophobe. Sans nécessairement se sentir en danger, ils peuvent tout de même être préoccupés à l’idée que les gens avec qui ils interagissent ne soient pas à l’aise avec leur orientation sexuelle ; certains participants ont « toujours peur du préjugé » (Félix) ou ressentent « la crainte du refus de l’autre » (Khalil).

Je ne savais pas si les personnes étaient à l’aise de parler, « j’ai un conjoint, je suis homosexuel »… Certaines fois, j’ai senti un peu de doute de parler de ma vie personnelle avec des collègues. […] Ça me préoccupe encore d’être accepté ou non. (Félix)

34Pour plusieurs participants, cette crainte est particulièrement importante avec leurs parents. Une dizaine évoquent différentes appréhensions qui les empêchent de divulguer leur orientation sexuelle à leur père ou leur mère. Ils peuvent anticiper « une mauvaise réaction » (Esteban) globale et craindre que leurs parents et en particulier le père, estimé plus rigide, « ne pourra pas comprendre » (Jin) ou qu’il « ne va jamais accepter » (Youssef) d’avoir un fils gai. Ils rapportent également avoir peur d’inquiéter leurs parents ou de les décevoir, voire de devenir « la honte de la famille » (Boubacar) en donnant l’impression d’avoir choisi un mauvais style de vie, risquant du coup de perdre leur considération, leur affection, leur soutien social et, dans certains cas, financier.

J’aimerais vraiment qu’ils fassent partie de ma vie. Et une partie de moi aussi a peur que mes parents ne veulent pas faire partie de ma vie à cause de ça. C’est peut-être pour ça que j’ai peur de dire à mes parents que je suis gai. […] Ils peuvent arrêter de me parler. Et je ne voudrais pas ça, ça me ferait de la peine… (Felipe)

35Leur appréhension peut également se manifester avec des collègues ou supérieur.es, et ce, dans des secteurs d’emplois diversifiés (restauration, ingénierie, intervention sociale, etc.) : huit participants disent ainsi chercher ou avoir déjà cherché à « être plus discret en milieu de travail » (Khalil). En plus de s’exposer à d’éventuelles manifestations homophobes, révéler une orientation homosexuelle correspondrait ici soit à transgresser la sphère de vie professionnelle en laissant leurs collègues accéder à une partie intime de leur vie, soit à prendre le risque de paraître moins professionnel, dans un contexte où les immigrant.es doivent souvent déployer des efforts supplémentaires pour prouver leurs compétences et faire leur place sur le marché de l’emploi. Six participants se plaignent d’ailleurs de ne pas avoir « accès aux mêmes types d’opportunités que les gens d’ici » (Alejandro), en tant qu’immigrants.

  • 14 Voir à ce sujet l’article de Trawalé (2017).

36Enfin, six hommes mentionnent être plus craintifs de vivre de l’homophobie avec d’autres personnes d’origine immigrante. Ils craignent « que certains ne soient pas toujours ouverts d’esprit » (Fabrice), que « dans leur tête, ils n’acceptent pas ça » (Sofiane). Bien que les expériences d’homophobie dont ils ont été victimes ou témoins au Québec aient été perpétrées par des individus d’origines variées, québécois et blancs dans plusieurs cas, leurs attentes relatives à la confrontation à l’homophobie alimentent parfois une certaine catégorisation et hiérarchisation ethno-raciale14 : ils associent les Québécois.es à l’ouverture et à la modernité, qu’ils opposent à la fermeture d’esprit et l’archaïsme présupposés des immigrant.es, de même origine qu’eux ou non.

Avec mon expérience, il y a seulement un nouvel arrivant qui te voit, qui ouvre ses yeux comme ça… (rires) Ou qui t’insulte. Un Blanc, non, il ne t’insulte pas. Pour cela, j’aime le monde ici. (Youssef)

Les stratégies pour s’adapter à l’homophobie et l’hétérosexisme en contexte post-migratoire au Québec

37Dans la section précédente, nous avons vu que ces immigrants gais demeurent affectés et préoccupés par les expériences d’homophobie vécue ou anticipée. Ceci les amène à déployer différentes stratégies montrant leur capacité d’action pour s’adapter à ce nouvel environnement qui leur apparaît plus sûr et ouvert à l’homosexualité, mais où ils doivent tout de même faire face à différentes contraintes sociales, familiales et professionnelles qui témoignent d’un contexte empreint d’hétérosexisme. Les propos de nos interlocuteurs laissent entrevoir trois principales stratégies pouvant être déployées de façon complémentaire selon les situations : tenter d’échapper à l’identification comme gai ; veiller à demeurer dans un environnement exempt d’homophobie ; et s’efforcer d’être accepté en dépit de normes hétérosexistes. Notons que ces stratégies peuvent être communes aux personnes gaies en général, mais nous porterons une attention particulière à certaines spécificités liées à leur condition d’immigrant ou de personne racisée.

Tenter d’échapper à l’identification comme gai

38Présumés hétérosexuels par défaut lorsqu’ils correspondent aux normes masculines typiques et qu’ils ne montrent pas explicitement leur attirance pour d’autres hommes, les immigrants gais peuvent contrôler la divulgation ou la visibilité de leur orientation sexuelle dans certaines situations ou sphères de leur vie. Devant le risque de subir des actes homophobes ou hétérosexistes, ils cherchent ainsi à se protéger en évitant de heurter la sensibilité de la majorité hétérosexuelle.

39Près d’une vingtaine de participants évoquent ainsi une ou plusieurs tactiques qu’ils peuvent utiliser lorsqu’ils jugent opportun de « ne pas paraître gai » (Mathieu), autrement dit de passer pour hétérosexuels. Ils peuvent ainsi adapter leur démarche, posture ou gestuelle, ou se vêtir de façon sobre, par exemple en évitant de porter « beaucoup de boucles d’oreilles et d’accessoires » (Yong). Plusieurs disent également éviter les gestes d’affection avec un autre homme en public « pour ne pas trop choquer les gens » (Felipe), surtout dans les milieux qu’ils jugent moins sûrs comme certains quartiers multiethniques ou bars fréquentés par une clientèle masculine hétéro. Ils peuvent aussi éviter le sujet, mentir ou cacher la vérité, allant parfois jusqu’à mener « une espèce de double vie » (Mathieu) dans leur société d’accueil. Présenter son conjoint comme un simple ami, prétendre avoir une conjointe ou prétexter d’être célibataire pour se concentrer sur les études deviennent des alibis pour faire taire les soupçons ou se sortir d’une situation embarrassante. Dans le même sens, ils s’efforcent parfois de masquer toutes sortes d’informations pouvant compromettre leur façade hétérosexuelle, s’abstenant par exemple d’aborder les réalités LGBT ou de référer à leur conjoint : « Il faut restreindre l’information. Je ne peux pas raconter la majorité des choses qui se passent dans le quotidien, parce que je les fais en général toujours avec mon conjoint. » (Félix)

40Entretenir une distance avec certaines personnes peut aussi les aider à cacher différents indices sur leur orientation sexuelle, tel qu’évoqué par une dizaine d’interlocuteurs. Ils peuvent par exemple ne pas se lier d’amitié avec des personnes LGBT ; « garder un lien superficiel » (Khalil) avec leurs colocataires, collègues ou compatriotes ; créer des comptes séparés sur les réseaux sociaux pour leurs contacts au Québec et ceux dans leur pays d’origine ; ou encore, s’éloigner psychologiquement de leur famille, parfois dans le but de les décourager de venir leur rendre visite au Québec. En ce sens, vivre à l’étranger apparaît accommodant pour plusieurs participants qui cherchent à éviter l’identification comme gai par leur famille proche ou élargie, ou par d’autres personnes dans leur pays d’origine. La distance géographique peut ainsi donner « la possibilité de vivre sa vie sans devoir s’expliquer » (Mathieu), souvent même de connivence avec les parents restés au pays, qui eux font face aux questions et pressions hétérosexistes du reste de leur collectivité sur une base quotidienne :

Le fait de déménager ici, ça m’a évité d’expliquer à mon oncle, à ma tante, à mon cousin, à ma cousine, à tout le monde ; ça m’a soulagé moi, puis mes parents aussi. Parce que si je l’avais dit à ma famille au complet, ce n’est pas moi qui reste là, c’est mes parents ! Alors « ah, c’est toi le parent du fils qui ne s’est jamais marié… » (rires) (groupe de discussion)

  • 15 Voir à ce sujet l’article de Decena (2008).

41Enfin, quelques participants estiment que leur orientation sexuelle est connue de certains membres de leur famille mais qu’elle n’est jamais verbalisée explicitement avec eux, leur permettant alors d’échapper à l’identification comme gai. Le sujet leur semble volontairement évité de part et d’autre, mais ils estiment que leurs parents, frères ou sœurs « l’ont deviné » (Sofiane), qu’ils « le savent implicitement » (Khalil), et qu’ils l’acceptent – ou du moins le tolèrent – tacitement15.

  • 16 Terme utilisé au Québec pour référer à une conjointe.

On parle toutes les semaines avec ma mère. Ma mère ne m’a jamais demandé si j’ai une blonde16. Et je parle toujours de « mon ami ». « Ah on est partis en vacances avec mon ami. » « C’était comment tes vacances avec ton ami ? » C’est sous-entendu. (Felipe)

42Ce silence implicitement consenti apparaît comme une espèce de compromis plus ou moins confortable, mais qui permet à tous de se soustraire aux conséquences familiales et sociales d’être identifié comme gai ou parent d’un homme gai.

43Ces efforts pour dissimuler leur orientation sexuelle « par mesure de prudence » (Fabrice) leur permettent de se protéger de certains risques évoqués précédemment, mais peuvent aussi se répercuter négativement sur leur bien-être. Mentir à répétition, chercher fréquemment à fuir certaines conversations ou « être obligé de raconter des bêtises » (Boubacar) finit par être stressant, épuisant. Plusieurs se plaignent aussi de la pression de certains parents et compatriotes à s’engager dans un mariage (hétérosexuel), norme particulièrement forte dans leurs sociétés d’origine. Enfin, dans certains cas, ils peuvent se retrouver dans une situation de vulnérabilité et manquer de soutien social lorsque demander de l’aide impliquerait de divulguer leur orientation sexuelle malgré eux. En ce sens, la situation de Felipe a pris une ampleur particulière lorsqu’il s’est retrouvé dans une relation conjugale abusive, après avoir immigré pour vivre en secret sa première relation homosexuelle avec un Québécois qu’il avait connu dans son pays d’origine :

C’était la première personne gaie que j’ai rencontrée. […] J’ai pris mes choses, je suis embarqué dans l’avion, je suis débarqué ici. […] Je n’avais pas d’amis, ma famille n’était pas là… J’étais tout seul ici, j’avais juste lui. […] Je ne pouvais pas en parler à personne [de cette relation abusive], parce que personne ne savait que j’étais gai.

Veiller à demeurer dans un environnement social exempt d’homophobie

44La plupart des participants tentent autant que possible de vivre dans un environnement social exempt de discrimination liée à leur orientation sexuelle. Rappelons d’ailleurs, tel qu’évoqué plus tôt, que leur projet migratoire dans sa globalité s’inscrit dans cette volonté.

  • 17 Terme péjoratif utilisé au Québec pour désigner un homme gai ou jugé efféminé.

Dans leur vie au Québec, la grande majorité de nos interlocuteurs participent régulièrement à des activités sociales ou fréquentent des espaces destinés aux personnes LGBT comme des équipes sportives, bars ou associations, ce qui était généralement moins possible dans leurs pays d’origine. Cela leur permet entre autres de se sentir acceptés comme gais, « d’être plus confortables » (Julio), de pouvoir agir librement sans craindre d’être traités différemment des autres et de subir de l’homophobie : « C’est un endroit sécuritaire ! Parce que tu ne veux pas te faire pointer du doigt ! Personne ne va te traiter de tapette ou de fif17 ! » (Alejandro). Quelques-uns évoquent néanmoins le besoin d’aller au-delà de ces espaces sûrs, notamment pour s’ouvrir davantage au reste de la société et mieux s’y intégrer en tant qu’immigrants, ou éviter de « s’isoler dans un ghetto […], se renfermer dans un milieu trop restreint » (Félix).

La première chose que j’ai faite pour m’intégrer, c’est de me mettre en contact au niveau de la communauté gaie. Ça m’a aidé au début, […] mais il me reste encore du travail pour connaître les Québécois. Parce que la communauté gaie est vraiment petite, ça ne représente pas les Québécois en général. (Hassane)

  • 18 Terme anglophone utilisé au Québec signifiant ici mignon, attrayant.

45La moitié des participants font également part de leurs expériences de racisme sexuel dans les milieux gais. Ainsi, certains hommes noirs ou latino-américains affirment y être exotisés ou sexualisés à outrance, et d’autres participants d’origine asiatique et maghrébine rapportent s’être fait rejeter par d’éventuels partenaires du simple fait de leur identité ethnoculturelle, comme Sofiane : « Ils te posent la question “tu es Arabe ?” Après ils te bloquent sur les applications [de rencontre]. […] Et un autre, c’était pire ! Il m’a dit “tu es cute18, mais dommage, tu es arabe”. »

  • 19 Ce terme, sans équivalent en français, désigne une sympathie à l’égard des personnes gaies qui se t (...)

46De plus, nos interlocuteurs veillent généralement à façonner leur réseau social pour y inclure d’autres personnes gaies ou gay friendly19, et en écarter celles qui sont estimées ou présumées homophobes. À ce titre, notons que la majorité entretient des liens positifs avec des membres de leur communauté diasporique, dont plusieurs sont eux-mêmes gais ou gay friendly ; mais certains, qui en sont venus à intégrer eux-mêmes certains préjugés à l’égard de leurs pairs, sont devenus très sélectifs, comme l’explique clairement Youssef :

  • 20 « Misère » est utilisé ici dans le sens de quelque chose de pénible, difficile à vivre.

Je ne me sens pas à l’aise avec un Arabe car je sais que je vais revivre de la misère20 avec eux. Donc j’essaie de m’éloigner d’eux. J’ai seulement des Arabes gais comme amis, qui me comprennent. […] J’ai laissé tomber beaucoup de monde, j’ai commencé à bien choisir mes ami.es.

S’efforcer d’être accepté en dépit de normes hétérosexistes

47Bien que la plupart des hommes interrogés cherchent à faire en sorte que leur environnement social soit exempt d’homophobie, ils peuvent aussi, à l’inverse, vouloir s’adapter à des personnes ayant des pensées ou comportements homophobes. Ainsi, la moitié expliquent préférer parfois être indulgents et s’efforcer d’être acceptés en dépit de normes sociales hétérosexistes.

48D’abord, plusieurs évitent de considérer certains actes homophobes vécus comme des attaques personnelles, et refusent de cultiver des sentiments négatifs. Même s’ils en reconnaissent l’aspect préjudiciable pour leur bien-être, ils n’osent pas accuser directement la personne d’homophobie, supposant qu’elle n’était pas mal intentionnée ou consciente de la connotation de ses paroles. Ils stipulent par exemple que l’auteur.e de tels gestes est « le produit d’une société » (Alejandro) ou « le fruit de son environnement » (Boubacar), ou simplement qu’« il lui manque les connaissances sur l’homosexualité » (Kim). Certains reconnaissent également les efforts de leur entourage pour « ne pas dire des choses violentes ou homophobes volontairement » (Harry), et apparaissent particulièrement compréhensifs envers les membres de leur famille ou de leur communauté ethnoculturelle, préférant pointer du doigt le contexte structurel de leur pays d’origine :

Ça fait mal, je trouve ça triste, mais en même temps je me dis : ce n’est pas leur faute, ce n’est pas ma faute. Si je veux blâmer quelqu’un, […] je blâmerai le gouvernement, nos politiciens qui ne prennent pas les mesures pour avancer sur ce sujet des droits de l’Homme. Pas mes parents, ou même moi. (Hassane)

49Dans plusieurs cas, ces immigrants gais en viennent même à tolérer une part de stigmatisation plutôt que de risquer de briser certains liens avec leur entourage. Ils y arrivent en mettant entre parenthèses leur identité gaie, en considérant que leur orientation sexuelle n’est qu’une partie d’eux-mêmes parmi d’autres, ou encore en associant l’homophobie à une divergence d’opinions susceptible de changer. Dans cette optique, ils comprennent que cette homophobie n’est pas dirigée envers leur personne, mais strictement envers leur sexualité ou l’homosexualité en général, préservant alors une certaine valeur aux yeux de l’autre. Le témoignage de Kim l’illustre bien : « Toujours, [cet ami] trouve que c’est dégueulasse, l’homosexualité, mais il me voit comme une bonne personne, il garde l’amitié, avec moi. »

50Plutôt que de tolérer la stigmatisation homophobe dont ils peuvent faire l’objet, plusieurs tentent de la contrer. D’une part, ils peuvent argumenter et informer certains individus qu’ils veulent garder dans leur entourage afin de dédramatiser leur perception de l’homosexualité. D’autre part, ils peuvent s’efforcer de montrer qu’ils sont des personnes de valeur afin de faire comprendre qu’ils ne méritent pas d’être condamnés pour leur orientation homosexuelle. Certains précisent qu’ils doivent faire un effort encore plus grand que les gais québécois, puisqu’ils font partie d’une minorité ethnoculturelle déjà stigmatisée :

Je dois être plus humain, plus acceptable, au sens large. […] Tu es arabe, [les Québécois] vont te traiter comme « ok, on doit être méfiants ». Après, arabe et gai ? Tu vois, c’est double discrimination. […] C’est pour ça que je fais l’initiative d’être une bonne personne, de montrer que je suis vraiment quelqu’un de bon, donc eux, ils vont prendre le temps pour me faire confiance. (Khalil)

51Pour contrer la stigmatisation auprès de leurs parents, plusieurs prennent la responsabilité de performer davantage dans certaines sphères de leur vie comme le travail, les études, la vie conjugale ou le projet migratoire dans son ensemble. Sept participants se sentent tristes ou coupables des répercussions négatives que leur orientation sexuelle pourrait avoir sur leur famille : ne pas « suivre la norme » (Boubacar) et répondre aux attentes sociales et familiales de mariage hétérosexuel ; « donner le poids sur les parents » (Kim) restés au pays, qui doivent alors porter le stigma d’avoir un fils gai ; ainsi que la difficulté de pouvoir leur donner des petits-enfants avec une conjointe et poursuivre la lignée familiale de manière traditionnelle. Par exemple, Felipe explique qu’il aimerait pouvoir montrer à ses parents qu’il réussit bien sa vie et qu’il est possible, au Québec du moins, de mener une vie satisfaisante et somme toute assez traditionnelle, tout en étant ouvertement gai :

Je veux que mes parents rencontrent mon chum ! Qu’ils voient que je suis bien, que je suis content, que je suis en santé, que j’ai une job, que je travaille ! Que j’ai des projets, que je peux avoir des enfants, que je peux avoir une maison aussi ! Je ne vais pas être mal vu par la société, justement… (Felipe)

52Les motifs évoqués pour préférer être indulgents et garder dans leur réseau des individus pouvant manifester de l’homophobie plutôt que s’en distancer sont de trois ordres. Premièrement, plusieurs ressentent un profond attachement envers certaines de ces personnes, surtout les membres de leur famille et leurs ami.es de longue date. Deuxièmement, ils peuvent avoir besoin d’eux. Par exemple, quelques participants conservent des liens avec des compatriotes pour des nécessités pratiques, liées notamment aux modalités d’immigration :

Quand je suis arrivé, j’étais avec deux autres [compatriotes]. Je me suis dit : « Même s’ils sont homophobes, je vais les garder, comme ça, si quelque chose de grave m’arrive, ils seront le lien vers chez nous avec l’ambassade. […] Ils ont plus d’expérience que moi au Québec, ils peuvent m’aider avec certains formulaires, certaines procédures. » (groupe de discussion)

53Troisièmement, ils peuvent craindre de manquer de soutien social dans leur condition d’immigrants, où l’homophobie peut aussi se combiner à d’autres formes de discrimination :

Je vivais de l’homophobie dans ma famille, et un peu de racisme du fait que je sortais avec un Blanc. J’étais dans une position où j’avais cette réflexion : si je me mettais à me distancer de tous les gens qui avaient des commentaires homophobes ou racistes (rires), j’allais vite me retrouver vraiment isolé de tout le monde… (Harry)

Discussion

54Dans cet article, nous avons porté attention aux expériences post-migratoires d’hommes immigrants gais au Québec en lien avec l’homophobie et l’expression de leur orientation sexuelle, ainsi qu’aux implications pour leur bien-être. Il s’agit, à notre connaissance, de la première publication à aborder ces éléments autant en profondeur. Notre recherche a également permis d’affiner la compréhension de ces aspects en les articulant à l’intérieur d’un portrait global qui met en lumière les différentes possibilités et contraintes avec lesquelles composent ces hommes, et ce, avec une perspective tenant compte à la fois de leurs conduites individuelles et de l’environnement dans lequel ils évoluent.

55Nos résultats montrent que ces hommes gais considèrent qu’immigrer au Québec leur donne davantage de possibilités pour exprimer leur orientation sexuelle, tel que constaté aussi notamment par Poon et al. (2017). Cette plus grande aisance à être identifié comme gai relèverait d’un processus d’adaptation, parallèle à l’ajustement social et culturel qu’implique toute immigration. De surcroît, en plus d’une égalité devant la loi et une impression d’avoir les mêmes opportunités que les hétérosexuel.les (Logie et al., 2016), vivre au Québec a aussi permis aux participants d’accéder à des environnements sociaux gais ou gay friendly, et ainsi de trouver un « autre compatissant » (Goffman, 1975). De tels espaces sûrs jouent un rôle central non seulement pour se protéger de l’homophobie, mais aussi pour briser l’isolement, développer un sentiment d’appartenance ou obtenir du soutien et des points de repère pour vivre leur orientation sexuelle (Epstein et Carrillo, 2014 ; Gray et al., 2015). Cette reconnaissance juridique et sociale leur permet de vivre dans la sécurité et la dignité, conditions essentielles au bien-être (White, 2014), et fait partie des éléments les plus satisfaisants de leur vie au Québec.

56Malgré ces possibilités, nos analyses montrent que ces hommes demeurent tout de même affectés par le spectre de l’homophobie et les rouages de l’hétérosexisme, ce qui appuie les résultats d’autres études québécoises (Corneau et al., 2014 ; Roy, 2013). Ces expériences, qui s’ajoutent à celles qui ont été vécues dans leur pays d’origine, témoignent d’un écart entre la représentation qu’ils se font ou qu’ils se faisaient du Québec comme un espace globalement non homophobe et la confrontation à la réalité de l’homophobie effective (El-Hage et Lee, 2016), et se répercutent négativement sur leur bien-être. En plus de générer du stress et toute une gamme de sentiments désagréables, elles se combinent à d’autres formes de stigmatisation ou d’exclusion pouvant les toucher en lien avec leur situation de personne immigrante ou racisée (El-Hage et Lee, 2016). Ceci agit en plus dans un contexte où, en tant qu’immigrants, ils doivent déjà déployer des efforts singuliers pour (re)bâtir leurs réseaux sociaux et professionnels et accéder à un statut socio-économique satisfaisant (Adam et Rangel, 2015), autres facteurs contributifs au bien-être (White, 2014).

57Enfin, l’analyse des récits des participants met aussi en évidence les principales stratégies individuelles déployées pour faire face à l’homophobie et à l’hétérosexisme en contexte post-migratoire. Ce regard sur leurs stratégies nous a permis d’éviter de voir ces immigrants gais comme de simples victimes dans une situation à risque, en recourant à une approche qui tient compte également de leur capacité d’action (Dubet, 1994 ; McDavitt et al., 2008). Les stratégies identifiées viseraient tantôt à s’adapter à l’environnement social dans lequel ils sont, tantôt à le modeler afin d’assurer leur sécurité et leur bien-être (Dubet, 1994). Tenter d’échapper à l’identification comme gai, veiller à demeurer dans un environnement social exempt d’homophobie ainsi que s’efforcer d’être accepté en dépit de normes hétérosexistes les aide ainsi à se protéger en tant qu’hommes gais. Néanmoins, ces stratégies impliquent elles-mêmes certaines contraintes et peuvent affecter leur bien-être. D’une part, garder leur orientation sexuelle secrète restreint leur expression de soi et peut engendrer stress, hypervigilance, sentiment de culpabilité et isolement social, en plus d’être associé à une plus faible satisfaction à l’égard de la vie (Pachankis et Bränström, 2018). D’autre part, ces stratégies pourraient parfois contribuer à fragiliser leur réseau social, élément qui participe au bien-être (White, 2014). En limitant leurs relations avec des individus qu’ils apprécient pourtant, ils peuvent être moins satisfaits de leur réseau. De plus, couper les liens avec certaines personnes jugées ou présumées homophobes peut les rendre vulnérables sur les plans psychologique, physique et matériel lorsqu’ils sont dans une relation de dépendance à leur égard, comme avec des membres de leur famille (McDavitt et al., 2008). Enfin, conserver dans leur réseau des personnes considérées comme homophobes implique de s’exposer à d’éventuels épisodes discriminatoires.

58Pour conclure, rappelons que la nature des stratégies déployées par ces immigrants gais, à la fois choisies et imposées par le contexte ambiant, est le reflet de leur capacité d’action à l’intérieur du climat relativement ouvert dans lequel ils évoluent après avoir immigré au Québec, mais qui demeure tout de même empreint d’hétérosexisme et qui apparaît ethniquement et racialement hiérarchisé. Stigmatisés et « discréditables » sur plusieurs plans, pour reprendre les mots de Goffman (1975), ils ont à jongler avec les attentes parfois contradictoires des différents milieux sociaux auxquels ils appartiennent.

Haut de page

Bibliographie

ADAM Barry D, RANGEL J Cristian, « The Post-Migration Sexual Citizenship of Latino Gay Men in Canada », Citizenship Studies, 19, 6-7, 2015, pp. 682-695.

APA – AMERICAN PSYCHOLOGICAL ASSOCIATION, « Avoiding Heterosexual Bias in Language », American Psychologist, 46, 9, 1991, pp. 973-974.

CHBAT Marianne, Articulations et négociations des identifications ethno-sexuelles des gais et des lesbiennes d’origine libanaise à Montréal, mémoire de maîtrise en sociologie, sous la direction de Sirma Bilge, Montréal, Université de Montréal, 2011.

CHAMBERLAND Line, Gais et lesbiennes en milieu de travail : Rapport synthèse de recherche, Montréal, Centre collégial de développement de matériel didactique, 2007.

CHAMBERLAND Line, LEBRETON Christelle (2012), « Réflexions autour de la notion d’homophobie : succès politique, malaises conceptuels et application empirique », Nouvelles Questions Féministes, 31, 1, 2012, pp. 27-43.

CORNEAU Simon, CARUSO Jessica, DESPRÉS Lyanna, Portrait descriptif de santé globale de la population HARSAH afro-caribéenne de Montréal, Montréal, Service aux collectivités de l’Université du Québec à Montréal et Arc-en-ciel d’Afrique, 2014.

DECENA Carlos Ulises, « Tacit Subjects », GLQ, 14, 2-3, 2008, pp. 339-359.

DIENER Ed, The science of well-being: The collected works of Ed Diener, Dordrecht, Springer, 2009.

DUBET François, Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil, 1994.

ERIBON Didier, Réflexions sur la question gay, Paris, Flammarion, 2012.

EL-HAGE Habib, LEE Edward Jin, « LGBTQ racisés : frontières identitaires et barrières structurelles », Alterstice, 6, 2, 2016, pp. 25-40.

EPSTEIN Steven, CARRILLO Héctor, « Immigrant Sexual Citizenship : Intersectional Templates among Mexican Gay Immigrants to the United States », Citizenship Studies, 18, 3-4, 2014, pp. 259-276.

FLORES Andrew R, PARK Andrew, Polarized Progress : Social Acceptance of LGBT people in 141 Countries, 1981 to 2014, Los Angeles, The Williams Institute at UCLA School of Law, 2018.

FOURNIER Claudia, HAMELIN BRABANT Louise, DUPÉRÉ Sophie, CHAMBERLAND Line, « Lesbian and Gay Immigrants' Post-Migration Experiences: An Integrative Literature Review », Journal of Immigrant & Refugee Studies, 16, 3, 2018, pp. 331-350.

FUKS Nate, SMITH Nathan G, PELAEZ Sandra, DE STEFANO Jack, BROWN Tyler L, « Acculturation Experiences Among Lesbian, Gay, Bisexual, and Transgender Immigrants in Canada », The Counseling Psychologist, 46, 3, 2018, pp. 296-332.

GINER Karl-Eric, PERRON Marilou, Enquête téléphonique sur la perception et les attitudes de la population québécoise à l’égard des réalités LGBT, Charny, INFRAS, 2017.

GOFFMAN Erving, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps. Traduit de l’anglais par Alain Kihm, Paris, Les Éditions de Minuit, 1975.

GRAY Nicole, MENDELSOHN David, OMOTO David, « Community Connectedness, Challenges, and Resilience Among Gay Latino Immigrants », American Journal of Community Psychology, 55, 1/2, pp. 202-214.

HATZENBUEHLER Mark L, « Structural Stigma: Research Evidence and Implications for Psychological Science », American Psychologist, 71, 8, 2016, pp. 742-751.

KATZ Jonathan Ned, L’invention de l’hétérosexualité, Paris, EPEL, 2001.

LAMONTAGNE Erik, D’ELBÉE Marc, ROSS Michael W, CARROLL Aengus, DU PLESSIS André, LOURES Luiz, « A Socioecological Measurement of Homophobia for All Countries and its Public Health Impact », European Journal of Public Health, 28, 5, 2018, pp. 967-972.

LE MOINE Marion, LEMONIER Julien, Rapport sur l’homophobie 2007, Paris, SOS Homophobie, 2007.

LEE Edward Ou Jin, HAFFORD-LETCHFIELD Trish, PULLEN SANSFAÇON Annie, KAMGAIN Olivia, GLEESON Helen, The State of Knowledge about LGBTQI Migrants Living in Canada in Relation to the Global LGBTQI Rights Agenda, Montréal, Université de Montréal, 2017.

LEWIS Nathaniel, MILLS Suzanne, « Seeking security: Gay labour migration and uneven landscapes of work », Environment and Planning A, 48, 12, 2016, pp. 2484-2503.

LOGIE Carmen H, LACOMBE-DUNCAN Ashley, LEE-FOON Nakia, RYAN Shannon, RAMSAY Hope, « “It’s for Us –Newcomers, LGBTQ Persons, and HIV-Positive Persons. You Feel Free to Be”: A Qualitative Study Exploring Social Support Group Participation Among African and Caribbean Lesbian, Gay, Bisexual and Transgender Newcomers and Refugees in Toronto, Canada », BMC International Health and Human Rights, 16, 18, 2016, doi : 10.1186/s12914-016-0092-0.

MCDAVITT Bryce, IVERSON Ellen, KUBICEK Katrina, WEISS George, WONG Carolyn F, KIPKE Michele D, « Strategies Used by Gay and Bisexual Young Men to Cope with Heterosexism », Journal of Gay & Lesbian Social Services, 20, 4, 2008, pp. 354-380.

MCINTOSH Mary, « Le rôle homosexuel [1968] », Genre, sexualité & société, hors-série, 1, 2011, doi : 10.4000/gss.1820.

MIDI –Ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion du Québec, Fiche synthèse sur l’immigration, Québec, Gouvernement du Québec, 2016.

MINISTÈRE DE LA JUSTICE, Plan d’action gouvernemental de lutte contre l’homophobie et la transphobie 2017-2022, Québec, Gouvernement du Québec, 2017.

MORRISON Melanie A, « Psychological Health Correlates of Perceived Discrimination Among Canadian Gay Men and Lesbian Women », Canadian Journal of Community Mental Health, 30, 2, 2011, pp. 81-98.

MUNRO Lauren, TRAVERS Robb, ST JOHN Alex, KLEIN Kate, HUNTER Heather, BRENNAN David, BRETT Chavisa, « A bed of roses?: Exploring the experiences of LGBT newcomer youth who migrate to Toronto », Ethnicity and Inequalities in Health and Social Care, 6, 4, 2013, pp. 137-150.

PACHANKIS John E, BRÄNSTRÖM Richard, « Hidden From Happiness: Structural Stigma, Sexual Orientation Concealment, and Life Satisfaction Across 28 Countries », Journal of Consulting and Clinical Psychology, 86, 5, 2018, pp. 403-415.

PADILLA Mark B, VASQUEZ DEL AGUILA Ernesto, PARKER Richard G, « Globalization, Structural Violence, and LGBT Health: A Cross-Cultural perspective », in MEYER Ilan H, NORTHRIDGE, Mary E (dir.), The Health of Sexual Minorities, Boston, Springer, 2007, pp. 209-241.

PAILLÉ Pierre, MUCCHIELLI Alex, L’analyse qualitative en sciences humaines et sociales (3e éd.), Paris, Armand Colin, 2012.

POON Maurice Kwong-Lai, LI Alan Tai-Wai, WONG Josephine Pui-Hing, WONG Cory, « Queer-friendly nation? The experience of Chinese gay immigrants in Canada », China Journal of Social Work, 10, 1, 2017, pp. 23-38.

RAULT Wilfried, « Les attitudes “gayfriendly” en France : entre appartenances sociales, trajectoires familiales et biographies sexuelles », Actes de la recherche en sciences sociales, 3, 213, 2016, pp. 38-65.

ROY Olivier, Homme immigrant cherche homme : (re)formations de subjectivités ethnosexuelles en contexte post-migratoire au Québec, thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Sirma Bilge, Montréal, Université de Montréal, 2013.

TRAWALÉ Damien, « Être interpellé en tant que gay noir dans la France contemporaine : Tensions subjectives et hiérarchisations identificatoires », Les Cahiers du CEDREF, 21, 2017, pp. 103-109.

TREMBLAY Manon, « Quebec and Sexual Diversity: From Repression to Citizenship », in TREMBLAY Manon (dir.), Queer mobilizations: Social Movement Activism and Canadian Public Policy, Vancouver, UBC Press, 2012, pp. 106-124.

VEENHOVEN Ruut, « Sociological Theories of Subjective Well-Being », in EID Michael, LARSEN Randy (dir.), The Science of Subjective Well-Being, New York, Guilford Press, 2008, pp. 44-61.

WHITE Sarah C, « Key Issues in Wellbeing and Quality of Life Assessment », in WHITE Sarah C, ABEYASEKERA Asha (dir.), Wellbeing and Quality of Life Assessment, Rugby, Practical Action Publishing, 2014, pp. 15-24.

Haut de page

Notes

1 Nous utilisons le terme gai pour référer aux hommes principalement attirés par d’autres hommes sur le plan sexuel ou affectif. Ce terme peut être compris (ou non) comme une orientation sexuelle et une identité, et être associé à certaines cultures et communautés qui se sont développées parmi les personnes (Éribon, 2012). Notons toutefois que la bicatégorisation de la sexualité (homosexuel.le/gai.e vs hétérosexuel.le/straight), de l’identité qui y est rattachée et les attentes sociales qui en découlent sont plutôt récentes et surtout issues des sociétés occidentales (Katz, 2001 ; McIntosh, 2011). Conséquemment, bien que la catégorie sociale « gai » soit d’un usage courant et pratique, elle comporte certaines limites pour représenter les relations sexuelles et affectives entre hommes à travers les différentes cultures et expériences personnelles.

2 L’homophobie réfère aux manifestations de mépris, rejet, et haine envers des personnes, pratiques ou représentations homosexuelles ou supposées l’être (Lemoine et Lemonier, 2007). Cette forme de discrimination prend racine dans l’hétérosexisme, soit l’idéologie inscrite dans les institutions, pratiques sociales et interactions quotidiennes qui privilégie systématiquement l’hétérosexualité et en fait un idéal auquel il faut se conformer (Chamberland et Lebreton, 2012).

3 Lesbiennes, gais, bisexuel.les, trans.

4 Dans un rapport d’enquête sur la perception et les attitudes de la population québécoise à l’égard des réalités LGBT (Giner et Perron, 2017), 80,2 % des répondant.es se disaient à l’aise avec les hommes gais en général ; 75,6 % se disaient à l’aise de voir deux hommes marcher main dans la main ou s’embrasser (59,2 %) dans la rue.

5 Nous référons aux immigrants de première génération, c’est-à-dire qui sont nés dans un autre pays que le Canada.

6 Période suivant l’arrivée et l’installation de ces immigrants au Québec.

7 La santé communautaire, qui s’apparente à la santé publique, vise notamment à agir sur les déterminants sociaux de la santé et du bien-être dans une approche multidisciplinaire.

8 Résidents étrangers autorisés à demeurer au Canada en vertu d’un permis de travail ou d’études.

9 Nous désirons rester fidèles à la façon dont les participants s’identifient eux-mêmes ; toutefois, étant donné le caractère pathologisant historiquement associé au vocable homosexuel en recherche (APA, 1991), nous préférons utiliser le terme gai tel que défini en introduction.

10 Dans cet article, l’expression de l’orientation sexuelle réfère aux actions, paroles ou autres éléments chez les participants pouvant indiquer à autrui qu’ils sont gais.

11 Terme utilisé au Québec pour référer au conjoint.

12 Dans les mois précédant la collecte de données, les médias ont rapporté deux cas d’agression physique présumés homophobes. À l’hiver 2015, deux hommes ont été attaqués à leur sortie du bar le Drague à Québec, destiné à la clientèle LGBT ; et à l’été 2016, un couple d’hommes a été attaqué après s’être embrassé devant un bar de Montréal.

13 Terme utilisé au Québec signifiant ici pris, coincé.

14 Voir à ce sujet l’article de Trawalé (2017).

15 Voir à ce sujet l’article de Decena (2008).

16 Terme utilisé au Québec pour référer à une conjointe.

17 Terme péjoratif utilisé au Québec pour désigner un homme gai ou jugé efféminé.

18 Terme anglophone utilisé au Québec signifiant ici mignon, attrayant.

19 Ce terme, sans équivalent en français, désigne une sympathie à l’égard des personnes gaies qui se traduit par une forte acceptation de l’homosexualité, une défense de l’égalité des sexualités et éventuellement une proximité relationnelle avec des gais et lesbiennes (Rault, 2016).

20 « Misère » est utilisé ici dans le sens de quelque chose de pénible, difficile à vivre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudia Fournier, Louise Hamelin Brabant, Sophie Dupéré et Line Chamberland, « Immigrants gais au Québec face à l’homophobie : possibilités, contraintes et implications pour leur bien-être », Genre, sexualité & société [En ligne], 24 | Automne 2020, mis en ligne le 20 novembre 2020, consulté le 28 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/gss/6331 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.6331

Haut de page

Auteurs

Claudia Fournier

Doctorante en santé communautaire et auxiliaire de recherche et d’enseignement, Université Laval, Québec, Canada
claudia.fournier.3@ulaval.ca

Louise Hamelin Brabant

Professeure à la Faculté des sciences infirmières, Université Laval, Québec, Canada
louise.hamelin@fsi.ulaval.ca

Sophie Dupéré

Professeure à la Faculté des sciences infirmières, Université Laval, Québec, Canada
sophie.dupere@fsi.ulaval.ca

Line Chamberland

Professeure au département de sexologie et cotitulaire de la Chaire de recherche sur l’homophobie, Université du Québec à Montréal, Montréal, Canada
chamberland.line@uqac.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search