Navigation – Plan du site

AccueilActualitésAnalyses et comptes-rendus2021Camille Schmoll, Les damnées de l...

2021

Camille Schmoll, Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée

Sofia Stimmatini
Référence(s) :

Camille Schmoll, Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée, Paris, La Découverte, 2020

Texte intégral

  • 1 À ce propos voir le texte « Le sujet et le pouvoir » de M. Foucault dans Dits et écrits II, 1976-19 (...)

1L’ouvrage de Camille Schmoll Les damnées de la mer est un travail finement mené de géographie politique, qui nous livre une analyse des expériences des femmes africaines qui traversent la Méditerranée. Il se construit à partir d’une riche enquête ethnographique de longue durée et multisituée, « dans » et « sur » la frontière Sud de l’espace Schengen. La centralité de l’Europe du Sud dans les vies des migrant·e·s a motivé l’autrice à mener ses enquêtes à Malte et en Italie, aux marges méridionales du territoire Schengen, dans différents « lieux-frontière », comme les centres d’accueil familiaux et pour femmes isolées de Hal Far et de Balzan à Malte, le CARA (Centres d’accueil pour demandeur·euse·s d’asile) de Castelnovo di Porto en Italie ou encore le centre de rétention pour femmes de Ponte Galeria. Ces centres sont en effet des espaces incontournables dans la trajectoire institutionnelle des migrant·e·s : éparpillées sur les territoires maltais et italien, les structures aptes à contenir les personnes en attente d’être régularisées sont devenues des lieux d’expérimentation politique, d’oppression et de transformation des subjectivités. Recourant à une approche politique de la marge nourrie des apports de Michel Foucault sur l’« insoumission de la liberté »1, dans cet ouvrage, l’autrice nous présente une lecture micropolitique des subjectivités féminines qui naissent à l’intérieur de ces lieux, en analysant le quotidien des femmes migrantes. Ainsi, Les damnées de la mer contribue à approfondir la connaissance de leurs expériences, en décortiquant la violence qui caractérise leurs vécus, mais aussi en analysant les espaces d’autonomie qu’elles fabriquent à la marge, durant les voyages vers l’Espace Schengen et leurs permanences dans les différents centres maltais et italiens.

  • 2 Appadurai, Arjun, 1990. « Disjuncture and Difference in the Global Cultural Economy », Theory, Cult (...)

2La frontière, dans la vie des femmes qui traversent la Méditerranée sans avoir les visa Schengen C, comme dans celle de Julienne, que Camille Schmoll retrace au premier chapitre, est analysée comme étant une épreuve à affronter. Le régime frontalier met en effet en œuvre une vulnérabilisation systématique de leurs corps, tout au long du trajet qui de leur pays d’origine les amène dans le territoire de l’espace Schengen. Rejetant l’idée d’une opposition entre migrations volontaires ou forcées, ou encore entre migrations prévues ou improvisées, dans le deuxième chapitre, l’autrice souligne la complexité de la prise de décision du départ, invitant les lecteurs et les lectrices à positionner les différentes motivations le long d’un continuum : les raisons qui poussent une femme à partir peuvent être à la fois de nature individuelle et familiale, politique et économique, genrée ou non genrée. Le prétendu « projet migratoire » ne cesse de se redéfinir en route, aussi en fonction des violences physiques, sexuelles, institutionnelles, symboliques, que les voyageuses subissent. Pour les femmes migrantes, le trajet constitue un parcours dangereux, dont la traversée de la Libye et de la Méditerranée représentent des expériences traumatiques et ineffaçables. Notamment dans les prisons libyennes, les femmes subissent des violences physiques et surtout sexuelles : le viol étant une pratique systématique, beaucoup d’entre elles quittent la Libye en étant enceintes. Ensuite, les plateformes qui les accueillent une fois arrivées dans le territoire de l’espace Schengen, les CPAS (les centres d’accueil et de premier secours), les hotspots, ne prennent souvent pas en compte leurs nécessités et vulnérabilités spécifiques, étant conçus de manière gender blind. Souvent, les hommes, les femmes et les enfants partagent en effet les mêmes espaces où aucune intimité est préservée : les corps sont constamment exposés aux regards, même durant les douches. Comme le démontrent les observations de Camille Schmoll, les politiques migratoires ont un rôle prépondérant dans la mise en œuvre du contrôle vulnérabilisant des femmes ayant rejoint la rive Nord de la Méditerranée de manière considérée illégale. Cette discipline des corps se fonde sur un ensemble de technologies que l’autrice décortique précisément dans le troisième chapitre et concerne également le système d’asile, objet du quatrième chapitre. Dans les différents centres pour les personnes en demande d’asile, la violence institutionnelle prend la forme de l’attente, qui constitue la dimension de vie des femmes et des hommes enfermé·e·s ainsi que la technologie d’assujettissement qui les replie dans une condition de perpétuelle incertitude et qui les confine à une position subalterne. S’inspirant de la notion de scape formulée par Arjun Appadurai2, qui concerne l’extraterritorialité des configurations complexes de la globalisation, l’autrice se sert de la notion de paysages moraux afin de décrire la production de situations morales dans les contextes de frontiérisation, ainsi que de construction des frontières de genre mises en œuvre dans ces centres. Le travail de border work se construit en effet à partir d’une activité intense de délimitation et de hiérarchisation des frontières morales sociales et spatiales, qui est aussi un gender work, qui définit les féminités et les masculinités légitimes. Les pratiques quotidiennes des femmes et l’organisation spatiale des centres, mais aussi la présence des migrantes dans les espaces publics, comme par exemple la route qu’elles doivent parcourir pour faire les courses, constituent alors des enjeux d’anxiété et de production normative. Entre logique de la crise et logique de l’urgence, l’analyse du gouvernement des flux migratoires révèle une grammaire spatiale, qui opère entre centralité et isolement, accessibilité et enclavement, visibilité et invisibilité, densité et dispersion, intérieur (espace domestique) et extérieur (espace public, à savoir tout lieu qui n’est pas le centre : les routes, les supermarchés, les bureaux, etc.). Dans cette marge, les femmes migrantes se trouvent souvent dans des situations d’isolement et de mortification de la personnalité, qui, selon l’autrice, déclenchent des nouveaux rapports à soi et à l’espace en migration, qu’elle décortique dans le cinquième et dernier chapitre de l’ouvrage. Dans les centres où Camille Schmoll a enquêté, des pratiques de « fuite » et de « résistance » sont mises en œuvre : l’autrice propose une analyse des tactiques qui se déploient dans la dimension du micro-politique, que les femmes mettent en jeu afin de reprendre un peu de pouvoir et de maîtrise de leurs vies. L’autrice se sert d’une approche relationnelle de l’autonomie qui permet de la considérer comme étant le produit des structures sociales, des relations et des pratiques. Le processus d’autonomisation est alors pensé comme étant dialectique, produit par un continu aller-retour entre les individus et les structures, et inséré dans l’expérience du quotidien. Dans une perspective transcalaire attentive à la dimension spatiale de l’agency, elle soutient alors que les corps, les espaces domestiques et les espaces numériques deviennent des lieux d’expression d’une subjectivité qu’elle définit « en mouvement », soulignant combien les migrantes recherchent des espaces et des moments d’intimité, négociant sans cesse leur position en fonction de régimes de mise en visibilité variés, déterminés par les travaux de border et gender work cités auparavant. L’usage d’internet en est témoin : l’espace numérique constitue en effet une ressource à la fois émotionnelle et affective, devenant le lieu où les femmes peuvent mettre en scène une image valorisante d’elles-mêmes. Selon l’autrice, l’intimité et la visibilité sont les conditions sine qua non de l’autonomie : dans les contextes étudiés, l’intime et le virtuel deviennent des espaces éminemment politiques où les femmes peuvent reconstituer ou construire une image autre d’elles-mêmes et de la migration. L’approche relationnelle choisie met ainsi en lumière de manière convaincante les stratégies et les tactiques que les femmes mettent en place, se trouvant dans un contexte de forte contrainte.

3En conclusion, répondant à la nécessité de formuler des analyses situées des migrations féminines, qui permettent de dévoiler les nombreux clichés qui concernent les femmes en mouvement, Camille Schmoll nous offre un travail méticuleux, intersectionnel et attentif à l’historicité du moment actuel, incontournable pour tout·e chercheur·euse qui s’intéresse aux flux migratoires. Invitant les lecteur·trice·s à « féminiser le regard » en rejetant la vision linéaire et univoque de la migration féminine comme étant émancipatrice, l’autrice propose plutôt de comprendre l’expérience migratoire comme étant avant tout corporelle et physiquement subjectivante. Rappelant que les femmes africaines ne sont pas des Pénélopes qui restent au pays à attendre leurs hommes, l’autrice souligne combien la migration redéfinit non seulement les masculinités, mais également les féminités : en devenant migrante, on devient quelqu’une d’autre. Les damnées de la mer rend ainsi finement compte de comment le voyage redéfinit les subjectivités des femmes migrantes. Sans pour autant tendre vers l’essentialisme, l’approche féministe et corporelle de l’expérience migratoire ici assumé, rend à la fois compte de la violence que les femmes subissent et des formes d’autonomie en tension qu’elles développent afin de résister à l’invisibilité et à cette violence-même.

Haut de page

Notes

1 À ce propos voir le texte « Le sujet et le pouvoir » de M. Foucault dans Dits et écrits II, 1976-1988, Paris : Gallimard, 2001, pp. 1041-1062.

2 Appadurai, Arjun, 1990. « Disjuncture and Difference in the Global Cultural Economy », Theory, Culture and Society, 7 : 295, pp. 295-310.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sofia Stimmatini, « Camille Schmoll, Les damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée »Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 09 mars 2021, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/gss/6388 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.6388

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search