Navigation – Plan du site

AccueilActualitésAnalyses et comptes-rendus2021Cécile Charlap, La Fabrique de la...

2021

Cécile Charlap, La Fabrique de la ménopause

Charlotte Debest
Référence(s) :

Cécile Charlap, La Fabrique de la ménopause, Paris, CNRS Editions, 2019

Texte intégral

1Cécile Charlap1 nous offre, à travers son ouvrage issu de sa thèse de sociologie2, La Fabrique de la ménopause, un sujet novateur pour les sciences humaines et sociales et notamment la sociologie du genre. L’auteure réfléchit à la place des femmes dans l’ordre social à partir du phénomène – non universel, nous y reviendrons – de la ménopause. En effet, « la place des femmes est intimement liée à leur maturation corporelle : la construction sociale de leur physiologie organise le cours de leur vie » (p. 34). Autrement dit, la place des femmes dans la plupart des sociétés est pensée à partir de leurs capacités reproductives ; la ménopause signant la fin de la vie reproductive pour les femmes. Plus globalement, Cécile Charlap montre comment la ménopause est un construit médico-social, qui apparaît au cours du XVIIIe siècle en Occident. « Avec l’invention de la “ménopause” émerge un concept de transformation et de déséquilibre proprement féminin qui vient justifier les rapports sociaux de sexe » (p. 56), en fabriquant la pensée (binaire) de la différence ; la catégorie homme étant construite comme la référence et la catégorie femme comme la différence. De la différence à la déficience, il n’y a qu’un pas, facilement franchissable et toujours à l’œuvre dans les représentations sociales du corps des femmes. Ces dernières seraient finalement mues tout au long de leur vie, de la puberté à la ménopause, par des forces agissantes : les hormones ; représentations encore à l’œuvre aujourd’hui. En effet, « au contraire du corps masculin, le corps féminin est pensé comme un corps contrôlé par les hormones » (p. 78). Par ricochet, les femmes elles-mêmes, et pas seulement leurs corps, sont pensées comme le jouet de leurs hormones : sautes d’humeur, émotivité, irritabilité, irrationalité. Ainsi, depuis le XVIIIe siècle discours médicaux et médiatiques autour de la ménopause viennent à la fois homogénéiser les expériences – toutes les femmes vivent la même chose – et les essentialiser – les femmes sont biologiquement déterminées à vivre ce qu’elles ressentent. Ainsi, les représentations de la ménopause prennent tout leur sens dans le maintien du système de genre : processus de différenciation (binaire) des sexes, processus de hiérarchisation en faveur des hommes, hétéro-normativité et complémentarité des sexes.

2Après une courte introduction, qui aurait pu être plus précise sur la méthodologie utilisée, l’ouvrage se compose de quatre chapitres. Le premier chapitre se lit comme une revue de littérature d’ethnographies visant à rappeler que « la ménopause » n’est pas un phénomène universel et qu’en ce sens sa conceptualisation ou non, les représentations qui l’entourent ou non et la manière dont se vit cette période où le corps féminin cesse d’ovuler sont dépendants des contextes sociaux et culturels et, en cela, sont des construits sociaux. Ainsi, au Japon ou dans la culture Maya, par exemple, il n’y a pas de termes pour désigner ce phénomène. Pour autant, dans la plupart des sociétés, l’arrêt des règles modifie le statut social des femmes. Souvent, elles sont alors plus facilement intégrées à la communauté des hommes. Dans un certain nombre de sociétés, on leur attribue donc plus de pouvoirs que lorsqu’elles étaient menstruées, rappelant dès lors comment cet écoulement de sang mensuel est vécu par les hommes comme un objet de menace et de dégoût incarné par les femmes. Un peu comme si devenues comme eux, ne pouvant plus porter les enfants, elles redevenaient inoffensives.

3Le deuxième chapitre de l’ouvrage revient sur la construction de « la catégorie médicale » (p. 47) de la ménopause ; construction occidentale du XVIIIe siècle. Dans le premier chapitre, nous apprenons que la ménopause n’est pas universelle, ce deuxième chapitre nous rappelle qu’elle n’est pas non plus atemporelle anhistorique ? ; le terme émerge en 1816 sous la plume du médecin français Charles de Gourdance. Ici, Cécile Charlap propose de s’interroger sur le questionnement, en creux, qui agite, notamment à partir du XIXe siècle, la construction sexuée des corps féminin et masculin : « qu’est-ce qui reste de la féminité une fois exclue sa fonction de reproduction ? » En effet, si les femmes sont principalement définies par leurs fonctions dans la reproduction, qu’est-ce qui fait qu’elles restent des femmes si elles n’ont plus la caractéristique qui fait d’elles ce que les hommes en font ? Pour l’auteure, « avec l’invention de la catégorie “ménopause” émerge un concept de transformation et de déséquilibre proprement féminin qui vient justifier les rapports sociaux de sexe » (p. 56). Ainsi, les femmes ne sont plus (seulement) « pensées comme une version imparfaite de l’homme mais comme son opposée », comme une entité différente. En ce sens, « la fabrique de la ménopause » au XIXe siècle équivaut à la « fabrique de la pensée de la différence », telle que nous la conceptualisons, grâce à Françoise Héritier, aujourd’hui. Ce discours médical sur la physiologie corporelle des femmes va rapidement les pathologiser. La ménopause est appréhendée comme une déficience et, globalement, les femmes sont pensées comme mues par leurs hormones qu’il s’agit de réguler. Tout au long du XXe siècle, se développent des traitements hormonaux qui représentent un enjeu économique de taille pour l’industrie pharmaceutique. En 1977, la ménopause est indexée au même titre que le diabète ou les problèmes de thyroïde. La ménopause, au-delà du ressenti des femmes, est ainsi construite comme une insuffisance et comme facteur de risques pour leur santé (p. 72). En creux, nous rappelle Cécile Charlap, c’est bien la fécondité des femmes qui est la mesure et la norme de santé de la féminité. Par ailleurs, cette construction du discours médical va de pair avec un discours social, promu notamment par les médias, qui entraîne stéréotypisation, anthropomorphisme, homogénéisation des expériences des femmes et injonctions (p. 77). En faisant de la ménopause ce lieu de biologisation du corps et des comportements féminins, c’est toute la trajectoire des femmes qui se retrouve pensée comme le jouet de forces hormonales qui détermineraient, in fine, leur existence. On voit ainsi subtilement un des rouages du maintien de « la valeur différentielle des sexes » et ce, à tous les âges de la vie.

  • 3 Voir la préface rédigée par Vincent Caradec. 
  • 4 L’auteure propose une analyse sur les menstruations et le rôle du corps médical et de la publicité (...)

4Le troisième chapitre sur les « normes et les usages du corps » (p. 89) donne la parole à la trentaine de femmes ménopausées nées entre 1945 et 19683 que la sociologue a interrogées. La force de ce chapitre est notamment de prendre acte de l’apprentissage et de la socialisation des femmes aux signes corporels qu’elles sont encouragées à décrire, souvent lors de consultations médicales, tout au long de leur vie. Il s’agit donc d’apprendre à décrypter les symptômes liés aux « dérèglements hormonaux », les ressentir comme il se doit et être suivies par le corps médical, au risque que les femmes voient leur « identité disqualifiée » (p. 99). Si, comme Cécile Charlap nous le prouve ici, c’est particulièrement vrai pour les attendus corporels et psychiques qui ont trait à la catégorie « la ménopause », on peut aussi penser à l’apprentissage de ceux liés aux menstruations, à la manière dont les règles doivent se vivre (douloureusement et de manière caché4), ou à l’apprentissage du désir d’enfant puis (éventuellement) aux « maux » qui seraient liés à la grossesse et aux discours omniprésents sur le rôle des hormones. Ainsi, une fois encore, travailler sur la « ménopause » rappelle avec force comment les femmes sont construites et finissent par se penser, comme mues par des processus biologiques et hormonaux sur lesquels elles n’ont que peu de prise.

5Enfin, le dernier chapitre propose une typologie des « trajectoires de ménopause » Ainsi, Cécile Charlap propose un premier type de trajectoire : celle de « de confirmation de la réalité ». Les représentations des femmes ménopausées concordent avec le discours de leur médecin sur la ménopause et ses effets. Une deuxième trajectoire type, qui rassemble 18 femmes sur les 30 interrogées, est identifiée sous le terme de « trajectoire de maintenance de la réalité ». Ici, les femmes vivent un léger hiatus entre leurs représentations et leur vécu et ce que leur renvoie ou propose médecin ou conjoint. Une troisième trajectoire, vécue par deux femmes du corpus, intitulée « trajectoire d’infirmation de la réalité », est caractérisée par un décalage important entre ce que vivent les femmes et ce qu’elles souhaitent et les propositions et discours du corps médical. Au cœur de ces trajectoires, la consultation médicale s’apparente donc à un processus de validation – ou pas – des expériences subjectives des femmes.

6En conclusion, Cécile Charlap insiste sur l’importance de dénaturaliser l’expérience de la ménopause afin de déconstruire l’évidence d’une expérience physiologique commune à toutes les femmes. En effet, comme toute homogénéisation biologisante, cette fabrique ne peut être que le reflet d’une disqualification, pour ne pas dire d’une discrimination, du groupe social qui porte la caractéristique en question. Si Cécile Charlap aurait pu être plus explicite dans ses conclusions sur les conséquences bien réelles de cette « fabrique de la ménopause » (inégalités professionnelles et salariales, violences envers les femmes...), l’ouvrage vient combler un manque en sciences humaines et sociales et rappelle que, décidément, les femmes et leur corps sont un enjeu de société et politique.

Haut de page

Notes

1 https://expertes.fr/expertes/67950-c%C3%A9cile-charlap

2 http://www.theses.fr/2015STRAG022, thèse soutenue…

3 Voir la préface rédigée par Vincent Caradec. 

4 L’auteure propose une analyse sur les menstruations et le rôle du corps médical et de la publicité dans cette gestion du flux menstruel. cf. : pp. 124-133

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Debest, « Cécile Charlap, La Fabrique de la ménopause »Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 09 mars 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/gss/6403 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.6403

Haut de page

Auteur

Charlotte Debest

Docteure en sociologie rattachée au département de sociologie de Rennes 2.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search