Navigation – Plan du site

AccueilActualitésAnalyses et comptes-rendus2021Caitlyn Collins, Making motherhoo...

2021

Caitlyn Collins, Making motherhood work. How women manage careers and caregiving

Julie Landour
Référence(s) :

Caitlyn Collins, Making motherhood work. How women manage careers and caregiving, Princeton, Princeton University Press, 2019.

Texte intégral

1Inaugurés par les travaux conduits par des chercheures féministes à la fin des années 1970, en France comme dans d’autres régions du monde, les travaux sur l’articulation entre travail et famille sont aujourd’hui nombreux. Qu’ils varient selon les pays ou les groupes professionnels étudiés (cette entrée étant souvent privilégiée pour aborder cette question sociale), ils reconduisent inlassablement le constat d’une division sexuelle du travail – professionnel et domestique – qui pénalise les femmes tout au long de leur parcours. Aussi pourrait-on être tenté de ne rien voir de très innovant dans la recherche que Caitlyn Collins restitue dans cet ouvrage. Il apporte pourtant des compléments bienvenus, et relativement nouveaux, sur la manière dont se construit durablement l’inégalité entre les hommes et les femmes dans le creuset des politiques publiques, du travail et de la famille. La parution de l’ouvrage aux Presses de Princeton alors que Collins a réalisé sa thèse à Austin au Texas, et la recension du New York Times1 en février 2019 en attestent d’ailleurs.

2Collins, qui est à présent professeure assistante en sociologie à la Washington University de Saint-Louis, brosse, à partir d’enquêtes qualitatives menées dans cinq régions du monde, une comparaison internationale des expériences quotidiennes des mères en matière d’articulation entre travail et famille. Si elle part des Etats-Unis, présentés comme le contexte d’articulation le plus tendu en raison notamment du manque de soutien public en faveur des familles (par exemple, la loi fédérale n’accorde pas de congé maternité rémunéré), Collins s’intéresse également aux situations suédoise, allemande (avec une distinction bienvenue entre les ex Allemagne de l’Ouest et de l’Est), et italienne. Toute l’originalité de son approche repose sur la démarche ethnographique adoptée, qui déroge ainsi aux démonstrations de nature plus quantitative qui sont régulièrement conduites dans les comparaisons internationales. Si ces dernières sont utiles pour distinguer globalement les pays les uns par rapport aux autres en matière d’égalité entre les hommes et les femmes, elles peinent à rendre compte des effets concrets sur le vécu des individus des politiques publiques, de la division sexuée du travail ou encore de la manière dont les individus conçoivent engagement professionnel ou parental. C’est principalement ce point aveugle que la recherche de Collins comble, en donnant à voir l’expérience concrète, morale et sensible du travail d’articulation conduit par les mères au quotidien. Cette analyse, dont les principes et recettes sont détaillés dans une annexe méthodologique très riche, permet ainsi une mise en perspective inédite de l’articulation des sphères professionnelles et familiales avec des manières de concevoir la « Polis » contemporaine (ce que l’on peut attendre de la société ou non, comment on y contribue, ce que l’on attend de la famille...), la place des femmes en son sein et ce qui fait de chacun un individu accompli ou non (la parentalité étant prise comme une variable à part entière de cet accomplissement, ne faisant pas du travail professionnel le seul étalon légitime).

3L’ouvrage s’ouvre par une introduction intitulée « SOS » qui dresse, chiffres et politiques publiques à l’appui, un état des lieux de la situation des mères dans les pays occidentaux sélectionnés ici. Ce diagnostic est dynamisé par l’engagement politique de Collins sur le sujet : elle appelle en effet avec force au dépassement des modèles patriarcaux sur lesquels sont basées ces démocraties contemporaines et ambitionne, à l’issue de cet ouvrage, de proposer des solutions détaillées en conclusion. Entre ces deux sections, elle livre, pour chacun des pays étudiés, un chapitre de description très fine du vécu quotidien des mères de classes moyennes et supérieures qu’elle a rencontrées au cours de cinq années d’enquête. Les atmosphères de chacun des entretiens sont ainsi finement restituées, des intérieurs où se sont déroulés les entretiens aux émotions qui submergent la chercheure ou les enquêtées au cours de leur récit, en passant par les boissons bues ou les activités domestiques réalisées parallèlement. Chaque chapitre suit un déroulé systématique centré sur une aire géographique : une scène d’entretien introduit chaque pays, visant à colorer les sections suivantes. Puis, sont détaillés le rôle des institutions en matière d’articulation travail/famille, celui du travail professionnel et des opportunités de carrière accessibles aux femmes, la division du travail avec le conjoint, la conception de la maternité et du travail parental et enfin, les solutions envisagées par les mères pour améliorer leur situation.

4Première contrée étudiée, la Suède est décrite comme un quasi eldorado, où la parentalité n’est pas conçue comme un enjeu individuel mais comme une responsabilité collective : aussi, la prise en charge des enfants est-elle largement socialisée, tandis que l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes paraît atteinte, si l’on s’en tient notamment aux taux d’emploi élevés chez ces dernières. Les mères suédoises, si elles se montrent dans l’ensemble très satisfaites, n’en sont pas moins stressées par des normes parentales extrêmement exigeantes, où la délégation des tâches liées aux enfants ou au travail domestique reste mal perçue. Celles qui sont ainsi décrites comme les plus favorisées face au conflit entre travail et famille sont aussi présentées comme prisonnières d’un modèle unique, qui laissent peu de place à celles qui se souhaiteraient mères moins engagées ou au contraire mères à temps plein. Le cas de l’Allemagne est ensuite développé en deux temps, d’abord dans un chapitre consacré à l’ancienne Allemagne de l’Est et plus particulièrement à Berlin. Les mères y sont prises entre un héritage communiste, où les mères étaient fortement intégrées au travail productif et bénéficiaient de structures de prise en charge des enfants, et la diffusion du modèle conservateur corporatiste de l’Allemagne de l’Ouest. Dans ce dernier, détaillé au chapitre suivant, les structures de prise en charge sont extrêmement limitées : elles sont ainsi quasi inexistantes avant les 5 ans d’un enfant et ne permettent pas de couvrir une journée complète de travail une fois l’enfant scolarisé. Matériellement, les parents sont ainsi contraints de limiter leur temps de travail pour prendre en charge les enfants. Culturellement, c’est aux femmes que cette obligation est assignée, tant les stigmates de la « mère corbeau » (Raben-Mutter) ou de la « pute à carrière » (Career Whore) sont encore massivement attribués à celles qui s’engageraient à temps plein dans le travail professionnel, voire qui chercheraient à faire carrière. Collins souligne les transformations en cours en Allemagne vers un modèle plus proche du scandinave, tout en insistant sur la force des schémas culturels allemands : les Allemandes de l’Est voient leur quotidien allégé par des structures publiques qui sont restées nombreuses après la réunification, mais elles n’en sont pas moins prises par une difficulté à envisager de faire carrière. À l’Ouest, les mères bénéficient de nombreuses opportunités à temps partiel pour travailler tout en s’occupant des enfants, restant ainsi aux prises avec une division du travail désavantageuse quelle que soit leur volonté de s’impliquer davantage dans une carrière professionnelle.

  • 2 Ce qui constitue le bémol, largement reconnu et justifié par la chercheure, de cette comparaison.

5Les enquêtées italiennes font apparaître une autre variation du conflit entre travail et famille : se présentant comme très largement à la manœuvre, les Italiennes tendent à dénigrer ou invisibiliser les soutiens dont elles bénéficient pourtant au quotidien. Comparativement à d’autres pays, elles sont ainsi plutôt soutenues par des politiques publiques permettant la prise en charge des enfants, mais, largement défiantes à l’égard des pouvoirs publics, elles se sentent peu épaulées. Si les pères sont peu présents au quotidien, elles peuvent compter sur leurs propres mères, ces dernières constituant un mode de garde quasi quotidien des enfants, quand ce ne sont pas des travailleuses moins favorisées (et régulièrement migrantes) qui assument les tâches domestiques. Le cas italien est ainsi très intéressant pour comprendre comment l’analyse de l’articulation entre travail et famille ne peut faire l’impasse sur la manière dont les institutions publiques sont perçues. Dans la continuité, le cas américain constitue un contre-point intéressant : si les Italiennes se sentent mal épaulées par des institutions pourtant présentes, mais dans lesquelles elles n’ont plus confiance, les Américaines se sentent individuellement défaillantes alors que ce sont les institutions et leur conjoint qui leur font défaut. C’est là le cœur de la thèse de Collins : les femmes sont loin de « tout avoir », y compris lorsqu’elles sont aussi favorisées que celles rencontrées par Collins au cours de cette enquête2. Et leurs efforts individuels pour gagner en efficacité, déléguer, ou constituer des groupes de self-help ne pourront conduire à un meilleur équilibre entre travail et famille, sans une réflexion collective et sans la mise en place de mesures permettant aux femmes de travailler comme elles le souhaitent tout en prenant en charge les enfants comme elles le veulent. Collins renoue ainsi dans sa conclusion avec les travaux plus anciens conduits par exemple par l’économiste marxiste Nancy Folbre, travaux qui rappellent que le coût du care, et notamment celui accordé aux enfants, ne peut s’imposer qu’aux seules femmes mais doit être mutualisé, tant ces derniers constituent une richesse à venir pour l’ensemble d’une société.

  • 3 Il n’est pas anodin à cet égard que Collins privilégie le terme de « work-life conflict » à celui d (...)

6Si l’on peut regretter une présentation un peu statique de la comparaison, l’ouvrage propose plusieurs niveaux de lecture qui permettent de l’aborder soit de manière linéaire et approfondie, soit de façon plus synthétique en se concentrant sur la conclusion qui fournit une synthèse claire, concise et dynamique des analyses précédemment développées. À travers l’approche qualitative avec laquelle cette comparaison entre cinq régions est conduite, cette recherche rappelle avec force à quel point l’articulation entre travail et famille relève encore bien plus du « conflit » que de l’« équilibre » pour la plupart des femmes3, et y compris les plus favorisées d’entre elles. Elle souligne également à l’échelle internationale qu’il existe plusieurs manières de mettre en place, mais aussi de concevoir la meilleure manière d’élever des enfants tout en construisant l’égalité entre les hommes et les femmes.

Haut de page

Notes

1 https://www.nytimes.com/2019/02/09/opinion/sunday/the-real-mommy-war-is-against-the-state.html

2 Ce qui constitue le bémol, largement reconnu et justifié par la chercheure, de cette comparaison.

3 Il n’est pas anodin à cet égard que Collins privilégie le terme de « work-life conflict » à celui de « work-life balance » pourtant consacré dans les pays anglophones. Ce jeu sémantique renvoie aux polémiques autour du terme « conciliation » dans l’espace francophone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Landour, « Caitlyn Collins, Making motherhood work. How women manage careers and caregiving »Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 09 mars 2021, consulté le 12 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/gss/6426 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.6426

Haut de page

Auteur

Julie Landour

MCF en Sociologie à Paris-Dauphine, IRISSO/CREAPT

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search