Navigation – Plan du site

AccueilActualitésAnalyses et comptes-rendus2021Francis Dupuis-Déri, La crise de ...

2021

Francis Dupuis-Déri, La crise de la masculinité. Autopsie d’un mythe tenace

Patrick Farges
Référence(s) :

Francis Dupuis-Déri, La crise de la masculinité. Autopsie d’un mythe tenace, Montréal, Les Éditions du remue-ménage, coll. « Observatoire de l’antiféminisme », 2018.

Texte intégral

  • 1 Le pire avatar du discours masculiniste, le plus anhistorique et le plus stupide aussi, est celui q (...)

1La masculinité a-t-elle toujours été « en crise » ? Telle est l’interrogation centrale sur laquelle s’ouvre l’ouvrage de Francis Dupuis-Déri, qui souhaite ici déconstruire le récit tenace d’une « crise du masculin », objet de tant de fantasmes psychanalytiques, de débats médiatiques (notamment de la part de certains éditorialistes francophones) et de discussions de comptoir. En général, le constat d’une telle « crise » est posé à partir de données sociologiques présentées comme irréfutables : l’échec scolaire des garçons, les conduites à risques des jeunes hommes, la sur-délinquance masculine ou encore le suicide des hommes. Parfois, ce sont les féministes qui sont rendu-es responsables de cette situation : en revendiquant l’égalité, elles auraient en fait produit des violences (symboliques) envers les hommes1. Par ailleurs, les féministes se seraient rendues coupables de « féminiser » la société et ainsi d’affaiblir les hommes. Si ce discours obsessionnel de crise est « vendeur » dans les médias, force est malheureusement de constater qu’il est aussi présent dans le débat universitaire, par exemple, dans les interrogations sur « LA » crise de « LA » virilité dans l’Histoire (Courtine, 2011).

  • 2 Au passage, l’auteur règle brillamment ses comptes avec le consternant livre de CORNEAU Guy, Père m (...)

2Francis Dupuis-Déri, politiste spécialiste de la question des masculinités, a souhaité prendre le problème à bras-le-corps. Il déconstruit ce discours de crise et cherche à en recontextualiser les attendus et les présupposés, en l’historicisant et en le suivant dans ses différents « avatars », qu’il décèle dans notre monde contemporain. Si l’ouvrage est très ancré dans les réalités nord-américaines (et le corpus québécois en particulier2), l’auteur montre une volonté d’ouverture à une discussion transatlantique et européenne.

  • 3 En cela, Francis Depuis-Déri est proche des conclusions de l’historienne Judith A. Allen, 2002.

3Anticipons tout de suite sur les conclusions et le diagnostic affûté de l’auteur : il n’y a jamais eu de « crise de la masculinité », mais un « discours de crise » bien réel, persistant et régulièrement réactivé3. La « crise » est donc largement autoréférentielle : c’est un narratème (presque un code culturel) qui vise à mobiliser et qui, en retour, produit ses propres effets en suscitant des formes de « panique de genre » et en favorisant la défense masculiniste de certains prés carrés.

4L’analyse de ce discours, telle que la propose l’auteur, suppose d’en déconstruire les arguments d’ordre historique, tant ces derniers sont régulièrement instrumentalisés. Mais l’ambition historique du livre constitue aussi en partie sa faiblesse : à vouloir trop embrasser les avatars historiques de ce discours masculiniste, l’auteur est contraint à des raccourcis et à des contextualisations incomplètes. C’est le cas du chapitre 2, intitulé « Petite histoire de la masculinité en crise », qui remonte jusqu’à la Rome antique (!). Au lieu d’une « autopsie » (sous-titre de l’ouvrage), on assiste alors plutôt à un catalogue de faits : c’est dommage. S’il est parfaitement louable intellectuellement de s’attaquer au problème de la prétendue crise de la masculinité, procéder ainsi, par juxtaposition, ne revient-il pas, en ne contextualisant pas, à faire le lit, justement, des discours simplistes (de comptoir), qui prétendent que « de tout temps », la masculinité serait en crise ? Le problème vient aussi en partie du fait que les nombreuses aires culturelles et périodes historiques évoquées ne sont pas situées précisément : parle-t-on de l’Angleterre médiévale ? de l’Italie de la Renaissance ? de la Nouvelle-France du XVIIIe siècle ? du Mexique du XIXe siècle ? Voilà qui n’aide pas les lecteur-rices (qui voudraient justement combattre discursivement le récit masculiniste) à contrer les arguments pseudo-historiques des polémistes d’extrême droite, selon lesquels les attributs du « chasseur-cueilleur » seraient réactivables dans « l’homme » d’aujourd’hui ! Le germaniste que nous sommes ne peut, par ailleurs, que faire remarquer que la sous-partie sur l’Allemagne (p. 84 sq.) s’appuie sur des références qui ont plus de vingt ans, ignorant les nombreux travaux d’historien-nes du genre (dont des travaux en langue anglaise ou française) récemment produits sur les masculinités. Nul doute que l’ouvrage aurait gagné en force à restreindre l’ambitus historique. Et de fait, dès que l’auteur se penche sur la période contemporaine, le propos est pleinement pertinent. Ainsi, un recul historique depuis les années 1960 suffisait amplement à soutenir la thèse de l’auteur. Retenons qu’une idée-force se détache de ce chapitre 2 : dans l’Histoire, c’est au moment où les femmes refusent de se comporter selon les rôles sociaux de genre traditionnels que le discours sur la « crise de la masculinité » refait régulièrement surface (en Occident, présume-t-on).

5Le troisième chapitre est centré sur le mouvement de hommes, des années 1960 à nos jours : il constitue le cœur de l’argumentation. L’auteur montre qu’un mouvement social masculiniste et antiféministe s’est constitué dans l’après-1968 autour du détournement et de l’amplification d’une prétendue crise des hommes. Ce mouvement mobilisateur, au même titre que d’autres « nouveaux mouvements sociaux » s’est appuyé sur des actions visibles et médiatiques, afin de fédérer une opinion publique autour de ses revendications propres. L’auteur montre notamment comment s’est faite la bascule entre l’implication d’hommes pro-féministes dans les mouvements et le repli identitaire viriliste et antiféministe. Francis Dupuis-Déri étaye sa démonstration de citations (effrayantes ou hilarantes, c’est selon !) sur les injonctions, faites aux hommes au sein de ces mouvements, à retrouver l’énergie masculine brute et sauvage, dans une logique militariste de boot camp ! Une référence à Eve Kosofky Sedgwick (1985) eût été utile ici, tant l’homosocialité de ces mouvements ne manque sans doute pas de produire des formes (réprimées) de désir triangulaire entre hommes (notamment par le truchement de l’obsession pour les testicules et les « balls », que l’auteur signale). Le chapitre retrace également la manière dont les évolutions du monde militant ont eu des répercussions sur la structuration universitaire d’un nouveau champ d’étude sur les masculinités, qui a oscillé entre un pro-féminisme critique de la domination masculine (et fidèle au premier mouvement des hommes) et des New Male Studies reprenant à leur compte la thèse de la crise du masculin. L’auteur met également au jour (c’est l’une des forces du livre) les formes de circulation entre les mouvements masculinistes et la droite conservatrice, les mouvements suprémacistes blancs (en Amérique du nord), les cercles catholiques (en France), ou encore une « fachosphère » particulièrement active dans l’anonymat des réseaux sociaux.

6Le quatrième chapitre est consacré à l’un de ces mouvements d’hommes, que l’auteur a étudié de près : le mouvement des pères (divorcés ou séparés), forts d’une visibilité médiatique complaisante. Comme le montre l’ouvrage, leur discours repose en grande partie sur l’instrumentalisation d’une vulgate psychanalytique remontant aux années 1960, qui « diagnostique » les dégâts causés par l’absence des pères (et du pater familias en particulier) sur les sociétés occidentales. L’auteur dévoile en particulier la structuration transnationale de ces réseaux, qui conduit à un transfert de modèles organisationnels, au partage d’une rhétorique antiféministe et à des revendications communes.

7Le cinquième chapitre s’attache à faire la distinction entre crise de la masculinité et crise économique, et le chapitre suivant cherche à déconstruire l’identité masculine monolithique sur laquelle s’appuient implicitement les discours de crise de la masculinité. Régulièrement, l’auteur souligne que « ce discours n’est pas nouveau » (p. 224).

  • 4 On pense notamment à Connell, 2014.
  • 5 Voir aussi Hagan, 1992.

8En insistant sur le fait que les incarnations de la masculinité ne sont ni immuables ni identiques en fonction des époques, des lieux, des cultures et des milieux sociaux, Francis Dupuis-Déri s’inscrit dans une recherche de sciences sociales sur le genre, qui analyse les manières dont les masculinités s’articulent avec les rapports sociaux4. Dans cet ouvrage, Francis Dupuis-Déri fait aussi l’analyse politique d’un discours masculiniste qui resurgit à intervalles réguliers : nul doute que la période actuelle offrira à l’auteur l’occasion d’actualiser son « autopsie d’un mythe » lors d’une réédition future de l’ouvrage. Si le mythe est un « récit des origines », alors la principale qualité de l’ouvrage est de montrer que le récit de la crise de la masculinité n’a d’autre origine que discursive : ce n’est que le storytelling accompagnant une résistance au changement social (Devreux, 2004). Malgré les quelques faiblesses que nous avons évoquées, le livre de Francis Dupuis-Déri est bien un outil de combat visant à alimenter en contre-arguments la riposte féministe5.

Haut de page

Bibliographie

ALLEN Judith A., « Men interminably in crisis? Historians on masculinity, sexual boundaries, and manhood », Radical History Review, 82, 2002, pp. 191-207.

CONNELL Raewyn, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, édition établie par HAGÈGE Meoïn et VUATTOUX Arthur, Paris, Éditions Amsterdam, 2014.

COURTINE Jean-Jacques (dir.), La virilité en crise ? XXe–XXIe siècle, t. 3 d’Histoire de la virilité, sld. CORBIN Alain, COURTINE Jean-Jacques, VIGARELLO Georges, Paris, Seuil, 2011.

DEVREUX Anne-Marie, « Les résistances des hommes au changement social : émergence d’une problématique », Cahiers du genre, 36.1, 2004, pp. 5-20.

HAGAN, Kay Leigh (éd.), Women Respond to the Men’s Movement, San Francisco, Pandora, 1992.

KOSOFSKY SEDGWICK Eve, Between Men: English Literature and Male Homosocial Desire, New York, Columbia University Press, 1985.

Haut de page

Notes

1 Le pire avatar du discours masculiniste, le plus anhistorique et le plus stupide aussi, est celui qui consiste à critiquer la « dictature féminazie ».

2 Au passage, l’auteur règle brillamment ses comptes avec le consternant livre de CORNEAU Guy, Père manquant, fils manqué : que sont les hommes devenus ?, Montréal, Éditions de l’Homme, 1989.

3 En cela, Francis Depuis-Déri est proche des conclusions de l’historienne Judith A. Allen, 2002.

4 On pense notamment à Connell, 2014.

5 Voir aussi Hagan, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Farges, « Francis Dupuis-Déri, La crise de la masculinité. Autopsie d’un mythe tenace »Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 09 mars 2021, consulté le 12 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/gss/6436 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.6436

Haut de page

Auteur

Patrick Farges

Professeur des universités, Université de Paris, ICT

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search