Navigation – Plan du site

AccueilActualitésAnalyses et comptes-rendus2021Céline Bessière et Sibylle Gollac...

2021

Céline Bessière et Sibylle Gollac, Le genre du capital. Comment la famille reproduit les inégalités

Aurore Koechlin
Référence(s) :

Céline Bessière et Sibylle Gollac, Le genre du capital. Comment la famille reproduit les inégalités, La Découverte, coll. « L’envers des faits », Paris, 2020

Texte intégral

1Comment comprendre la perpétuation de la domination de genre au XXIe siècle ? L’ouvrage de Céline Bessière et de Sibylle Gollac propose des éléments de réponse à cette vaste question, en interrogeant la contradiction apparente entre un droit formellement égalitaire et le maintien de rapports sociaux inégalitaires entre hommes et femmes, en particulier dans le domaine économique. Pour ce faire, les deux sociologues nous invitent à interroger le rôle que joue la famille, non pas seulement comme instance de socialisation, mais comme instance éminemment économique, en tant que lieu de production et de reproduction du patrimoine. Elles définissent le patrimoine comme un synonyme de capital, au sens de Piketty, soit toute richesse personnelle, et au sens de Bourdieu, soit l’ensemble des ressources accumulées dont on peut tirer différents types de profits : le patrimoine s’oppose donc au revenu. Si les inégalités de genre liées aux revenus ont été étudiées, cela a peu été le cas de celles liées au patrimoine, alors même que « l’inégalité patrimoniale est une caractéristique centrale du capitalisme contemporain » (p. 9). Or, c’est également dans le rapport au capital que se rejouent des rapports de domination genrés : on ne peut penser le capital sans le genre, d’où le titre de leur ouvrage. Dès lors, comment se reproduisent au sein de la famille les rapports différenciés au patrimoine en fonction du genre ?

2Cinq arguments principaux sont avancés, et fondent à chaque fois un chapitre de l’ouvrage.

  1. Tout d’abord, au sein même des familles se dessinent des stratégies de reproduction du patrimoine qui vont favoriser les hommes, considérés comme les meilleurs héritiers, par exemple de l’entreprise familiale (chapitre 2).

  2. Ensuite, les professionnel·le·s du droit, en particulier les notaires et les avocat·e·s, mu·e·s par leurs propres logiques professionnelles, favorisent à la fois le maintien de l’intégrité du patrimoine familial, au détriment de sa division, que ce soit par l’héritage ou par le divorce, et le fait qu’il revienne à un homme héritier (chapitre 3). Leur pouvoir est important car les négociations se font d’abord et avant tout auprès d’elles et eux, en cherchant à éviter le passage devant les tribunaux en cas de contentieux. Toute une partie des négociations se fait donc à l’ombre du droit. Enfin, ce droit peut être adapté, en particulier en fonction de la classe sociale. Il peut d’abord l’être au sens où peuvent être mobilisés des arrangements légaux compliqués qui nécessitent une fine connaissance du droit, par exemple en utilisant le droit international. Il peut ensuite l’être en fonction des besoins des justiciables, par exemple par l’utilisation d’outils nouveaux et plus coûteux en temps et en argent, comme le droit collaboratif.

  3. Par ailleurs, les pratiques de comptabilité sont fondamentalement défavorables aux femmes (chapitre 4) : il s’agit d’établir « d’abord un consensus sur le résultat final, c’est-à-dire sur la répartition des biens et les compensations. […] Et c’est dans un second temps que viennent les opérations d’évaluation (que vaut chaque bien ?) et même d’inventaire (qu’est-ce qui est compté ?), orientées de telle façon que le cadre juridique semble respecté » (p. 139). C’est ce que les autrices appellent la pratique de la comptabilité inversée. En général, les biens, préservés dans leur intégralité, reviennent aux hommes, et les compensations aux femmes : l’informalité de ces arrangements fait que les rapports de force familiaux (et de genre) jouent dès lors à plein. Les inventaires du patrimoine peuvent alors reposer sur des arrangements, et sont souvent accompagnés de sous-évaluation et de dissimulation afin de maintenir la fortune familiale non seulement la plus importante possible mais également intacte. Les compensations n’en sont que d’autant plus faibles. Les femmes sont donc exclues des biens, et elles perçoivent des compensations qui ne sont pas du tout équivalentes à ces derniers. Enfin, les autrices soulignent que le droit ne comptabilise que les biens, sans prendre au compte le travail du soin de la famille et le travail domestique. Cela désavantage encore les femmes, qui réalisent majoritairement ce travail.

  4. Outre ces rapports de force internes à la famille, la menace du contentieux et de devoir passer devant les tribunaux, donc de connaître éventuellement une taxation importante des biens, joue comme une pression pour rendre les arrangements familiaux acceptables (chapitre 5).

  5. Enfin, la justice entérine finalement tout cela via les tribunaux (chapitre 6) : d’une part, parce qu’elle a une vision limitée de ces arrangements, et intervient en fin de parcours, et, d’autre part, parce que les juges aux affaires familiales, qui sont souvent des femmes, sont eux-mêmes et elles-mêmes mu·e·s par leur propre point de vue marqué tout à la fois par leur classe et leur genre. Par exemple, la « norme de l’indépendance financière féminine » (p. 219) fait que peu de prestations compensatoires sont accordées, et que lorsqu’elles le sont, elles sont généralement faibles.

Pour conclure, les autrices montrent que la situation est différenciée et aggravée dans les cas où les familles n’ont pas de patrimoine : les femmes, exclues du capital quand capital il y a, quand il n’y en a pas, se retrouvent à gérer la pauvreté. Lors des jugements, le travail salarié des hommes tend alors toujours à être préservé, tandis que les femmes sont assignées à la charge de la famille.

3Les apports du Genre du capital sont nombreux. L’ouvrage amène tout d’abord à repenser la famille et propose une sociologie de la famille renouvelée, dans la lignée de Christine Delphy qui avait commencé à explorer les inégalités de patrimoine, et non pas seulement celles de revenu, dans le cadre de la paysannerie des années 1960. La question est ici actualisée dans le contexte de la société néolibérale. Ainsi, l’ouvrage souligne que le néolibéralisme n’a pas qu’un effet de concentration des richesses dans les mains de quelques-uns, mais que ces mains sont genrées : à une échelle globale, ce sont bien les hommes qui détiennent le capital. Ces résultats montrent également que contrairement à une certaine vision néolibérale de la famille comme d’un havre de paix qui s’oppose à la dureté du marché, la famille est une structure économique centrale du néolibéralisme – en tant que centre du travail reproductif, ce qu’avaient déjà démontré les sociologues féministes des années 1970, mais aussi en tant qu’instance de reproduction du capital familial, par la reproduction du patrimoine. La famille pèse de tout son poids sur les gestions patrimoniales et elle est alors doublement au cœur de l’exploitation des femmes.

4Ce faisant, les autrices nous poussent à reconceptualiser la notion de reproduction, avec et contre Bourdieu. Dans la lignée de Bourdieu d’abord, puisqu’elles étudient les stratégies familiales de reproduction des capitaux. Mais en proposant deux apports. Le premier est d’ajouter la dimension centrale du genre, articulée à la classe et à la racisation, dans une démarche intersectionnelle. Le deuxième est de remettre au centre une lecture matérialiste du capital. Comme le soulignent Céline Bessière et Sibylle Gollac, « l’emprunt du vocabulaire de l’héritage, des héritiers et du capital au registre économique pour désigner les transmissions familiales culturelles ne doit pas servir à occulter les transmissions économiques sonnantes et trébuchantes. Il est indispensable aujourd’hui d’articuler capital économique et capital culturel pour penser la reproduction » (p. 274).

5Les autrices nous poussent également à repenser les liens entre genre et classe. Si la domination de genre ne s’exprime pas de la même façon en fonction des classes sociales, ce qu’elles démontrent bien dans leur analyse, elles n’en montrent pas moins combien l’ordre du genre structure l’ensemble des relations sociales et l’ensemble des classes, y compris les classes supérieures. À une échelle globale, les riches sont des hommes et les pauvres sont des femmes. Même les femmes des classes supérieures se trouvent durablement éloignées du capital familial. C’est ce qui pousse les autrices à conclure sur ces mots : « À l’heure où les richesses familiales déterminent de plus en plus le statut social des individus, on ne peut pas combattre les inégalités entre hommes et femmes sans s’attaquer aux inégalités de classes, et on ne pourra abolir la société de classes sans reverser l’ordre du genre » (p. 280).

6Enfin, au-delà de leur sujet d’étude, les autrices proposent un programme pour la sociologie, qu’on pourrait qualifier de total. Il s’agit à la fois de faire œuvre théorique, en mobilisant des références bibliographiques au croisement de la théorie féministe, de la théorie bourdieusienne et des théories économiques, et d’allier avec efficacités les méthodes quantitatives et qualitatives propres à la sociologie. Ainsi, tout en ne renonçant pas à la production théorique, elles nourrissent cette dernière par un intense travail de terrain dans tous les espaces sociaux, de la famille au cabinet de notaire ou d’avocat·e, en passant par le Tribunal de Grande Instance, à partir de plus de vingt ans de travail collectif.

7Finalement, deux points méritent peut-être une discussion. Tout d’abord, malgré un fort attachement des autrices à la nécessité de dialoguer avec l’économie et malgré la mise en avant de la dimension centralement économique des dominations sociales et de la notion de capital, le dialogue est très rapide avec Marx, pour se centrer sur celui avec Piketty, alors même que Marx est un des premiers théoriciens des notions de capital et de reproduction. Certains débats autour d’une lecture extensive ou restreinte de la notion de capital sont dès lors suggérés, alors qu’il aurait sans doute été riche de les discuter plus extensivement. Le deuxième repose sur l’absence d’hypothèses sur les raisons de l’oppression maintenue des femmes au sein du néolibéralisme. Les autrices décrivent les mécanismes provoquant l’appauvrissement des femmes. La démonstration est on ne peut plus claire : « la reproduction de l’ordre de classe repose sur des processus d’enrichissement des hommes et d’appauvrissement des femmes » (p. 280). Mais à la fin de la lecture, on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi. Pourquoi le capitalisme exclut-il durablement les femmes, dans une certaine mesure indépendamment de leur classe, du capital ? Pourquoi n’est-il pas aveugle au genre ? Certain·e·s y liront peut-être un signe de l’autonomie du patriarcat, d’autres celui d’un reliquat idéologique d’un autre temps. Pour notre part, nous pensons que c’est parce que les femmes sont assignées au travail reproductif qu’elles sont durablement exclues du capital. Les hommes ont pour charge la production des richesses ou la reproduction du capital, là où les femmes ont celle de la force de travail. Cette explication, présente en filigrane, permettrait enfin de saisir la reproduction sociale dans ce dernier sens, et de compléter la vision renouvelée de la notion proposée par l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Koechlin, « Céline Bessière et Sibylle Gollac, Le genre du capital. Comment la famille reproduit les inégalités »Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 09 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/gss/6810 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.6810

Haut de page

Auteur

Aurore Koechlin

Doctorante en sociologie au laboratoire Cetcopra à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre du laboratoire junior Contraception & Genre.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search