Navigation – Plan du site

AccueilActualitésAnalyses et comptes-rendus2021Marie-Carmen Garcia, Amours cland...

2021

Marie-Carmen Garcia, Amours clandestines : nouvelle enquête. L’extraconjugalité durable à l’épreuve du genre

Marc Joly
Référence(s) :

Marie-Carmen Garcia, Amours clandestines : nouvelle enquête. L’extraconjugalité durable à l’épreuve du genre, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Sexualités », 2021

Texte intégral

  • 1 Pour ce nouveau livre, et si on se réfère aux courtes biographies figurant à la fin (p. 209-220), M (...)

1Ce livre de la sociologue Marie-Carmen Garcia, professeure à l’Université Paul Sabatier-Toulouse III, est exemplaire à plus d’un titre. Il témoigne, tout d’abord, des cercles vertueux susceptibles de se mettre en mouvement entre l’enseignement et la recherche, puisqu’il tire son origine d’un cours sur le couple et la famille, thématique sur laquelle l’autrice, dont la thèse de sociologie politique concernait l’identité catalane (1998) et qui a notamment publié sur les artistes de cirque contemporains (2011), n’avait encore jamais enquêté. Il constitue aussi une excellente illustration du célèbre adage « Remettre l’ouvrage sur le métier », dans la mesure où il fait suite à une précédente publication (2016), qu’il reprend en partie, remanie théoriquement et prolonge à la lumière de témoignages (spontanés) de lecteurs et lectrices, et à la faveur de nouveaux entretiens et d’échanges plus informels1. C’est, enfin, un modèle de construction d’objet. Dix années d’enquête se trouvent ainsi ramassées dans un ouvrage court, rédigé (et édité) avec soin, très agréable à lire.

  • 2 Il apparaît toutefois que « le bonheur des dames » doit sans doute surtout à « une sorte d’adaptati (...)

2« L’extraconjugalité durable » : tel est l’objet conçu et examiné par Marie-Carmen Garcia. Elle ne se penche ni sur les infidélités passagères, ni sur le polyamour, ni sur le libertinage : la poursuite durable – au-delà de deux ans, a-t-elle convenu pour composer son corpus, et à un rythme régulier – d’une relation amoureuse privilégiée avec un ou une autre partenaire (en couple ou célibataire) que le ou la conjointe « légitime », et à son insu, constitue en effet une mise à l’épreuve particulièrement digne d’intérêt des normes familiales et matrimoniales qui prévalent dans nos sociétés. Mais, montre la sociologue, les relations de ce type sont marquées par une « incompréhension monumentale » (p. 89) : tandis que leur caractère « durable » est subi par les femmes, qui ont souvent tendance à voir dans l’« extraconjugalité » un premier pas vers une véritable conjugalité, il est recherché en tant que tel – pour se sentir exister et comme une sorte de droit marital à séparer les obligations familiales et la bagatelle par des cloisons étanches – par les hommes. Mais s’agit-il exactement d’une « incompréhension » ? J’y reviendrai au fil de ce compte rendu. En tout cas, le propos de Marie-Carmen Garcia est parfaitement limpide : dans l’état actuel des rapports de genre, étant donné la persistance des représentations genrées et sexistes sous-tendant les engagements amoureux et conjugaux des hommes et des femmes, ces dernières ont de grandes chances de vivre les amours clandestines comme un marché de dupe. La probabilité statistique n’étant pas synonyme de fatalité, certaines femmes tirent quand même leur épingle du jeu et peuvent atteindre un vrai bonheur dans les arrangements de l’extraconjugalité durable2.

3Dans l’introduction et le chapitre 1 (« Préalable théorique »), Marie-Carmen Garcia s’efforce d’intégrer cette donnée, mais aussi de mieux comprendre pourquoi tant de femmes finissent consumées par l’espoir que leur amant « officialise » leur relation et quitte, pour elles, une épouse qu’il dit ne plus aimer. Ce premier chapitre, très dense, aurait sans doute gagné à creuser davantage la notion éliasienne de configuration. Avec beaucoup de finesse, cela dit, l’autrice évacue certains faux-problèmes et présente les grandes lignes d’une conception des processus sociaux qui fait la part du double caractère structurant des reconfigurations des rapports sociaux de sexe et des tensions entre le capital culturel et le capital économique (comme expression des rapports de domination entre classes). En outre, l’enjeu scientifique – approcher au plus près les dynamiques structurales qui conditionnent sans répit les représentations et actions humaines – est clairement pensé en regard d’un enjeu normatif exposé avec autant d’humilité que de profondeur : « [C]ontribuer [...] à l’acquisition de connaissances favorisant la disparition de la violence symbolique masculine sur le terrain affectif et émotionnel en particulier » (p. 25). Dès lors que les manières de se penser subjectivement comme homme et comme femme ne sont plus régulées par la nécessité d’entrer dans des rôles préétablis et immuables nettement différenciés, conformément à un système hiérarchique de valeurs consacré par le droit et les mœurs, les mécanismes par lesquels la gent masculine était en mesure d’imposer les principes de sa domination ne peuvent plus opérer efficacement. En toute rigueur, dans les rapports de genre, la violence symbolique – que Bourdieu n’a jamais cessé de référer aux mécanismes par lesquels les dominants parviennent à faire admettre les principes de leur propre valeur – est grippée. Et pourtant, tout semble indiquer qu’elle se perpétue.

  • 3 Il n’est pas inutile de rappeler qu’avant la loi du 11 juillet 1975 l’épouse adultère risquait jusq (...)
  • 4 J’emploie à dessein cette expression, en référence à un arrêt de la Cour de Cassation du 17 décembr (...)
  • 5 Voir, à ce propos, Joly, 2021.

4L’extraconjugalité durable constitue un formidable observatoire pour dénouer ce qui se présente, en première approche, comme un paradoxe. Le chapitre 2, « Jeter la première pierre... et les suivantes », propose une « brève histoire de l’adultère » et pointe certaines limites des approches purement biologiques et psychologiques de l’infidélité. Le problème sociologique qu’il importe de résoudre est le suivant : comment expliquer que l’adultère, qui, en France, n’est plus un délit pénal et ne joue plus comme cause automatique de prononcé du divorce depuis la loi du 11 juillet 1975, demeure « moralement condamné, notamment quand il s’agit de la poursuite durable d’une relation clandestine » (p. 50) ? Et dans quelle mesure cette condamnation morale reflète-t-elle la force d’inertie de certaines représentations sexistes, religieuses et autres, culpabilisant en particulier les femmes3 ? Ou, au contraire, est-elle liée à l’avènement d’une nouvelle « représentation commune de la morale4 », peu coercitive et dont participe certainement la « culture psy », mettant l’accent sur la symétrisation réflexive des besoins et sentiments de chaque partie prenante d’une relation, et, notamment, sur « l’idéal conjugal comme amour partagé entre époux considérés comme des partenaires dans une relation relativement égalitaire censée être fondée sur la communication » (p. 48)5 ?

  • 6 « Je ne culpabilise pas du tout vis-à-vis de ma femme, car je gagne quatre fois ce qu’elle gagne !  (...)

5Les chapitres 3 (« À nos amours »), 4 (« Pour le meilleur et sans le pire ? ») et 5 (« La fête est finie ») forment le cœur du livre et présentent une unité remarquable. La « crise du milieu de la vie » revient souvent, dans le discours des enquêté.e.s, pour rationaliser le grand saut dans l’extraconjugalité. Néanmoins, certaines femmes, afin d’apaiser leurs tensions internes, ressentent en outre le besoin d’en appeler à des sortes de forces surnaturelles : elles étaient comme destinées à vivre un grand amour avec leur âme sœur, de même qu’elles avaient été irrésistiblement portées à rencontrer le père de leurs enfants. La religion elle-même peut tenir lieu de « support moral de l’infidélité » (p. 71). Les femmes ont aussi plus tendance à exprimer une soif d’authenticité et d’accord avec leur intériorité profonde. Par contraste, les choses paraissent plus simples, et binaires, pour les hommes : d’un côté, il y a la famille qu’ils ont construite, qu’ils font vivre par leur travail et qui symbolise leur réussite sociale ; de l’autre, leur plaisir, leur droit à des relations intimes secrètes. Quand cette formule pour quelque raison échoue, cela génère en eux une immense rage, dirigée contre eux-mêmes et plus encore contre la maîtresse qui a failli faire exploser leur famille, non sans accroître leur propension à manœuvrer (« j’ai plutôt bien manœuvré », se vante un enquêté p. 81) et à mentir. À l’inverse, la formule suppose pour fonctionner de construire une image négative de l’épouse, personnalité difficile, amante insatisfaisante, femme privée de tout attrait sexuel, mais « bonne mère ». Cela laisse peu de place à la culpabilité6. Il serait intéressant de confronter ces analyses aux résultats d’une enquête quantitative par questionnaire.

  • 7 Si, au contraire, l’enfant est d’eux, ils s’empresseront de convaincre la mère d’avorter et d’oubli (...)
  • 8 Sur un plan pragmatique, le principal effet de ce processus de catégorisation est peut-être d’incit (...)

6Force est de noter, à la lecture des histoires subtilement agencées par Marie-Carmen Garcia, l’art du double jeu et la certitude de leur bon droit dont témoignent la plupart des hommes. Les « envies de divorce » affichées çà et là par des hommes mariés devant leurs maîtresses relèvent sans doute autant de la manipulation (au moins inconsciente) que d’une simple « pensée fugace ou conjoncturelle » (p. 97) que ces femmes, suggère la sociologue, auraient peut-être tort de prendre pour argent comptant : ils savent que ce sont des paroles qu’ils doivent prononcer pour avoir ce qu’ils souhaitent, c’est-à-dire une relation intime privilégiée, « satisfaisante », aussi durable que possible, avec une partenaire désirable, qui se donne à eux, « corps et âme » (p. 171). Et, prudents, ils prennent bien garde de se tenir « à distance des choix de leur amante lorsqu’elle décide de divorcer » (p. 110), devient veuve ou tombe enceinte de son mari7. Ce n’est pas leur problème ; ce n’est pas de leur responsabilité. On lira de superbes pages sur le « silence des hommes » (p. 126-129). Ce « silence » ne vise à rien d’autre qu’à préserver deux des piliers de la domination masculine – i. e. : n’avoir aucun compte à rendre et manier la relation à sa guise – contre la norme sociale de symétrisation ouvertement discutée des relations, que les femmes, du fait d’un ensemble de changements configurationnels, maîtrisent tendanciellement mieux que les hommes. C’est « d’autant plus aisé » (p. 129) avec une maîtresse. Quand on s’en lasse, il suffit de couper tout contact, « sans prévenir » (p. 188). La domination masculine, et la centration sur un « moi » tout-puissant qui est sa raison d’être et son instrument, passe de nos jours par des formes actives de déni des émotions et intérêts d’autrui, jouant notamment sur le « flou » (p. 147), l’ambivalence et le silence : aussi le « grand mythe contemporain de la pseudo-psychologie » que serait le « pervers narcissique » (p. 123) possède-t-il probablement quelque fondement rationnel dans la dénonciation et le refus de ce type de comportement8. Ce « mythe » est à bien des égards une réponse féminine, démystificatrice et pour cette raison largement discréditée, à une domination masculine reposant davantage sur la violence morale que sur la violence symbolique.

7Dans l’ensemble, conclut Marie-Carmen Garcia, les hommes sont mieux disposés à vivre une « double vie ». Ils ont intégré comme autant de valeurs naturelles la dissociation des sentiments et du sexe et l’idée que la chosification du corps féminin se prête à une sexualité sérielle. Ils investissent davantage la sphère professionnelle et ont plus d’opportunités de faire des rencontres. Les plus riches s’appliquent en général à contrôler les comptes et à tenir en lisières l’économie domestique pour mieux s’accorder des plages de liberté. Sur tous ces plans, les femmes sont défavorisées. Mais elles ne sont pas impuissantes. Il est vraisemblable que les relations extraconjugales connaîtront elles aussi, comme les relations conjugales, un rééquilibrage en faveur des femmes de la balance du pouvoir entre les sexes, ce qui ne se fera pas sans résistance ni ruse dilatoire. Ce processus est du reste sûrement en cours. En attendant, le fait est que « les hommes ne connaissent pas les sensations cuisantes d’échec et de perte de temps des femmes lorsqu’arrive la fin » (p. 201) d’un « amour clandestin » – cet amour si différent de « l’amour officiel » (p. 199)... du moins pour les premiers.

8Quand la violence symbolique s’effrite, la violence morale prend le relai ; et il n’y a violence morale que pour autant que les anciens dominants n’acceptent pas que les principes par lesquels ils s’imposaient comme dominants ne s’imposent plus et ne soient plus acceptés par ceux-là même qui s’en trouvaient infériorisés (et, souvent, s’en trouvaient bien). Dans ces conditions, la violence morale est, selon l’expression consacrée, un fait social total (elle menace l’ensemble des relations et va de pair avec une sensibilisation démultipliée à tout ce qui s’apparente au mépris, à la non-reconnaissance, à l’emprise, à la manipulation, etc.) aussi sûrement que le fut la violence symbolique, dont les colonnes semblent s’effondrer une à une, au grand dam de ceux qu’elles hissaient au sommet. Mais il ne faut pas croire que ces anciens dominants aient désarmé et soient dépourvus de ressources. Ils font feu de tout bois, au contraire, pour maintenir leurs privilèges. Alors que les couples officiels sont socialement, juridiquement et sur le plan des politiques publiques soumis à une pression de symétrisation négociée des relations, ce qui peut produire en leur sein, en réaction, de nouvelles formes de violence conjugale (violence morale, violence économique), dans la « dyade amoureuse secrète », « les hommes sont d’emblée et pour aussi longtemps que dure la relation dans une position virile à partir de laquelle ils ont la possibilité d’organiser la relation, ses contenus et ses limites » (p. 207). Les amours clandestines font partie de ces interstices dans lesquels la domination masculine continue à se déployer en toute impunité. Cela a un coût dont les hommes n’ont socialement aucun compte à rendre (contrairement à la violence morale proprement conjugale, qui reste néanmoins mal comprise et impalpable) : la souffrance morale de la plupart des femmes qui s’embarquent dans de telles aventures. C’est bien la preuve que la décomposition de la violence symbolique masculine n’a pas encore laissé place à des modèles de relations pleinement équilibrés et symétriques, à la faveur desquels une partie cesserait d’écoper quasi systématiquement sur « le terrain affectif et émotionnel » (p. 25).

Haut de page

Bibliographie

DELAGE Pauline, « Perversion narcissique, genre et conjugalité », Revue Zilsel, 8, 2021, p. 240-253. DOI : https://doi.org/10.3917/zil.008.0240#xd_co_f=NzIxMDUwMjUtNTg1OC00MDlmLWFmYzItNWM3MDE3MTYzMjA3~

GARCIA Marie-Carmen, L’identité catalane. Analyse du processus de l’identité nationale en Catalogne, Paris, L’Harmattan, 1998.

GARCIA Marie-Carmen, Artistes de cirque contemporain, Paris, La Dispute, 2011.

GARCIA Marie-Carmen, Amours clandestines. Sociologie de l’extraconjugalité durable, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2016.

JOLY Marc, « Quelle sociologie de l’amour ? », Lectures [En ligne], Les notes critiques, mis en ligne le 20 avril 2021, consulté le 09 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/48739 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.48739

JOLY Marc, ROQUEBERT Corentin, « De la “mère au narcissisme pervers” au “conjoint pervers narcissique”. Sur le destin social des catégories “psy” », Revue Zilsel, 8, 2021, p. 254-283. DOI : https://doi.org/10.3917/zil.008.0254#xd_co_f=NzIxMDUwMjUtNTg1OC00MDlmLWFmYzItNWM3MDE3MTYzMjA3~

Haut de page

Notes

1 Pour ce nouveau livre, et si on se réfère aux courtes biographies figurant à la fin (p. 209-220), Marie-Carmen Garcia mobilise essentiellement un matériau constitué d’entretiens et d’échanges avec 42 personnes (30 femmes, 12 hommes). Ce corpus mélange de nouveaux enquêtés (30 : 21 femmes, 9 hommes), interviewés entre 2016 et 2019, dont 7 (4 femmes, 3 hommes) ont spontanément contacté la sociologue, et d’anciens (12 : 9 femmes, 3 hommes), interrogés entre 2010 et 2015. Dans ce sous-corpus de 12, 2, Alix et Nathalie, ont été questionnées à nouveau après la parution d’Amours clandestines (2016). La plupart de ces personnes sont dans la quarantaine ou la cinquantaine ; elles sont, sauf exception, fortement dotées en capital économique et en capital culturel, les hommes occupant surtout des professions prestigieuses et des postes de direction, les femmes exerçant davantage de métiers dans l’enseignement, le soin, l’art ou la culture.

2 Il apparaît toutefois que « le bonheur des dames » doit sans doute surtout à « une sorte d’adaptation aux normes amoureuses et sexuelles incorporées par les hommes » (p. 205), sans compter qu’il est également susceptible de dépendre d’« arrangements entre hommes autour de la sexualité de l’épouse de l’un » (p. 116). Les exemples donnés à lire à ce propos sont édifiants, pour ne pas dire consternants. Mais la sociologue n’est jamais dans le jugement ou la dénonciation. Elle relève aussi une espèce de processus d’adaptation réciproque : les « hommes dont les maîtresses ne souffrent pas (ou du moins pas excessivement) intègrent de manière variable [...] une attention soutenue à leur amoureuse de l’ombre » (p. 132).

3 Il n’est pas inutile de rappeler qu’avant la loi du 11 juillet 1975 l’épouse adultère risquait jusqu’à deux ans de prison, quand l’époux dans la même situation n’encourait qu’une peine d’amende (et encore devait-il avoir entretenu sa concubine au domicile conjugal).

4 J’emploie à dessein cette expression, en référence à un arrêt de la Cour de Cassation du 17 décembre 2015 : « L’évolution des mœurs comme celle des conceptions morales ne permet plus de considérer que l’infidélité conjugale serait contraire à la représentation commune de la morale, dans la société contemporaine » (https://www.legifrance.gouv.fr/juri/id/JURITEXT000031651820/).

5 Voir, à ce propos, Joly, 2021.

6 « Je ne culpabilise pas du tout vis-à-vis de ma femme, car je gagne quatre fois ce qu’elle gagne ! » (p. 162), rigole un enquêté.

7 Si, au contraire, l’enfant est d’eux, ils s’empresseront de convaincre la mère d’avorter et d’oublier ce désagrément.

8 Sur un plan pragmatique, le principal effet de ce processus de catégorisation est peut-être d’inciter avant tout les femmes à fuir les relations toxiques (qu’il s’agisse de relations conjugales ou extraconjugales). Voir Joly, Roquebert, 2021. Il est aussi possible de montrer, de manière complémentaire, qu’il fait peser sur elles la responsabilité de se « soigner » ou de se remettre en cause. Voir Delage, 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Joly, « Marie-Carmen Garcia, Amours clandestines : nouvelle enquête. L’extraconjugalité durable à l’épreuve du genre »Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 12 novembre 2021, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/gss/6852 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.6852

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search