Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26DossierArticlesÀ la recherche d’une intimité sex...

Dossier
Articles

À la recherche d’une intimité sexuelle. Résistance collective et camaraderie masculine des appelés dans les casernes grecques

Seeking for sexual intimacy. Collective resistance and male comradeship between Greek conscripts in military barracks
Angeliki Drongiti

Résumés

Cet article étudie les astuces et pratiques des appelés pour défendre et créer un espace intime dans les casernes grecques. Durant le service, l’institution prend le contrôle de tous les aspects de la vie des appelés, jusqu’à la domestication de leur sexualité. Pour y faire face, les conscrits s’unissent à des bandes d’appelés : des groupes de pairs engagés dans une forme de résistance institutionnelle liés par la camaraderie masculine, ce qui leur permet d’avoir accès à des activités sexuelles de façon collective (séduction en groupe, drague collective, réorganisation du programme pour faciliter une rencontre intime, visites aux maisons closes). À partir des données produites par des entretiens semi-directifs, d’une observation participante, et en mobilisant des outils d’analyse de la sociologie de l’armée et des rapports sociaux de sexe, j’examine les critères sexués d’exclusion et d’inclusion aux bandes d’appelés : l’accès à ces groupes soudés n’est autorisé qu’à ceux seuls qui font preuve d’une sexualité hétéronormative et d’une virilité manifestée.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier Pauline Delage, Arthur Vuattoux et Yaëlle Ansellem-Mainguy ainsi que les évaluateur·trice·s pour leurs retours constructifs. Merci également à Alice Forge, Martin Manoury et Ilias Petalas pour leurs suggestions précieuses.

Introduction

  • 1 La durée du service militaire se modifie en fonction du contexte sociopolitique du pays. Depuis les (...)

1Malgré la professionnalisation progressive des armées européennes depuis les années 1980, la Grèce a maintenu le devoir national du service militaire. Les hommes grecs de 18 à 45 ans doivent passer neuf mois1 dans les casernes sous le contrôle et la surveillance des militaires de carrière.

  • 2 L’expression anglaise « total institution » a été traduite par « institution totalitaire » lors des (...)
  • 3 Je tiens à remercier Marie Arbelot, responsable de la bibliothèque Frédéric-Mollé du département de (...)

En tant qu’« institution totalitaire2 » (Goffman, 1968), les casernes présentent des caractéristiques de séjour communes : uniformisation de l’apparence, cohabitation d’un grand nombre de personnes, restrictions et interdictions selon le règlement intérieur sur la gestion du temps individuel, et programme quotidien contenant des activités à exécuter sous le regard des professionnels (Billemont, 1995 ; Leroux, 1993)3. Les recherches menées sur les conscrits mentionnent largement l’écrasement de l’intimité des individus qui servent la patrie, ainsi que leurs ruses pour défendre un espace à soi aux marges de l’institution (Goffman, 1968). L’intimité, alors, n’apparaît que comme une dimension de l’individualité de conscrits restreinte et contrôlée par les agents institutionnels ; pour le dire autrement, elle n’est mentionnée que pour signaler son absence et son interdiction.

2Les analyses sociologiques du service militaire relèvent l’aspect socialisateur de l’expérience sous les drapeaux (Kaya, 2013 ; Auvray, 1998 ; Pinto, 1975), la conscription étant entendue comme un rite de passage à l’âge adulte pour les hommes (Bessin, 2002c ; Bozon, 1987). Les travaux de sociologie se concentrent sur les dynamiques de caserne et les relations entre les appelés et les officiers, sur le service comme un temps social (Bessin, 1993), sur la caserne comme un espace de fabrication des dominants de la vie civile (Drongiti, 2019 ; Selek, 2014 ; Devreux, 2002) et d’apprentissage de la masculinité (Badaró, 2010 ; Frevert, 2001).

  • 4 Seules les casernes, les prisons et les écoles ecclésiastiques pour former les prêtres orthodoxes d (...)

3C’est dans le cadre de cette institution totalitaire non mixte4 que les appelés apprennent à jouer leur rôle masculin (Devreux, 1997) au travers d’activités codées comme masculines, telles que l’apprentissage du maniement des armes, les exercices de camouflage, des activités physiques et mentales extrêmes, et via la confrontation à des formes d’oppression psychologique et d’obéissance aux ordres, à des sanctions et à des brimades. La séparation du monde civil, la rupture avec sa vie et ses habitudes antérieures et l’éloignement des femmes constituent les principaux éléments de la réalisation de cette fonction masculinisatrice (Teboul, 2017 ; Roynette, 2012 ; Godelier, 1982).

4Dès lors, comment les conscrits grecs se fabriquent-ils des sphères privées dans les casernes et sous quelles conditions ? Quels types de stratégies leur permettent de revendiquer un espace et un temps à soi, hors du programme militaire et de la chambrée, et loin du regard des agents institutionnels ? Quels sont les critères de sélection genrés de l’appartenance à des bandes d’appelés, ces groupes de « participation élective » (Paugam, 2009, 112) ? Si la conscription constitue une expérience de virilisation des jeunes hommes sous les drapeaux, comment ces pratiques de résistance influencent-elles ce projet socialisateur encadré par l’institution ?

  • 5 Tous les prénoms sont fictifs afin de protéger l’anonymat des interviewés. Pour la même raison, je (...)

5Les données mobilisées pour répondre à ces questions proviennent de données recueillies dans le cadre de ma recherche doctorale sur le suicide des appelés grecs (voir encadré). Plus précisément, j’utiliserai des données provenant d’une trentaine d’entretiens semi-directifs avec des appelés et des militaires de carrière, ainsi que des éléments découlant de l’observation participante réalisée au cours d’un stage de trois mois dans l’un des trois hôpitaux militaires du pays, un bâtiment au sein d’une caserne en Grèce continentale5.

6Cet article étudie ainsi les astuces et pratiques des appelés pour défendre et créer un espace intime dans les casernes grecques, durant ce processus de virilisation qu’est le service militaire, assuré par l’institution totalitaire qu’est l’armée. L’idée principale est de comprendre les conditions d’accéder à un « quant-à-soi », rendu possible par la formation des « bandes d’appelés » permettant la création d’une intimité sexuelle collective. Le choix lexical du mot « bande » porte ici une valeur heuristique permettant d’étudier le caractère déviant de ces groupes par rapport aux hiérarchies de la caserne et distingue les activités collectives qui ont lieu aux marges de l’institution. Sur le plan théorique, les réflexions émises s’inspirent de la sociologie de l’armée et de la sociologie du genre, afin d’interroger la dimension totale de l’institution et ses fonctions socialisatrices. Il ne suffit pas de se pencher sur une typologie d’activités clandestines et de pratiques liminales mises en place par les enrôlés, nécessaire pour éclairer l’emprise institutionnelle sur les zones à soi ; il convient aussi d’examiner les relations intimes entre les appelés en tant qu’elles sont vectrices de l’« injonction collective de l’hétéronormativité » (Avarguez et Harlé, 2015, 141) : injonction à une sexualité hétéronormative et à une masculinité par excellence en train de se faire.

L’intimité écrasée par l’institution totalitaire

7Les casernes militaires grecques, en tant qu’espaces écartés de la vie quotidienne physiquement et pratiquement, désignent à la fois des lieux de vie, de sociabilité et de travail, au sein desquels un groupe d’individus aux caractéristiques communes est mis sous le contrôle et la surveillance d’un autre. Ainsi, elles réunissent toutes les caractéristiques d’institutions totalitaires telles qu’Erving Goffman les a théorisées (Goffman, 1968). Le règlement intérieur, un « ensemble de prescriptions et d’interdictions » (Goffman, 1968, 92) détermine la formule précise de rapports de pouvoir entre les deux groupes, les militaires de carrière et les appelés, ainsi que les récompenses et les sanctions prévues pour les derniers en fonction de leur conduite et de leur adaptation aux exigences de la vie militaire.

  • 6 Il s’agit de documents administratifs relatifs à la conscription et d’une pièce d’identité militair (...)
  • 7 Alors que l’usage du téléphone et de l’ordinateur portables est interdit en règle générale, il peut (...)

8Être appelé signifie une rupture radicale avec la vie ordinaire. Dès le premier jour, l’armée prend le contrôle de tous les aspects de la vie des appelés. Tous les signes d’apparence antérieure doivent disparaître pour se conformer aux impératifs de l’institution. Les cheveux et la barbe doivent être rasés. Les vêtements civils et le style vestimentaire individuel sont remplacés par des bottes militaires cirées, l’uniforme de camouflage portant le ruban indiquant le nom du soldat et le casque militaire. Durant les neuf mois de service, les appelés ne disposent que d’un nombre de sorties préétabli de treize jours et ne peuvent quitter la caserne que sous l’autorisation de leurs supérieurs. Le dépôt de la carte d’identité et son remplacement par des documents militaires6, l’enfermement dans des casernes, l’interdiction officielle de disposer d’un téléphone portable, d’un ordinateur7 ou même de lire la presse concrétisent l’isolement vis-à-vis du monde civil.

  • 8 Pour ne pas fausser les représentations, je n’adopte pas un langage inclusif. Il y a certes des fem (...)
  • 9 Il s’agit d’épreuves physiques avec ou sans arme (course, synchronisation dans l’exécution des entr (...)

9La vie sociale quotidienne dans les casernes est construite autour de rapports de hiérarchie et de contrôle entre deux groupes : d’un côté les appelés, qui sont les dominés ; de l’autre les militaires de carrière, qui sont les dominants. Ces derniers, qui sont les professionnels8 (officiers et sous-officiers), sont à la fois les responsables, les organisateurs et les instructeurs des premiers. Selon les besoins fonctionnels de la caserne (propreté, maintenance des locaux, surveillance et garde du camp, exercices), les militaires de carrière de l’armée assurent le bon déroulement du programme militaire, assignent des tâches et distribuent les permissions aux appelés. Ils disposent de l’autorité d’exercer différentes formes de contrôle sur les conscrits, comme des inspections prévues ou inattendues, dans des espaces étendus allant du corps des enrôlés (fouilles, propreté et soin de l’uniforme, posture) aux objets à leur disposition (portable, arme, lit) jusqu’aux locaux divers de la caserne (chambrée, toilettes, douches). Les militaires de carrière ne décident pas seulement des activités et du rythme de vie des appelés, mais ils contrôlent et évaluent aussi leur implication et leurs performances. Les conscrits considérés comme performants dans les tâches qu’on leur attribue ou dans les ordres à exécuter9 peuvent être récompensés par leurs supérieurs, souvent par des jours de permission supplémentaires, tandis que les appelés qui transgressent un ordre ou ne sont pas assez efficaces dans la réalisation d’une tâche ou d’une activité sont punis : privés de permissions, ils sont souvent chargés de corvées ou subissent des brimades. La vie au sein de la caserne est ainsi très régulée et limitée à des zones préconisées pour les appelés qui sont pourtant accessibles à tout moment aux supérieurs.

10Sans la possibilité de sortir de la caserne et de pratiquer les activités habituelles de leur vie civile (sports, sociabilité, sorties, etc.), les appelés vivent le temps de repos comme un créneau du programme militaire parmi d’autres. « Il n’y a pas un moment de détente où tu te dis “je ne fais rien et je fais ça pour moi-même”. Non, je ne fais rien et je fais ça pour l’armée », dit Ermis à ce propos. La question du temps et de l’espace à soi semble renforcer les difficultés d’accès à l’intimité sensuelle. Le réveil, le sommeil, le repos, le déjeuner et les exercices, tout le programme quotidien des appelés est fortement réglementé.

  • 10 Les appelés sociologues, assistants sociaux, psychologues, étudiants ou diplômés, sont affectés dur (...)

11Au nom de « la prise en charge de la totalité des besoins par l’établissement » (Castel, 1989, 33), la force totalitaire de l’institution écrase tous les aspects de l’intimité par la dépossession du temps (Thura, 2014 ; Leroux, 1993) et de l’espace par l’interdiction explicite ou implicite de certaines activités qui donnent accès à des « territoires de moi » (Goffman, 1996, 43), en particulier de la sexualité. « Il y aurait une sanction tant pour quelqu’un qui aurait amené une fille dans la caserne avec laquelle il se serait livré à des actes sexuels que pour un homosexuel qui aurait trouvé un coappelé […] pour n’importe quel acte sexuel c’est la même chose, une punition », dit Philippos, membre du Groupe de prévention psychosociale10. Il m’a ensuite expliqué que cette interdiction est justifiée en tant que mesure sanitaire contre les infections sexuellement transmissibles « par le contact des fluides organiques d’une personne ». Dans ces conditions restrictives, les conscrits sont strictement privés de leur intimité sexuelle habituelle.

  • 11 Ces événements sont si réguliers et si répandus durant le service qu’ils marquent l’imaginaire coll (...)

12« La sexualité est morte », souligne Michalis. « On entre dans la caserne, on le sait. Pas de sexe, pas d’amour, pas de copine », raconte Spyros. Les jeunes gens qui effectuent leur service militaire vivent comme une oppression le contrôle de leur sexualité imposé par le calendrier militaire. Pour les interviewés, les heures de sorties autorisées et les jours de permission sont très importants pour voir leur petite amie. Les changements de programme de dernière minute, les sanctions de privation de sortie, c’est-à-dire la suppression de la prochaine sortie programmée, ou encore des brimades donnant de fausses dates de sortie empêchent les enrôlés de voir leur copine et constituent des façons directes et indirectes d’interdire l’intimité11.

13En parallèle, les interdictions explicites, les contrôles et examens qui obligent les enrôlés à exposer en public leurs sentiments, les éléments de leur parcours éducatif et professionnel, leur situation familiale et leur état de santé rendent les appelés impuissants à préserver certains domaines intimes. Dès leur arrivée aux camps de classement, un système bureaucratique et organisationnel est mis en place pour effectuer ce que Goffman nomme le dépouillement (1968, 61) : une perte progressive de contrôle de soi-même et des signes de sa personnalité donnant le sentiment d’être défiguré et ainsi perdu dans une masse de personnes similaires. Les officiers reçoivent les objets personnels (pièces d’identité, téléphone portable, etc.) que les appelés déposent temporairement, et supervisent l’observation des règles de tenue externe. Grâce à des entretiens de contrôle qui ont lieu dès l’arrivée à la caserne, le personnel prépare un dossier contenant des informations personnelles : photographie, numéro d’immatriculation, empreintes digitales, informations sur la vie antérieure du conscrit, sa situation familiale et économique, ses problèmes médicaux, sociaux ou familiaux. Au cours de ces entretiens, les agents posent des questions sur l’orientation sexuelle de l’individu comme information à mettre dans son dossier. Les « maniérismes efféminés » et « signes d’homosexualité » (Philippos, appelé) sont notés, selon l’appréciation de l’agent qui effectue l’entretien, même si la personne n’évoque pas son orientation sexuelle. Ces informations demeurent à la disposition de l’institution et peuvent circuler entre différents services, elles sont susceptibles d’être utilisées à tout moment par l’institution. Ainsi, le dévoilement de la vie privée de l’individu implique aussi la perte de contrôle sur son intimité et l’expression de celle-ci.

14Les conditions de vie au sein des chambrées où les domaines intimes sont violés empêchent également d’avoir accès à l’intimité sexuelle en raison d’une variété de « contaminations », c’est-à-dire des expositions de soi non maîtrisées envers l’entourage. Tout d’abord, la « contamination purement physique » (Goffman, 1968, 68), liée à l’hygiène, est un facteur qui détermine l’accès à l’intimité. Les conditions de séjour « insupportables » (Kiriakos, appelé), l’état de saleté et d’usure du mobilier, des chambrées, des espaces communs et des espaces dédiés à l’hygiène rendent encore plus difficile la possibilité d’avoir un espace à soi. Ce contexte ne favorise pas davantage l’accès libéré au plaisir solitaire, qui ne paraît pas être banni par l’institution puisque « la masturbation n’est pas une activité sexuelle reconnue en tant que telle par l’armée » (Prodromos, appelé) et par conséquent ne semble pas être formellement interdite. Michalis, soulignant le manque d’espace à soi, explique qu’il attendait les sorties pour « se doucher, dormir et se masturber ». « Tout est si sale que, disons, par exemple les douches, et les toilettes à la turque et ça, et de la merde partout [il rit] on ne peut même pas s’appuyer quelque part, c’est-à-dire, eh, ça ne nous met pas [il rit] du tout dans une disposition érotique » (Philippos, appelé). Comme Philippos, d’autres interviewés mentionnent que les conditions de vie ne favorisent pas la libido tout en déclarant avoir soupçonné ou aperçu des « activités nocturnes » de leurs camarades de la caserne. Les conscrits interviewés se disent « dégoûtés » de l’équipement de chambrée « vieux », « abîmé » et « trop usé » (Michalis, appelé). Plusieurs parmi eux, à cause du manque d’eau chaude dans les casernes et des locaux en mauvais état, louent des chambres d’hôtel lors de leur sortie pour prendre une douche.

La coexistence de plusieurs personnes dans le même espace est trop difficile [...] on est obligé de coexister avec 30 ou 40 personnes toute la journée dans la même chambre, 24 heures sur 24 […] Nous vivons littéralement l’un sur l’autre, car les lits sont superposés. Moi je suis au-dessus de quelqu’un, je pète, il peut sentir l’odeur (Kiriakos, appelé).

15La description de Kiriakos constitue un exemple de la non-séparation entre la vie privée et la vie publique où personne parmi les appelés « ne parvient à se construire un petit “chez-soi” où il puisse se sentir à l’abri » (Billemont, 1995, 13‑14). Sans pouvoir garder l’espace et la distance sociale qu’ils souhaiteraient vis-à-vis d’autres conscrits, les enrôlés vivent dans un espace à soi limité à leur lit et leur petit placard où ranger leurs affaires. « Tout son espace personnel tient dans un petit placard, très important en effet. Le petit placard dans lequel on met ses affaires personnelles. Car le grand problème dans l’armée est qu’on n’a pas un espace pour soi-même » (Vaggelis, appelé).

16Ces conditions de séjour, associées à la surveillance, les contrôles et les examens médicaux, les fouilles corporelles, les inspections des placards et des lits des appelés, effectuées par les officiers gradés, prévues ou inopinées, provoquent une « contamination interpersonnelle » (Goffman, 1968, 71) : une sociabilité forcée combinée à une surexposition de soi à des personnes pas forcement désirables sans la possibilité de prendre vis-à-vis d’elles une distance sociale souhaitée. Cette contamination renforce le sentiment de vivre dans un espace impersonnel marqué par « l’absence de déférence qui manifeste toutes les violations de l’intimité » (Ricordeau, 2008, 180), comme le démontre Gwenola Ricordeau à partir de son travail sur les prisons.

17La force totalitaire de l’armée s’exerçant dans tous les aspects de la vie des appelés et contrôlant chaque instant de leur temps nuit à l’intimité sexuelle. Cependant, l’expression de la sexualité ne peut être totalement supprimée dans un tel cadre puisque, comme le dit Pinar Selek pour le cas des appelés turcs, « la sexualité est la veine nourricière et, si celle-ci est sectionnée, il ne reste plus rien » (Selek, 2014, 161). Dans les lignes qui suivent, j’examinerai comment les appelés réussissent à faire exister un territoire d’intime collectif en dépit de toutes ces contraintes, grâce à la formation de bandes d’appelés.

Défendre et créer un espace intime dans les casernes grecques

Résistances collectives et pratiques de réajustement

Je veux dire que tous les jours à l’armée ne sont pas difficiles, je dirais que j’ai aussi passé des périodes agréables, car on est dans un environnement où tous vivent dans une situation similaire, on a du soutien, on peut en trouver, car on n’en a pas toujours, on peut trouver du soutien auprès des coappelés. Entre nous, nous en avons besoin. Et pour des raisons de conservation de soi, on discute. Il y a beaucoup de potins dans l’armée, il y en a trop, c’est ça qui nous aide psychologiquement.

18Cette déclaration d’Ermis témoigne du fait que, malgré les difficultés subies pendant le service militaire, une ambiance amicale se développe parmi les appelés. Les conscrits forment des bandes de copains du fait des nombreux temps passés ensemble, des tâches communes qu’ils accomplissent, des chambrées qu’ils partagent et, en général, des difficultés communes auxquelles ils font face. Alors, sur une base de fraternité virile et d’entraide, les camarades de chambrée se regroupent pour discuter, faire des blagues, se disputer, chanter, s’organiser entre pairs pour faciliter le séjour, faire des sorties ensemble, partager des tâches, etc.

  • 12 Le centre de divertissement de l’unité joue le rôle à la fois de petit magasin d’alimentation génér (...)
  • 13 Elles se différencient des « adaptations primaires » qui sont des habitudes développées dans l’inst (...)

19Tout en servant de refuge pour les appelés, les bandes de chambrées mettent en place des pratiques ou des formes d’ajustements permettant aux individus de disposer d’une certaine intimité et d’avoir le contrôle d’eux-mêmes. Ces résistances collectives ont lieu pendant les moments de temps libre prévus par le programme de la caserne, surtout à la fin de la journée dans les locaux auxquels les enrôlés peuvent avoir accès plus facilement sans demander l’accord des militaires de carrière : dans les chambrées, les sanitaires ou dans le centre de divertissement de l’unité, connu sous le nom de ka-psi-mí12. Les « adaptations secondaires13 » en tant que « moyens de défense » (Goffman, 1968, 225) ont une importance extrême pour eux, puisqu’ils leur permettent de faire face à l’ennui, au manque de sens, aux humiliations qui affectent leur personnalité et de vivre « des moments pendant lesquels on échappe à la misère généralisée et là, vraiment d’une façon assez amère, on réussissait à en jouir [du service] » (Ermis, appelé).

20Grâce à ces réajustements pratiques, les bandes d’appelés créent un espace social agréable et sécurisé loin des brutalités et des sanctions militaires où chacun peut revendiquer un peu de sa personnalité effacée sous l’uniforme. Les groupes amicaux réservent ainsi un espace intime collectif contre la « masse kaki » (Ermis) : l’appelé n’est plus un élément d’un vaste ensemble, mais un individu parmi d’autres individus. Comme le souligne Louis Pinto, l’un des rares sociologues à avoir transformé son service militaire en terrain d’enquête, les groupes d’appelés offrent à chacun de leurs membres « une certification mutuelle attestant qu’il est encore quelqu’un » (Pinto, 1975, 31). En même temps, ces stratégies permettent aux participants de groupes de bénéficier de contacts avec la vie extérieure et d’avoir accès à des pratiques et des espaces intimes : des rapports sexuels, de l’hygiène individuelle et privée, des échanges et discussions confidentiels, des moments dans un espace personnel (soit domestique soit dans une chambre d’hôtel). Alors, être membre d’une bande de conscrits permet de mieux faire face à la répression et aux interdictions relatives à l’intimité, sexuelle ou autre.

Avant d’examiner quelles sont les règles d’inclusion et d’exclusion genrées pour s’intégrer à une bande permettant de dévier et contrer le programme institutionnel, il est nécessaire de comprendre de quelle manière les participants de ces groupes bénéficient d’une intimité masculine collective.

Des bandes d’appelés : de l’intimité individuelle à l’intimité collective 

21Même si l’intimité sexuelle et ses expressions sont régulées par la hiérarchie militaire, directement (avec l’interdiction de pratiques) ou indirectement (avec des annulations de sorties et de permissions), les résistances permettent qu’elles continuent de constituer une affaire intime, cette fois non individuelle mais collective, que l’armée ne peut pas entièrement « contrôler ». Il s’agit d’une intimité par rapport à l’institution militaire, donnant accès notamment à une sexualisation collective. On distingue deux types d’activités d’intimité sexuelle partagée : les actes, soit des opérations pratiques de la sexualité, et les activités discursives, soit la mise en parole de la sexualité entre appelés.

22Au sein des casernes ou en dehors de celles-ci, les jeunes hommes sous les drapeaux partagent des expériences d’ordre sexuel. Les récits de Michalis constituent les plus significatifs de tous les entretiens évoquant ces pratiques de sociabilité « en ligne ».

  • 14 Un site Internet qui connecte des usager·ère·s entre eux/elles de manière aléatoire. Il fonctionne (...)

Michalis : Ah ! Oui ! Est-ce que je t’ai parlé du chat roulette14 ?
Enquêtrice : Dis-moi.
M. : Les appelés se réunissaient et ils faisaient du chat roulette. Et bon, ils abordaient des nanas et leur disaient « montre-nous tes seins, nous sommes des conscrits », et c’est bizarre, mais, des filles inconnues, elles étaient drôles, elles rigolaient, elles draguaient, et je ne me souviens pas si elles ont montré quelque chose, mais c’était un truc collectif, quoi. Cinq, six ou plus de gens mêlés dans cette affaire (il allume sa cigarette). Bon, après, on n’a pas d’espace privé pour se masturber, donc c’est quelque chose qu’on oublie.

Ces rencontres virtuelles constituent un contact exceptionnel avec le monde civil et les femmes durant le séjour dans les casernes.

23En dehors du périmètre de la caserne, les mêmes groupes entreprennent des activités plus concrètes et plus libérées. Les sorties s’effectuent en groupe et comprennent des dragues collectives et des visites à des maisons de prostituées. En ce qui concerne les premières, l’appelé Michalis m’a parlé des tentatives de séduction en bande.

Est-ce que je t’avais parlé de la serveuse ? Il y avait une serveuse, nous sortions dans ce bar et la serveuse, c’était juste une fillette […] elle les draguait aussi. Il y avait donc un bar où ils allaient tous pour draguer la serveuse […] et elle répondait, elle demandait comment ça va et tout, comme si c’était une partie de son boulot de nous divertir, elle était comme une call girl.

24De mon expérience de terrain, j’ai observé ces stratégies de drague collective à plusieurs reprises : des bandes d’appelés qui sifflaient les passantes, des dragues collectives dans les boîtes de nuit lors des sorties des appelés où les jeunes hommes « regardaient autour d’eux pour repérer et commenter les “belles filles” » (extraits de carnet de terrain, novembre 2012), des conscrits se retournant au passage d’une femme vêtue d’un short (août 2014), des demandes de relations massives sur les réseaux sociaux à ma collègue Anna de l’hôpital militaire psychiatrique situé dans une caserne (septembre 2014).

25Si ces pratiques de drague n’aboutissent pas à un rapport sexuel, les rencontres avec leurs copines, grâce à la réorganisation du programme entre co-appelés, ou les visites aux maisons de prostitution le permettent. Ces dernières apparaissent souvent dans les discussions entre les appelés. Au cours des sorties, des conscrits vont ensemble dans une maison close et attendent leur tour dans le couloir.

Je sais que plein de mes copains sont allés aux maisons de prostitution, ils y allaient tous ensemble. C’est-à-dire, cinq ou six personnes à leurs sorties de la caserne allaient aux bordels, etc., ça existait, je le sais. Je sais aussi que même des gens qui n’y allaient pas dans leur vie normale allaient aux bordels avec les autres, des gens qui n’y sont jamais allés de leur vie, ils y allaient car il y avait cette ambiance (Michalis).

26De cette façon, les bandes de co-appelés offrent un certain pouvoir d’agir et une occasion pour se sentir sexuellement actif, malgré les conditions défavorables. Les sorties donnent aux bandes de copains l’occasion d’accéder tous ensemble aux pratiques sexuelles. Michalis me l’explique ainsi : « C’est une façon de se socialiser avec les autres hommes. » Même si ces pratiques n’aboutissent pas toujours à un rapport sexuel et que le plaisir n’atteint pas toujours l’orgasme, elles désignent des espaces de « socialisation de proximité ancrée dans un territoire donné » (Gourarier, 2017, 138) en vue de la possibilité d’avoir accès au plaisir sexuel : ici la bande devient le territoire d’entre-soi masculin.

27Ces activités en dehors de l’armée servent également à alimenter l’imagination collective et les discours au contenu sexuel au sein de la caserne. Les appelés interviewés, tous hétérosexuels, parlent de leur corps et de leurs performances sexuelles (avant la caserne ou des rapports qui ont lieu durant leur sortie), du corps de leur copine, du corps d’autres appelés, du corps des femmes militaires de carrière, de films pornographiques, de fantasmes et d’histoires sexuelles antérieures. Les conscrits parlent souvent de leurs performances sexuelles et de leurs histoires d’amour d’un point de vue pornographique. Ils ne cessent de décrire leurs rapports sexuels avec leurs partenaires, de nouvelles rencontres ou des expériences de prostitution de façon détaillée. L’appelé Alexis se souvient :

Mon meilleur ami avait une relation pendant cette période. Chaque fois qu’il rentrait [à la caserne] il me donnait tous les détails de ses rapports. Où, comment, quand, combien de fois. Des détails... [...] Il ne s’arrêtait pas [...] Oui, il discutait de ça avec les autres.

Ces mêmes « histoires » s’accompagnent de gestes mimant les pratiques sexuelles (positions, gestes, sons) comme une « performance » devant un public de camarades qui rient, qui font des commentaires ou des plaisanteries, qui les félicitent ou les mettent en doute.

  • 15 Il s’agit d’une cérémonie organisée par l’armée et conduite par des prêtres militaires qui a lieu e (...)

28Les discours sont aussi alimentés par la vie quotidienne militaire. Les enrôlés se racontent souvent des « histoires » de petites victoires contre l’interdiction des rapports sexuels dans le camp. « Ce mec avait baisé sa copine dans les douches », me dit un ami conscrit alors que je lui rends visite lors de la cérémonie de serment15. À ma question de savoir comment il l’avait appris, la réponse fut plutôt vague : « Bah, nous l’avons su. » Que cette information soit vraie ou fausse, l’existence de tels récits reflète l’importance de la mise en discours et de la mise en scène de la sexualité à travers les histoires racontées entre appelés. Au cours de mon stage, ce sont aussi des rumeurs à propos de la vie amoureuse du directeur qui circulaient entre les appelés du service sanitaire affectés à l’hôpital et ceux du camp.

[…] Théodoris [appelé du groupe de prévention psychosociale] m’a expliqué que le directeur de l’hôpital « a une relation extraconjugale avec une femme beaucoup plus jeune que lui, qui habite près du camp et que c’était pour cette raison qu’il arrivera en retard ». Philippos ajoute « que toute la caserne le sait, tout le monde en parle, il passe par chez elle en allant de chez lui à l’hôpital » (extrait du carnet de terrain, 25/08/2014).

29L’authenticité de cette information ne peut pas être vérifiée et elle n’est pas d’une importance majeure. Toutefois, la vive ardeur avec laquelle toute la caserne parlait de la vie amoureuse du directeur s’inscrit dans ces pratiques de résistance collective pour la création d’un espace social d’intimité collective mises en place par les bandes.

  • 16 Du fait de l’acceptation récente des femmes dans l’institution, au début des années 2000, au poste (...)

30Les enrôlés parlent aussi des femmes au cœur de l’institution elle-même, à savoir les officières et sous-officières16. Dans les récits de conscrits, elles sont supposées participer à des parties de débauche sexuelle avec des soldats et des sergents, draguer les conscrits et les séduire. Les officières, qui représentent le genre féminin dans la caserne, « attirent les regards » et de nombreux appelés décrivent des scènes durant lesquelles une officière marche et des soldats admirent ses « courbes ». « Deux jours après mon séjour au camp, j’ai reçu une vidéo. Une vidéo qui circulait sur tous les portables des soldats. Une sous-officière avec deux soldats », raconte l’appelé Stamatis. « Assoiffés » de « scandales » et de « baise » (Kostas, appelé), les conscrits enrichissent leur vie quotidienne en créant des sujets de discussion collective fondés sur des histoires au contenu sexuel. Les enrôlés parlent ouvertement entre eux de leurs capacités sexuelles, ainsi que de leur propre sexe, de sa dimension, de son pouvoir de pénétrer et d’offrir du plaisir, et bien évidemment des femmes :

Dans l’armée nous ne parlons que de seins et de fesses... Pourquoi ? Bah, parce que ! Parce que c’est naturel. Ils sont jolis, ils sont beaux, de quoi d’autre parler ? D’abord, nous sommes en manque et ensuite ça fait penser à l’avenir, je veux dire, notre sortie, notre liberté (Kiriakos, appelé).

  • 17 Cet extrait est particulièrement intéressant, car le nous auquel se réfère l’appelé m’inclut égalem (...)

31Parler de l’amour et des pratiques sexuelles au sein des bandes permet de créer une solidarité entre leurs membres sur la base de leur humanité et de leurs besoins physiques : « Nous sommes enfermés ici, nous voulons tous les deux baiser17, donc, nous entrons en conversation et en nous occupant de… [phrase incomplète] c’est comme si on avait un intérêt commun, comme si on jouait aux échecs, disons », dit Michalis.

  • 18 Phrase mobilisée par tous les interviewés.
  • 19 Expression inspirée du titre du chapitre d’ouvrage d’Anne-Marie Devreux « Être du bon côté ».

32Les activités de contenu sexuel menées par des jeunes ont une fonction correctrice : elles permettent de reconquérir des formes de légitimité virile effacées dans le cadre du service militaire. La masculinisation des jeunes par le passage sous les drapeaux s’effectue par un processus ambivalent. Même si le service militaire vise à transformer les « enfants » en « vrais hommes »18 par le programme militaire, l’entraînement et le maniement des armes, cet apprentissage est marqué par un paradoxe : les appelés deviennent des hommes, mais en passant par une place de dominés, une place associée aux femmes dans le monde civil (Devreux, 1992). Les ordres, la discipline et la soumission, combinés à des tâches rappelant significativement des travaux domestiques, renforcent encore davantage ce sentiment d’être du mauvais côté19 (Drongiti, 2019). Les interviewés ont acquis des expériences diverses avant d’entrer dans l’armée, comme l’explique Michel Bozon à Marc Bessin au cours d’un entretien, ils ont déjà vécu « les rites de passage aux premières fois » (2002a, 30) : ils ont eu des expériences professionnelles, ils ont voyagé seuls à l’étranger et dans le pays, ils ont eu des rapports sexuels et ont parfois déjà vécu en couple stable. Ils ont fait des études, ont participé à des organisations politiques, certains ont vécu dans une résidence indépendante de leurs parents. Ils deviennent, alors, des hommes « vrais », sans être nécessairement passés par l’armée. Ainsi, les appelés grecs ayant vécu une position de dominant dans leur vie civile antérieure au service subissent une réduction de leur statut masculin au sein des casernes, en passant par une place de dominé : sous les ordres des militaires de carrière qui peuvent exercer sur eux un certain pouvoir.

33Les bandes permettent alors d’offrir un espace d’échanges fondé sur la puissance virile de chacun dans un univers où les appelés subissent un « amoindrissement de leur masculinité » (Drongiti, 2019, 509). Faire partie d’un groupe où l’on peut parler de ses pratiques sexuelles, présentes ou antérieures, et de sa vigueur sexuelle ajoute de la valeur à la virilité du conscrit, surtout aux yeux de ses homologues (Bessin, 2002b). La sociabilité fonctionne ainsi comme un remède contre la force contraignante de la vie militaire sur son individualité et son intimité, une lutte contre sa frustration sexuelle et affective. Les amis de chambrée se font un espace privé collectif (Larmet 2002, 96) entre eux où ils peuvent bénéficier d’une intimité collective.

34Les discussions à contenu sexuel, la consommation d’alcool, les pratiques de drague en groupe, le recours collectif à la sexualité commerciale, les chats roulettes et les vidéos à contenu pornographique permettent aux enrôlés d’attester leur virilité exclusivement hétérosexuelle dans un espace social non mixte tout en désignant également des formes de liberté dont les conscrits sont privés dans la caserne (liberté sexuelle, liberté d’expression, autonomie, gestion individuelle de son temps, etc.). Le rôle sous-jacent des activités de bande est multiple : elles corrigent la virilité amoindrie en faisant preuve d’une virilité irréprochable, elles attestent « de manière irréfutable l’hétérosexualité » (Avarguez et Harlé, 2015, 142) tout en instaurant un espace de « camaraderie hétéromasculine » (Vörös, 2020, 66).

35Toutefois, la proximité corporelle extrême dans cet espace non mixte désigne une véritable menace pour l’identité masculine. Au cours des entretiens, les interviewés cherchent à justifier le manque d’excitation sexuelle dans les casernes. « Le système biologique ne fonctionne pas à cause de conditions », dit Prodromos, « tu n’as pas envie tout court », dit Philippos. La diminution de ces pulsions s’explique soit par des conditions de vie inconfortables soit par l’absence de femmes et par conséquent par la présence des hommes (« ici c’est un champ de bites », Giannis). Ces justifications des « pannes sexuelles » (Dulong, Neveu et Guionnet, 2012, 20) semblent être indispensables pour écarter tout soupçon d’un désir aveugle et incontrôlable, tel qu’il est décrit pour un « vrai » homme, qui amènerait (fatalement puisque c’est un besoin naturel [Bajos et Bozon, 2008] fort) à une érection permanente ou à des rapports (voire des débauches) sexuels avec une personne du même sexe. Les bandes, ces refuges de la virilité menacée par l’ordre institutionnel, peuvent être possiblement porteuses elles-mêmes d’un danger de désir homosexuel ou au moins homoérotique.

36L’intimité sexuelle collective prend des « formes ambiguës de rapports corporels » (Coton, 2009, 202), par les attouchements, l’exposition du corps continue, la proximité physique, les discours sur les aspects intimes du corps, et des formes d’hétérosexualité affirmée, grâce aux activités marquées par une forte sexualisation (Cohn, 1997). Les liens développés entre les hommes prennent aussi des formes d’amitié à la fois masculines et féminines. D’un côté, les jeunes hommes sont associés par des liens comme la fraternité, la cohésion, la loyauté, la camaraderie. Ils mettent en place des activités dites masculines, comme les pratiques de séduction en groupe, les sorties, les beuveries, les tags sur les murs de la caserne. De l’autre côté, ils basent leurs rapports sur la communication, le potin, le bavardage, les émotions (Gourarier, 2017 ; Walker et Armengaud, 2011), ils sont plus tactiles et plus intimes. Ils s’engagent dans des pratiques de communication plus émotionnelles associées plutôt aux caractéristiques féminines (Giddens, 1992).

37Les limites genrées et hétéronormatives au sein des bandes sont largement brisées. Ces bandes promettent une intimité collective virile, mais elles portent le risque de « féminiser » leurs membres et de les laisser pencher du côté du féminin (Devreux, 1997). En même temps qu’il est crucial et nécessaire pour les appelés de se réunir dans des groupes d’amis pour faire face à l’emprise institutionnelle sur tous les aspects de leur vie privée, ils doivent faire très attention à ne pas « trop » se rapprocher, veillant à ne pas déclencher le désir homosexuel et à ne pas s’écarter de la norme sociale de l’hétéronormativité (Mellini, 2009). C’est sur cette base que la sélection de membres des groupes s’effectue.

Une camaraderie masculine sélective

38Le fait d’inclure quelqu’un dans une communauté fermée de conscrits ou de l’en exclure s’appuie sur des critères sexués. L’accès aux bandes n’est permis qu’à ceux qui font preuve d’une sexualité hétéronormative et d’une virilité manifeste. C’est selon ses attributs de la « virilité guerrière » (Coton, 2009, 196) qu’un appelé se fait accepter dans un groupe : la force physique, le courage, la capacité sportive, la puissance musculaire, la détermination, la résolution, l’énergie et le caractère mordant (Falconnet et Lefaucher, 1975).

  • 20 Mot utilisé par plusieurs interviewés, tant par les militaires de carrière que par les appelés, pou (...)

39Les appelés homosexuels, ceux jugés comme trop féminins, ou des appelés qui rencontrent des difficultés à s’adapter à la vie de caserne ne sont pas éligibles à la fraternité virile. Les enrôlés en surpoids, ceux qui ont des difficultés à exécuter les exercices physiques lors de l’entraînement, dont les performances médiocres risquent de causer une sanction collective, demeurent également en dehors des bandes. Envers les appelés dont le profil s’écarte de la norme virile et hétéronormative, les bandes organisent des farces, des brimades et des actions d’exclusion. Plus que d’être exclu du cercle, ne pas faire partie des bandes pour un appelé signifie être une cible potentielle de violences. Les membres de bandes accusent les appelés « faibles20 » de manque d’aptitudes militaires, ils se moquent d’eux, ils leur donnent des surnoms dégradants, ils les isolent. Des attaques se font indirectement sur des sujets plus généraux, par exemple à propos des gardes ou des tâches à accomplir et des bagarres explosent sur des prétextes liés au service et qui sont suscitées par l’homosexualité d’une des personnes concernées. Ainsi, la cohabitation harmonieuse et les bonnes relations entre membres se basent sur une complicité contre des « ennemis » communs, sur une base de distinction entre « eux » et « nous ». Michalis transmet son expérience :

Oui […] Je me rappelle, à la caserne nous avons eu un gay qui ne le disait pas, bien évidemment, il était un peu comme ça et d’une façon ça se voyait ou ils [les coappelés] avaient cette impression et après, par un copain à lui, j’ai appris qu’il était vraiment gay [cette fois il baisse la voix pour dire « gay »]. Et, bon, les gars, ils le savaient, tu sais, depuis le début ils le traitaient de « pédé » et encore de « pédé » et en plus d’« enculé » et [racontaient] des histoires sur ce qu’il faisait quand il sortait.

40Il s’agit d’une exclusion genrée instaurée, visant à la fois à rassurer les membres du groupe comme étant les porteurs de la bonne virilité et à écarter ceux qui ne semblent pas être dans le périmètre de l’ordre hétérosexuel. Grâce à ces pratiques « de l’ostracisme à l’insulte, du harcèlement à la violence physique » (Clair, 2012, 70), les membres de bandes font preuve d’un dégoût homoérotique et éliminent le risque d’une contamination homosexuelle par les conditions de vie de proximité. Cette répulsion est manifestée tout d’abord par les justifications de manque de désir durant la période de la conscription et elle est scellée par les barrières symboliques et matérielles excluant tous les appelés soupçonnés de transgresser la norme de l’identité masculine conventionnelle (Dupuis-Déri, 2012, 84).

41Si le processus de socialisation genrée que constitue le service militaire (Bessin, 1993 ; Devreux, 1997 ; Selek, 2014) passe par les violences physiques et psychologiques telles que les brimades et les sanctions, formant un apprentissage « par claques » (Zolesio, 2013) qui a pour but une intériorisation rapide et efficace des hiérarchies militaires par les conscrits, aux marges de l’institution, ces derniers reproduisent cette violence sur leurs coappelés jugés insuffisamment virils. La virilisation des jeunes ne s’opère donc pas exclusivement à travers l’exercice du pouvoir des militaires de carrière sur les appelés. Au contraire, elle se concrétise dans les marges de manœuvre régulées par l’institution, les « marges de tolérance » comme les nomme Gwenaël Larmet (2002, 95), dans les résistances quotidiennes collectives qui prennent une forme de victoire contre l’autorité militaire et la restriction de l’espace à soi. L’exclusion de ceux qui sont pensés comme n’étant pas assez virils peut être vue comme le premier acte de la nouvelle position dominante, la première mise en œuvre de cette masculinité adulte, mature et virile.

Présentation des interviewés

Prénom

Âge au moment du service

Orientation sexuelle

Études

Année de réalisation du service

Michalis

28

hétérosexuel

Master

2011

Ermis

26

hétérosexuel

Master

2007

Kiriakos

22

hétérosexuel

Diplôme technique

2011

Spyros

27

hétérosexuel

BAC

2014

Giannis

24

hétérosexuel

Licence

2012

Alexis

23

hétérosexuel

Étudiant

2010

Vaggelis

24

hétérosexuel

Master

2011

Kostas

23

hétérosexuel

Licence

2012

Philippos

28

hétérosexuel

Master

2014

Prodromos

28

Non prononcé

Licence

2014

Periklis

50

Hétérosexuel, divorcé

Sous-officier retraité

-

Encadré méthodologique
Ma recherche doctorale porte sur le suicide des conscrits grecs. J’étudie les morts volontaires comme un « fait social », regardé au prisme des institutions totalitaires et de l’ordre sexué. Pour aller au-delà des discours institutionnels tendant à minimiser le phénomène, pour briser le tabou qui couvre les suicides des jeunes sous les drapeaux et pour dépasser l’obstacle d’inaccessibilité aux protagonistes de cette recherche morts, j’ai créé une mosaïque méthodologique composée de méthodes qualitatives et quantitatives. Les matériaux mobilisés pour cet article proviennent des données recueillies principalement pour mon travail de thèse, par des entretiens effectués avec des appelés et des militaires de carrière et par des enquêtes de terrain.
Afin de comprendre les conditions matérielles et symboliques du service militaire, mon guide d’entretien a été conçu pour poser des questions sur les rapports à la vie civile et sur les pratiques des appelés pour maintenir les liens avec leurs proches. Ainsi, les interviewés me parlaient de leurs sorties et leurs activités en dehors des casernes, individuelles ou collectives, des difficultés de se synchroniser avec le monde civil ainsi que de leur couple et de leurs stratégies pour voir leur copine. Une autre partie du guide d’entretien étant focalisée sur les tâches à effectuer au sein des casernes, les interviewés mentionnaient très souvent l’ennui et le manque de sens de l’expérience sous les drapeaux. Ils expliquaient de quelle manière ils réussissaient à ne pas s’ennuyer : grâce à ces bandes d’appelés ils déclaraient profiter de moments agréables, drôles et amusants durant le service. Des questions similaires ont été posées aux militaires de carrière à propos des appelés sous leur responsabilité. Ces données ont été complétées par des matériaux provenant de l’observation participante dans le service psychiatrique d’un hôpital militaire et des enquêtes de terrain dans trois îles de la région frontalière. À l’occasion des entretiens avec des professionnel·le·s et des conscrits dans les îles, j’ai participé à quelques sorties avec ces derniers. Des amis ou des collègues qui effectuaient leur service dans cet endroit à l’occasion de mon séjour sur l’île m’invitaient à sortir avec eux ou à rejoindre les soirées festives entre appelés.
Un autre corpus de données provient des questions posées sur le suicide : le discours institutionnel officiel sur les appelés suicidés et suicidaires justifie le passage à l’acte par une rupture amoureuse. Ayant la volonté d’explorer davantage cette piste et de détecter les facteurs sociaux du suicide des enrôlés, une partie des questions fut consacrée aux liens potentiels entre des événements autour du couple de l’appelé et son suicide ou sa tentative. De cette façon, les conscrits et les professionnel·le·s ont partagé avec moi des éléments relatifs à la vie intime des suicidés ou des suicidaires et éventuellement d’eux-mêmes dans le cas des appelés. Au sein de la clinique psychiatrique, j’ai suivi les activités de l’équipe de prévention psychosociale chargée de prendre en charge les appelés suicidaires : j’ai participé à 20 entretiens médicaux avec des conscrits, ce qui m’a permis d’accéder à des informations relatives aux conditions du service (sorties, lien avec la vie civile, relation intime, etc.). Dans la préparation du guide d’entretien et mes lectures exploratoires, j’ai accordé une place particulière à la question de la sexualité, des pratiques sexuelles et des relations amoureuses pendant le service. Au moment des entretiens, aborder le sujet n’a pas été facile mais pas non plus tabou. Lors des entretiens, les premières questions étaient suivies de réponses courtes prononcées à voix basse ou en chuchotant. Pour la plupart des entretiens, j’ai dû dériver vers un autre sujet et y revenir quelques questions plus tard. J’ai parfois dû exprimer le fait que j’étais à l’aise avec les « mots crus » ou les descriptions détaillées, soit en disant « j’ai beaucoup d’amis hommes, dis-moi, je suis habituée », soit en prononçant le mot qui restait non dit, par exemple le mot « masturbation ». Face à mon positionnement, les interviewés s’ouvraient et se permettaient de parler en mobilisant un langage plus familier. Paradoxalement, les mêmes difficultés pour les faire parler ont concerné l’état et l’usage des toilettes et des douches. En particulier, le sujet des excréments et des pratiques d’hygiène a exigé la même stratégie. Je formule l’hypothèse que les interlocuteurs, face à une jeune femme qui vient du monde universitaire, mobilisent les représentations qu’ils se font de ce monde. D’un côté, il leur semble irrespectueux de développer, dans ce cadre, des détails dégoûtants et répugnants. D’un autre côté, il leur semble qu’une jeune femme avec un tel profil social, issue de la sphère académique, ne peut pas comprendre les besoins physiques et sexuels des hommes dans l’armée. Plus généralement, les conditions de cette recherche, menée par une femme sociologue, étudiant à Paris, auprès d’hommes, appelés et militaires, mettent en évidence nombre de représentations des hommes et des femmes dans la société grecque contemporaine et éclairent les rapports sociaux de sexe et la hiérarchie sociale entre ces deux groupes sexués.

Conclusion

42La bande de copains désigne une instance de socialisation et un espace social central où les appelés peuvent reconquérir des formes de légitimité virile perdues au sein des casernes. Les conditions du service militaire écrasant toutes les dimensions de leur intimité, les bandes donnent la possibilité à leurs membres de bénéficier d’une intimité sexuelle collective grâce à des activités inscrites dans la norme virile commune. Agissant aux marges de l’institution, les bandes d’appelés offrent un certain confort collectif, social et intime sur la base d’une complicité masculine hétérosexuelle permettant aux conscrits de rectifier même temporairement la diminution de leur masculinité qu’ils subissent durant le service sous les drapeaux. Faire partie d’une bande joue un rôle d’affirmation d’une virilité vécue et performée, une virilité débridée, garantissant que les jeunes hommes sont du bon côté, du côté hétéronormatif. Pourtant, vivre dans cette société non mixte (la seule dont les conscrits aient fait l’expérience depuis leur naissance), la promiscuité de la vie militaire, la proximité corporelle et les liens sociaux très forts engendrent le danger de pencher vers l’homoérotisme. Les choses dites viriles ne suffisent pas pour protéger les appelés de ce danger. L’orientation sexuelle ou la conformité des corps aux modèles de la virilité masculine dominante justifie l’inclusion ou l’exclusion de certains appelés. Ainsi, la purification hétérovirile se concrétise par l’exclusion de ceux qui ne sont pas hétérosexuels ou qui ne semblent pas suivre les codes de la masculinité traditionnelle. De ce point de vue, la bande de copains n’est pas une bande de conscrits : c’est une bande de « gars », qui doivent avant tout se donner à voir comme des hommes, hétérosexuels, porteurs de caractéristiques physiques susceptibles de les dessiner comme des candidats pertinents au travail de virilisation engagé par l’institution. La collectivisation de la question sexuelle par les communautés des appelés ne rentre donc pas en opposition avec le programme institutionnel de virilisation porté par l’institution. Ces conscrits participent en réalité, dans leur entre-soi en apparence contestataire, à reproduire les attendus et les hiérarchies associés à la définition hétéronormative de la sexualité et de la masculinité dominante.

Haut de page

Bibliographie

AUVRAY Michel, L’âge des casernes. Histoires et mythes du service militaire, La Tour-d’Aigues, éditions de l’Aube, 1998.

AVARGUEZ Sophie, HARLÉ Aude, « Les clubs de prostitution catalans : une instance de socialisation masculine », Terrains & travaux, 2, 27, 2015, pp. 133-145.

BADARÓ Máximo, « L’armée de terre argentine à l’épreuve du genre », Cahiers du genre, 1, 48, 2010, pp. 59‑79.

BAJOS Nathalie, BOZON Michel, Enquête sur la sexualité en France : pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte, 2008.

BESSIN Marc, « Cours de vie et flexibilité temporelle. La crise des seuils d’âge : service militaire, majorité juridique », thèse de sociologie, sous la direction de Pierre Lantz, Paris, université Paris VIII, 1993.

BESSIN Marc, « Fêtes et rituels de conscrits. Entretien avec Michel Bozon », in BESSIN Marc (dir.), Autopsie du service militaire 1965-2001, Paris, Autrement, 2002a, pp. 28‑35.

BESSIN Marc, « Le couple à l’épreuve de la caserne », in BESSIN Marc (dir.), Autopsie du service militaire 1965-2001, Paris, Autrement, 2002b, pp. 60‑65.

BESSIN Marc, « Le recours au rite : l’exemple du service militaire », Agora débats/jeunesses, 1, 28, 2002c, pp. 34‑45.

BILLEMONT Hubert, « La caserne : une institution totale », mémoire de master en sociologie, sous la direction de Charles Suaud, Nantes, Université de Nantes, 1995.

BOZON Michel, « Apprivoiser le hasard : La conscription au xixe siècle », Ethnologie française, 2/3, 17, 1987, pp. 291‑301.

CASTEL Robert, « Institutions totales et configurations ponctuelles », in CASTEL Robert, COSNIER Jacques, JOSEPH Isaac, Le parler frais d’Erving Goffman, Paris, Les éditions de Minuit, 1989, pp. 31‑43.

COHN Carol, « Gays in the military: Texts and Subtexts », in ZALEWSKI Marysia, PARPART Jane, The ‘Man Question’ in International Relations, Boulder, Westview Press, pp. 129–149.

CLAIR Isabelle, « Le pédé, la pute et l’ordre hétérosexuel », Agora débats/jeunesses, 1, 60, 2012, pp. 67-78.

COTON Christel, « La virilité guerrière en question. Les officiers face à un paradoxe de l’excellence », Sextant, 27, 2009, pp. 195‑206.

DEVREUX Anne-Marie, « Être du bon côté », in WELZER-LANG Daniel, FILIOD Jean-Paul, Des hommes et du masculin, Lyon, BIEF – Presses universitaires de Lyon, 1992, pp. 147‑164.

DEVREUX Anne-Marie, « Des appelés, des armes et des femmes : l’apprentissage de la domination masculine à l’armée », Nouvelles questions féministes, 3/4, 18, 1997, pp. 49‑78.

DEVREUX Anne-Marie, « Du balai au fusil, l’apprentissage de la domination masculine à l’armée », in BESSIN Marc, Autopsie du service militaire 1965-2001, Paris, Autrement, 2002, pp. 117‑123.

DRONGITI Angeliki, « Les suicides d’appelés dans l’armée de terre grecque : étude d’un fait social au prisme des institutions totalitaires et de l’ordre sexué », thèse de sociologie, sous la direction d’Anne-Marie Devreux, Saint-Denis, université Paris 8, 2019.

DUPUIS-DÉRI Francis, « Le discours des “coûts” et de la “crise” de la masculinité et le contre-mouvement masculiniste », in DULONG Delphine, NEVEU Érik, GUIONNET Christine, Boys don’t Cry!  Les coûts de la domination masculine, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, pp. 59‑89.

FALCONNET George, LEFAUCHER Nadine, La fabrication des mâles, Paris, Seuil, 1975.

FREVERT Ute, « L’armée, école de la masculinité », Travail, genre et sociétés, 3, 1, 2001, pp. 45‑66.

GODELIER Maurice, La production des Grands Hommes, Paris, éditions Fayard, 1982.

GOFFMAN Erving, Asiles. Étude sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Les éditions de Minuit, 1968.

GOFFMAN Erving, La mise en scène de la vie quotidienne - 2. Les relations en public, Paris, Les éditions de Minuit, 1996.

GOURARIER Mélanie, Alpha mâle. Séduire les femmes pour s’apprécier entre hommes, Paris, Seuil, 2017.

KAFFES Georgios, Εισαγωγή στην στρατιωτική κοινωνιολογία [Introduction à la sociologie militaire], Athènes, éditions Papazissis, 2005.

KAYA Sümbül, « “De l’illégalité à la légitimation : la socialisation à la violence des conscrits de l’armée turque », Déviance et société, 4, 37, 2013, pp. 509‑531.

LARMET Gwenaël, « Les camarades de régiment. Confiance et sociabilité de chambrée », in BESSIN Marc (dir.), Autopsie du service militaire 1965-2001, Paris, Autrement, 2002, pp. 92‑101.

LEROUX Yann, « Un service militaire, pour quoi faire ? L’exemple des appelés de la caserne Mellinet à Nantes », mémoire de master en sociologie, sous la direction de Jacky Réault, Nantes, université de Nantes, 1993.

MELLINI Laura, « Entre normalisation et hétéronormativité : la construction de l’identité homosexuelle », Déviance et société, 1, 33, 2009, pp. 3-26.

PAUGAM Serge, Le lien social, Paris, Presses universitaires de France, 2009.

PINTO Louis, « L’armée, le contingent et les classes sociales », Actes de la recherche en sciences sociales, 3, 1, 1975, pp. 18‑40.

RICORDEAU Gwenola, « 6. La liberté devant soi », in Les détenus et leurs proches. Solidarités et sentiments à l’ombre des murs, Paris, Autrement, 2008, pp. 165‑197.

ROYNETTE Odile, « L’uniforme militaire au xixe siècle : une fabrique du masculin », Clio. Femmes, genre, histoire, 36 (décembre), 2012, pp. 109‑128.

SELEK Pinar, Service militaire en Turquie et construction de la classe de sexe dominante : devenir homme en rampant, Paris, L’Harmattan, 2014.

TEBOUL Jeanne, Corps combattant. La production du soldat, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017.

THURA Mathias, « “Dépêchez-vous d’attendre !” Travail militaire et socialisation au combat », Terrain. Anthropologie & sciences humaines, 63 (septembre), 2014, pp. 54‑71.

VÖRÖS Florian, Désirer comme un homme. Enquête sur les fantasmes et les masculinités, Paris, La Découverte, 2020.

WALKER Karen, ARMENGAUD Françoise, « Les hommes, les femmes et l’amitié : ce que ils et elles disent, ce que ils et elles font », Nouvelles questions féministes, 2, 30, 2011, pp. 34-54.

Haut de page

Notes

1 La durée du service militaire se modifie en fonction du contexte sociopolitique du pays. Depuis les années 1990, en vue de la professionnalisation des armées, le temps de service diminue progressivement, de vingt-quatre à douze mois entre 2000 et 2008. Entre 2009 et 2021, la durée se fixe à neuf mois. Le 21 janvier 2012, le conseil gouvernemental des Affaires étrangères et de la Défense a décidé l’augmentation du temps de service à douze mois à partir de mai 2021. Ceux qui ne peuvent pas temporairement accomplir cette obligation, pour des raisons de santé mentale ou physique, d’études universitaires toujours en cours ou de problèmes familiaux, bénéficient d’un sursis en fonction de la gravité de leur problème. Par exemple, pour les études de diplôme universitaire dont la durée est de quatre ans, les jeunes hommes bénéficient d’un sursis de cinq ans. Ils seront à nouveau convoqués à l’enrôlement à la fin du sursis : cela explique le grand décalage d’âge entre les conscrits.

2 L’expression anglaise « total institution » a été traduite par « institution totalitaire » lors des premières éditions de l’ouvrage en français, et par « institution totale » dans les éditions ultérieures. La seconde traduction est la plus répandue dans les travaux de sociologues contemporain·e·s. Il me semble que la première version est plus proche de la connotation de l’expression en anglais puisqu’elle révèle la dynamique d’une institution consistant à « englober ou prétendre englober la totalité des éléments d’un ensemble donné », « Totalitaire », in Dictionnaire Le Petit Robert de la langue française, 2012.

3 Je tiens à remercier Marie Arbelot, responsable de la bibliothèque Frédéric-Mollé du département de sociologie de Nantes, grâce à laquelle j’ai pris connaissance de ces travaux.

4 Seules les casernes, les prisons et les écoles ecclésiastiques pour former les prêtres orthodoxes désignent des espaces non mixtes dans la société grecque.

5 Tous les prénoms sont fictifs afin de protéger l’anonymat des interviewés. Pour la même raison, je préserve les informations concernant les lieux d’enquêtes de terrain en mentionnant exclusivement des caractéristiques servant l’économie du texte (région frontalière, une île ou en Grèce continentale, etc.).

6 Il s’agit de documents administratifs relatifs à la conscription et d’une pièce d’identité militaire portant des informations dont le numéro d’appelé. Le dernier jour du service, les appelés déposent ces pièces militaires et récupèrent leurs documents civils.

7 Alors que l’usage du téléphone et de l’ordinateur portables est interdit en règle générale, il peut, selon les interviewés, être toléré par certains officiers dans certaines casernes ; lorsque ceci est le cas, les conscrits peuvent disposer d’un téléphone portable sans caméra ou d’un ordinateur portable. Au moment de l’arrivée à la caserne et suivant l’ordre du commandant de la caserne, les officiers chargés de la fouille des affaires personnelles confisquent ou non les appareils électroniques. Cette décision peut être modifiée à tout moment pendant le service militaire.

8 Pour ne pas fausser les représentations, je n’adopte pas un langage inclusif. Il y a certes des femmes professionnelles dans l’armée de terre grecque, mais je ne féminise que lorsque je suis sûre de la présence et de la participation de femmes dans un groupe. Mon objectif est de ne pas inclure les femmes dans la catégorie des hommes en leur attribuant ainsi des rôles, des postures et des responsabilités qu’elles ne prennent pas ou ne peuvent pas prendre du fait de leur marginalité dans l’institution.

9 Il s’agit d’épreuves physiques avec ou sans arme (course, synchronisation dans l’exécution des entraînements, tenue de l’arme, garde-à-vous, rampe, parade), mais aussi de tâches de logistique de la caserne (garde de la chambrée, garde du camp, préparation de la nourriture, nettoyage des locaux, etc.). Tout au long de l’exécution des ordres et de la réalisation des travaux, les appelés sont également jugés sur leur vigueur et leur rapidité.

10 Les appelés sociologues, assistants sociaux, psychologues, étudiants ou diplômés, sont affectés durant leur service à ce groupe du Service sanitaire dont le rôle est de prévenir et de traiter les crises psychologiques de leurs collègues. Le « groupe de prévention psychosociale » effectue de la prévention au sein des casernes et des tournées au sein des unités de la région. Les membres du groupe assurent l’interface entre les officiers et les conscrits afin que les officiers puissent transférer les appelés souffrants dans des hôpitaux psychiatriques.

11 Ces événements sont si réguliers et si répandus durant le service qu’ils marquent l’imaginaire collectif. La musique populaire est pleine de chansons racontant la frustration d’un rendez-vous annulé ou encore faisant allusion à des rencontres aboutissant à des rapports sexuels.

12 Le centre de divertissement de l’unité joue le rôle à la fois de petit magasin d’alimentation générale et de café, où les soldats peuvent passer leur temps libre, acheter de la nourriture ou des boissons. Il est équipé d’une télévision, de tables et de chaises, parfois d’un canapé, de jeux de cartes et de backgammon.

13 Elles se différencient des « adaptations primaires » qui sont des habitudes développées dans l’institution du fait de son emprise sur les individus : ceux-ci deviennent des membres « normaux », « programmés » ou « incorporés » (Goffman, 1968, 245), se pliant et acceptant de vivre selon les règles et les modes de vie militaires.

14 Un site Internet qui connecte des usager·ère·s entre eux/elles de manière aléatoire. Il fonctionne sur la base de vidéos avec du son, permettant ainsi d’échanger avec des personnes différentes. Ici il s’agit aussi d’un cas de tolérance d’usage de téléphones portables et ordinateurs de la part du commandant de la caserne.

15 Il s’agit d’une cérémonie organisée par l’armée et conduite par des prêtres militaires qui a lieu environ quarante jours après l’entrée d’une classe. Un prêtre bénit les conscrits qui, ensuite, formant une croix avec leurs doigts, jurent de protéger la patrie, et prêtent serment sur des symboles religieux, selon le règlement intérieur. La cérémonie est ouverte aux civils et à la fin de celle-ci, les appelés peuvent quitter le camp pour quelques jours.

16 Du fait de l’acceptation récente des femmes dans l’institution, au début des années 2000, au poste de combattantes, les professionnelles sont peu nombreuses dans l’armée de terre grecque. D’abord cantonnées au statut de soldate, elles sont le plus souvent affectées aux services administratifs et sanitaires et elles représentent moins de 5 % des professionnel·le·s (Kaffes, 2005, 142).

17 Cet extrait est particulièrement intéressant, car le nous auquel se réfère l’appelé m’inclut également comme enquêtrice, même si ce pronom laisse la place à des interprétations de multiniveaux. La première personne du pluriel semble me classer comme un co-appelé, une personne concernée également par l’obligation de servir sous les drapeaux. Cette fusion des rôles peut être un élément indicatif de la réussite d’un entretien puisque l’interviewé me place parmi les collègues auxquels il s’identifiait à travers le manque commun de plaisir sexuel. Le nous est, alors, un groupe de personnes vivant sous la frustration de leur passion, c’est un nous-mêmes. En même temps, à ce moment de l’entretien, nous étions un homme hétérosexuel et une femme hétérosexuelle à mener cette discussion. Alors, ce pluriel peut se référer à nous deux en tant que personnes présentant potentiellement un intérêt réciproque pour avoir un rapport sexuel.

18 Phrase mobilisée par tous les interviewés.

19 Expression inspirée du titre du chapitre d’ouvrage d’Anne-Marie Devreux « Être du bon côté ».

20 Mot utilisé par plusieurs interviewés, tant par les militaires de carrière que par les appelés, pour désigner les personnes qui ne semblent pas pouvoir s’adapter aux rythmes et aux exigences de la vie de la caserne. Le terme est également employé pour caractériser les conscrits ayant fait une tentative de suicide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angeliki Drongiti, « À la recherche d’une intimité sexuelle. Résistance collective et camaraderie masculine des appelés dans les casernes grecques »Genre, sexualité & société [En ligne], 26 | Automne 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/gss/6910 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.6910

Haut de page

Auteur

Angeliki Drongiti

Chercheuse post-doctorante, centre de recherche Mobilités, réseaux, territoires, environnement (MRTE) – université Paris-Cergy, membre du Cresppa-CSU
adrongiti@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search