Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26DossierArticles« L’intimité, moi je la fais. » L...

Dossier
Articles

« L’intimité, moi je la fais. » L’intimité masculine incarcérée : entre intrusions contraignantes et tactiques négociées

“I make my own privacy”. Masculinities and imprisoned privacy, from constraining intrusions to negotiable tactics
Anaïs Tschanz

Résumés

Au sein d’un milieu carcéral se caractérisant par une vie en communauté permanente, l’intimité s’avère être une problématique importante et complexe. Cependant, celle-ci est bien souvent déconsidérée par la littérature, particulièrement dans le cas des hommes détenus dont le besoin d’intimité ne semble pas compatible avec la performativité de genre attendue dans un environnement où l’hypermasculinité règne. En recourant au concept de « tactique », cet article a pour objectif de comprendre les marges de manœuvre que déploient les hommes incarcérés afin de (re)construire, par la négociation quotidienne de l’espace carcéral et des objets qui le composent, une intimité qui compte. Basé sur des entretiens semi-directifs menés auprès d’hommes incarcérés au Québec, cet article montre la dialectique, entre intrusions aux origines diverses (institutionnelles et individuelles) et tactiques multiformes (individuelles ou collectives), au centre de laquelle les personnes détenues tentent de préserver leur bulle intime.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En prison, la possibilité de retrouver une intimité semble a priori compromise par l’imposition d’un espace d’enfermement partagé et par l’exposition au regard institutionnel omniprésente. Les études s’intéressant à l’intimité en prison décrivent une perte d’intimité inhérente au fonctionnement et aux modalités d’occupation des établissements pénitentiaires qui impliquent une promiscuité inéluctable et une surveillance constante (Schwartz, 1972). Dans The Society of Captives, Gresham M. Sykes (1958, 288) érige ainsi la perte d’intimité en prison en véritable « pain of imprisonment », élément constitutif de la finalité punitive de l’institution pénitentiaire. L’incarcération aurait ainsi pour conséquence une « intimité violée » (Cardon, 2002) et « exhibée » (Laé et Proth, 2002) par le regard scrutateur et permanent de l’institution qui peut tout voir, à tout moment et dans n’importe quelle situation, y compris les plus intimes. Pour autant, l’intimité n’est pas totalement exclue des murs de la prison et peut se vivre à travers ses dimensions relationnelles et sexuelles, angle d’étude privilégié par la littérature qui s’est notamment penchée sur la question de l’homosexualité en milieu carcéral (Ricordeau, 2004, 2009 ; Gaillard, 2009 ; Ricordeau et Milhaud, 2012 ; François, 2016 ; Joël, 2017), ou encore sur celle des relations familiales et des parloirs intimes (Cardon, 2002 ; Lancelevée, 2011 ; Touraut, 2015 ; Moran et Disney, 2018). Car en prison, si la frontière entre la sphère privée et la sphère publique est effectivement moins nette tant les lieux dans lesquels évoluent les personnes détenues sont indifférenciés (Bessin et Lechien, 2002), l’intimité peut se reconstruire indépendamment de la nature des espaces carcéraux, mettant en lumière des chevauchements entre public et privé (Milhaud et Moran, 2013). Dans une étude sur l’expression des émotions en prison, Ben Crewe et al. (2014) soulignent ainsi qu’une approche se basant sur une division de l’espace carcéral en fonction des domaines privé et public risque d’en négliger la complexité. Les limites de la dichotomie public-privé ont d’ailleurs été soulignées par les études féministes qui en dévoilent le caractère genré, participant à l’invisibilisation des femmes confinées à la sphère domestique et contribuant à leur exclusion du fonctionnement politique moderne (Bereni et Revillard, 2009. Le caractère genré de cette distinction érige par conséquent le féminin en sujet par excellence de la sphère privée, de l’ordre du domestique et donc de l’intimité. Bien que cette croyance soit aujourd’hui amplement critiquée par la sociologie du genre (Dulac, 2003), Sophie Cousineau (2021) rappelle que l’intimité a tendance à être plus associée aux femmes : celles-ci lui accorderaient une place importante dans leur vie quotidienne et seraient plus portées à développer une intimité relationnelle que les hommes, ce qui expliquerait notamment que l’étude de l’intimité des hommes incarcérés reste marginale. En prison, l’intimité et le dévoilement de soi seraient ainsi incompatibles avec la virilité déployée dans l’environnement d’hypermasculinité que représenterait le milieu carcéral (Jewkes, 2005 ; Ricciardelli, 2015). Martha Morey et Ben Crewe (2018) soutiennent cependant que les recherches s’intéressant aux masculinités incarcérées ont tendance à en produire un portrait exagéré, articulé autour d’attributs liés aux comportements agressifs, au machisme, à la froideur émotionnelle ou encore à l’homophobie, se focalisant dès lors sur une forme « extrême » de la masculinité des hommes détenus. Ces représentations stéréotypées des rôles de genre invitent dès lors à interroger ces préjugés en nous penchant sur l’intimité des hommes incarcérés.

2Sans entrer dans un système de comparaison qui consisterait à évaluer la valeur attribuée à l’intimité selon le genre, nous chercherons ici à déterminer ce qu’elle représente pour les hommes incarcérés. Afin de mettre en lumière la place qu’ils accordent à l’intimité, nous suggérons que celle-ci peut notamment se lire à travers les efforts mis en œuvre pour en retrouver dans un milieu qui en prive. La sociologie de la prison et la criminologie s’intéressent régulièrement aux stratégies d’adaptation déployées par les personnes incarcérées, s’inspirant des « adaptations secondaires » identifiées par Erving Goffman (1968) qui consistent à « obtenir des satisfactions interdites ou bien des satisfactions autorisées par des moyens défendus » (p. 98-99) et permettent au reclus de s’éloigner du rôle qui lui est assigné par l’institution. Si cette approche s’est montrée féconde dans la littérature scientifique, Ashley T. Rubin (2015, 2017) relève une tendance à restreindre la compréhension des stratégies d’adaptation à des actions de résistance. Afin de proposer une nouvelle entrée analytique, cet article prend appui sur le concept de « tactique » élaboré par Michel de Certeau (1990), pour qui la portée disciplinaire et le contrôle social sont surestimés face aux petites résistances issues de pratiques quotidiennes trop négligées. Apanage des personnes dépourvues de pouvoir, la tactique, microbienne, mouvante et temporelle, leur permet de tirer avantage des forces étrangères qui les entourent afin de tenter de s’émanciper de la situation de domination dans laquelle elles se trouvent et de faire vaciller, le temps d’un instant, l’ordre établi par le puissant. Cette entrée conceptuelle permet dès lors de porter un regard particulier sur l’intimité de la population masculine en détention, interrogeant notamment les mécanismes de domination et de contre-discipline qui parcourent la prison. Son intérêt réside également dans la forte dimension spatiale associée à la « tactique » qui permet de s’émanciper d’une vision restrictive de l’intimité masculine incarcérée en inscrivant cet article dans le courant de la géographie carcérale qui explore les espaces de la détention, individuels ou partagés, dans lesquels des formes d’intimité peuvent se retrouver (Moran et al., 2013 ; Milhaud et Moran, 2013 ; Jewkes et Laws, 2020). Une approche spatiale peut ainsi permettre de mettre en lumière des « espaces d’intimité » affranchis de la dichotomie public-privé, dans la même lignée des « zones d’expression des émotions » identifiées par Ben Crewe et al. (2014).

Méthodologie

  • 1 Divisé en treize provinces ou territoires, le Canada présente une structure pénitentiaire bicéphale (...)

3Cet article est tiré d’une recherche doctorale portant sur l’intimité des personnes incarcérées. Dans ce cadre, 44 entretiens semi-directifs individuels ont été réalisés en 2016 auprès de 29 hommes et 15 femmes incarcéré.e.s dans cinq prisons provinciales1 du Québec et exécutant une peine d’emprisonnement de moins de deux ans ou étant placé.e.s en détention provisoire. Afin de répondre à la question de recherche posée au début de cet article, seule l’analyse des propos recueillis auprès des hommes détenus est ici retenue. Recrutés par l’entremise du personnel de l’établissement ou par voie d’affichage dans les secteurs de détention, les hommes rencontrés étaient, au moment de la réalisation de la recherche, âgés de 22 à 65 ans pour une moyenne d’âge de 38 ans et une durée de détention moyenne de 10 mois, pour la sentence actuelle.

  • 2 Tandis que les entretiens s’ouvraient sur une discussion sur la vie en prison afin de créer un espa (...)
  • 3 L’analyse phénoménologique des entrevues a été réalisée en deux temps. La première étape consistait (...)

4À travers le choix de l’entretien comme outil qualitatif de collecte de données, l’objectif était de créer un espace de confidence au sein duquel les personnes rencontrées se sentiraient à l’aise de s’exprimer sur un sujet aussi sensible et subjectif que celui de l’intimité. Pour cela, le choix s’est porté sur une approche phénoménologique qui a guidé aussi bien les échanges2 que les analyses3 : celle-ci impose au chercheur d’adopter une attitude de réduction phénoménologique (ou épochè) consistant à mettre entre parenthèses les savoirs acquis ou préexistants afin d’accéder à l’essence du phénomène étudié. Cette posture permet ainsi de mettre en lumière le phénomène tel qu’il est perçu par un individu et, en l’occurrence, de favoriser la révélation de la diversité des sens attribués à l’intimité par les personnes incarcérées. Les significations données à l’intimité identifiées dans cet article sont donc directement issues du discours des personnes rencontrées, et non des préconceptions de l’auteure sur le phénomène. Pour autant, il n’est pas aisé d’aborder un sujet aussi personnel que celui de l’intimité dans un environnement se caractérisant par la méfiance et les rapports de domination, comme en témoigne la réaction d’une personne détenue à l’évocation de la recherche : « on n’est pas des cobayes, on est des êtres humains ». Contourner ces résistances, tout en les intégrant à la compréhension du phénomène étudié, implique de réduire la distance sociale perçue entre le chercheur et ses participants. Par conséquent, les entretiens ont dévié à plus d’une occasion du formalisme dicté par la grille d’entretien : demander à l’autre de dévoiler une part intime de lui-même implique nécessairement de s’ouvrir à ce partage, en acceptant d’accueillir des récits personnels, mais aussi de livrer une part de soi. La question du genre du chercheur se pose donc ici également. Gwenola Ricordeau (2004) soulève ainsi les enjeux qui se jouent dans la relation d’enquête lorsque l’interlocutrice est une femme, particulièrement sur un sujet aussi personnel que l’intime. Selon la sociologue, si certaines difficultés peuvent survenir (propos misogynes, questions embarrassantes, etc.), le statut de femme peut également faciliter l’établissement d’une relation de confiance. Dans mon cas, si le genre féminin a clairement été un facteur dans le recrutement des participants, comme évoqué par certains d’entre eux (de façon plus ou moins subtile), on peut penser qu’il n’est pas non plus étranger aux échanges francs, emplis d’émotions et de sensibilité, qui ont marqué les entretiens. Cependant, le fait que la dimension sexuelle de l’intimité ait très peu été soulevée par les personnes rencontrées (en l’absence de question directe, conformément à notre approche phénoménologique) conduit à s’interroger sur une potentielle réticence pour les hommes détenus à aborder d’eux-mêmes le thème de la sexualité, encore tabou entre les murs, avec une femme. Or, le fait que les individus rencontrés nous aient partagé volontairement une part de leur intimité et de ce qu’elle représente pour eux nous conduit à nuancer cette hypothèse. En effet, malgré quelques moments de gêne perceptibles, les situations d’entrevues vécues ont permis de poser une première réflexion sur l’intimité des hommes détenus : contrairement à l’image de virilité et de froideur émotionnelle associée à l’hypermasculinité, la plupart des personnes rencontrées ont joué le jeu du dévoilement de soi, sans ressentir le besoin de déguiser ou d’atténuer leurs émotions.

  • 4 La population moyenne quotidienne présente au sein des prisons provinciales du Québec en 2016-2017, (...)
  • 5 Dans le cas des établissements visités.

Encadré : portrait des prisons provinciales du Québec
Au Québec, 18 établissements de détention accueillent les prévenus et condamnés pris en charge par le gouvernement provincial4. Chaque établissement se partitionne en secteurs de détention, qui accueillent une population pouvant aller de 14 à 197 personnes détenues5 et qui fonctionnent autour d’un régime de détention « ouvert » (Vacheret et Tschanz, 2017, 99). Ils prennent ainsi la forme d’unités de vie au sein desquelles les personnes détenues conservent une liberté de mouvement relative. Une fois les cellules ouvertes – généralement entre 7/8 h et 22 h, à l’exception des week-ends –, les personnes incarcérées peuvent en effet se déplacer à l’intérieur de ces unités qui donnent accès à une salle commune comprenant un coin cuisine, une salle de bains / buanderie ainsi que des installations sportives, dans certains cas. La gestion de ces unités s’opère à travers une surveillance institutionnelle constante, par l’entremise de caméras de vidéosurveillance ou de la part d’agents correctionnels dont les bureaux se trouvent à même le secteur (mais en périphérie des unités de vie). Dans certains secteurs, un poste de contrôle aux vitres sans tain assure une visibilité permanente des personnes détenues. Disposées autour de la salle commune, les cellules se caractérisent par leur exiguïté (entre 5,5 et 9 m2) et leur austérité : elles sont en général meublées d’un lit superposé ou d’un lit simple auprès duquel peut éventuellement être installé un matelas au sol. Près de la porte se trouvent une toilette en inox sans séparation visuelle, un lavabo et un miroir incassable, tandis qu’une ou deux tablettes complètent l’espace. La cellule est la plupart du temps partagée dans les prisons québécoises, où la double, voire la triple occupation cellulaire prédominent.

5Dans cet environnement, les personnes détenues rencontrées décrivent une intimité incarcérée qui fait face à de multiples intrusions (I), mais qu’il est malgré tout possible de négocier à travers la mise en œuvre de tactiques jouant avec l’espace carcéral (II).

L’intimité incarcérée

L’intimité tu n’en as plus. Quand tu rentres en prison, l’intimité, faut que tu mettes ça de côté (Philippe, 49 ans).

  • 6 Au sens photographique du terme.

6Invités à parler de leur intimité en prison, c’est en évoquant son absence que réagissent la majorité des personnes rencontrées. Si cette constatation est quasi unanime, plusieurs degrés de ressentis s’observent : les personnes détenues les plus âgées vivent difficilement cette privation d’intimité, invoquant une pudeur dans le rapport à leur corps et à ceux des autres. Pour les individus les plus jeunes, la colocation comme mode d’habiter ou encore la pratique de sports collectifs à l’extérieur, impliquant l’usage d’un vestiaire partagé, expliquent un rapport à l’intimité partagée facilité. Pour autant, en prison, l’intimité est exposée à l’insu de ses protagonistes. Face à la récurrence de l’expression – « l’intimité, on n’en a pas » –, notre compréhension du phénomène s’opère donc à partir d’une approche « en négatif6 » de l’intime, dans le sens où le discours des personnes rencontrées en présente une perspective inversée : l’intimité s’appréhende à travers son absence plutôt qu’à partir de ce qui la constitue. Les perceptions de l’intimité diffèrent alors selon les individualités et les processus de socialisations qui se forgent dans les habitudes et expériences de vie. Les personnes détenues rencontrées initient fréquemment des analogies avec l’intimité du dehors, que ce soit pour comparer les pratiques sexuelles, l’utilisation de la douche ou les produits d’hygiène utilisés et plus globalement les dynamiques interpersonnelles ainsi que la possibilité ou non de se soustraire à la présence d’autrui. Les propos des personnes rencontrées mettent ainsi en lumière une intimité incarcérée mise à mal dans cet univers à part et contraignant qui diffère de celui dans lequel elle est habituellement vécue.

7Selon Erving Goffman (1973, 62), l’intrusion correspond au « cas évident où un individu pénètre dans un territoire sans en avoir le droit, ou bien contamine une réserve de toute autre façon. […] Agir en intrus est donc une façon d’empiéter ». Le sociologue identifie plusieurs modes de violation qui permettent de pénétrer le territoire d’un individu à son insu. Parmi elles, on retrouve les intrusions qui se réalisent par les regards indiscrets, par les adresses verbales ou encore par les interférences sonores. Elles peuvent aussi s’opérer à travers le corps lorsqu’une trop grande proximité non désirée est observée entre les individus. Ce mode de violation aboutit parfois à une intrusion par le toucher, qui peut souiller le corps ou les possessions d’autrui.

Intrusions physiques

8Nous retrouvons ici les deux premiers modes de transgression de l’espace personnel tels qu’identifiés par Erving Goffman (1973) : celui par lequel un individu pénètre dans la sphère personnelle d’autrui, impliquant une proximité des corps indésirable, et celui qui s’opère par un toucher direct, du corps ou des affaires personnelles.

9En prison, la surpopulation carcérale favorise une proximité non désirée constante, qui contribue à empêcher la reconstitution de formes d’intimité. Ainsi, les personnes incarcérées peuvent éprouver de la difficulté à s’isoler d’autrui. Il est parfois difficile de garantir une certaine distance entre individus, du fait de la concentration d’une population dans un seul espace, aussi bien dans la salle de bains qu’au téléphone, au parloir ou allongé sur le lit dans la cellule. Le sentiment de promiscuité a un effet négatif sur l’intimité, comme l’exprime Dave (30 ans) : « comme je te dis, moi pour l’instant je suis tout le temps à côté d’un gars ».

10Cette forme d’intrusion est également ressentie lorsqu’un espace considéré comme intime est pénétré, ce qui peut être vécu comme un envahissement de la sphère personnelle. C’est par exemple le cas lorsque le « coloc » invite d’autres personnes dans la cellule ou dans le cadre de fouilles de cellule réalisées par le personnel de surveillance. Cette pratique est en effet perçue comme une intrusion dans l’intimité du « chez-soi », amplifiée lorsque ce sont les affaires personnelles, en tant qu’extension du corps, qui sont touchées sans l’accord de leur propriétaire : « Moi ça m’agresse. C’est comme si j’irais chez toi puis que je déciderais de fouiller. Je m’en vais fouiller dans ton intimité » (Philippe, 49 ans). Dans certaines prisons, l’affichage aux murs des cellules est complètement interdit ou restreint à un tableau d’affichage. Les personnes rencontrées confient ainsi qu’il n’est pas rare que les fouilles de cellule réalisées par les agents correctionnels soient l’occasion de procéder à l’arrachage des décorations murales.

11La forme extrême d’intrusion dans la sphère personnelle d’un individu est celle qui se réalise par le toucher direct avec le corps. Les personnes incarcérées subissent régulièrement ce type d’offense corporelle, notamment dans le cadre des fouilles, vécues comme de véritables violations de l’intimité. Le discours des personnes rencontrées met en lumière une fouille à nu qui prend la forme d’une pratique routinière, véritable rituel d’entrée et de sortie de l’établissement ou réalisée dans le cadre de certaines activités (travail en cuisine ou visites au parloir, par exemple). Louis (30 ans) pose des mots durs sur son ressenti, qui témoignent de la violence de cette pratique :

C’est une violation de l’intimité, comme on pourrait appeler. Ils violent carrément ton intimité. […] Ouais en gros c’est un viol. C’est un viol psychologique. Carrément. C’est juste pour te déstabiliser, c’est pour te casser.

12La fouille se joue de surcroît dans l’interaction entre la personne examinée et la personne examinatrice et par conséquent, le ressenti des individus par rapport à cette pratique dépend directement du comportement des agents lorsqu’ils la réalisent. Ainsi, le caractère envahissant de la fouille corporelle semble moindre lorsque l’agent qui l’effectue adopte une attitude respectueuse envers la personne fouillée, ce qui contribue à réduire le choc émotionnel qui peut accompagner l’examen du corps nu. Inversement, le sentiment de violation est renforcé quand se rajoutent à la mise à nu la multiplicité des regards procédant à l’examen visuel des parties intimes du corps ainsi que les commentaires parfois désobligeants de certains agents :

La fouille à nu, c’est fatigant. C’est très fatigant. Peut-être que quand je vais partir d’ici [le parloir où nous nous rencontrons] je vais être obligé de passer à la fouille à nu. Pourtant on se passe absolument rien. C’est abaissant, c’est humiliant carrément. Moi je suis déjà passé à la fouille à nu, ils se sont mis à 12 pour me regarder, en faisant des plaisanteries déplacées. (Étienne, 51 ans)

13Contrairement aux plus jeunes qui disent s’habituer à cette pratique, le vécu négatif qui y est associé par les personnes plus âgées persiste, à l’image de Michel, âgé de 49 ans et détenu depuis plus de onze mois, qui explique toujours se sentir comme un animal lorsqu’il est soumis à une fouille corporelle. Si le rite de la fouille corporelle marque profondément l’expérience des femmes incarcérées (Frigon, 2012), ses effets envahissent également la masculinité, provoquant sentiments d’humiliation et d’intrusion.

Intrusions visuelles

14Les intrusions visuelles sont celles qui se réalisent par le regard d’autrui. En prison, elles ont des origines diverses et ont lieu dans de multiples espaces de la détention. C’est par exemple le cas dans l’unité de vie, qui fait l’objet d’une visibilité constante. En son sein, tout est perceptible par l’ensemble de la communauté carcérale, qu’elle soit captive ou intervenante. Comme le précise Sam (30 ans) : « Y’a toujours quelqu’un qui te regarde. Si c’est pas le gardien, c’est un détenu. Y’a pas un truc qui me voit pas ici. » Espace de rassemblement, le secteur de détention favorise les interactions et les processus de socialisation, mais en même temps expose chaque geste posé aux autres personnes détenues. La surveillance institutionnelle de l’unité de vie s’assure la plupart du temps depuis un poste aux vitres sans tain, possédant une vue d’ensemble sur la salle commune et garantissant au personnel pénitentiaire de tout voir sans être vu en retour. Bien qu’il existe des angles morts (rares), la configuration spatiale de ces secteurs « ouverts » permet au regard institutionnel de couvrir la quasi-totalité de la surface dans laquelle évoluent les personnes incarcérées.

15Dans la salle de bains, la crainte de l’intrusion visuelle est proportionnelle au degré d’opacité du dispositif de séparation entre les douches et le reste de l’espace, qu’il s’agisse d’une porte ou d’un simple rideau. La barrière matérialisée par le rideau reste trop fragile, particulièrement pour les personnes les plus âgées, qui estiment n’être pas à l’abri de son ouverture par une autre personne – détenue ou surveillante – et par conséquent, de l’exposition de leur nudité :

Les gardiens passent à tout moment, ils ont décidé de faire le décompte, ouvrent la porte puis tombent sur le rideau : « Y’a quelqu’un ? » Ils ouvrent le rideau pour regarder. (Carl, 65 ans)

16Dans l’espace cellulaire, c’est principalement à travers l’ouverture apposée sur la porte que les intrusions visuelles se réalisent, en tant qu’elle rend l’intérieur perceptible par tous. Les habitants de la cellule doivent être constamment visibles par les surveillants, notamment lors des comptes, qui se réalisent aussi bien le jour que la nuit. À tout moment, un agent peut ouvrir la porte ou regarder à travers la vitre, surprenant la personne détenue dans son quotidien. Le sentiment de gêne qui en découle est particulièrement renforcé lorsque les personnes incarcérées se font surprendre alors qu’elles posent des gestes intimes, que ce soit lorsqu’elles font leurs besoins ou leur toilette corporelle, ou encore lorsqu’elles se masturbent.

Intrusions auditives et sonores

17Les bruits qui envahissent et s’imposent (Goffman, 1973) sont à l’origine d’incessantes interférences sonores en prison. Les personnes rencontrées dépeignent ainsi l’enceinte carcérale comme un environnement bruyant où règne une agitation permanente mettant à mal une intimité qui se retrouve dans le sommeil, dans des activités favorisant le retrait des autres ou encore à travers les conversations des personnes détenues entre elles ou avec les proches. Ces intrusions sont également auditives, lorsqu’un individu – agent correctionnel ou personne incarcérée – saisit des conversations qui ne lui sont pas adressées, que cela résulte d’une écoute active ou non. Cette dimension est particulièrement ressortie des propos des personnes rencontrées comme mettant à mal l’intimité relationnelle qu’elles parviennent à retrouver au téléphone et au parloir. Car ces deux dispositifs sont ceux à travers lesquels il est possible en détention de retrouver une intimité dans les relations avec les proches, dans la nature du lien entre individus ainsi que dans le contenu des échanges. La famille, la question de la parentalité et l’importance d’entendre, de voir ou même de toucher ses proches sont en effet ressorties comme primordiales pour les hommes détenus rencontrés. Or, la configuration de ces deux espaces entrave la préservation de l’intimité des conversations en tant qu’elle implique la présence constante d’autres personnes : tandis que les téléphones se situent en plein cœur de la salle commune, les visites se réalisent dans un couloir scindé en deux par des parois vitrées, formant des box – non hermétiques au bruit – séparant les personnes détenues des visiteurs. Le principal problème des communications dans ces espaces partagés réside alors dans la double intrusion que leur environnement permet : les conversations peuvent être écoutées activement, à l’insu du locuteur et, réciproquement, elles peuvent être entendues par les autres personnes détenues présentes. Dans ce cas, l’écoute ne résulte pas d’une action délibérée de la part des individus présents, qui n’ont parfois pas le choix que d’entendre ces conservations :

[Les visites] c’est tout à côté de l’autre avec une vitre. On entend tout là. T’essaies de te concentrer… ça en prend juste un qui parle fort là, puis quand c’est full, même quand le monde parle pas trop fort, de temps en temps t’entends 7-8 conversations. C’est pas évident… (Jérôme, 30 ans)

Une intimité négociée dans les espaces carcéraux

18Face aux multiples entraves à l’intimité qui surviennent en prison, la possibilité d’en retrouver des formes devient une préoccupation constante des personnes incarcérées, comme le précise Jean-François (28 ans) : « Le gros de ce qui me tracasse en prison, c’est l’intimité. On a besoin de notre intimité ! » Celles-ci usent alors de leur ingéniosité et de leur créativité dans le déploiement de tactiques de l’intime, permettant d’en retrouver même temporairement. Nos analyses nous ont permis d’identifier différentes formes de tactiques mises en œuvre par les personnes détenues au sein de l’espace carcéral, qui peuvent être individuelles ou collectives, spatiales ou matérielles, s’exprimant par l’adaptation, la résistance ou encore la reprise de contrôle active.

Tactiques d’invisibilisation

19Les personnes rencontrées ont principalement abordé l’intimité à travers le besoin de s’isoler d’autrui. Dans cette acception, reconstruire une forme d’intimité implique de se retirer, de s’éloigner des autres, d’avoir du temps pour soi ou encore de se retrouver seul, parfois dans « sa bulle », comme l’expliquent certaines d’entre elles, zone abstraite délimitée autour de l’individu et dont l’envergure varie d’une personne à l’autre en fonction de la distance jugée suffisante. Cette « bulle » mentionnée à plusieurs reprises par les personnes rencontrées comme matérialisant leur intimité rappelle la notion de « proxémie » proposée par Edward T. Hall (1966), désignant l’étude des distances sociales entre individus. Le sociologue parle ainsi de « distance personnelle » pour désigner l’espace normal maintenu entre deux ou plusieurs personnes qui agit, selon lui, comme une bulle invisible et protectrice entourant l’individu, dont l’intimité serait le noyau, atteignable lorsqu’une certaine proximité des corps est franchie. Cette « bulle » peut dès lors entourer la personne à tout moment ou se matérialiser dans certains espaces (tels que la douche ou la cellule) et se reformer ponctuellement. Par exemple, Christian (34 ans) explique comment il se retrouve dans cette sphère particulière d’intimité, grâce à l’entraînement physique notamment :

Ton intimité, c’est comme quand je suis bien dans ma bulle. Je marche tout le temps, je m’entraîne, je suis quelqu’un qui rentre dans sa bulle. J’aime bien ça être tout seul dans ma bulle et penser.

20À cette fin, les personnes incarcérées jouent avec l’espace les entourant afin de se soustraire aux regards indiscrets, même le temps d’un instant. Les personnes rencontrées ont décrit pouvoir se rendre invisibles dans la salle commune à travers un processus d’indifférenciation des corps, et ce malgré la nature effervescente et le caractère « public » de cet espace collectif. Ainsi, certaines expliquent « se retirer » dans la salle commune, particulièrement lorsque le secteur est de taille importante et accueille une population plus nombreuse, permettant plus facilement de passer inaperçu, contrairement aux espaces moins peuplés :

J’ai déjà été à X, ils sont mille là. Tu peux te faire passer plus facilement au travers, tu peux te cacher plus, tandis qu’ici, tout se sait, même que ce soit les gardiens, que ce soit tout le monde. (Stéphane, 42 ans)

21Certaines prisons favoriseraient ainsi plus l’intime que d’autres, selon leur configuration spatiale ou la taille des secteurs. L’invisibilisation de soi est également possible à travers le retrait dans des espaces pouvant prendre la forme de « refuges de l’intime », afin de s’y isoler et de soustraire du regard d’autrui certaines pratiques intimes. La salle de bains commune est ainsi perçue par certains – et malgré les enjeux de visibilité qui y subsistent – comme l’un des espaces de la détention qui permet l’invisibilisation de certains gestes se caractérisant par leur dimension privée, comme la masturbation ou la toilette corporelle. Mais, parmi les espaces carcéraux évoqués par les personnes rencontrées, c’est la cellule qui représente a priori le refuge de l’intime par excellence où il est possible, le temps d’un instant, de se dérober à la présence d’autrui et au balayage visuel institutionnel ainsi que de s’émanciper du bruit, de la négativité et des conflits qui peuvent régner dans le secteur :

Moi des fois je suis pas capable d’endurer ça le monde, le fait que ça crie partout en même temps, je m’en vais dans ma cellule. Et je fais des mots croisés ou je dessine ou je me couche sur mon lit, puis j’écoute la radio. Puis là au moins c’est moins bruyant, tu peux penser un peu plus… oh non des fois je viens à bout bien raide moi ! C’est par moment. Puis là quand je viens à bout de même, je m’en retourne dans ma cellule puis je veux avoir la paix comme on dit. (Nathan, 22 ans)

22La lecture, l’écriture, le dessin, ou encore l’écoute de la musique peuvent ainsi constituer un second niveau d’isolement au sein même de la cellule. Pour éviter d’être visibles de l’extérieur de la cellule alors qu’elles réalisent des gestes ou des besoins intimes, les personnes incarcérées placent parfois des draps, serviettes, chiffons ou cartons sur la fenêtre de la porte afin d’en obstruer l’ouverture. Certaines se fabriquent même des panneaux sur lesquels on retrouve des inscriptions telles que : « on dort, ne pas déranger », « toilettes » ou encore « crissez la paix », qui témoignent assez explicitement de la recherche d’isolement des occupants de la cellule. Ce sont parfois des objets et affaires personnelles (photos, décorations, courriers…) qui sont mis à l’abri de la vue d’autrui. Les personnes incarcérées les placent au plus près d’elles, créant une zone privée particulière au sein même de la cellule, le plus souvent matérialisée par leur lit :

Moi j’ai le lit du bas, c’est des lits superposés, donc j’ai collé mes photos sur le dessous du lit de la personne en haut de moi. Donc quand tu rentres dans la cellule tu les vois pas. (Fabien, 37 ans)

23En plus d’assurer un isolement physique, la tactique de retrait spatial au sein de la cellule permet également de retrouver une forme d’intimité se jouant dans le registre émotionnel, émotions qui sont par ailleurs décuplées lorsqu’elles sont vécues dans un environnement éprouvant :

Je pense qu’ici, tous les sentiments qu’on vit sont amplifiés. Puis je pense qu’on est plus sensibles. Moi je suis pas une personne qui pleure, je pense que je reste assez froid d’habitude avec mes émotions. Et puis ici, juste de recevoir une lettre, quelqu’un qui me dit qu’il m’aime, ben ça me touche… Des fois les yeux viennent pleins d’eau… Je pense qu’ici tout le monde a ses moments… j’allais dire de faiblesse, peut-être pas, c’est pas des moments de faiblesse, mais les émotions ressortent plus facilement. (Fabien, 37 ans)

24Pour certains d’entre eux, se dérober à la présence des autres peut permettre de cacher ses émotions et ses pleurs, dont l’expression est associée à une forme de faiblesse et de fragilité. En effet, pour les personnes rencontrées, exprimer ses émotions peut être interprété comme un signe de faiblesse, inconciliable avec l’image du « vrai » homme, celui qui ne montre pas ses sentiments, comme le précise Thierry (40 ans). La cellule peut ainsi représenter pour certains cet espace d’expression des émotions, constituant l’arrière-scène du théâtre de la détention où les personnes détenues ont la possibilité de retirer le masque qu’elles arborent dans les espaces communs.

Tactiques d’appropriation de l’espace

25Une forme de tactique employée par les personnes détenues afin de recréer de l’intime en milieu carcéral s’exprime à travers la mobilisation de l’espace qui les entoure ainsi que par la mise en œuvre de diverses pratiques spatiales qui leur permettent de s’approprier l’espace au sein duquel elles sont contraintes de vivre, comme la décoration.

26Les personnes incarcérées parviennent à s’approprier leur environnement spatial à travers différentes pratiques de l’espace, que ce soit par leurs déplacements et mouvements lorsqu’elles arpentent les coursives en marchant, en écoutant de la musique ou bien en y déployant des activités physiques par exemple, ou tout simplement dans leur manière d’occuper physiquement l’espace. Ainsi, à défaut de pouvoir se soustraire au regard d’autrui, Lionel se positionne dans l’espace de manière à ce que les autres lui soient invisibles. Retiré dans sa « bulle » grâce au déploiement de cette pratique spatiale, il indique avoir le sentiment d’être seul :

Je suis accoté devant la télé. Je regarde la télévision, mais il n’y a personne devant la télévision. Je suis pas là, tu pourrais passer devant moi là et ça changerait pas grand-chose. C’est pour ça que moi j’ai mon moment privilège que je prends ma chaise, je me retire de tout le monde. Parce qu’il n’y a pas de banc où je vais m’asseoir, moi je m’assis devant la télé comme ça et ils sont tous en arrière de moi. Je me retire, je me retire. Mais je suis toujours là. (Lionel, 53 ans)

27Plusieurs indiquent profiter des moments d’accalmie, le matin ou lorsque les autres sortent du secteur, afin de prendre possession à leur manière de l’espace collectif. Certains mobilisent l’espace en arpentant les coursives par la course ou la marche, ce qu’ils appellent « faire de la wing ». La pratique sportive au sein des espaces communs permet ainsi à certains de prendre soin d’eux-mêmes, de penser, de s’isoler des autres dans leur propre corps, tout en s’appropriant l’espace. La publicité de ces pratiques de l’espace ne répond donc pas exclusivement à un souci de façade ou de paraître, angle sous lequel ont tendance à être analysées les pratiques sportives en détention (Jewkes, 2005 ; Ricciardelli, 2015), mais est animée par deux enjeux complémentaires : l’appropriation d’un espace comme préalable au retrait en soi et à la reconstruction d’une « bulle intime ».

28En prison, des tactiques de décoration ou de bricolage peuvent être déployées à l’intérieur de la cellule, afin de tenter d’y créer un environnement intime et personnel. En la décorant de photos ou en la meublant d’objets fonctionnels fabriqués, les personnes incarcérées améliorent leur quotidien et font de la cellule un « chez-soi » temporaire, bien qu’imposé. Faite à partir de collages ou de bricolages, de photographies, d’affiches, de calendriers, de cartes ou de dessins, cette décoration leur permet de personnaliser leur cellule et d’affirmer leur identité. L’affichage de photos de la famille ou encore des animaux de compagnie est particulièrement ressorti comme permettant de retrouver une forme d’intimité familiale, malgré la séparation :

J’ai des photos de ma blonde, des photos de la petite, des photos de choses personnelles que ça me dérange pas de partager avec mon coloc […] C’est important, toutes les fois où je rentre puis que je regarde les photos je me dis, « câline, j’ai fait le con, je suis loin d’eux autres, c’est le monde que j’aime ». (Jean-François, 28 ans)

29Pour certains, décorer est aussi un moyen de cacher les murs de la cellule et de faire disparaître l’institution :

Ça permet un peu de ne pas voir les murs de la prison. Puis quand je regarde les murs ça me rappelle qu’y a le monde extérieur. Les couleurs, des souvenirs, la beauté du monde, la diversité, la culture… je sais pas. C’est moins maussade, c’est plus égayant que de voir juste des murs. (Armand, 39 ans)

30Pour d’autres, la personnification de la cellule s’opère également à travers ce que Louis (30 ans) qualifie d’« aménagement fonctionnel ». Car c’est en déployant leur ingéniosité que les personnes détenues vont combler l’austérité de la cellule en la meublant de divers objets qu’elles ont fabriqués elles-mêmes. Louis (30 ans) s’est construit une bibliothèque à partir de boîtes de boissons. Gilles (26 ans) a mis ses compétences en ébénisterie au profit de sa cellule : il y a installé des étagères soutenues par des cordes ainsi qu’une pharmacie, construite à partir de boîtes de soupe. À travers la construction de meubles fonctionnels, les personnes détenues parviennent à dépasser les lacunes mobilières de leur espace cellulaire et à améliorer leur vie quotidienne grâce à leurs propres créations.

31La créativité et l’inventivité déployées par les personnes incarcérées dans l’aménagement de leur cellule ont pour but d’instaurer une atmosphère de réconfort dans l’espace qui constitue un refuge pour eux. Plus encore, les hommes incarcérés investissent l’espace « domestique » de la cellule par des « arts de faire » qui correspondent à la mise en œuvre de véritables tactiques d’appropriation de l’espace cellulaire, dans l’optique de l’habiter et d’y (re)construire une sphère intime, semblablement au logement ou à la chambre en dehors des murs, comme l’exprime Gilles (26 ans) :

Quand je rentre ça fait comme notre petit chez-nous, j’essaie de faire comme une zone, comme dehors. Ça ressemble pas à mon chez-nous dehors là, mais, comme c’est personnalisé, je me sens un petit peu comme dans mon chez-nous. Ouais dans le fond j’ai un peu une intimité.

32Les tactiques d’appropriation de l’espace cellulaire, visant d’une part à ériger les murs et la porte de la cellule en frontières protectrices de l’intime et d’autre part à retrouver un sentiment de « chez-soi » en tant qu’espace abritant l’intimité de son habitant (Serfaty-Garzon, 2003), dévoilent des masculinités plus complexes et sensibles que leur forme hégémonique traditionnellement dépeinte dans la littérature.

Tactiques collectives et règles de vivre ensemble

33Bien qu’elles puissent s’étendre à l’ensemble de la détention, la plupart des tactiques énoncées précédemment sont de nature individuelle. Chacun peut ainsi les mettre en œuvre afin de protéger sa propre intimité. Cependant, certaines tactiques peuvent être collectives, découlant de normes informelles régissant le fonctionnement interne du secteur de détention, ou résultant de règles mises en place entre « colocataires » de cellule. Elles prennent ainsi la forme de règles communes mises en œuvre au sein des secteurs de détention, qui favorisent la vie en communauté et qui, indirectement, participent au respect de l’intimité de chacun. Ces règles, qui semblent répandues d’un secteur à l’autre, voire d’une prison à l’autre, s’érigent sur la base du respect entre individus. Elles se retrouvent aussi bien dans les espaces collectifs que plus individuels, tels que la cellule ou la salle de bains. Ainsi, les personnes incarcérées encadrent la vie en communauté par ce que Fabien (37 ans) qualifie de « règles de base de vie en société », fondées sur un principe de respect. Ces règles ont principalement pour fonction de préserver l’hygiène du secteur et de ceux qui y vivent – se laver une fois par jour ; nettoyer la douche ou la table après utilisation – ainsi que de garantir l’intimité et la tranquillité de chacun – ne pas envahir l’espace d’autrui, ne pas tirer la chasse d’eau durant la nuit ; respecter une forme de couvre-feu à certaines heures afin d’éviter le bruit. Permettant de réguler la vie en communauté à laquelle sont soumises les personnes incarcérées, ces règles implicites participent à la protection de l’intimité, en limitant les intrusions sonores, visuelles et physiques, qui peuvent mettre à mal l’intime retrouvé.

34En ce qui concerne la cellule, une règle répandue consiste à ne pas claquer la porte, afin d’éviter le bruit assourdissant qui en découle et de conserver la tranquillité de sa propre cellule et des cellules environnantes. De plus, pénétrer en son sein sans l’autorisation de son locataire est proscrit, tandis qu’existe une obligation implicite de frapper à la porte :

Tu peux pas rentrer dans une cellule. Même si tu sais que la personne est là, tu peux pas rentrer, il faut que tu cognes avant. Ça, c’est dans toutes les prisons, c’est comme ça. C’est notre chez-nous ça. On a juste ça. Dans le secteur, quand tu veux la paix, tu vas là. Si la porte elle est fermée comme ça, puis si je réponds pas, que je fais signe « non », c’est parce que je feel pas puis je fais mes affaires. (Stéphane, 42 ans)

35Les personnes rencontrées ont également indiqué mettre en place des règlements internes à la cellule, prenant la forme de règles de cohabitation : on retrouve ainsi des dynamiques similaires à celles d’une colocation. Elles sont cependant amplifiées par le contexte contraignant et par le périmètre réduit à l’intérieur duquel elles naissent. Ces règles ont alors pour objectif de permettre aux « colocataires » de composer au mieux avec l’obligation de partager le même espace cellulaire, cohabitation qui s’est avérée particulièrement difficile à vivre pour les personnes rencontrées les plus âgées. Ces normes sont la plupart du temps édictées avec le « coloc » en fonction de l’ancienneté de chacun : la personne étant déjà dans la cellule les transmet au nouvel arrivant, instaurant ainsi un rapport d’autorité. Cohabiter en cellule implique de la diviser spatialement et matériellement, afin que chacun possède un espace à soi et une zone pour ranger ses affaires personnelles. La régulation de la vie cellulaire vise en outre à garantir le respect de l’espace personnel ou le désir de retrait de chacun. Les personnes détenues doivent ainsi éviter de réveiller le « coloc » et ont l’obligation de veiller à la tranquillité de l’autre :

On a fait nos règles, nos règlements. C’est « respecte qu’est-ce que je t’ai dit, puis moi je respecterai qu’est-ce que tu dis ». Puis ça va bien aller de même. Ça fait depuis le mois de décembre que je suis ici et à date ça va super bien. Je vais à la toilette le soir puis je m’assois sur la toilette comme une femme pour pas faire de bruit pour pas… Fait que je flushe pas. Lui, le matin il se lève de bonne heure fait qu’il allume pas la lumière pour pas me déranger. (Marc, 50 ans)

36Ces règles de bienséance permettant de mieux vivre ensemble consistent également à sortir de la cellule lorsque l’un des « colocataires » utilise les toilettes quand cela est possible, et dans le cas contraire à se tourner pour éviter une intrusion visuelle embarrassante. De plus, un accord tacite entre « colocs » prohibe l’usage de la toilette cellulaire pour la défécation, afin de limiter la propagation des odeurs :

Quand t’as envie de faire caca puis que les cellules sont ouvertes, tu vas dans la toilette où est-ce que tout le monde peut aller. Parce que là l’odeur dans une cellule c’est désagréable, c’est un manque de respect à ton « coloc ». Fait que ben plus souvent qu’autrement, j’exige moi que quand t’as envie de faire caca tu vas dans la toilette commune. (Philippe, 49 ans)

Le théâtre de l’intimité masculine en prison

37L’étude des tactiques déployées dans l’espace carcéral nous permet de souligner une intimité qui compte pour les hommes incarcérés, qui cherchent par plusieurs moyens à s’isoler, s’invisibiliser ou se retrouver afin de préserver ou reconstruire leur intimité. Cette approche nous permet d’aborder la performativité du genre masculin sous un angle peu adopté, notamment en sociologie de la prison : au lieu de mettre en lumière des rapports à l’intimité qui répondraient aux attentes sociales liées aux rôles et attributs de genre masculin, tels que la puissance, la virilité, la domination et l’indépendance, cet article souligne des représentations et des pratiques masculines de l’intime sensibles, individuelles ou relationnelles, qui ressortent des tactiques d’intimité mises en place. Ainsi, le besoin de vivre et de partager ses émotions, la pudeur associée à un dévoilement intime, le caractère privé des conversations intimes ou encore l’importance du maintien des liens avec les proches se retrouvent dans le discours des hommes incarcérés. Chez eux aussi, et contrairement à l’image véhiculée par des préjugés de genre – parfois entretenus par la littérature –, l’intimité ne se résume pas à des questions de sexualité solitaire ou partagée. Elle prend une place importante dans leur vie quotidienne, au point de les amener à (ré)agir afin d’en reconstruire des espaces, d’en retrouver des moments. Les masculinités incarcérées démontrent donc une forme de complexité allant au-delà d’une intimité tournée vers l’exacerbation d’attributs virils. De plus, bien que certaines formes d’intimité – par exemple l’expression des émotions – puissent être réservées à la sphère privée, elles se retrouvent également dans les espaces collectifs tels que la salle commune ou le parloir, malgré la visibilité constante à laquelle ils sont soumis. Cette étude révèle en fin de compte une intimité qui, bien qu’étant influencée par la nature de l’espace et les enjeux qui s’y jouent, ne s’y résume pas, mais dépend plutôt de ce qu’en font les personnes détenues. Dans la lignée des travaux de Ben Crewe et al. (2014), nous suggérons donc de sortir d’une vision binaire et d’une intimité circonscrite au domaine privé, pour approcher les espaces de la détention, non pas à travers leur vocation initiale ou leur qualification public/privé, mais à travers la façon dont ils sont vécus, appropriés et transformés, dépassant ainsi ces catégorisations spatiales.

38L’étude des tactiques de l’intime peut aussi permettre d’analyser les rapports de pouvoir à l’œuvre en milieu carcéral. En s’attachant à mettre en lumière les tactiques mobilisées par les hommes détenus afin de retrouver ou de reconstruire une intimité en prison, nos analyses montrent la place inévitable et prépondérante des intrusions dans leur émergence. Elles soulignent par conséquent les contours d’un jeu perpétuel d’intrusions et de tactiques qui se répondent les unes aux autres. Se dessine alors une dynamique qui dépasse l’action unilatérale d’un dominant sur un dominé et qui s’inscrit plus largement dans un dispositif carcéral qui, d’une part, génère des intrusions à travers le pouvoir qu’il distribue et les modes de cohabitation et de visibilité qu’il crée, mais qui, d’autre part, n’est pas étanche à des pratiques de l’espace qui viennent renverser ces offenses territoriales. Ces marges de manœuvre dont se saisissent les personnes incarcérées permettent de modérer l’effet contraignant des institutions carcérales et de s’émanciper de la situation dans laquelle elles sont placées en trouvant, créant ou s’appropriant des espaces d’intimité, virtuels ou réels. Il est cependant important de relever que cette capacité d’action reste limitée dans le contexte carcéral. Ainsi, malgré l’inventivité dont font preuve les personnes détenues dans la reprise d’une forme de pouvoir en prison, les contraintes sont parfois trop fortes et empêchent la mise en œuvre de tactiques. Il est également possible que dans ce cycle d’intrusion-tactique-intrusion, les actions contraignantes finissent par l’emporter et annihiler toute prétention à reformer une intimité en prison.

39De plus, il est possible de se demander si ces tactiques ne viendraient pas en réalité renforcer, d’une certaine façon, l’institution carcérale sur certains de ces aspects. Ainsi, la mise en place de règles collectives dans le secteur, appliquées et sanctionnées par les personnes incarcérées, dont certaines permettent de préserver l’intimité, conduit à une autorégulation de leurs comportements et de leurs conduites. En s’assurant de l’ordre interne à l’unité de vie, les personnes incarcérées renforcent par la même occasion la position statique de l’institution et des agents correctionnels. Également, les tactiques d’indifférenciation parmi les autres et d’isolement dans la cellule reflètent, voire confortent, une institution carcérale qui anonymise et enferme. En répondant à la privation d’intimité inhérente au projet pénal par l’invisibilisation de la plupart de leurs pratiques intimes, les hommes détenus confortent l’ordre social de genre, rendant une « hypermasculinité » restrictive plus visible que des formes de vulnérabilités ou des ressources individuelles et relationnelles pourtant bien existantes.

40Les tactiques identifiées n’ont donc pas pour but de mener à une reprise de pouvoir consciente d’individus jouant avec les rouages de l’institution, visant activement à contrer la domination institutionnelle subie. Elles ne sont pas non plus nécessairement des actes de résistance qui s’expriment à travers des messages provocateurs, des actions collectives ou le non-respect des règlements. Elles n’ont pas pour objectif le renversement conscient des dynamiques de domination et la reprise d’un contrôle absolu sur leur environnement, face aux intrusions subies, mais elles permettent aux personnes incarcérées de négocier certaines modalités de leur vie en détention. Elles sont « microbiennes » et quotidiennes, dans le sens où elles peuvent être quasiment imperceptibles. Dans cette optique, la reconstruction d’une intimité peut elle-même s’analyser comme une tactique visant à s’émanciper, le temps d’un instant, de l’institution et de ses contraintes, ainsi que de retrouver son individualité en se détachant de préjugés de genre qui semblent dénier l’importance de l’intimité pour les hommes.

41Dans la lignée des travaux d’Ashley T. Rubin (2015, 2017), cet article suggère donc de se dégager d’une tendance à la labellisation systématique des marges de manœuvre déployées par les personnes incarcérées en actes de résistance. Elle invite également à sortir d’une approche qui considère les personnes détenues comme des corps rendus dociles par la contrainte disciplinaire (Foucault, 1975). Pour cela, l’étude des tactiques déployées par les personnes incarcérées ne peut pas se résumer à un travail d’identification, mais doit inévitablement prendre en compte le contexte dans lequel elles sont mises en œuvre. Ainsi, afin de ne pas nier une part de l’expérience des personnes incarcérées, il est essentiel de mettre en lumière la capacité d’action qu’elles conservent, qui témoigne de leur aptitude à s’émanciper temporairement de la situation de domination à laquelle elles sont soumises. Mais il est tout aussi primordial de ne pas ignorer que cette capacité d’action est restreinte par le carcan carcéral dans ses expressions mais aussi rendue possible par un environnement qui permet son déploiement, en créant des occasions que les personnes détenues saisissent et transforment. En ce sens, en se plaçant dans une perspective inverse, celle des personnes en situation de « domination », nos propos rejoignent ceux de Michel Foucault (1976) pour qui le pouvoir réduit les marges de manœuvre, tout autant qu’il les rend possibles.

Haut de page

Bibliographie

BERENI Laure, REVILLARD Anne, « La dichotomie “public-privé” à l’épreuve des critiques féministes : de la théorie à l’action publique », in MULLER Pierre, SÉNAC Réjane (dir.), Genre et action publique : la frontière public-privé en questions, Paris, L’Harmattan, 2009.

BESSIN Marc, LECHIEN Marie-Hélène, « Hommes détenus et femmes soignantes : l’intimité des soins en prison », Ethnologie française, 32, 1, 2002, pp. 69-80.

CARDON Carole, « Relations conjugales en situation carcérale », Ethnologie française, 32, 1, 2002, pp. 81-88.

COUSINEAU Sophie, « Le genre et l’intimité dans les établissements carcéraux pour femmes : sites de contraintes ou leviers de réappropriation ? », thèse de criminologie, sous la direction de Sylvie Frigon, Ottawa, université d’Ottawa, 2021.

CREWE Ben, WARR Jason, BENNETT Peter, SMITH Alan, « The emotional geography of prison life », Theoretical Criminology, 18, 1, 2014, pp. 56-74.

DE CERTEAU Michel, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990.

DULAC Germain, « Masculinité et intimité », Sociologie et sociétés, 35, 2, 2003, pp. 9-34.

FOUCAULT Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

FOUCAULT Michel, Histoire de la sexualité. 1. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

FRANÇOIS Axelle, « La sexualité en milieu carcéral : au cœur des représentations de personnes incarcérées », Champ Pénal/Penal Field, 13, 2016.

FRIGON Sylvie, « Le corps féminin incarcéré : site de contrôle et de résistance », in FRIGON Sylvie (dir.), Corps suspect, corps déviant, Montréal, Les éditions du Remue-Ménage, 2012, pp. 229-253.

GAILLARD Arnaud, Sexualité et prison : Désert affectif et désirs sous contrainte, Paris, Max Milo, 2009.

GOFFMAN Erving, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Les éditions de Minuit, 1968.

GOFFMAN Erving, La Mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Les éditions de Minuit, 1973.

HALL Edward T., The Hidden Dimension, Garden City, NY, Anchor Books, 1966.

JEWKES Yvonne, « Men Behind Bars. “Doing” Masculinity as an Adaptation to Imprisonment », Men and Masculinities, 8, 1, 2005, pp. 44-63.

JEWKES Yvonne, LAWS Ben, « Liminality revisited: Mapping the emotional adaptations of women in carceral space », Punishment & Society, 23, 3, 2020.

JOËL Myriam, La sexualité en prison de femmes, Paris, Presses de Sciences Po, 2017.

LAÉ Jean-François, PROTH Bruno, « Les territoires de l’intimité, protection et sanction », Ethnologie française, 32, 2002, pp. 5-10.

LANCELEVÉE Camille, « Une sexualité à l’étroit. Les unités de visite familiale et la réorganisation carcérale de l’intime », Sociétés contemporaines, 3, 83, 2011, pp. 107-130.

MILHAUD Olivier, MORAN Dominique, « Penal Space and Privacy in French and Russian Prisons », in MORAN Dominique, GILL Nick, CONLON Deirdre (dir.), Carceral Spaces: Mobility and Agency in Imprisonment and Migrant Detention, Farnham, Surrey, Ashgate Publishing Limited, 2013, pp. 167-180.

MORAN Dominique, DISNEY Tom, « “You’re all so close you might as well sit in a circle…” Carceral geographies of intimacy and comfort in the prison visiting room », Geografiska Annaler: Series B, Human Geography, 2018, pp. 1-16.

MORAN Dominique, PALLOT Judith, PIACENTINI Laura, « Privacy in penal space: Women’s imprisonment in Russia », Geoforum, 47, 2013, pp. 138-146.

MOREY Martha, CREWE Ben, « Work, Intimacy and Prisoner Masculinities », in MAYCOCK Matthew, HUNT Kate. (dir.), New Perspectives on Prison Masculinities, Cham, Suisse, Palgrave Macmillan, 2018, pp. 17-41.

RICCIARDELLI Rose, « Establishing and asserting masculinity in Canadian penitentiaries », Journal of Gender Studies, 24, 2, 2015, pp. 170-191.

RICORDEAU Gwenola, « Enquêter sur l’homosexualité et les violences sexuelles en détention », Déviance et Société, 28, 2, 2004, pp. 233-253.

RICORDEAU Gwenola, « Sexualités féminines en prison : pratiques, discours et représentations », Genre, sexualité & société, 1, 2009.

RICORDEAU Gwenola, MILHAUD Olivier, « Prisons. Espaces du sexe et sexualisation des espaces », Géographie et cultures, 83, 2012.

RUBIN Ashley T., « Resistance or friction: Understanding the significance of prisoners’ secondry adjustments », Theoretical Criminology, 19, 1, 2015, pp. 23-42.

RUBIN Ashley T., « Resistance as Agency? Incorporating the Structural Determinants of Prisoner Behavior », The British Journal of Criminology, 57, 3, 2017, pp. 644-663.

SCHWARTZ Barry, « Deprivation of Privacy as a “Functional Prerequisite”: The Case of the Prison », The Journal of Criminal Law, Criminology, and Police Science, 63, 2, 1972, pp. 229-239.

SERFATY-GARZON Perla, Chez soi. Les territoires de l’intimité, Paris, Armand Colin, 2003.

SYKES Gresham M., The Society of Captives. A Study of a Maximum Security Prison, Princeton, NJ, Princeton University Press, 1958.

TOURAUT Caroline, La famille à l’épreuve de la prison, Paris, Presses universitaires de France, 2015.

VACHERET Marion, TSCHANZ Anaïs, « Le système pénitentiaire fédéral canadien », in CÉRÉ Jean-Paul, JAPIASSU Carlos Eduardo A. (dir.) Les systèmes pénitentiaires dans le monde, Paris, Dalloz, 2017.

Haut de page

Notes

1 Divisé en treize provinces ou territoires, le Canada présente une structure pénitentiaire bicéphale. Alors que le gouvernement fédéral s’occupe des peines de prison de deux ans et plus, chaque province a compétence pour l’exécution des peines de moins de deux ans ainsi que pour la détention provisoire.

2 Tandis que les entretiens s’ouvraient sur une discussion sur la vie en prison afin de créer un espace de confidence avec les personnes rencontrées, ils se poursuivaient sur une question plus spécifique, mais suffisamment large pour les laisser aborder le phénomène selon leurs propres représentations : « Pouvez-vous me parler de votre intimité ici ? »

3 L’analyse phénoménologique des entrevues a été réalisée en deux temps. La première étape consistait à identifier les unités de sens attribuées à l’intimité en mettant à distance nos propres représentations afin de laisser la place à l’émergence de significations potentiellement inattendues, car propres à chacun. Ensuite, des « mémos de l’intimité » purement descriptifs ont été élaborés pour chaque personne rencontrée, à partir d’une analyse verticale des entrevues, permettant de dégager la diversité des significations dont le phénomène est porteur, en respectant la perspective de l’acteur.

4 La population moyenne quotidienne présente au sein des prisons provinciales du Québec en 2016-2017, période de réalisation de l’enquête, était de 2 287 prévenus et de 2 781,3 condamnés pour une capacité carcérale totale de 5 017 places : https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=3510015401&pickMembers%5B0%5D=1.6.

5 Dans le cas des établissements visités.

6 Au sens photographique du terme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Tschanz, « « L’intimité, moi je la fais. » L’intimité masculine incarcérée : entre intrusions contraignantes et tactiques négociées »Genre, sexualité & société [En ligne], 26 | Automne 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/gss/6995 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.6995

Haut de page

Auteur

Anaïs Tschanz

PhD en criminologie
Enseignante-chercheure au CIRAP
École nationale d’administration pénitentiaire
anais.tschanz@justice.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search