Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26VariaDevenir victimes : quand des femm...

Varia

Devenir victimes : quand des femmes témoignent pour la reconnaissance et la réparation des souffrances subies au Bon Pasteur

Becoming a victim: When women testify for the recognition and compensation of their suffering at Bon Pasteur
Hanan Sfalti

Résumés

Des femmes prises en charge pendant leur enfance par la congrégation du Bon Pasteur dénoncent aujourd’hui leur enfermement. À partir de dix récits de vie collectés en 2018 et 2019, cet article s’intéresse à la formation du sentiment d’une violence subie, ainsi que le processus qui permet sa reconnaissance individuelle et sociale, et ses effets dans les modes d’identification et de subjectivation. Les dix femmes rencontrées, nées entre 1945 et 1963, ont été placées en institution lorsqu’elles étaient mineures parce qu’elles étaient jugées « délinquantes » ou victimes de leur milieu familial et social. La plupart ont passé plusieurs années entre les murs de l’institution religieuse, subissant la sévérité des règles de l’institution et, parfois, les maltraitances des religieuses. Alors que leur socialisation et leur position ne les encourageaient pas à la prise de parole publique, leurs voix se font désormais entendre – gagnant en ampleur et en reconnaissance. Mais comment émergent ces discours et récits, plus de cinquante ans après leur passage en institution ? Et quels sont leur sens et leurs effets ? En analysant leurs paroles, leur production et leur diffusion, je montre comment ces femmes parviennent à construire et à mobiliser un sentiment d’injustice leur permettant d’être reconnues comme des victimes de leurs parents ou de l’institution et de revendiquer, pour elles et pour autrui, des réparations et de nouveaux droits sociaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Afin de respecter l’anonymat, les prénoms et les noms de lieux ont été changés. Les récits ont pu ê (...)
  • 2 Pour chaque situation : (date d’entretien, durée, dates de placement au Bon Pasteur), ici : (14/02/ (...)
  • 3 La congrégation, fondée par Marie-Euphrasie Pelletier, s’inspire au XIXe siècle des préceptes de L’ (...)

1Martine1 est née en 1949 d’un père gardien de prison et d’une mère qu’elle qualifie de « demi-prostituée2 ». Martine est confiée à Jeanne, sa grand-mère maternelle, quelques jours après sa naissance. Née en 1884, Jeanne peine à s’occuper de sa petite fille qui préfère faire du patin à roulettes et du hula hoop plutôt que d’aller à l’école. Martine se souvient d’un foyer familial pauvre : « Je mangeais très très mal. On mangeait du mou. Tu sais ce que c’est le mou ? C’est le poumon des animaux. […] Ma grand-mère achetait du poumon. Ça ne coûtait rien et elle le coupait en petits morceaux. Normalement le mou c’était pour les bêtes sauf que c’est nous qui faisions les bêtes. » Martine m’explique que dans ce contexte « [elle] [n’a] jamais volé de vêtement, de maquillage comme font les jeunes. Ça arrive. Non [elle] jamais. C’était une tranche de pâté, enfin bon de la nourriture ». Sa situation familiale, ses conditions de vie et ce qu’elle nomme ses « bêtises de garnement » incitent les services sociaux à confier l’adolescente de 15 ans au Bon Pasteur, congrégation fondée en 1835 à Angers prenant en charge des jeunes filles maltraitées, abandonnées ou délinquantes jusqu’à la fin des années 19703. L’enfermement, les violences physiques et psychologiques et le travail forcé vécu pendant ses trois années dans l’institution ont marqué les souvenirs de Martine. Après avoir tu son histoire pendant près de quarante ans, elle s’inscrit en 2011 sur le forum Internet des anciennes pensionnaires du Bon Pasteur. La prise de conscience des violences qu’elle a subies et de celles qu’ont vécues ses anciennes camarades la pousse aujourd’hui à témoigner pour faire reconnaître ses souffrances et pour revendiquer des réparations pour la communauté des anciennes pensionnaires du Bon Pasteur. Quelles sont les raisons qui ont motivé certaines pensionnaires à dénoncer les souffrances vécues dans cette institution ? Quels sont les effets de cette prise de parole sur le sentiment qu’elles avaient d’elles-mêmes ? En tant que femmes des classes populaires, la plupart n’ont jamais été socialisées à la parole publique ni habituées à considérer la valeur potentielle de leurs expériences et de leurs témoignages. En outre, les difficultés potentielles à prendre la parole sont accrues par la honte qui entoure leur passage en institution. Les anciennes pensionnaires du Bon Pasteur craignaient d’être rejetées par leurs proches si elles parlaient de leur enfance et d’être renvoyées aux stigmates qui marquent les expériences carcérales ou assimilées (Goffman, 1975). Enfin, leur expérience en institution de rééducation devait leur apprendre la docilité et la discrétion. Pourtant, certaines anciennes pensionnaires du Bon Pasteur se sentent légitimes à s’exprimer publiquement car elles ont le sentiment d’avoir vécu une injustice profonde dans leur enfance (Larzillière, 2018). Je souhaite ainsi traiter la manière dont ce sentiment d’injustice se construit et la façon dont elles le mobilisent pour se voir reconnaître le statut de victimes (de leurs parents ou de l’institution) et pour revendiquer des réparations pour elles-mêmes et des droits sociaux pour tou·te·s. Cet article entend saisir ce qui encourage ces anciennes pensionnaires à faire entendre leurs histoires par une grande variété de canaux : rencontres sur des réseaux sociaux constitués autour de leur expérience commune, prise de parole dans l’espace médiatique et public, publications d’ouvrages ou encore témoignages auprès d’universitaires ou de militant·e·s féministes et anticarcéra·ux·les.

2Je vais essayer de comprendre les motivations de certaines anciennes pensionnaires du Bon Pasteur à prendre publiquement la parole et à revendiquer des compensations pour les violences subies, en revenant tout d’abord sur leur enfance en institution. J’analyserai ensuite les outils qu’elles mobilisent afin que leurs souffrances soient reconnues : le traumatisme, d’abord, notion d’autorité médicale qui valide leur statut de victimes ; le témoignage, ensuite, mortier du groupe quand il est privé, concurrent des discours de la congrégation lorsqu’il est public. Enfin, j’étudierai le processus par lequel le sentiment d’être victime peut être un moteur d’engagement pour certaines.

Récits de vie

3Dix anciennes pensionnaires, nées entre 1945 et 1963, m’ont accordé des entretiens enregistrés, d’une durée de 2 heures à 3 h 30, généralement à leur domicile. Ces femmes m’ont parlé de leur enfance et de l’expérience de leur prise en charge, qu’elles ont toutes vécue comme une « bifurcation biographique », c’est-à-dire « une modification soudaine, imprévue et durable de la situation personnelle des perspectives de vie, concernant une ou plusieurs sphères d’activités » (Hélardot, 2009, 161). En dehors de ces temps d’échange, parfois bien après nos entretiens formels, j’ai discuté avec plusieurs enquêtées de visu, par e-mail ou par téléphone. Des relations privilégiées ont été nouées avec deux anciennes pensionnaires (rencontrées avant qu’elles ne deviennent des enquêtées). Tout au long de mes recherches, j’ai entretenu des contacts réguliers avec elles ; nous avons eu plusieurs échanges informels à propos de leur enfance en institution.

4La plupart des femmes que j’ai sollicitées n’ont pas répondu à mon appel, ont décliné mon invitation ou ont accepté de me rencontrer avant de se rétracter. Celles qui m’expliquent leur refus encouragent mon projet mais pensent que leur récit ne m’apportera rien. Parmi celles qui ont néanmoins accepté de me recevoir, certaines se sont excusées que je me sois déplacée pour les rencontrer. Elles estimaient, en effet, ne pas avoir de souvenirs suffisamment précis pour enrichir ma recherche. Pourtant, une fois qu’elles se sont senties plus à l’aise avec moi, leurs témoignages étaient riches et détaillés. Mais beaucoup d’anciennes pensionnaires préfèrent céder la parole à quelques-unes, jugées plus compétentes pour parler de leurs expériences. Ce sont alors souvent les mêmes qui s’expriment au sujet du Bon Pasteur, devenant implicitement les porte-parole de leurs anciennes camarades.

  • 4 Anciennes pensionnaires du Bon Pasteur, 2009.
  • 5 J’ai pu consulter un mémoire de fin d’études d’une ancienne étudiante éducatrice ayant fait son sta (...)
  • 6 Lettres, roman (Biheu-Vimard, 2017), recueil de témoignages d’anciennes pensionnaires du Bon Pasteu (...)
  • 7 Articles de journaux (Boucault, 2019 ; Boucault, 2021 ; Gérault, 2016) et blog féministe (Collectif (...)
  • 8 Documentaires (Hunzinger, 2014) reportages et émissions de radios (Djitli et Fashahi, 2013).

5Outre ces entretiens, mon travail s’est aussi enrichi d’une ethnographie en ligne (Jouët et Le Caroff, 2012) centrée sur le principal forum animé par des anciennes pensionnaires du Bon Pasteur4. Certaines m’ont autorisée à utiliser leurs publications, que je traite parallèlement aux entretiens. Mes recherches s’appuient en outre sur les sources écrites imprimées ou en ligne émanant de l’institution5, d’anciennes pensionnaires6, de journalistes ou encore de militantes féministes7, ainsi que sur des sources audiovisuelles8. Enfin, j’ai également rencontré certains membres de leurs familles et cinq ancien·ne·s membres du personnel laïc qui m’ont parlé de leur travail dans les établissements pour filles, de leurs relations avec les pensionnaires et les religieuses, et de leur perception des évolutions de la prise en charge des mineur·e·s.

6Travailler à partir de récits de vie relatant des événements vieux de quarante à cinquante ans soulève un certain nombre de difficultés : les souvenirs sont parfois flous, les femmes agencent leurs histoires et choisissent les informations qu’elles dévoilent. Les enquêtées m’ont rapporté les moments qui les ont le plus marquées, à cause de leur caractère répétitif ou parce qu’ils étaient exceptionnels et frappants. Malgré ces limites, les entretiens et l’observation des discours produits sur le forum permettent de dévoiler les représentations et les expériences vécues par les actrices (Demazière, 2008) et de comprendre l’environnement social, familial et institutionnel dans lequel les jeunes filles ont grandi. En interrogeant les émotions, les sentiments et les affects, je propose un traitement singulier des archives orales où s’entremêlent des souvenirs d’enfance et des expériences d’adulte. Le travail de Cécile Ryckel et Frédéric Delvigne s’intéressant à « la construction de l’identité par le récit » (2010) me permet de comprendre comment les anciennes pensionnaires du Bon Pasteur se mettent en mots en s’appuyant sur les souffrances vécues pendant leur enfance pour expliquer leurs comportements, leurs émotions, leurs choix, leur parcours et leurs difficultés d’adulte.

Une institution moralisatrice

  • 9 Selon l’idéologie propre aux institutions d’enfermement de la jeunesse qui traite ces mineures de m (...)
  • 10 Mireille, née en 1950, est placée chez sa grand-mère dès ses 5 mois. À 8 ans, elle est envoyée en I (...)

7À son apogée avant la Seconde Guerre mondiale, le Bon Pasteur dirige 350 établissements et prend en charge plus de 50 000 jeunes filles dans plus de 40 pays. En France, 8 000 pensionnaires vivent dans une quarantaine d’établissements (Tétard et Dumas, 2009). Jusqu’à la fin des années 1970, elle est la principale institution à prendre en charge des enfants et adolescentes considérées en danger ou dangereuses9. Les comportements des filles « caractérielles », terme utilisé pour qualifier Mireille10 dans son dossier de placement, « débiles légères » ou encore « asociales », adjectifs utilisés par Martine, apparaissent comme des périls délétères, pour elles comme pour autrui, qui requièrent une action énergique, punitive et salvatrice. Ce sont en effet les défaillances morales des jeunes filles qui inquiètent les institutions bien davantage que leurs actes illégaux. Comme l’explique l’historienne Claudie Lesselier dans un ouvrage consacré aux femmes en prison entre 1820 et 1939, « [l]a délinquance féminine est pathologie, vice ou péché, avant d’être illégalisme ; la femme délinquante est d’abord une “femme tombée”, moralement “déchue” » (1984, 116). Coline Cardi montre également que la délinquance des filles, toujours comparée à celle des garçons, est jugée comme hors-norme car allant à l’encontre des stéréotypes de genre (2004). Selon la sociologue, la délinquance des mineures est expliquée en des termes psychologiques, renvoyant le comportement des jeunes filles au mal-être qui les habiterait, contrairement à celle des garçons qui est pensée en des termes sociologiques. Les jeunes filles sont ainsi prises en charge dans des établissements spécifiques, censés être en capacité de rétablir leur moralité (Thomazeau, 2005).

8Les institutions catholiques occupent une place légitime et reconnue dans cette entreprise de réforme morale et comportementale. À l’instar d’autres établissements contemporains, le Bon Pasteur use de méthodes caractéristiques des « institutions totalitaires » (Goffman, 1968, 41). Pour éduquer les filles, il recourt à une discipline rigoureuse basée sur l’isolement, le travail, et le respect de règles de vie strictes et de la morale catholique. Comme en témoigne Martine, silence, travail et prières occupent les journées de ces enfants et de ces adolescentes :

Pendant quatre ans, j’ai prié et brodé. C’est tout ce que j’ai fait. […] Donc prière, avant de petit-déjeuner. Ensuite en quittant le réfectoire : prière. Celles qui avaient des cours allaient dans les salles de cours : prière. En sortant de la salle de cours : prière. Entrée du réfectoire : prière. Sortie du réfectoire : prière. Cours l’après-midi : prière. Sortie du cours : prière. Le goûter quand on en avait un : prière. Le dîner : prière. Et le soir : prière au pied du lit. Alors la prière, je me souviens : « Dans mon lit je me couche et si la mort me surprend, je prie Marie-Joseph et tous les saints de bien vouloir assister à mon trépassement. »

Les écarts aux règles peuvent être sanctionnés par des violences physiques, des humiliations, des privations et par la punition la plus marquante : le mitard.

  • 11 Monique, née en 1951, est abandonnée par sa mère lorsqu’elle a 3 ans. Elle est placée dans une fami (...)

Ce qu[i] était punissable de mitard, c’était évidemment quand on proférait des menaces, quand on était impolies à l’égard des encadrantes, ou si bien sûr on tentait des fugues, ce qu[i] était quand même assez fréquent. Les bagarres entre filles, [il] y en avait forcément une des deux belligérantes qui s’en allait au mitard11.

9Considérées comme des jeunes déviantes à rééduquer pendant leur enfance, les anciennes pensionnaires du Bon Pasteur restent marquées bien après leur sortie de la congrégation. Lorsqu’elle se rappelle, Martine s’énerve : « [Il] y a encore des gens qui pensent : les traînées du Bon Pasteur. » En effet, près de quarante ans après la fermeture des établissements, les anciennes pensionnaires entendent encore régulièrement qu’elles auraient mérité leur sort. « Traînées » ; le mot qui les entache rappelle que les filles les plus âgées étaient aussi enfermées au Bon Pasteur pour être punies (ou, paradoxalement, « préservées ») d’une sexualité précoce et hors mariage dont elles se seraient rendues coupables (en pratique ou par anticipation) (Foucault, 1984 ; Pheterson, 2001). Ce regard moral posé par leur famille et par la société a participé de la chape de silence qui a étouffé les souffrances des anciennes du Bon Pasteur, longtemps considérées comme des « déviantes ».

Se reconnaître victimes

  • 12 Yolande est née en 1950, d’une mère « mère au foyer, soi-disant » et d’un père maçon. Elle est plac (...)

10Pour certaines, le silence qui a entouré l’expérience au Bon Pasteur leur a fait oublier leur enfance. « J[e ne] me souviens plus » est une réponse fréquente lorsque que je demande des détails aux enquêtées. Selon elles, c’est le temps mais également la honte qui sont responsables de ces oublis. Comme Yolande12, beaucoup ont voulu échapper à leur passé par le silence : « Moi je suis incapable de donner le nom d’une copine, d’une sœur, […] pendant des années, des années, j’ai enfoui ça, et puis tout ça j’ai oublié. »

11Selon Monique, « il paraît que c’est une amnésie traumatique. D’après les psys. Et on est toutes à peu près frappées de ça ». Bien sûr, l’usage de termes psychiatriques n’est pas anodin. Le vocabulaire de l’autorité médicale vient valider leurs souffrances et participer du travail de reconnaissance et de légitimation sociale par le recours à l’expertise et au savoir clinique (Fassin et Rechtman, 2007). La reconnaissance par les autorités médicales est l’une des épreuves qui participe à la progression de « carrière de victime » (Jakšić, 2013, 38) du Bon Pasteur : c’est-à-dire le processus par lequel des personnes initialement considérées comme des déviantes font reconnaître les violences qu’elles ont subies et accèdent alors au statut de victime (ibid.). De plus, lorsqu’elles emploient la notion de traumatisme, les femmes rencontrées ne font pas que dénoncer les douleurs du passé et rendre visibles les séquelles psychiques qu’elles ont laissées. Ce mot est aussi un moyen de faire reconnaître les conséquences sociales de leur enfermement et donc de légitimer leur demande de compensations (Fassin et Rechtman, 2007) ; « le traumatisme n’est pas seulement l’origine d’une souffrance que l’on soigne, il est aussi une ressource grâce à laquelle on peut faire valoir un droit » (ibid., 23).

12Le sentiment d’injustice et la notion de traumatisme que les enquêtées mobilisent dans leurs récits sont pensés et décrits comme l’expression des souffrances liées au choc de la prise en charge. Selon le sociologue Stéphane Latté, dans un contexte médiatique et politique où énoncer des émotions et des sentiments à la suite de catastrophes est courant, recherché et valorisé, les anciennes pensionnaires trouvent des modèles et des modalités de discours qui leur permettent, en utilisant notamment le registre psychologique, de témoigner légitimement de leurs souffrances (2012).

13Martine, enfermée jusqu’en 1966, raconte qu’elle a progressivement retrouvé ses souvenirs à partir des années 2010 :

  • 13 Le film de Peter Mullan sorti en 2002, The Magdalene Sisters, retrace l’histoire de trois adolescen (...)

Pour moi le déclic ça a été le film The Magdalene Sisters13 que j’ai vu un soir et ça m’a vraiment troublée. Je [ne] me suis pas sentie bien après la projection et je l’ai revu deux ou trois mois après et là j’ai eu un autre déclic encore pire. J[e] me suis dit : « Mais je pourrais être dans l[e] film ! L’actrice ça pourrait être moi ! » Et ça m’a foutu un tel choc que j’ai été malade mais physiquement. J’ai eu de la fièvre pendant plusieurs jours et là, j[e] me suis rendu compte de ce que j’avais vécu. (14/02/2018, 2 h 35)

Le récit fait par Peter Mullan de l’expérience irlandaise bouleverse profondément Martine qui cherche depuis à récolter des informations sur son passé et découvre le forum des anciennes pensionnaires du Bon Pasteur. Dans cet espace, elles partagent leurs souvenirs et leurs souffrances et espèrent formuler une parole « libre », ni mise en doute ni jugée, abritée des regards extérieurs. Monique me raconte, ravie :

J’étais contente de trouver ce forum parce que… au moins, on peut parler librement, quoi. On sait que la personne qui est en face de vous elle [ne] va pas vous dire « t[u] es sûre ? », « t[u] es sûre que ça s’est bien passé comme ça ? Tu [ne] te trompes pas sur la date ? » Bah non, on [ne] se trompe pas. En général ça s’est bien imprégné dans nos têtes. (Monique, 16/03/2018, 2 h 22, 1966-1968)

14Ces « groupes circonstanciels » (Latté, 2012, 411) sont créés à la suite d’un événement douloureux commun. Ici, comme l’explique Martine, c’est l’enfermement dans les Bon Pasteur qui est constitutif du groupe : « I[l] y a une relation sympathique quand même parce qu’on a vécu les mêmes choses. » Le groupe se crée en dehors des modes de socialisation habituels. Les affinités sociales et politiques importent peu ; seule compte l’expérience commune et le sentiment d’avoir été victime de la congrégation (Latté, 2012).

15Ce forum est créé en 2009 à la suite d’une rencontre entre plusieurs anciennes sur un espace en ligne. Il « est réservé aux anciennes pensionnaires des “Bons Pasteurs” et à leurs sympathisants » (Anciennes pensionnaires du Bon Pasteur, 2009). Pour y participer, il faut se présenter publiquement afin d’exposer les motifs qui nous poussent à rejoindre le groupe. Les membres du forum veulent ainsi éviter les curieu·x·ses et les personnes qui viendraient remettre en question la véracité des propos tenus. Un texte défile en page d’accueil :

Attention : Les ressentis sont différents selon les époques, les B[on] P[asteur] et les situations personnelles ; il vous est donc demandé de vous abstenir de mettre en doute ou de critiquer les témoignages qui n’engagent que leurs auteurs. (Anciennes pensionnaires du Bon Pasteur, 2009)

  • 14 Depuis le 2 janvier 2002, la loi oblige en effet les établissements sociaux et médicosociaux à donn (...)

16La plupart arrivent sur le forum dans l’espoir de trouver des informations sur la procédure à suivre afin de récupérer leur dossier de placement14, et par la même occasion la mémoire. Certaines espèrent y retrouver d’anciennes camarades, comparer leurs souvenirs et exprimer leurs souffrances. Grâce à ces échanges en ligne, elles se constituent une identité collective de victime d’un système abusif (Latté, 2012) ; les comportements hors normes et coupables sont alors davantage à rechercher du côté de leurs parents, de la congrégation religieuse ou d’une société française aux valeurs « archaïques ». C’est donc au moment où elles s’aperçoivent que leurs blessures ne sont pas individuelles mais partagées par une grande partie de la communauté des anciennes du Bon Pasteur, que certaines se sentent légitimes à prendre la parole.

Raconter une autre histoire

17La congrégation religieuse produit un récit sur la prise en charge des mineures à partir de ses archives et des archives judiciaires. Elle a également accepté de donner accès à ses archives à certain·e·s chercheur·e·s, mais refuse de les ouvrir à Monique, une ancienne pensionnaire :

J[e] me suis vraiment entendu dire : « ça [ne] vous regarde pas » [En]fin pas comme ça mais… Me faire comprendre que non, non il est hors de question d’ouvrir les archives.

  • 15 Gérault, 2016.

18La presse se fait également l’écho de l’histoire produite par l’institution. Ainsi, à l’occasion de l’ouverture du musée du Bon Pasteur, Ouest France15 fait l’éloge de l’œuvre de la congrégation religieuse et de sa fondatrice, mère Marie-Euphrasie Pelletier.

Chaque nouvel article dans la presse écrite provoque un tollé sur le forum des anciennes pensionnaires. Des lettres sont envoyées par les anciennes pensionnaires ainsi que par leurs soutiens pour dénoncer la « publicité élogieuse et [pour] que chacun et chacune prenne conscience que de tels établissements ne devraient plus être cités comme des exemples aujourd’hui [en 2016], à l’heure où l’on tâche de respecter les droits des enfants et des femmes » (Collectif Émancipation, 2016, 2).

19Depuis plusieurs années, des chercheur·e·s en sciences humaines et sociales tentent de faire connaître l’histoire du Bon Pasteur et de ses anciennes pensionnaires en s’appuyant principalement sur les archives de la congrégation (Blanchard et Niget, 2016 ; Tétard et Dumas, 2009 ; Thomazeau, 2005). Une exposition produite par l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ), intitulée « Mauvaises filles », est présentée ponctuellement depuis 2016 dans plusieurs villes de France. Certaines filles rencontrées étaient très critiques vis-à-vis de ce travail :

Quand on est allées voir l’exposition […] [une autre ancienne pensionnaire] s’est pris la tête avec un des organisateurs parce qu’elle leur a dit : « Mais c’est quoi votre exposition, là ? Ça [ne] ressemble à rien. Ça [ne] correspond pas du tout à ce que nous on avait vécu. » On dirait que les filles elles font du tourisme pour des affiches. C’est inouï de faire des expositions comme ça. Ça [ne] donne pas du tout la mesure de ce que c’était. (Monique, 16/03/2018, 2 h 22, 1966-1968)

  • 16 Il est possible de citer notamment des personnalités concernées prenant la parole pour défendre les (...)

20Les historien·ne·s à l’initiative de cette exposition se sont engagé·e·s à visibiliser l’expérience des pensionnaires au sein de la congrégation et pour la reconnaissance des violences qu’elles ont subies (Boucault, 2021). Pourtant, les objectifs de ces recherches conduites à partir d’archives écrites ne sont pas toujours bien compris et reçus par les anciennes du Bon Pasteur. Monique regrette en particulier que les images exposées aient été utilisées sans le consentement des personnes concernées et que ce travail de recherche ait été produit « sans prendre connaissance des survivantes ». Les anciennes pensionnaires dénoncent, à la manière de certaines personnes minorisées16, les discours produits sur leurs expériences sans qu’elles aient été consultées. Si les anciennes pensionnaires du Bon Pasteur ne veulent pas nécessairement le monopole de la parole quant à leurs vécus, elles restent inquiètes de leurs ressources et de leurs capitaux qui, d’après elles, les empêcheraient de visibiliser leurs histoires :

Ce qu’on voudrait bien Martine et moi c’est… – Ça [ne] sera jamais comme une exposition comme ça parce qu’il faut quand même avoir de l’argent pour faire une telle exposition – mais de faire par exemple une soirée débat avec des psychos ou des gens qui ont travaillé dans ce milieu-là. (Monique, 16/03/2018, 2 h 22, 1966-1968)

21Elles souhaitent néanmoins que leurs paroles soient prises en compte et reconnues. Ainsi, certaines multiplient les espaces de visibilité. Elles diffusent dans l’espace public lors d’entretiens accordés à la presse écrite (Boucault, 2021), à la radio (Djitli et Fashahi, 2013), pour un documentaire (Hunzinger, 2014), à des étudiant·e·s et des chercheur·e·s. Par exemple, c’est à l’occasion d’une soirée organisée par un collectif féministe dans un local militant et autogéré que j’ai rencontré pour la première fois Martine en 2014. Elle était invitée à témoigner de son enfance au Bon Pasteur. Martine avait alors commencé son intervention en rendant hommage à ses camarades :

Alors moi, je pense là, ce soir, en témoignant, aux 400 qui sont sur le forum et qui nous font confiance, à celles qui sont mortes dans les cachots des Bon Pasteur, à celles qui sont devenues folles, à celles qui sont devenues prostituées, droguées, alcooliques, et qui sont mortes maintenant. (Martine, 17/10/2014, 1 h 30, 1963-1966)

22De même, Michelle-Marie Bodin-Bougelot introduit son recueil de témoignages en indiquant : « D’autres ont été plus malheureuses que moi et ne se sont jamais reconstruites suite à cet “enfermement” » (2009, 8). Lorsqu’elles produisent leurs récits, nombreuses sont celles qui affirment ne pas prendre uniquement la parole pour elles-mêmes, mais pour toute la communauté des pensionnaires du Bon Pasteur. Celles qui disposent des moyens de se faire entendre tentent ainsi de donner à voir les bribes d’expériences de celles qui ne sont pas en mesure de parler de leur histoire.

23Ainsi, Jacqueline Biheu-Vimard, ancienne pensionnaire du Bon Pasteur, écrit Jusqu’à la vingt et une, un roman qui retrace l’histoire de Louise, une adolescente tombée enceinte à la suite d’un viol. Le père de la jeune fille tue le nouveau-né afin d’éviter le déshonneur familial. Après que le corps de l’enfant a été retrouvé, Louise est accusée d’infanticide et envoyée au Bon Pasteur (Biheu-Vimard, 2017). Après m’avoir raconté sa propre enfance au Bon Pasteur, la romancière m’explique qu’elle a voulu écrire car les récits de la congrégation religieuse et ceux des anciennes pensionnaires sont en concurrence pour présenter « la vraie » version de l’histoire :

J[e] voulais l’écrire pour que les gens qui me connaissent sachent que ça existe. Parce qu’il y a des gens qui [ne] savent pas que ça a existé. […] J[e] pense que c’est bien de laisser des traces parce que ça m’ennuyait de savoir que ce qui était écrit émanait que de celles et ceux qui avaient encadré dans ces maisons-là.

  • 17 Selon Gayatri Chakravorty Spivak, en s’organisant collectivement, en prenant la parole publiquement (...)

24Par leurs témoignages publics et leurs écrits, les anciennes pensionnaires des Bon Pasteur proposent ainsi un autre discours, s’opposant à la représentation de jeunes femmes dont la perversité aurait menacé l’ordre social. Elles tendent à se présenter aujourd’hui comme des victimes de leur famille, de l’institution judiciaire, du Bon Pasteur ou du regard moralisateur de la société – tentant ainsi de retourner leur stigmate de délinquantes ou traînées au profit du statut désormais valorisé de victimes d’un système injuste. Certes, par leur position dans l’espace social, ces femmes ont rarement la légitimité et la capacité de prendre la parole publiquement. Étant socialisées en tant que femmes des classes populaires et considérées comme déviantes, elles ont plus de difficultés à maîtriser les codes et les formes favorisés par le discours médiatique. Mais pour certaines, le sentiment d’avoir vécu une telle injustice prend le dessus et les incite à dénoncer les épreuves qu’elles ont vécues. Elles « osent » d’autant plus parler qu’elles se sentent investies d’un devoir : celui de témoigner pour leurs camarades en incapacité de le faire. Ce sentiment d’injustice, mêlé à la fierté et à la force que procure l’appartenance à un groupe, leur apparaît comme une ressource les aidant à dépasser leur condition et à légitimer leur prise de parole. Les stratégies par lesquelles les anciennes pensionnaires dénoncent l’injustice subie leur permettent alors progressivement de dépasser leur statut de victime17.

  • 18 Voir notamment le mouvement #MeToo lancé d’abord en 2007 puis relancé à partir d’octobre 2017.

25Qui plus est, la formalisation de la parole de certaines pensionnaires des Bon Pasteur s’inscrit également dans un contexte où la médiatisation des discours féministes dénonçant les violences trouve, via les réseaux sociaux, un écho d’une ampleur historique inégalée18. Les anciennes pensionnaires trouvent ainsi de nouvelles ressources pour dénoncer une expérience perçue comme injustifiée et injustifiable (Latté, 2012).

S’engager

26Les revendications des anciennes pensionnaires ne se limitent pas à leur propre expérience au sein du Bon Pasteur. Certaines espèrent que leurs récits et leurs discours critiques participeront à un changement plus profond de société. Ainsi, à l’image des détenues qu’a rencontrées Corinne Rostaing lors de ses travaux sur les prisons (1997), le statut de victime que réclament les anciennes pensionnaires du Bon Pasteur leur permet de condamner l’enfermement et ses conditions ainsi que le système qui les autorise. En effet, pour Martine, sa clôture dans la congrégation n’est pas une expérience singulière. Elle m’explique que la comparaison peut aussi servir socialement à reconsidérer le regard majoritaire porté sur la délinquance. Pour elle, les établissements pénitentiaires pour mineur·e·s s’inscrivent dans la continuité des Bon Pasteur :

C’est vrai que la jeunesse elle est extrêmement violente en ce moment, mais ça reste quand même des enfants. Le monde est très violent donc la réponse est violente. C[e n]’est pas en les enfermant et en leur tapant dessus qu’on va les remettre dans le droit chemin. J[e] suis persuadée du contraire. Si la prison servait à quelque chose ça se saurait ! [Il] y a un centre d’éducation fermé [en réalité, un établissement pénitentiaire pour mineurs] à Touleille-la-Jolie, à Meyrvault et ils ont fait un bazar pas possible il y a quelque temps et normalement, c’est vrai que la violence des jeunes en ce moment j[e] me dis : « Oh là là quand même ! » Mais là, ça m’a fait un plaisir immense. J[e] me dis : « Au moins ils seront moins passifs que nous, ils [ne] subiront pas les mêmes choses. » (14/02/2018, 2 h 35, 1963-1966)

27Martine dénonce les méthodes de traitement de l’enfance à protéger et de l’enfance délinquante, et remet également en cause la légitimité du système carcéral. Le sentiment que leur prise en charge au Bon Pasteur était injuste a pu en pousser certaines à militer pour la reconnaissance de leur droit en tant que victime et plus généralement à formuler une critique contre le traitement actuel de la délinquance juvénile.

28Plusieurs femmes rencontrées expriment que la volonté de devoir lutter contre les injustices les a incitées à s’engager en faveur des droits sociaux. Monique a mené toute sa carrière dans les services administratifs d’une très grande entreprise. Elle a été très active dans différents espaces militants et notamment syndicaux et féministes, prenant même une place de pouvoir souvent inaccessible aux personnes minorisées et notamment aux femmes :

J[e] suis quelqu’un de très engagé dans la vie. J[e] suis engagée sur le plan de l’environnement, j’ai été engagée pendant trente ans syndicalement, j’ai été secrétaire de section syndicale à l’époque où il n’y avait que des hommes qu[i] étaient secrétaires de section syndicale. J’ai aussi milité à l’espace féministe à Grand-Ouest-Ville. (16/03/2018, 2 h 22, 1966-1968)

29Le récit des engagements politiques de Monique n’est pas anecdotique. La plupart estiment en effet que leur traitement n’était pas proportionné aux actes qui les ont menées à l’institution. Et si elles reconnaissent qu’elles ne se sentaient ni en sécurité, ni protégées, ni accompagnées dans leur famille, elles reprochent néanmoins au Bon Pasteur ses méthodes et ses violences. Pourtant, cet engagement ne vient pas seulement de leur sentiment d’avoir vécu des violences. Contrairement à celles qui ne s’engagent pas, elles ont eu une socialisation au monde militant par le travail, comme Monique, ou par leurs proches, à l’image de Martine, qui décrit son mari communiste comme « rouge comme [un] coq ». Pour trois enquêtées, l’action militante prend une part importante dans leur vie, et donc dans leurs récits. Pour elles, c’est leur enfance en famille et leur passage en institution qui ont accentué leur caractère frondeur et les ont incitées à s’engager pour revendiquer leurs droits comme anciennes pensionnaires du Bon Pasteur, adultes victimes de maltraitances infantiles, ou encore femmes des classes populaires. Ce sentiment d’injustice dans un environnement favorable leur a permis de prendre une place dans l’espace public, en militant, et bien qu’elles aient été considérées dans la majorité du monde social comme illégitimes à le faire par leur appartenance de genre et de classe.

Conclusion

30Quatre mois après la fin de mon enquête, Martine m’envoie par mail « pour nous les choses bougent ». Elle m’explique que plusieurs anciennes pensionnaires des Bon Pasteur à travers le monde ont décidé de porter plainte contre l’institution. Elle me transfère également le rapport d’un professeur émérite en victimologie de l’université de Tilbourg aux Pays-Bas, Jan J.M. van Dijk, intitulé « Travaux forcés dans les institutions de l’ordre du Bon Pasteur : avis concernant un régime d’indemnisation pour les victimes », daté de 2019.

31En novembre 2019, le quotidien Le Courrier de l’Ouest consacre plusieurs articles à la prise en charge au Bon Pasteur. Certes, depuis la création du musée, la congrégation religieuse au fort ancrage local a été l’objet de plusieurs articles dans les journaux. En revanche, ce qui est plus inhabituel, c’est la place donnée aux témoignages des anciennes pensionnaires. Elles y dénoncent l’incompréhension de leur prise en charge, les violences subies et le travail gratuit. Plus surprenant et unique encore – et c’est d’ailleurs sans doute les raisons qui ont poussé une enquêtée à m’envoyer la page du journal –, le deuxième article est titré « Nous regrettons profondément ». Il est basé sur l’interview d’une supérieure de la congrégation religieuse du Bon Pasteur qui commente les propos des anciennes pensionnaires interviewées dans le premier article. En minimisant le nombre de personnes qui dénoncent les violences et en faisant des maltraitances des actes isolés et individuels, l’article ne comble pas le besoin de justice et de réparation. Cependant, la supérieure du Bon Pasteur conclut :

Je me dois d’entendre ce cri et d’intégrer ce qu’elles ont vécu profondément au point de les habiter encore si fortement aujourd’hui, près de 50 ans plus tard.
Avec ces femmes blessées, nous regrettons profondément que dans nos institutions aussi, certains comportements n’ont pas été ajustés à que nous pouvions attendre d’éducatrices, qui plus est de religieuses. Là où étaient attendues des attitudes de bienveillance, d’encouragement et de non-jugement, il est malheureusement arrivé que la rudesse de l’éducation prenne le pas sur l’attention due aux plus petits et aux plus souffrants, qu’étaient ces enfants qui nous étaient confiées.
Là où l’objectif était de retrouver la joie de vivre et la dignité personnelle, nous reconnaissons que des comportements inadaptés sont parfois venus ternir des intentions louables. Je le regrette et demande pardon pour ces attitudes qui ont provoqué incompréhension et souffrance. (Boucault, 2019)

Les excuses de la mère supérieure du Bon Pasteur ne suffisent pourtant pas à certaines anciennes pensionnaires qui, à l’image de leurs consœurs irlandaises, se sont constituées en association depuis décembre 2020 pour demander des réparations à la congrégation religieuse (Boucault, 2021).

32Cependant, ces excuses sont le fruit d’un long processus. Les différents scandales irlandais, la création du forum des anciennes du Bon Pasteur ainsi que l’intérêt médiatique, militant et scientifique sur cette question émergent dans un contexte où la prise de parole publique pour dénoncer les violences subies (via les réseaux sociaux notamment) devient un acte de plus en plus fréquent et médiatisé. Cette modalité d’expression est considérée comme un moyen efficace et légitime pour obtenir une reconnaissance des blessures subies et espérer des transformations sociales. Centré sur les témoignages des anciennes pensionnaires du Bon Pasteur, ce travail de recherche participe alors aux réflexions autour des modalités de discours politiques des groupes minorisés. Ainsi, ces nouvelles formes d’expression publique, en rendant plus accessibles des voix jusqu’ici inaudibles, permettent d’ouvrir des questionnements pour la recherche en éclairant le monde social sous un angle différent.

Haut de page

Bibliographie

BARD Christine, CHAUVAUD Frédéric, PERROT Michelle, PETIT Jacques-Guy (dir.), Femmes et justice pénale. XIXe-XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002.

BECKER Howard S., Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.

BÉLIARD Aude, EIDELIMAN Jean-Sébastien, « Au-delà de la déontologie. Anonymat et confidentialité dans le travail ethnographique », in BENSA Alban, FASSIN Didier, Les politiques de l’enquête, Paris, La Découverte, 2008.

BLANCHARD Véronique, « Qui sont les filles violentes dans le Paris des Trente Glorieuses ? », Champ pénal/Penal field [En ligne], 8, 2011, mis en ligne le 14 février 2019, consulté le 7 novembre 2021, URL : http://journals.openedition.org/champpenal/8071.

BLANCHARD Véronique, NIGET David, Mauvaises filles. Incorrigibles et rebelles, Paris, Textuel, 2016.

CARDI Coline, « La production du genre au sein de la justice des mineurs : la figure de la délinquante chez les juges des enfants », in DENÈFLE Sylvette (dir.), Femmes et villes, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2004, pp. 305-324.

CIUCIU Anina, « Nous représenter », Sociétés & Représentations, 45, 1, 2018, pp. 107-118.

DEMAZIÈRE Didier, « L’entretien biographique comme interaction négociations, contre-interprétations, ajustements de sens », Langage et société, 123, 1, 2008, pp. 15-35.

FASSIN Éric, « Politiques de la (non-)représentation », Sociétés & Représentations, 45, 1, 2018, pp. 9-27.

FASSIN Didier, RECHTMAN Richard, L’empire du traumatisme, Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion, 2007.

FOUCAULT Michel, Surveiller et punir, naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

FOUCAULT Michel, Histoire de la sexualité. I. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

GAY, Amandine, Ouvrir la voix, DVD, Bras de fer production, 2017, 2 h 09.

GÉRARDIN-LAVERGE Mona, « Performativité du langage et empowerment féministe », Philonsorbonne, 11, 2017, pp. 93-105.

GOFFMAN Erving, Asiles, Paris, Les éditions de Minuit, 1968.

GOFFMAN Erving, Stigmate, Paris, Les éditions de Minuit, 1975.

GRUEL Louis, « La cité d’urgence : une grande famille ? », Les Annales de la recherche urbaine, 26, Développement social des quartiers, 1985, pp. 65-74.

GUILLOT Vincent, « 18. Me dire simplement », in PEYRE Évelyne (dir.), Mon corps a-t-il un sexe ? Sur le genre, dialogues entre biologies et sciences sociales, Paris, La Découverte, 2015, pp. 296-301.

HÉLARDOT Valentine, « Vouloir ce qui arrive ? Les bifurcations biographiques entre logiques structurelles et choix individuels. », in BESSIN Marc, GROSSETTI Michel, BIDART Claire (dir.), Bifurcations, les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La découverte, 2009, pp. 160-167.

HONNETH Axel, La lutte pour la reconnaissance, Les éditions du cerf, Paris, 2000.

JAKŠIĆ Milena, « Devenir victime de la traite. L’épreuve des regards institutionnels », Actes de la recherche en sciences sociales, 198, 3, 2013, pp. 37-48.

JOUËT Josiane, LE CAROFF Coralie, « L’observation ethnographique en ligne », in BARATS Christine (dir.), Analyser le web en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin, 2012, pp. 147-165.

KOSOFSKY SEDGWICK Eve, Épistémologie du placard, Paris, éditions Amsterdam, 2008.

LARZILLIÈRE Pénélope, « Sentiment d’injustice et engagement. Les expressions militantes de chocs moraux en contexte coercitif ou autoritaire », Cultures & Conflits, 110-111, 2, 2018, pp. 157-177.

LATTÉ Stéphane, « Commémoration », in FILLIEULE Olivier (dir.), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, pp. 116-123.

LATTÉ Stéphane, « La “force de l’événement” est-elle un artefact ? Les mobilisations de victimes au prisme des théories événementielles de l’action collective », Revue française de science politique, 62, 2012, pp. 409-432.

LESSELIER Claudie, « Les femmes et la prison 1820-1939. Prisons de femmes et reproduction de la société patriarcale », in PETIT Jacques-Guy (dir.), La prison, le bagne et l’histoire, Paris/Genève, Librairie des Méridiens, Médecine et Hygiène, 1984.

PHETERSON Gail, Le prisme de la prostitution, Paris, L’Harmattan, 2001.

ROSTAING Corinne, La relation carcérale. Identité et rapports sociaux dans les prisons de femmes, Paris, PUF, 1997.

ROUX Sébastien, « La matrice pénale. Devenir adulte sous protection judiciaire », Politix, 108, 4, 2014, pp. 11-30.

RYCKEL Cécile, DELVIGNE Frédéric, 2010, « La construction de l’identité par le récit », Psychothérapies, 30, 4, 2010, pp. 229-240.

SALLÉE Nicolas, « Éduquer sous contrainte », Les Cahiers Dynamiques, 64, 2, 2015, pp. 55-65.

SKEGGS Beverley, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire, Marseille, Agone, 1997.

SPIVAK Gayatri Chakravorty, Les subalternes peuvent-elles parler ?, Paris, éditions Amsterdam, 2009.

TÉTARD Françoise, DUMAS Claire, Filles de justice, Du Bon-Pasteur à l’éducation surveillée (XIXe-XXe siècle), Paris, Beauchesne-ENPJJ, 2009.

THOMAZEAU Anne, « Entre éducation et enfermement : le rôle de l’éducatrice en internat de rééducation pour filles, de la Libération au début des années 1960 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 7, 2005, pp. 147-171.

Sources

ANCIENNES PENSIONNAIRES DU BON PASTEUR, Bon Pasteur notre enfance, Anciennes pensionnaires du Bon Pasteur, 2009, [en ligne], consulté le 23/05/2018, disponible sur : http://bonpasteurnotreenfance.vraiforum.com/index.php.

BIHEU-VIMARD Jacqueline, Jusqu’à la vingt et une, Le Faouët, Atelier LIV’Edition, 2017.

BODIN-BOUGELOT Michelle-Marie, Enfances Volées, « Le Bon-Pasteur ». Nous y étions, Ahuy, Dicoflor groupe, 2009.

BON PASTEUR, « Bienvenue », 2001, [en ligne], consulté le 28/01/2021, disponible sur : https://www.bonpasteur.com/.

BOUCAULT Vincent, « Le musée qui provoque la colère », Le Courrier de l’Ouest, 26/11/2019.

BOUCAULT Vincent, « En France rien n’a été fait depuis 20 ans », Le Courrier de l’Ouest, 16/01/2021.

BRECX Laurence, Irlande : des femmes étaient contraintes au travail forcé dans des couvents, rtbf, 2013, [en ligne], consulté le 23/05/2018, disponible sur : https://www.rtbf.be/info/societe/detail_irlande-des-femmes-etaient-contraintes-au-travail-force-dans-des-couvents?id=7922653.

COLLECTIF ÉMANCIPATION, « Publicité élogieuse pour l’Institution catholique le Bon Pasteur sur le Ouest France, le collectif émancipation réagit », 2016, [en ligne], consulté le 27/05/2019, disponible sur : http://collectifemancipation.fermeasites.net/index.php?page2.

DJITLI Leila, FASHAHI Manoushak, Portraits (4/4) : « Mémoires de Mauvaises Graines – Quand les anciennes pensionnaires du Bon Pasteur témoignent », Sur les Docks, France Culture, 2013 54 min, [en ligne], consulté le 26/05/2018, disponible sur : https://www.franceculture.fr/emissions/sur-les-docks-14-15/portraits-44-memoires-de-mauvaises-graines-quand-les-anciennes.

GÉRAULT Clothilde, « Un musée dédié à la congrégation du Bon Pasteur », Ouest France, 10/07/2016, [en ligne], consulté le 08/02/2021, disponible sur : https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/maine-et-loire/un-musee-dedie-la-congregation-du-bon-pasteur-4362627.

HUNZINGER Chloé, Les filles au secret, DVD, Réal Productions, 2014, 52 min.

JUSTICE FOR MAGDELENE, Magdelene Laundries, JFM Research, 2003, [en ligne], consulté le 23/05/2018, disponible sur : http://www.magdalenelaundries.com/.

MULLAN Peter (réal.), The Magdalene Sisters, DVD, Wild Side, 2002, 2 h.

MUSÉE DU BON PASTEUR, « On parle de nous », 2016, [en ligne], consulté le 28/01/2021, disponible sur http://www.bonpasteur-musee.org/on-parle-de-nous.

RÉDACTION RTBF, Irlande : 800 cadavres de bébés dans la fosse septique d’un couvent, RTBF, 2 min 7 s, 2014, [en ligne], consulté le 23/05/2018, disponible sur : https://www.rtbf.be/info/monde/detail_irlande-800-cadavres-de-bebes-dans-la-fosse-septique-d-un-couvent?id=8284183.

Haut de page

Notes

1 Afin de respecter l’anonymat, les prénoms et les noms de lieux ont été changés. Les récits ont pu être modifiés à la marge afin de respecter la confidentialité des enquêté·e·s, selon un dispositif qui – tout en s’éloignant potentiellement des cas rencontrés – préserve la véracité sociologique des situations (Béliard et Eideliman, 2008).

2 Pour chaque situation : (date d’entretien, durée, dates de placement au Bon Pasteur), ici : (14/02/2018, 2 h 35, 1963-1966).

3 La congrégation, fondée par Marie-Euphrasie Pelletier, s’inspire au XIXe siècle des préceptes de L’Évangile selon Saint Jean dans lequel le Bon Pasteur ramène ses brebis qui s’étaient égarées (Bodin-Bougelot, 2009, 6). Les « voleuses », les « filles perdues », les « insoumises », les « fugueuses » et toutes les autres « mauvaises filles » sont, pour la congrégation, les brebis à remettre dans le droit chemin (Blanchard et Niget, 2016, 179). On peut lire dans le numéro 3 de La revue de l’Éducation surveillée datant de 1946 les mots d’une éducatrice : « Le but principal de la congrégation est la Préservation et la Réforme de l’Enfance et de l’Adolescence » (cité par Tétard et Dumas, 2009, 229).

4 Anciennes pensionnaires du Bon Pasteur, 2009.

5 J’ai pu consulter un mémoire de fin d’études d’une ancienne étudiante éducatrice ayant fait son stage de fin d’études au Bon Pasteur en 1968 et 4 dossiers de placement au Bon Pasteur confiés par d’anciennes pensionnaires.

6 Lettres, roman (Biheu-Vimard, 2017), recueil de témoignages d’anciennes pensionnaires du Bon Pasteur (Bodin-Bougelot, 2009).

7 Articles de journaux (Boucault, 2019 ; Boucault, 2021 ; Gérault, 2016) et blog féministe (Collectif Émancipation, 2016).

8 Documentaires (Hunzinger, 2014) reportages et émissions de radios (Djitli et Fashahi, 2013).

9 Selon l’idéologie propre aux institutions d’enfermement de la jeunesse qui traite ces mineures de manière équivalente. Sur cet aspect, voir notamment : Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot, Jacques-Guy Petit (2002), Sébastien Roux (2014), Nicolas Sallée (2012), Véronique Blanchard (2011).

10 Mireille, née en 1950, est placée chez sa grand-mère dès ses 5 mois. À 8 ans, elle est envoyée en Institut médico-pédagogique (IMP) puis retourne chez sa grand-mère à l’âge de 13 ans. Lorsqu’elle perd son emploi, elle est mise à la porte par sa famille. Retrouvée par la gendarmerie et considérée comme fugueuse, elle est placée au Bon Pasteur en 1968 pendant 8 mois (25/04/2018, 2 h, 1968).

11 Monique, née en 1951, est abandonnée par sa mère lorsqu’elle a 3 ans. Elle est placée dans une famille d’accueil puis « dans une pension normale, chez les bonnes sœurs, rien que d’ordinaire ». Elle me raconte ce qui a mené à sa prise en charge au Bon Pasteur : « Donc je suis restée dans cette pension jusqu’à 15 ans et le point de bascule ça a été que je faisais du piano et puis dans la salle de piano, la bonne sœur qui faisait du piano elle avait une petite caisse où elle mettait ses trois pièces qu’elle récoltait je ne sais où. Et je lui avais piqué […] ce qui correspond maintenant à peu près à 5 euros. Et puis je suis partie en ville. En fait j’avais envie de partir parce que j’en avais marre de la pension. Bien sûr j’ai été rattrapée manu militari et conduite au Bon Pasteur. Sans autre forme de procès. » À la suite de ce petit vol, elle est placée deux ans, de 1966 à 1968, au Bon Pasteur (Monique, 16/03/2018, 2 h 22, 1966-1968).

12 Yolande est née en 1950, d’une mère « mère au foyer, soi-disant » et d’un père maçon. Elle est placée au Bon Pasteur de 1961 à 1968 par les services sociaux après avoir subi des maltraitances de la part de sa mère (13/03/2018, 2 h 07, 1961-1968).

13 Le film de Peter Mullan sorti en 2002, The Magdalene Sisters, retrace l’histoire de trois adolescentes enfermées dans le couvent des sœurs Madeleine en Irlande en 1964. Plus de 30 000 jeunes filles ont été enfermées dans les « blanchisseries de la Madeleine », entre le XIXe siècle et 1996 – l’année de leur fermeture. À partir de 1993, plusieurs scandales explosent en Irlande et provoquent de vives émotions aux niveaux régional et international (Justice for Magdelene, 2003 ; RTBF, 2014). En 2013, l’État irlandais reconnaît sa responsabilité dans l’exploitation des jeunes filles dans les blanchisseries de la Madeleine entre 1922 et 1996 (Brecx, 2013).

14 Depuis le 2 janvier 2002, la loi oblige en effet les établissements sociaux et médicosociaux à donner accès aux dossiers des bénéficiaires. Bien que la congrégation se montre souvent rétive, cette loi permet aux anciennes pensionnaires d’obtenir leur dossier de placement qui spécifie les raisons de leur prise en charge, regroupe des informations sur leur santé, leur scolarité et des observations sur leurs comportements.

15 Gérault, 2016.

16 Il est possible de citer notamment des personnalités concernées prenant la parole pour défendre les droits des personnes intersexes (Guillot, 2015), ceux des Rroms (Ciuciu, 2018) ou encore ceux des personnes racisées (Gay, 2017).

17 Selon Gayatri Chakravorty Spivak, en s’organisant collectivement, en prenant la parole publiquement, en tentant de maîtriser l’image qu’on a d’elles, elles deviennent des sujets en capacité d’agir (2009, 25-26).

18 Voir notamment le mouvement #MeToo lancé d’abord en 2007 puis relancé à partir d’octobre 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hanan Sfalti, « Devenir victimes : quand des femmes témoignent pour la reconnaissance et la réparation des souffrances subies au Bon Pasteur »Genre, sexualité & société [En ligne], 26 | Automne 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/gss/7039 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.7039

Haut de page

Auteur

Hanan Sfalti

Doctorante en anthropologie à l’université Toulouse – Jean-Jaurès LISST (UMR 5193)
hanan.sfalti@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search