Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26VariaÊtre mère et en prison au Cameroun

Varia

Être mère et en prison au Cameroun

Mothers in prison in Cameroon
Jeannette Wogaing

Résumés

Les prisons sont des espaces d’enfermement où l’individu se voit privé de libertés. Il y est soumis à un règlement intérieur qui réorganise et régit son quotidien. Dans un tel univers, la femme, et davantage la mère, est appelée à continuer à jouer ses rôles. Il arrive que sa relation affective avec sa progéniture soit réduite à de simples visites hebdomadaires ou mensuelles dont la durée est variable. Pour ces femmes écrouées, la vie carcérale ne permet pas toujours de s’assumer au quotidien en tant que mère. À la suite d’une enquête menée entre août 2011 et février 2017 dans deux établissements pénitentiaires du Cameroun sur la base d’observations, d’entretiens et de récits de vie avec une soixantaine de mères incarcérées et quatre personnels pénitentiaires, les résultats de notre analyse montrent (d’une part) que les détenues dont les enfants sont mineur(e)s ont des rapports conflictuels avec leur progéniture et (d’autre part) que les prisonnières vivent avec beaucoup d’amertume, d’impuissance et d’indignité leur enfermement. Par ailleurs, leur statut de mère et surtout de personne privée de libertés et d’intimité les amène à être mères autrement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Selon une observation auprès des collègues au sein même de l’université de Douala où les gens sont (...)
  • 2 Enquête démographique de santé (2018).

1Si pour Simone de Beauvoir (1949, 43) « on ne naît pas femme : on le devient », au Cameroun, la femme est très tôt initiée à son futur rôle d’épouse et de mère. Elle préfigure la maternité sociale, c’est-à-dire la mère ou la fonction de mère (Grâce Etonde-Ekoto, 1985, 345). Dans un contexte où l’enfant1 est considéré comme un don de Dieu (Boni, 2008, 51), être mère reste et demeure la véritable destinée de la femme au regard du nombre d’enfants par femme autant en milieu urbain (4 enfants) qu’en milieu rural (5 enfants)2.

2Par ailleurs, l’histoire des femmes et davantage de la maternité au Cameroun révèle qu’une mère n’est pas seulement une femme qui a eu à mettre au monde un ou plusieurs enfants. Elle l’est à travers les rôles qu’elle joue au quotidien. Une mère peut être une grand-mère, une sœur, une tante qui a élevé un enfant ou même une voisine avec qui ce dernier entretient des relations affectueuses (Jeannette Wogaing, 2012, 163). Anne Hugon (2020, 215), qui a travaillé sur les femmes en situation coloniale, note qu’être mère a souvent été survalorisant pour la femme. Cette réalité observée dans la Gold Coast coloniale n’a que très peu évolué jusqu’à nos jours. Les femmes n’ayant pas enfanté continuent d’être stigmatisées par leurs communautés respectives et par la société (Tanella Boni, 2008, 152).

  • 3 Les visiteuses sont, pour l’essentiel, constituées de personnes de sexe féminin ou alors des enfant (...)
  • 4 C’est-à-dire une privation stricte pendant le temps de l’incarcération.

3Pour les mères en prison, la situation est différente, ce d’autant plus qu’elles sont en situation d’enfermement et vivent en dehors de la cellule familiale. Leurs rôles sociaux sont mis entre parenthèses. Leur présence étant considérée comme fondamentale, elles ne sont plus en mesure d’aider leur(s) enfant(s) à se construire du fait de leur détention. La mère détenue est séparée de sa progéniture qui peut être confiée à un parent ou à une tierce personne. Ce qui n’est pas le cas dans certains pays occidentaux où la séparation de la mère et de son enfant dépend de l’âge de l’enfant en question (Martine Schachtel, 2000, 80 ; Elaine Mangin, 2018, 77). Leur vie affective se limite pour les unes à de simples visites3 qui durent à peine une heure dans des espaces non aménagés, pour les autres, à aucun contact familial4. Si les femmes écrouées ont pu donner la vie, elles n’ont plus droit au sexe pour parler comme l’une d’elles, encore moins à une intimité. Au Cameroun, elles représentent 2,7 % de la population carcérale, soit 823 personnes contre 29 878 hommes selon le Rapport du ministère de la Justice sur l’état des droits de l’homme au Cameroun (2018). Il ne fait aucune mention du nombre de femmes ayant eu un ou des enfants. La situation des mères écrouées reste préoccupante au regard du rôle culturellement attribué à ces dernières et de la place de l’enfant dans leur vie.

4Aller à la rencontre de ces catégories oubliées a été l’occasion pour nous de partager leur quotidien, le temps de la collecte de données, et de comprendre ce que signifie être mère et en prison. De ce fait, cet article se propose d’analyser le sens que les détenues donnent à leur statut de mère ; de personne privée d’intimité ; les différents types de relations que les mères incarcérées développent avec leur(s) enfant(s) ; en quoi et comment la femme enfermée peut être mère autrement.

Matériel et méthode

  • 5 Douala est un creuset de dynamique sociale qui accueille les populations venues de l’intérieur du C (...)
  • 6 Dans le jargon camerounais, le terme gardienne de prison est le plus souvent utilisé pour désigner (...)
  • 7 Nous avons effectué des entretiens formels et informels avec le personnel pénitentiaire féminin qui (...)

5Nous avons mené la recherche au sein de deux institutions pénitentiaires basées à Douala et Bafoussam au Cameroun. Ce choix a été motivé d’une part par le caractère mixte de ces lieux de détention séparés en quartiers dits masculins pour les hommes, et féminins pour les femmes ; d’autre part, à cause de la particularité socioanthropologique des villes où ces prisons sont construites5. Dans une enquête antérieure, menée dans le cadre d’un travail doctoral, les futures mères et les accouchées avaient montré un attachement particulier au fait de devenir mère et au « bonheur » que leur procure ce statut. Nous nous sommes donc demandé comment les mères en prison vivent leur destin derrière les barreaux, et ce, en l’absence de leur(s) enfant(s) et de toute vie privée. La collecte des données s’est faite en plusieurs périodes. La première phase a été réalisée en août 2011 où nous avons interrogé quinze mères détenues et une gardienne de prison6 dans chacun des milieux carcéraux. Cette étape correspondait à celle de la découverte de l’univers carcéral. La deuxième s’est poursuivie en février 2017 au sein des mêmes établissements pénitentiaires. À Douala, nous avons de nouveau interrogé vingt-cinq femmes écrouées et une gardienne de prison contre quinze détenues et un personnel pénitentiaire à Bafoussam ; soit un total global de soixante-dix détenues mères et quatre personnels pénitentiaires féminins7.

6Nous avons utilisé les techniques de la recherche anthropologique : l’observation, le guide d’entretien et le récit de vie. L’observation, premier outil de collecte, a été utilisée pour saisir l’environnement carcéral, l’attitude des détenues, leur espace de vie ainsi que leurs occupations quotidiennes. Elle a permis de comparer les deux espaces carcéraux. Le passage répété dans l’univers carcéral a permis de réviser la grille d’observation. En tant qu’observatrice externe, nous avons pu relever les types d’interaction qui se font entre détenues d’une part, et entre détenues et gardiennes de prison d’autre part ; ainsi que les codes langagiers qui y sont utilisés. L’entretien a favorisé des échanges avec les prisonnières et les gardiennes de prison sur les conditions de vie des femmes en prison. Il a repris certaines rubriques de la grille d’observation (l’attitude et l’espace de vie des détenues) et a laissé à la détenue la possibilité de communiquer des informations concernant sa vie privée (sociographie de la concernée, nombre d’enfants, motif de l’écrou, statut de la détenue d’un point de vue juridique, relation avec les enfants et les autres membres de la parentèle, interactions avec les codétenues, gestion de la vie personnelle). Pour ce qui est du récit de vie, il a été utilisé pour recueillir des informations au sujet de la situation des prisonnières qui nous a paru différente de celle de la majorité des mères emprisonnées.

7La sélection des mères enfermées s’est faite de façon aléatoire dans la cour carcérale et au dortoir et donc l’espace commun de vie et de couchage (cas de Douala) ; à l’atelier des activités sociales (cas de Bafoussam). Cependant, la principale caractéristique des prisonnières était celle d’avoir au moins un enfant vivant.

Être femme et mère en milieu carcéral

  • 8 Cf. le décret no 92/052 du 27 mars 1992 portant organisation pénitentiaire au Cameroun.

8Si les femmes sont incarcérées pour les mêmes mobiles que les hommes, elles n’ont pas en revanche le droit et la possibilité d’accoucher en prison même si elles peuvent y arriver en état de grossesse. Pour ces mères écrouées, il leur est difficile d’apporter l’encadrement nécessaire à leur(s) enfant(s) du fait des lois qui ne les autorisent pas à garder ces derniers auprès d’elles quel que soit leur âge. Elles sont ainsi systématiquement séparées de leur(s) enfant(s)8. Par ailleurs, leurs conditions de vie restent difficiles, voire déshumanisantes (Pierre Boubou, 2006, 246-250). Elles n’y ont pas droit à une quelconque vie privée. Par conséquent, les mères enfermées qui ne souhaitent pas garder le secret de leur enfermement veulent continuer à fournir des aliments à leur(s) enfant(s) en leur offrant une partie de leur ration.

  • 9 En plus de la privation de liberté, les femmes tout autant que les hommes n’ont pas droit à une vie (...)
  • 10 Ce discours a également été celui de quelques détenues de la prison de Douala.

9Ces femmes sont soit en détention provisoire (en attente ou en cours de jugement), soit des condamnées. Les juridictions de jugement utilisent toujours la peine privative de liberté. De ce fait, l’entrée en prison est marquée par l’absence de libertés et la perte de certains droits parmi lesquels celui relatif à la vie sexuelle9. « Depuis que je suis ici, je n’ai plus vu mes filles10 [pleurs]. Personne ne me donne de leurs nouvelles. […] Tu ne vois même pas le dos de l’homme [allusion au sexe] » (Massa, 32 ans, trois enfants, écrouée pour enlèvement d’enfants, Bafoussam). La détention entraîne parfois une rupture de liens affectifs avec les membres de la famille et les enfants en particulier. « J’ai été séparée de mon enfant alors qu’il n’était pas sevré [pleurs] » (Ruth, 28 ans, deux enfants, incarcérée pour abus de confiance, Douala). Parce que la femme est avant tout définie à travers son rôle reproducteur, nourricier et protecteur (Simon David Yana, 1997, 39-40 ; Antoine Mbango, 2005, 15), du fait de leurs responsabilités prédéfinies, certaines détenues mentent à leur(s) enfant(s) pour justifier leur absence prolongée et préserver l’image attendue de la bonne mère : c’est-à-dire une personne qui vit par et pour ses enfants ; une personne qui est toujours là pour ses enfants (Boni, 2008, 153-155).

  • 11 Cependant, aucune mention n’est faite sur la variable sexe des mineur(e)s qui devaient y être accue (...)
  • 12 L’une des hypothèses de la mise en place de cette prison spéciale était que mettre les mineur(e)s à (...)

10Pourtant, d’après Idrissou Alioum (2005, 25), « la prison de Mfou apportait un certain nombre de réponses à la problématique de l’incarcération des femmes au Cameroun, avec notamment la féminisation du personnel de surveillance et la répartition par catégorie (prévenues et condamnées) ». Ces femmes auraient dû y être envoyées. C’est la seule et toute première prison, créée en 1979, spécialement réservée aux femmes et aux mineurs11, devenue mixte en 198512. Par ailleurs, aucune démarche formelle ne semble se faire dans le sens d’accorder une certaine intimité aux personnes détenues.

Occupation du temps des femmes en prison : des activités genrées lorsqu’elles ont lieu

  • 13 Dans les deux prisons, la visiteuse ou la détenue traverse le quartier masculin pour accéder au qua (...)
  • 14 La petite différence au niveau des deux prisons est que celle de New Bell à Douala dispose d’une zo (...)
  • 15 Les prévenu(e)s en procédure pénale : personne contre laquelle est exercée l’action publique devant (...)
  • 16 En août 2011.
  • 17 L’oseille est communément appelée foléré. C’est une plante potagère de la famille des polygonacées (...)

11Au sein des prisons de Bafoussam et Douala13, les femmes sont enfermées ensemble indépendamment du délit ou du crime commis14. Il n’y a pas de séparation entre les prévenues15 et les condamnées, même si leur quotidien varie d’une prison à une autre. Elles y vivent à l’ombre des hommes et demeurent recluses dans l’arrière-cour. Le quotidien du centre pénitentiaire de Bafoussam16 est meublé par plusieurs activités parmi lesquelles l’apprentissage de la couture, de la coiffure, du tissage des sacs, de la fabrique du savon, du yaourt, du jus d’oseille17, etc.

Depuis que je suis ici, j’ai appris beaucoup de choses à travers le Centre de promotion des artisans de Bafoussam. (Sheila, 30 ans, deux enfants, écrouée pour abus de confiance, Bafoussam)

J’ai fait un an avant d’être jugée […] Entre-temps, j’ai appris à tisser, à fabriquer le yaourt et bien d’autres choses. (Jeanne, 58 ans, six enfants, condamnée à vie pour meurtre, Bafoussam)

Ce discours a été tenu par la quasi-totalité des prisonnières de Bafoussam à cette époque. Ce vécu reste différent de celui des détenues de Douala pour la même période.

À notre arrivée, nous avons remarqué que les femmes étaient pour les unes dans leur dortoir, pour les autres dans la cour ou au hangar qui tenait lieu de cuisine. Quelques-unes étaient assises sur les bancs, les yeux rivés vers la télévision. Certaines occupaient l’espace affecté à la cuisine et préparaient leur repas. La télévision placée dans un coin de la cour carcérale émettait à longueur de journée. Leur seule occupation semblait consister à prendre soin d’elles-mêmes. (Observation faite à Douala en 2011)

12Cette situation a amené certaines incarcérées à dire que la prison est un espace discriminant et très ennuyeux. C’est encore plus difficile pour ces dernières lorsqu’elles ne bénéficient ni d’activités, ni de visites.

La vraie prison est le fait de rester là à ne rien faire. C’est vraiment très dur de vivre ainsi. Il n’y a rien à faire. Quand tu es ici, tu es perdue. Ce sont les femmes qui sont en prison. Les hommes (les détenus) ont de quoi s’occuper. Ils ont des activités. Les vrais prisonniers, c’est nous. Tu es malade, on ne t’amène pas à l’infirmerie. Ajouté à cela, quand tu n’as pas de visite, tu t’ennuies à mourir. (Bethesta, 37 ans, un enfant, écrouée pour escroquerie, Douala)

  • 18 La raison évoquée pour justifier la suspension de ces activités est que ce sont des institutions ex (...)
  • 19 À ce titre, la Victim Offender Prison Care Support (VOPS) a mis sur pied un centre et un programme (...)

13En 2011 au centre pénitentiaire de Bafoussam, les femmes ont bénéficié d’activités socioculturelles qui ont ensuite été suspendues en 201318. Ces travaux en ateliers correspondent souvent aux projets mis en place pour les détenu(e)s par les organisations de la société civile, les organisations non gouvernementales, l’Union européenne, le Secours catholique. Ces programmes s’inscrivent dans un temps limité qui ne tient pas toujours compte des besoins exprimés par les bénéficiaires. Quant aux activités socioculturelles de la prison de New Bell à Douala, elles ont existé quelques années plus tôt et sont plus l’œuvre d’une structure à but non lucratif de la congrégation des Sœurs de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Buéa à travers la Victim Offender Prison Care Support (VOPS). Cette organisation apporte plusieurs types d’aide aux détenu(e)s. Il s’agit, entre autres, de l’assistance légale, des cours de morale et d’éducation à la citoyenneté, des enseignements bibliques, des apprentissages tels que le tissage des sacs, la coiffure, la couture, la maintenance informatique et le secrétariat bureautique, pouvant contribuer à la réinsertion sociale19. Que ce soit à Douala ou à Bafoussam, nous avons constaté que toutes les prisonnières n’adhèrent pas aux activités qui leur sont proposées.

  • 20 Selon le nouveau Code de procédure pénal du Cameroun promulgué le 12 juillet 2016 article 337 : « E (...)

Qu’est-ce que ces femmes peuvent bien m’apprendre ? Elles perdent leur temps. Vous pensez vraiment que c’est ici que je vais apprendre à coiffer, à tricoter ou à coudre ? Je préfère dormir, fait remarquer Stéphanie, écrouée pour avortement20 (27 ans, 1 enfant, Bafoussam).

Ne devrait-on pas nous demander notre avis !  [Soupirs] On ne nous consulte jamais. Les autres décident pour vous. Vous n’avez rien à dire, renchérit Zoé (24 ans, 2 enfants, Douala), inculpée pour le même motif.

14Pour ces jeunes mères, ces activités ne sont d’aucune utilité, surtout lorsqu’elles sont imposées. « Ici, avec ou sans activités, on meurt à petit feu », note Charlotte, détenue pour détournement de deniers publics (42 ans, deux enfants, Douala). Des études révèlent qu’en prison, plusieurs activités sont destinées aux hommes (Elaine Mangin, 2018, 15). La prison semble avoir été pensée uniquement au masculin, même si des femmes y sont également incarcérées. Pour que les femmes accèdent aux activités qui se trouvent dans les quartiers masculins, elles doivent être impérativement accompagnées par un personnel de sexe féminin. Cette disposition contribue à l’invisibilisation de la femme même en prison.

Un inégal soutien familial aux femmes incarcérées

15Le soutien familial, qui se joue notamment à travers les visites, modifie et différencie le vécu de l’enfermement.

Quand la cheftaine de la cellule ou la gardienne vient t’annoncer qu’il y a quelqu’un pour toi au parloir, tu oublies ton enfermement […] Même si la visite est brève, tu es contente de savoir qu’à l’extérieur, il y a des gens qui pensent à toi [rires]. La visite te fait garder espoir […] Quand tu ne reçois la visite de personne, c’est comme si tu n’existes plus. Tu te sens seule. Ça te rend triste. Parfois certaines craquent et passent le temps à pleurer en pensant à leur(s) enfant(s) et autres. [Soupirs] Il y en a qui maudissent les personnes qui sont à l’origine de leur arrestation.

  • 21 Longtemps avant son arrestation, le fils aîné de Myriam vivait déjà avec la sœur de sa mère depuis (...)

16Myriam est en prison pour escroquerie foncière et en situation préventive. Elle est mariée et mère de quatre enfants dont les âges varient entre 16 ans et 2 ans au moment de l’enquête. Elle reçoit quotidiennement la visite de son mari, qui s’occupe seul de leurs enfants21. Il lui apporte à manger et d’autres objets dont elle a besoin et qui sont tolérés en prison (produits cosmétiques, papiers et serviettes hygiéniques). Les autres détenues peuvent se procurer ces articles à travers le commerce informel qui s’y développe.

La visite des miens me fait énormément du bien. Même comme je suis enfermée, je vois mes enfants et mon mari tous les jours. […] J’ai la chance d’avoir un bon mari. Certaines de mes codétenues sont abandonnées à elles-mêmes. Elles ne reçoivent la visite de personne. […] Il y en a qui ne supportent pas la dureté de la vie ici à l’intérieur. […] Elles pleurent tout le temps. Il y en a aussi qui regrettent ce qu’elles ont fait. (Myriam, 42 ans, Bafoussam)

17Le soutien pour quelques-unes des mères écrouées ne consiste pas uniquement à recevoir de la visite des proches, mais au fait de garder le secret de leur emprisonnement avec la complicité de leurs parents, en l’occurrence leur propre mère ou le père de leurs enfants.

Je ne veux pas que mes enfants pensent que je suis une mauvaise personne parce que je suis en prison. […] Alors, l’une des promesses que j’ai demandé à ma mère de tenir, est celle de ne pas dire à mes enfants que je suis ici [sourires]. Pari réussi jusqu’à présent. (Sheila, enfermée pour abus de confiance, 30 ans, deux enfants, Bafoussam)

Mon époux leur a dit que je suis allée veiller sur leur grand-mère malade. Je ne suis pas encore jugée. […] J’espère que le juge aura pitié de moi au nom de mes enfants [pleurs]. […] Je ne peux pas supporter que mes filles soient au courant de mon arrestation. […] Ma situation compromet tout. […] Il le leur dira peut-être si j’ai une lourde peine [dit-elle en soupirant]. Et si jamais il le fait, je risque d’être obligée de vivre sans elles même après avoir purgé ma peine, révèle Louise, inculpée pour vol d’ordinateur portable (41 ans, cinq enfants, Bafoussam).

18Quand nous lui avons demandé pourquoi elle veut s’infliger une telle souffrance, elle a dit :

Si mon entourage sait que je suis en prison [silence]… Je suis morte. Il va pourrir la vie à mon mari et au final, il risque de m’abandonner. […] Mes filles seront stigmatisées. [Larmes] Je ne veux pas qu’elles souffrent à cause de moi.

19Une telle posture peut justifier le désir de mentir, de taire la vérité afin d’éviter d’être perçue par les siens comme une mauvaise mère (Coline Cardi, 2007, 28). Même incarcérées, certaines mères détenues se sentent comptables de l’ordre social. En fait, cette attitude peut, en réalité, masquer la perte de l’estime de soi qui habite quelques mères emprisonnées qui n’arrivent pas à accepter leur situation (Elaine Mangin, 2018, 27) ou qui décrètent leur mort sociale.

20Le motif de l’enfermement vient affecter le type de lien qui peut exister entre les femmes incarcérées et leur entourage (enfants, parents, et partenaire). Deux des mères écrouées, l’une pour assassinat et l’autre pour blessures graves ayant entraîné la mort, ont été reniées par leurs familles respectives. Elles ne reçoivent aucune visite de ces dernières, encore moins de leurs enfants, encore mineur(e)s au moment des faits.

  • 22 Les femmes en contexte camerounais ont tendance à appeler systématiquement leur partenaire « mari » (...)

Depuis que je suis enfermée, personne n’est venu me rendre visite. Même pas ma mère qui pourtant vit encore. […] Mon mari22 et moi avons bagarré. En voulant éviter un coup, il a fait une chute. Ce n’est pas comme si j’avais prémédité mon acte ! C’était un accident ! martèle Sonia, enfermée pour coups et blessures graves (30 ans, deux enfants, Douala).

  • 23 Le Rapport du ministère de la Justice sur l’état des droits de l’homme au Cameroun (2018, 237) révé (...)
  • 24 Le décret no 92/052 du 27 mars 1992 portant régime pénitentiaire au Cameroun. Maître Boubou (2006, (...)
  • 25 L’Association des chrétiens pour l’abolition de la torture au Cameroun (ACAT) avait, dans son rappo (...)

21Aucune séparation n’est faite entre les détenu(e)s ayant des problèmes psychiatriques23 et les autres. Il en est de même pour les délits commis et la criminalité. « La petitesse de l’espace ne permet pas de séparer les détenues en tenant compte du type de délits ou de leur état de santé […]. Nous avons deux détenues qui ont besoin d’assistance psychologique et même psychiatrique » (gardienne de prison, Bafoussam). Pourtant, l’article 4 du règlement intérieur des prisons alinéa 1 dispose que les prévenues sont séparées des condamnées24. « Non seulement tu es en prison, mais en plus, on vous mélange toutes. Peu importe ce que tu as fait. […] Tu ne sais même pas quand tu seras jugée. C’est comme si tu n’as plus aucun droit. […] On dirait que tu n’es plus humain25 » (écrouées). La logique de répartition des détenues contrairement à celle des prisonniers ne tient compte que de la variable sexe. Tout se passe comme si les mères, une fois enfermées et ce, quelle que soit leur éducation, deviennent des personnes disciplinées et par conséquent, ne représentent plus aucun danger pour leurs codétenues. Ce dysfonctionnement s’observe également au niveau de l’approvisionnement en nourriture.

Des repas à préparer soi-même dans les prisons de femmes : rappel du rôle domestique des femmes

22Sur le plan de l’alimentation, elles reçoivent par la prison des rations constituées essentiellement de céréales et de légumes. La préparation de leur repas est en général laissée à leur propre soin. Ce qui n’est pas le cas chez les prisonniers qui ont droit à un repas journalier déjà préparé. « L’État camerounais ne nous donne que de la nourriture crue (riz, maïs, haricots) » (prisonnières de Douala et Bafoussam). Or, la prison ne leur fournit pas les ustensiles de cuisine. Elles doivent se prendre en charge elles-mêmes. Celles qui n’ont pas d’argent pour en acheter auprès de celles qui cuisinent sont souvent obligées de rendre des services (coiffure, raccommodage de vêtements, petites bricoles, cuisine, ménage, corvées d’eau, lessive) afin d’être gratifiées d’un plat de nourriture. Marie Morelle (2013, 349), qui a étudié la prison de Yaoundé, révèle l’existence d’un système d’échange qui consiste pour les un(e)s à donner certains de leurs objets ou à rendre des services aux autres détenu(e)s contre une compensation de plusieurs natures.

23Pourtant, le Rapport du ministère de la Justice sur l’état des droits de l’homme au Cameroun (2018, 284) fait état de ce que les détenu(e)s dans « la plupart des prisons ont eu une moyenne de deux repas par jour ». En outre, l’assistance sociale qu’elles obtiennent varie d’une prison à une autre. À Bafoussam, une détenue remet en question ce que l’État fait pour les prisonnières : « L’État ne fait rien pour nous. C’est le diocèse qui se charge de tout, même en cas de maladies. […] C’est à lui que nous devons la plupart de nos activités » (Pauline, 32 ans, cinq enfants, inculpée pour recel, Bafoussam).

24Les dons évoqués par les femmes dans les entretiens proviennent aussi des philanthropes camerounais parmi lesquels les stars de la musique et du football, des hommes politiques et de simples citoyens : « Nous avons récemment reçu du riz, du savon, de l’huile et des produits de première nécessité pour les femmes (serviettes hygiéniques et papiers toilettes) » (détenues de Bafoussam et de Douala). Plusieurs détenues rapportent que ces dons sont souvent détournés au sein même du pénitencier. Les gardiennes de prison, quant à elles, reconnaissent les efforts fournis par quelques bienfaiteurs en matière d’assistance aux détenues en plus de l’action de quelques missionnaires. « Les femmes de certaines autorités de la ville nous ont récemment offert de la literie, des ustensiles de cuisine, des serviettes hygiéniques et le couvert. […] L’évêque du diocèse nous donne un sérieux coup de main. Il nous aide sur tous les plans (matériel, sanitaire, spirituel, etc.) » (personnels pénitentiaires, Bafoussam).

De la prise en charge des enfants par la mère en situation de détention

  • 26 Parmi les membres de la famille, les parents les plus cités sont par ordre d’importance la mère, la (...)

25Dans l’ensemble, aucune institution publique n’est responsable des premières dispositions concernant les enfants de parents détenu(e)s. La durée de la détention participe souvent à déterminer leur modèle de prise en charge. Cette disposition est différente de celles de la plupart des pays d’Europe et d’Amérique présentées par Marie-Andrée Bertrand (1998) et Julie Ashdown et Mel James (2010), qui ont étudié les systèmes carcéraux et plus précisément les lieux de détention des femmes. Ces États tiennent souvent compte des besoins spécifiques des femmes mères en mettant en place des points de vente formels où elles peuvent se ravitailler en protections hygiéniques, savon, etc., ainsi que des nurseries où elles ont le droit de garder auprès d’elles leur enfant mineur. Ces auteures montrent que même si le ratio des personnes de sexe féminin enfermées est de loin inférieur à celui des hommes, le fait pour quelques mères d’avoir le droit de prendre soin de leur enfant participe dans certains cas au maintien des liens affectifs et de l’équilibre du duo mère-enfant (Elaine Mangin, 2018, 117). Pour les mères incarcérées au Cameroun, la situation de l’enfant dépend des parents proches restés à l’extérieur indépendamment de la décision judiciaire. Elle présente de multiples particularités, qu’elles soient en situation de détention préventive ou condamnées. L’enfant peut demeurer avec la personne qui est présente au moment de l’arrestation, être confié à un membre de la famille26, et même quelques fois à des inconnu(e)s.

J’ai été écrouée le lendemain de mon arrestation pour coups et blessures sur une femme et condamnée à huit mois d’emprisonnement ferme. Mon fils a trois ans. Son père et ma mère s’occupent de lui. Je pense qu’à son âge, seule mon absence peut le perturber. Il ne sait pas ce que c’est que la prison. Heureusement que je n’ai écopé que de huit mois. Je ne peux pas accepter qu’il vienne ici. Je ne voudrais pas ajouter à mon absence le traumatisme qu’il peut vivre en venant ici. Je le verrai à ma sortie. Je l’ai vu pour la dernière fois au mois d’avril [sourires]. Il me manque énormément. J’aimerais tant le serrer dans mes bras [soupirs]. (Florence, 24 ans, un enfant, Douala)

  • 27 Le cas de Fatima est loin d’être un cas isolé en contexte camerounais : on peut citer le cas de Jul (...)
  • 28 Il ne le fait que dans le cas d’un divorce. Et même dans ce cas, il ne veille qu’à l’application du (...)

26Dans certains cas également, la situation est si brusque que la mère détenue n’a pas toujours le temps de s’organiser ; il arrive même qu’elle ne sache pas où sont ses enfants et qui les prend en charge. « Moi je ne sais pas ce que mes enfants sont devenu(e)s. Ça fait huit ans que je suis ici. […] Ma famille m’a complètement oubliée », marmonne Fatima27 en larmes, enfermée pour trafic de stupéfiants (45 ans, deux enfants, Douala). L’État n’intervient pas dans la gestion des enfant(s) mineur(e)s dont les parents sont incarcérés28. C’est une responsabilité qui incombe aux apparenté(e)s resté(e)s en dehors des murs et souvent aux organisations de la société civile camerounaise. Parfois, du fait de l’éloignement, certaines familles éprouvent de réelles difficultés à connaître le sort de leur(s) proche(s). En discutant avec Fatima, elle nous a révélé qu’au moment de son arrestation, il ne lui a pas été possible de communiquer avec les siens restés à l’extrême-nord du pays.

  • 29 L’insurrection de Boko Haram est un conflit armé qui a éclaté en 2009 dans le nord du Nigéria. Cett (...)

Comme je faisais la ligne du Nigéria par bateau, ma famille doit peut-être penser que notre bateau est tombé dans l’eau [pour dire chavirer] et que je suis morte pendant la traversée [pleurs]. Je suis fatiguée d’attendre le procès [soupirs]. Je ne sais plus quoi faire [pleurs]. Avec Boko Haram29, c’est vraiment difficile.

27Pour les mères qui sont mariées ou vivent en couple, les enfants sont confié(e)s tantôt à leur père, tantôt à l’un des parents de la famille maternelle. Louise (41 ans, cinq enfants, Bafoussam) est mariée et a été emprisonnée pour vol d’ordinateur portable.

Mes filles ignorent que je suis en prison. Elles ont respectivement 15, 12, 9, 7 et 3 ans. Les aînées vivaient déjà dans ma belle-famille. Seules les trois dernières étaient avec mon époux et moi. Il leur a dit que je suis allée veiller sur leur grand-mère malade. Je ne suis pas encore jugée. Il le leur dira peut-être si j’ai une lourde peine. Elles me manquent tellement [soupirs].

28Lorsque l’enfant est confié à son père et par conséquent à une personne de sexe masculin, on assiste à une modification de la division sexuée du travail ou des rôles. À titre illustratif, Louise et son époux se sont engagés à garder le secret au sujet du motif de son absence et par conséquent de son inculpation afin d’épargner leurs enfants d’un possible traumatisme psychologique, dit la détenue : « Je ne veux pas que mes filles me perçoivent comme une mauvaise personne. » Le choix de ne pas informer les enfants n’est pas seulement l’apanage des incarcérées mariées. Il concerne également d’autres catégories de mères en prison qui veulent, disent-elles, que leurs proches en gardent le secret et que leurs enfants conservent d’elles l’image de la mère affectueuse, et refusent de leur montrer une image avilissante.

  • 30 Malabo est la capitale de la Guinée équatoriale ; pays limitrophe à la frontière sud du Cameroun.

Je ne veux pas que mes filles aient honte de moi. Dès lors que tu as été en prison, on ne cherche pas à savoir si tu es innocente ou coupable. […] Mes enfants sont avec ma mère. Ils ne savent pas que je suis en prison. À ma sortie, je leur dirai que j’étais à Malabo30. D’ailleurs, je prépare et vends la nourriture aux détenus. J’économise pour leur faire des cadeaux quand je sortirai, rapporte Sheila, écrouée pour abus de confiance (30 ans, deux enfants, Bafoussam).

  • 31 Dans le jargon carcéral, on dit aussi aller au gnouffe, c’est-à-dire être en prison.

29Pour ces mères qui souhaitent garder le secret de leur détention, révéler à leurs enfants qu’elles sont en prison, c’est renvoyer l’image de la mauvaise mère (Marianne Chbat, 2019). En plus, ce serait scandaleux d’apprendre qu’une mère est au gata31 [prison], rappelle une détenue, pour qui les enfants pensent que ce sont les méchants qui vont en prison. Pour une autre catégorie de femmes, être privée de libertés est une chose essentiellement négative. Il n’est pas admis de partager cette expérience avec ses enfants. « Je ne peux pas leur dire que je suis en prison. Encore moins qu’ils viennent ici. J’ai tellement honte. Combien de fois mes enfants ! […] Je préfère en garder le secret », scande Pauline, inculpée pour recel (40 ans, cinq enfants, Bafoussam). Ces femmes veulent conserver l’image de la bonne mère en choisissant de ne pas révéler à leurs enfants le fait d’être incarcérée, et encore moins les mobiles de leur arrestation. Elles ne veulent par conséquent pas être perçues comme des personnes non recommandables. En tout cas, parents et alliés participent au jeu, respectent le choix de la mère enfermée et encore plus lorsque ces enfants sont des filles.

30A contrario, quelques-unes des mères enfermées auraient voulu recevoir la visite de leur(s) enfant(s). Mais du fait des conditions de vie et du manque de dispositions prises dans ce sens, elles préfèrent épargner à ces dernier(e)s la vision de l’inconfort qui y sévit.

Mes enfants ont sept ans (fille) et deux ans huit mois (garçon). Ils sont avec leur père. Ils me manquent énormément. Mais l’environnement ne me permet pas de les recevoir ici. C’est difficile de vivre sans communiquer avec les proches. La solitude, l’isolement peuvent faire craquer à tout moment. Être privée de ses enfants alors qu’on est vivante est vraiment affligeant. (Rosine, 28 ans, deux enfants, Douala)

Pour celles qui sont célibataires, elles ne comptent que sur l’assistance de leur mère, d’un parent ou de volontaires. Leurs enfants sont le plus souvent confiés à leur grand-mère.

C’est ma pauvre maman qui s’occupe de mes deux enfants (huit ans et onze mois). Elle vit grâce à la braise des plantains, de maïs et de safou. Je ne compte sur personne. Je suis toujours en attente de jugement. Je ne peux même pas voir mon bébé [pleurs]. Il n’était même pas sevré lorsqu’on m’a arrêtée. (Philomène, écrouée pour trafic de drogue, 22 ans, deux enfants, Douala)

31Que la femme incarcérée soit prévenue ou condamnée, sa condition carcérale ne change guère. Le soutien familial aide certaines à surmonter les difficultés liées à la vie carcérale. La cause de l’ordre d’écrou ne détermine pas toujours le type de lien qui peut exister entre la mère et son enfant. Pour quelques-unes des prisonnières, la relation affective établie avant l’emprisonnement continue d’être maintenue entre la mère et sa progéniture.

32Cependant, les mères inculpées pour homicide appartiennent à deux catégories : celles qui gardent les liens avec leur famille et celles qui sont complètement coupées de leurs enfants et des leurs. Adèle (30 ans, deux enfants, Douala), emprisonnée pour coups et blessures graves ayant entraîné la mort, fait partie de la deuxième catégorie. Même si elle est habitée par les remords, aucun membre de sa famille ou de celle de son défunt partenaire n’est présent pour l’écouter. En plus de sa vie de solitaire, elle ne sait pas ce que sont devenus ses enfants.

J’ai bagarré avec le père de mes enfants. Je l’ai blessé avec un couteau et il en est mort. Depuis lors, je suis enfermée ici [pleurs]. Je n’ai même pas pu prendre part à ses obsèques. Je ne sais pas ce que sont devenus mes enfants [pleurs]. Depuis cette maudite nuit du 18 janvier 2011, je suis ici sans rien ni personne [pleurs]. Que puis-je faire ? Rien [pleurs]. Je regrette cet acte chaque seconde de ma vie. À 30 ans je ne sais même pas encore combien de temps je vais rester enfermée entre ces murs sans activités, sans visite, sans possibilité de voir mes enfants grandir. Dieu sait que je regrette ce qui s’est passé [soupirs]. J’en souffre énormément.

33La situation d’Adèle, tout comme celle d’autres mères privées de leurs enfants, montre l’état psychologique dans lequel se trouvent certaines détenues. Pourtant, plusieurs mères ont des enfants de moins de trois ans et souhaitent les revoir de temps en temps ou prendre de leurs nouvelles. Marie-Andrée Bertrand (1998, 95), qui a traité de la prison pour femmes en Amérique et en Europe, fait le même constat dans les prisons où les mères ne peuvent pas accueillir leurs jeunes enfants. Lorsque nous évoquions la question des liens qui pouvaient exister entre les pensionnaires femmes des prisons ciblées et leur partenaire, l’expression de leur visage changeait généralement. Certaines se mettaient à pleurer. « Depuis que je suis ici, il n’est jamais venu [soupirs]. Même de nos enfants, il ne s’en occupe plus. Il les a abandonnés […]. Ma mère les a récupérés. […] Je ne sais pas où il vit depuis le départ des enfants », constate Josiane, écrouée pour trafic de stupéfiants (44 ans, deux enfants, Douala). Or, même emprisonnée, la détenue garde en principe l’autorité parentale sur ses enfants (Pierre Boubou, 2006, 273).

  • 32 Elles sont seules dans le sens qu’elles n’ont pas d’époux pouvant les seconder. Avant d’être incarc (...)

34Selon la Commission nationale des droits de l’homme au Cameroun (2016), « Les détenus doivent être autorisés, sous la surveillance nécessaire, à communiquer avec leur famille et ceux de leurs amis auxquels on peut faire confiance, à intervalles réguliers tant par correspondance qu’en recevant des visites ». Ce n’est pas souvent le cas pour la quasi-totalité des mères enfermées pour qui être en prison « signifie ne plus avoir de droits », marmonne Adèle, une prisonnière. Au-delà de la réalité vécue par ces femmes, il leur est difficile de prendre des décisions une fois incarcérées. Elles sont pour la plupart peu instruites, en situation de précarité et le plus souvent seules32. Une observation similaire est faite par Vanessa Lévy (2000, 77) lorsqu’elle étudie les femmes et la délinquance aux États-Unis, et Martine Schachtel (2000, 52) qui s’intéresse aux femmes en prison en France.

Être mère autrement

35Être mère est le plus souvent perçu de manière polysémique. Le statut de mère peut signifier être mère pour ses propres enfants et pour d’autres (Tanella Boni, 2008, 41), ou représenter un ensemble d’attributs biologiques ou socioculturels propres au genre féminin (Antoine Mbango, 2005, 15). Pour les mères détenues, être mère correspond à deux attitudes distinctes : conserver des liens avec ses enfants, partager ses avoirs avec ses enfants.

Être mère et en prison, c’est conserver des liens avec ses enfants

36Quelques-unes des détenues souhaitent que leurs enfants soient informé(e)s de leur incarcération et du lieu de détention, quel que soit le mobile de leur inculpation. Pour ces femmes, la prison n’est qu’un lieu de passage où toute personne (femme ou homme) peut se retrouver. D’où la nécessité de partager leur histoire avec les leurs et maintenir les liens familiaux qui, selon elles, permettent de surmonter les difficultés de la vie carcérale. Jeanne et Alphonsine sont, selon leurs propres mots, juste privées de libertés. Elles sont respectivement âgées de 45 et 58 ans et chacune est mère de six enfants. La première est en attente de jugement et inculpée pour homicide. Ses enfants, nous a-t-elle confié, étaient tous présents au moment de son arrestation.

Ils étaient présents [larmes, puis éclate en sanglots]. Ce que j’ai fait est impardonnable. [Silence] L’aîné a 27 ans. C’est lui qui s’occupe des cadets. Tous viennent me voir. La plus petite a 6 ans. Elle est assez perturbée par mon absence et mon enfermement. Je les ai vus pour la dernière fois en mai 2011 [pleurs]. Depuis ce jour, j’ai demandé qu’elle ne vienne plus. Quand elle est là, je passe mon temps à pleurer, elle aussi. Je me sens très mal après. La prison est vraiment pénible.

Même si elle a deux enfants majeur(e)s déjà marié(e)s, elle reste très troublée lorsqu’elle parle des quatre autres encore mineur(e)s.

Voici plus de neuf mois que je n’ai pas vu mes plus jeunes enfants (14, 12, 11 et 6 ans). Ma famille est basée à 100 km d’ici et moi je suis enfermée ici. Je ne veux pas que les deux dernières viennent. Elles vont beaucoup pleurer (pleurs). Celui de quatorze ans est venu me voir une fois. J’ai tellement pleuré que je lui ai demandé de ne plus venir.

37Quant à la seconde, elle a écopé de la condamnation à vie pour homicide sur trois mineurs. Elle reçoit régulièrement la visite de ses enfants. « Ma première fille a trente-neuf ans et vit avec mon dernier-né. Elle vient quand elle peut. Celle qui vit ici [Bafoussam] vient toutes les deux semaines. »

  • 33 L’affaire pour laquelle elle avait été arrêtée ne pouvait pas être jugée à Mbouda du fait de l’indi (...)

38La situation de Monique (42 ans, six enfants, Bafoussam), écrouée pour recel, est quasi identique à celle des précédentes. Comme d’autres mères, elle est dans une prison située en dehors de sa ville de résidence habituelle qui dispose elle aussi d’une prison mixte33. La distance entre les deux villes ne favorise pas les visites, qui nécessitent non seulement les moyens financiers, mais également la mobilisation des personnes qui peuvent accepter d’accompagner les mineur(e)s auprès de leur mère. Une situation similaire concernant les mères détenues en France a été observée par Elaine Mangin (2018, 37).

39Quant à Chantal (45 ans, cinq enfants, Bafoussam), enfermée pour homicide, elle reçoit régulièrement la visite de ses enfants avec lesquels elle a gardé des liens. « J’ai des liens très forts avec mes enfants. Ils me soutiennent énormément. Sans tout l’amour qu’ils me témoignent, je serais morte depuis […] Je suis très fière d’eux. […] Ce sont eux qui m’aident à écouler ce que mes codétenues et moi fabriquons. » Ces situations montrent que le passage en milieu carcéral ne détériore pas toujours les rapports entre une mère et ses enfants, même si la prison, pour certaines femmes, constitue la déchéance, comme Martine Schachtel (2000, 52) l’a observé auprès des mères emprisonnées en France. Il existe des situations où la mère écrouée perd son logement dès son entrée en détention. La quasi-totalité de ces femmes vit en location et le plus souvent sans contrat de bail. Même lorsque la mère souhaite garder les liens avec les siens, la réalité ne le lui permet pas. C’est le cas de Nina, 28 ans, mère de trois enfants, ayant travaillé dans le secteur informel, enfermée pour blessures graves.

Moi je n’ai personne. Tous les miens m’ont tourné le dos. Même mon bailleur a vidé mon studio. Il n’a même pas attendu que je sois jugée pour mettre mes affaires dehors. Les téléphones avec lesquels je travaillais ont été volés. Même si je sors, que vais-je faire ? Mes enfants sont éparpillés [pleurs].

40Laurel Townhead (2007), travaillant sur les femmes en détention provisoire, a noté cette difficulté que rencontrent les détenues ayant des enfants de moins de 18 ans. Malgré ce type de difficulté, quelques-unes gardent des liens avec leurs enfants et partagent avec elles/eux leurs avoirs.

Être mère et en prison, c’est partager ses avoirs avec ses enfants

  • 34 Le Rapport du ministère de la Justice sur l’état des droits de l’homme au Cameroun (2018, 284).

41Les mères détenues affichent des attitudes qui dénotent du lien qui existe entre elles et leurs enfants avant l’incarcération. En prison, les personnes écrouées ont droit à une ration34 quotidienne de 228 FCFA (0,34 €). Dans les faits, ces dernières reçoivent des céréales, principalement du riz, des haricots. Il arrive également qu’elles tirent leurs gains de la vente des produits de leur travail (tissage, coiffure, teinture, cuisine et autres). C’est ainsi que nous avons d’un côté celles qui conservent une partie de leur ration alimentaire pour la remettre à leurs enfants qui manquent de ressources.

Mes enfants vivent tous seuls depuis mon arrestation. Ils n’ont pas voulu aller chez leurs oncles et tantes. Je suis obligée de leur remettre ce qu’on me donne ici. Étant enfermée, je ne peux plus jouer mon rôle. C’est ma façon à moi de leur montrer que je tiens à eux. Ils me manquent tellement [pleurs], dit Charlotte, enfermée pour homicide (30 ans, deux enfants, Bafoussam).

  • 35 Ce sont le plus souvent des sacs copiés sur les modèles de sacs vendus dans les hyper et supermarch (...)

42De l’autre, celles qui, grâce au produit de leur travail, remettent aux enfants des objets à vendre ou les revenus de ce qu’elles ont vendu. « Depuis que j’ai appris à fabriquer les sacs35, j’en fabrique que je remets aux enfants quand ils viennent me rendre visite. Ils les vendent sur la place du marché », rapporte Chantal, écrouée pour homicide (45 ans, cinq enfants, Bafoussam). « Mes enfants et moi vivons grâce au tissage que j’ai appris. Je tisse les sacs. Ils viennent les récupérer et vont les vendre à l’extérieur. L’argent récolté leur permet de se nourrir », renchérit Alphonsine, emprisonnée pour infanticide (58 ans, six enfants, Bafoussam).

  • 36 Nous avons observé qu’il y avait des femmes qui cuisinaient à l’intérieur de la prison et vendaient (...)

43Quelques détenues se rendent mutuellement service ou exercent des activités informelles qui génèrent de l’argent à épargner. « Depuis que je suis ici, je coiffe d’autres femmes et elles me paient. Je leur rends aussi de petits services », rapporte Dorothée, emprisonnée pour coups et blessures (37 ans, quatre enfants, Douala). « Moi je fais entrer des produits de beauté, des garnitures [protections hygiéniques] et bien d’autres articles que je propose aux femmes36 », révèle Brigitte, déférée pour recel (28 ans, deux enfants, Bafoussam).

44Au cours de notre deuxième phase de collecte de données de terrain, nous avons rencontré Jeanne en présence de sa benjamine qui venait lui rendre visite. Depuis la suspension des activités socioculturelles, cette dernière, en plus des sacs, fabrique des jus d’oseille qu’elle revend aux autres détenues et même au personnel pénitentiaire. À ce propos, elle nous a d’ailleurs confié que sa fille venait récupérer une partie de la recette. « Depuis qu’il n’y a plus d’activités, je me contente de fabriquer du foléré que je revends ici. C’est grâce à une partie de cet argent que je m’occupe de mes enfants », dit Jeanne, enfermée pour homicide.

Conclusion

45Pour les femmes enfermées, la relation parentale est variable. Nous avons, d’un côté, celles qui assument leur détention auprès de leurs enfants, continuent d’avoir avec eux des rapports affectueux et maintiennent le lien familial malgré la distance. Le duo mère détenue et apparentés se soutient mutuellement en dépit de l’enfermement et, dans certains cas, c’est la longue distance qui sépare la prison de la maison ou la vive émotion vécue au cours des visites qui finissent par constituer des obstacles à la relation affective. Choisissant parfois de garder leur progéniture éloignée du lieu de détention, les mères écrouées continuent pourtant de leur apporter de quoi s’alimenter. Pour cette première catégorie d’incarcérées, être emprisonnée est une déchéance. Derrière les barreaux, ces femmes s’inscrivent toujours dans un construit social qui détermine les relations entre les mères et leurs enfants. De l’autre côté, il y a celles pour qui « être femme et mère en prison » est avilissant. Elles préfèrent donc garder le secret de cette expérience. Pour cette deuxième catégorie de mères, la prison est une quadruple privation qui génère une perte de l’estime de soi, une rupture des liens qui peuvent unir une mère à son enfant, une vie faite de mensonges entretenus à la fois par la mère détenue et son l’entourage, et, enfin, une existence sans sexe. Elles s’inventent des histoires pour justifier leur absence auprès de leurs enfants. Il s’agit pour elles d’éviter à leurs enfants la stigmatisation de la société qui peut compromettre leur avenir étant donné que la mère écrouée est perçue comme une mauvaise mère. Ces dernières, en créant de la distance avec leurs enfants, intègrent le fait qu’elles pourraient constituer un mauvais exemple, encore plus lorsque ceux-ci sont des filles.

46Par ailleurs, le Code pénal camerounais n’autorise pas les mères qui le désirent à garder auprès d’elles leurs enfants mineur(e)s quel que soit leur âge. Cette situation contribue à modifier la division sexuée du rôle social, étant donné que pendant l’incarcération, dans certains cas, c’est le père qui joue le rôle de la mère. Cette situation permet de consolider les liens familiaux et à la femme enfermée, de fournir à ses enfants de quoi se nourrir, et donc d’être mère autrement.

47Sur le plan personnel, elles n’ont droit à aucune intimité. Tous les espaces sont partagés (dortoir, salle de bains, cour). La prison ne leur fournit pas de protections hygiéniques. Elles se les procurent de manière informelle. Elles n’ont pas non plus d’espaces dédiés à leur vie privée et à une intimité sexuelle.

48L’emprisonnement des mères – bien que riche d’informations sur le plan de la division des rôles sociaux, des liens affectifs mère-enfant, entre autres – reste peu étudié par les chercheurs en contexte camerounais. Il est donc important d’approfondir les recherches sur les femmes en situation carcérale afin de connaître la réalité vécue par ces dernières et ainsi permettre de mieux problématiser la situation des catégories invisibles et silencieuses des prisons camerounaises.

Haut de page

Bibliographie

ALIOUM Idrissou, Les prisons au Cameroun sous administration française, 1916-1960, thèse d’histoire, sous la direction de Thierno Mouctar Bah, Yaoundé, université de Yaoundé 1, 2005.

ASHDOWN Julie, JAMES Mel, « Women in detention », Red Cross, 877, 2010, pp. 123-141.

Association des chrétiens pour l’abolition de la torture au Cameroun, Préoccupation de l’ACAT Cameroun et de la FIACAT concernant la torture et les mauvais traitements au Cameroun, Paris/Yaoundé, ACAT, 2009.

BEAUVOIR (de) Simone, Le Deuxième Sexe, Paris, Gallimard, 1949.

BONI Tanella, Que vivent les femmes en Afrique, Paris, Panama, 2008.

BOUBOU Pierre, L’arrestation, le procès et détention de A à Z, Douala, Avenir, 2006.

CARDI Coline, « La “mauvaise mère” : figure féminine du danger », Mouvements, 49, janvier-février, 2007.

CHBAT Marianne, « Violence des femmes. Analyse des discours identitaires à l’intersection du genre, de la maternité, de la classe et de la “race” », Recherches familiales, 16, 2019, pp. 103-115.

Commission nationale des droits de l’homme, Rapport sur la situation des droits de l’homme au Cameroun, Yaoundé, CNDH, 2016.

ETONDE-EKOTO Grâce, « Portraits de femmes à travers le fils d’Agatha Moudio de Francis Bebey », in BARBIER Jean-Claude (dir.), Femmes du Cameroun, Paris, ORSTOM-Karthala, 1985, pp. 341-354.

HUGON Anne, Être mère en situation coloniale (Gold Coast, années 1910-1950), Paris, éditions de la Sorbonne, 2020.

Institut national de la statistique, Enquête démographique de la santé, Yaoundé, Institut national de la statistique, 2018.

LÉVY Vanessa, « Femmes et délinquance : la situation aux États-Unis », Déviances et société, 24, 1, 2000, pp. 69-90.

Loi no 2005/007 du 27 juillet 2005 portant Code de procédure pénale, Nouveau Code de procédure pénale, Yaoundé, République du Cameroun, 2005.

MANGIN Elaine, La mère et l’enfant dans l’univers carcéral, Paris, L’Harmattan, 2018.

BERTRAND Marie-Andrée, Prisons pour femmes, Montréal, éditions du Méridien, 1998.

MBANGO Antoine, La Femme, Douala, Afrique Avenir, 2005.

MORELLE Marie, « La prison centrale de Yaoundé : l’espace au cœur d’un dispositif de pouvoir », Annales de géographie, 691, 2013, pp. 332-356.

Ministère de la Justice, Rapport du ministère de la Justice sur l’état des droits de l’homme au Cameroun 2017, Yaoundé, ministère de la Justice, 2018.

NGONO BOUNOUNGOU Régine, La réforme du système pénitentiaire camerounais : entre héritage colonial et traditions culturelles, thèse en administration publique, sous la direction de Jean-Charles Froment, Grenoble, université de Grenoble, 2012.

PERROT Michelle, Mon histoire de femme, Paris, Seuil, 2006.

SCHACHTEL Martine, Femmes en prison : dans les coulisses de Fleury-Merogis, Paris, Albin Michel, 2000.

TOWNHEAD Laurel, Les femmes en détention provisoire. Les conséquences pour leurs enfants, Genève, Bureau quaker auprès des Nations unies, 2007.

WOGAING Jeannette, Maternité et décès maternels à Douala (Cameroun) : Approche socioanthropologique, thèse d’anthropologie, sous la codirection de François Steudler et Paul Nchoji Nkwi, Douala/Strasbourg, université de Douala / université de Strasbourg, 2012.

YANA Simon David, « Entre subordination et pouvoir : Statuts et rôles féminins au Cameroun. Réalités d’hier, images d’aujourd’hui », Politique africaine, 65, 1997, pp. 35-61.

Haut de page

Notes

1 Selon une observation auprès des collègues au sein même de l’université de Douala où les gens sont censés être instruits, la pression liée à la maternité continue d’être perceptible. Les femmes enseignantes sans enfants sont perçues comme des personnes « incomplètes » et donc non accomplies, quel que soit leur grade. Certaines personnes en arrivent à ignorer que parfois, et le plus souvent, ce n’est pas par choix que les femmes n’enfantent pas, mais davantage le fait que la nature n’ait pas permis.

2 Enquête démographique de santé (2018).

3 Les visiteuses sont, pour l’essentiel, constituées de personnes de sexe féminin ou alors des enfants de détenues.

4 C’est-à-dire une privation stricte pendant le temps de l’incarcération.

5 Douala est un creuset de dynamique sociale qui accueille les populations venues de l’intérieur du Cameroun, tandis que Bafoussam, bien qu’elle soit elle aussi une ville cosmopolite, compte des peuples communément appelés Bamiléké qui sont restés, malgré le contact avec les autres, attachés à leurs valeurs culturelles.

6 Dans le jargon camerounais, le terme gardienne de prison est le plus souvent utilisé pour désigner le personnel pénitentiaire féminin chargé de la surveillance et du contrôle des détenues. Nous utiliserons indifféremment les termes gardienne ou surveillante de prison.

7 Nous avons effectué des entretiens formels et informels avec le personnel pénitentiaire féminin qui est seul autorisé à effectuer des allées et venues dans les espaces réservés aux filles et femmes détenues.

8 Cf. le décret no 92/052 du 27 mars 1992 portant organisation pénitentiaire au Cameroun.

9 En plus de la privation de liberté, les femmes tout autant que les hommes n’ont pas droit à une vie sexuelle quel que soit leur statut matrimonial. Par conséquent, même les détenues mariées n’ont pas droit à la visite conjugale.

10 Ce discours a également été celui de quelques détenues de la prison de Douala.

11 Cependant, aucune mention n’est faite sur la variable sexe des mineur(e)s qui devaient y être accueilli(e)s.

12 L’une des hypothèses de la mise en place de cette prison spéciale était que mettre les mineur(e)s à côté des femmes permettait à ces dernières de continuer à jouer le rôle attendu d’elles socialement même si elles se trouvent derrière les barreaux. Il est important de noter que la prison de Yabassi dans la région du Littoral n’avait aucun personnel féminin alors que celle-ci regorgeait des détenues. Au terme du décret du 27 mars 1992 réorganisant le régime pénitentiaire au Cameroun, elle a conservé son caractère mixte en violation de l’article 7 du décret qui reconnaît l’existence des prisons spéciales réservées aux femmes et aux mineurs.

13 Dans les deux prisons, la visiteuse ou la détenue traverse le quartier masculin pour accéder au quartier féminin. Cette organisation spatiale n’est pas toujours sans conséquence. Il arrive qu’un détenu cherche à toucher une détenue au passage. Le plus souvent, il faut la présence d’une gardienne pour encadrer la personne de sexe féminin qui est de passage à cet endroit.

14 La petite différence au niveau des deux prisons est que celle de New Bell à Douala dispose d’une zone dite VIP où la détenue qui a les moyens peut bénéficier d’un espace où elle est seule en matière de confort et d’intimité.

15 Les prévenu(e)s en procédure pénale : personne contre laquelle est exercée l’action publique devant les juridictions de jugement en matière correctionnelle et contraventionnelle. Guillien, Vincent (dir.), Lexique des termes juridiques, Paris, Dalloz, 13e édition, 2001, p. 434. La détention provisoire est la privation momentanée de liberté d’une personne poursuivie pour une infraction qu’elle aurait commise. Elle est limitée dans le temps selon l’article 221 (2) du code de procédure pénale qui précise que « la durée de la détention provisoire est fixée par le juge d’instruction dans le mandat. Elle ne peut pas excéder 6 mois. Toutefois, elle peut être prorogée par ordonnance motivée, au plus pour 12 mois en cas de crime et 6 mois en cas de délit ».

16 En août 2011.

17 L’oseille est communément appelée foléré. C’est une plante potagère de la famille des polygonacées qui sert à fabriquer des boissons.

18 La raison évoquée pour justifier la suspension de ces activités est que ce sont des institutions extérieures à la prison qui les organisaient et ce, en fonction d’un calendrier qui leur est propre.

19 À ce titre, la Victim Offender Prison Care Support (VOPS) a mis sur pied un centre et un programme de réinsertion des ex-détenus de la prison de New Bell. Ces derniers sont sélectionnés sur la base de l’étude de leur dossier. Ils sont logés dans ledit centre pour une période minimale de six mois et y apprennent les arts de la boulangerie. La VOPS a par ailleurs ouvert une boutique à côté de ladite prison pour y vendre les objets de plusieurs catégories fabriqués ou produits par ces détenus. Elle est ouverte à toutes et à tous. Les citoyen(ne)s sont libres d’y faire leurs achats ou passer des commandes pour des petites et grandes occasions.

20 Selon le nouveau Code de procédure pénal du Cameroun promulgué le 12 juillet 2016 article 337 : « Est puni d’un emprisonnement de 15 jours à un an et d’une amende de 50 000 à 200 000 francs CFA ou d’une de ces deux peines suivant, la femme qui se procure l’avortement a elle-même ou qui y consent. »

21 Longtemps avant son arrestation, le fils aîné de Myriam vivait déjà avec la sœur de sa mère depuis l’âge de deux ans.

22 Les femmes en contexte camerounais ont tendance à appeler systématiquement leur partenaire « mari » indépendamment de leur statut réel.

23 Le Rapport du ministère de la Justice sur l’état des droits de l’homme au Cameroun (2018, 237) révélait que 44 détenus avaient été diagnostiqués comme étant atteints de maladies mentales. Cet effectif s’ajoute aux 120 cas déjà diagnostiqués, pour un total de 164 détenus souffrant de problèmes mentaux. Ces détenus reçoivent des traitements spécifiques dans certaines prisons. Ce qui n’était pas le cas de la détenue déclarée malade mentale qui vivait parmi les autres détenues au lieu d’être envoyée à l’hôpital Jamot de Yaoundé, spécialisé dans la prise en charge de tels troubles. Par ailleurs, le rapport ne fait pas état de la variable sexe pour savoir s’il s’agit de détenu(e)s femmes ou hommes.

24 Le décret no 92/052 du 27 mars 1992 portant régime pénitentiaire au Cameroun. Maître Boubou (2006, 249) note qu’en contexte camerounais, la détention préventive et davantage encore sa banalisation participent de façon accrue à l’encombrement des milieux carcéraux. Régine Ngono Bounoungou, (2012, 311-318 ; 367-384) parle de surencombrement des prisons du fait du nombre élevé de détenus et de l’étroitesse des espaces de vie.

25 L’Association des chrétiens pour l’abolition de la torture au Cameroun (ACAT) avait, dans son rapport de 2009 (p. 7), décrié les conditions de vie en milieu carcéral. Les lieux de détention se caractérisent par : la vétusté et l’exiguïté des prisons, la surpopulation et la promiscuité, l’environnement insalubre, l’absence de mécanisme d’évacuation des eaux usées, la malnutrition des détenu(e)s, la non-séparation effective entre les prévenu(e)s et les bandits de grand chemin et les petits délinquants, la violence entre détenu(e)s, le droit au repas, etc.

26 Parmi les membres de la famille, les parents les plus cités sont par ordre d’importance la mère, la grand-mère, la sœur, le père de l’enfant et la cousine.

27 Le cas de Fatima est loin d’être un cas isolé en contexte camerounais : on peut citer le cas de Jules Omer Tchuenkam, détenu resté prévenu pendant dix ans. L’affaire a commencé le 23 janvier 2009, une première audience a eu lieu le 21 février 2019 et il a été mis en liberté le 21 avril 2019 à Yaoundé au Cameroun. Voir : https://www.lebledparle.com/societe/1107217-cameroun-l-homme-d-affaires-jules-tchuenkam-retrouve-la-liberte-apres10-ans-sans-jugement. Lire aussi : Les droits de l’homme en milieu carcéral au Cameroun, Geôles d’Afrique, 2012, p. 26-35, Douala, JADE. Les détentions préventives sont longues et par conséquent illégales. Très souvent, les détenues ne connaissent pas leurs droits ; Marie Morelle et al., « Politique de réforme et matérialité de la prison au Cameroun », Politique africaine, 2, 150, 2018, pp. 75-96.

28 Il ne le fait que dans le cas d’un divorce. Et même dans ce cas, il ne veille qu’à l’application du droit.

29 L’insurrection de Boko Haram est un conflit armé qui a éclaté en 2009 dans le nord du Nigéria. Cette guerre oppose l’État du Nigéria, le Cameroun, le Tchad et le Niger aux groupes salafistes djihadistes de Boko Haram et Ansaru, dont le but est d’établir un califat et d’instaurer la charia.

30 Malabo est la capitale de la Guinée équatoriale ; pays limitrophe à la frontière sud du Cameroun.

31 Dans le jargon carcéral, on dit aussi aller au gnouffe, c’est-à-dire être en prison.

32 Elles sont seules dans le sens qu’elles n’ont pas d’époux pouvant les seconder. Avant d’être incarcérées, elles étaient plusieurs à être à la tête d’une famille monoparentale.

33 L’affaire pour laquelle elle avait été arrêtée ne pouvait pas être jugée à Mbouda du fait de l’indisponibilité de l’équipe d’enquêteurs et du juge d’instruction, nous avait-elle confié.

34 Le Rapport du ministère de la Justice sur l’état des droits de l’homme au Cameroun (2018, 284).

35 Ce sont le plus souvent des sacs copiés sur les modèles de sacs vendus dans les hyper et supermarchés, communément appelés « sac kaba ». Elles fabriquent à la demande des sacs de classe, des attachés-cases (parfois personnalisés), des sacs en bandoulière.

36 Nous avons observé qu’il y avait des femmes qui cuisinaient à l’intérieur de la prison et vendaient des plats à d’autres détenu(e)s. Certaines détenues de Douala étaient souvent affectées de façon journalière dans l’atelier de couture ou d’informatique. Elles recevaient une quote-part des revenus générés grâce à ces activités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeannette Wogaing, « Être mère et en prison au Cameroun  »Genre, sexualité & société [En ligne], 26 | Automne 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/gss/7077 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.7077

Haut de page

Auteur

Jeannette Wogaing

Département d’anthropologie, université de Douala, Cameroun
wogaing@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search