Navigation – Plan du site

AccueilNuméros27La « double » mobilité sociale d’...

La « double » mobilité sociale d’Hélène Ramon. Réflexivité sur le genre et examen des trajectoires sociales

Hélène Ramon’s “double” social mobility. Taking gender reflexivity into account when examining social trajectories
Joseph Cacciari

Résumés

L’inversion des rapports de genre peut-elle faire mobilité sociale du point de vue des enquêté·es ? C’est la question au cœur de cet article. L’argumentation s’appuie sur une approche contextualisée d’une mobilité sociale ascendante au sein des milieux populaires, celle d’Hélène Ramon, 38 ans, prothésiste dentaire, séparée, mère d’une fille de dix ans. Cette étude de cas constitue le principal matériau de la réflexion. Il s’agira de montrer comme le sentiment de mobilité d’Hélène Ramon, s’il peut se comprendre à partir de variables comme le capital scolaire ou la position professionnelle, vient à être dédoublé pour trouver son sens principal par l’inversion de l’ordre des positions de genre dans le groupe de parenté de l’enquêtée.

Haut de page

Notes de la rédaction

Quelques jours avant la publication de cet article, le 10 juin 2022, son auteur, Joseph Cacciari, est décédé des suites d’une longue maladie. Après un DAEU et une formation de travailleur social, il avait entrepris des études de sociologie et soutenu en 2017 une thèse de doctorat à l’Université d’Aix Marseille, intitulée « Les ménages face aux impératifs de « transition énergétique ». Des raisonnements pour agir pris entre marché, normalisation institutionnelle et références pour agir forgées au fil de la trajectoire biographique ».

Cet auteur curieux et foisonnant avait publié quantité d’articles, dont « Les guichets de la misère énergétique », (Sociétés contemporaines, 2017) ou, avec Leslie Belton-Chevallier, « La démotorisation des ménages comme analyseur de la diversité des expériences de socialisation à la « norme automobile » » (Flux, 2020), et avait participé à diriger plusieurs numéros de revues, notamment le dossier « Mobilités et socialisations » d’Espaces et sociétés paru en 2022.

A partir d’un cas, qui tenait à cœur au chercheur, celui de la trajectoire d’Hélène Ramon, le texte qui suit prend à bras le corps le croisement entre genre et classe pour renouveler l’analyse de la mobilité sociale, dans ses dimensions objectives et subjectives. Il témoigne ainsi d'une part de l’imagination et de l’engagement sociologiques dont savait faire preuve Joseph Cacciari dans ses travaux.

Le comité de rédaction de la revue Genre sexualité et société ainsi que son éditrice avaient pu apprécier les qualités tant humaines que scientifiques de Joseph Cacciari et tiennent à rendre hommage à ce chercheur qui manquera considérablement à celles et ceux qui ont eu la chance de le rencontrer au cours d’événements scientifiques, de cours, de lectures ou de mobilisations.

Texte intégral

Je remercie chaleureusement Ana, Charles, Leîla, Paul ainsi que le comité de rédaction de GSS pour leur aide sur les différentes versions de ce texte. Les propos n’engagent que l’auteur.

1La question de la mesure de la mobilité sociale a une longue histoire en sociologie et elle a suscité de nombreux débats. L’un des plus importants concerne la différence et les écarts entre la « mobilité objective » – qui renvoie à une approche externe d’allocation des places dans la société – et la « mobilité subjective » – qui s’intéresse à l’expérience vécue (Beaud, 1996 ; Duru-Bellat, Kieffer, 2006 ; Merllié, 2006).

Ce qui semble faire problème pour les sociologues de la mobilité sociale sur ce point, c’est particulièrement la relation entre ces deux formes de mobilité et la manière dont les individus vivent et expliquent leurs trajectoires sociales, portant des jugements parfois éloignés de l’objectivation sociologique.

2Les décalages entre mobilité subjective et objective s’expliqueraient souvent par le fait que les personnes n’évaluent pas leur propre situation en se fondant seulement, comme ont pu le faire pendant longtemps les sociologues de la mobilité, sur la profession occupée à un instant donné. La manière de se classer socialement serait en effet moins liée à l’appartenance professionnelle précise « qu’à l’évaluation syncrétique du mode de vie » (Duru-Bellat et Kieffer, 2006, 469). Sur un autre plan, ces décalages peuvent aussi relever du type de questions posées, de la forme des réponses proposées, des temporalités suggérées (par exemple, à quel âge compare-t-on la situation entre parents et enfants ?) (Merllié, 2006). Ce problème est donc autant un problème de connaissance que de méthode.

3S’interroger sur la relation entre mobilité subjective et objective ne revient cependant pas à opposer l’une à l’autre ou à estimer que l’une serait plus « vraie » que l’autre. Il peut s’agir d’explorer ce qui « compte » comme modalité de mobilité sociale aux yeux des individus, pour le ou la sociologue ou dans une société donnée. C’est le propos de cet article que de s’intéresser à cette relation en tentant de ne pas opposer le point de vue du sociologue à celui de l’enquêté, mais de faire de l’écart ou des ambivalences possibles de la mobilité sociale une ressource pour complexifier l’acception de celle-ci.

4Sur ce point, une série de travaux récents suggèrent l’intérêt de se départir d’une approche centrée sur des « capitaux certifiés » (Bernard, 2012), comme la position professionnelle ou le capital scolaire, pour observer la mobilité sociale dans son caractère multidimensionnel (notamment : Bertaux, Thompson, 2007 ; Pagis, Pasquali, 2016). Il s’agit d’une direction de recherche qui semble tout à fait propice à réinterroger la relation entre mobilité objective et subjective, les mobilités en train de se faire ainsi que la complexification de ces processus, notamment dans des milieux populaires en reconfiguration (Cayouette-Remblière, 2015 ; Masclet et al., 2020).

5Cette direction de recherche permet en effet d’« explorer en profondeur les catégorisations et expériences vécues que les ascensions et les déclassements mettent en jeu dans la vie quotidienne » (Pagis, Pasquali, 2016, 11) en prenant notamment au sérieux les « petits déplacements » (p. 13) tout en s’interrogeant sur des modalités de mobilités sociales visibles surtout au prisme des pratiques quotidiennes : consommation, style de vie, conjugalité – dimensions le plus souvent invisibles aux formulations a priori de la mobilité sociale.

6La perspective conceptuelle qui découle de cette approche consiste à reconstruire sur les différentes scènes sociales qui font la vie quotidienne ce qui peut faire frontières sociales pour les enquêté·es et les modalités de leur possible transgression, frontières qui peuvent se situer dans des dimensions aussi bien matérielles – ressources financières, patrimoine, etc. – que symboliques, comme les relations entretenues entre les genres ou les générations. En examinant ainsi la relation entre la trajectoire objective, telle que le ou la sociologue peut la reconstituer, et la trajectoire « subjective » (Beaud, 1996, 6), il deviendrait possible d’explorer, en contexte, du point de vue des enquêté·es, l’articulation entre les deux mobilités et les ressorts de la réflexivité sur celle-ci, et non plus seulement de s’interroger sur cette articulation du point de vue externe, comme c’est le plus souvent le cas.

7C’est pour traiter en profondeur de cette articulation et de cette réflexivité que le choix a été fait de ne discuter dans cet article qu’un seul cas, celui d’Hélène Ramon, une femme d’origine populaire âgée de 38 ans, et de sa famille, en reconstruisant aussi densément que possible l’histoire et les interactions de ce groupe social au cœur de dimensions concrètes de la vie quotidienne et non dans un rapport abstrait à une nomenclature ou à des questions d’opinion, les récits de trajectoire biographique ou de mobilité sociale et de leur appréciation ne prenant la plupart du temps « sens que dans le cadre de la relation familiale » (ibid.).

Encadré 1. Une enquête de terrain pour lier socialisation aux pratiques domestiques et mobilité sociale
Le cas analysé est tiré d’une recherche de doctorat portant sur l’écologisation des pratiques domestiques. Les 64 entretiens et les 9 monographies de familles réalisées dans ce cadre ont été centrés sur les perceptions, les représentations et les récits de pratiques des enquêté·es pour restituer leurs apprentissages au fil de leur socialisation dans des contextes historiques changeants. Bien que thématisés, ils avaient pour objectif de restituer des styles dans leur articulation entre différentes scènes sociales, afin de préciser la manière dont les objets propres des recherches (la consommation domestique, le logement, la mobilité spatiale quotidienne) s’y encastraient. Le matériau comprend ainsi des extraits d’entretiens analysés, des observations des conditions matérielles d’existence et une contextualisation du cadre de vie. Hélène Ramon a été rencontrée à deux reprises à son domicile, pour deux entretiens dont la durée cumulée est de près de cinq heures.

8Cette tentative de saturation du matériau n’aurait peut-être pas été possible en s’appuyant sur une accumulation de cas ou d’observations qui auraient été plus partielles du fait du format de la publication. L’accumulation et la mise en série d’observations ne peuvent d’ailleurs être tenues par principe pour supérieures à l’analyse d’un seul cas (Beaud, 1998 ; Small, 2009), y compris sur des thèmes où l’approche « chiffrée » est dominante.

9La position méthodologique retenue sur ce point dans le cadre de l’article est de travailler sur le cas d’Hélène en considérant, avec Jean-Claude Passeron et Jacques Revel, qu’« un cas n’est pas seulement un fait exceptionnel […], il fait problème ; il appelle une solution […] susceptible de redéfinir avec lui une autre formulation de la normalité et de ses exceptions » (2005, 10-11). C’est en ce sens qu’il y a lieu de lire le cas examiné ici. Il fait problème du point de vue des relations entre mobilité objective et subjective, mais aussi de l’approche centrée sur des dimensions certifiées de mobilité sociale, obligeant à explorer ou à expérimenter un autre cadre de raisonnement.

10L’article est organisé comme suit. Une première partie est consacrée à préciser l’ambivalence de la mobilité sociale de l’enquêtée. La seconde partie examine à partir d’exemples empiriques quotidiens les ressorts d’une mobilité s’appuyant sur d’autres facteurs que des capitaux certifiés (Bernard, 2012) et principalement sur la reconfiguration des rapports de genre comme modalité à part entière de mobilité sociale.

Une trajectoire de mobilité sociale à l’échelle du groupe de parenté

11Au moment de l’enquête, Hélène Ramon, 38 ans, et sa fille résident dans un quartier d’habitat social d’une grande ville des Bouches-du-Rhône, proche du centre de la commune. Il suffit de dix minutes de marche pour le rejoindre. Le quartier d’Hélène est aussi bien desservi par les transports en commun et dispose de nombreux services : un centre commercial, une cité administrative, diverses associations apportant des aides de nature variée aux habitants, des cafés, des snacks.

  • 1 Ce quartier peut être considéré comme populaire au moins sous le rapport de deux indicateurs. D’abo (...)

12Cette situation peut sembler valorisée pour un quartier populaire1, mais elle ne doit pas tromper. L’endroit n’est pas « très prisé », selon Hélène. Les immeubles de l’îlot HLM où elle réside sont défraîchis. La petite place au centre de son îlot est une dalle de béton peu accueillante, contrastant avec la verdure environnante bordant les routes à quatre voies qui séparent ce quartier du centre historique bourgeois de la ville. Comme le dit Hélène, « le quartier a mauvaise réputation, malgré sa proximité avec le centre-ville ».

13Elle connaît très bien ce quartier pour y avoir grandi au sein d’une famille populaire. Son père, âgé de 68 ans, a exercé de nombreuses années en tant qu’ouvrier carrossier. Il a « eu son affaire un moment ». Son entreprise a fermé ses portes au bout d’une dizaine d’années, ce qui l’a conduit à retourner vers le salariat, dans le domaine automobile encore, où il a occupé successivement et de manière intermittente plusieurs emplois, avant de connaître une longue période de chômage. Il a ensuite été en arrêt maladie. Lorsqu’il a dû retrouver du travail, c’est Hélène qui a obtenu son recrutement comme « mouleur » – ouvrier non qualifié – au sein de l’entreprise de prothèses dentaires où elle travaille depuis quinze ans.

  • 2 On n’en saura pas plus, car aucune occasion de discussion sur le thème des circonstances de son arr (...)

14La mère d’Hélène, âgée de 67 ans, est brésilienne2. Elle a longtemps « géré le foyer familial » comme elle le dit, surtout après la séparation. Après avoir demandé et obtenu le divorce au moment où son mari accumulait les « problèmes professionnels et financiers », elle a occupé des emplois non qualifiés afin de subvenir à ses besoins de manière autonome.

Hélène a un frère cadet, Louis, qui a « une formation de cuisinier ». Sa mère et elle le décrivent comme « professionnellement instable et il n’a jamais été en ménage ».

15Hélène se présente en fait à bien des égards comme l’inverse de son frère, voire de son père. Titulaire d’un BTS de prothésiste dentaire, elle exerce ce métier depuis quinze ans, après quelques « petits jobs alimentaires ». Son activité professionnelle est manuelle. Elle occupe un poste de fabrication de prothèses, « très minutieux, qui demande beaucoup de concentration ». S’il est « assez mal payé », ce travail lui laisse une certaine liberté quotidienne : « Voilà, on a des chantiers, je reçois le matin tel ou tel modèle à fabriquer, plusieurs commandes. Je suis toute la journée sur le plan de travail, ça passe. Je me sens assez libre pour tout te dire. »

Elle évoque peu sa trajectoire scolaire, son rapport à l’école et d’éventuelles ambitions déçues de ce côté-là. C’est sa mère qui revient sur ce thème au cours des échanges. Cette trajectoire scolaire en ressort comme celle d’une « élève moyenne » qui parvient à ses fins en se professionnalisant.

16Sur ce point, la mère d’Hélène se dit « fière » d’avoir vu sa fille réaliser des études supérieures techniques, puis trouver « une stabilité professionnelle » rapidement, dont elle lui aurait inculqué l’importance dès le lycée, ajoutant qu’« elle a monté par rapport à nous, à moi et mon mari ». Elle affirme à ce propos que

ça n’a pas toujours été facile, leur père a fait de mauvais choix, des erreurs, ce n’était pas très stable, ça aurait pu tirer vers le bas la famille. Hélène, elle gère tout comme il faut.

17Malgré cette instabilité financière durant l’adolescence et le début de leur vie adulte, Hélène et son frère ont tout de même eu une jeunesse « plutôt tranquille », mais sans trop d’autonomie si l’on prend pour indicateur, lacunaire, l’absence d’argent de poche, mise en avant tant par Hélène que par sa mère. Ils étaient « relativement protégés », souligne cette dernière, et Hélène

a pu faire ainsi son chemin, seule. Elle a évité les pièges dans lesquels sont tombés les autres, son père et son frère, notamment avant la faillite totale, avant que moi-même je décide de reprendre un peu les choses en main. Elle a su s’en sortir.

18Retracé ainsi, le parcours d’Hélène semble témoigner du fait qu’elle aurait bien « monté » par rapport à ses parents, au moins du point de vue du diplôme ou de la position professionnelle. Mais le fait qu’Hélène vive dans la même cité que celle de son enfance, qu’elle soit séparée depuis quelques années à un âge où ses parents étaient encore mariés, locataire à un point du cycle de vie où ses parents étaient propriétaires et, encore, qu’elle exerce une profession d’exécution quand son père au même âge était « patron » montre qu’il y a une complexité dans la perception et l’effectivité de sa mobilité sociale qui ne se laisse pas si facilement saisir et qui fait tout l’intérêt sociologique de cette trajectoire.

19Cette ambivalence de la proximité de fait d’Hélène avec ses origines sociales ainsi qu’une stabilité et une mobilité sociale ascendante qui peuvent être relativisées sous différents angles conduisent à des pistes d’analyse plus proches du point de vue de l’enquêtée que de l’objectivation sociologique usuelle de la mobilité sociale.

Ces pistes sont suggérées par l’enquêtée et sa mère, dans leur relecture de la trajectoire familiale, et doivent être prises au sérieux. La première concerne le fait que la mobilité sociale d’un membre du groupe de parenté s’apprécie par rapport au mouvement relatif de l’ensemble des membres de ce groupe. Dans le cas d’Hélène, cela peut s’examiner à partir des exemples du domaine professionnel et résidentiel qui impliquent constamment l’ensemble de la parenté rapprochée d’Hélène.

20Sur le plan professionnel, comme indiqué plus haut, Hélène est employée presque depuis le début de sa carrière professionnelle dans la même entreprise. Il s’agit d’« une grosse boîte d’environ 50 salariés ». Elle a occupé des

petits boulots avant d’entrer dans cette entreprise où on est mal payé, mais où il y a de la stabilité, de la tranquillité parce qu’à force d’y rester j’y ai fait ma place et je peux mieux gérer le reste de ma vie, le boulot, c’est la base, pour le reste.

21Elle a de l’autonomie malgré un poste subalterne. Cette analyse rejoint celle de Christine Chambaz (et al., 1998) et souligne, comme l’ont suggéré aussi Duru-Bellat et Kieffer, « qu’au-delà du salaire, interviennent des critères comme la stabilité de l’emploi, la considération qu’on lui prête, l’autonomie dans le travail ou le plaisir qu’on a à l’exercer » (2006, 469).

22Cette stabilité et cette relative autonomie dans le travail, avec des avantages associés comme le fait de pouvoir y faire recruter son père un temps, ni son frère ni son ex-conjoint ne peuvent s’en prévaloir. Il est possible d’interpréter cette transmission intrafamiliale de l’emploi, procédant en quelque sorte « à l’envers » par rapport aux observations habituelles, qui le plus souvent témoignent d’une transmission d’un emploi des parents aux enfants, surtout des hommes vers leurs enfants, comme une inversion des rapports hiérarchiques entre les genres.

23La mère d’Hélène soutient ainsi la place centrale d’Hélène par rapport aux hommes du groupe : « Elle a aidé son père, son frère, son conjoint, c’est pas ce qu’on voit habituellement. » L’autonomisation par rapport aux hommes du groupe et le célibat durable d’Hélène depuis sa séparation renvoient alors également à un ressort de mobilité que l’on peut interpréter comme la manifestation ou la conséquence d’une réflexion située sur les rapports de genre.

La réflexivité sur le genre comme modalité de mobilité sociale vécue ? L’exemple de la trajectoire résidentielle

24Pour cela, on peut restituer sa trajectoire autour de la notion de réflexivité sur le genre développée par Béatrice de Gasquet (2015) qui désigne l’examen critique des rapports entre les genres, entendu comme une catégorie descriptive (Clair, 2015, 8) de la réalité permettant, notamment, de mettre en exergue des distinctions ou constructions sociales sur des corps sexués et par elles « les processus à travers lesquels ces identités sont tracées ou subverties » (Lépinard et Lieber, 2020, 4).

25Cet examen du genre est réalisé par les individus dans leur vie quotidienne, mais aussi dans les entretiens par le récit « des discussions conjugales, mais aussi amicales, professionnelles ou familiales » sur le sujet (Lechien et Masclet, 2020, 425-427). C’est cette forme de réflexivité qui peut aider les enquêté·es à reformuler, au fil de leur trajectoire sociale, les styles de vie dont ils ont hérité, notamment du point de vue du sens et du contenu des pratiques et des rôles assignés de genre (Masclet et al., 2020, 205-223).

26Du point de vue de l’enquête sociologique, examiner cette réflexivité sur le genre et ses conséquences pratiques en matière de mobilité sociale semble être, au moins dans le cas d’Hélène, une bonne façon de « s’intéresser à la diversité des logiques […] de genre, dont le féminisme [académique ou militant] est une forme parmi d’autres » (de Gasquet, 2015). Il ne s’agit donc pas, depuis la position de la ou du sociologue professionnellement formé·e à ce genre de question, d’imputer une « bonne volonté égalitaire » entre les genres aux enquêté·es (Lechien et Masclet, 2020, 425-427). L’approche retenue ici, entre ses réflexions subjectives et ses liens avec des éléments objectifs de la situation d’Hélène, permet de prendre en compte les ressources à sa disposition pour penser sa position sociale.

27L’attention à la réflexivité sur le genre paraît dans ce cas être une grille de lecture pertinente pour cela. Sur ce point, il faut préciser dans le même temps que la situation d’entretien entre Hélène et un enquêteur de genre masculin a pu conduire à la production d’un discours rétrospectif où la reconstruction de sa trajectoire a finalement placé au premier rang le thème d’un processus d’inversion des positions de genre dans la direction des affaires familiales au profit des femmes d’une famille populaire.

28Cependant, cette réflexivité sur le genre en acte au cours d’entretiens est loin de n’être que le résultat singulier, subjectif et circonstancié de l’échange entre une enquêtée et un enquêteur. En partie produite par la relation d’enquête, elle peut être considérée comme un résultat de recherche issu de l’expérience d’une interview sociologique mettant en rapport des personnes de genre différent, avec des questionnements différents, et qui oblige in fine l’enquêteur à faire un pas de côté par rapport à ses propres a priori sur le thème de la mobilité sociale.

29Cette matérialité du renversement des positions de genre se lit par exemple au cœur de la trajectoire résidentielle d’Hélène et permet de documenter plus finement les ressorts objectifs, et généralisables, d’un sentiment de mobilité sans tomber dans une « casuistique » (Merllié, 2006, 478) sans fin.

Ainsi, comme indiqué plus haut, Hélène est née et a grandi dans le même quartier où elle réside au moment de l’enquête, mais pas dans le même îlot d’immeubles. Ses parents n’ont déménagé que lors de leur séparation et « pas très loin ». Son père réside aujourd’hui à la lisière du quartier dans un appartement dont il est locataire, et sa mère loge un peu plus loin en périphérie du centre-ville, dans un appartement dont elle est devenue propriétaire en tirant des ressources de la vente de l’ancien logement appartenant au couple qu’elle formait avec son ex-époux.

30Hélène quitte le domicile parental à ses 19 ans, lassée de la cohabitation qui la conduisait à partager une chambre avec son frère. Elle connaît alors de brèves expériences non concluantes hors de son quartier d’origine, comme quelques mises en couple peu durables ou une colocation rapidement soldée. Elle vit plusieurs mois en colocation, puis cohabite un temps avec un premier petit ami. Elle revient quelque temps chez sa mère, une fois le départ de son frère acté.

En 2002, Hélène, qui a alors 24 ans, rencontre Éric, 25 ans, qui est « cuisinier diplômé ». C’est une relation qu’elle dit « sentir tout de suite plus sérieuse que les autres » parce qu’« il y avait de quoi envisager l’avenir, de changer de modèle par rapport aux parents ». C’est ce qui la décide à cohabiter rapidement avec lui.

31Le couple s’installe dans un studio d’une vingtaine de mètres carrés au nord de la ville (un quartier plutôt étudiant), avec l’aide financière du père de son petit ami, « qui est riche », précise Hélène. Il s’agirait d’un banquier assez connu sur la place locale et bien que son niveau de « richesse » soit difficilement estimable autrement que par les indices que donne Hélène au fil des entretiens, il est certain qu’il est propriétaire de quelques logements de location saisonnière dans la ville.

32L’engagement du couple se précipite dès la première année de cohabitation. Le « désir d’enfant est commun » et c’est peut-être par anticipation qu’il et elle se mettent à chercher un nouveau lieu de résidence, quelques « bons contacts » du père de son compagnon les guident vers leur nouveau lieu de vie.

Hélène et son conjoint trouvent alors un « bel appartement » situé dans une zone aisée du centre-ville. « C’était un truc style bourgeois », d’après Hélène. Elle décrit avec détails ce logement de « style ancien », pour lequel elle a eu « un coup de cœur », mais en apportant quelques nuances :

 […] très beau, avec des trucs autour des lumières et de la cheminée, des moulures, des tomettes, un jardin… l’aise, pour la petite […] et aussi parce qu’Éric, ça lui allait bien, il [ne] veut pas être avec certains types de gens, comme ici [comprendre des pauvres], il a un certain standing […]. Mais c’était quand même un appartement sombre, mal isolé et le propriétaire était un mec ultra friqué. Il ne voulait pas entendre parler de travaux, mais en contrepartie, il faisait un loyer abordable.

  • 3 C’est-à-dire l’eau froide, l’entretien des parties communes et la taxe pour le ramassage des ordure (...)
  • 4 En 2014, dans cette ville, le loyer médian au mètre carré était de 14,6 €. Source : Observatoire dé (...)

33Le loyer s’élevait à 900 €, en incluant les charges3, ce qui, pour un logement de 100 m2, est, en effet, en dessous des prix pratiqués alors dans le centre de cette ville4. Peu après l’installation du couple et la naissance de leur fille, fin 2006, la relation entre Hélène et son ex-compagnon se dégrade. Très vite, elle « cherche un nouveau point de chute, de quoi sortir de la relation ».

En 2007, elle accède à son logement actuel, en s’appuyant sur les bonnes relations que sa mère entretient de longue date avec les agents du principal bailleur social du quartier. Là encore, on note une autonomisation par rapport aux hommes du groupe, puisque le binôme formé par Hélène et sa mère reprend les choses en main par ses propres moyens.

34D’ailleurs, Hélène fait encore quelques allers et retours entre ces deux logements, laissant durant quatre ans « l’appartement de la cité » à la disposition de son frère, en attendant son installation définitive, car « ça allait mieux parfois avec Éric, il avait mis de l’eau dans son vin et moi aussi. Bon, pas assez puisque ça s’est quand même terminé ». En 2012, elle prend entière possession de son logement actuel, héritant au passage de quelques mois de loyers impayés de son frère, qu’elle solde en échelonnant les paiements sur plusieurs mois.

Cette brève analyse du parcours résidentiel d’Hélène permet d’observer, d’abord, une sorte de déplacement « vers le haut » à l’échelle de son groupe de parenté. C’est le cas par exemple, un temps au moins, de sa relation en partie hétérogame avec son ex-compagnon.

35La trajectoire résidentielle d’Hélène permet également de suggérer un autre déplacement par rapport à ses propres parents. Au contraire d’eux, qui ont vécu toute leur vie d’adulte dans la cité, elle se déplace dans la ville, d’un kilomètre et demi seulement, certes, mais vers un quartier lié symboliquement à la bourgeoisie locale (Merllié, 2006, 484-485).

À un·e observateur·rice lointain·e, ce déplacement intracommunal peut apparaître mineur. Mais, dans la matérialité de la ville, comme lieu réel d’expérience et de jugement des personnes, ce changement de quartier semble se présenter pour Hélène comme une sorte de déplacement social : de la cité HLM au centre-ville, puis dans le quartier bourgeois, avant un retour « dans la cité », mais de manière stabilisée par rapport à la situation de ses parents lorsqu’elle l’a quittée. Un déménagement dans une zone plus huppée d’une ville peut constituer, en effet, à situation socio-économique égale pour l’enquêté·e, un indice de déplacement social ascendant ou descendant (Authier, 2014). Or, seule l’enquête en contexte peut saisir les significations des mobilités à la fois sociales et spatiales des individus.

36Ce qui est remarquable dans le cas d’Hélène, c’est que la mémoire du quartier « bourgeois », du cadre bâti, bien des années après l’avoir quitté, joue à la fois comme le repère indiquant tout autant une limite qu’une réussite. Il indique une limite vis-à-vis d’une mise en couple hétérogame et de l’adoption d’un mode de vie plus bourgeois qu’Hélène n’est, à ce moment-là, pas parvenue à s’approprier. Il souligne une réussite s’il est rapporté au fait qu’elle a surmonté cette expérience désagréable, après de nombreuses péripéties, pour se stabiliser et s’autonomiser des « hommes de la famille », après une expérience en partie décevante au sein d’un autre milieu social. Mettant même son frère, sur le point du logement au moins, dans un cas de dépendance vis-à-vis d’elle et d’obligation quand elle reprend ses dettes.

  • 5 Cette notion « désigne un ensemble de ressources (notoriété et relations sociales, mais aussi compé (...)

37C’est en élargissant l’analyse à la relation qui lie Hélène à sa mère au cœur de cette trajectoire résidentielle et ce sur quoi elle s’appuie qu’on peut voir dans cette configuration une modalité d’expérience de mobilité sociale ascendante appuyée sur des capitaux non certifiés (Bernard, 2012). La relative stabilité résidentielle d’Hélène dans le quartier s’appuie sur un capital d’autochtonie familiale contrôlé par sa mère5. Le patrimoine familial, à présent géré de manière indépendante par cette dernière, constitue, lui, une forme de garantie sur le futur pour Hélène et sa fille, et participe certainement à ancrer, au moins symboliquement, la position de cette dernière comme « cheffe de famille ».

Cela peut conduire à affirmer qu’Hélène, élevée par une femme au foyer parvenant à s’autonomiser sur le tard d’un conjoint impécunieux, peut s’enorgueillir d’être celle qui consacre la restabilisation du groupe par la reprise de pouvoir des femmes sur des hommes « instables », celle qui redéfinit la place et les rôles de genre en les reconfigurant et les redéfinissant.

38« Elles », les femmes de la parenté, imposent progressivement, sur deux générations, notamment par les ressources d’une solidarité intergénérationnelle et genrée, centrale dans les parcours de femmes populaires (Testenoire, 2015, 31), un autre style de vie, une autre organisation, une autre distribution du pouvoir et de la définition de l’avenir. C’est par exemple encore le cas au moment de la séparation avec Éric, en 2012. Hélène demande alors à son employeur une réduction de son temps de travail afin d’être « plus présente » pour sa fille et de s’épargner l’emploi d’une assistante familiale. C’est avec l’aide de sa mère, sollicitée pour garder sa petite-fille pour permettre à Hélène de prendre du temps libre, que cette dernière peut concilier vie professionnelle, amicale, mais aussi vie sentimentale. « Eux », les hommes, tiraient l’ensemble du groupe de parenté « vers le bas », pour reprendre l’expression de la mère d’Hélène.

39S’il y a ici une autre construction genrée et une inversion objective – et non seulement subjective – des positions de genre dans ce parcours, c’est notamment parce que le renversement de la hiérarchie des positions de genre, et dans une moindre mesure de génération, voire de classe si l’on inclut la famille de son ex-compagnon, qui découle de tout cela est loin de se limiter au domaine du domestique ou à des pratiques associées au genre féminin.

40Ainsi, en complément de ce qui a pu être observé dans d’autres enquêtes (par exemple : Testenoire, 2015 ; Perrin-Heredia, 2018), on peut noter que, dans la situation d’Hélène, la prise de pouvoir ou la « centralité féminine » (Masclet et al., 2020, 211) ne se limite pas à l’espace du foyer et dépasse ce qu’Olivier Schwartz a qualifié d’omni-responsabilité domestique, domaine traditionnel de la centralité féminine dans les milieux populaires (Schwartz, 2018, 123). Dans cette configuration, la centralité féminine s’étend, au moins dans la description que les enquêtées en donnent, à l’ensemble des composantes des affaires familiales et la manière de les prendre en charge qui sont encore souvent considérées comme l’apanage du genre masculin, au moins en milieu populaire : gestion du patrimoine, distribution des lieux de vie, de l’emploi, répartition des ressources, notabilité locale, définition de l’avenir.

Soubassements pratiques d’une mobilité sociale par le genre

41Répétons-le, la reformulation de l’ordre familial hérité dans sa dimension genrée ne se situe pas dans le seul domaine des représentations qu’Hélène se fait d’elle-même et de son parcours. Il consiste bien aussi en une série de déplacements dans les raisonnements, le sens et le contenu des pratiques, mais aussi des rôles de chacune et chacun, sur l’ensemble des scènes sociales.

C’est donc bien l’observation de dimensions parfois laissées dans l’ombre dans l’examen des mobilités sociales, comme les effets du cadre de vie (Pagis et Pasquali, 2016, 13), les temporalités sociales ou la répartition et les significations du travail domestique pour lequel les différences de genre sont encore marquées en milieux populaires (Schwartz, 2018), qui permet de dépasser l’antagonisme mobilité sociale objective et subjective pour insister sur ce qui fait modalité de mobilité sociale.

42Dans le cas d’Hélène, il y a comme une exploration progressive de certaines façons de faire, des pratiques et des conceptions situées du monde que l’ethnographe peut considérer comme des vecteurs de déplacements des positions sociales des personnes en contexte (Skeggs, 2015[1997], 291). C’est peut-être pourquoi l’économie domestique est, à côté du domaine professionnel et résidentiel, apparue comme centrale dans les propos d’Hélène pour décrire son détachement des normes genrées masculines de vie de son père, de son frère et, surtout, de son ex-compagnon.

43Cette focalisation sur les pratiques peut être comprise comme une attention portée par l’enquêtée, dans le cours d’enquête, mais pas seulement, à la base matérielle de sa trajectoire de stabilisation et de son autonomisation, qu’elle interroge en même temps qu’elle la raconte. Hélène désigne par là la matrice des interactions entre les membres d’un groupe de parenté où s’établissent les normes matérielles et symboliques et la « production quotidienne du genre » (Albert et al., 2018). C’est aussi pourquoi elle peut décrire son expérience de mobilité sociale ascendante, ambivalente à certains égards, en admettant que sa situation économique est loin d’être aisée ni même bien stabilisée, au contraire de ce que peut affirmer la mère d’Hélène. Elle assume d’ailleurs cet aspect en partie paradoxal.

44Son salaire pour un temps de travail à 80 % équivalent temps plein est de 1 350 €, proche du montant de celui-ci lors de son embauche. Elle perçoit aussi un complément de 160 € d’allocation pour le logement. Son ex-compagnon ne lui verse aucune pension alimentaire. Il s’agit d’un accord entre les deux parties. Hélène explique son choix par son souhait de rester indépendante de son ex-conjoint et de la famille de celui-ci qui « ne sait rien gérer ».

45Le tableau de ses dépenses et de ses charges est le suivant. La part de loyer restant à sa charge après déduction des allocations logement est de 306 €. Elle s’acquitte de 70 € de frais de communication (Internet et téléphone mobile). Les dépenses alimentaires et ménagères sont comprises entre 300 € et 400 € par mois. Ses frais de mutuelle et d’assurance se montent à environ 75 € par mois. Toutes les autres dépenses répertoriées avec elle (vêtements, sorties, achats pour sa fille) se montent à environ 200 €. Le remboursement d’un crédit à la consommation lui coûte 89 € par mois. Elle s’acquitte aussi chaque année d’une taxe d’habitation de 500 € mensualisée, et paiera « les impôts, l’an prochain ».

46Il lui resterait donc environ 445 € chaque mois. Elle ne mentionne cependant ni économies ni épargne, pas plus qu’elle n’évoque d’éventuelles dettes autres que son crédit à la consommation contracté pour acheter une télévision neuve. Néanmoins, malgré la précision apparente de ce tableau, il faut signaler que ces chiffres restent théoriques. Par exemple, Hélène ne peut dire avec précision le montant de ses factures d’énergie domestique ou le coût de sa mutuelle, ce qui révèle une gestion tout sauf rigoriste.

47Le soutien familial reçu de sa mère est aujourd’hui non monétaire. Cette dernière lui apporte son aide pour la garde de sa fille en fin de journée, parfois le soir lorsqu’elle sort. Son père l’a aidée financièrement par le passé, mais elle ne le sollicite plus depuis longtemps, dit-elle, « il n’en aurait pas les moyens de toute façon ». Elle l’a même aidé à « s’en sortir » en lui permettant de retrouver un travail après son arrêt maladie. Hélène ne s’est jamais rapprochée des services sociaux pour une aide financière, « même dans les pires moments ».

48En ce qui concerne son mode de comptabilité domestique, Hélène assure « faire attention ». Dans les faits, « [elle] regarde le solde du compte bancaire sur Internet, par téléphone. C’est plus facile maintenant que je peux consulter mon compte en permanence sur le téléphone, mieux contrôler ».

La fréquence de ces « coups d’œil » est variable : de plusieurs fois par semaine à quelques fois en une seule journée lors des jours de paie. Elle précise sur ce point qu’elle « sai[t] toujours à peu près, voilà, [elle] ne calcule pas dans le détail, mais [elle] sai[t], et c’est suffisant ». Ce mode de comptabilité « par estimation » lui paraît suffisant. Il serait même rigoureux en comparaison de la situation connue avec son père « qui dépensait sans compter » ou celle vécue auprès de son ex-conjoint.

49Lui « était très très dépensier » et malgré un salaire de près de 2 400 €, il « arrivait à être dans le rouge tout le temps ». Elle signale que le père de ce dernier (décrit comme aisé par Hélène) avait pris le parti d’« éponger les écarts de son fils ». Hélène décrit cette expérience avec un air assez détaché, montrant qu’elle s’en sort mieux à présent :

En gros, c’était n’importe quoi. Dans le dernier appartement, il ne payait plus rien et quand son père ne mettait pas la main à la poche, c’était moi, avec mon petit salaire qui assumait tout, alors à la fin j’assumais plus rien du tout.

50C’est à cette période qu’elle est contrainte de faire des choix budgétaires et de privilégier le paiement du loyer et de l’alimentation : « Quand on a une fille, on n’a pas le choix », affirme-t-elle. Je « laissais de côté certaines factures, bien sûr on recevait des relances, mais c’était moins urgent que le reste, par exemple la bouffe, on ne coupe pas l’énergie, l’eau, alors que la bouffe, il faut pouvoir payer ».

51Au cours des premières années suivant la naissance de sa fille, le couple continue cependant à sortir « beaucoup » en soirée. Son ex-compagnon consomme aussi du cannabis tous les jours à son retour du travail, parfois tard dans la nuit : « Il était accro, c’était énorme sa consommation ». Celle-ci pèse sur leur budget, entraînant de nombreuses difficultés de paiement de charges fixes.

Par contraste avec cette période de difficultés financières vécue auprès d’Éric, l’entrée dans l’autonomie domestique à la suite de la séparation, et jamais connue avant, lui permet de devenir la seule gestionnaire de son destin économique et social. Elle y gagne

une sérénité, une tranquillité. […] Avant, je stressais tout le temps [sa mère confirme, précisant qu’« elle claquait tout le temps des dents »], maintenant, je suis tranquille, je gère seule, c’est moins riche, mais plus tranquille.

52À travers cette recherche de tranquillité se dessine en creux la crainte d’une instabilité financière associée aux situations contraignantes du passé, de l’adolescence à sa séparation, autant de périodes mettant en tension les rapports genrés. Les modalités de perception d’une mobilité sociale par Hélène se situent alors ici dans l’opposition entre stabilité et instabilité, non vis-à-vis de groupes sociaux abstraits, mais par comparaison avec la situation de son père et de son ex-conjoint, mais aussi, peut-être, de son frère, les « hommes de la famille ».

Les pratiques quotidiennes comme support à la réflexivité sur le genre

53Un retour à l’examen des pratiques quotidiennes d’Hélène peut une dernière fois permettre de préciser ces dernières affirmations, par exemple à partir de la pratique du logement. L’appartement qu’elle occupe aujourd’hui est équipé sobrement : ordinateur de bureau, téléviseur, table basse, canapé, gazinière, four à micro-ondes, quelques décorations personnalisées, une ambiance chaleureuse. Hélène résume le sens général de l’aménagement de son domicile en soulignant qu’il n’y a ici « aucun problème, c’est simple, mais tout me correspond ». L’équipement de la maison est « déjà ancien », hormis la télévision de facture récente « achetée il y a quelques semaines ».

Cette harmonie déclarée par Hélène entre ses aspirations et ses conditions d’existence peut se comprendre par un jeu de contrastes avec la période « tumultueuse » connue dans le précédent logement de « style bourgeois », partagé avec son ex-compagnon.

54Plusieurs caractéristiques de cet appartement, on l’a dit, avaient amené le couple à avoir un « coup de foudre » pour celui-ci : le rapport entre le prix et la surface, bien entendu, mais aussi l’effet de statut social associé à un tel type de logement, le confort pour y organiser la sociabilité amicale, le fait de ne pas côtoyer les classes populaires des « quartiers ». Cet appartement les classait socialement, attestant pour Hélène d’une ascension sociale gagnée par la mise en couple, par la naissance de leur fille, par la stabilité professionnelle, et ce dans « un beau cadre », jouant comme instance située de confirmation de mobilité (Fournier et Mazzella, 2004).

55Ces deux expériences de pratique du logement, l’« appartement bourgeois » et l’« appartement HLM », signalent en fait deux périodes distinctes qui sont en tension dans la trajectoire d’Hélène. La première est associée à une certaine aspiration sociale par la présentation de soi à travers le logement et l’appartenance, même relative, à un quartier recherché. La seconde prend les contours d’un retour vers les origines sociales populaires lié à un travail de reformulation des savoirs et savoir-faire jusqu’alors mis en œuvre pour mieux maîtriser le quotidien, entre satisfactions et contraintes. Cette seconde attitude, qui situe la Hélène-du-présent dans le style de vie des fractions intermédiaires des classes populaires telles que décrites par Thomas Amossé et Marie Cartier (2019, 91-92), l’éloigne des satisfactions sans frein de son ex-compagnon tout autant que des contraintes sans satisfactions de son père.

56Si l’on suit cette idée, la pratique bourgeoise de l’ancien logement pourrait être alors le lieu d’une vie vécue ou perçue comme « trop haute » et pour laquelle le sens de la mobilité sociale était hétéronome. C’est peut-être ce que suggère Hélène, lorsqu’elle souligne que son ex-compagnon « vivait au-dessus de ses moyens ». Le mode de raisonnement et le budget associé au logement actuel permettent en revanche à Hélène de regagner de la « tranquillité », mais surtout l’autonomie de décider par elle-même et de donner un sens personnel à sa trajectoire, qui jusqu’à sa trentaine avait été en grande partie dépendante de décisions ou d’interventions masculines.

57C’est la prise en compte de cette tension entre ces deux expériences ainsi que cette « revendication d’autonomie » féminine-populaire, visible dans d’autres contextes (Schwartz, 1990 ; Testenoire, 2015, 24), qui est centrale dans le processus de réflexivité d’Hélène sur sa position sociale. Elle précise ainsi que

c’est dans la difficulté que j’ai appris à gérer, ce que c’était de payer les factures, être en galère. […] Et je peux te dire que c’est pas facile d’aller contre une certaine façon de fonctionner. Les sorties, ça a complètement changé, maintenant je me fais plaisir, avec mes amies. Il n’y a plus d’histoire de sortir pour sortir, pour Éric, pour paraître. […] Maintenant je me fais plaisir à ma façon avec mes moyens que je contrôle seule, et s’il faut rester à la maison je le fais sans m’en soucier.

58Sa mère renchérit à ce propos lorsqu’elle affirme que « ce n’est pas à l’école qu’on lui a appris tout ça, oui », sans même mentionner un instant l’apprentissage qu’elle aurait pu, elle-même, lui transmettre. Ni elle ni son ex-époux ne paraissent ainsi leur avoir donné de responsabilités au sein du foyer familial en gardant le monopole de la gestion de celui-ci « pour tenir le coup », jusqu’à la séparation du couple parental, intervenue à la fin de l’adolescence d’Hélène.

59Ainsi, la mère d’Hélène souligne qu’elle et son ancien mari ne demandaient pas à leurs enfants de faire des courses ou des tâches ménagères. Hélène et son frère n’avaient pas non plus à se rendre dans les administrations à la place de leurs parents, par exemple à la Poste pour payer des factures par mandat, comme cela peut se faire dans certaines familles populaires, donnant des occasions de socialisation précoce à la gestion de l’économie domestique ou des relations avec les agents des services publics (Siblot, 2006). Hélène aurait donc appris l’autonomie dans la gestion du foyer et de ses à-côtés « avec les responsabilités », surtout « après la naissance de Marina » et « la décohabitation ». À présent, « ici, dans ce logement, tout est bien géré », comme elle souligne.

60Hélène évoque dans le détail quelques-uns de ces apprentissages. Un bon exemple est celui de l’état des lieux d’entrée dans ses deux derniers appartements. Si elle ne semble pas s’être montrée très attentive pour le premier logement, elle l’a été bien plus pour l’actuel. Profitant de son expérience antérieure et se défaisant de la négligence de son ex-conjoint, elle a, par exemple, prêté attention « aux vitrages, au mode de chauffage, parce que payer de grosses factures, comme celles qu’on a eues dans l’ancien appart, ça te tire vers le bas ». Il n’y a pas qu’une question financière derrière cette affirmation puisqu’il s’agit aussi d’avoir un standard minimal de confort pour elle et, surtout, pour sa fille. Dans le précédent logement, Hélène dit qu’elle

n’était pas bien, on avait envie de mener une vie sympa, mais le moment de payer les factures a ramené sur terre… Elles étaient souvent épongées par le père d’Éric, ça me mettait dans une position inconfortable.

61À travers cette illustration, il est possible de considérer que le cadre hérité du bâti a pesé sur les pratiques et les finances d’Hélène, et d’une certaine manière sur la position sociale acquise par le couple, en tout cas telle qu’elle l’imaginait peut-être à partir de pratiques ordinaires et quotidiennes : la sociabilité, la consommation de plaisir, le type de logement. Il y a donc lieu de prendre au sérieux la pratique du logement comme support de réflexivité et modalité d’examen de la trajectoire sociale d’Hélène et de la perception de son ascension sociale, sans perdre de vue toutefois les relations entretenues avec les personnes qui partagent sa vie. Cette pratique du logement d’emblée maîtrisée lui permet d’ailleurs de nourrir une certaine ambivalence et, en quelque sorte, « d’oublier » le montant précis de certaines de ses charges, de ne pas trop prêter attention à ses ressources financières disponibles, une sorte de maîtrise relâchée non rigoriste.

62Dans le récit qu’elle fait de l’acquisition de cette disposition, sur le modèle de l’essai-erreur, le cadre du logement, la gestion par maîtrise relâchée, la mise en couple et la séparation menées avec conviction, la faillite et le sauvetage du père ont été, ou du moins sont décrits, comme des modalités de réflexivité et d’une socialisation secondaire. Celle-ci a permis à Hélène de remettre en question son style de vie, par exemple à l’endroit du sens, du contenu et de la répartition des pratiques, et plus encore des rapports entre les genres ou de la manière de les incarner au sein de sa famille. La modestie relative de ses conditions d’existence ne vient alors pas peser sur sa perception de mobilité sociale qui trouve en définitive ses ressorts objectifs ailleurs.

Conclusion : pour une double lecture des mobilités sociales

63Pour conclure, on peut concéder que la mobilité sociale d’Hélène aurait pu se lire sous le seul angle de l’accès à une strate supérieure des classes populaires par la stabilisation financière, dans l’emploi et l’élévation du niveau scolaire entre deux générations d’une même famille, avec un sentiment de mobilité appuyé notamment sur l’autonomisation. Mais cette mobilité n’était pas si évidente dans le cas d’Hélène, au regard d’une comparaison intergénérationnelle au même âge avec la situation de ses parents. Sans trancher la question et pour dépasser la seule mesure de cet écart entre mobilité sociale objective et mobilité subjective, le périmètre de l’analyse a été élargi avec l’introduction d’une autre formule interprétative : celle qui repose sur la réflexivité de genre et ses conséquences pratiques en matière de mobilité sociale.

64À y regarder de près, une telle démonstration concernant l’ordre de l’inversion des genres peut tout de même sembler sujette à caution. En effet, si, en plus d’un cas, Hélène Ramon s’avère être un bouclier et un pivot pour les hommes de sa parenté, ne fait-elle de nécessité vertu à partir de dispositions genrées au care qui lui font prendre en charge la gestion familiale ? Ne s’agit-il pas d’un surinvestissement dans le care, donc un travail, et non nécessairement un pouvoir, car on ne voit pas quel ascendant les femmes prennent sur les hommes, sinon en prenant en charge leur difficulté à vivre de façon autonome ? Est-ce une inversion des genres, ou un accomplissement des dispositions féminines ?

65Pour prendre en défaut un tel raisonnement, il y a lieu de restituer Hélène et son pouvoir de manière située. Il ne faudrait en effet pas rapprocher le travail de mobilité sociale par l’inversion des rapports de genre réalisé par Hélène de celui qui est défendu ou réalisé, dans des milieux sociaux et des contextes de pratiques qui ne sont pas les siens, par exemple ceux qui sont liés à la tradition militante du féminisme politique ou intellectuel (Masclet, 2015), appuyé sur d’autres formes de ressources, d’instance de légitimation ou d’épreuves. C’est ce qu’avait déjà indiqué Beverley Skeggs : le processus de réflexivité genrée est indexé à des conditions d’existence et à des savoirs situés disponibles pour les enquêtées. Le travail de mobilité sociale appuyé sur le genre d’Hélène s’inscrit ainsi dans une série de déplacements et de résistances quotidiennes par et dans des pratiques que l’ethnographe peut saisir comme des déplacements sociaux en contexte (Skeggs, 2015[1997], 291). C’est pourquoi si l’économie domestique est apparue centrale dans cette étude de cas ce n’est pas que l’enquêteur, de genre masculin, a cherché à y voir le seul domaine où cette enquêtée, de genre féminin, pouvait exprimer son autonomie. Cette focalisation doit se comprendre comme une attention portée par Hélène elle-même à la base matérielle de sa trajectoire de stabilisation parce qu’elle est en grande partie la matrice des interactions entre les membres d’un groupe de parenté où s’établissent les normes matérielles et symboliques, y compris les places que chacun·e devrait y occuper. Ce qu’elle fait par là, ce n’est pas un simple retour sur elle-même ou une réinterprétation « positive » de ses pratiques. Elle objective par sa « réflexivité » à la fois sa personne dans sa singularité, mais aussi la position qu’elle occupe au sein d’un groupe, d’un univers, pour en subvertir les déterminants sociaux de la pratique, à partir de ses ressources propres, d’abord, puis d’autres qu’elle développe sur ce nouveau soubassement dans un second temps, comme la centralité de l’autonomie.

C’est finalement cette approche qui a permis d’examiner les appartenances de genre comme des positions sociales, pour reprendre une perspective définie notamment par la sociologue Beverley Skeggs (2015[1997], 52 et sq.).

  • 6 À l’exception notable de certaines recherches sur les parcours de personnes transgenres, comme cell (...)

66En sociologie, cette approche a déjà donné lieu à un nombre important de travaux sur des thématiques variées (Clair, 2015). Depuis les recherches pionnières de Danièle Kergoat sur les ouvrières (Kergoat, 1978), cet angle d’analyse a, par exemple, offert de nombreuses observations sur les différences genrées en matière de carrières professionnelles ou de conditions d’emploi et de travail. Jusqu’à ce jour néanmoins, les enquêtes adoptant cet angle d’analyse se sont concentrées sur des différences de calendrier au sein des trajectoires professionnelles, de revenus, de niveau scolaire ou de patrimoine, en intégrant les spécificités des rapports sociaux de genre. Elles ont moins approché les modalités et conséquences pratiques de l’inversion de la hiérarchie des positions entre les genres sur d’autres scènes sociales ou en prenant en considération l’ensemble du style de vie genré dans l’expérience de la mobilité sociale des enquêté·es6 comme on a tenté de le faire ici.

67Au terme de cette discussion, on peut affirmer que les travaux sur la mobilité sociale peuvent s’enrichir de la perspective esquissée dans cet article qui fait des rapports de genre et de leur mouvement au sein des groupes d’appartenance, comme dans les groupes de parenté, des modalités à part entière de mobilité sociale pour les enquêté·es, au même titre que l’élévation du niveau scolaire ou de la position professionnelle entre les générations, participant parfois à expliquer les écarts entre mobilité objective et subjective, ou aller plus loin que la résolution de cette seule question sociologique.

  • 7 L’évocation d’une « double mobilité » s’inspire d’un article d’Yvette Delsaut (1976) d’ethnographie (...)

68Pour cela, l’attention portée à la réflexivité sur le genre, à ses modalités concrètes ainsi qu’à ses conséquences pratiques se révèle être un instrument heuristique puissant pour donner corps à un récit de « double mobilité », l’une certifiée ou externe, l’autre non, toutes deux ayant des conséquences pour l’enquêtée, mais aussi pour l’ensemble de son groupe d’appartenance7. Instrument aussi pour l’enquêteur, dans la mesure où l’examen de la réflexivité sur le genre des enquêté·es est aussi un outil de décentrement par rapport aux routines scientifiques consacrées dans l’examen des mobilités sociales et de la relation entre mobilité objective et subjective.

69Cette conclusion ne doit néanmoins pas conduire à nier ou à minorer les mobilités sociales examinées à partir, par exemple, des différences de position professionnelle ou de niveau d’éducation entre les générations. Il s’agit d’une invitation à les compléter par une lecture de doubles mobilités sociales analogues à celle d’Hélène, et d’ailleurs pas seulement dans le cas des personnes de genre féminin, de la seule appartenance de genre, ni uniquement dans le cas de trajectoires sociales considérées comme ascendantes du point de vue des approches usuelles des études sur les mobilités sociales.

Haut de page

Bibliographie

ALBERT Anaïs, GALLOT Fanny, JUSSEAUME Anne, MEURET-CAMPFORT Ève, PLUMAUZILLE Clyde, ROSSIGNEUX-MÉHEUST Mathilde, « La production quotidienne du genre en milieu populaire », Genèses, 111, 3-8, 2018.

Amossé Thomas, Cartier Marie, « “Si je travaille, c’est pas pour acheter du premier prix !” : Modes de consommation des classes populaires depuis leurs ménages stabilisés », Sociétés contemporaines, 114, 2019, pp. 89-122.

Authier Jean-Yves, « Les trajectoires résidentielles : un champ de recherche pour saisir le sens des mobilités », in FOL Sylvie, MIOT Yoan, VIGNAL Cécile (dir.), Mobilités résidentielles, territoires et politiques publiques, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2014, pp. 21-38.

Beaubatie Emmanuel, Transfuge de sexe. Passer les frontières de genres, Paris, La Découverte, 2021.

Beaud Stéphane, « Un ouvrier, fils d’immigrés, “pris” dans la crise : rupture biographique et configuration sociale », Genèses, 24, 1996, pp. 5-32.

Beaud Stéphane, « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’entretien ethnographique », Politix, 9, 35, 1998, pp. 226-257.

Bernard Lise, « Le capital culturel non certifié comme mode d’accès aux classes moyennes. L’entregent des agents immobiliers », Actes de la recherche en sciences sociales, 191-192, 2012, pp. 68-85.

Bertaux Daniel, Thompson Paul, Pathways To Social Class. A Qualitative Approach To Social Mobility, New Brunswick, Transaction Publishers, 2007.

Bosa Bastien, Pagis Julie, Trépied Benoît, « Le passing : un concept pour penser les mobilités sociales », Genèses, 114, 2019, pp. 5-9.

CAYOUETTE-REMBLIÈRE Joanie, « De l’hétérogénéité des classes populaires (et de ce que l’on peut en faire) », Sociologie, 6, 4, 2015

Chambaz Christine, Maurin Éric, Torelli Constance, « L’évaluation sociale des professions en France », Revue française de sociologie, 39, 1, 1998, pp. 177-226.

Clair Isabelle, Sociologie du genre, Paris, Armand Colin, 2015.

De Gasquet Béatrice, « Que fait le féminisme au regard de l’ethnographe. La réflexivité sur le genre comme connaissance située », SociologieS, 2015, DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.5081

Delsaut Yvette, « Le double mariage de Jean Célisse », Actes de la recherche en sciences sociales, 4, 1976, pp. 3-20.

Duru-Bellat Marie, Kieffer Annick, « Les deux faces objective/subjective de la mobilité sociale », Sociologie du travail, 48, 4, 2006, pp. 455-473.

Fournier Pierre, Mazzella Sylvie, « Un bâti bourgeois pour des élites de second ordre », in FOURNIER Pierre, MAZZELLA Sylvie (dir.), Marseille, entre ville et ports. Paris, La Découverte, 2004, pp. 103-119.

Gollac Sybille, « Propriété immobilière et autochtonie : Les trajectoires immobilières, sociales et politiques d’un maçon breton et de ses descendant-e-s », Politix, 101, 2013, pp. 133-159.

Kergoat Danièle, « Ouvriers = ouvrières ? Propositions pour une articulation théorique de deux variables : sexe et classe sociale », Critiques de l’économie politique, 5, 1978, pp. 65-97.

Lechien Marie-Hélène, Masclet Olivier, « La bonne volonté comme nécessité », in Masclet Olivier, Amossé Thomas, Bernard Lise, Cartier Marie, Lechien Marie-Hélène, Schwartz Olivier, Siblot Yasmine (dir.), Être comme tout le monde. Employées et ouvriers dans la France contemporaine, Paris, Raison d’agir, 2020, pp. 419-439.

Lépinard Éléonore, Lieber Marylène, Les théories en études de genre, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2020.

Masclet Camille, « Le féminisme en héritage : Enfants de militantes de la deuxième vague », Politix, 109, 2015.

Masclet Olivier, Amossé Thomas, Bernard Lise, Cartier Marie, Lechien Marie-Hélène, Schwartz Olivier, SIblot Yasmine (dir.), Être comme tout le monde. Employées et ouvriers dans la France contemporaine, Paris, Raison d’agir, 2020.

Merllié Dominique, « Comment confronter mobilité “subjective” et mobilité “objective” ? », Sociologie du travail, 48, 4, 2006, pp. 474-486.

Pagis Julie, Pasquali Paul, « Observer les mobilités sociales en train de se faire. Micro-contextes, expériences vécues et incidences socio-politiques », Politix, 114, 2, 2016, pp. 7-20.

Passeron Jean-Claude, Revel Jacques (dir.), Penser par cas, Paris, Éd. de l’EHESS, 2005.

Perrin-Heredia Ana, « La gestion du budget : un pouvoir paradoxal des femmes des classes populaires », in Lambert Anne, Dietrich-Ragon Pascale, Bonvalet Catherine (dir.), Le monde privé des femmes. Genre et habitat dans la société française, Paris, INED Éditions, 2018.

Retière Jean-Noël, « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, 63, 2003, pp. 121-143.

Schwartz Olivier, Le monde privé des ouvriers, Paris, PUF, 1990.

Schwartz Olivier, « Les femmes dans les classes populaires, entre permanence et rupture », Travail, genre et sociétés, 39, 1, 2018, pp. 121-138.

Siblot Yasmine, « Je suis la secrétaire de la famille ! » La prise en charge féminine des tâches administratives entre subordination et ressource », Genèses, 64, 2006, pp. 46-66.

Skeggs Beverley, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire, Marseille, Agone, 2015[1997].

Small Mario Luis, « “How many cases do I need?” On science and the logic of case selection in field-based research », Ethnography, 10, 1, 2009, pp. 5-38.

Testenoire Armelle, « Genre, stratification et mobilité sociale au sein des classes populaires », Lien social et politique, 75, 2015.

Haut de page

Notes

1 Ce quartier peut être considéré comme populaire au moins sous le rapport de deux indicateurs. D’abord, du point de vue de sa composition socio-économique, car il est en majorité habité par des actifs sans emploi, des employés et des ouvriers. On peut ensuite le qualifier de populaire relativement aux conditions économiques : la part des ménages dont le revenu est inférieur à 60 % du revenu médian est de 55,7 % au moment de l’enquête en 2016 (Insee, Données politiques de la ville, 2013).

2 On n’en saura pas plus, car aucune occasion de discussion sur le thème des circonstances de son arrivée en France ne s’est présentée.

3 C’est-à-dire l’eau froide, l’entretien des parties communes et la taxe pour le ramassage des ordures ménagères.

4 En 2014, dans cette ville, le loyer médian au mètre carré était de 14,6 €. Source : Observatoire départemental des loyers du parc privé des Bouches-du-Rhône, 2014.

5 Cette notion « désigne un ensemble de ressources (notoriété et relations sociales, mais aussi compétences diverses) dont la valeur ne s’actualise qu’au travers d’un ancrage local spécifique, déterminé par la généalogie de ceux qui les détiennent et s’en réclament » (Gollac, 2013, 134). Elle ne se réduit pas à l’ancienneté de résidence, comme l’a souligné Jean-Noël Retière (2003).

6 À l’exception notable de certaines recherches sur les parcours de personnes transgenres, comme celles d’Emmanuel Beaubatie (notamment : Beaubatie, 2021), ou des travaux sur le genre s’appuyant sur la notion de passing (voir par exemple : Bosa et al., 2019).

7 L’évocation d’une « double mobilité » s’inspire d’un article d’Yvette Delsaut (1976) d’ethnographie d’un mariage en milieu populaire et de sa double signification dans lequel l’auteure cherchait à ne pas opposer analyse « objective » et « subjective » de l’homogamie de classe, comme on a tenté de le faire ici pour un cas de mobilité sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Cacciari, « La « double » mobilité sociale d’Hélène Ramon. Réflexivité sur le genre et examen des trajectoires sociales »Genre, sexualité & société [En ligne], 27 | Printemps 2022, mis en ligne le 10 mai 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/gss/7220 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.7220

Haut de page

Auteur

Joseph Cacciari

Chercheur rattaché au laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHE.S) de Nanterre
joseph.cacciari@parisnanterre.fr ; cacciarijo@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search