Navigation – Plan du site

AccueilActualitésAnalyses et comptes-rendus2022Yaëlle Amsellem-Mainguy, Les fill...

2022

Yaëlle Amsellem-Mainguy, Les filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural.

Maëva Durand
Référence(s) :

Yaëlle Amsellem-Mainguy, Les filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural, Presses de SciencePo, Paris, 2021.

Texte intégral

1Rares sont les ouvrages qui retracent la vie des femmes de milieu rural. L’ouvrage de Yaëlle Amsellem-Mainguy permet de combler les manques de la littérature scientifique, tant du point de vue du genre que sur les mondes ruraux, en s’intéressant aux jeunes filles dont le quotidien reste trop peu appréhendé dans les études ethnographiques. Ces jeunes filles ont de fortes attentes vis-à-vis du service public, inégalement réparti sur le territoire, qu’il s’agisse de l’école ou encore des loisirs. Il n’est pas étonnant que l’auteure soit passée par les institutions pour rencontrer des enquêtées (missions locales, centre d’animations, éducation nationale). Passer par les institutions permet dans le même temps de dépasser les réseaux d’interconnaissance d’une « bande de pote » (Coquard, 2018) avec les effets d’identification de la chercheuse qui risquerait de se sentir proche d’un groupe social et amical au détriment d’un autre.

2Clin d’œil aux travaux de Nicolas Renahy, Les gars du coin, il ne s’agit pourtant ni d’une monographie, ni d’une étude comparée mais d’une mise en perspective de quatre terrains, sur quatre territoires (la presqu’île de Crozon, le Massif de la Chartreuse, les Deux-Sèvres et les Ardennes) aux réalités différentes (touristiques pour les premiers, industriels plutôt déclinants pour les seconds). L’enquête s’appuie sur une démarche qualitative, comprenant observations, entretiens individuels et collectifs auprès de 193 femmes, entre 14 et 28 ans qui se considèrent comme vivant en milieu rural, ce qui permet d’appréhender les campagnes non pas comme une unité démographique ou administrative mais comme le résultat d’expériences vécues. Car l’originalité de cet ouvrage réside bien dans la prise en compte de l’espace et des mobilités spatiales, d’un point de vue genré, pour interroger les représentations subjectives des mondes ruraux.

3La richesse et la diversité des matériaux permet une description minutieuse des conditions de vie des jeunes femmes des campagnes contemporaines, en s’intéressant aux arbitrages et aux contraintes auxquelles ces dernières doivent faire face, sans pourtant nier la diversité des sociabilités. A ce sujet, il convient de souligner l’intérêt de la démarche qui intègre dans le dispositif d’enquête la restitution des travaux, avec des entretiens et retours complémentaires sur le terrain. Transparaissent ainsi les classifications opérantes entre « nous » et « les autres » : « la racaille » des petites villes, ou encore « les bouseux » des villages apparaissent comme autant de catégories qui sous-tendent « les hiérarchies et rapports de pouvoirs entre les bourgs et entre les habitants » (p. 33). « Être du coin » traduit avant tout une proximité au cercle familial et amical, sans pour autant que sa famille ne bénéficie d’un ancrage de longue date.

4Ces femmes étant plus souvent d’origine populaire, en lien à la morphologie sociale des territoires ruraux où sont sur-représentées les classes populaires, l’ouvrage n’est pas sans rappeler les travaux de Beverley Skeggs (2015) qui reviennent sur les représentations et conditions de travail des femmes aides à domicile du nord-ouest de l’Angleterre des années 1980 et 1990. Selon Skeggs, ces classes populaires souhaitent acquérir une respectabilité sur la scène publique, mais aussi auprès de leur famille. Cette respectabilité s’inscrit dans les transformations des métiers du care, englobant une continuité des rôles féminins dans et en dehors du travail domestique. Au sein de l’ouvrage de Yaëlle Amsellem-Mainguy, l’imbrication des mécanismes de dominations de genre et de classe est tout aussi frappante, du fait de la continuité des sphères familiale, scolaire et salariée où sont réinvesties des compétences genrées.

5Dans les deux premiers chapitres qui traitent de l’ancrage familial (chapitre 1) et des constructions amicales (chapitre 2) au sein de l’espace local, les imbrications et continuités des sphères privées et publiques sont visibles dans les effets de réputation qu’induit le fait d’être « la fille de » et les sociabilités auxquelles ces dernières peuvent prétendre. Leur notoriété peut être favorisée par leurs liens aux associations masculines du fait de l’investissement de leur père, président du club de foot ou exerçant l’activité de pompier. Néanmoins, ce capital d’autochtonie (Renahy, 2010) ne permet pas d’obtenir les mêmes ressources en fonction du genre. L’investissement des filles sur la scène locale reste cantonné à des domaines genrés attendus (en s’occupant des repas, en faisant l'accueil lors d’évènements). Dans le même temps, par ces activités « les filles et leurs mères affirment leur appartenance au groupe et contribuent à assurer son unité (…) qui dépasse l’intercommunalité » (p. 56).

6Cet encastrement des sphères est présent dans le chapitre 3 traitant des parcours scolaires et sociabilités, notamment durant deux moments spécifiques, moins souvent mis en avant dans les études qualitatives : au sein des cars scolaires et à l’internat au sein des lycées. Dans ces deux cas, il s’agit pour ces femmes d’expérimenter un sentiment de mobilité et de liberté à travers la construction de sociabilités juvéniles. C’est également dans ces espaces qu’elles vont éprouver différentes formes de violence symbolique et interpersonnelle. Dans les cars laissés sans surveillance des adultes se rejouent les modes d’assignation, de classement/déclassement en fonction des places prises dans le bus, conjointement aux humiliations auxquelles les jeunes les moins « populaires » doivent faire face (les filles, les plus précaires, les nouveaux…). Les premiers pas en internat sont tout aussi ambivalents, notamment pour les moins dotées en capitaux, dont le travail domestique s’avère décisif au sein de l’économie familiale. On voit alors comment le rôle d’aidante, habituellement mis en avant chez les femmes vieillissantes, est opérant dès l’adolescence à travers la situation de Jenny, dont les deux parents sont sans emploi. Étudiante en CAP, elle se demande comment sa mère « va faire pour tout gérer toute seule » après son départ en lycée situé à 30 kilomètres de chez elle (p. 112). A l’aune de ces contraintes, on perçoit mieux les liens de solidarités féminines intrafamiliales qui peuvent freiner les mobilités scolaires des filles par rapport aux garçons, y compris pour celles qui accèdent à des formations de l’enseignement supérieur (BTS, première année à l’Université la plus proche) et qui sont amenées à revenir vivre à proximité de leurs parents.

7L’investissement dans le travail domestique constitue un apprentissage genré où « tenir son intérieur » participe de la constitution de goûts et de dégoûts qui prédisposent à certaines orientations professionnelles, abordées dans le chapitre 4. « Aimer s’occuper des autres » s’inscrit dans un « devoir moral » fait « de conseils comme de plaisirs » propre au travail social (Skeggs, 2015, p. 93). La structuration locale du marché du travail joue sur les possibles investissements ou retrait de la sphère professionnelle. En outre, ce qui est perçu comme favorable à cette insertion professionnelle du point de vue des hommes (comme l’appui sur des réseaux d’interconnaissance) l’est beaucoup moins du point de vue de ces filles : faire confiance aux proches pour se voir octroyer un métier par bouche à oreille au détriment de contrats stables, faire preuve de loyauté professionnelle et passer sous silence les violences au travail. Même si des différences sont observables entre les territoires, notamment dans des zones les plus touristiques, le marché du travail reste fortement organisé autour des pratiques de dons et contre-don entre les familles les plus insérées socialement.  En outre, « les filles du coin » doivent faire face à la mise en concurrence avec les jeunes citadines pendant les périodes estivales. Dans le contexte où les métiers les plus stables sont néanmoins réservés aux hommes et les métiers saisonniers les plus valorisés à celles de la ville, travailler dans la sécurité ou à son compte s’avèrent des perspectives probables, qui permettent d’accéder à une certaine honorabilité dans des domaines promus par les pouvoirs publics.

8Le chapitre 5 revient sur les activités et le temps libre de ces filles, en soulignant là aussi la diversité des pratiques culturelles juvéniles sans omettre leurs limites. Ces dernières peuvent connaître différentes formes de réprobation lorsqu’ « elles s’écartent de l’ordre du genre » (p. 168). Leurs mobilités sont plus souvent surveillées et sujettes à discussions par rapport aux garçons, en présentant par exemple l’autostop où l’utilisation des deux-roues comme dangereux. Plus généralement leurs activités restent conditionnées aux infrastructures dont la diversité, tant pour les pratiques sportives, culturelles ou de consommation, fait défaut, ce qui participe d’un sentiment commun de vivre sur des territoires relégués par rapport à la ville, les activités comme la voile ou la montagne apparaissant de toute manière hors de portée pour les plus distants au capital culturel. Alors que vivre à la campagne en étant enfant participe au sentiment d’appartenir à un « nous » valorisant, les activités des adolescentes dépendent surtout de l’investissement des parents, et en particulier des mères, à jouer les taxis et organiser leurs activités. En tant que jeunes adultes, elles peuvent s’investir dans des clubs qui offrent des activités semi-régulières (comme la Zumba), proposées au sein de l’espace local (soirée loto, fête de village). Ces espaces sont propices à l’émergence de réseaux de solidarité féminine et à la mise en scène d’une appartenance locale. Néanmoins, des inégalités genrées demeurent dans le rapport au temps libre : lorsqu’elles grandissent, les filles participent de moins en moins aux clubs et compétitions sportives par rapport aux garçons. Le club de foot, qui reste une référence dans l’organisation des sociabilités populaires, ne trouve pas d’équivalence féminine. Toutes ces activités ne peuvent être pensées sans le poids du travail domestique qui vient limiter le temps à soi. Une partie de leur activité reste dédiée à l’investissement auprès de leur famille et de celle du conjoint, comprenant l’entretien des relations amicales et familiales. Aux activités qu’elles peuvent développer chez elles (écoute de la musique, utilisation des réseaux sociaux, écriture, confection de bijoux par exemple) s’ajoutent des formes de rémunération plus directes, comme la vente à domicile, qui permet de penser au féminin le « travail à côté » (Weber, 1989).

9Enfin le chapitre 6 traite de la vie amoureuse, sexuelle et conjugale de ces filles. L’interconnaissance et la circulation, rapide et durable, des réputations et des catégories internes aux groupes de jeunes n’est pas sans conséquence sur la mise en couple, avec la nécessité de se mettre à distance de la figure de la « sainte nitouche » ou de « la traînée ». On peut voir comment les ragots et rumeurs sur les filles peuvent également impacter la respectabilité des mères. Rapidement des cristallisations s’opèrent entre « bons et mauvais garçons », en fonction des réputations locales, liées à l’insertion socio-professionnelle de ces derniers. Les relations amoureuses et affectives au moment de l’adolescence font l’objet d’une moindre vigilance de la part des adultes, c’est-à-dire qu’elles peuvent être de courtes durées « à conditions toutefois que le partenaire n’appartienne pas au groupe des racailles ou des cassos » (p. 216). Dans cet ouvrage, la rencontre avec des jeunes LGBTQI+ permet de mettre en avant les ressources pour faire face aux éléments de catégorisation négative. De même, l’auteure interroge la construction du racisme en revenant sur le cas de « la fille qui aime les noirs » (p. 222), dont le stigmate est lié au choix de partenaire qui s’écarte des normes attendues. La critique du célibat ou des jeunes mères rappelle que ce n’est pas seulement la mise en couple ou le mariage qui est souhaité mais un parcours matrimonial valorisable dans l’espace local. Dans ce parcours, la cohabitation est perçue comme un horizon souhaité chez les plus populaires, et s’accompagne de projets de maternité à savoir un statut honorable qui marque l’entrée dans la vie adulte. Le mariage apparaît moins central qu’il ne l’est décrit chez Beverley Skeggs, ce que confirment d’autres études (Maillochon, 2016) et la séparation, en cas de violences conjugales, envisageable par rapport à la génération des mères. Ces violences conjugales sont appréhendées à travers les inégalités opérantes au sein du couple, via une division genrée du travail, une reconfiguration des sociabilités (en faveur du conjoint) et les inégalités économiques. Ces jeunes femmes insistent pour ne pas se présenter comme des victimes passives et fragiles, et désignent souvent l’alcool comme le principal responsable des situations de violence.

10En résumé, l’apport de l’auteure est de faire le lien entre rapports sociaux, réseaux d’amitiés et d’intimité garants d’une certaine estime de soi et de son groupe d’appartenance. Même si cette recherche n’est pas une comparaison, quelques éléments supplémentaires sur le bassin de l’emploi et caractéristiques socio-économiques et géographiques des territoires (quelles villes, quelles institutions présentes localement) auraient permis de mieux cerner les distances matérielles et symboliques auxquelles ces jeunes filles sont confrontées sur les différents terrains d’enquête. Car c’est bien une unité d’expérience « des filles du coin » qui se dessine à la lecture de l’ouvrage. 

11Ce livre permet de poursuivre deux pistes d’analyse. D’une part, il prolonge la réflexion de Beverley Skeggs quant aux formes d’appropriation du féminisme en pratique. Si certaines filles perpétuent une division traditionnelle des rôles familiaux, toutes aspirent à une indépendance économique et la réalisation de soi par leurs études et leur travail. Ces filles ont conscience que la difficulté à trouver un emploi est liée à leur genre, comme le résume l’une d’entre elles « en fait, si tu regardes ici, ben être une fille, c’est pas un avantage pour le travail » (p. 146). Elles sont amenées à questionner les rapports sociaux dans lesquels elles sont prises, qu’il s’agisse de l’accès à la sexualité (p. 215) ou des normes attendues de la mise en couple. Les propos d’Agnès qui souligne la nécessité de ne pas dépendre d’un homme (p. 246) ne sont pas sans rappeler ceux de Jane outre-Manche des années auparavant : « je veux des trucs bien et je suis pas prête à les abandonner [pour un mec] » (Skeggs, 2015, p. 228). Pourtant aucune ne se déclare féministe ce qui invite peut-être à questionner les possibilités de mise en cohérence d’un discours et d’accès aux intermédiations politiques en sens large (militantes, associations, travailleuses sociales, enseignantes…). D’autre part, l’ouvrage interroge le rôle des sociabilités et des cercles de pairs dans la construction du sentiment d’appartenance au féminin, travaillé par des logiques de genre. Les possibilités d’affirmation de soi (de sa sexualité et de son statut de jeune fille) se déroulent au sein d’espaces de camaraderie, lors de sorties entre copines qui permettent d’éprouver le collectif par des moments de solidarité intime. Or, l’entrecroisement des sphères publiques et privées s’accompagne d’une discontinuité des sociabilités féminines sur le temps long, du fait de l’investissement pluriel dans le travail domestique, de la mise en couple, de l’éducation des enfants à charge des femmes, d’infrastructures pensées plus souvent au masculin, d’isolement au sein du travail salarié. C’est à l’inverse les possibilités des continuités amicales « de l’école à l’atelier » (Willis, 2011) en passant par les clubs de foot que dessinent un espace des possibles au masculin, même si ces espaces peuvent être aussi marqués par des mises en concurrence de différentes masculinités (Connell, 2014) en fonction des contextes socio-spatiaux.

Haut de page

Bibliographie

CONNELL Raewyn, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, éditions Amsterdam, 2014.

COQUARD Benoît, « “Déjà nous”. Un sentiment d’appartenance sélectif en milieu populaire », Politix, 122, 2, 2018, pp. 57‑78.

MAILLOCHON Florence, La passion du mariage, Paris, PUF, 2016.

RENAHY Nicolas, « Classes populaires et capital d’autochtonie. Genèse et usage d’une notion », Regards sociologiques, 40, 2010, pp. 9‑26.

RENAHY Nicolas, Les gars du coin : enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2010 (2005).

SKEGGS Beverley, Des femmes respectables, Marseille, Agone, 2015 (1997).

WEBER Florence, Le travail à-côté : une ethnographie des perceptions, Paris, éditions de l’EHESS, 2009.

WILLIS Paul, L’école des ouvriers : comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvriers, Marseille, Agone, 2011 (1977).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maëva Durand, « Yaëlle Amsellem-Mainguy, Les filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural. »Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 13 décembre 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/gss/7405 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.7405

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search