Navigation – Plan du site

AccueilActualitésAnalyses et comptes-rendus2022Alice Romerio, Le travail féminis...

2022

Alice Romerio, Le travail féministe : Le militantisme au Planning familial à l’épreuve de sa professionnalisation

Virginie Dutoya
Référence(s) :

Alice Romerio, Le travail féministe : Le militantisme au Planning familial à l’épreuve de sa professionnalisation, Presses Universitaire de Rennes, Rennes, 2022.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Alice Romerio, intitulé Le travail féministe : Le militantisme au Planning familial à l’épreuve de sa professionnalisation, restitue une riche enquête doctorale, reposant à la fois sur des sources archivistiques, des entretiens et de l’observation ethnographique. Dans ce livre, Alice Romerio analyse le fonctionnement du Planning familial à travers le prisme de la professionnalisation et de l’institutionnalisation, thèmes forts de l’analyse contemporaine des mouvements sociaux, et du féminisme en particulier. En effet, « l’intégration de la cause des femmes dans les pratiques et les discours d’institutions » (Blanchard, Jacquemart, Perrin et Romerio, 2018, 6) a été remarquée depuis les années 1970. Un aspect important de ce phénomène est la professionnalisation, à savoir la mise en place de structures professionnalisées et la généralisation du travail salarié, ou tout du moins rémunéré au sein de l’espace de la cause des femmes. Dans le sillage d’autres recherches sur les mouvements sociaux, l’auteure remet en question l’idée selon laquelle l’institutionnalisation et la professionnalisation mènent nécessairement à la dépolitisation, c’est-à-dire à une mise à distance de la critique féministe de la domination masculine comme fait structurel et politique. Refusant tout a priori normatif, Alice Romerio montre la complexité des processus de (dé)politisation du travail et par le travail, ainsi que la complexité du rapport à l’État. L’auteure croise une approche sociohistorique en analysant les archives du Planning, avec un travail ethnographique auprès de trois antennes du Planning familial distinctes par leur contexte politique et social et leur mode de fonctionnement. Cette double entrée permet une analyse fine, évitant les généralisations hâtives et mettant en évidence les différentes dynamiques à l’œuvre et leurs interactions, au niveau meso comme macro.

2L’ouvrage est divisé en quatre chapitres, le premier revient sur la sociohistoire du Planning familial, depuis sa création au début des années 1960 jusqu’à la fin des années 1970, alors que les combats pour la contraception et l’avortement ont été victorieux. Cette sociohistoire révèle que, dans le cas du Planning, la professionnalisation précède la radicalisation féministe à partir de la fin des années 1960. Ainsi, loin de signifier la dilution d’un idéal politique, la professionnalisation devient un sujet et un discours politique façonnée par le féminisme des années 1970.

3Le deuxième chapitre s’intéresse au développement du Planning familial après 1981, dans le contexte de la mise en œuvre du féminisme d’État sous la houlette d’Yvette Roudy. On assiste alors à l’émergence d’une « entreprise associative féministe », qui a un rapport complexe à la professionnalisation et aux institutions d’État. En effet, la professionnalisation, loin d’être un pur produit de la managérialisation et de l’intégration de la cause des femmes par l’État constitue aussi un enjeu féministe : comment assurer aux travailleuses des conditions de travail et de vie véritablement égalitaires ? Cette question, posée au niveau national, gagne en complexité avec l’analyse ethnographique menée par l’auteure au sein des antennes A, B, et C du Planning, dont les situations sont contrastées. Les catégories « militantes », « salariées », « bénévoles », utilisées par les acteurs et actrices du Planning révèlent alors leur porosité du fait des positionnements multiples des actrices et acteurs, et de leurs trajectoires souvent sinueuses. La comparaison entre les trois cas montre que le recours massif au travail non salarié n’est pas forcément garant d’un militantisme féministe plus radical, tandis que la salarisation peut être la condition nécessaire au développement d’un discours féministe.

4Le troisième chapitre déplace la focale vers les travailleuses et travailleurs (qu’iels soient salari.e.é.s ou non) du Planning, et la façon dont se forment des « travailleuses féministes », en insistant sur les dynamiques locales. Alice Romerio met en évidence l’importance du féminisme pour les travailleuses et travailleurs du Planning, mais un féminisme « en tension » et hétérogène. Ceci s’explique notamment par les différentes trajectoires des travailleuses et travailleurs, entre celleux qui arrivent au Planning après une première socialisation politique au féminisme, les travailleuses qui ont choisi cette organisation pour exercer le conseil conjugal et familial, et enfin celles et ceux qui y viennent par le travail associatif et se socialisent à la cause des femmes par ce biais. Selon les choix opérés par les différentes antennes et leurs contraintes spécifiques, l’équilibre entre ces trois groupes varie, de même que la formation au féminisme qui est proposée au sein des structures.

5Le quatrième et dernier chapitre s’intéresse au travail féministe en lui-même et à la façon dont il peut être mis en pratique. Il s’articule autour de la tension qui se pose souvent dans les activités des associations féministes entre prestation de services et militantisme, tension renforcée par la dépendance aux financements publics. Là encore, Alice Romerio met en évidence la diversité des pratiques, en fonction des contextes et choix stratégiques locaux. Elle montre les appropriations variées des politiques publiques et la capacité des actrices et acteurs à développer un discours critique sur leurs actions de prestation de service, que ce soit au niveau des antennes ou dans les pratiques individuelles.

6A partir d’un sujet désormais bien connu et travaillé, l’institutionnalisation et la professionnalisation du féminisme, Alice Romerio propose un ouvrage novateur. L’articulation entre l’analyse sociohistorique, l’enquête ethnographique et les entretiens permet de livrer une analyse fine, non téléologique des processus croisés d’institutionnalisation et de professionnalisation de la cause des femmes. Elle montre en particulier que le travail peut être à la fois politisé et site de socialisation politique. Loin d’analyser la professionnalisation comme un processus univoque, cet ouvrage montre en effet les transformations historiques du travail, qu’il soit militant ou rémunéré, en s’intéressant notamment au contenu de ce travail, depuis le conseil conjugal jusqu’à la prévention. Alice Romerio met également en évidence l’ambivalence des rapports à l’État. En effet, si la dépendance économique est souvent considérée comme devant entraîner inéluctablement l’inféodation, la réalité apparait plus complexe. La dépendance n’empêche pas toujours le regard critique, et les politiques et discours étatiques laissent souvent place à des marges d’interprétation et d’appropriation assez larges.

7Si le caractère relativement synthétique de l’ouvrage, en particulier au regard de la large période couverte, est appréciable, on peut toutefois s’étonner de la quasi absence d’une catégorie professionnelle pourtant cruciale dans l’histoire du Planning, à savoir les médecins, et plus largement le personnel soignant. S’iels sont présent.es dans les deux premiers chapitres de l’ouvrage, iels disparaissent par la suite. Ceci s’explique sans doute par la composition des antennes choisies, mais on perd sans doute une dimension intéressante pour l’analyse de la professionnalisation. De la même façon, si la première partie de l’ouvrage traite du Planning de façon générale, on perd quelque peu cette dimension de vue dans la deuxième partie, où l’on est souvent au plus près des antennes et des travailleuses et travailleurs. Il aurait pu être intéressant de replacer plus systématiquement les résultats de l’analyse ethnographique dans le fonctionnement national du Planning et dans ses activités à cette échelle. Ces regrets demeurent somme toute très mineurs, au regard de l’intérêt de cet ouvrage et du plaisir que l’on peut avoir à le lire.

Haut de page

Bibliographie

BLANCHARD Soline, JACQUEMART Alban, PERRIN Marie, ROMERIO Alice, 2018, « La cause des femmes dans les institutions », Actes de la recherche en sciences sociales, 223, 3, pp. 4‑11.

DOI : 10.3917/arss.223.0004

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Dutoya, « Alice Romerio, Le travail féministe : Le militantisme au Planning familial à l’épreuve de sa professionnalisation  »Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 23 décembre 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/gss/7417 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.7417

Haut de page

Auteur

Virginie Dutoya

Chargée de recherche CNRS au CESAH (CNRS/EHESS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search