Navigation – Plan du site

AccueilActualitésAnalyses et comptes-rendus2023Emmanuel Beaubatie, Transfuge de ...

2023

Emmanuel Beaubatie, Transfuge de sexe. Passer les frontières du genre

Clark Pignedoli
Référence(s) :

Emmanuel Beaubatie, Transfuge de sexe. Passer les frontières du genre, Paris, La Découverte, 2021

Texte intégral

Je remercie l’équipe de GSS, Louve Zimmermann, Stuart Pluen et Simon Jutant pour leur travail de relecture et les moments de réflexion qui ont accompagné la rédaction du compte-rendu.

1Transfuges de sexe. Passer les frontières du genre est le premier livre d’Emmanuel Beaubatie, sociologue chargé de recherche au CNRS (CESSP). Tiré principalement de son travail de thèse, le livre vise à combler trois limites principales des travaux en sciences sociales : ils ne se sont pas intéressés à « ce que le genre fait aux personnes trans » (p. 13) d’un point de vue matériel, selon les transitions de genre (dites « féminisantes » ou « masculinisantes ») et ils n’ont pas abordé la transition comme un phénomène de mobilité sociale (p. 15). L’objectif de l’ouvrage est double : documenter ce que les rapports sociaux de sexe font aux personnes trans et analyser comment les individus occupent « l’espace social du genre » au prisme des expériences trans. Beaubatie y démontre que les transitions de genre, en représentant un passage entre deux catégories de sexe différentes, sont un passage de frontières sociales. Cette mobilité serait descendante pour les femmes trans et ascendante pour les hommes trans, leurs trajectoires et leurs genres « de destination » ne bénéficiant pas des mêmes ressources. Le sociologue établit également qu’en raison de la pluralité des postures et des pratiques adoptées intimement et socialement par les personnes trans, leur expérience permettrait de reconceptualiser le genre au-delà d’une relation entre deux catégories de sexe figées, comme un espace social pluridimensionnel (Beaubatie, 2021).

2Composé de cinq chapitres, le livre repose sur une enquête empirique dans la France contemporaine, auprès de femmes et d’hommes trans, et de personnes qui ne se reconnaissent pas dans les catégories de sexe binaires qui ont changé de sexe (p. 10). Ce sujet est présenté comme « controversé » en raison « des polémiques récurrentes entre les médecins et les [personnes] trans’ » (p. 11). D’un point de vue éthico-méthodologique, l’auteur qualifie son terrain comme étant « sensible », en mettant en exergue la méfiance des personnes trans envers le milieu de la recherche. Longtemps étudiées sous l’angle médical, ces dernières sont réfractaires à être des objets d’étude.

  • 1 Giami, A., Beaubatie, E., & Le Bail, J. (2011). Caractéristiques sociodémographiques, identificatio (...)
  • 2 L’enquête a été menée avant l’approbation de la loi du 18 novembre 2016 qui retire l’obligation de (...)

3Les données ont été collectées à travers 20 entretiens biographiques avec des personnes trans menés de 2012 à 2014 (Beaubatie, 2017) et le questionnaire auto-administré de l’enquête « Trans et santé sexuelle »,1 conduite par l’Inserm en 2010.2 Parmi les 381 répondant.e.s, environ 2/3 se sont identifié.e.s comme femmes trans et 1/3 comme hommes trans. D’un point de vue épistémologique, selon une perspective matérialise, la définition de « trans » mobilisée ici désigne les personnes qui ne s’identifient pas à la catégorie de sexe qui leur a été assignée à la naissance et qui amorcent un parcours de changement de catégorie. Le changement de sexe/transition est abordé comme un passage d’une classe de sexe à une autre. Le mot « sexe » renvoie donc à la catégorie de sexe issue d’un rapport social et non pas à une donnée biologique. Par conséquent, Beaubatie divise les personnes trans entre MtF (male to female) et FtM (female to male), selon leur « sexe de destination ».

4Le premier chapitre, « Histoire d’une controverse », revisite l’histoire de la construction des transidentités par la médecine et les études queer, deux champs de savoir qui, selon l’auteur, ont façonné les transidentités. Il commence par retracer l’histoire médicale de la transidentité depuis la sexologie européenne, essentiellement allemande, jusqu’au protocole français actuel, en passant par la psychologie et la psychiatrie américaine. Il montre en particulier que les personnes trans ont « contribué à construire la clinique qui leur est destinée » (p. 27) en participant aux premières études sur les protocoles médicaux de changement de sexe. Du coté des sciences humaines, l’émergence des études queer a créé les conditions pour penser les expériences trans au prisme d’autres paradigmes que ceux du champ médical. Ces études ont ébranlé le modèle médical de la différence des sexes (p. 34) et jeté de nouvelles bases pour penser les trajectoires trans. Simultanément, des textes écrits par des théoricien.ne.s et militant.e.s trans ont donné un nouveau souffle aux mouvements trans contemporains, déconstruit le lexique médical du « transsexualisme » et mis l’accent sur la multiplicité des trajectoires. Mais les études queer, tout comme la littérature médicale, auraient reproduit un certain « androcentrisme scientifique ». La médecine s’est intéressée davantage à la médicalisation des femmes trans en alimentant leur plus grande visibilité sociale. Les approches queer, quant à elles, ont insisté sur le potentiel de subversion des masculinités trans. Ainsi, le sociologue conclut que ces deux champs ont renforcé des préjugés genrés : « aux hommes le pouvoir d’agir et de subvertir, aux femmes la dépendance et le poids des normes » (p. 45).

5Dans le deuxième chapitre « Des vies, des verdicts et des diagnostics », le sociologue montre comment la psychiatrie et le pouvoir judiciaire exposent les personnes trans à des discriminations d’un point de vue administratif et dans différentes sphères de la vie (p. 65). Le délai qui s’écoule entre transition sociale, médicale et juridique témoigne des inégalités face aux dispositifs de transition et expose les personnes trans à une phase d’inadéquation des documents d’identité qui a un impact, entre autres, sur l’obtention d’un travail et d’un logement. De plus, les protocoles de transition sont contradictoires et soumettent les personnes trans à une double contrainte : elles doivent prouver « au psychiatre et au juge qu’[elles] sont déjà, en quelque sorte, la personne qu’[elles]demandent l’autorisation de devenir » (p. 50). Le modèle du « transsexualisme primaire » (manifestation des traits de « l’autre sexe » depuis l’enfance) et le récit du « mauvais corps » sont encore mobilisés pour établir un diagnostic et approuver une transition médicale.

  • 3 Ce dernier cas de figure prouve que les soi-disant « détransitions » sont souvent une conséquence d (...)

6En outre, les difficultés psychosociales pouvant s’interposer dans le cheminement des personnes trans ne sont ni anticipées ni prises en compte. Dans un deuxième temps, Beaubatie présente la répartition inégale de la vulnérabilité parmi les participant.e.s face aux dispositifs de transition. Il constate que « la configuration dans laquelle se trouve l’individu en début de parcours est cruciale » (p. 56) et la présence d’un emploi fixe et du soutien parental sont des facteurs permettant un plus grand épanouissement sur le plan émotionnel et matériel, et un démarrage plus facile du changement d’état civil. Et de fait, certain.e.s renoncent temporairement à transitionner dans l’attente et l’espoir d’obtenir plus de stabilité.3 Cependant, le soutien parental dépend lui aussi des rapports sociaux. Les hommes trans ont reçu plus de soutien car leur transition représente une « promotion de sexe », la masculinité étant plus valorisée socialement. Dans le cas des femmes trans, c’était parfois le capital social ou économique acquis dans le milieu d’origine qui les a aidées à trouver un travail ou à subvenir à leurs besoins (p. 58). Pour les femmes trans jeunes et les personnes trans racisées, les familles choisies représentent un abri au manque de soutien parental. De plus, le choix du circuit médical dépend également des ressources économiques (p. 59) : les personnes exclues du protocole et précaires ne peuvent pas accéder à la transition, ce qui affecte leurs conditions de vie. Enfin, en raison d’une « vision androcentrique du sexe » qui rend les codes et les signes de la masculinité plus reconnaissables et moins surveillés, la question des documents non conformes se pose plus rapidement chez les hommes trans et en particulier chez les hommes trans racisés. Selon Beaubatie, cela prouve que les discriminations basées sur l’identité de genre se déplient sur d’autres facettes identitaires (p. 72). Pour cette raison, « la sphère administrative est l’une des seules où les FtMs se trouvent réellement désavantagés par rapport aux MtFs » (p. 67). Si certains renoncent à des droits ou à des voyages, d’autres choisissent de « jouer un rôle » conforme à leur état civil. Toutefois, la capacité de résilience est socialement située car les personnes les plus isolées renoncent à certaines démarches pour ne pas se confronter au poids des violences administratives (p.71).

7Le troisième chapitre, « Mobilité sociale de sexe », aborde la transition comme une expérience de mobilité qui engendre un réaménagement de l’expérience sociale et intime. En comparant les parcours des enquêté.e.s, Beaubatie montre que les enjeux de socialisation avant et après la transition ne sont pas les mêmes pour les femmes et les hommes trans. Premièrement, les temporalités des transitions s’inscrivent dans des rapports sociaux de genre inégalitaires : « un homme qui se féminise est davantage stigmatisé qu’une femme qui se masculinise, la féminité étant synonyme de déclassement là où des marqueurs de masculinité sont parfois plus valorisés chez les filles » (p.79). Les femmes trans les plus âgées ont souvent été sanctionnées pendant leur jeunesse en raison d’un soupçon d’homosexualité. Cela a constitué une barrière au changement de sexe. Celles issues des milieux populaires ont essayé de passer en tant qu’hommes tout en pratiquant le travestissement dans la sphère privée. Les participantes plus aisées, elles, se sont plongées dans des études et des métiers traditionnellement masculins et ont investi une vie en tant que mari et père. Beaubatie relève que le renoncement provisoire à la transition et la reconnaissance masculine dont certaines ont bénéficié en tant qu’hommes (p. 87) reflètent la mise à distance d’un désir perçu comme hautement sanctionné socialement. Les femmes trans ayant transitionné jeunes ont en effet été plus exposées à la précarisation et peu d’entre elles ont été soutenues par leur famille, certaines d’entre elles ayant eu ponctuellement recours à une apparence masculine pour échapper à la précarité et à l’éloignement des droits. L’auteur en conclut que « d’une manière ou d’une autre, toutes les transitions MtFs présentent une période de dissociation entre rôle social et conviction intime » (p.88) et que cette période est plus ou moins durable selon les individus. Pour Beaubatie, les hommes trans sont un groupe plus homogène en termes de temporalité des transitions. En considérant que « les promotions de sexe sont mieux accueillies que les déclassements » (p.90), ils transitionnent plutôt dans leur jeunesse, car « aucune forme de stigmatisation et de violence n’est assez forte pour les dissuader de changer de sexe » (p. 90). Ils sont plus rarement rappelés à l’ordre du genre. Toutefois, les hommes trans sont exposés à des épisodes de violence si leur transidentité est révélée et peuvent vivre de l’homophobie lorsqu’ils sont perçus comme des hommes efféminés. Ils sont donc très vigilants dans l’espace public. Chez eux, le travestissement est une pratique plus rare qui s’inscrit dans des contextes ludiques et de sociabilité, comme le drag king.

8Selon le sociologue, « la socialisation initiale façonne la socialisation dans le sexe de destination » (p. 77). Par conséquent, l’expérience intime de la mobilité sociale n’est pas la même. Les enquêté.e.s ont pu « mettre à profit » de façon réflexive leurs expériences de socialisation pour construire des solidarités intra-genre ou avec l’autre genre. Pour les femmes trans, Beaubatie parle de « réflexivité des déclassées ». En vivant socialement au féminin, certaines expérimentent le sexisme et prennent ainsi conscience des rapports de domination masculine qu’elles auraient pu exercer auparavant. Pour les femmes trans plus âgées, la perte de privilèges est récompensée par l’épanouissement procuré par la transition. Celles qui ont transitionné très jeunes ont pu faire l’expérience de la ségrégation professionnelle liée au sexe et connaitre à la fois la précarité et le déclassement. Pour les hommes trans, en revanche, « la mobilité sociale de sexe est plus coûteuse sur le plan subjectif que matériel » (p. 98). Il observe que la transition a pu déclencher une « tension intérieure », liée à la fois à la conscience de « rejoindre un groupe qui a incarné l’oppresseur par le passé » (p. 99) et au changement de traitement qu’ils reçoivent en tant que hommes. Le sentiment de culpabilité se traduit dans un rapport difficile au passing et à la sociabilité entre hommes (p. 100). Les hommes trans peuvent répondre de plusieurs façons à cette tension. Les plus diplômés adoptent une posture subversive (p. 103) et souhaitent incarner des masculinités alternatives ou ne pas s’identifier comme un « homme ».

9Dans le quatrième chapitre, « Changer de sexe et de sexualité », l’auteur souligne le rôle des orientations sexuelles dans les parcours de transition et dans les dynamiques de classe (p. 106). Pour l’auteur, l’homosexualité et l’hétérosexualité, chacune à sa manière, permettent aux femmes trans de décaler la transition et l’expérience des discriminations. En ce sens, « l’orientation sexuelle [a contribué] à modeler [leur] temporalités biographiques » (p. 112) : la conformation au modèle hétérosexuel en tant que mari et père a assuré une stabilité en termes d’emploi, et le divorce a représenté un tournant décisif, marquant la possibilité d’entamer un changement de sexe. Parmi les femmes trans qui ont transitionné jeunes, celles ayant eu une brève trajectoire comme hommes homosexuels ont connu une phase de stabilité au niveau de l’emploi. Au contraire, chez les hommes trans le lesbianisme a constitué « le seuil de la transition » (p. 112) qui leur a permis de sortir de la catégorie « femme » tout en autorisant « une progressive masculinisation » (p. 115).

10Le genre de destination est également structuré par l’orientation sexuelle. En début de transition, les rapports de séduction hétérosexuels jouent un rôle important pour les femmes trans dans leur validation en tant que femmes. Ainsi, le regard masculin est « constitutif de leur catégorie de sexe » (p. 123). Chez les hommes trans, plusieurs ont développé une attirance pour les hommes au fil de leur transition et s’affichent comme homosexuels. D’un côté, en transitionnant, ils ne craignent plus d’être renvoyés au sexe féminin et peuvent envisager une sexualité avec d’autres hommes (p. 129). De l’autre côté, le fait d’être identifié comme hétérosexuel et homme peut susciter une certaine tension en raison des comportements de domination associés aux masculinités hétérosexuelles. Cependant, pour le sociologue, s’identifier en dehors de l’hétérosexualité et de la binarité de genre, permet de mettre à distance des modèles de masculinité considérés politiquement comme rétrogrades et, a fortiori, de se distinguer en termes de classe (p. 131). Enfin, le déplacement des attirances a des retombés sur le rapport à la prévention sexuelle. Ici, l’expérience de socialisation pré-transition est encore une fois structurante d’après le sociologue et doit être prise en compte dans la lutte contre le VIH/Sida (p. 119).

11Dans le dernier chapitre, « L’espace social du genre », l’auteur élargit le modèle d’espace social introduit par le sociologue Pierre Bourdieu (1984) à partir des expériences des personnes trans. Il vise à dépasser le modèle bicatégoriel de la différence sexuelle et à démontrer que le genre est plutôt « un espace en plusieurs dimensions » (p. 137). Par le biais d’une analyse des correspondances multiples (p. 140), il dégage deux axes structurant l’espace social du genre auprès des personnes trans : le rapport au protocole de changement de sexe et aux institutions qui le gouvernent et le rapport au milieu associatif et au militantisme trans. Trois classes de personnes trans se dessinent sur la base de leur interaction avec ces deux dimensions : les « conformes », des femmes trans qui ont transitionné tard et qui sont éloignées du militantisme. Elles ont plutôt recours au protocole de transition officiel et revendiquent le droit à l’invisibilité ; les « stratèges », des jeunes femmes trans qui transitionnent hors protocole officiel, contournent les protocoles pour accéder à la transition médicale et juridique et font appel à l’accompagnement associatif ; les « non-binaires », pour la grande majorité des personnes assignées femmes à la naissance, jeunes, et hautement diplômées. Iels transitionnent plutôt hors du parcours officiel hospitalier, font recours à l’automédication et défient ouvertement la binarité de genre et les injonctions au passing. Selon Beaubatie, la non-binarité constitue un marqueur de classe et de génération (p. 166).

12Dans sa conclusion, « Break the Binary », l’auteur affirme que les difficultés des personnes trans sont le fruit « d’un ordre social au sein duquel chacun doit tenir sa place » (p. 167) et que ces personnes ont plus de similitudes avec ceux et celles qui ont quitté leur milieu d’origine plutôt qu’avec les personnes LGB. Cela expliquerait la relation complexe avec « les codes de leur sexe de destination » (p. 168). Enfin, il souligne que « les vies des individus ne peuvent être rangées dans deux et seulement deux groupes » (p. 172) et que les transitions de genre permettraient notamment d’envisager un autre modèle que celui de la différence binaire des sexes (p. 173).

13Transfuges de sexe se démarque dans le panorama des sciences humaines et sociales françaises au sein desquelles les questions trans représentent un sujet minorisé et il vient enrichir le champ des études sur la transidentité en France. Dans ses prémisses et dans son approche, le sociologue rappelle l’importance d’inscrire les transitions et les trajectoires globales des personnes trans dans des conditions de vie matérielles et façonnées par des rapports sociaux. Cette démarche démontre que les transitions de genre n’existent pas dans un vide social et permet ainsi de prendre la juste mesure de l’hétérogénéité de ces parcours. Ses conclusions viennent appuyer le travail des associations de terrain dans leurs plaidoyers pour un soutien matériel aux personnes trans (accès au logement, à la stabilité financière, à la santé, au séjour) plutôt qu’un soutien uniquement symbolique de l’ordre de la reconnaissance ou de la visibilité. Dans la même lignée, le livre permet de penser l’interaction des personnes trans avec les dispositifs médico-juridiques en tant que rapport social qui matérialise une dynamique de précarisation et de mise à l’écart de celleux qui ne répondent pas aux critères « transnormatifs » (Garosi, 2012 ; Pignedoli, 2021) en vigueur en France. Beaubatie dissèque ces dispositifs, en mettant en lumière ce que l’historienne Stefania Voli a appelé la « “dysphorie” des pouvoirs (législatifs, médico-scientifiques, politiques) » (Voli, 2018, p. 19), enfermés dans un état d’incongruence entre leurs pratiques et la réalité sociale et intime des personnes trans.

14En ce sens, le premier chapitre soulève le couvercle des catégories. En résumant le phénomène de la production du corps trans par les sciences médicales occidentales et des contenus propres aux trans studies et aux études queer, Beaubatie rend accessible au lectorat francophone une partie de l’histoire des transidentités et de la médecine reconstruite et diffusée davantage par des chercheur.euse.s étatsunien.ne.s (Stryker, 2017). Les sous-sections du chapitre révèlent en creux l’histoire de la consolidation de l’autorité matérielle de la médecine au niveau transnational (Schettini, 2011) et de son impact sur les trajectoires trans au niveau local. Elles pourraient se compléter par un approfondissement de la construction de la catégorie « trans » en France, un aspect qui n’est pas traité à part entière dans le livre et qui reste néanmoins crucial pour situer l’objet d’étude. Malgré les ancrages scientifiques communs entre la France et les États-Unis, l’histoire de la clinique et des mouvements sociaux trans n’est pas la même, comme le documentent d’autres recherches menées en France et complémentaires au travail de Beaubatie, dont on peut regretter qu’elles ne soient pas suffisamment citées dans le livre (Espineira, 2011 ; Foerster, 2012 ; Alessandrin, Espineira, Thomas, 2013). Dans le même chapitre, le concept d’« androcentrisme scientifique » est introduit à partir d’une généalogie des biais scientifiques qui ont engendré des asymétries entre l’accompagnement médical des femmes et des hommes trans. L’analyse pointe l’invisibilité des personnes transmasculines dans l’espace social et en tant qu’usagers du système de santé. Cette contribution, précieuse et d’actualité, fait écho aux cadres épistémologiques de trois enquêtes en cours en France (Personnes trans et PrEP, Personnes transmasculines et VIH, FOREST) qui visent, entre autres, à pallier le manque de connaissances sur la prise en charge en santé sexuelle et en santé globale des personnes transmasculines. À ce sujet, le travail de Beaubatie dégage des pistes exploratoires intéressantes témoignant, par exemple, de l’émergence de cultures gays parmi les personnes transmasculines et des retombées symboliques, intimes et de santé qui relèvent de ces nouvelles homosocialités.

15Les remarques qui suivent portent essentiellement sur deux points : la question du langage (et ses implications au niveau épistémologique et d’objectivation des données) et le rapport aux études trans. Cruciales en sociologie du genre, les questions linguistiques et terminologiques ont une place importante dans le livre et dans la démarche de l’auteur. En témoigne le paratexte qui cadre l’ouvrage : la note « Trouble dans le genre grammatical » en ouverture et le « Glossaire » en clôture. Le titre de la note d’ouverture, inspiré du travail de Judith Butler (2005 [1990]), semble anticiper la posture endossée dans l’écriture et dans la démarche scientifique qui consiste à déconstruire la binarité du langage et des imaginaires sous-jacents. Cependant, l’ordre du genre grammatical et social ne sont pas toujours « troublés » dans l’ouvrage. D’une part, l’emploi de certains termes peut contribuer à renforcer l’ordre établi et donc à dévaloriser des connaissances produites au sein des études et des mouvements sociaux trans au profit des savoirs traditionnellement reconnus comme scientifiques et vrais (Stryker, 2006). À titre d’exemple, assimiler les conflits terminologiques entre médecins et personnes trans à des « controverses » ou des « polémiques » « qui opposent professionnels et profanes » (p. 7) revient à nier leur construction épistémologique et relègue les savoirs produits par les personnes concernées et leurs allié.e.s au second plan. Ces conflits ne relèvent pas de polémiques mais ont plutôt une dimension matérielle reflétée par les rapports sociaux et épistémiques qui ont traversé la relation entre médecine et transidentité depuis la fin du XIXème siècle, déjà relevés par des travaux précédents (Stryker, 2017 ; Schettini, 2011). La grammaire, le langage et les divergences théoriques mériteraient d’être abordés en tant qu’objet sociologique inscrit dans des rapports de force (Fricker et Jenkins 2007), plutôt que d’être utilisés pour mettre l’objet d’étude à distance de manière « neutre ». D’autre part, les résultats sont souvent présentés et discutés par le biais de formulations objectivantes qui effacent la taille et les caractéristiques de l’échantillon. Je pense, par exemple, à l’extrait qui expose que « les futurs FtMs, eux, sont presque tous lesbiennes avant la transition […]. In fine, seule les femmes hétérosexuelles n’envisagent jamais de transitionner » (p.133). Ce propos, comme d’autres, mérite d’être nuancé. Le fait que l’expérience de femmes hétérosexuelles ayant transitionné vers la masculinité ne soit pas représentée dans l’échantillon ne devrait pas conduire à conclure à l’impossibilité ou l’inexistence de ce parcours de vie qui est pourtant celui de plusieurs hommes trans (Rivest 2021 ; Rowniak et Chesla, 2013).

16Enfin, le livre s’attarde brièvement sur les études « transféministes » qui sont présentées à la fois comme émergentes et issues des études queer. Depuis la fin des années 1980 et le début des années 1990 aux États-Unis, les trans studies se sont progressivement constituées et institutionnalisés en tant que champ d’étude à part entière avec une visée interdisciplinaire. En France, les études trans apparaissent à partir des années 2000 mais les conditions de production de savoirs et de visibilité ne sont pas les mêmes qu’aux Etats-Unis (Espineira et Thomas, 2019). Dans les deux pays, ces savoirs s’inscrivent dans la continuité et en rupture avec les études queer (entre autres). Ils ont élaboré des concepts comme celui de cisgenrisme (Ansara, 2016) et d’homonormativité (Stryker, 2008) ou approprié des notions, comme celle d’hétéronormativité (Bastien Charlebois, 2011), permettant de nommer des rapports sociaux dans lesquels les personnes trans sont prises en tant que classe sur la base de leur transidentité. Dans son livre, Beaubatie montre très bien que les personnes trans ne sont pas une catégorie homogène et que leurs trajectoires s’insèrent également dans des rapports déterminés par les classes de sexe sociales, avant et après la transition. Ici, les rapports sociaux entre trajectoires cisgenres et trans d’une part, et entre masculinités et féminités d’autre part, pourraient être mieux pris en compte et imbriqués dans l’analyse. Les privilèges cisgenres accordés aux femmes et aux hommes trans dans l’espace social sont toujours conditionnels (Baril, 2009) et cette conditionnalité les expose à des traitements inégalitaires et à des expériences particulières dans plusieurs sphères de la vie sociale et intime. Le croisement de ces rapports sociaux permettrait de nuancer le postulat selon lequel les parcours de transition des hommes trans génèreraient nécessairement des ascensions sociales. Il serait également intéressant de distinguer entre « ascension symbolique » et « ascension matérielle ». Le fait de rejoindre une identité sociale traditionnellement dominante n’induit pas d’acquérir l’ensemble des avantages qui en découlent, comme cela a déjà été documenté dans le champ des études sur les masculinités. Par ailleurs, les hommes trans demeurent des impensés de la santé sexuelle et reproductive, situation qui a des retombées majeures sur leur santé globale et leurs droits fondamentaux (Pignedoli et Rivest, 2022 ; Reisner et al., 2021 ; Shires et Jaffee, 2015).

17Ces observations ont été effectuées dans un esprit de dialogue avec le travail de Beaubatie et ne diminuent en rien les apports de sa recherche. Elles illustrent plutôt les différentes manières d’appréhender le champ des études trans en France et la richesse des discussions actuelles dans ce domaine.

Haut de page

Bibliographie

ANSARA Y. Gavriel, « Beyond cisgenderism: Counselling people with non-assigned gender identities », In MOON Lyndsey (dir.), Counselling ideologies: Queer challenges to heteronormativity, Routledge, 2016, pp. 167-200.

BARIL Alexandre, « Transsexualité et privilège masculin : fiction ou réalité ? », In CHAMBERLAND Line, BLYE Frank W., RISTOCK Janice (dir.), Diversité sexuelle et construction de genre, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2009, pp. 263-295.

BASTIEN CHARLEBOIS Janik, « Au-delà de la phobie de l’homo : quand le concept d’homophobie porte ombrage à la lutte contre l’hétérosexisme et l’hétéronormativité », Reflets : Revue d’intervention sociale et communautaire, 17, 1, 2011, pp. 112-149, DOI : https://doi.org/10.7202/1005235ar.

BEAUBATIE Emmanuel, Transfuges de sexe : passer les frontières du genre, Paris, La Découverte, 2021.

BEAUBATIE Emmanuel, Transfuges de sexe. Genre, santé et sexualité dans les parcours d’hommes et de femmes trans' en France, thèse de sociologie, sous la direction de Michel Bozon, Paris, EHESS, 2017.

BOURDIEU Pierre, « Espace social et genèse des classes », Actes de la recherche en sciences sociales, 52-53, 1984, pp. 3-12.

BUTLER Judith, Trouble dans le genre : le féminisme et la subversion de l’identité, Trad. de C. Kraus, Paris, La Découverte, 2005.

ESPINEIRA Karine, « Transidentité : de la théorie à la politique. Une métamorphose culturelle entre pragmatisme et transcendance », L’information psychiatrique, 87-4, 2011, pp. 279-282, DOI : https://doi.org/10.3917/inpsy.8704.0279.

ESPINEIRA Karine, THOMAS Maud-Yeuse, « Études Trans. Interroger les conditions de production et de diffusion des savoirs », Genre, sexualité & société, 22, 2019, DOI : https://doi.org/10.4000/gss.5916.

ESPINEIRA Karine, THOMAS Maud-Yeuse, ALESSANDRIN Arnaud (dir.), Transidentités : Histoire d’une dépathologisation, Cahiers de la transidentité, L’Harmattan, 2013.

FOERSTER Maxime, Elle ou lui ? Histoire des transsexuels en France, Paris, La musardine, 2018.

FRICKER Miranda, JENKINS Katharine, « Epistemic injustice, ignorance, and trans experiences », In GARRY Ann, KHADER J. Serene, STONE Alison (dir). The Routledge companion to feminist philosophy, London/New York, Routledge, 2017, pp. 268-278.

GAROSI Eleonora, « The politics of gender transitioning in Italy »Modern Italy, 17, 4, 2012, pp. 465-478, DOI : https://doi.org/10.1080/13532944.2012.706998.

PIGNEDOLI Clark, Les contributions théoriques et les apports heuristiques des voix et des théories trans à la conceptualisation des pratiques drag king, thèse de sociologie, sous la direction de Janik Bastien Charlebois et Alexandre Baril, Montréal, Université du Québec à Montréal, 2021.

PIGNEDOLI Clark, RIVEST Paul, Pignedoli, « “Vous n’êtes pas un vrai pédé” : Spécificités et sources d’inégalités dans les usages de la PrEP chez les personnes transmasculines », communication orale, Journées d’étude Santé et Sexualité : Savoirs, techniques, pratiques, 20-21 juin 2022, Campus Condorcet, Aubervilliers.

REISNER L. Sari, MOORE S. Chiara, ASQUITH Andrew, PARDEE J. Dana, MAYER H. Kenneth, « The pre-exposure prophylaxis cascade in at-risk transgender men who have sex with men in the United States », LGBT health, 8, 2, 2021, pp. 116-124, DOI : https://doi.org/10.1089/lgbt.2020.0232.

RIVEST Paul, « Transmasculinités : changer de sexualité avec la transition ? », Congrès annuel de l’Association Française de Sociologie (AFS), 8 juillet 2021, RT28 – Recherches en sciences sociales sur la sexualité.

ROWNIAK Stefan, CHESLA Catherine, « Coming out for a third time: Transmen, sexual orientation, and identity », Archives of Sexual Behavior, 42, 3, 2013, pp. 449-461, DOI : https://doi.org/10.1007/s10508-012-0036-2.

SCHETTINI Laura, Il gioco delle parti: Travestimenti e paure sociali tra Otto e Novecento, Le Monnier, 2011.

SHIRES A. Deirde, JAFFEE Kim, « Factors associated with health care discrimination experiences among a national sample of female-to-male transgender individuals », Health & social work, 40, 2, 2015, pp. 134-141. DOI : https://doi.org/10.1093/hsw/hlv025.

STRYKER Susan, Transgender history: The roots of today's revolution, Hachette UK, 2017.

STRYKER Susan, « Transgender history, homonormativity, and disciplinarity », Radical History Review, 100, 2008, pp. 145-157, DOI : https://doi.org/10.1215/01636545-2007-026.

STRYKER Susan, « (De)Subjugated Knowledges. An Introduction to Transgender Studies », In STRYKER Susan, WHITTLE Stephen (dir.), The transgender studies reader, New York et Londre, Taylor & Francis, 2006, pp. 1-17.

VOLI Stefania, « Prefazione », In MARCASCIANO Porpora, L’aurora delle trans cattive, Roma, Alegre, 2018, pp. 11-19.

Haut de page

Notes

1 Giami, A., Beaubatie, E., & Le Bail, J. (2011). Caractéristiques sociodémographiques, identifications de genre, parcours de transition médicopsychologiques et VIH/sida dans la population trans. Premiers résultats d’une enquête menée en France en 2010. Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 42, pp. 433-437.

2 L’enquête a été menée avant l’approbation de la loi du 18 novembre 2016 qui retire l’obligation de fournir des preuves d’ordre médical pour changer d’état civil.

3 Ce dernier cas de figure prouve que les soi-disant « détransitions » sont souvent une conséquence du protocole lui-même, alors que les approches médicales les représentent comme du « regret ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clark Pignedoli, « Emmanuel Beaubatie, Transfuge de sexe. Passer les frontières du genre »Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 11 avril 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/gss/7690 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.7690

Haut de page

Auteur

Clark Pignedoli

Post-doctorant, UR04 - INED

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search