Navigation – Plan du site

AccueilActualitésAnalyses et comptes-rendus2023Stéphanie Latte Abdallah, La toil...

2023

Stéphanie Latte Abdallah, La toile carcérale. Une histoire de l’enfermement en Palestine

Flora Gonseth
Référence(s) :

Stéphanie Latte Abdallah, La toile carcérale. Une histoire de l’enfermement en Palestine, Paris, Bayard Éditions, 2021

Texte intégral

1Le 6 septembre 2021, six prisonniers palestiniens (dont cinq condamnés à perpétuité) se sont évadés de la prison de haute sécurité israélienne Gilboa1. Cette évasion spectaculaire a relancé le débat sur les stratégies de libération des Palestinien·nes emprisonné·es dans des prisons israéliennes. En creux, elle rappelle l’absence d’engagement concret de l’Autorité palestinienne pour la libération des 4700 prisonniers et 30 prisonnières palestiniens2. L’ouvrage La Toile Carcérale : une histoire de l’enfermement en Palestine de Stéphanie Latte Abdallah propose une analyse pionnière dans le champ académique francophone du rôle joué par le système carcéral dans le projet colonial israélien. L’historienne reprend plusieurs articles déjà publiés sur les prisonnières politiques3 et sur les stratégies familiales4 pour lutter contre la violence carcérale. Analysant le système carcéral israélien per se5, ce livre propose une analyse détaillée à la fois des mécanismes de contrôles carcéraux (système judiciaire, prisons et services de renseignement) et de l’histoire de la contestation palestinienne de la domination carcérale.

Toile carcérale et domination coloniale

  • 6 Vinyes Ricard, « L’univers carcéral sous le franquisme », Cultures & conflits, no 55, 1 septembre 2 (...)

2Afin de rendre compte du caractère massif de l’emprisonnement politique en Palestine, Latte Abdallah croise une description détaillée des effets de la violence carcérale sur les corps palestiniens – mais aussi du sien pendant les observations – avec une analyse des moyens et des objectifs de ce dispositif clef du contrôle militaire. L’organisation du livre suit le parcours de la détention : arrestation, procès, détention et libération, pour mieux rendre compte des logiques à l’œuvre à l’intérieur et en dehors des murs des prisons israéliennes. La chercheuse décrit cet univers carcéral6 avec la dichotomie du Dedans et du Dehors pour rendre compte à la fois d’une logique de séparation (temporelle et spatiale) avec l’extérieur et des formes de résistances palestiniennes. Cette expression donne à voir le carcéral comme un lieu en suspension qui se tisse entre l’intérieur et l’extérieur des prisons. Des prisons qui « envahissent » la vie quotidienne et qui sont devenues un espace clef des mobilisations palestiniennes.

  • 7 Le tribunal militaire d’Ofer est ainsi constitué d’une cour de première instance, d’une cour d’Appe (...)
  • 8 Havkin Shira, « La réforme des checkpoints israéliens : externalisation, marchandisation et redéplo (...)
  • 9 La logique de rentabilisation du système pénitencier a été analysée notamment dans le cas du systèm (...)

3Cet ouvrage analyse les transformations du contrôle carcéral exercé par l’Etat Israélien depuis 1967. Le prise de contrôle militaire des Territoires Palestiniens (Gaza et la Cisjordanie) marque le début d’une structuration dirigée par l’armée, la police et les tribunaux militaires qui construit un réseau de prisons réservées aux Palestinien·nes. Jusqu’à la première Intifada (1987- 1993), le carcéral sert à contrôler et à réprimer une action politique palestinienne où les prisonniers sont des acteurs clefs. À partir des années 1990, les services de renseignement israéliens (Shin Bet) prennent progressivement la direction d’une toile carcérale opérant au moyen de l’armée et d’un système juridique militaire plus élaboré7 qui s’étend désormais à des actes de type non sécuritaires. Le réseau des prisons « politiques » est progressivement placé sous le contrôle des autorités carcérales israéliennes (Shabas) dans une logique de rentabilisation et de normalisation de l’emprisonnement. L’État israélien s’engage dans une privatisation de plusieurs dispositifs de contrôle8 en mettant en place un management interne de type néolibéral : réduction du coût salarial et bureaucratisation, mais aussi monétarisation des systèmes juridique et pénitencier9. Une privatisation qui doit permettre à Israël de rentabiliser et de légitimer le contrôle militaire des Palestinien·nes. Ainsi, le travail de Latte Abdallah met au jour un système répressif constamment réajusté, créant une violence suspendue et une incertitude systématique criminalisant l’action politique palestinienne en ciblant les liens sociaux qui la sous-tendent.

Services de renseignement, tribunaux et prisons : les fils de la toile carcérale

  • 10 Ses accords aboutissent notamment à l’établissement de l’Autorité Palestinienne.
  • 11 Signés à Taba, ils confirment trois précédents accords intérimaires signés en 1994 et 1995 et établ (...)
  • 12 Dayan H., “Regimes of Separation: Israel/Palestine and the Shadow of Apartheid”, in A. Ophir A, Giv (...)
  • 13 Hilal Jamil, « The Localization of the Palestinian National Political Field », TURNER (Mandy) (dir. (...)
  • 14 Latte Abdallah Stéphanie Latte, « L’incarcération politique des Palestiniens comme paradigme du rég (...)

4Jusqu’à 17 000 palestiniens – dont 3 000 femmes – seront arrêtés pendant les mobilisations de la première Intifada qui éclate en novembre 1987. La Conférence de Madrid de 1991 marque la fin du soulèvement populaire et ouvre la séquence des négociations israélo-palestiniennes « signature des Accords d’Oslo I »10 (1993) puis d’« Oslo II »11 (1995) vont instituer la division géographique12 et politique13 des Palestiniens entre Jérusalem, Gaza et la Cisjordanie. La toile carcérale participe ainsi d’un nouveau management des circulations qui tracent des frontières domestiques constamment réajustées en fonction des objectifs militaires14. Plus de 100 différents permis régulant désormais les circulations ont ouvert la création du délit de « présence illégale dans une zone » et ont accru la part prise par ces délits de « droit commun ». Des délits qui sont majoritairement sanctionnés par des amendes (dont les montants ont été multipliés par 10 depuis 2010) et qui alimentent un business carcéral.

  • 15 Réseau d’activistes qui se développe à partir de 2002 contre le projet de construction du Mur de Sé (...)

5Si en 1986 une loi israélienne criminalise l’appartenance à tous les partis politiques palestiniens, une gamme toujours plus large d’actions contestataires a été réprimée depuis, comme le montrent les arrestations systématiques des acteurs du réseau de Résistance Populaire15 depuis 2005. Répartis dans des quartiers différents des droits communs israéliens, les prisonniers palestinien·nes sont identifiés par les services de renseignement comme des « détenus de sécurité » et sont placé·es s dans un régime durci de détention spécifique où leurs droits sont drastiquement réduits.

6Latte Abdallah qualifie le fonctionnement des tribunaux militaires comme relevant de l’exercice d’un droit sans justice, où le droit est réduit à une pure performance verbale à destination des scènes publiques israéliennes et internationales. Juges, procureurs et traducteurs organisent ainsi la tenue d’un procès où le Shin Bet reste l’acteur clef mais invisible du système judiciaire. Les dossiers sont rarement consultables par les avocats qui tentent de naviguer dans le système des safqa ou « accords contre aveu » qui représentent la quasi-totalité des résolutions de procès.

Résistances palestiniennes : des générations de prisonniers politiques et leurs soutiens

  • 16 Nashif Esmail, Palestinian Political Prisoners: Identity and Community, Routledge, 2008.
  • 17 Khalidi Raja et Samour Sobhi, « Neoliberalism as Liberation: the Statehood Program and the Remaking (...)

7L’enquête de Latte Abdallah montre aussi les résistances palestiniennes à la violence carcérale. La chercheuse retrace ainsi un segment peu connu du champ politique palestinien, celui du Mouvement des prisonniers16 et de son rôle dans le Mouvement national palestinien. L’ouvrage s’inscrit dans la lignée de différents travaux qui analysent les Accords de paix israélo-palestiniens de 199317 comme une étape clef de la réorganisation de la domination coloniale israélienne. Un chapitre est consacré aux générations de prisonniers et montre les transformations de ce système pénitencier en fonction du rapport de force politique entre Israéliens et Palestiniens.

  • 18 À la différence du leadership en exil qu’incarnait l’OLP.

8Dans les années 1960-1970, les prisonniers, hommes et femmes, luttent pour faire reconnaître leur statut de prisonniers politiques. Ils mènent plusieurs grèves collectives contre le travail obligatoire et pour exiger la séparation de leur quartier de celui des droits communs. La période qui s’étend de 1974 à 1987 voit l’essor de la génération du Mouvement des Prisonniers qui élabore un contre modèle carcéral s’inscrivant dans la stratégie révolutionnaire menée par l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP). Avec le déclenchement de la première Intifada (1987-1993), toute une génération de leaders de l’intérieur18 est emprisonnée. Les prisonnier·ères acquièrent une dimension symbolique nationale et constituent une communauté d’expérience unifiée au-delà des partis politiques, des origines sociales et géographiques.

  • 19 Hilal Jamil, « The Localization of the Palestinian National Political Field », op. cit.
  • 20 Dabed Emilio, « Constitutional Making and Identity Construction in Occupied Palestine », Confluence (...)

9Alors que le champ politique palestinien est profondément fragmenté19, le mouvement des prisonniers et des prisonnières est pris dans la réorganisation d’une scène nationale divisée entre pro et anti Oslo20. La nouvelle Autorité Palestinienne (AP) se désengage des stratégies de libération des prisonniers et redirige son action avec la création d’un programme national d’accompagnement (pendant et après la détention) – une stratégie critiquée, accusée de dépolitiser les mobilisations des prisonniers.

  • 21 Dayan, op cit.

10De 2001 à 2007, le déclenchement de la Seconde Intifada marque la ré-invasion militaire des Territoires Palestiniens et la mise en place d’une politique d’enclavement des Palestiniens avec la création des « cellules territoriales »21. En plus d’un nouveau mangement carcéral de type néolibéral réduisant et précarisant les effectifs des gardiens, la création d’un service de renseignement interne aux prisons vise à démanteler la culture carcérale palestinienne. Les leaders sont par exemple regroupés et éloignés des nouveaux entrants, ce qui affaiblit leur rôle de formateurs politiques pour les jeunes prisonniers. Dans une logique de rentabilisation, les autorités transfèrent aux personnes détenues la gestion de la vie quotidienne et mettent en place un système de cantine qui affaiblit la politique de mise en commun des versements des familles établi par le Mouvement des prisonniers.

Les militantes palestiniennes face aux prisons

  • 22 Elles seront jusqu’à 3000 pendant la première Intifada, mais oscillent généralement autour de 50 pr (...)

11Latte Abdallah consacre un chapitre à l’expérience carcérale des femmes. Alors que les prisonnières politiques palestiniennes forment une communauté restreinte du point de vue quantitatif22, elles ont consolidé et politisé un entre soi carcéral qui a replacé le féminin au centre du politique.

Depuis les années 1970, des militantes des sections féminines des partis politiques de gauche puis du Fatah, suivies par des activistes des partis religieux après la première Intifada, sont emprisonnées et deviennent des figures iconiques des luttes palestiniennes. Aujourd’hui, les prisonnières sont issues de toutes les formes de mobilisations palestiniennes : syndicat étudiant, activisme féministe, militantes des partis religieux ou encore actrices d’attaques individuelles contre des soldats israéliens.

  • 23 Bucaille Lætitia, « Femmes à la guerre. Égalité, sexe et violence », Critique internationale, N° 60 (...)

12La chercheuse analyse les processus « d’auto-subjectivation » dont la violence carcérale est un facteur structurant. Alors que l’engagement de ces militantes est souvent dépeint comme une fuite de leur quotidien23, les prisonnières palestiniennes ont développé des stratégies collectives pour repolitiser les discours produits sur leurs trajectoires et réaffirment ainsi leur légitimité au sein de la lutte nationale. Après une mise en avant de féminités virilisées dans les années 1970 et 1980, la maternité (et plus généralement la parentalité) a été réinvestie comme un espace de lutte politique pour les droits des prisonnières comme des prisonniers.

Les enjeux des luttes anti carcérales au sein du Mouvement National Palestinien 

13L’ouvrage de Latte Abdallah analyse également les enjeux entourant la représentation de la cause des prisonniers politiques au sein du champ politique palestinien. Le déclenchement de la seconde Intifada en 2001 marque l’échec de la stratégie des négociations défendue par une AP qui perd en crédibilité. La victoire du Hamas aux législatives de 2006 indique notamment un désaveu des négociations menées par l’AP. Le refus américain et européen de reconnaître le gouvernement d’union nationale mis en place après ces élections aggrave les affrontements intra-palestiniens entre partisans du processus de paix et ses opposants, affrontements qui font une dizaine de morts.

  • 24 « La nouvelle acuité de la question des prisonniers palestiniens », Confluences Méditerranée, vol.  (...)

14Les prisonniers politiques s’engagent face à cette crise en produisant le document des prisonniers de 200624. Rédigé et ratifié par des représentants emprisonnés de l’ensemble des forces politiques palestiniennes, ils posent les bases d’une réconciliation nationale en articulant le renforcement de l’AP avec celui de la résistance populaire. Après l’échec de son application, les prisonniers continuent d’incarner un appui à la réconciliation mais aussi une preuve de l’échec des accords d’Oslo. Marwan Barghouti, leader du Fatah condamné à vie pour son rôle clef dans la seconde Intifada, a été l’un des rédacteurs clef du document et devient progressivement un acteur majeur d’une opposition grandissante au sein même du Fatah contre l’AP.

  • 25 Accord conclu entre le Hamas et Israël pour la libération de 1027 prisonniers palestiniens contre l (...)

15Barghouti a d’ailleurs été l’un des leaders de la grève de la faim collective d’avril 2017 dont les mobilisations de solidarité ont été marquées par l’affirmation publique d’une opposition à la coopération sécuritaire et donc en creux à la stratégie du leadership palestinien. L’AP s’est en effet recentrée sur des politiques de soutien financier aux prisonniers et délaisse les stratégies de libération des prisonniers alors que le Hamas obtient une victoire en 2011 avec l’accord d’échange Shalit25.

16S’il est un objet de mobilisations, le carcéral est également utilisé pour contrôler l’opposition politique dans ce contexte de crise profonde de légitimité de l’AP. Les dernières arrestations des manifestants mobilisés contre l’assassinat du militant Nizar Banat26 ont ravivé la question des arrestations intra-palestiniennes. A Gaza, le Hamas emprisonne des opposant·es craignant surtout que des mobilisations sur les questions sociales mettent en accusation leur gestion du pouvoir.

Survivre à la prison

17Le dernier chapitre se concentre sur l’échelle individuelle et familiale pour suivre les prisonniers une fois libérés. Avec le maintien des contraintes par les services de renseignement, l’éthos carcéral se prolonge au-delà des murs des prisons et la menace d’une nouvelle arrestation pèse en permanence.

  • 27 Désigne la réorganisation familiale qui s’opère lorsqu’un membre est emprisonné, d’autres membres p (...)
  • 28 Désigne les stratégies pour maintenir une trajectoire parentale comme les naissances par fécondatio (...)
  • 29 Elle subit notamment un viol au bâton : Odeh Aïcha, Ahlam bil huriyeh (Rêve de liberté), Ramallah, (...)
  • 30 Latte Abdallah Stéphanie, « Des féminités mobilisées et incarcérées en Palestine », op. cit.

Les multiples stratégies de « maintien du lien » entre les prisonniers et leurs familles montrent les potentiels gains politiques d’une articulation entre trajectoire individuelle et lutte collective. Latte Abdallah documente ici des parentalités alternatives27 ou parentalités de contrebande28 qui permettent à la fois aux prisonniers de continuer à vivre à l’extérieur de la prison mais aussi aux proches d’amoindrir la violence de la séparation. La vie familiale des prisonniers est documentée par leurs proches et des médias locaux. Sur les réseaux sociaux on est témoin de la souffrance des pères détenus et séparés de leurs enfants, les épouses qui doivent subvenir seule aux besoins du foyer ou encore des jeunes prisonnières revendiquant leur engagement militant. Cette publicisation de l’intimité des prisonniers vient perturber les féminités et masculinités hégémoniques où la figure iconique du prisonnier sert de cadre légitime. Les prisonnières et leurs familles dénoncent régulièrement et publiquement les violences subies par ces jeunes femmes dans les prisons. Des témoignages ordinaires renforcés par les publications d’anciennes prisonnières politiques comme celui d’Aïcha Odeh dans lequel elle témoigne des sévices violents infligés pendant son interrogatoire29. La réception positive30 de cette parole féminine signale le renversement du stigmate – opéré au moyen de la figure du prisonnier – des violences subies en valeur militante. Un mouvement qui participe à renforcer la légitimité de l’engagement militant des femmes en Palestine. L’ouvrage de Latte Abdallah présente ainsi une enquête détaillée sur la fonction du carcéral dans la destruction organisée des liens politiques et sociaux palestiniens du Dedans et du Dehors. Pourtant, la documentation des stratégies de contestation et de renversement de la violence carcérale montre les différentes échelles d’une résistance palestinienne qui ne cesse de se recomposer face aux transformations de la domination coloniale israélienne. Acteurs légitimes de la scène politique palestinienne, les prisonniers et prisonnières politiques continuent de jouer un rôle majeur : à la fois au-dessus des divisions partisanes mais aussi au cœur des fractures politiques et sociales du champ politique palestinien où un front anti-Oslo prend une place croissante.

Haut de page

Notes

1 https://www.addameer.org/content/gilboa-priso

2 https://www.addameer.org/statistics

3 Latte Abdallah Stéphanie, « Des féminités mobilisées et incarcérées en Palestine », Critique internationale, vol. 60, no 3, 2013, p. 53‑69.

4 Latte Abdallah Stéphanie, « Entre dedans et dehors : vécus parentaux des détenus politiques palestiniens en Israël », Champ pénal, Vol. XI, 21 janvier 2014.

5 Latte Abdallah Stephanie, « Toile carcérale, répression et militantisme en Palestine », Violence et militantisme. Parcours d’engagements dans les sociétés arabes, Paris, CNRS/ALPHA, 2017, p.

6 Vinyes Ricard, « L’univers carcéral sous le franquisme », Cultures & conflits, no 55, 1 septembre 2004, p. 39‑65.

7 Le tribunal militaire d’Ofer est ainsi constitué d’une cour de première instance, d’une cour d’Appel et d’une cour réservée à la détention administrative.

8 Havkin Shira, « La réforme des checkpoints israéliens : externalisation, marchandisation et redéploiement de l’Etat », Les Etudes du CERI, n°174, mai 2011.

9 La logique de rentabilisation du système pénitencier a été analysée notamment dans le cas du système carcéral américain : Wang Jackie, Capitalisme carcéral, Paris, Editions Divergences, coll. « Cybernétique », 2019.

10 Ses accords aboutissent notamment à l’établissement de l’Autorité Palestinienne.

11 Signés à Taba, ils confirment trois précédents accords intérimaires signés en 1994 et 1995 et établissent la division des Territoires Palestiniens en zone A, B et C qui répartissent les prérogatives administratives et sécuritaires entre l’AP et Israël dans le cadre d’une coopération sécuritaire.

12 Dayan H., “Regimes of Separation: Israel/Palestine and the Shadow of Apartheid”, in A. Ophir A, Givoni M. et Hanafi S. (dir.), The Power of Inclusive Exclusion: Anatomy of Israeli Rule in the Occupied Palestinian Territories, New York, Zone Books, 2009.

13 Hilal Jamil, « The Localization of the Palestinian National Political Field », TURNER (Mandy) (dir.),From the River to the Sea, Londres, New-York, Lexington Books., 2019, p.

14 Latte Abdallah Stéphanie Latte, « L’incarcération politique des Palestiniens comme paradigme du régime de mobilité », dans Cédric Parizot et Stéphanie Latte Abdallah (dir.), Israël/Palestine, l’illusion de la séparation, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, coll. « Sociétés contemporaines », 2019, p. 31‑52.

15 Réseau d’activistes qui se développe à partir de 2002 contre le projet de construction du Mur de Séparation qui débutera en 2005. Réseau composé de plusieurs villages dont les terres sont alors menacées par le tracé du Mur, le réseau organise des manifestations hebdomadaires rejointes par des solidaires internationaux et israéliens.

16 Nashif Esmail, Palestinian Political Prisoners: Identity and Community, Routledge, 2008.

17 Khalidi Raja et Samour Sobhi, « Neoliberalism as Liberation: the Statehood Program and the Remaking of the Palestinian National Movement », Journal of Palestine Studies, 2011, 40(2), p. 6-25 ;

18 À la différence du leadership en exil qu’incarnait l’OLP.

19 Hilal Jamil, « The Localization of the Palestinian National Political Field », op. cit.

20 Dabed Emilio, « Constitutional Making and Identity Construction in Occupied Palestine », Confluences Méditerranée, N° 86, no 3, 2013, p. 115.

21 Dayan, op cit.

22 Elles seront jusqu’à 3000 pendant la première Intifada, mais oscillent généralement autour de 50 prisonnières.

23 Bucaille Lætitia, « Femmes à la guerre. Égalité, sexe et violence », Critique internationale, N° 60, no 3, 2013, p. 9.

24 « La nouvelle acuité de la question des prisonniers palestiniens », Confluences Méditerranée, vol. 86, no 3, 2013, p. 103‑113.

25 Accord conclu entre le Hamas et Israël pour la libération de 1027 prisonniers palestiniens contre la libération du soldat israélien Shalit retenu à Gaza depuis 2006.

26 https://orientxxi.info/magazine/face-a-la-gronde-populaire-l-autorite-palestinienne-choisit-la-repression,4923

27 Désigne la réorganisation familiale qui s’opère lorsqu’un membre est emprisonné, d’autres membres prennent la place du père ou de la mère. Désigne également les formes alternatives des liens maintenus par le biais des nouvelles technologies de communication.

28 Désigne les stratégies pour maintenir une trajectoire parentale comme les naissances par fécondation in vitro d’enfants de prisonniers.

29 Elle subit notamment un viol au bâton : Odeh Aïcha, Ahlam bil huriyeh (Rêve de liberté), Ramallah, Muwatin, 2004.

30 Latte Abdallah Stéphanie, « Des féminités mobilisées et incarcérées en Palestine », op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flora Gonseth, « Stéphanie Latte Abdallah, La toile carcérale. Une histoire de l’enfermement en Palestine »Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 11 avril 2023, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/gss/7699 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.7699

Haut de page

Auteur

Flora Gonseth

Université Paris VIII / GTM CRESPPA

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search