Navigation – Plan du site

AccueilActualitésAnalyses et comptes-rendus2023Gwénaëlle Mainsant, Sur le trotto...

2023

Gwénaëlle Mainsant, Sur le trottoir, l’État. La police face à la prostitution

Romain Jaouen
Référence(s) :

Gwénaëlle Mainsant, Sur le trottoir, l’État. La police face à la prostitution, Paris, Seuil, 2021, coll. « La couleur des idées », 352 p.

Texte intégral

  • 1 Gwénaëlle Mainsant, L’État et les illégalismes sexuels. Ethnographie et sociohistoire du contrôle p (...)

1Paru en 2021, cet ouvrage constitue la publication remaniée de la thèse de sociologie1 soutenue en 2012 à l’EHESS par Gwénaëlle Mainsant, aujourd’hui chargée de recherche CNRS à l’IRISSO. Croisant les méthodes ethnographique et sociohistorique, l’autrice y interroge les modalités du contrôle de la prostitution sur le territoire parisien depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’aux années 2000. L’ouvrage est bâti sur une enquête de terrain dans trois services de police traitant de la prostitution à Paris : une observation de 7 mois à la Brigade de répression du proxénétisme (BRP) de janvier à juillet 2007, une deuxième en avril-mai 2008 à l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCRTEH) et une troisième en juin 2008 à l’Unité de soutien aux investigations territoriales (USIT). La BRP, service spécialisé de la police judiciaire parisienne et actrice centrale de la lutte contre le proxénétisme, constitue donc le principal point de focalisation de l’enquête. Outre l’observation ethnographique du travail policier, G. Mainsant mobilise également les débats médiatiques et politiques contemporains sur la prostitution, ainsi que la documentation de la BRP elle-même et notamment un vaste échantillon de ses rapports d’activité depuis les années 1950, qui lui permettent d’interroger l’histoire du contrôle par-delà les évolutions connues de la législation.

  • 2 Erica-Marie Benabou, La prostitution et la police des mœurs au XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 1987 ; (...)
  • 3 Paola Tabet, « La grande arnaque. L’expropriation de la sexualité des femmes », dans Annie Bidet-Mo (...)

2Contrairement à la fin de l’époque moderne et à une large partie du XIXe et du XXe siècles2, l’activité de la police à l’égard de la prostitution a été peu explorée par les historien·nes pour la seconde moitié du XXe siècle. La sociologie quant à elle s’est principalement intéressée aux effets du contrôle de la rue sur la prostitution sur les périodes les plus récentes. G. Mainsant renouvelle le questionnement en explorant par les archives de la BRP une période méconnue, et en plaçant l’accent sur les activités de police judiciaire (les enquêtes de proxénétisme) plutôt que sur la police d’ordre public (la police du racolage). Elle se distingue également de la littérature existante en mettant en valeur le point de vue des policier·es plutôt que celui de leurs cibles. L’argumentaire central du livre repose sur l’idée que le contrôle policier est un observatoire indispensable pour appréhender le phénomène prostitutionnel, dans la mesure où il s’agit du principal point de contact entre l’État et les personnes pratiquant cette activité. Plus encore, l’autrice montre comment la police construit la prostitution – concept labile et normatif3 – comme phénomène saisissable pour l’action publique, à travers des opérations de classification répondant à des logiques professionnelles propres. Loin de n’intéresser que les services de police, cette construction du phénomène prostitutionnel affecte les personnes qui se prostituent et l’organisation socio-spatiale de leur activité, mais aussi l’ensemble des acteurs publics et associatifs impliqués dans l’encadrement de la prostitution, l’opinion publique par le biais des médias, et plus largement la « pensée d’État » sur le sujet.

  • 4 Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitutio (...)

3La première partie du livre (« La fin de la police des mœurs ? ») revient sur l’histoire du contrôle de la prostitution parisienne après la loi dite Marthe Richard de 1946 qui entraîne la fermeture des maisons closes issues de l’ancien système réglementariste. Dans le nouveau régime juridique dit « abolitionniste », introduit à cette époque et entériné en 1960 par la ratification de la Convention de Genève de 19494, la prostitution est libre et non-encadrée mais le racolage et le proxénétisme sont interdits. Ces changements juridiques instituent en théorie la liberté d’exercice de la prostitution pour ses pratiquant·es et les soustrait au regard de l’État. Cependant, d’anciennes habitudes policières perdurent comme le fichage sanitaire des femmes prostituées (jusqu’en 1960) et l’entretien d’indicateur·trices dans le milieu prostitutionnel afin de produire du renseignement sur les clients et les réseaux. Le proxénétisme en hôtel et maison de rendez-vous est ainsi toléré, dans le but de conserver ces sources d’information précieuses à la connaissance des milieux mondains et criminels de la capitale. Ce modèle de « police des mœurs », incarné par la Brigade mondaine de la préfecture de police, disparaît progressivement en raison de pressions hiérarchiques dans les années 1960 et 1970. Cette nouvelle orientation fait notamment suite à une affaire en 1974, durant laquelle Kajla Lucienne Goldfarb, dite « Katia la Rouquine », proxénète hotellière bénéficiant jusqu’alors d’une permission tacite (un « condé »), révèle au grand public ses liens de proximité avec la police judiciaire lorsque celle-ci l’inculpe pour proxénétisme après lui avoir retiré sa permission.

4La « Mondaine » se transforme par la suite en police d’investigation, plus nettement dédiée à la répression du proxénétisme. Dessaisi de ses vastes attributions d’origine et amputé d’une part de ses pratiques historiques (le renseignement mondain), le service voit également son activité mise en concurrence avec d’autres logiques policières parmi lesquelles la lutte contre le racolage de rue – renforcée après la loi de sécurité intérieure (LSI) de 2003 par la création d’unités qui s’y dédient (l’USIT) – et la lutte contre la traite des êtres humains – formule juridico-politique incarnée nominalement dans l’OCRTEH mais peu mobilisé en pratique par ce service et par la BRP. Dans les années 2000, la BRP se trouve ainsi prise dans des « luttes juridictionnelles » (p. 94) avec d’autres services : la visibilité de la prostitution est combattue par l’USIT mais nécessaire à la BRP pour ses enquêtes, et les personnes qui se prostituent sont tantôt auteur·trices de racolage pour l’USIT, tantôt victimes du proxénétisme ou de la traite pour la BRP. Ces contradictions alimentent un effort de distinction entre services : entretenant un lien de filiation avec l’ancienne Mondaine tout en rejetant la corruption qui l’avait marquée, la BRP se présente comme un service plus prestigieux dans ses missions et sa composition que l’USIT, dont les agents sont moins qualifiés et ne font pas d’enquêtes. Des accords tacites répartissent la géographie des quartiers d’intervention entre les services, l’USIT évitant les zones que la BRP s’arroge comme terrains privilégiés telle la rue Saint-Denis. La BRP conserve également le monopole des investigations dans Paris par rapport à l’OCRTEH, pourtant compétent sur l’ensemble du territoire. Mais c’est surtout le style plus bureaucratique et l’absence de recours aux indicateur·trices qui distingue l’OCRTEH de la BRP.

5La deuxième partie (« Que fait la police ? ») aborde le travail quotidien des policier·es de la BRP. Dans le chapitre 3, G. Mainsant examine les interactions (interpellations, dépositions, contacts) entre policier·es et populations-cibles dans le cadre des enquêtes. Ces interactions ont pour objectif d’obtenir des personnes arrêtées une attitude coopérative, voire de créer des liens durables, afin de démanteler d’éventuels réseaux de proxénétisme. Pour ce faire, les policier·es emploient une palette d’émotions, allant de la sympathie (plaisanterie, complicité, séduction légère) à la colère en passant par le désintéressement, dont la mise en scène constitue une part importante des savoir-faire valorisés au sein du service. Ici, l’autrice insiste sur le caractère genré de ce travail émotionnel : la BRP est un service de police judiciaire qui résiste plus que d’autres à la féminisation de la profession (moins de 10 % de femmes à l’époque de l’enquête). De fait, ses agents envisagent l’activité selon un schéma nettement hétérosexué – des hommes (les policier) exercent un contrôle sur d’autres hommes (les proxénètes) qui exploitent des femmes (les prostituées) – en dépit de la diversité croissante des identités de genre parmi les personnes exerçant la prostitution. La marginalisation des femmes dans le recrutement et dans la répartition des tâches en est la conséquence.

  • 5 Voir l’explication fournie par l’autrice dans l’introduction (p. 30-31) concernant l’apport de ce c (...)

6Dans le chapitre 4, l’autrice s’écarte des interactions pour interroger les logiques professionnelles qui influent sur le cadrage de l’activité du service en amont des enquêtes. Elle aborde ici la manière dont la police sélectionne parmi les situations potentiellement délictueuses celles qui méritent une enquête approfondie, et comment la construction progressive des enquêtes aboutit à une gestion différentielle de ces « illégalismes5 ». Cette sélection est largement guidée par des logiques de prestige policier (le bon sujet fait la belle enquête qui fait le grand flic) et de conformité avec les attentes sociales des agents : ceux-ci favorisent les profils qui correspondent à leurs représentations de la prostituée-victime et avec qui ils ont le plus d’aise à travailler, c’est-à-dire les femmes cisgenres blanches francophones ou anglophones. À l’inverse, ils délaissent tendanciellement d’autres terrains d’enquête possibles : les femmes appartenant à des milieux jugés culturellement allogènes et de ce fait opaques, les personnes trans et les hommes prostitué·es, mais aussi la prostitution de luxe perçue comme une activité non-subie. Le profil des proxénètes potentiel·les est également facteur de sélection : sont valorisés les proxénètes cisgenres masculins et plus encore ceux qui ont un historique criminel. Ainsi, si le cadre juridique dans lequel opèrent les policiers est neutre quant au profil des populations susceptibles d’y être soumises, il n’en va pas de même dans la pratique. G. Mainsant note toutefois que l’autonomie de la BRP dans cette mise en forme du droit sur le terrain n’est pas totale : les acteurs associatifs travaillant auprès des personnes prostituées et les magistrats supervisant les enquêtes judiciaires constituent deux vecteurs d’inflexion du travail policier, les uns poussant la brigade à intervenir dans certains espaces et à auditionner certaines femmes prostituées (notamment celles qui espèrent, en vertu de la LSI, bénéficier d’une autorisation de séjour en échange de la dénonciation d’un proxénète), les autres définissant le cadre des commissions rogatoires après les premières phases de l’enquête.

7La troisième partie de l’ouvrage (« Que dit la police ? ») porte enfin sur la manière dont la vision policière de la prostitution s’élabore et comment elle se dissémine ensuite en dehors de l’institution. Dans un premier temps, G. Mainsant montre comment les discours publics et médiatiques sur la prostitution sont sélectivement appropriés par les agents en fonction de leurs propres intérêts et représentations. Si les discours intellectuels (controverses législatives sur le juste régime d’encadrement de la prostitution, débats féministes sur la place de cette activité dans les rapports de domination hétérosexistes) sont globalement mis à distance, les policier·es s’avèrent friands de productions mettant en scène leur propre travail : littéraires, pour les plus âgés, ou audiovisuelles, pour les plus jeunes. Ils sont particulièrement attentifs au journalisme de fait divers, avec lequel ils et elles entretiennent d’étroites relations puisque les journalistes ont recours aux informations de la police elle-même pour écrire leurs articles. Les récits journalistiques sont d’ailleurs fortement structurés par la distinction entre prostitution de luxe et prostitution populaire (pensée comme une exploitation) qui opère également dans le travail policier. Cette proximité, plus feutrée qu’affichée, avec l’espace médiatique permet aux agents de donner un écho et donc du poids à certaines de leurs affaires, mais aussi d’influencer l’image de leur service auprès du public et plus encore de leurs collègues au sein de l’institution. Dans son ultime chapitre, G. Mainsant se tourne vers le poids des savoirs policiers dans l’appareil d’État en montrant comment les catégories de pensée qui structurent la vision policière de la prostitution ainsi que les chiffres produits par tous les services (BRP, USIT et OCRTEH qui les centralise) ont un impact décisif sur le débat politique. De fait, ces catégories et ces chiffres constituent souvent les seules ressources institutionnelles disponibles sur le sujet pour le législateur et sont les principaux instruments de communication du ministère de l’Intérieur. Paradoxalement, les policier·es de terrain sont, elles et eux, parfaitement conscient·es des limites de leurs opérations de comptage ou de recensement souvent réalisées de manière approximative (par exemple en repérant à vue le nombre de prostituées dans un secteur la nuit) et visant à satisfaire des objectifs chiffrés contraignants. L’institution elle-même déploie une activité de communication institutionnelle à son échelle sur la base des savoirs opérationnels formalisés en interne, par le biais de publications spécialisées ou d’interventions dans des forums internationaux sur la question.

  • 6 Sur ces deux points, l’appareil conceptuel du livre a été allégé par rapport à la thèse d’origine, (...)

8L’ouvrage constitue ainsi une réflexion particulièrement stimulante, agrémentée de plusieurs récits issus du carnet d’enquête de l’autrice qui viennent illustrer de manière vivace la réalité du travail policier et les discours des agents, mais aussi la position de la chercheuse en immersion dans un service comme la BRP. Les résultats de l’enquête contribuent à la fois à la sociologie de la police – à travers l’examen du travail quotidien et des évolutions sur plusieurs décennies d’un service original – et à la sociologie du droit – en montrant comment la pratique policière donne corps à des normes juridiques par-delà les indéterminations et les contradictions du droit en matière de prostitution6. Il s’agit aussi d’un ouvrage essentiel pour l’ensemble des études socio-légales sur la sexualité quelle que soit la discipline, et notamment pour l’histoire contemporaine de la régulation des sexualités dont l’exploration future requiert d’examiner les sources déposées aux archives publiques. G. Mainsant démontre également avec acuité l’importance de l’analyse en termes de genre : ici, la police de la sexualité transactionnelle est une véritable « police du genre », « [...] structurée par, et produisant, des rapports de genre [...] » (p. 330) en raison de la composition (très masculine) de son personnel, de la préférence des agents pour des populations-cibles correspondant à des schémas hétérosexuels voire hétérosexistes (les prostituées cis, femmes, blanches, avec des proxénètes masculins), et du caractère genré du travail émotionnel valorisé au sein du service (créer des liens avec ces femmes par le biais d’une posture virile). Pour ces raisons, il est à noter que les prostitué·es les plus socialement marginalisé·es, à savoir les personnes transgenres en situation irrégulière, ne sont paradoxalement pas la principale clientèle policière de la lutte contre le proxénétisme, qui leur préfère d’autres cibles jugées plus faciles d’accès ou plus valorisantes. G. Mainsant souligne ainsi les rapports non-évidents entre marginalisation sociale et ciblage institutionnel, invitant à adopter un regard aussi critique que nuancé sur les effets du travail policier.

Haut de page

Notes

1 Gwénaëlle Mainsant, L’État et les illégalismes sexuels. Ethnographie et sociohistoire du contrôle policier de la prostitution à Paris, Thèse de doctorat, École des hautes études en sciences sociales, Paris, 2012.

2 Erica-Marie Benabou, La prostitution et la police des mœurs au XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 1987 ; Jean-Marc Berlière, La police des mœurs sous la IIIe République, Paris, Seuil, 1992.

3 Paola Tabet, « La grande arnaque. L’expropriation de la sexualité des femmes », dans Annie Bidet-Mordrel (dir.), Les rapports sociaux de sexe, traduit par Josée Contreras, Paris, Presses universitaires de France, 2010, p. 104‑122.

4 Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui.

5 Voir l’explication fournie par l’autrice dans l’introduction (p. 30-31) concernant l’apport de ce concept issu des travaux de Michel Foucault pour son étude.

6 Sur ces deux points, l’appareil conceptuel du livre a été allégé par rapport à la thèse d’origine, qui contient de plus amples approfondissements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Jaouen, « Gwénaëlle Mainsant, Sur le trottoir, l’État. La police face à la prostitution »Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 11 avril 2023, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/gss/7710 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.7710

Haut de page

Auteur

Romain Jaouen

Doctorant au Centre d’histoire de Sciences Po
romain.jaouen@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search