Navigation – Plan du site

AccueilActualitésAnalyses et comptes-rendus2023Édouard Leport, Les papas en dang...

2023

Édouard Leport, Les papas en danger ? Des pères à l’assaut des droits des femmes

Mallaury Bolanos
Référence(s) :

Édouard Leport, Les papas en danger ? Des pères à l’assaut des droits des femmes, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2022

Texte intégral

1À partir d’une recherche doctorale menée en sociologie, Édouard Leport propose un ouvrage sur le mouvement français pour les droits des pères – qui emprunte davantage à la forme de l’essai qu’aux conventions de publication d’une thèse. Le « mouvement des pères » désigne principalement une nébuleuse d’associations locales et nationales qui se donne pour mission la défense des droits des hommes au sein de la sphère familiale. Pour les pères séparés ou divorcés qui y militent, ces droits seraient bafoués au profit de ceux des mères. À ce titre, la généralisation de la résidence alternée des enfants au sortir d’une séparation tient lieu de revendication centrale pour le mouvement. Elle cristallise l’idée que ces hommes se font de la justice comme principe moral, à l’aune de l’égalité des sexes et du bien-être des enfants. Concrètement, les associations constituent de véritables réseaux de soutien et mettent à disposition des ressources (notamment juridiques) par le biais de permanences d’accueil et de conseil ou de groupes de parole. Au-delà de la communauté militante, ces ressources bénéficient donc plus largement à d’autres hommes qui gravitent autour du mouvement en quête d’entraide.

  • 1 Une lecture critique croisée des travaux d’É. Leport et d’A. Fillod-Chabaud permettrait certainemen (...)

2L’auteur s’appuie largement sur les résultats de l’enquête Au tribunal des couples réalisée par Le Collectif Onze en 2013 pour rendre compte du traitement judiciaire des affaires familiales et des pratiques des professionnel·les du droit en la matière. Il apporte en retour un éclairage singulier à l’étude des séparations conjugales en faisant le pari d’une entrée par les justiciables membres d’associations de pères séparés. Cette démarche est également celle de la sociologue Aurélie Fillod-Chabaud dans l’ouvrage Au nom du père. Sociologie des mobilisations de pères séparés, publié la même année. Tandis qu’A. Fillod-Chabaud déploie une perspective comparative entre la France et le Québec et inscrit sa recherche dans le champ de la sociologie du droit et de la justice, le travail d’É. Leport se concentre sur le mouvement des pères français et s’arrime bien davantage à la sociologie des mobilisations masculinistes et antiféministes1.

3Les résultats présentés dans ce livre se fondent sur une enquête de type ethnographique. É. Leport a recueilli les discours et observé les pratiques d’hommes mobilisés au sein de plusieurs associations du mouvement français (les « pères militants ») et d’hommes venant chercher conseil auprès d’eux (les « pères bénéficiaires »). Entre 2014 et 2017, il a mené une trentaine d’observations pendant les temps d’échange collectifs dans les locaux d’associations de trois villes françaises. La présence du sociologue lors de ces activités a permis le recrutement d’une vingtaine d’enquêtés – quatorze militants et dix bénéficiaires – auprès desquels ont été réalisés des entretiens approfondis visant à interroger leur trajectoire biographique. Il a, de plus, effectué un travail de collecte et d’analyse des productions écrites, disponibles dans les locaux (tracts et prospectus) ainsi que sur les sites internet des associations de pères en France et, dans une moindre mesure, à l’international.

4Si l’écriture de l’ouvrage traduit la volonté du sociologue de prendre au sérieux l’expérience des hommes rencontrés, observés et interrogés, le lectorat n’en est pas moins conduit à identifier l’idéologie masculiniste et antiféministe du mouvement et les pratiques qui en résultent. Dans la mesure où le mouvement des pères « dénonce la domination qu’exerceraient les femmes sur les hommes » (p. 222) au sein des sphères familiale, judiciaire et de la société dans son ensemble, ce dernier est structuré par une idéologie antiféministe qu’il participe activement à diffuser. Loin de n’être que des stratégies individuelles qui concerneraient exclusivement les vies familiales et privées des hommes mobilisés, le travail d’É. Leport donne à voir un véritable mouvement social organisé, inscrit dans le courant masculiniste qui « consiste à produire et reproduire des pratiques d’oppression envers les femmes […] et ce à partir de la masculinité, la position vécue de domination selon l’axe de genre » (Thiers-Vidal, 2013, 151). Le travail d’É. Leport démontre l’intérêt d’adopter une grille de lecture féministe pour interpréter et défaire les revendications portées par le mouvement pour les droits des pères. Comme le soutient l’auteur, il s’agit de s’émanciper – de s’arracher à – des rhétoriques qui sont autant de moyens pour les hommes d’assurer la reproduction de leurs privilèges et de pérenniser les structures de la domination masculine et adulte.

  • 2 Expression de Nicole-Claude Mathieu citée par Huguette Dagenais dans « Du point de vue des dominant (...)

5Dès l’introduction de l’ouvrage, É. Leport explicite ce qui motive sa recherche, à savoir la mise en exergue du mode d’emploi2 de la domination masculine à partir des études féministes. S’inscrivant dans le sillage de Léo Thiers-Vidal, il revient également sur son positionnement sur le terrain, à l’aune de son appartenance au groupe social des hommes cisgenres et des privilèges qu’il partage avec les sujets de son enquête. Il conçoit dès lors sa démarche comme une « trahison du groupe dominant » (p. 27), ce qui apparaît tout autant dans le cadre théorique adopté qu’à travers la littérature mobilisée (celle des études féministes matérialistes principalement). L’analyse réflexive restituée par É. Leport aurait néanmoins pu aller plus loin en problématisant ce que le privilège cismasculin produit comme points aveugles sur l’expérience des dominants. De même, s’il écrit que son assignation de genre a suffi à légitimer sa présence parmi les pères et à prouver son allégeance à leur idéologie, il aurait été intéressant que l’enquêteur ne soit pas totalement effacé de la restitution du matériau ethnographique. Cela aurait permis d’éclairer les enjeux au cœur des interactions entre les sujets de l’enquête et le sociologue, dont l’analyse participe à la production de savoirs sur les pères mobilisés. On peut néanmoins y voir le corollaire d’une écriture simple et épurée assurant les conditions d’une vulgarisation scientifique pour une plus large diffusion des sciences sociales hors du champ académique.

6La tension entre, d’une part, les discours de légitimation des actions du mouvement des pères et d’autre part, la réalité des situations individuelles et collectives traverse quatre chapitres thématiques. Dans le premier, É. Leport analyse le rapport du mouvement des pères à l’institution judiciaire et plus précisément à la justice aux affaires familiales. Les discours des pères mobilisés traduisent une posture de défiance envers l’institution et ses professionnel·les – en particulier les magistrates – qui exerceraient une discrimination « anti-pères » et « anti-hommes ». Les pères mobilisés dénoncent un taux trop faible de résidence alternée accordée par la Justice, ainsi qu’un découragement systématique des hommes dans la mise en place d’une garde alternée. La réalité saisie par les statistiques ministérielles ou académiques va pourtant à rebours de cette idée, puisqu’elle montre que « les demandes des pères concernant la garde alternée sont majoritairement satisfaites » (p. 51).

7Si les enfants sont physiquement absent·es des associations, le chapitre 2 montre que ces dernières ont toutefois recourt à un usage stratégique de la figure des enfants et leur parole, tant dans leur communication (sur leurs sites internet) afin de légitimer leur cause, que face à la Justice et aux ex-conjointes. É. Leport explicite « l’ambivalence stratégique » (p. 113) caractéristique du rapport des associations à la promotion du bien-être des enfants. En situation, la parole de ces dernier·es n’est effectivement prise en compte que lorsqu’elle valorise les intérêts des pères. L’auteur révèle également que certains « pères militants » orientent les demandes des « pères bénéficiaires » de sorte à ce qu’ils obtiennent « des droits sans devoirs » (p. 90), soit sans obligation de prise en charge réelle des enfants. Enfin, ce chapitre traite du rapport des pères à l’argent consacré à la subsistance des enfants. La pension alimentaire, envisagée comme « le prix à payer pour voir son enfant » (p. 100), s’avère être un moyen de pression sur les ex-conjointes. Lorsque celles-ci n’accèdent pas aux demandes de leurs ex-partenaires – notamment au sujet des enfants –, ces derniers peuvent aller jusqu’à menacer de ne plus verser la pension, comme l’expliquent certains pères séparés en entretien ou lors de permanences.

8Le troisième chapitre porte sur l’évolution supposée du rôle de père. En s’emparant de la notion de « coparentalité », le mouvement pour les droits des pères reconduit l’idée d’une complémentarité naturelle entre les sexes qui rendrait indispensable la présence d’un père et d’une mère au bon développement des enfants. Dans le même temps, les associations promeuvent la figure mythifiée des « nouveaux pères » qui « tend à remplacer celle du patriarche tout-puissant et autoritaire comme modèle valorisé et légitime de paternité » (p. 144) et « contribue à inscrire dans les représentations collectives l’idée que les pères aujourd’hui seraient tous impliqués auprès de leurs enfants » (p. 145). Cette transformation s’inscrit dans la reconfiguration néolibérale de la masculinité hégémonique qui se veut égalitaire (Bereni, Jacquemart, 2018, 74). Les représentations et les discours véhiculé·es masquent pourtant une répartition des tâches domestiques, d’élevage et d’éducation des enfants qui demeure profondément inégalitaire, comme l’illustrent les propos recueillis par le sociologue en entretien. Un père bénéficiaire explique par exemple que s’il apporte autant d’amour à ses enfants que son ex-compagne, il est « moins dans les couches » que celle-ci (p. 146).

9Le quatrième chapitre interroge le positionnement du mouvement des pères vis-à-vis des « féministes ». Ce positionnement est pluriel et tributaire de la ligne défendue par chaque association – dont seule une minorité exprime une opposition frontale aux mobilisations féministes. É. Leport s’intéresse davantage aux dynamiques de réappropriation et de détournement de figures et de principes féministes par les associations – c’est notamment le cas de l’association SOS Papa. Il note à ce propos « que le mouvement des pères se positionne sur la majorité des sujets abordés par les féminismes et qu’il cherche à imposer sa propre définition du féminisme, de l’égalité et des violences conjugales » (p. 175). C’est aussi dans ce chapitre que la question du statut conféré à la thématique des violences sexistes et sexuelles par et au sein du mouvement est traitée. Il s’agit d’un sujet investi par les associations et pour cause, nombre de leurs membres sont directement concernés par des accusations de violences sur leur ex-compagne et/ou leurs enfants. Sans surprise, lors des permanences, les pères mobilisés véhiculent des rhétoriques de symétrisation, d’euphémisation et de négation des violences commises. En outre, les associations de pères cultivent activement l’idée qu’il faudrait séparer le compagnon violent du père, et qu’il serait donc possible de penser les violences perpétrées à l’encontre des mères indépendamment de celles commises sur les enfants. L’auteur insiste sur les implications de la mise en place de la résidence alternée en contexte de violences. Cette organisation imposant des espace-temps de coprésence réguliers entre le père et les enfants, mais aussi entre les ex-conjoint·es, favorise la perpétuation des violences.

10Au-delà des actions ponctuelles et spectaculaires de certains militants – en se perchant notamment sur des grues –, l’enquête d’É. Leport donne à voir l’activité de fond des associations. Il met en lumière les stratégies de légitimation de rhétoriques et de pratiques masculinistes, et contribue à en esquisser le continuum depuis des espaces organisés vers un sens commun subtilement irrigué par leur idéologie. À cet égard, l’ouvrage présenté ici entend bien prendre part à l’élaboration d’une « contre-lecture offensive » (« agressive counterreading » : Butler, 1993, 20), dans la mesure où « donner à voir les rouages du système hétéropatriarcal d’oppression peut participer à en saper la légitimité, à les changer, voire à les faire disparaître » (p. 27).

Haut de page

Bibliographie

BERENI Laure, JACQUEMART Alban, « Diriger comme un homme moderne. Les élites masculines de l’administration française face à la norme d’égalité des sexes », Actes de la recherche en sciences sociales, 223, 3, 2018, p. 72-87.

BUTLER Judith, « Endangered/Endangering: schematic racism and white paranoia », in GOODING-WILLIAMS Robert (dir.), Reading Rodney King/reading urban uprising, New York: Routledge, 1993, p. 15-22.

FILLOD-CHABAUD Aurélie, Au nom du père. Sociologie des mobilisations de pères séparés, Lyon, ENS Éditions, 2022.

THIERS-VIDAL Léo, Rupture anarchiste et trahison pro-féministe, Lyon, Bambule, 2013.

Haut de page

Notes

1 Une lecture critique croisée des travaux d’É. Leport et d’A. Fillod-Chabaud permettrait certainement d’affiner ces propos et d’enrichir, par ailleurs, les réflexions sur le mouvement pour les droits des pères, en France et à l’étranger.

2 Expression de Nicole-Claude Mathieu citée par Huguette Dagenais dans « Du point de vue des dominants… Réflexions théoriques et méthodologiques à partir d’une recherche en Guadeloupe ». Cahiers de L’APRE, PIRTTEM-CNRS, 1988, n° 7, vol. 1, avril-mai, p. 106.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mallaury Bolanos, « Édouard Leport, Les papas en danger ? Des pères à l’assaut des droits des femmes »Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 11 avril 2023, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/gss/7730 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.7730

Haut de page

Auteur

Mallaury Bolanos

EHESS / EUR Science sociales du Genre et de la Sexuélité / CMH
mallaury.bolanos@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search