Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29DossierArticlesRendre la parole. Quand les victi...

Dossier
Articles

Rendre la parole. Quand les victimes mettent en récit les violences sexuelles dans l’Église catholique

Granting speech. When victims put sexual violence in the Catholic Church into words
Romaine Girod

Résumés

Cet article analyse la mise en mots de la violence sexuelle dans un corpus de seize livres autobiographiques écrits par des personnes ayant été victimes de violences sexuelles dans le contexte de l’Église catholique en France, en Suisse et en Belgique. Il montre que la forme autobiographique produit un espace au sein duquel les auteur·ices peuvent se réapproprier la narration de leur vécu et se positionner comme des sujets épistémiques, là où cette capacité leur a été si souvent refusée. Elle permet aussi la mise en récit du processus, jamais définitivement fini, d’interprétation et de réinterprétation de l’expérience au fil de l’acquisition de ressources herméneutiques nouvelles, en mesure de rendre dicibles et compréhensibles ces violences. Ces textes donnent à voir la difficulté à nommer les violences sexuelles. Récits individuels, ces livres deviennent pourtant des ressources collectives pour demander justice et reconnaissance et faire entendre des voix trop longtemps étouffées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

En quelques semaines, mon récit glaçant crée un véritable tsunami dans la terre vendéenne. On fait référence à l’affaire Weinstein, on évoque un MeToo ecclésial. Un BalanceTonPorc. Dans les courriers qui m’arrivent, toujours plus nombreux, dans les confidences, les dédicaces, c’est plutôt BalanceTonCorbeau, question de malice et de couleur mimétiques. BalanceTonLoup ferait aussi l’affaire, quand la soutane ne fait pas le prêtre mais la bête. (Sautreau, 2021, 20)

1Dans son dernier ouvrage, Jean-Pierre Sautreau revient sur la réception de son premier livre, paru en 2019, qui relatait les violences vécues lorsqu’il était mineur au sein d’un séminaire catholique de Vendée (France). Son livre connaît un traitement médiatique important, des dizaines de personnes ayant fréquenté ce même séminaire le contactent, un collectif se forme1. Avec la référence au mouvement #MeToo, l’auteur place l’écho de son livre dans la lignée d’un renouvellement (féministe) des prises de parole publiques des victimes et des mobilisations contre les violences sexuelles. De même, Claire Maximova termine son récit autobiographique qui, publié en 2019, dévoile les violences sexuelles d’un frère d’une communauté religieuse catholique, avec l’explication suivante : « Je devais me lever. Je devais élever ma voix. Je devais dire haut et fort : “Moi aussi” » (Maximova, 2019, 468).

2Nombre de chercheur·euses se sont intéressé·es aux mutations et subversions des « scripts » du viol dans les discours des victimes, par exemple en analysant les plateformes médiatiques et les espaces d’expressions qu’elles créent (Gunnarsson, 2018 ; Mendes, Keller et Ringrose, 2018 ; Karlsson, 2019 ; Loney-Howes, 2020) mais aussi les récits autobiographiques (Serisier, 2018 ; Frisk et Taavetti, 2021), ou au travers d’entretiens (Bletzer et Koss, 2004 ; Gavey, 2005) ou encore de questionnaires (Rousseau et Bergeron, 2020). Ces recherches s’intéressent principalement aux récits de femmes, sont souvent issues de contextes féministes et analysent la manière dont les victimes définissent les violences sexuelles. Dans cet article, je propose d’interroger les récits autobiographiques de victimes dans l’Église catholique et ce qu’ils nous disent des possibilités de narration de la violence sexuelle. Pour ce faire, je m’appuie sur un corpus de seize ouvrages autobiographiques publiés entre 2001 et 2021 en France, en Belgique et en Suisse dont l’objet porte sur des violences sexuelles commises par des prêtres ou des membres du clergé catholique.

3En sociologie (Mauger, 1994 ; Faure, 2003 ; Taylor, 2009 ; Moraldo, 2014 ; Marche, 2015, 2017) comme en études littéraires (Gilmore, 2001, 2017) et en philosophie (Meyers, 2016), les mémoires et les récits autobiographiques ont été utilisés comme matériaux d’analyse susceptibles d’éclairer l’interprétation des vécus militants (Marche, 2017 ; Taylor, 2009), des univers professionnels ou sociaux particuliers (Mauger, 1994 ; Faure, 2003 ; Moraldo, 2014). Plusieurs chercheur·euses identifient un boom de ce type de publications depuis les années 1990 (Gilmore, 2017), expansion attribuée d’un côté aux espaces de prise de parole publique sur l’intime forgés par les mouvements sociaux des décennies précédentes (les mouvements féministes mais aussi gays et lesbiens) et de l’autre, à l’émergence d’une culture thérapeutique, caractérisée, par exemple, par le succès croissant de la psychanalyse et du développement personnel. Cette dernière étant par ailleurs étroitement liée aux nouvelles émissions télévisées qui invitent pour la première fois des personnes pour témoigner de leur vécu sur des sujets de société divers et au langage émotionnel et thérapeutique que ces shows diffusent (Illouz, 1999 ; Alcoff et Gray, 1993 ; Plummer, 1995 ; Gilmore, 2001).

  • 2 Par exemple, autour de la parution du livre de Vanessa Springora, Le Consentement, en 2020 ou celui (...)
  • 3 Pour une discussion des répercussions des révélations des violences sexuelles sur le catholicisme f (...)
  • 4 Entretien avec une des fondatrices, mai 2021.

4Avec l’exemple des récits de coming out sur l’homosexualité ou ceux d’expériences personnelles de viol et de résilience racontées par les femmes dans les groupes de conscience féministes des années 1970, Ken Plummer suggère que si ceux-ci ont pu être entendus, se multiplier et changer de manière substantielle les anciens discours sur le viol ou l’homosexualité, c’est grâce aux communautés de réception de ces histoires. Les mouvements sociaux qui les ont fait émerger leur ont aussi donné la possibilité de résonner au-delà des cas particuliers (Plummer, 1995). Il faut comprendre les récits autobiographiques discutés dans cet article comme ancrés dans des contextes et des communautés interprétatives qui leur permettent d’être entendus, publiés, repris par les médias et d’avoir des échos importants. En effet, les publications d’ouvrages autobiographiques mettant au centre de la narration des expériences de violences sexuelles commises par des prêtres ou des membres du clergé catholique se sont multipliées depuis 2019. À titre d’exemple, en France, sept nouveaux ouvrages paraissent entre 2019 et 2021, soit presque le même nombre que ceux que j’ai pu recenser entre 2001 et 2019. Les publications les plus récentes se situent dans un moment marqué par la sortie en France, en octobre 2021, du rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (CIASE) et de ses annexes, après plus de deux ans d’enquête et de collecte de témoignages auprès de personnes victimes. À cela s’ajoute un regain important de visibilité et de dénonciations d’affaires de pédocriminalité bien au-delà de l’Église catholique2. Cette visibilisation n’est pas nouvelle, bien sûr. Plusieurs vagues de dénonciations dans le contexte de l’Église catholique se sont succédé dans plusieurs pays depuis le tournant des années 2000 et avant, largement discutées dans les médias, au sein des instances et communautés catholiques comme ailleurs3. Les auteur·ices du corpus y font fréquemment référence, s’incluant explicitement dans un moment de prise de parole collective. Les livres contiennent de nombreuses allusions à différentes affaires mais aussi à des films comme Grâce à Dieu de François Ozon, diffusé en 2019, qui relate le travail de l’association La Parole libérée. De manière similaire en Suisse, une commission d’indemnisation et de conciliation a été instaurée en 2016. Cette commission a été mise sur pied grâce au travail d’une association de victimes, le Groupe SAPEC, et aux longues négociations avec les autorités de l’Église depuis 2010. Gérard Falcioni, l’un des auteurs discutés dans cet article, en est devenu membre à la suite de la sollicitation d’une des fondatrices de l’association après la publication de ses livres, puis il s’est retiré quelques années plus tard4.

  • 5 Plusieurs préfaces ont été écrites par des prêtres, des évêques et même le pape François pour le li (...)

5Devenues des personnalités publiques multipliant les interviews dans les journaux et médias locaux et nationaux, les auteur·ices de ces récits souhaitent incarner un levier pour que les victimes silencieuses puissent « sortir du silence » ou, au moins, se lire dans leurs mots. Ils et elles racontent une avalanche de « moi aussi » confiés par d’autres lors de séances de dédicaces ou dans des lettres de remerciement. Les récits s’adressent d’ailleurs à plusieurs reprises directement aux victimes, parfois en « vous » ou en « nous ». Ainsi, comme Leigh Gilmore le suggère, ces ouvrages se situent au croisement de l’individuel et du collectif : ils disent une histoire singulière, souvent exceptionnelle, mais qui a aussi pour but de représenter celles d’autres personnes n’ayant pas accès à ce médium (Gilmore, 2017, 4). Ces livres-témoignages circulent entre les victimes, les associations de victimes, mais aussi dans les espaces institutionnels et entre les mains des autorités de l’Église5. Ils servent d’outils dans la transformation de vécus personnels en un problème public, en expérience collective, nécessitant une mobilisation et des réponses institutionnelles et politiques.

6Ce dernier point est au cœur de la politisation de la parole des victimes de violences sexuelles à la fois au sein des mouvements féministes mais aussi dans les mobilisations contre l’inceste et les violences sexuelles dans l’enfance (Whittier, 2009). Les écrits autobiographiques ont été une plateforme susceptible de faire émerger des récits à la première personne, puis de les diffuser et toucher des publics plus larges (Serisier, 2018). L’ouvrage Kiss Daddy Goodnight de Louise Armstrong, publié en 1978, par exemple, a pris une place importante dans la problématisation de l’inceste par les mouvements féministes de l’époque (Armstrong, 2000 ; Whittier, 2009 ; Serisier, 2018). En France, Éva Thomas et son livre Le Viol du silence, paru en 1986, ont à leur tour eu un écho important. L’autrice a été l’une des premières femmes à témoigner publiquement à la télévision lors de son apparition dans l’émission Les dossiers de l’écran en septembre 1986, alors que la période connaissait une mobilisation féministe importante sur la question des violences sexuelles dans l’enfance, restée jusque-là largement dans l’ombre et qui se constituait peu à peu en problème public (Boussaguet, 2008, 2009 ; Verdrager, 2013 ; Ambroise-Rendu, 2014). L’histoire de l’autobiographie, comme médium pour raconter des expériences de violence, est cependant plus ancienne. L’historienne Lucy Delap par exemple s’appuie notamment sur ce type de sources pour retracer l’histoire des violences sexuelles envers les enfants depuis le début du xxe siècle en Angleterre (Delap, 2018).

7La parole des victimes et la narration de leurs expériences ont donc été centrales dans la problématisation et la politisation des violences sexuelles. Cependant, si les féministes ont investi la prise de parole des victimes, des femmes surtout, à la fois comme un acte militant pouvant provoquer des transformations sociales et comme une ressource de théorisation et de production de savoir, elles ont aussi fréquemment mis en garde contre les risques de ces prises de parole (Alcoff et Gray, 1993 ; Gilmore, 2017 ; Alcoff, 2018 ; Serisier, 2018). Prendre la parole, la déposer dans une procédure judiciaire, l’exposer dans l’espace médiatique, c’est aussi la soumettre au questionnement d’autrui, juge, policier ou journaliste, qui peut sommer celui ou celle qui parle de décrire les faits ou de se justifier, et mettre en doute leur véracité ou leur crédibilité. L’enjeu de cet article est d’interroger quelles paroles sur les violences sexuelles les récits autobiographiques de victimes dans l’Église catholique font émerger. Qu’est-ce qui peut être dit et comment ?

Description du corpus et méthodologie

8Cet article se fonde sur un corpus composé de seize ouvrages publiés entre 2001 et 20216. J’ai retenu pour l’analyse des ouvrages autobiographiques francophones portant sur des expériences d’actes sexuels commis par des prêtres ou des membres du clergé catholique. Les auteur·ices étaient soit mineur·es au moment des faits (c’est le cas pour quatorze ouvrages) soit dans une relation qualifiée d’« emprise » (deux ouvrages) – il s’agit dans ce dernier cas uniquement de femmes, toutes deux religieuses au moment des violences. Le corpus se veut exhaustif au sein d’un espace discursif francophone (Serisier, 2018, 13) – Suisse, France, Belgique – où ces récits circulent, sont repris et mobilisés par les associations de victimes. Parmi les livres retenus, deux ont été écrits à la suite de la publication d’un premier livre-témoignage. Les auteurs reviennent sur la réception de leur premier ouvrage (Jean-Pierre Sautreau et Gérard Falcioni). J’ai également inclus un livre collectif, intitulé Abusés, paru en 2021. J’ai constitué le corpus d’abord à partir d’une bibliographie disponible sur le site Internet du Groupe SAPEC, association de soutien aux victimes en Suisse, mentionnée plus haut7. Ensuite, je l’ai complété grâce à des recherches Internet à l’aide des mots-clés « abus sexuels », « Église catholique » et « témoignage ».

9Ces ouvrages ont la spécificité de mettre en mots la violence sexuelle depuis une position particulière, celle d’anciens enfants devenus adultes qui examinent a posteriori leur vécu – huit hommes et six femmes – ou dans le contexte d’une relation d’autorité religieuse. Même si la diversité des situations de violations sexuelles dans le cadre de l’Église catholique est grande, il est possible de postuler une singularité de ce type d’abus, marquée, entre autres éléments spécifiques, par la figure sacralisée du prêtre « père » (Bajos et al., 2021, 54-55). Les auteur·ices du corpus mobilisent cette compréhension de la spécificité spirituelle des violations commises par des prêtres, même si leurs réflexions portent aussi plus généralement sur les violences sexuelles envers les personnes mineures ou les femmes.

10D’une part, j’ai effectué une analyse qualitative de contenu. De manière inductive à partir des textes et au fil de lectures successives des ouvrages, j’ai répertorié de manière systématique les thèmes centraux et transversaux émergeant des textes. D’autre part, je me suis concentrée sur les scènes décrivant des violences sexuelles et les passages dans lesquels les protagonistes les évoquent. Les questions suivantes ont servi de guide pour l’analyse : quels gestes sont décrits ? Comment ces gestes sont-ils qualifiés et comment cette qualification évolue-t-elle ? Comment sont nommés les auteurs de ces actes ? Je me suis focalisée sur les mots employés pour décrire les faits et la manière de nommer les faits (le qualitatif employé, par exemple abus sexuel, agression, pédophilie, etc.), le moment du récit où cette qualification apparaît et ce qui la déclenche, ainsi que le contexte conversationnel où ces prises de parole sont rapportées (par exemple, en dialogue avec les autorités ecclésiales, d’autres victimes, des proches).

11Un petit point terminologique me semble important. Il est difficile d’écrire sur la mise en mots des violences sexuelles sans imposer aussi les miens et le cadrage particulier qu’ils induisent. J’utilise de manière interchangeable les termes « violences sexuelles » et « violations sexuelles » pour englober différents actes sexuels décrits comme des abus par les auteur·ices, sans faire de distinction entre, par exemple, des catégories légales. J’emprunte le terme « violations sexuelles » à Linda Alcoff car il me paraît adéquat pour refléter l’absence de force physique de la part des agresseurs (Alcoff, 2018). Dans les ouvrages du corpus, les termes employés sont toujours « abus sexuels », parfois « agressions sexuelles », « viols » et « pédophilie ». À d’autres moments, les auteur·ices décrivent des gestes sexuels, vécus dans l’enfance ou l’adolescence, sans y accoler une catégorie conceptuelle particulière.

Chercher les mots justes, se faire justice : le concept d’(in)justice épistémique comme outil d’analyse

12La possibilité de dire les violences sexuelles, à soi-même et aux autres, est un enjeu central pour les victimes, en particulier de violences subies dans l’enfance. Comme l’explique Dorothée Dussy, sortir du « système du silence » imposé par l’agresseur implique une transgression souvent coûteuse pour la personne qui parle (Dussy, 2013, 110). Ces prises de parole ouvrent cependant aussi une possibilité de reconnaissance en tant que victime par un tiers, comme le démontre le volet Sociologie des violences sexuelles de l’enquête de la CIASE (Bajos et al., 2021, 121). Les livres analysés suggèrent que l’écriture autobiographique, sous la forme d’un ouvrage publié, permet un récit public des tentatives d’énonciation des violences sexuelles et de leurs compréhensions comme violence par les personnes qui les subissent. Mobilisant le concept d’« (in)justice épistémique » proposé par Miranda Fricker et d’autres écrits de philosophie et d’épistémologie féministe (Fricker, 2007 ; Dotson, 2011 ; 2012, Medina, 2013 ; Garcia, 2021), je souhaite montrer que ces récits autobiographiques peuvent se lire comme une manière de (se) rendre une forme de justice épistémique en créant un espace où chercher ses mots, où verbaliser l’absence ou la privation de ressources herméneutiques nécessaires à l’interprétation de l’expérience et le processus de réinterprétation de celle-ci au fil de l’acquisition de ces ressources.

13La notion d’« injustice épistémique », proposée et développée par les auteur·ices ci-dessus, peut se définir de la manière suivante : il existe des inégalités sociales dans la production et la réception du savoir. La participation, l’accès à certaines connaissances, les possibilités de produire des savoirs reconnus comme légitimes, d’être crédible lorsqu’on s’exprime, d’obtenir une reconnaissance de son expertise sur son propre vécu, sont autant de facultés inégalement distribuées entre groupes sociaux (Garcia, 2021, 123). Miranda Fricker propose de distinguer deux formes d’injustice épistémique : l’injustice testimoniale et l’injustice herméneutique. La première notion explicite la difficulté à être considéré·e comme sujet « sachant » (knower) avec une parole crédible en fonction de sa position dans différents rapports de pouvoir. Il s’agit de la négation de l’autre dans sa capacité à transmettre un savoir sur soi. La seconde notion tend à décrire le processus par lequel un groupe d’individus se trouve désavantagé dans sa capacité d’interprétation de ses propres expériences à cause de son exclusion de l’accès aux ressources collectives d’interprétation. Dans son livre La conversation des sexes : philosophie du consentement, Manon Garcia applique cette réflexion au domaine sexuel : l’injustice testimoniale implique notamment des potentialités différenciées d’être cru·e lorsque l’on dénonce un acte de violence en fonction de sa position dans différentes hiérarchies sociales – de genre, de race, mais aussi d’âge. L’injustice herméneutique induit, par exemple, une moindre connaissance sur son propre corps, sur ses désirs ou une moindre possibilité de voir son expérience de la sexualité et de la violence sexuelle reconnue, considérée et prise en compte, pour les personnes appartenant à des groupes minorisés (Garcia, 2021).

14La notion d’« injustice épistémique », et ses deux formes proposées par Miranda Fricker, permet de saisir ce que ces livres explicitent des violences sexuelles commises dans un rapport de pouvoir tel que celui d’un adulte sur un·e enfant et d’un prêtre sur une religieuse : la difficulté en tant qu’enfant de formuler une parole crédible pour les dénoncer et l’inégal accès au savoir et à la production de connaissance sur les actes subis. Il s’agira de montrer comment les auteur·ices réagissent à ces asymétries et comment le récit autobiographique donne à voir l’interprétation par les victimes elles-mêmes des violations subies. Je procéderai en trois temps. Dans un premier temps, je discuterai le contenu général de ces récits et leur structure. Dans un deuxième temps, je proposerai de réfléchir à ces récits comme un espace où « rendre » une parole aux sujets qui en étaient dépourvus, cela en explicitant différents processus de mise sous silence qui sont intiment liés à la violence sexuelle et à la difficulté de sa dénonciation. Finalement, je me focaliserai sur les scènes de violations sexuelles commises par des prêtres qui sont décrites dans les textes.

Une diversité des narrations

15Les ouvrages sont à première vue reconnaissables comme des témoignages de personnes ayant été victimes de violations sexuelles dans le contexte de l’Église catholique. En effet, les titres sont clairement évocateurs, à l’instar du livre de Joël Devillet publié en 2010, Violé par un prêtre, ou encore celui de Daniel Pittet paru en 2017 : Mon père, je vous pardonne. Survivre à une enfance brisée. Par ailleurs, lorsque le titre n’annonce pas directement le sujet du livre, un sous-titre sur la page de couverture se charge de l’expliciter comme c’est le cas, par exemple, pour l’ouvrage de Véronique Garnier-Beauvier paru en 2017 : Au troisième jour. Abus sexuels au sein de l’Église… Peut-on s’en relever ? Sur la couverture ou la quatrième de couverture, la mention témoignage vient signaler le caractère non fictionnel de ce qui va être dévoilé au fil des pages. La forme de plusieurs des livres imite celle d’une lettre. Le récit se termine alors par le nom de l’auteur·ice, la date et le lieu, comme de celui de Narcisse Praz qui prend fin ainsi : « Daillon, 22 janvier 2010 » (Praz, 2010, 116). Certains y ajoutent, comme dernière phrase, un remerciement à leur lectorat, devenu le dépositaire auquel ces histoires sont confiées.

16Les titres des ouvrages font fréquemment référence à l’injonction au silence ou au secret si souvent imposée par les agresseurs, en particulier lorsqu’il s’agit de violences sexuelles à l’encontre de personnes mineures (Dussy, 2013 ; Dorais, 2013, 11). Ainsi, le récit de Danielle Scherer s’intitule Personne ne te croira, alors que celui de Marie-Claire Silvestre a pour titre Mon chemin, celui du silence, et le récit de Claire Maximova, La Tyrannie du silence. Pourtant, ces livres racontent et analysent bien plus que des expériences de violations sexuelles commises par des prêtres. De même, si c’est la violence du silence qui est mise en exergue dans le titre, ce sont avant tout les risques et dommages de la parole qui sont mis en récit. Tanya Serisier émet une remarque similaire à propos des « mémoires sur le viol » qu’elle analyse : il est question avant tout de raconter la prise de parole sur le viol, sa nécessité et ses conséquences (Serisier, 2018, 51).

17Les autobiographies analysées sont remarquables par leur diversité, notamment dans la structure du récit et dans ce qui est révélé des violences sexuelles ou de la trajectoire de l’auteur·ice après ces violences. Certains des ouvrages suivent une structure narrative qui s’apparente à celle des « récits sexuels » identifiés par Ken Plummer, qu’il nomme « modernist tales ». Ceux-ci sont caractérisés, selon le sociologue, par une organisation linéaire de l’action, qui suit un arc vers un progrès. On y retrouve aussi la narration d’une nécessité d’action afin de transcender la souffrance, organisée autour de points culminants de prise de conscience, narration qui relate la transformation d’une expérience personnelle et privée de souffrance, d’abord tue, en une prise de parole publique, dans un langage politique et thérapeutique de résistance et de résilience (Plummer, 1995). Ainsi le livre Mon père, je vous pardonne de Daniel Pittet (2017) débute-t-il par l’enfance de l’auteur, le récit de différentes étapes de sa vie et leur importance dans sa reconstruction puis se termine au moment de l’écriture par la phrase suivante : « Aujourd’hui, je suis libre. Fribourg, 6 décembre 2016. » Dans d’autres livres, au contraire, l’histoire arrive à son terme juste après la fin du récit des violences. C’est le cas des trois témoignages qui se déroulent dans des séminaires ou instituts catholiques. Le lectorat ne sait ainsi (presque) rien de la suite de la vie des protagonistes. Enfin, certains livres sont organisés autour de bribes de souvenirs racontés de manière non linéaire, auxquels s’entremêlent parfois des prières et des poèmes.

Rendre la parole

18Ces ouvrages peuvent se comprendre comme une recherche de « justice testimoniale » (Fricker, 2007 ; Dotson, 2011). Ils permettent de se positionner en tant que sujet crédible, détenteur d’un savoir sur sa propre expérience, là où cette capacité a été niée tant de fois aux anciens enfants que ces récits décrivent, mais aussi aux adultes, également dépeints dans ces textes, qui entreprennent des démarches auprès de l’Église, voire parfois de la justice pénale. Il s’agit de rendre la parole aux enfants qui n’ont pas été crus et par là même, d’interroger le statut des enfants face aux adultes en général et aux figures d’autorité, comme le prêtre, en particulier, ainsi que les violences qui découlent de ce rapport de pouvoir spécifique, trop souvent naturalisé et impensé. Si les affaires récentes de pédocriminalité et d’inceste ont remis en lumière une réflexion sur la domination des adultes, des hommes en particulier, sur les enfants, ces questions ne sont pas nouvelles pour autant. La vision de l’enfance comme naturellement vulnérable par son seul stade de développement moins avancé a souvent été contestée au profit d’une compréhension politique, qui prenne en compte la production sociale, légale, économique, du statut de l’enfant et de la vulnérabilité qu’il induit (Delphy, 1995 ; Bonnardel, 2015, 87 ; Piterbraut-Merx, 2020).

19C’est précisément ce rapport de pouvoir adulte/enfant qui est pointé du doigt. L’immense majorité des livres décrit une multitude de violences endurées dans l’enfance aux mains des adultes, des violences corporelles par des enseignants ou au sein de la famille (aussi bien par les pères que les mères) et des violences d’ordre psychologique. Le temps raconté y est pour quelque chose : la plupart relatent des souvenirs de leur enfance qui remontent aux années 1940 à 1970, c’est-à-dire dans un contexte législatif et politique différent d’aujourd’hui en ce qui concerne la protection de l’enfance et la lutte contre la maltraitance infantile (Ambroise-Rendu, 2014). L’explicitation d’une forme d’oppression des enfants me paraît toutefois centrale. La figure qui apparaît dans ces textes est celle d’un·e enfant qui n’est pas considéré·e comme une personne à part entière, qui n’a pas d’espace de parole et, par conséquent, dont la parole n’a pas de valeur, ne compte pas comme une parole capable de produire un exposé crédible du vécu. Ainsi, dans un passage du livre racontant les dîners familiaux auxquels était convié le prêtre qui l’a agressée, également membre de sa famille, Marie-Claire Silvestre explique :

À chaque repas, avant de nous asseoir, il récitait le bénédicité, puis il s’asseyait le premier ! Le couvert devait être bien mis. Ma grand-mère le servait toujours en premier. Chaque dimanche midi, à sa demande, l’agneau était servi. Il menait les conversations sous les oreilles attentives et sous les bouches presque muettes de la famille. La plupart du temps, il portait une soutane noire, avec un col blanc, symbole de pureté et d’humilité ! Nous, les enfants, nous n’avions pas droit à la parole. Nous n’étions que des enfants ! (Silvestre, 2021, 48)

20Il est question dans cet extrait d’une scène de la vie quotidienne. Elle illustre une hiérarchisation sociale claire maintenue par de petits gestes apparemment anodins : le prêtre s’assied en premier, son dîner est servi avant les autres, il est le seul à pouvoir mener la conversation. Les enfants, puisqu’ils ne sont « que des enfants », n’ont pas accès à la parole. En effet, Marie-Claire Silvestre raconte tout au long du livre un silence qui a duré plus de quarante ans, à l’exception des conversations qu’elle décrit avec ses sœurs lorsqu’elles étaient enfants au sujet des agressions sexuelles du prêtre en question, sans avoir les mots pour expliciter les actes. Je reviendrai sur cette « absence de mots » au point suivant. Il me semble important de noter ici que la mise sous silence est telle que l’enjeu n’est pas seulement de ne pas pouvoir être crue, ou d’anticiper un doute, comme c’est le cas dans d’autres récits, mais aussi d’être empêchée de se prononcer sur les sujets les plus ordinaires. Si la scène décrit la place spécifique du prêtre au sein de ce système, ce type de descriptions n’est pas limité au cas des prêtres. Très vite, le statut particulier attribué aux enfants est, de plus, mis en lien avec la possibilité même des violations sexuelles. Par exemple, dans L’Établi de la vie, Gérard Falcioni raconte plusieurs épisodes de ce que je conceptualiserais comme des violences sexuelles, bien qu’elles ne soient pas nommées comme telles dans le texte, d’hommes de son entourage lorsqu’il était enfant. Il décrit une scène, qu’il qualifie d’étrange, où un inconnu lui montre son pénis dans la rue alors qu’il rentre chez lui. Il conclut la description sur ces mots :

Aujourd’hui, je trouve étrange cette façon de considérer les enfants comme dénués de mémoire, comme des objets ou des poupées, incapables de voir, de sentir, de se souvenir. (Falcioni, 2002, 14)

21Si les enfants ne peuvent pas « voir », « sentir », « se souvenir », ils ne peuvent, a fortiori, pas non plus transmettre une connaissance et être considérés comme des « sujets épistémiques » (Fricker, 2007, 134). Et ainsi, lorsque des scènes de dénonciations des violations sexuelles subies sont rapportées dans les récits, au moment où ces violations se produisent, leur parole n’est pas crue. Dans Mon père, je vous pardonne, par exemple, Daniel Pittet raconte une agression sexuelle commise par un électricien venu travailler dans la maison familiale :

Je suis bavard et assez spontané ; aussi je redescendis et j’expliquai à ma grand-mère […]. Je suis passé pour un menteur et l’affaire a été réglée. Cette expérience désastreuse est restée gravée dans ma mémoire. (Pittet, 2017, 48)

22Cette « oppression épistémique » (Dotson, 2012) ne s’arrête cependant pas à la sortie de l’enfance. Lorsque les auteur·ices étaient majeur·es au moment (ou à un moment) des violences sexuelles, ils et elles décrivent également cette mise en doute de leur parole. Dans les récits, cela s’articule autour de l’appartenance à une classe sociale et juridique d’âge : « être majeur ». Paradoxalement, si les livres racontent une mise sous silence de l’enfance, l’appartenance à la catégorie « adulte » sert également à minimiser la portée de la dénonciation et à la mettre en doute à travers l’assimilation des notions « adulte » et « consentante ». Ce processus est donné à voir dans plusieurs contextes conversationnels au sein des textes : en dialogue avec des proches, face à des représentants de l’Église. Ainsi, Joël Devillet s’étonne du déplacement du prêtre qui l’a agressé dans un foyer en tant qu’éducateur. Il l’exprime dans ces termes :

Est-il pensable qu’un jeune de 18 ans se fasse abuser par ce prêtre éducateur ? Et si cela devait arriver, oserait-il s’en plaindre ? On lui répondrait certainement « vous êtes majeur ». (Devillet, 2010, 117)

De manière similaire, Claire Maximova s’interroge à la fin de son livre sur toutes les difficultés qu’elle et les autres victimes rencontrent lorsqu’elles entrent en dialogue avec les autorités ecclésiastiques. Elle conclut (en s’adressant à l’Église à la deuxième personne du singulier, tu) :

Comment se peut-il que, lorsqu’une victime vient dénoncer son agresseur, tu aies vite fait de la déclarer « adulte et consentante » ? (Maximova, 2019, 456)

  • 8 L’argument avancé par Constance Lalo et Josselin Tricou (2016, 2020) est le suivant : le « script s (...)

23Dans ces deux extraits, comme dans d’autres exemples au fil des textes, la catégorie « majeure » signifie soit que l’abus est impensable, soit qu’il est rangé du côté d’une interaction sexuelle consentie. Nous pouvons ici faire l’hypothèse que les catégories discursives employées dans le discours officiel de l’Église pour qualifier les victimes depuis les années 2010, à savoir « enfants » et « adultes vulnérables », jouent un rôle dans une telle construction (Lalo et Tricou, 2016, 2020, 12). Si l’on n’appartient à aucune des deux catégories susceptibles d’être reconnues comme victimes, parce que se situant au-delà de la portée de la notion de consentement, par exemple lorsque l’on est une religieuse au sein d’une communauté, alors la majorité implique une obligation de refuser des actes sexuels et ainsi un doute a priori sur toute dénonciation8. Cela s’étend également au-delà de l’Église. Ainsi, Sophie Ducrey rapporte le genre de mises en doute qu’elle pouvait entendre de la bouche de certains proches :

Mais vous êtes sûrs que c’est de l’abus, ça ? Et ta sœur [l’autrice] était majeure, non ? Pourquoi elle n’a pas juste refusé ces gestes ? (Ducrey, 2019, 155)

  • 9 La Poudre, épisode 101, Vanessa Springora, 20 octobre 2021, disponible sur Spotify.
  • 10 Nom d’emprunt donné par l’autrice.

24Par ailleurs, ces livres créent un espace de réponse publique à la parole des agresseurs et à des discours et des actes dans lesquels ces anciens enfants et ces adultes étaient pris, sans parvenir à en saisir le sens. Cela permet d’insérer les voix des victimes dans des discours où elles n’étaient qu’objets, des discours qui ne correspondaient pas à leur réalité des violations sexuelles vécues et ainsi d’adresser ce que l’on peut décrire avec Miranda Fricker et José Medina comme une « injustice herméneutique » (Fricker, 2007 ; Medina, 2013). Ce constat s’applique bien au-delà des autobiographies de victimes dans le contexte de l’Église catholique. Il est particulièrement pertinent pour les victimes mineures au moment des faits. Comme l’explique Pierre Verdrager (2013), un certain discours sur les actes sexuels entre enfants et adultes, bien qu’il n’ait jamais été dominant, a beaucoup été diffusé par des œuvres littéraires, jusqu’à une sorte, si ce n’est de normalisation, au moins d’acceptabilité. On pense, par exemple, aux écrits de Gabriel Matzneff. Avec la parution du livre Le Consentement, de Vanessa Springora, en 2020, le monopole de l’écrivain sur la définition de la relation et sur les conséquences de la « pédophilie » est ébranlé. Dans un épisode du podcast féministe La Poudre, animé par Lauren Bastide, l’autrice explique sa démarche en ces termes : il s’agissait en partie pour elle de s’octroyer un droit de réponse. Comme l’écrivain avait fait d’elle un objet littéraire dans ses œuvres, elle l’enferme à son tour dans un livre en racontant sa version de l’histoire9. Une démarche similaire se lit dans les autobiographies discutées ici. Les auteur·ices répondent, littéralement dans le texte, aux écrits des agresseurs ou à des écrits qui participent du système des violences sexuelles décrit dans les livres. Narcisse Praz, par exemple, consacre un chapitre à l’étymologie du mot « pédophile », expliquant sa correspondance avec l’Académie française pour suggérer que ce mot soit changé, puisqu’il « ne serait être question d’amour de la part de l’abuseur ». De même, au fil du récit, il analyse à plusieurs reprises la pièce de théâtre La ville dont le prince est un enfant en s’adressant directement à l’auteur, Henry de Montherlant. La pièce raconte la relation d’un prêtre avec un élève au sein d’un séminaire. Narcisse Praz reprend plusieurs passages de la pièce, qu’il met à l’épreuve de son propre vécu dans le séminaire et des actes sexuels subis, pour en conclure que : « Votre abbé de Pradts, ne vous déplaise, Monsieur l’académicien, sous son vernis de délicatesse n’est qu’un porc lubrique […] » (Praz, 2010, 86-89). Dans d’autres récits, ce sont les propos écrits des agresseurs qui sont directement contestés. Ainsi Sophie Ducrey retranscrit-elle un prêche du prêtre l’ayant agressée, qu’elle avait enregistré des années auparavant pour analyser ses propos au sujet du pardon et du viol. Elle explique : « aujourd’hui, je réalise que Lamorak10 ne parle que de lui » (Ducrey, 2019, 144). Daniel Pittet, quant à lui, discute des articles de revue que le prêtre agresseur écrivait à propos de lui lorsqu’il était enfant et où il parlait de sa manière d’approcher les enfants et de les amener à « se livrer » (Pittet, 2017, 42-43).

25Ces livres sont par ailleurs présentés comme une façon d’obtenir une forme de justice, au moins symbolique, lorsque les moyens traditionnels à disposition n’ont pas été à la hauteur. Sophie Ducrey conclut :

J’ai tout essayé : la justice ecclésiastique, la justice civile, les médias. Il ne me reste qu’une flèche dans mon carquois, écrire mon histoire. (Ducrey, 2019, 208)

Comme le constate Rachel Loney-Howes au sujet des plateformes en ligne sur lesquelles les victimes de violences sexuelles racontent leurs histoires, ces livres permettent une forme de « reconnaissance par les pairs » (Loney-Howes, 2020). Ici aussi, ce sont d’autres victimes qui écrivent à la suite de leur lecture des livres, qui viennent aux rencontres organisées et glissent un « moi aussi ». De plus, l’écriture des violences sexuelles sous la forme d’un livre autobiographique rend possible la publicisation des archives personnelles accumulées au cours des multiples démarches pour obtenir justice. Elles viennent attester et appuyer le récit relaté dans les textes. En effet, ceux-ci sont entrecoupés d’extraits de lettres, de décisions judiciaires ou encore de photographies. Le récit de Joël Devillet comme celui de Sophie Ducrey, par exemple, mêlent à la narration des extraits de lettres reçues par les prêtres en question comme par différents évêques au moment de leurs demandes adressées aux autorités de l’Église ; alors que dans le livre de Jean-Louis Claude, on retrouve des correspondances avec un camarade de l’institut, des lettres écrites à des membres de sa famille.

Écrire les violences sexuelles

26Si ces ouvrages racontent bien plus que l’expérience de violation sexuelle, tous la mettent en mots à un moment ou un autre. Je m’intéresse dans ce quatrième point à la manière de nommer ces expériences. Ces livres permettent d’une part de (re)prendre le contrôle sur la manière de raconter la violation vécue et, d’autre part, de faire entrevoir au lectorat le processus d’interprétation et de réinterprétation de l’expérience, mais aussi la violence épistémique (Dotson, 2011) qui réside dans l’impossibilité d’être compris·e et de donner un sens aux actes subis. Cette phrase, employée par Jean-Pierre Sautreau dans son deuxième livre, Criez pour nous, illustre le point développé dans ce qui suit :

Le moment était venu. Je devais régler à coups de mots le compte de ce passé et de ses ombres. Clouer des mots qui eux ne s’envoleraient pas. Parce que c’est à coup de mots qu’on avait crucifié mon enfance. […] Soixante ans après, j’ai enfin compris que j’avais été aussi la victime d’une bataille de mots, d’une guerre sociale entre possesseurs du verbe et pauvres taiseux. […] Je devais prendre les armes. Je devais prendre les mots. (Sautreau, 2021, 33)

27« Prendre les mots » est assimilé à un acte guerrier et devient une manière de se défendre dans ce qui est qualifié de « bataille de mots ». Il ne s’agit pas uniquement d’une métaphore. La recherche de mots justes – au double sens d’adéquat et de susceptible de rendre justice – constitue une partie centrale de la portée politique de ces textes. « Prendre les mots » et les mettre sur les violations sexuelles accomplit trois choses fondamentales, qui servent ici aussi à redresser un tort épistémique : (1) se dire victime en nommant les actes sexuels subis ; (2) prendre le contrôle sur le langage pour parler de violations sexuelles ; (3) rendre compte de la violence de l’impossibilité d’accès à des mots intelligibles pour différents publics.

Plusieurs textes débutent de la manière suivante, annonçant explicitement la suite de la narration :

J’ai été abusé par le curé du village dès l’âge de cinq ans, c’est-à-dire dès ma scolarité. Le lieu de prédilection s’appelait la salle de l’atelier, au début, puis, l’âge de la première communion venu, ce sera le cimetière et la sacristie. La salle de l’atelier était une salle dans les sous-sols de l’école. (Falcioni, 2002, 13)

28L’espace textuel du récit rend aussi possible une narration qui contourne voire se joue explicitement de la structure narrative attendue de la parole des victimes sur les violences sexuelles, celle de la sphère judiciaire spécifiquement. Comme le montre la sociologue Véronique Le Goaziou, la procédure judiciaire exige des victimes de viol un énoncé clair et cohérent des faits. Elle demande de répondre à des questions précises : lieu, gestes, âge (Le Goaziou, 2019). Certains des ouvrages suivent en partie cette structure. Ils commencent par exemple par une phrase rapide qui annonce « j’ai été abusé » puis l’âge au moment des faits et le lieu, comme dans l’extrait ci-dessus. D’autres choisissent de détourner cette forme. C’est le cas dans le passage suivant du livre collectif Abusés :

24 août 2018. Monsieur le procureur de la république, je suis prêtre du diocèse de Saint-Étienne, né le 9 novembre 1960 à Toul (54). À l’âge de 15 ans, au mois de juin 1976, j’ai été victime d’un abus sexuel […] Très rapidement, [le prêtre] s’est livré à (…)1. [Note de bas de page] : les points de suspension expriment ma pudeur à écrire ce qui s’est passé et qui relève de l’intime. Dans le texte envoyé au procureur, les faits sont clairement nommés. (Jean-Luc Souveton, 2021, 17)

29Le choix d’omettre les faits à l’aide de signes de ponctuation « (…) » dans le texte contourne l’injonction à raconter les actes sexuels. Ce procédé se retrouve dans d’autres récits, comme celui de Narcisse Praz, mais cette fois-ci, c’est en s’adressant directement aux lecteur·ices et à leurs supposées attentes de ce qui va se produire dans ces scènes. Cela traduit aussi peut-être une anticipation d’une curiosité déplacée de la part de son audience :

La confession du vendredi à l’heure de l’étude en commun. La chambre de mon directeur de conscience. L’ordre de m’agenouiller, la tête à la hauteur du septième bouton de la soutane en comptant depuis le bas. La soutane s’ouvre. Censuré ! Censuré, je te dis ! Tu comprends le français ? J’ai dit : censuré ! Nom de Dieu ! Vu ? (Praz, 2010, 79)

30La forme littéraire donne dès lors accès à un certain contrôle sur ce qui est dit – ou n’est pas dit – des violations sexuelles. Patrick Goujon comme Jean-Pierre Sautreau relatent par ailleurs des scènes de conversation, avec une policière pour le premier et un évêque pour le second. Dans les deux cas, il leur est demandé de décrire les faits avec des détails précis. Lorsque ces interactions sont décrites dans les deux livres, le texte laisse ces demandes de détails sans réponse. Jean-Pierre Sautreau relate cette interaction comme suit :

Je dois comprendre qu’il joue au procureur. Qu’il veut voir. Qu’il n’en a cure de mes saillies qui visent à gagner du temps sur ces images mentales que je ne veux pas traduire en mots […]. (Sautreau, 2021, 233-234)

31Dans ces deux exemples, si le texte retranscrit une parole face à une autorité de jugement (la policière, l’évêque), les deux auteurs racontent la scène sans donner aux lecteur·rices l’accès à ces détails et ainsi sans les positionner dans ce même rôle de juge, susceptible de se prononcer sur l’authenticité des faits. D’autres auteur·ices choisissent au contraire d’écrire les scènes de violences sexuelles avec des termes explicites, en détaillant les actes sexuels imposés, comme Sophie Ducrey, qui explique ensuite : « je voudrais que ces mots atroces provoquent le réveil des prêtres et de l’Église. Ce ne sont pas mes mots qui sont monstrueux […] » (Ducrey, 2019, 102). Daniel Pittet, quant à lui, décrit des raisons similaires derrière ses choix de mots pour dire les viols : « ces mots seront parfois crus, parce qu’un viol c’est abject, c’est sale » (Pittet, 2017, 33-34).

32Le récit autobiographique met, de plus, en scène le tâtonnement pour trouver les mots susceptibles de refléter de manière juste le vécu, ce qui, là encore, échappe aux victimes dans d’autres espaces de mise en récit des violences sexuelles, qui souvent les « dépossèdent de leur histoire » (Le Goaziou, 2019, 115). Il rend possible un espace où la voix du narrateur ou de la narratrice adulte au moment de l’écriture se mêle à celle de l’enfant, reconstruite a posteriori. L’extrait suivant illustre ce procédé :

15 octobre 1961. Chers parents, on a eu un orage au milieu de la promenade et on est revenus tout trempés, on a pu monter au dortoir se changer. […] Chers parents, tout va très bien… Comment leur dire ce petit rien ? Chers parents, j’ai un nouveau directeur de conscience, mon professeur de mathématique. Mon stylo se bloque là. Comment leur confier cet incident, cette bêtise comme dit la chansonnette ? Depuis vendredi, je retourne ces instants de confession. Comment mettre en mots cette scène, cette imposition de main ? Comment faire avec ces mots collés au corps ? Quels mots mettre sur cette main hors de portée des mots ? Cette main avancée dans le silence, glissée dans la prière. Comment concilier le complaisant abandon reptilien de mon confesseur et sa traque obstinée de mes mauvais désirs, de mes mauvaises pensées, de mes mauvais touchers ? […] Comment le nommer ? Le mot n’existe pas. Il ne fait pas partie des 73 000 articles du Petit Larousse de mon trousseau de rentrée. Je ne trouve pas mon directeur de conscience entre pédonculé et pédum. (Sautreau, 2019, 111-112)

33Ici, Jean-Pierre Sautreau reprend le début d’un extrait de lettres qu’il envoyait à ses parents depuis le séminaire lorsqu’il était enfant. Ces lettres entrecoupent le récit à plusieurs endroits. Il y glisse cependant une réflexion sur l’impossibilité de leur raconter ce qui se passe avec son directeur de conscience lors des confessions, impossibilité qu’il attribue à un manque de mots à sa portée et à l’absence du mot « pédophilie » dans son dictionnaire de rentrée. L’extrait suggère toutefois des mots « à sa portée », mis en italique dans le texte, qui constituent l’enseignement sur la sexualité dans le séminaire décrit dans le récit. D’une manière très similaire, Narcisse Praz propose l’analyse suivante :

D’abord, on frappe d’abjection les parties du corps dont il faut mentalement faire abstraction sous peine de péché mortel en les désignant nommément comme les parties honteuses. […] Ensuite, on frappe d’interdit d’accès ces mêmes parties honteuses en ordonnant à l’enfant encore impubère de maintenir ses mains hors des draps […] Or, le résultat du plein succès de la stratégie sera que cette partie du corps n’existant plus, ce qui s’y passe ne pourra être qu’un leurre, un fruit pervers de l’imagination. (Praz, 2010, 39-40)

L’extrait décrit une cohérence entre un enseignement restrictif sur le corps et l’effacement des termes usuels au profit de notions comme « parties honteuses » et la difficulté à conceptualiser et, a fortiori, à nommer ces mêmes endroits du corps pour décrire les actes sexuels subis. Jean-Louis Claude, qui relate lui aussi, dans Le Petit Névrosé, ses années dans un institut catholique, écrit une réflexion similaire :

Alors que chacun de nous à nos âges avions droit au savoir sur notre vie sexuelle autant que de connaître les pratiques des mathématiques. Nous en étions réduits à l’expérience pratique […]. (Claude, 2001, 192-193)

34Ce n’est pas tant un silence sur la sexualité que ces livres décrivent que l’imposition de mots spécifiques, d’un vocabulaire constitué de péchés et d’euphémismes, pour dire le corps. Ceux-ci rendent alors indicibles, voire impensables, les abus sexuels. Il s’agit aussi d’inciter à la parole, mais seulement au sein du confessionnal et avec un langage bien précis. Ces confessions constantes des « péchés de chair » sont par ailleurs décrites comme des intrusions dans l’intimité des auteurs dans les trois ouvrages cités ci-dessus.

35Dans d’autres récits, au-delà d’une mise en cause d’un certain discours catholique sur la sexualité, ce sont les mots de l’enfance qui sont retranscrits et l’impossibilité de nommer et donner du sens à certains gestes. Ainsi, plusieurs textes reprennent explicitement des mots enfantins pour décrire les scènes de violations sexuelles, par exemple « il met son zizi jusqu’à où je pleure », qui revient en boucle dans le récit de Gérard Falcioni (2002), ou encore des termes tels que « machin », « gros machin », « son truc », « son zizi » chez Daniel Pittet (2017). D’autres mentionnent simplement « nous en parlions avec nos mots d’enfants » (Silvestre, 2021, 53) ou encore « je n’avais pas les mots, je ne savais pas dire ce qui se passait » (Garnier-Beauvier, 2017, 83). En plus de l’incapacité à trouver les mots, plusieurs récits décrivent l’incompréhension face à l’expérience de violations sexuelles.

36Ces procédés linguistiques exposent là encore une injustice herméneutique. Il s’agit de la situation des enfants et adolescent·es qui, comme l’explique Jean-Louis Claude, sont privé·es d’un savoir sur leur sexualité, savoir qui est accessible aux adultes, qui se servent de cet avantage. Miranda Fricker décrit la privation d’une égale participation à la production de ressources herméneutiques des groupes dominés en reprenant pour son argumentation un extrait du mémoire de la féministe Susan Brownmiller (1990). Celle-ci rapporte des extraits de discussions qui avaient cours dans les groupes de parole au sein du mouvement féministe états-unien de la « deuxième vague ». Dans l’extrait, une femme raconte ses expériences répétées de contacts sexuels non voulus de la part d’un collègue, qui la poussent finalement à quitter son travail. Selon Brownmiller, là où il y avait jusque-là une expérience déplaisante et pénible, la mise en commun d’expériences similaires permet à la notion de harcèlement sexuel d’émerger et ainsi de rendre compte de ce qui se passe pour les femmes dans ces interactions. L’irruption de cette notion et du savoir qu’elle regroupe dans un discours jusque-là dominé par une conception principalement masculine – de drague un peu lourde – ouvre vers une redéfinition et un nouveau moyen d’action, politique et juridique (Fricker, 2007, 154).

37Dans les récits autobiographiques, cette recherche est explicitée, à la fois dans un processus individuel et collectif. En effet, les récits relatent différents déclencheurs de réinterprétation ou de compréhension de l’expérience : une procédure judiciaire dans laquelle l’auteur est entendu comme témoin dans Le Petit Névrosé, un article sur les abus sexuels offert par une amie dans le récit de Sophie Ducrey, des thérapies dans plusieurs récits, de nouveaux concepts tels qu’« emprise » ou « pervers narcissiques » dans le récit de Claire Maximova, la notion de « pédophilie », jusque-là inconnue, dans plusieurs ouvrages, ou encore le témoignage d’une autre victime dans une émission télévisée, mentionné dans le texte de Marie-Ondine.

38Dans le récit de Danielle Scherer (2012), cette injustice herméneutique est rendue la plus visible et sensible pour le lectorat. Sensible, car il me semble que la lecture de ces récits est également une expérience qui provoque des émotions. En particulier lorsque, comme dans Personne ne te croira, les lecteur·ices sont plongé·es dans l’inintelligibilité de la parole. Le texte rend compte des tentatives de rendre intelligible à soi et à d’autres les violations sexuelles, lorsque celles-ci ne peuvent être nommées comme telles. Les extraits suivants se déroulent, dans le récit, à plusieurs années d’intervalle : le premier lorsque la narratrice est toute jeune adolescente, le deuxième lorsqu’elle est jeune adulte. Il s’agit les deux fois de dialogues avec des hommes d’Église, alors qu’elle cherche de l’aide pour faire cesser les viols :

Avec monsieur le curé… Il ne va pas bien… Il m’aime… Il ne veut pas que je le dise mais moi je sais plus ce que je dois faire… Il me veut toujours… J’ai peur. Je ne sais pas. Ce n’est pas bien. On ne peut pas… (Scherer, 2012, 110)

Avec monsieur le curé de Thonnelongue… Il veut que nous partions ensemble… Que nous nous mariions. Je ne sais pas ce que je dois faire ! Il faudrait que vous lui parliez… Depuis très longtemps nous faisons des choses. (Scherer, 2012, 167)

Tout au long du récit, la narration de ce qu’elle a vécu avec le prêtre se fait sous cette forme. Quelques pages plus loin par exemple, alors qu’elle raconte une autre interaction où elle essaie de parler de sa situation à un prêtre, elle écrit :

Je me confesse du plus grand péché que l’on puisse commettre, celui d’avoir provoqué la mort de la vocation religieuse d’un prêtre au point qu’il soit incapable de faire face à ses instincts d’homme. (Scherer, 2012, 170)

39Comme dans les extraits cités plus haut au sujet du discours sur la sexualité au sein des séminaires décrits par Narcisse Praz et Jean-Pierre Sautreau, ce n’est pas tant qu’aucun terme ne permette à la protagoniste de s’exprimer lors de ces scènes, mais plutôt que les mots qu’elle emploie et les discours qu’elle mobilise ne rendent pas justice à son vécu. Dans le premier extrait, enfant, elle utilise le référentiel de l’amour (« il m’aime ») pour tenter d’expliciter les viols et ainsi, convoque le seul répertoire discursif à sa portée, celui de l’agresseur. Dans le dernier, elle emploie celui d’une autoattribution du blâme puisqu’elle se décrit responsable d’avoir « provoqué la mort de la vocation religieuse » du prêtre. Il s’agit d’un cadre d’interprétation que l’on retrouve dans les dires de plusieurs protagonistes au fil du récit, des religieuses en particulier. Comme dans l’exemple du mémoire de Susan Brownmiller discuté par Miranda Fricker, la définition de la situation n’est dès lors pas celle qui correspond à l’expérience des victimes. Ce n’est qu’à la toute fin du livre que l’autrice se positionne dans le texte comme victime et ainsi laisse entrevoir qu’elle a transformé l’interprétation de ce qu’elle a vécu, notamment à travers un travail thérapeutique de plusieurs années :

Je rêve que toutes les souffrances des victimes de prédateurs, quels qu’ils soient, se transforment en une énergie constructive […] Je rêve que chacun sache qu’il est un être vivant et non un objet. (Scherer, 2012, 235)

40Devenir un « être vivant et non un objet » signifie aussi pouvoir raconter son histoire, avec des mots justes. Et en particulier, cela implique qu’il faille se positionner contre les mots de l’agresseur pour redéfinir les actes sexuels subis. Ainsi, ces livres-témoignages, par le travail d’explicitation du processus cognitif d’interprétation et de réinterprétation des violences sexuelles, deviennent à leur tour des ressources pour d’autres victimes.

Conclusion

41La forme autobiographique ouvre un espace où exprimer la difficulté à raconter des expériences traumatiques et la recherche de mots justes, capables de refléter au mieux l’expérience mais aussi de la rendre sensible pour le lectorat. En effet, le trauma et la violence sexuelle, comme le suggère Leigh Gilmore, entretiennent une relation particulière avec le langage. Ils sont difficiles à mettre en mots, souvent conceptualisés comme indicibles, en même temps que les victimes sont constamment invitées à témoigner et raconter, afin que leurs expériences deviennent reconnaissables pour les autres, que ce soit dans des contextes judiciaires ou dans l’espace public. Cela prend la forme, pour les victimes, d’une injonction paradoxale à raconter ce qui est conceptualisé comme ne pouvant pas être dit (Gilmore, 2001, 7). Les auteur·ices reprennent des outils thérapeutiques pour expliquer leur vécu et le rendre intelligible à d’autres. Les récits décrivent aussi un parcours de recherche de justice et de reconnaissance, une compilation d’archives à la fois personnelles et collectives, puisqu’elles représentent le traitement d’autres victimes également. Ces livres ne permettent ainsi pas uniquement de témoigner mais aussi de se placer en expert·e de sa propre expérience, de l’analyser de manière réflexive. J’ai décrit ces deux volets à l’aide des concepts de « justice testimoniale » et de « justice herméneutique », qui me semblent éclairer ce qui est au cœur de la démarche d’écriture autobiographique d’un vécu de violence (sexuelle).

42Linda Alcoff propose de conceptualiser le moment actuel de visibilisation importante des violences sexuelles comme un moment de « friction épistémique », notion proposée par José Medina dans son « épistémologie de la résistance » (Medina, 2013 ; Alcoff, 2018). Ce concept fait référence à la déstabilisation de nos cadres d’interprétation et de notre allocation collective de crédibilité et d’autorité à différents groupes sociaux en fonction de leurs caractéristiques sociales. Ainsi, on peut penser qu’une partie de la force du mouvement #MeToo a été de déstabiliser une certaine vision des violences sexuelles comme étant principalement commises par des hommes « déviants » et « marginaux » voire originaires « d’autres cultures ». Les récits des victimes de violences sexuelles dans le contexte de l’Église catholique provoquent ces mêmes frictions : là où la parole des enfants et des victimes n’avait que peu de poids face à celle d’un prêtre, ils viennent ébranler la certitude que « ce n’est pas possible », « un prêtre ne peut pas faire ça » et ainsi, participent à un moment de lucidité sur la production d’ignorance collective et la décrédibilisation systémique des paroles prononcées depuis certaines positions sociales.

Tableau descriptif du corpus

Ouvrage

Pays

Description : contexte et époque des violences

Jean-Louis Claude (2001) Le Petit Névrosé

Suisse

Fribourg (Suisse), début des années 1950, l’auteur est placé à l’Institut catholique Marini après plusieurs familles d’accueil et un autre institut. Le récit relate les violences commises par les surveillants ainsi que les conditions de vie à l’institut.

Gérard Falcioni (2002) L’Établi de la vie et Le Clergé romand face à la pédophilie (2008)

Suisse

Valais (Suisse), début des années 1950. L’auteur est agressé sexuellement par le prêtre de la paroisse du village. Le récit raconte, par bribes, son enfance jusqu’à sa vie d’adulte (son métier, ses voyages, ses relations affectives). Le second ouvrage propose une réflexion sur les conséquences et la réception du premier livre ainsi que sur la situation des victimes en Suisse au début des années 2000.

Joël Devillet (2010) Violé par un prêtre

Belgique

Aubange (Belgique), années 1980, le récit raconte les violences commises par un prêtre lorsque l’auteur était servant de messe et très impliqué dans la paroisse de son village. Le texte raconte les nombreuses démarches de justice.

Narcisse Praz (2010) Gare au gorille ! La pédophilie ecclésiastique galopante expliquée aux parents

Suisse

Valais/Fribourg (Suisse), fin des années 1940, l’auteur entre dans un juvénat catholique à Fribourg à 11 ans. Les violences sexuelles sont perpétrées par un prêtre surveillant, lors de la confession. Le récit décrit également les conditions de vie au juvénat et propose une réflexion sur les causes de ces violences.

Marie-Ondine (2011) Pédophilie, une histoire vraie

France

France, le récit raconte les violences sexuelles du prêtre de la paroisse (1960-1965).

Danielle Scherer (2012) Personne ne te croira

Belgique

Début des années 1950 dans un petit village de Belgique. Le récit raconte les violences sexuelles commises par le prêtre du village qui commencent lorsque l’autrice a 12 ans et se terminent lorsqu’elle a 21 ans.

Daniel Pittet (2017) Mon père, je vous pardonne

Suisse

Fribourg (Suisse), début des années 1960, l’auteur raconte les violences sexuelles commises par un prêtre capucin. Le récit raconte son enfance jusqu’à sa vie adulte et les conséquences des violences sur sa trajectoire de vie, son rapport à la foi en particulier.

Véronique Garnier-Beauvier (2017) Au troisième jour. De l’abîme à la lumière

France

Le récit raconte les agressions d’un prêtre lorsque l’autrice a 13 ans jusqu’à ses 15 ans dans les années 1970 (France, Nancy). Le récit est raconté par bribes de moments, avec une focalisation sur la relation à la foi.

Sophie Ducrey (2019) Étouffée : récit d’un abus spirituel et sexuel

Lieu non précisé

L’autrice fait partie d’une communauté religieuse catholique au début des années 1990. Le récit raconte les agressions d’un frère de la communauté lorsqu’elle a 18 ans et les nombreuses démarches de justice.

Claire Maximova (2019) La Tyrannie du silence

France

L’autrice rejoint une communauté religieuse catholique en France (la période n’est pas mentionnée). Le récit raconte les violences sexuelles commises par un Frère de la communauté alors qu’elle est jeune adulte et les démarches de justice.

Jean-Pierre Sautreau (2019) Une croix sur l’enfance et Criez pour nous (2021)

France

Vendée (France), l’auteur raconte son entrée (contrainte) dans un séminaire lorsqu’il a 11 ans en 1960, les conditions de vie au séminaire et les nombreuses violences. Le récit se termine lorsqu’il quitte le séminaire. Le second ouvrage propose une réflexion sur les conséquences et la réception du premier livre.

Patrick Goujon (2021) Prière de ne pas abuser

France

Le récit porte sur des agressions sexuelles commises par un prêtre de son diocèse (fin des années 1970). Le livre raconte l’amnésie engendrée par le traumatisme et les conséquences corporelles de celui-ci.

Collectif (2021) Abusés

France

Plusieurs récits se mêlent, une psychologue, des victimes (plusieurs du même prêtre), un prêtre victime et un journaliste qui décrit les procès.

Marie-Claire Silvestre (2021) Mon chemin, celui du silence

France

France, l’ouvrage relate par fragments de souvenirs les violences sexuelles commises par un prêtre, également membre de la famille de l’autrice (années 1960), puis propose une réflexion sur les causes de ces violences.

Haut de page

Bibliographie

Autobiographies

COLLECTIF, Abusés. Des victimes de prêtres témoignent, Paris, Temps présent éditions, 2021.

CLAUDE Jean-Louis, Le Petit Névrosé, Genève, Atelier vivant, 2001.

DEVILLET Joël, Violé par un prêtre, Bruxelles, Les éditions de l’Arbre, 2010.

DUCREY Sophie, Étouffée : récit d’un abus spirituel et sexuel, Paris, Tallandier, 2019.

FALCIONI Gérard, L’Établi de la vie : j’ai été abusé dès l’âge de 5 ans par le curé. Témoignage, Vulliens, Éditions Mon village, 2002.

FALCIONI Gérard, Le Clergé romand face à la pédophilie : témoignage, Sainte-Croix, Éditions Mon village, 2008.

GARNIER-BEAUVIER Véronique, Au troisième jour. De l’abîme à la lumière, Paris, Artège, 2017.

GOUJON Patrick, Prière de ne pas abuser, Paris, Seuil, 2021.

MARIE-ONDINE, Pédophilie, une histoire vraie : autobiographie, Nantes, Éditions Amalthée, 2011.

MAXIMOVA Claire, La Tyrannie du silence, Paris, Le cherche midi, 2019.

PITTET Daniel, Mon père, je vous pardonne : survivre à une enfance brisée, Paris, Philippe Rey, 2017.

PRAZ Narcisse, Gare au gorille ! La pédophilie ecclésiastique catholique galopante expliquée aux parents, Saint-Georges d’Oléron, Éditions Libertaires, 2010.

SAUTREAU Jean-Pierre, Une croix sur l’enfance, Paris, Harper Collins, 2019.

SAUTREAU Jean-Pierre, Criez pour nous, La Crèche, Nouvelles Sources, 2021.

SCHERER Danielle, Personne ne te croira, Paris, Albin Michel, 2012.

SILVESTRE Marie-Claire, Mon chemin, celui du silence, Paris, Les éditions du Panthéon, 2021.

SPRINGORA Vanessa, Le Consentement, Paris, Grasset & Fasquelle, 2020.

Littérature secondaire

ALCOFF Linda, GRAY Laura, « Survivor Discourse: Transgression or Recuperation? », Signs: Journal of Women in Culture and Society, 18, 2, 1993, pp. 260-290.

ALCOFF Linda, Rape and Resistance. Understanding the Complexity of Sexual Violations, Cambridge, Polity Press, 2018.

AMBROISE-RENDU Anne-Claude, Histoire de la pédophilie xixe-xxie siècle, Paris, Fayard, 2014.

ARMSTRONG Louise, « What Happened when Women Said “Incest” », in ITZIN Catherin (dir.), Home Truth about Child Sexual Abuse. Influencing Policy and Practice. A Reader, Londres/New York, Routledge/Taylor & Francis, 2000.

BAJOS Nathalie, ANCIAN Julie, TRICOU Josselin, VALENDRU Axelle, Sociologie des violences sexuelles au sein de l’Église catholique en France (1950-2020), Rapport INSERM-IRIS-EHESS, Annexe Rapport final de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église – CIASE, 2021.

BÉRAUD Céline, Le catholicisme français à l’épreuve des scandales sexuels, Paris, Seuil / La République des idées, 2021.

BLETZER Keith V., KOSS Mary P., « Narrative Constructions of Sexual Violence as Told by Female Rape Survivors in Three Populations of the Southwestern United States: Scripts of Coercion, Scripts of Consent », Medical Anthropology, 23, 2, 2004, pp. 113156.

BONNARDEL Yves, La domination adulte. L’oppression des mineurs, Méréville, Myriadis, 2015.

BOUSSAGUET Laurie, La pédophilie : problème public. France, Belgique, Angleterre, Paris, Dalloz, 2008.

BOUSSAGUET Laurie, « Les “faiseuses” d’agenda : Les militantes féministes et l’émergence des abus sexuels sur mineurs en Europe », Revue française de science politique, 59, 2, 2009, pp. 221-246.

DELAP Lucy, « “Disgusting details which are best forgotten:” Disclosures of child sexual abuse in Twentieth-Century Britain », Journal of British Studies, 57, 2018, pp. 79-107.

DELPHY Christine, « L’état d’exception : la dérogation au droit commun comme fondement de la sphère privé », Nouvelles questions féministes, 16, 4, 1995, pp. 73-114.

DORAIS Michel, Ça arrive aussi aux garçons. L’abus sexuel au masculin, Paris, Payot & Rivages, 2013.

DOTSON Kristie, « A Cautionary Tale: On Limiting Epistemic Oppression », Frontiers: A Journal of Women Studies, 33, 1, 2012, pp. 24-47.

DOTSON Kristie, « Tracking Epistemic Violence, Tracking Practices of Silencing », Hypatia, 26, 2, 2011, pp. 236-257.

DUSSY Dorothé, Le berceau des dominations : anthropologie de l’inceste, livre 1, Marseille, Éditions la Discussion, 2013.

FAURE Sylvia, « Le pouvoir de se raconter : autobiographies d’artistes de la danse », Sociologie et sociétés, 35, 2, 2003, pp. 213-231.

FRICKER Miranda, Epistemic Injustice: Power and the Ethics of Knowing, Oxford, Oxford University Press, 2007.

FRISK Matleena, TAAVETTI Riikka, « Remembering Rape: The Temporal Construction of Sexual Violence in Autobiographical Narratives from 1990s Finland », Sexualities, 25, 5-6, 2021, pp. 1-17.

GARCIA Manon, La conversation des sexes : philosophie du consentement, Paris, Flammarion, 2021.

GAVEY Nicola, Just Sex? The Cultural Scaffolding of Rape, Londres/New York, Routledge, 2005.

GILMORE Leigh, The Limits of Autobiography: Trauma and Testimony, Ithaca (NY), Cornell University Press, 2001.

GILMORE Leigh, Tainted Witness: Why We Doubt What Women Say About their Lives, New York, Columbia University Press, 2017.

GUNNARSSON Lena, « “Excuse Me, But Are You Raping Me Now?” Discourse and Experience in (the Grey Areas of) Sexual Violence », NORA – Nordic Journal of Feminist and Gender Research, 26, 1, 2018, pp. 418.

ILLOUZ Eva, « That Shadowy Realm of the Interior: Oprah Winfrey and Hamlet’s Glass », International Journal of Cultural Studies, 2, 1, 1999, pp. 109-131.

KARLSSON Lena, « Towards a Language of Sexual Gray Zones: Feminist Collective Knowledge Building through Autobiographical Multimedia Storytelling », Feminist Media Studies, 19, 2, 2019, pp. 210224.

LALO Constance, TRICOU Josselin, « Crise de la pédophilie dans l’Église catholique : une confrontation de scripts sexuels », Revue d’éthique et de théologie morale, 292, 4, 2016, pp. 11-21.

LALO Constance, TRICOU Josselin, « “Si cet homme n’avait pas été prêtre…” Patriarcalité du pouvoir, script catholique et pédocriminalité dans l’Église », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 147, 2020, pp. 1-21.

LE GOAZIOU Véronique, Viol. Que fait la justice ?, Paris, Presses de Sciences Po, 2019.

LONEY-HOWES Rachel, Online Anti-Rape Activism: Exploring the Politics of the Personal in the Age of Digital Media, Bingley (UK), Emerald Publishing, 2020.

MARCHE Guillaume, « Memoirs of Gay Militancy: A Methodological Challenge », Social Movement Studies, 14, 3, 2015, pp. 270-290.

MARCHE Guillaume, « Political Memoirs and Intimate Confessions: Analysing Four US Gay Liberation/Gay Rights Militants’ Memoirs », Sexualities, 20, 8, 2017, pp. 959-980.

MAUGER Gérard, « Les autobiographies littéraires. Objets et outils de recherche sur les milieux populaires », Politix, 7, 27, 1994, pp. 32-44.

MEDINA José, The Epistemology of Resistance: Gender and Racial Oppression, Epistemic Injustice, and the Social Imagination, Oxford, Oxford University Press, 2013.

MENDES Kaitlynn, KELLER Jessalynn, RINGROSE Jessica, « Digitized Narratives of Sexual Violence: Making Sexual Violence Felt and Known through Digital Disclosures », New Media & Society, 21, 6, 2018, pp. 1290-1310.

MEYERS Diana Tietjens, Victims’ Stories and the Advancement of Human Rights, Oxford, Oxford University Press, 2016.

MORALDO Delphine, « Analyser sociologiquement des autobiographies. Le cas des autobiographies d’alpinistes français et britanniques », SociologieS, Premiers textes, 2014, DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.4688.

PITERBRAUT-MERX Tal, « Doit-on protéger les enfants ? Les voies de la domination adulte », Revue du Crieur, 1, 15, 2020, pp. 106-113.

PLUMMER Ken, Telling Sexual Stories. Power, Change and Social Worlds, Londres/New York, Routledge, 1995.

ROUSSEAU Catherine, BERGERON Manon, « S’agit-il d’une situation de violence sexuelle ? Les repères mobilisés par les étudiantes de 1er cycle pour qualifier la violence sexuelle subie en milieu universitaire », Sociologie et sociétés, 52, 1, 2020, pp. 239-262.

SERISIER Tanya, Speaking Out: Feminism, Rape and Narrative Politics, Londres, Palgrave Macmillan, 2018.

TAYLOR Judith, « Rich sensitivities: An Analysis of Conflict Among Women in Feminist Memoirs », Canadian Review of Sociology, 46, 2, 2009, pp. 123-141.

VERDRAGER Pierre, L’enfant interdit : comment la pédophilie est devenue scandaleuse, Paris, Armand Colin, 2013.

WHITTIER Nancy, The Politics of Child Sexual Abuse: Emotion, Social Movements, and the State, New York/Oxford, Oxford University Press, 2009.

Haut de page

Notes

1 Collectif 85 : https://collectif85.com (consulté le 20/10/2021).

2 Par exemple, autour de la parution du livre de Vanessa Springora, Le Consentement, en 2020 ou celui de Camille Kouchner, La Familia grande (2021), ou encore les révélations de l’actrice Adèle Haenel dans une enquête de Médiapart.

3 Pour une discussion des répercussions des révélations des violences sexuelles sur le catholicisme français, voir Céline Béraud, 2021.

4 Entretien avec une des fondatrices, mai 2021.

5 Plusieurs préfaces ont été écrites par des prêtres, des évêques et même le pape François pour le livre de Daniel Pittet.

6 En annexe se trouve un tableau descriptif des ouvrages du corpus.

7 Disponible en consultant le lien suivant : http://www.groupe-sapec.net/medias/7_1_Bibliographie_et_liens.pdf (consulté le 13/12/2022).

8 L’argument avancé par Constance Lalo et Josselin Tricou (2016, 2020) est le suivant : le « script sexuel autonomiste » fondé sur la notion de consentement est longtemps resté un impensé pour l’Église catholique, qui se fondait sur ce que ces auteur·ices nomment « un script naturaliste » en conceptualisant la pédocriminalité d’abord comme une transgression des « lois naturelles » qui distinguent les générations et les sexes. Cette absence de référence à la notion de consentement peut également être une explication de la difficulté à considérer les violences sexuelles contre les personnes majeures.

9 La Poudre, épisode 101, Vanessa Springora, 20 octobre 2021, disponible sur Spotify.

10 Nom d’emprunt donné par l’autrice.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romaine Girod, « Rendre la parole. Quand les victimes mettent en récit les violences sexuelles dans l’Église catholique »Genre, sexualité & société [En ligne], 29 | Printemps 2023, mis en ligne le 26 juin 2023, consulté le 12 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/gss/8325 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.8325

Haut de page

Auteur

Romaine Girod

Doctorante en sciences sociales, université de Lausanne
romaine.girod@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search