Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43-2VariaLe taṣrīf des grammairiens arabes...

Varia

Le taṣrīf des grammairiens arabes. Une morphophonologie sans morphèmes

Georges Bohas
p. 169-182

Résumés

La phonologie des grammairiens arabes (GA) et le cadre standard de la phonologie générative qui, fondée sur Chomsky & Halle (1968), appartient désormais elle aussi à l’histoire, ont en commun de poser des représentations abstraites (ʾaṣl pour les GA, représentations phonologiques pour les générativistes) et des règles afin de rendre compte des alternances présentées par les mots. Du fait que les GA n’ont pas élaboré le concept de morphème et se sont limités au mot surgissent des différences considérables dans l’organisation de la phonologie. S’ajoute à cela le fait que les règles des GA ne sont pas markoviennes et ne s’appliquent pas mécaniquement, mais en vertu de grands principes portant sur la langue ou les intuitions des locuteurs (les Arabes anciens mythiques pour les GA).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Pour les grammaires orientalistes traditionnelles, le verbe arabe est le composé d’un radical et de préfixes ou suffixes. Wright (1971 [1859-1862] : 53-55) parle de suffixed et prefixed pronouns. Pour l’accompli, Blachère & Gaudefroy-Demombynes expliquent : « il y a donc un radical auquel s’ajoutent des suffixes » (1975 [1937] : 39) et « l’inaccompli est formé à l’aide de préfixes et de suffixes » (ibid. : 41). Dans un des derniers avatars de ces grammaires à but pédagogique on trouve de même : « La conjugaison de l’accompli est une conjugaison dite “à suffixes” : on suffixe des marqueurs de personnes, de nombre et de genre au radical verbal » (Sartori 2017 : 24). Quant à l’inaccompli, il est « premièrement une conjugaison à préfixes et secondairement à suffixes » (ibid. : 26).

2En grammaire générative, dans la thèse de Brame (1970 : 4) rédigée dans le cadre standard (Chomsky & Halle 1968), il en va de même : le verbe à l’accompli est formé d’un radical (stem) symbolisé par X et de suffixes (person markers), ce qui donne le tableau suivant :

Tableau 1

Singular

Plural

Dual

X

tu

I

X

we

X

ta

you

m.

X

tum

you

m.

X

tumā

you

m.

X

ti

you

f.

X

tunna

you

f.

X

tumā

you

f.

X

a

he

X

ū

they

m.

X

ā

they

m.

X

at

he

X

na

they

f.

X

atā

they

f.

  • 1 Seules les formes attestées phonétiquement, « représentations phonétiques » dans la terminologie gé (...)
  • 2 Rappelons que pour les GA les voyelles que nous appelons longues (ā, ī, ū) sont conçues comme des b (...)

3Cette division en morphèmes : radicaux et suffixes n’a rien à voir avec celle que l’on trouve dans la morphophonologie (taṣrīf) des grammairiens arabes, laquelle ignore complètement les concepts de « radical » et de « suffixe », autrement dit, dans la morphophonologie des grammairiens arabes (désormais GA), la notion de morphème n’a pas cours. Comme nous l’avons démontré dans Bohas (1979), pour les GA, le découpage proposé par ce tableau (et effectué aussi par les grammaires orientalistes traditionnelles) n’a aucun sens car, pour eux, la notion de radical n’existant pas, un verbe comme kataba1 n’est pas analysable. Kataba est la forme verbale minimale et c’est à elle que sont adjoints tu, ta, ti qui ne sont pas des marqueurs grammaticaux, mais des noms, plus précisément des pronoms sujets, le w et le du pluriel également. Le verbe et son pronom sujet constituent comme un seul mot. Leur analyse est donc2 :

Tableau 2

Verbe

Sujet

kataba

tu

kataba

ta

kataba

ti

kataba

na"

  • 3 Dans le cas contraire, la lettre qui n’est pas suivie de voyelle est dite « sākin » : quiescente. P (...)
  • 4 En métrique arabe, les séquences de brèves  (= CV) sont restreintes par la contrainte que les métr (...)

4On obtient dans tous ces cas une succession de quatre lettres mues (CV) (mutaḥarrik = suivi de voyelle3), et une des grandes règles qui, selon les GA, commandent la structure des mots est qu’une séquence de quatre CV est interdite (Bohas 1979 : 43). Écrivons cette interdiction comme suit : *4CV4. C’est à cette interdiction qu’est attribuée l’élimination des a en italique dans le tableau pour donner katabtu, katabta, etc.

5Pour le pluriel masculin l’analyse sera aussi :

Tableau 3

Verbe

Sujet

kataba

w

6Dans ce cas, le a se transforme en u pour s’harmoniser (munāsaba) avec le w et donner katabuw (pour nous katabū). Toutes ces opérations sont résumées dans al-Ushmūni (s. d. : I, 58) :

  • 5 Toutes les traductions de l’arabe sont les nôtres.

Quant à ḍarabtu, intalaqna", istaqbalna", l’effacement de la dernière voyelle [de la base verbale : ḍaraba tu, intalaqa na", istaqbala na"] est accidentel, dû à l’application obligatoire d’une règle motivée par la répugnance pour la suite *4CV dans ce qui est comme un seul mot, car le pronom sujet est comme une partie de son verbe. De même le u de ḍarabuw est accidentel et ce qui l’a rendu obligatoire, c’est la nécessité d’harmoniser la voyelle [i. e., le a du verbe ḍaraba w] avec le w qui suit5.

7Pour notre auteur, une voyelle appartenant à la structure de base est dite « lāzim » « intrinsèque ou inhérente » et la voyelle introduite par règle est conçue comme « ʿāriḍ » « accidentelle ». Dans ḍaraba w, le a est intrinsèque et le u, introduit par harmonie avec le w, est « accidentel ».

8Enfin, la forme katabat (3e pers. fém. sg.) s’analyse en :

Tableau 4

Verbe

t du féminin

kataba

t

9Ce qui donne directement katabat, puisque l’interdiction *4CV ne peut pas opérer ici.

10Cela suffit à montrer qu’une organisation avec morphème (orientalistes et Brame) est bien différente d’une organisation sans morphème (GA) qui ne connaît que le verbe (comme kataba), le nom (plus précisément ici le pronom, comme tu), la lettre (comme y, lettre de la ressemblance) et la voyelle de l’iʿrāb (flexion, comme u de yaktubu à l’inaccompli que nous étudierons plus loin).

  • 6 Où f = première consonne, ʿ = deuxième consonne et l = troisième consonne.

11Certes, tous, les orientalistes et Brame, ont recours à la notion de racine comme allant de soi, pour l’arabe comme pour les autres langues sémitiques : « La langue arabe est une langue sémitique dite à racines » (Sartori 2017 : 11) ; mais quand deux théories font usage de termes techniques analogues cela ne doit pas amener à croire que l’organisation des deux théories soit identique ; autrement dit, qu’elles font un même usage de ces termes techniques. Ainsi, les grammairiens arabes font usage des termes aṣl = racine et binya ou wazn = schème, termes techniques repris par les grammaires orientalistes de l’arabe (Wright 1971 [1859-1862]), de l’hébreu (Touzard 1949 [1905]) et du syriaque (Duval 1881) (entre autres) qui toutes utilisent les mêmes abréviations fondées sur les multiples formes du verbe faʿala6 pour désigner le schème et distinguer ce qui fait partie de la racine et ce qui lui est adjoint ; repris également par les linguistes structuralistes dans la ligne de Cantineau (1950a et b) et les générativistes dans la ligne de McCarthy (1979), mais il ne faudrait pas en conclure pour autant que l’organisation de la morphologie soit la même dans les quatre cas.

As shown in Bohas (1979) published in Bohas & Guillaume (1984 : 162-166), the AGs views on word-formation are quite different from root-and-pattern morphology whereby every noun or verb is derived independently of each other as the result of the mapping of a consonantal root onto a pattern as in e. g. Cantineau (1950a, b) or McCarthy (1979). (Bohas & Lowenstamm, à paraître)

12Pour les grammairiens arabes en effet, les mots sont dérivés d’autres mots. Les seuls qui soient formés directement sur la racine sont les bases nominales et les maṣdars (selon l’école baṣrienne majoritaire). Le verbe accompli (māḍī) est formé sur le maṣdar, l’inaccompli (muḍāriʿ « le ressemblant ») sur l’accompli, le participe actif sur l’inaccompli, etc. Cette organisation, largement développée dans Bohas (1979, première partie), résumée dans un tableau (Bohas 1979 : 240 ; Bohas & Guillaume 1984 : 163) a été reformulée dans Bohas & Lowenstamm (à paraître). Ainsi conçue, la morphologie constitue la première partie du taṣrīf des GA, celle qui « porte sur les lois générales permettant de connaître les [divers] états des structures des mots » (Ibn al-Ḥāğib 1975 [1939] : I, 1).

13La deuxième partie du taṣrīf, qui décrit les changements de ces structures pour des raisons phonétiques (Ibn ʿUṣfūr 1970 : 32), n’est pas sans analogie avec la phonologie générative, cadre standard (Chomsky & Halle 1968), appliquée à l’arabe par Brame (1970). Dans les deux cas, on pose des représentations abstraites « phonologiques », « ʾaṣl » pour les GA, dont dérivent les représentations concrètes « phonétiques » via l’application de règles. Ajoutons que pour les GA, ces représentations abstraites sont analogiques (qiyāsiyya), c’est-à-dire que toute représentation abstraite incluant un w ou un y (consonnes « malades » auxquelles des règles vont s’appliquer) doit être analogue à une forme effectivement attestée incluant à la place du w ou y en question une consonne « saine ». Comme nous l’avons remarqué dans Bohas et Lowenstamm (à paraître) :

  • 7 For an example of extreme abstractness, see Lightner (1979) and Kiparsky (1973) for a plea against (...)

There is a major difference, however. A generative phonologist trying to identify an underlying representation faces an open array of options ranging from the most concrete to the most abstract7. The final determination will be made on the basis of metagrammatical considerations such as consistency, economy, elegance, a principled position wrt to abstractness, etc. The AGs, by contrast, are not facing a similarly unlimited range of options. Indeed, the identity of underlying phonological representations is specified in precise fashion by the system itself, viz. their makeup as they exit taṣrīf I. Thus, any verbal form (no matter how opaque on the surface) goes back by construction to that level: to faꜤala, faꜤila, or faꜤula if Perfective; to yafꜤulu, yafꜤalu or yafꜤilu if Imperfective; to fa"Ꜥil in the case of an agentive participle, etc.

  • 8 À notre connaissance, du moins.

14Dans cette perspective, la grammaire des GA et la théorie proposée par Brame sont comparables, néanmoins, il est une différence qui n’a pas été assez approfondie jusqu’ici8, celle qu’implique sur l’application des règles l’absence du concept de morphème (radical, préfixe, suffixe) dans la conjugaison des verbes dits « défectueux » comme daʿā (appeler), ramā (jeter) (daʿa" et rama" dans la notation des GA) et raḍiya (être satisfait). Nous allons donc revenir sur cette question en nous fondant particulièrement sur le tome II du Mumtiʿ d’Ibn ʿUsfūr, grammairien andalou du xiiie siècle (1200-1271).

I. L’accompli

15Comme nous l’avons dit, pour Brame le verbe à l’accompli est formé d’un radical (stem) qu’il symbolise par X et de suffixes (person markers) (voir le tableau ci-dessus) ; dans ces conditions kataba sera analysé en katab+a, katabat en katab+at, et katabtu en katab+tu ; autrement dit radical + suffixe. Les représentations phonologiques de ramā et ramat seront analysées de même : /ramay+a/ et /ramay+at/. S’appliqueront trois règles ordonnées :

GL Glide Elision

GL Glide Elision

Ce qui donne :

Tableau 5

/ramay+a#/

/ramay+at#/

GL

/ramaØ+a#/

/ramaØ+at#/

TR

/ramaØ+Øt#/

Length

/ramā#/

[ramā]

[ramat]

16C’est là qu’apparaît une différence fondamentale entre les deux organisations. Pour une forme comme katabatā (duel 3e pers. fém.), Brame, analysant en morphèmes, va partir d’une représentation /katab+at+ā/ et pour ramatā il va partir de ramay+at+ā, et appliquer des règles pour dériver la représentation phonétique. Pour les GA, au contraire, des règles vont s’appliquer d’abord à ramaya pour donner rama", ensuite, on ajoute le t du féminin pour donner une nouvelle représentation abstraite : rama"t, forme à laquelle s’applique une autre loi générale que nous formulons ainsi : *2Q : la langue arabe ne tolère pas la succession de deux quiescentes. "t constituent une succession de deux quiescentes, le alif et le t. On éliminera donc le alif pour obtenir ramat. Ensuite, on ajoutera le a" du duel pour obtenir : ramata". Il en va de même pour daʿatā. Mais observons que cette forme du féminin 3e pers. duel nécessite pour Brame l’introduction d’une frontière de mot dans sa représentation initiale. Il dit en effet (Brame 1970 : 447) :

The correct derivation immediately follows from the underlying sequence /daʿaw+at#aa/.
(21)   /daʿaw+at#aa/
          daʿaØ+at#aa     Glide Elision
          daʿa+Øt#aa       Truncation
         /daʿ+at#ā/         Lengthening

17Sans la présence de cette frontière de mot, la règle de troncation ne pourrait pas s’appliquer et sa grammaire dériverait la forme agrammaticale *daʿātā.

18Pour les GA, la représentation initiale de rama" est ramaya, analogique de ḍaraba. À cette représentation s’applique la règle que j’ai appelée MUTA1 (Bohas 1979 : 366 sv. ; Bohas & Guillaume 1984 : 241 sv.) formulée ainsi par Ibn Ğinnī (dans Ibn Yaʿīš 1973, Šarḥ al-Mulūkī : 218-219 et dans Ibn Ğinnī 1960, al-Munṣif : II, 116-117) :

Lorsque le w et le y se trouvent précédés d’un a et suivis d’une voyelle, ils se muent en alif (") sauf dans quelques cas exceptionnels qui laissent apparaître la représentation sous-jacente et en constituent un indice, ou lorsqu’on craint d’aboutir à l’ambiguïté ou lorsque le maintien du glide constitue un signal.

19Dans le formalisme standard de la phonologie générative, cela donnerait :

  • 9 IY met encore d’autres conditions, voir Bohas (1979 : 240 sv.), lesquelles ne nous concernent pas i (...)

20Pour éviter l’apparition d’une forme agrammaticale comme *rama"a, il faut se débarrasser de la voyelle du contexte de droite. On pourrait dire que du fait que, dans la logique des GA, le alif est toujours quiescent, la voyelle de droite du contexte / a__v tombe ipso facto. Ibn ʿUṣfūr n’approfondit pas la question, mais, un siècle avant lui, Ibn Yaʿīš (1158-1245) dans le Šarḥ al-Mulūkī l’avait fait clairement9 :

Sache que la mutation ne s’applique au w et au y qu’après qu’ils aient été affaiblis tous deux par l’effacement de la voyelle qui les suit. (Ibn Yaʿīš 1973 : 225)

21Le but de cette restriction est de permettre que la règle s’applique à qawala et ramaya mais pas à sawṭ (fouet) ou à šayḫ (vieillard) dans lesquelles le w et le y n’ont jamais été suivis de voyelle.

22On peut donc préciser la règle MUTA1 :

  • 10 Quand cela paraîtra utile nous mettrons entre parenthèses précédée du signe = la transcription occi (...)

23Ainsi donc on parvient de ramaya à rama" (= ramā)10 et de daʿawa à daʿa" (= daʿā).

  • 11 Voir aussi al-Munṣif (II : 116).

24Dans la logique des GA, une fois le processus décrit, il importe d’en trouver la cause ; quelle est donc la cause de l’application de cette mutation ? Ibn ʿUṣfūr l’explicite ci-dessous11 :

La cause en est la réunion de la lourdeur des deux semblables, je veux dire le a du ʿ et celui du L avec la lourdeur du y ou du w, si bien que le y ou le w se changent en alif du fait de la légèreté du alif, et comme celui-ci n’est jamais suivi de voyelle, cela met un terme à la réunion des semblables. (Ibn ʿUṣfūr 1970 : 533)

  • 12 Dans l’édition al-Tibāʿa al-munīriyya, tome 10, p. 19.

25Dans al-Munṣif (II : 116), Ibn Ğinnī précise que w et y ressemblent aux voyelles (ḥarakāt). Dans le Šarḥ al-Mufaṣṣal, Ibn Yaʿīš explicite encore12 :

C’est que le w est compté pour deux u et le y pour deux i ; comme ils sont eux-mêmes précédés de a et suivis de voyelle, cela constitue une suite de quatre éléments semblables, et la réunion des semblables répugne au locuteur. (Ibn Yaʿīš 1886 : 1363-1364)

  • 13 Sur cette notion voir Bohas & Lowenstamm (à paraître).

26L’application de MUTA1 est donc motivée par la « lourdeur »13 issue de la répétition des semblables. Le passage de ramaya à ramā est donc décrit et motivé.

27À cette forme rama" (= ramā) s’adjoint le t du féminin pour donner : rama"t, la séquence "t constituant une suite de deux consonnes quiescentes (*2Q), le " est éliminé et l’on obtient : ramat. Cette différence d’analyse et donc de constitution du niveau initial de la dérivation et l’application cyclique des règles qui en découle constituent une différence radicale entre les deux modèles, et plus encore l’enchevêtrement des formes concrètes et des représentations abstraites, comme cela apparaît dans la dérivation de ramat qui passe par les étapes suivantes :

Tableau 6

abstrait

ramaya

MUTA1

concret

rama"

ajout de t

concret/abstrait

rama" t

*2Q > effacement de "

forme finale

ramat

  • 14 Bohas (1979 : 251 sv.).

28Cela est fort bien résumé dans Ibn ʿUṣfūr, (1970 : 525). Comme il est bien connu, dans la pratique des GA les consonnes radicales sont figurées par celles de la racine FʿL14. L désigne donc la troisième consonne dans le texte suivant et ailleurs.

Si à l’un de ces verbes s’adjoint le marqueur du féminin, il demeure tel quel si son L est, dans la forme phonétique, y ou w, comme dans :

  • 15 Littéralement : « elle a été attaquée les ennemis », ce pluriel étant conçu comme un féminin dans l (...)

saruwa     saruwat i l-mar’a     il/la femme est généreux/se
raḍiya      raḍiyat Hind            il/Hind est satisfait/e
ġuziya     ġuziyat i l-aʿda’        il/elle a été attaqué/e15

Mais si le L est un alif [comme dans rama"], alors ce alif est effacé à cause de la rencontre de deux quiescentes, comme dans : ramat Hind a jeté Hind.

29Poursuivons avec la dérivation de ramata" (duel 3e pers. fém.) où apparaît encore mieux ce que nous avons appelé enchevêtrement abstrait/concret en passant par les étapes suivantes :

Tableau 7

abstrait

ramaya

MUTA1

concret

rama"

ajout de t

concret/abstrait

rama" t

*2Q > effacement de "

concret ramat

ajout de a" (pronom sujet)

concret/abstrait ramat a"

forme finale

ramata", dans la notation occidentale : ramatā

30Que se passe-t-il à la troisième personne du pluriel masculin : ramaw, à comparer avec katabuw/katabū ? Comme nous l’avons dit dans la note 2, Brame argumente longuement pour donner aux voyelles longues ī et ū une représentation analogue à celle des GA : iy et uw. La représentation phonologique de ramaw sera donc pour lui : ramay+uw et la dérivation :

Tableau 8

/ramay+uw#/

GEL

/ramaØ+uw#/

TR

/rama+Øw#/

Length

la règle ne peut s’appliquer

[ramaw]

31Rien de tel pour les GA. À partir de ramaya MUTA1 donne rama" à laquelle on ajoute le pronom w du pluriel : rama"w. "w constituant une séquence de deux quiescentes, le alif est éliminé par *2Q et on obtient ramaw. Comme le dit Ibn ʿUṣfūr :

Si le verbe se termine par un alif et s’il est prédiqué d’un pronom absent pluriel (= 3e pers. pl.), on l’efface à cause de la rencontre de deux quiescentes et de l’absence d’ambigüité, comme dans gazaw et ramaw. (Ibn ʿUṣfūr 1970 : 527)

32Explicitons. On part de ramaya et par MUTA1 on obtient rama". On ajoute alors le pronom du pluriel 3e pers. : rama"w. Pour résoudre la succession de deux quiescentes, *2Q s’applique, on efface le alif et on obtient ramaw.

33La situation se complique lorsque tu, ta, ti, sont adjoints au verbe car ramaytu, ramayta, ramayti, ramaynā sont tout à fait analogues à katabtu, katabti, etc. Pour Brame, rien ne se passe dans ces cas, puisque la règle GEL ne peut pas s’appliquer : /ramay+tu/ donne trivialement [ramaytu].

34Pour la GA, à partir de ramaya MUTA1 donne rama" à laquelle on ajoute le pronom sujet tu : rama" tu et alors, on ramène le alif à sa base : y, ce qui donne ramaytu.

Si le verbe est en relation prédicative avec un pronom du locuteur (mutakallim) ou de l’allocutaire (muḫāṭab) quel qu’il soit, tu ramènes le alif à sa base, y ou w, comme dans ramayta, ġazawta, ramaytuma", ġazawtuma", ramaytum, ġazawtum, ramaytunna, ġazawtunna, ramayna", ġazawna". (ibid. : 528)

35Pour les GA, cela ne pose pas de problème, car, pour eux, il est toujours possible de recourir à la représentation initiale. Se manifeste là une autre différence entre les deux organisations. En phonologie générative les règles sont linéairement ordonnées et markoviennes.

36Au contraire, j’ai montré dans Bohas (1979 : 320) que pour les grammairiens une telle restriction n’existait pas : « Le fait de dire que l’élément effacé garde le statut qu’il aurait s’il était toujours présent permet, de manière évidente, à toute règle qui s’applique de “regarder en arrière”, au niveau initial, ou à un niveau sous-jacent antérieur. » De plus :

Non seulement les règles peuvent “regarder en arrière”, “regarder en avant” et s’appliquer en fonction de l’état de la représentation initiale ou de la représentation phonétique optimale (conspirations), mais avant d’affecter un maṣdar, elles peuvent également “regarder” ce qui se passe dans le verbe, le verbe et le maṣdar étant considérés comme une même classe. (Bohas 1979 : 332 ; Bohas & Guillaume 1984 : 221)

37Il en va de même dans la dérivation du duel :

Si le verbe se termine par un alif et s’il est prédiqué d’un pronom absent singulier [= troisième personne singulier] il reste tel qu’il était avant comme dans Zaydun ġaza" [= ġazā] et ʿAmrun rama" [= ramā].
S’il est prédiqué d’un pronom absent duel, on ramène le alif à sa base, comme dans : gazawa" et ramaya" et on n’efface pas pour cause de rencontre de deux quiescentes afin d’éviter l’ambigüité entre le duel et le singulier. (Ibn ʿUṣfūr 1970 : 527-528)

38Explicitons. On part de ramaya et par MUTA1 on obtient rama". On ajoute alors le pronom du duel, ce qui donne rama"" ; dans cette forme apparaît la succession de deux quiescentes (les deux alif), ce qui contrevient à *2Q. Si l’on en supprimait une des deux, on obtiendrait rama" qui est la forme du singulier. Pour éviter l’ambigüité entre le singulier et le duel, le " retrouve sa forme de base y : ramay" et, comme le alif ne peut qu’être précédé de a, on obtient ramaya" (= ramayā).

Enfin :

S’il est prédiqué des absentes [3e fém. pl.], le alif est ramené à sa base et aucune règle ne l’affecte, comme dans ġazawna et ramayna. (ibid. : 528)

39Explicitons. On part de ramaya et par MUTA1 on obtient rama". On ajoute alors le pronom du pluriel 3e pers. féminin et on obtient rama"na et, comme précédemment, le alif est ramené à sa base : ramayna.

Quand le verbe se termine par y ou w, s’il est prédiqué du pronom de l’absent [= 3e personne] ou de l’allocutaire [2e personne] ou du locuteur [1re personne], il reste dans son état et ne change pas, comme :

3e masc. sg.              raḍiya          saruwa
3
e masc. duel             raḍiya"         saruwa"
3e fém. pl.                 raḍiyna         saruwna
1re et 2e masc. sg.     raḍiytu/ta     saruwtu/ta
2e duel                      raḍiytuma"    saruwtuma"
2e masc. pl.               raḍiytum       saruwtum
2
e fém. pl.                 raḍiytunna    saruwtunna

C’est que rien n’exige qu’ils changent de l’état où ils sont. (ibid.)

40Explicitons. On part de raḍiya, on ajoute par exemple le tu pronom de la première personne (le locuteur) raḍiya tu, le a est éliminé par contrainte *4CV, comme dans kataba tu > katabtu, et l’on obtient raḍiytu (= raḍītu).

41Reste le cas de raḍuw (= raḍū). Dans une dérivation à la Brame, on posera raḍiy+uw# : radical + suffixe. On se doute bien qu’il n’en va pas de même pour les GA qui partiront de raḍiya, forme à laquelle sera adjoint le w du pluriel : raḍiya w, et saruwa w comme pour kataba w (> katabuw) :

À moins que le pronom soit celui de l’absent pluriel masculin, alors, tu effaces le w et le y [avec sa voyelle] (saruwa w > saru w ; raḍiya w > radi w) et tu mets un u avant le w du pluriel, ce qui donne saruw (= sarū) et raḍuw (= raḍū), car la lettre qui le précède est forcément mue par un u comme dans ḍarabuw (ḍaraba w > ḍarabuw). (ibid. : 529)

Mais qu’est-ce qui motive cet effacement ?

Si tu disais *raḍiyuw et *saruwuw, tu trouverais lourd le u sur le y et le w, du fait qu’ils sont précédés par une lettre mue, et il faudrait donc l’effacer (*raḍiyw et *saruww) ce qui amènerait la constitution d’une suite de deux quiescentes : le w du pronom et le y ou le w qui le précèdent. Tu effaces donc ce qui précède le w du pronom (saruØ w, radiØ w) car il est plus facile d’effacer la lettre que d’effacer le pronom et tu dis saruw et pour raḍiya, après l’effacement, tu mets un u sur ce qui précède le w (radiØ w > radu w) et tu dis raḍuw pour sauver le w du pronom. Car si tu laissais le i (dans raḍiØ w), alors le w du pronom se transformerait en y du fait qu’il est quiescent et précédé de i ; et tu dirais raḍiy ce qui amènerait à l’ambiguïté entre le singulier et le pluriel. (ibid. : 529)

42Éviter l’ambiguïté est une motivation à laquelle les GA recourent souvent, nous l’avons déjà vue à l’œuvre dans la dérivation de gazawa" (= gazawā) et ramaya" (= ramayā).

II. L’inaccompli (le ressemblant dans la terminologie des GA)

43Nous avons vu qu’à l’accompli la dérivation partait de la forme minimale : le verbe 3e pers. masc., il en va de même à l’inaccompli. Par exemple : yaktubu est le singulier, y est la lettre de ressemblance et le u final relève de la flexion casuelle. Pour former le pluriel on ajoute le pronom pluriel w(na) ce qui donne yaktubuwna. Ce « na » relève de la flexion casuelle, il est présent quand le verbe n’est ni au subjonctif ni à l’apocopé. Pour yaġzū et yarmī on partira de yagzuwu et yarmiyu, analogues à yaktubu et yaḍribu. Pourquoi ces formes de base sont-elles sujettes au changement ? « On efface le u car il est ressenti comme lourd sur le y et le w, car avec le w ils ont le statut de deux w et avec le y celui de w et y, ce qui est lourd » (Ibn ʿUṣfūr 1970 : 535). À nouveau, sur cette notion de lourdeur, voir Bohas & Lowenstamm (à paraître). On obtient ainsi yaġzuw et yarmiy (= yagzū et yarmī). Pour ḫašiya/yaḫša", la représentation initiale sera yaḫšayu (yafʿalu) et MUTA1 s’appliquera pour donner yaḫša" (= yaḫšā).

44Ensuite, comme le dit Abū Ḥayyān dans le Mubdiʿ (qui est un résumé du Mumtiʿ) :

Si l’on met le ressemblant en relation prédicative avec le ʾalif qui est le pronom du duel ou le wāw qui est le pronom du pluriel masculin ou le n qui est le pronom du pluriel féminin, son statut (ḥukm) est le même que celui de son passé quand il est mis en relation prédicative avec l’un d’eux. (Abū Ḥayyān 1982 : 202)

45Ainsi, yaġzūna est dérivé de yaġzu auquel on ajoute wna ce qui donne directement yaġzuwna (= yaġzūna). On comparera à la dérivation de la forme analogue yadʿūna dans la thèse de Brame (1970 : 106) :

/ya+dʿuw+uw+na/      représentation phonologique
ya+dʿuØ+uw+na        Glide Elision
ya+dʿu+Øw+na          Truncation
ya+dʿu+u+na             Syl. Assim
ya+dʿū+na                 Lengthening
yadʿūna

46La règle Syllabicity assimilation est ainsi formulée (ibid. : 97 et 134) :

47Quant à yaḫšawna, elle est dérivée de la forme du singulier yaḫšā" à laquelle on ajoute wna : yaḫšā" wna où l’on observe la succession de deux quiescentes qui est résolue par l’élimination de la première (le alif) : yaḫšāØwna. On comparera avec la dérivation de la forme analogue yalqawna chez Brame (ibid. : 101) :

ya+lqay+uw+na
ya+lqaØ+uw+na       Glide Elision
ya+lqa+aw+na          a-Assimilation
ya+lqa+Øw+na         Truncation
yalqawna

48La règle a-Assimilation est formulée ainsi (ibid. : 134) :

49Ces exemples devraient suffire pour montrer la différence d’organisation des deux modèles, que l’on peut confirmer encore par l’étude du participe passif qui, selon les GA, est dérivé du « ressemblant » (voir Bohas 1979 : 226 ; Bohas & Guillaume 1984 : 154).

50Pour un participe passif pluriel de forme VIII : muṣtafawna, dans la perspective de Brame on posera la représentation sous-jacente : /muṣṭafay+uw+na/. Rien de pareil pour les GA. Muṣtafawna est dérivé du singulier muṣṭafa" (= muṣṭafā), lui-même issu de la représentation analogique : muṣṭafayu par MUTA1.

Représentation analogique : muṣṭafayu
MUTA1 : muṣtafa" qui est la forme du singulier
Adjonction du pluriel wna ou yna :
muṣtafa"wna        muṣtafa"yna
Interdiction des 2 quiescentes *2Q > effacement du " :
muṣtafawna         muṣtafayna

51Le texte d’Ibn al-Sarrāğ, La grammaire résumée (1965 : 98), était déjà tout à fait clair à ce sujet :

Si tu pluralises le défectueux masculin en ajoutant wn ou yn, tu effaces le alif et tu laisses le a qui le précède en l’état, et tu dis pour muṣtafa" : muṣtafawna et pour un homme que tu appelles qafa", qafawna.

52Fort logiquement, pour le cas indirect la forme est obtenue de la même manière : muṣtafa" > muṣtafa"yna > muṣtafayna.

53Ibn al-Sarrağ étant mort en 928, cela montre que cette organisation a été mise en place dès les débuts du modèle des grammairiens arabes.

Conclusion

  • 16 Des glides dans la phonologie générative.

54L’approche générative standard, telle qu’elle est pratiquée dans la thèse de Brame, et l’approche des grammairiens arabes ont en commun les points suivants : l’explication des formes incluant des consonnes « malades »16 w ou y nécessite de poser une représentation abstraite à laquelle s’appliquent des règles. Ces règles opèrent des transformations : effacement, permutation. Dans les deux cadres ces règles sont générales. Ce point a été discuté par Ibn Ğinnī dans les Ḫaṣā’iṣ (I : 169) : « Une règle qui n’est pas générale n’est pas correcte. » Dans la grammaire générative ces règles sont markoviennes, pour les GA, au contraire, ces règles peuvent prendre en compte les niveaux antérieurs ou ultérieurs. La plus grande différence tient au fait que pour les générativistes, qui ont le concept de morphème, ces représentations phonologiques comportent simultanément tous les morphèmes qui les composent, par exemple, pour katabatā : /katab+at+ā/, pour yadʿūna : /ya+dʿuw+uw+na/.

55Rien de pareil pour les GA. Ne disposant pas du concept de morphème, ils procèdent de mot à mot. Pour yadʿūna, par exemple, ils partent du mot singulier yadʿuw (= yadʿū) dont la représentation analogique est yadʿuwu comme yaktubu. À cette représentation analogique s’applique la règle d’effacement : « On efface le u car il est ressenti comme lourd sur le y et le w, car avec le w ils ont le statut de deux w et avec le y celui de w et y, ce qui est lourd. » Ce qui donne yadʿuw (= yadʿū), à cette forme phonétique, on ajoute le pronom w du pluriel avec le na flexionnel, ce qui donne yadʿuwwna où se réalise une séquence de deux quiescentes (les deux w) ; on en élimine un et il reste yadʿuwna (= yadʿūna) qui est bien la forme phonétique attestée.

  • 17 Brame (1970 : vii).

56Ce mélange des formes concrètes qui deviennent des représentations abstraites pour d’autres formes concrètes est bien évidemment complètement étranger à la grammaire générative, mais c’est le prix à payer pour l’absence du concept grammatical de morphème. D’autre part, ce qui n’existe pas dans la thèse de Brame, l’application des règles doit être justifiée par de grands principes : *2Q et *4CV par exemple, ou par référence à l’intuition du locuteur qui trouve « lourdes » certaines séquences et applique en conséquence les règles pour les alléger. On est bien loin de l’application mécanique des règles ordonnées du cadre standard. Néanmoins, si l’on prend en compte l’organisation générale en deux niveaux : phonologique et phonétique, reliés par des règles, Brame a eu raison de dire qu’il se situait « in the spirit of the Arab grammarians »17.

Haut de page

Bibliographie

Textes des grammairiens arabes

Abū Ḥayyān al-Naḥwī al-Andalūsī. 1982. Al-Mubdiʿ fī l-taṣrīf, éd. par ʿAbd al-Ḥamīd al-Sayyid Ṭalb. Koweït : Dār al-ʿUrūba lil-našr wal-tawzīʿ.

Ibn Ğinnī, Abū l-Fatḥ ʿUṯmān. 1913. Al-Taṣrīf al-Mulūkī, éd. par Muḥammad Saʿīd b. Muṣṭafā an-Naʿsān al-Ḥamwī. Le Caire : Maṭbaʿat Šarikat al-Tamaddun al-Ṣināʿiyya.

Ibn Ğinnī, Abū l-Fatḥ ʿUṯmān. 1952. Al-Ḫaṣāʾiṣ, éd. par Muḥammad ʿAlī al-Nağğār. Beyrouth : Dār al-Hudā.

Ibn Ğinnī, Abū l-Fatḥ ʿUṯmān. 1960. Al-Munṣif, Šarḥ Kitāb al-Taṣrīf li-l-Māzinī, éd. par Ibrāhīm Muṣṭafā, ʿAbdallah Amīn. 3 vol. Le Caire : Muṣṭafā al-Bābī al-Ḥalabī.

Ibn al-Ḥāğib, in al-Astarābāḏī, Rāḍī l-ḍīn Muḥammad b. al-Ḥasan. 1975 [1939]. Šarḥ al-Šāfiya, éd. par Nūr al-Ḥasan, ʿAbd al-Ḥamīd et al-Zafzāf. 4 vol. Beyrouth : Dār al-kutub al-ʿilmiyya [publication originale : Le Caire : al-Maktaba al-Tijāriyya al-Kubrā. 1939].

Ibn al-Sarrāğ, Abū Bakr Muḥammad b. Sirrī. 1965. Al-Mūğaz fī n-naḥw, éd. par Moustafa al-Chouémi et Bensalem Damerdji. Beyrouth : A. Badran & Co.

Ibn ʿUṣfūr, Abu l-Ḥasan ʿAlī. 1970. Al-Mumtiʿ fī l-Taṣrīf, éd. par Faḫr al-Dīn Qabāwa. 2 vol. Alep : Al-Maktaba al-ʿarabiyya.

Ibn Yaʿīš, Muwaffaq al-Dīn Yaʿiš. 1886. Šarḥ al-Mufaṣṣal, vol. 2, éd. par Gustav Jahn. Leipzig : E. A. Brockhaus.

Ibn Yaʿīš, Muwaffaq al-Dīn Yaʿiš. S. d. Šarḥ al-Mufaṣṣal, vol. 10. Le Caire : al-Ṭibāʿa al-munīriyya.

Ibn Yaʿīš, Muwaffaq al-Dīn Yaʿiš. 1973. Šarḥ al-Mulūkī fī l-Taṣrīf, éd. par Faḫr al-Dīn Qabāwa. Alep : Al-Maktaba al-ʿArabiyya.

al-Ushmūni, Nūr al-ḍīn Abū l-Ḥasan. S. d. In Ḥāšiyat al-Ṣabbān (Muḥammad b. ʿAlī) ʿalā šarḥ al-Ušmūnī ʿalā ālfiyyat ībn Mālik, 4 vol. Le Caire : Dār iḥyāʾ al-kutub al-ʿarabiyya.

Autres

Blachère, Régis & Maurice Gaudefroy-Demombynes. 1975 [1937]. Grammaire de l’arabe classique. Paris : Maisonneuve et Larose.

Bohas, Georges. 1979. Contribution à l’étude de la méthode des grammairiens arabes en morphologie et en phonologie, d’après des grammairiens arabes « tardifs ». Thèse de doctorat d’État. Paris : université Paris III.

Bohas, Georges & Jean-Patrick Guillaume. 1984. Études des théories des grammairiens arabes. I : Morphologie et phonologie. Damas : Institut français de Damas.

Bohas, Georges & Jean Lowenstamm. À paraître. “The taṣrīf in the Medieval Arabic Grammatical Tradition”.

Bohas Georges & Bruno Paoli. 1997. Aspects formels de la poésie arabe. Toulouse : AMAM.

Brame, Michael K. 1970. Arabic Phonology: Implications for Phonological Theory and Historical Semitic. Thèse de doctorat. Cambridge : MIT.

Cantineau, Jean. 1950a. Racines et schèmes. Mélanges William Marçais, Institut d’études islamiques de l’Université de Paris. Paris : Maisonneuve. 119-124.

Cantineau, Jean. 1950b. La notion de schème et son altération dans diverses langues sémitiques. Semitica 3 : 73-83.

Chomsky, Noam & Morris Halle. 1968. The Sound Pattern of English. New York, Evanston & London : Harper and Row.

Duval, Rubens. 1881. Traité de grammaire syriaque. Paris : Vieweg.

Kiparsky, Paul. 1973. How Abstract is Phonology? Three Dimensions in Linguistic Theory, dir. par O. Fujimura, D. L. Smith, S. I. Harada, & J. B. Lovins. Tokyo : Tokyo Institute for Advanced Studies of Language. 5-56.

Lightner, Theodore M. 1979. On the English Etymology of STAR. Linguisticae Investigationes 3(2) : 285-293.

McCarthy, John J. 1979. Formal Problems in Semitic Phonology and Morphology. Thèse de doctorat. Cambridge : MIT.

Sartori, Manuel. 2017. Manuel de conjugaison du verbe en arabe. Marseille : Diacritiques éditions.

Touzard, Jean. 1949 [1905]. Grammaire hébraïque abrégée. Paris : Jean Gabalda.

Wright, William. 1971 [1859-1862]. A Grammar of the Arabic Language. Cambridge : Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1 Seules les formes attestées phonétiquement, « représentations phonétiques » dans la terminologie générativiste, sont écrites en italique. Nous parlerons souvent à leur sujet de formes concrètes. Les autres sont en romain.

2 Rappelons que pour les GA les voyelles que nous appelons longues (ā, ī, ū) sont conçues comme des brèves avec un segment allongeant ū = uw, ī = iy et ā = a". J’utilise ce symbole " pour noter le alif des GA, allongeant du a. Brame argumente en faveur d’une représentation /uw/ et /iy/ des voyelles longues pour ū et ī (1970 : 100-105).

3 Dans le cas contraire, la lettre qui n’est pas suivie de voyelle est dite « sākin » : quiescente. Pour les GA d’autrefois et pour les maîtres d’école d’aujourd’hui dans le monde arabe, les éléments phonétiques minimaux sont : lettre mue et lettre quiescente. Le concept de syllabe n’existe pas et au cours de ma carrière d’enseignant de la métrique arabe, j’ai pu constater combien il était difficile pour les étudiants formés à l’analyse mue/quiescente d’acquérir la notion de syllabe, sauf pour ceux qui sont passés par des écoles occidentales, anglaises ou françaises, où ce concept a cours. Ce qui montre que le concept de syllabe n’est pas inné mais acquis à l’école.

4 En métrique arabe, les séquences de brèves  (= CV) sont restreintes par la contrainte que les métriciens arabes appellent muʿāqaba et que nous avons formulée dans Bohas & Paoli (1997 : 57) comme suit : toute séquence de brèves égale ou supérieure à 2 (quelle que soit son origine) figurant à gauche d’un watid doit appartenir au même pied que lui.

5 Toutes les traductions de l’arabe sont les nôtres.

6 Où f = première consonne, ʿ = deuxième consonne et l = troisième consonne.

7 For an example of extreme abstractness, see Lightner (1979) and Kiparsky (1973) for a plea against excessive abstractness.

8 À notre connaissance, du moins.

9 IY met encore d’autres conditions, voir Bohas (1979 : 240 sv.), lesquelles ne nous concernent pas ici.

10 Quand cela paraîtra utile nous mettrons entre parenthèses précédée du signe = la transcription occidentale standard.

11 Voir aussi al-Munṣif (II : 116).

12 Dans l’édition al-Tibāʿa al-munīriyya, tome 10, p. 19.

13 Sur cette notion voir Bohas & Lowenstamm (à paraître).

14 Bohas (1979 : 251 sv.).

15 Littéralement : « elle a été attaquée les ennemis », ce pluriel étant conçu comme un féminin dans l’accord du verbe précédent. La traduction en français sera donc : « les ennemis ont été attaqués ».

16 Des glides dans la phonologie générative.

17 Brame (1970 : vii).

Haut de page

Table des illustrations

Titre GL Glide Elision
URL http://journals.openedition.org/hel/docannexe/image/1319/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre TR Truncation
URL http://journals.openedition.org/hel/docannexe/image/1319/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9k
Titre Lengthening
URL http://journals.openedition.org/hel/docannexe/image/1319/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 6,2k
Titre Schéma 4
URL http://journals.openedition.org/hel/docannexe/image/1319/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Schéma 5
URL http://journals.openedition.org/hel/docannexe/image/1319/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 9,6k
Titre Schéma 6
URL http://journals.openedition.org/hel/docannexe/image/1319/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Schéma 7
URL http://journals.openedition.org/hel/docannexe/image/1319/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 5,7k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Bohas, « Le taṣrīf des grammairiens arabes. Une morphophonologie sans morphèmes »Histoire Épistémologie Langage, 43-2 | 2021, 169-182.

Référence électronique

Georges Bohas, « Le taṣrīf des grammairiens arabes. Une morphophonologie sans morphèmes »Histoire Épistémologie Langage [En ligne], 43-2 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/hel/1319 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hel.1319

Haut de page

Auteur

Georges Bohas

ENS de Lyon, Interactions, corpus, apprentissage, représentations (UMR 5191, Icar), Lyon, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search