Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20DossierAbolir les frontières: l’œuvre de...

Dossier

Abolir les frontières: l’œuvre de Papo Colo, de Superman 51 à la « République de Pangée »

Abolishing borders: the works of Papo Colo, from Superman 51 to the “Pangea Art Republic”
Abolir las fronteras: la obra de Papo Colo, desde Superman 51 hasta la “República artística de Pangea”
Sylvie Mégevand

Résumés

Le Portoricain Papo Colo (1946) est un artiste activiste et tour à tour performeur, peintre, homme de théâtre, galeriste... Divers axes forts dans ses créations se placent au carrefour de l’esthétique, de la politique, des thèmes environnementaux et identitaires. Regroupées dans La Diferencia (1986), quelques-unes de ses performances – dont Superman 51 (1977) et Against the Current (1984) – permettront d’étudier des thèmes clés de son œuvre, centrée notamment sur le statut de Porto Rico et des populations latinas aux États-Unis. Procesión-Migración (2017) marque pour Colo un retour aux sources et à la nature : célébrée par un rituel collectif, sa retraite dans la forêt d’El Yunque est à l’origine de la fondation de la « République artistique de Pangée », entité utopique ouverte au monde universel des arts, et du projet Ancho-Rite. Ces nouvelles créations s’articulent autour de ses deux pôles identitaires : New York et Porto Rico.

Haut de page

Texte intégral

1Ni tout à fait latine, ni anglo-saxonne, Porto Rico est une référence familière et déroutante, comme si l’histoire de cet « état libre associé » des États-Unis était le prisme déformant de ce qu’aurait pu devenir Cuba à la signature du Traité de Paris (1898) : statut politique bancal, anglophonie... La vie et l’œuvre de Papo Colo, artiste performer portoricain (1946), s’inscrivent dans la forte bipolarité entre son île natale caribéenne, pétrie de traditions, et New York, la mégapole qui fut le plus grand creuset migratoire des USA.

2Forme artistique alternative, la performance a été particulièrement pratiquée dans cette ville par de jeunes créateurs avant-gardistes venus de tous les horizons et qui souhaitaient, dans les années 1970-1990, subvertir la société conservatrice, consumériste et bien-pensante de Nixon, Ford ou Reagan. Elle fut – et reste – pour Papo Colo indissociable d’une charge politique qui a conduit le créateur et les publics à interroger la complexité de l’identité portoricaine, avec ses implications territoriales, linguistiques, économiques, environnementales...

  • 1 SVA MFA Fine Arts, « A Conversation with Papo Colo: Exit Art Throughout the Years », School of Visu (...)

3Sauf à passer par l’évocation de ses happenings, il est difficile pour le chercheur de suivre l’évolution de la pensée de l’artiste, qui théorise peu son parcours et ses pratiques, comme si l’action performative se suffisait à elle-même. Lors d’une conférence donnée à des étudiants en art (2013) et toujours accessible sur internet, Colo se borne à présenter chronologiquement des photos de ses prestations, parlant sans notes, demandant parfois des allers-retours sur certaines images au fil de ses digressions1. Ces données objectives, qui se doublent d’une bibliographie lacunaire sur l’artiste, m’ont donc conduite à confronter quelques-unes de ses performances new-yorkaises à l’une de ses dernières œuvres en date, Procesión-Migración (janvier 2017), qui mettait spectaculairement en scène son entrée dans la forêt tropicale d’El Yunque (Porto Rico) selon des modalités rituelles convoquant des invariants identitaires locaux – dont le jíbaro.

  • 2 Référence à la retraite spirituelle et à l’ascèse dans le désert, le projet Ancho-Rite (anachorète) (...)

4Le dernier volet de cet article évoque la perspective universaliste qu’a adoptée le performer en fondant l’année suivante la « République artistique de Pangée », entité utopique peuplée de membres-artistes – les « Mystifarian » (Mystifariens) – et destinée à être le cœur de nouvelles créations, telle Ancho-Rite2. Des dénominations quelque peu humoristiques et fortement teintées de mysticisme qui témoignent du désir de Colo de transcender les frontières physiques grâce à un art universel.

  • 3 Dans la plupart des cas, les sites internet ne comportent pas de pagination, ce qui se retrouve ici (...)

5Ces modalités alternatives m’ont permis de consulter un abondant corpus de sources numériques – interviews, conférences, archives, sites dédiés, etc. – qui révèlent l’aptitude de cet artiste aujourd’hui septuagénaire à « coller » aux modes de communication contemporains, à en maîtriser les codes et les outils, partageant ainsi ses créations avec le plus grand nombre via les sites internet3. Les quelques ouvrages – généralement des catalogues collectifs – où il apparaît sont difficilement accessibles en France et souvent coûteux ; je n’ai pas recensé de monographie. Pourtant, son travail n’exclut pas des toiles et des dessins et il est aussi bien collectionné aujourd’hui par le Museo Nacional de Puerto Rico que par le Museo del Barrio à New York, voire la Bibliothèque du Congrès de Washington. On ne saurait donc prétendre ici à l’exhaustivité et on ne se centrera que sur l’aspect performatif d’une œuvre multiforme, dont l’histoire reste à écrire.

1. La performance et quelques questions méthodologiques

  • 4 « L’art-performance porte d’emblée l’empreinte d’une dimension quelque peu épique, subversive. Très (...)
  • 5 Colo, Papo, La Diferencia, 1986 (actualisé le 4 juin 2013) [consulté le 02/12/2021] <URL : https:// (...)

6À ce stade liminaire, on soulignera que la spontanéité de la performance exclut de fait celles et ceux qui n’en ont pas été les témoins et qui ne disposent plus que d’un tenant-lieu, photographié ou filmé. Initialement vouée à l’oubli, sa trace éphémère se fige et suscite au cours de la recherche un sentiment de curiosité teinté de frustration4. Que s’est-il réellement passé dans ce spectacle total, mêlant espace, sons, mise en scène voire chorégraphie ? Quel en était le public et comment a-t-il réagi ? Le travail de Papo Colo n’échappe pas à cette loi, encore que l’artiste ait pris soin de monter de longues séquences de Superman 51 (1976), Battle Value (1982) et Against the Current (1983) dans son film autobiographique, La Diferencia (1986)5. Il leur confère ainsi une nouvelle valeur testimoniale et esthétique qui est indissociable de l’art performatif :

  • 6 Goldberg, RoseLee, Performances. L’art en action, Paris, Thames & Hudson, 1999 [1998], p. 32.

Un examen […] attentif des textes, des photographies, des photogrammes de film et de toutes les autres traces d’une performance semblera tout d’abord désavouer les raisons mêmes de la création d’un art vivant, qui étaient, notamment, de protester contre la visée traditionnelle de l’art, à savoir la production d’un objet et sa commercialisation. […] Ces vestiges imprimés d’événements révolus n’évoquent pas seulement les sensibilités esthétiques d’une époque […], ils regroupent également les préoccupations d’une période dont la portée dépasse de loin l’illustration photographique proprement dite, telles les fonctions de la nudité, du rituel, de l’identité culturelle ou sexuelle en cette fin de XXe siècle6.

  • 7 Né en Allemagne (1967), Klaus Biesenbach a successivement été conservateur en chef au MoMA, puis di (...)

7Les technologies nomades pallient aujourd’hui certaines lacunes d’hier, les téléphones mobiles multipliant les sources documentaires et leurs auteurs. Les réseaux sociaux contribuent à la diffusion et paradoxalement à la postérité des performances, réinvesties ad libitum par le cadrage, les prises de vue, les coupures éventuelles, etc. Une tendance de fond qui n’empêche pas que les préoccupations esthétiques puissent prévaloir : photographiée et filmée par son ami Klaus Biesenbach7, Procesión-Migración peut être vue à la fois comme une œuvre originale de ce dernier et un prolongement de l’œuvre du maître.

2. Papo Colo, « performer activiste »8

  • 8 Goldberg, RoseLee, La performance du futurisme à nos jours, Paris, Thames & Hudson, 2001 [1988], p. (...)
  • 9 De nombreux ouvrages sont maintenant consacrés à cet art hybride et vivant empruntant à la danse, a (...)

8Si une œuvre d’art ne saurait se réduire à l’approche biographique de son auteur, la vie de l’artiste est un des matériaux consubstantiels de la performance9. Celle de Papo Colo jette des ponts entre son quartier natal de San Juan et New York, le centre le plus attractif pour les émigrants insulaires, qu’il rallie à l’âge de 18 ans comme membre de la marine marchande. Une de ses interviews permet de mesurer l’influence d’une identité caribéenne qui lui a légué la magie, le rêve et la sensualité, face au monde nord-américain rationnel et organisé dans lequel il a longtemps vécu :

  • 10 « Je suis un personnage inventé, un autre être fantasmé et j’ai besoin d’exister en tant que tel. T (...)

I am an invented character, another fantasy that I need to exist as. Always daydreaming. What’s become more important than the political, the social, or the magical, is the sensuality of those spheres. I see the world as a labyrinth of spheres. I grew up in a bar, a TV station, and a religious school in a very peculiar barrio of San Juan, Puerta de Tierra, now defunct10.

  • 11 « I was very aware of all this magic around. I escaped the island at 18 as a merchant marine. It’s (...)
  • 12 Exit Art, Illegal America, 1990 (actualisé le 14 janvier 2014) [consulté le 4/12/2021] <URL : https (...)
  • 13 Proche de Broadway, le quartier d’immigrants de Hell’s Kitchen devint une zone artistique et gay. L (...)

9De retour pour quelque temps sur son île en 1971, ce fils de boxeur plonge dans l’underground en falsifiant à son profit le diplôme que sa femme vient d’obtenir. Ce qu’il considère aujourd’hui comme sa toute première performance l’inscrit dès lors dans une ligne artistique subversive – et également opportuniste, ce dont il ne fait pas mystère11. Son sésame impeccablement « détourné » figure dans le catalogue de l’exposition Illegal America (mars-avril 1990)12, une des nombreuses manifestations qui eut pour cadre la galerie Exit Art que Papo Colo cofonda en 1982 avec sa femme, Jeanette Ingberman, dans le quartier de Hell’s Kitchen à Manhattan13.

  • 14 « The use of illegality is a commitment by the artist to deal with reality, often at dangerous risk (...)

10Pour ouvrir la couverture de cet album, faite d’un simple carton d’emballage, il fallait déchirer le billet d’un dollar qui la scellait – un acte jugé sacrilège aux États-Unis. Confrontant réalité et irréalité, moralité et immoralité dans une démarche qualifiée en préambule de « dangereuse » et « risquée »14, ses pages recensent par ordre alphabétique les noms et le travail de performers de tous horizons, dont le Japonais Gempei Akasegawa, le Lituanien George Maciunas ou le Viennois Otto Mühl. Découpages et photographies d’actions illicites voisinent avec le texte d’André Breton sur Louis Aragon, extrait de Misère de la poésie. L’affaire Aragon devant l’opinion publique (1932). On y désacralise allègrement les symboles états-uniens : sur la page de garde, une jeune femme déguisée en statue de la Liberté et couronnée de carton contemple la lampe de chantier qui lui sert de torche. Papo Colo a assorti son faux diplôme – supposément émis par l’Université de Río Piedras à son véritable nom, Francisco Colón Quintero – d’un commentaire rédigé en anglais à l’intention d’un public qui ne possèderait pas les codes politiques et culturels des populations colonisées :

  • 15 « La falsification est un acte qui donne de la réalité à un mensonge. L’éducation, où les fonctions (...)

Falsification is an act of giving reality to a lie. Education, where the functions of colonial mentality are more sinister, creates a mirage of identity/culture/language/history/etc. By fabricating an exact copy of the document that symbolize that perversion – The DIPLOMA – I fulfill the dream of many underdeveloped people – to have an education. In Puerto Rico, USA, where I come from, we speak in Spanish, the citizenship is USA, English is the military language and they do this kind of education/document in Latin, forgetting, that Latin is a dead language15.

11L’artiste inscrit ici son expérience dans la perspective historique et politique élargie à la latinité et aux rapports néocoloniaux nord-sud : dévoiements d’une institution sclérosée par des modèles inadaptés (ici, l’éducation) ; bilinguisme et hiérarchie des langues ; outils coercitifs de la domination des États-Unis sur Porto Rico.

  • 16 Il aurait supprimé le -n final de son patronyme pour éviter tout rapprochement avec Cristóbal Colón

12On recense d’autres étapes dans le parcours du jeune homme, devenu Papo Colo16 : il aurait suivi les enseignements du physicien et poète chilien Nicanor Parra (le frère de Violeta) à l’Université de Columbia, voyagé au Mexique puis partagé ses activités entre New York et Barcelone, où il a réalisé en 1976 une série de dessins sur la mort de Franco.

13C’est l’année suivante qu’il se distingue avec Superman 51, une performance où il s’engage physiquement, se plaçant au carrefour du message politique et de l’esthétique de l’action : torse nu et en short, il parcourt jusqu’à l’épuisement un tronçon désert de la Manhattan’s West Side Highway et s’effondre, frappé de malaise. Tel un Superman déchu – on mesure l’ironie du titre –, Colo traînait derrière lui, attaché à ses poignets, un encombrant réseau de cordes et de cinquante et un morceaux de bois, gravés au nom de chaque état et peints aux couleurs des drapeaux états-unien et portoricain17. Outre qu’elle interrogeait les codes de la masculinité du super-héros nord-américain, sa prestation faisait donc explicitement référence au statut politique de Porto Rico, qui était maintenu dans une impasse : alors que le bicentenaire de la déclaration d’Indépendance venait d’être célébré avec faste, l’île voyait sa candidature rejetée par le Congrès, perdant tout espoir de devenir le cinquante et unième état de plein droit des États-Unis.

  • 18 Id.

14Il serait vain de vouloir recenser ensuite les créations de Papo Colo, tant elles se diversifient. On en trouve des traces – souvent éparses – sur YouTube, dans des articles de revues underground ou des sites de musées d’art contemporain. Dans le registre performatif, ses réflexions sur sa terre d’origine et la latinité s’enrichissent avec Against the current (1983), qui le voit remonter la rivière Bronx de New York parmi les détritus de ce qu’il faut bien appeler un dépotoir, ramant sans relâche sur un canot de bois ou le poussant à contre-courant, à demi-immergé. Les badauds le contemplent depuis les ponts de cette zone défavorisée de la ville, majoritairement habitée par les Hispaniques et les Afro-américains18. Ses efforts physiques évoquent métaphoriquement les luttes des Portoricains pour leur survie dans l’ère conservatrice de Reagan, se doublant ici d’un message environnemental plus universel.

15Quelque quarante ans plus tard, il serait vain de vouloir évaluer l’impact de ce happening ou de ceux qui l’ont précédé, qui s’inscrit toutefois dans une vaste remise en cause des modèles contemporains dominants – artistiques, politiques ou sociétaux – ; le film La Diferencia permet aussi d’en conserver la trace et les intentions. On évoquera enfin The Cleaner (2016), performance plus récente filmée par Biesenbach, qui s’est déroulée tous les samedis du 21 mai au 4 juillet – jour de la fête nationale – dans le quartier new-yorkais de Chelsea : en fin d’après-midi, coiffé de son panama et vêtu d’une chemise blanche frappée de l’aigle états-unien, Papo Colo y frottait un trottoir sur lequel il plaçait cinquante pièces de un dollar, puis les nettoyait une par une. Cela pour dénoncer le blanchiment des capitaux dans les paradis fiscaux latino-américains ainsi que le rôle ignoré des populations latinas dans l’économie des USA. Cinquante dollars pour cinquante états, pas un de plus.

  • 19 « Papo Colo », Radical Presence, Black Performance in Contemporary Art (2013) [consulté le 08/12/20 (...)
  • 20 Casa Afro, Puerto Rico, 2020 [consulté le 10/04/2022] <URL : https://casaafro.org/en/>.
  • 21 SVA MFA Fine Arts, op. cit.
  • 22 Seward, Keith, « The Hybrid State », Artforum (mars 1992) [consulté le 12/12/2021] <URL : https://w (...)

16Au-delà de ces problématiques spécifiques, l’artiste a également participé à plusieurs expositions et événements réunissant des artistes dits « noirs » (black)19, terme dont l’acception est plus large aux États-Unis qu’en Europe – et cela même s’il ne se définit pas comme tel. Un de ses tableaux (Dirt and Pain, huile sur toile, non daté) figure par exemple dans les collections de la Casa Afro de Loíza20. « Ni Noir, ni Blanc, ni Juif, ni Latino-américain »21 : le métissage qui est un des marqueurs de son hybridité (humaine, géographique, linguistique, culturelle) permet à Papo Colo de creuser ce sillon esthétique, notamment par le prisme colonial et postcolonial, et de faire siennes les causes de « minorités » qui sont parfois des majorités22 : dénonciation de la misère endémique à Porto Rico, lutte contre le sous-développement, pour les affirmations identitaires, pour un art alternatif. Ses performances solitaires sont muettes, ce qui les rend potentiellement accessibles à tous les publics et renforce l’universalité des messages qui sont diffusés ensuite par les réseaux sociaux. Quant aux quelques échanges parlés du cortège de Procesión-Migración, ils se font aussi bien en anglais qu’en espagnol, selon l’identité de chacune et chacun.

3. Procesión-Migración : retour aux sources et invention de la tradition

  • 23 Biesenbach, Klaus, « My Trip to the Puertorican Rainforest with Papo Colo », Artsy (11 janvier 2017 (...)

17En janvier 2017, Papo Colo entrait spectaculairement dans la forêt d’El Yunque pour y demeurer durant quatre cents jours, ouvrant ainsi son projet créatif Ancho-Rite. Sanctuaire naturel et culturel composé d’une montagne et de la seule zone de forêt tropicale humide protégée des USA, ce parc national créé en 1903 – anciennement forêt nationale des Caraïbes – abrite beaucoup d’espèces végétales et animales rares ainsi que des pétroglyphes boricuas. Si le passage du cyclone dévastateur María a abrégé la retraite de l’artiste, c’est dans ce creuset que se sont forgés ses travaux les plus récents, donnant un nouveau souffle à son inspiration portoricaine23.

  • 24 Torres-Robles, Carmen L., « La mitificación y desmitificación del jíbaro como símbolo de la identid (...)

18Émaillée de haltes et de happenings divers, Procesión-Migración emprunte en effet aux invariants de l’imaginaire insulaire et en particulier à la figure du jíbaro, « type » dont les caractéristiques sont relativement stables depuis la deuxième moitié du XIXe siècle24. Papo Colo, vêtu à la manière des paysans locaux (chapeau de paille, bottes de caoutchouc, chemise blanche), ouvre la marche en menant un couple de bœufs tirant une charrette, la carreta. La beauté majestueuse de ces animaux, au front ceint d’un tissu rouge, nous frappe. Plusieurs jíbaros, dont on suppose qu’ils sont natifs de la région, font de même dans cette procession bigarrée où ovins, chevaux et poneys, populations locales et amis de l’art underground défilent ensemble, qui à pied, qui en calèche, en osmose avec un environnement de plantes tropicales, de sous-bois verdoyants, de cascades...

  • 25 « L’artiste a emmené les cinq cents participants pour une procession de deux heures qui a commencé (...)

The artist led the five hundred participants in a two-hour procession that began at Biesenbach’s farm and proceeded downhill, with goats, oxen, and horse-drawn carriages, along the road that runs through El Yunque’s verdant landscapes and cascading waterfalls. Down the hill, the group stopped for one of the myriad performances. Two men […] made out passionately against a tree before walking on to the road. Esto es amor!” (This is love!) Colo declared.
Vive al Amor![sic] shouted the crowd, following along25.

19Fixée par Biesenbach, cette performance festive renvoie à l’iconographie pittoresque et romantique du XIXe siècle : n’était le contexte spatio-temporel, on se croirait transporté dans les estampes tropicales cubaines de Frédéric Mialhe. La problématique politique est toutefois plus actuelle, La Carreta (René Marqués, 1953) étant ici la référence explicite à la migration diasporique – qu’elle soit temporaire ou définitive – des Portoricains vers les États-Unis, à l’image de celle qu’a connue Papo Colo :

  • 26 « Procesión-Migración de Colo a été inspiré par La Carreta du dramaturge portoricain René Marqués ( (...)

Colo’s Procesión-Migración was inspired by Puerto Rican playwright René Marqués’s 1953 La Carreta —which follows a family who leaves the countryside for San Juan, and then the Bronx, in search of a better life— as well as his own incredible story, including a forty-year-long sojourn in New York before he returned to the island several years ago. “In Puerto Rico, migration happens every day. Just look at the airport,” said Colo26.

  • 27 « Allora & Calzadilla: Puerto Rican Light (Cueva Vientos) es una colección interdisciplinar de ensa (...)

20L’arrivée à l’atelier est ponctuée d’ablutions dans la rivière. Le lendemain, un groupe se rend à Cueva Vientos, installation lumineuse réalisée par Jennifer Allora et Guillermo Calzadilla dans une des grottes de cette zone27. Sur ce territoire portoricain en proie à la crise économique et en manque de repères, la légitimation culturelle de ce corpus référentiel connu de tous les Portoricains convoque « l’invention de la tradition », telle que l’ont définie Ranger et Hobsbawm :

  • 28 Hobsbawm, Eric, « Inventer des traditions », Enquête, no2 (1995) (édition corrigée et mise en ligne (...)

[…] L’invention des traditions est essentiellement un processus de formalisation et de ritualisation caractérisé par la référence au passé […]. Aucun des moments ou des lieux qui intéressent les historiens n’est probablement étranger à l’« invention » de la tradition comprise en ce sens. Nous pouvons toutefois supposer qu’elle est plus fréquente quand une transformation rapide de la société affaiblit ou détruit les modèles sociaux pour lesquels les anciennes traditions avaient été élaborées, et produit de nouveaux modèles auxquels elles ne peuvent plus s’appliquer ; cela peut également se produire quand de telles traditions « anciennes », leurs supports et leurs diffuseurs institutionnels ne se montrent plus suffisamment adaptables et flexibles, ou sont éliminés ; en bref, quand il y a des changements suffisamment vastes et rapides de l’offre ou de la demande28.

4. « République artistique de Pangée » (Pangea Art Republic)

  • 29 « 400 jours dans la forêt tropicale" — une série de concepts artistiques. L’aspect politique quotid (...)

“400 days in the rainforest” —a series of art concepts. The aspect of everyday politics in art is absolutely necessary. But at this stage, I want to encounter nature and a metropolis that, like Spanish and English, Catholics and reformists, are two parts of a whole. Art Republics need habitats. If Pangea is the capital of myths, Mystifarians are the logical population. Pangea Art Republic is where the Mystifarians live. It’s a utopia that was in my mind, and now I’ve gone to live it. It’s a piece of land in the border of El Yunque rainforest and a studio office in Soho, New York. It’s a territory that has a small river on the patio, Rio Espiritu Santo. The myth: Juan Ponce de León, first governor of Puerto Rico (1511), has a mandate from the kings of Spain to find the Fountain of Youth. He went to Florida. My myth claims that he made a mistake, and the Fountain of Youth was right here in the El Yunque rainforest and of course in Pangea. The great value of this river is that we are the first who touch it from the mountain sources. Pangea Art Republic is a studio and performative area where I can develop experiences, myths, and sensibilities with prototype exhibitions and events29.

21En choisissant cet espace sanctuarisé pour y créer une étape personnelle qui sera peut-être la dernière, le performer nous plonge dans le réel merveilleux, quitte à bousculer des mythes fondateurs pour se les réapproprier, tel celui de la Fontaine de Jouvence – il dit « my myth ». Ce qu’il reste à Porto Rico de la forêt tropicale est le carrefour magico-religieux pluriculturel, le milieu initiatique des peuples premiers caribéens et africains – on pense à Lydia Cabrera –, mais aussi l’imaginaire des premiers colonisateurs espagnols, encore pétri de croyances médiévales. Matrice environnementale où l’on se ressource au sens propre du terme, El Yunque peut devenir le royaume d’une utopie artistique qui n’est pas sans rappeler Los Pasos perdidos, d’Alejo Carpentier. Et l’Utopie de Thomas More, ce non-lieu qui est une île.

  • 30 « Mystifarien : celui qui réinterprète et crée des mythes/légendes/conceptions idéalisées, conféran (...)

22Sans négliger New York, son autre pôle créatif et identitaire, Papo Colo crée la « République artistique de Pangée » (« Pangea Art Republic » ou PAR), territoire dépourvu de centre et de périphérie, utopie artistique articulée entre la lisière d’El Yunque et un atelier de Soho. La Pangée désigne le continent unique que formait la Terre avant sa dislocation – soit une unité géographique originelle – et le terme de « République » se réfère à un état souverain et indépendant, ce que Porto Rico n’a jamais pu être. Les membres de cette entité sont les Mystifarians ou Mystifarian (« Mystifariens »), néologisme qui associe la mystique, les adeptes d’une religion et peut-être les rastafaris (rastafarians) jamaïcains : « Mystifarian: The one who reinterprets and creates Myths / Legends / Idealized Conceptions giving lies and truths to fiction30. »

23Le sceau de la PAR est frappé d’un faucon (« Mystifarian Hawk »), qui a donné son nom au fourgon qui sillonne les rues de New York et abrite diverses formes numériques d’expression artistique, dont la performance. Quant aux deux montres que Papo Colo porte au poignet, elles ont une minute de décalage, l’une indiquant le temps réel et l’autre, le temps fictif. Une recherche approfondie sur divers sites révèle qu’une monnaie virtuelle a été imaginée pour cette république ; on peut même commander des planches dessinées, puis imprimées, en y faisant insérer son portrait.

24De fait, hormis les aspects anecdotiques – voire loufoques – qu’on trouve çà et là sur la toile, le site officiel de la PAR31 révèle des réussites esthétiques, telle « Archiving El Yunque » (juillet 2017), une série de 52 clichés en noir et blanc dont la vocation taxonomique et plastique n’aurait pas été reniée par les botanistes des Lumières et les artistes voyageurs romantiques32. Pour la partie new-yorkaise, l’ouverture en avril 2018 de la Casa Teatro sur Canal Street, à l’endroit où habita Papo Colo dans sa jeunesse et où se trouvait Exit Art, a été marquée par « Every Soul is a Performance », présentée comme un nouveau manifeste avant-gardiste :

  • 33 « Colo débutera “Every Soul is a Performance”, comme une manière de reconquérir l’autonomie économi (...)

Colo will begin “Every Soul is a Performance,” as a way of reclaiming the economic and aesthetic autonomy of the artist. In making the loft public, Colo is once again lighting the candle of the avant-garde in downtown Manhattan, in an interplay of performance, visual art and ceremonial self-discovery33.

Conclusion

25La confrontation entre les images des années 1980 et Procesión-Migración révèle une évolution vers le sacré qui ôte quelques aspérités à l’activisme de Papo Colo : Superman 51 ou Against the Current étaient filmées en noir et blanc par une caméra tremblante, en accord avec sa souffrance physique et son implication dans les causes qu’il incarnait – statut bancal de Porto Rico, défense des populations latinas immigrées et méprisées, dénonciation du capitalisme états-unien, etc. Des prises de vues approximatives révélant l’urgence de la cause et la spontanéité de happenings réalisés en pleine rue par des protagonistes irrévérencieux, souvent au nez et à la barbe de la police, et suscitant la stupéfaction, les interrogations voire le malaise des passants. Autrefois incontrôlées et risquées, ces démonstrations – tel l’accrochage au-dessus d’une rue fréquentée de New York de longs pieux de bois aiguisés, reliés entre eux par un simple cordage – ont fini par créer en quelque cinquante ans un corpus alternatif qui emprunte à la peinture, au théâtre, au cinéma et à la danse au point de devenir emblématique de la contre-culture. Ainsi, le message en espagnol de la voix off qui ouvre La Diferencia prétend-il abolir les barrières et les préjugés culturels ; il pourrait avoir été pensé aujourd’hui à destination du genre humain dans son entier. Ce qui n’empêche pas que la spéculation se soit exercée aussi sur cette forme d’art subversive : Colo précise, non sans ironie, que le catalogue d’Illegal America se vend aujourd’hui 1500 dollars.

  • 34 Thomas, J.D., « Exit Art Reactions – 9/11 Responses », Words From Us (11 septembre 2015) [consulté (...)
  • 35 MoMA, « Papo Colo », MoMA PS1 (22 mai – 28 août 2016) [consulté le 15/11/2021] <URL : https://www.m (...)

26Quoi qu’il en soit, la caméra s’est apaisée et l’artiste est aujourd’hui reconnu ; autour de lui, des ponts se sont créés entre divers lieux culturels des États-Unis continentaux et de Porto Rico. Dans le cadre d’Exit Art en 2002, Papo Colo a conçu Reactions, qui rassemblait quelque 2 500 témoignages (dessins, poèmes, photographies…) sur l’impact de la tragédie du 11 septembre 2001 ; ce corpus a été acheté par la Bibliothèque du Congrès pour son projet American Memory34. La Diferencia a été présenté au MoMA PS1 (22 mai-28 août 2016)35, marquant les débuts d’un hommage à l’artiste qui s’est prolongé au Museo de Arte de Ponce (Porto Rico) en janvier 2017.

27Dans la même perspective, Procesión-Migración est filmée et photographiée en couleur par un esthète (Biesenbach), qui était à l’époque directeur d’institutions états-uniennes. Si la valeur de ses clichés – parfaitement composés et mis en lumière – nous touche, des portraits d’amis new-yorkais évoquent plutôt la jet set vue par Vanity Fair… Et Papo Colo a dû demander des autorisations pour que la procession puisse emprunter les chemins du parc national d’El Yunque. Où est la subversion ?

  • 36 Uszerowicz, Monica, op. cit.

28Les temps ont changé et une approche désormais plus holistique est perceptible avec Ancho-Rite, où prévalent la nature, l’amour et une réflexion métaphysique sur la solitude d’un homme au soir de sa vie, car c’est « lorsqu’on comprend la solitude qu’on a le plus d’amis36. » Le site de Pangea Art Republic témoigne de l’inventivité de cet artiste des marges, qui prétend unir dans ses propres représentations – identitaires, philosophiques, universalistes – New York et Porto Rico, ses deux patries.

Haut de page

Bibliographie

« 40 Years of Puerto Rican Artist Papo Colo's Work at MoMA PS1, New York » [consulté le 10/04/2022] <URL : https://www.puertoricoartnews.com/2016/05/40-years-of-puerto-rican-artist-papo.html>

Biesenbach, Klaus, « My Trip to the Puertorican Rainforest with Papo Colo », Artsy, n° 11 (janvier 2017) [consulté le 10/11/2021] <URL : https://www.artsy.net/article/artsy-editorial-my-trip-puerto-rican-rainforest-papo-colo>

Binlot, Ann, « Walk the Talk. Ann Binlot at Papo Colo’s Procesión-Migración », Artforum (11 janvier 2017) [consulté le 12/12/2021] <URL : https://www.artforum.com/diary/ann-binlot-at-papo-colo-s-procesion-migracion-65841>

Casa Afro, Puerto Rico, 2020 [consulté le 10/04/2022] <URL : https://casaafro.org/en/>

Colo, Papo, La Diferencia, 1986 (actualisé le 4 juin 2013) [consulté le 02/12/2021] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=ygKMofoflAc>

Exit Art, Illegal America, 1990 (actualisé le 14 janvier 2014) [consulté le 4/12/2021] <URL : https://issuu.com/papocolo/docs/illegalamerica>

Goldberg, RoseLee, Performances. L’art en action, Paris, Thames & Hudson, 1999 [1998].

Goldberg, RoseLee, La performance du futurisme à nos jours, Paris, Thames & Hudson, 2001 [1988].

Hobsbawm, Eric, « Inventer des traditions », Enquête, n° 2 (1995) (édition corrigée et mise en ligne le 10 juillet 2013) [consulté le 07/12/2021] <URL : https://journals.openedition.org/enquete/319>

« Jennifer Allora and Guillermo Calzadilla: Puerto Rican Lights (Cueva Vientos) [Versión en español] », Diaart (2015) [consulté le 07/12/ 2021] <URL : https://www.diaart.org/program/past-programs/jennifer-allora-and-guillermo-calzadillapuerto-rican-light-cueva-vientos-versin-en-espaol-project/year/2015>

Mayen, Gérard, « Qu’est-ce que la performance ? », Centre Pompidou (février 2011) [consulté le 24/11/2021] <URL : http://mediation.centrepompidou.fr/education/ressources/ENS-Performance/#politique>

MoMA, « Papo Colo », MoMA PS1 (22 mai – 28 août 2016) [consulté le 15/11/2021] <URL : https://www.moma.org/calendar/exhibitions/3671>

Mystifarian [consulté le 18/11/2021] <URL : https://mystifarian.wordpress.com>

Pangea Art Republic [consulté le 18/11/2021] <URL : https://pangeaartrepublic.com>

« Papo Colo », Radical Presence, Black Performance in Contemporary Art (2013) [consulté le 08/12/2021] <URL : http://radicalpresenceny.org/?page_id=321>

Rosati, Lauren et Staniszewski, Mary Anne, Alternative Histories. New York Art Spaces 1960-2010, New York, The MIT Press, 2012.

Roulet, Laura, Contemporary Puerto Rican Installation Art, Puerto Rico, Universidad de Puerto Rico, 2000.

Ruiz, Sandra, Ricanness: Enduring Time and Anticolonial Performance, New York, New York University Press, 2019.

Seward, Keith, « The Hybrid State », Artforum (mars 1992) [consulté le 12/12/2021] <URL : https://www.artforum.com/print/reviews/199203/the-hybrid-state-58338>

SVA MFA Fine Arts, « A Conversation with Papo Colo: Exit Art Throughout the Years », School of Visual Arts (mars 2013, publié le 13 septembre 2013) [consulté le 15/11/2021] <URL: https://www.youtube.com/watch?v=Yp8zPP8v2Qk>

Thomas, J.D., « Exit Art Reactions – 9/11 Responses », Words From Us (11 septembre 2015) [consulté le 6 décembre 2021] <URL: https://wordsfrom.us/2015/09/exit-arts-reactions-911-responses/>

Torres-Robles, Carmen L., « La mitificación y desmitificación del jíbaro como símbolo de la identidad puertorriqueña », Bilingual Review / La Revista Bilingüe, vol. 24, n° 3 (1999), p.  241-253 [consulté le 10/11/2021] <URL : https://www.jstor.org/stable/25745665>

Uszerowicz, Monica, « “I Am an Invented Character”: A Performance Artist on Living in His Utopia », Hyperallergic (24 août 2016) [consulté le 05/12/2021] <URL: https://hyperallergic.com/318655/i-am-an-invented-character-a-performance-artist-on-living-in-his-utopia/>

Haut de page

Notes

1 SVA MFA Fine Arts, « A Conversation with Papo Colo: Exit Art Throughout the Years », School of Visual Arts (mars 2013, publié le 13 septembre 2013) [consulté le 15/11/2021] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=Yp8zPP8v2Qk>.

2 Référence à la retraite spirituelle et à l’ascèse dans le désert, le projet Ancho-Rite (anachorète), dont le nom comporte sans doute un jeu de mots sur le « rite » (rite en anglais) et peut-être l’adjectif espagnol ancho, correspond à l’immersion de l’artiste dans la forêt tropicale afin de faire un atelier de ce milieu d’exception : lieu de retraite, espace de performance et incubateur d’idées.

3 Dans la plupart des cas, les sites internet ne comportent pas de pagination, ce qui se retrouve ici dans les notes. Pour des questions de droits, les images, extraits de films et de conférences n’apparaissent pas dans cette étude mais peuvent être facilement consultés via les liens de la sitographie.

4 « L’art-performance porte d’emblée l’empreinte d’une dimension quelque peu épique, subversive. Très peu de ses manifestations, souvent uniques, auront fait l’objet d’une documentation systématique. On est autorisé à se demander si cette rareté des traces, de même que leur caractère souvent inopiné (des photos, des récits faits par des gens présents), ne contribuent pas à l’aura quelque peu légendaire qui marque le pouvoir d’attractivité durable qu’exerce cette modalité artistique particulière. » (Mayen, Gérard, « Qu’est-ce que la performance ? », Centre Pompidou (février 2011) [consulté le 24/11/2021] <URL : http://mediation.centrepompidou.fr/education/ressources/ENS-Performance/#politique>)

5 Colo, Papo, La Diferencia, 1986 (actualisé le 4 juin 2013) [consulté le 02/12/2021] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=ygKMofoflAc>.

6 Goldberg, RoseLee, Performances. L’art en action, Paris, Thames & Hudson, 1999 [1998], p. 32.

7 Né en Allemagne (1967), Klaus Biesenbach a successivement été conservateur en chef au MoMA, puis directeur de sa branche contemporaine, le MoMA PS1, avant de prendre la tête du Museum Contemporary Art de Los Angeles (2018). S’y voyant rétrogradé au rang de directeur artistique, il est finalement parti à Berlin pour y diriger la Neue Nationalgalerie et le futur Musée du XXe siècle (septembre 2021).

8 Goldberg, RoseLee, La performance du futurisme à nos jours, Paris, Thames & Hudson, 2001 [1988], p. 186. « L’activiste Papo Colo » est cité sans autre précision dans la liste des performers latino-américains tournés vers les problématiques de leur sous-continent d’origine.

9 De nombreux ouvrages sont maintenant consacrés à cet art hybride et vivant empruntant à la danse, au théâtre, au manifeste politique et à l’animation publique.

10 « Je suis un personnage inventé, un autre être fantasmé et j’ai besoin d’exister en tant que tel. Toujours en train de rêver. Ce qui est devenu plus important que le politique, le social ou le magique, c’est la sensualité de ces sphères. Je vois le monde comme un labyrinthe de sphères. J’ai grandi dans un bar, une chaîne de télévision, et une école religieuse dans un quartier très particulier de San Juan, Puerta de Tierra, aujourd’hui disparu. » (Uszerowicz, Monica, « “I Am an Invented Character”: A Performance Artist on Living in His Utopia », Hyperallergic (24 août 2016) [consulté le 05/12/2021] <URL : https://hyperallergic.com/318655/i-am-an-invented-character-a-performance-artist-on-living-in-his-utopia/>). Traduction personnelle.

11 « I was very aware of all this magic around. I escaped the island at 18 as a merchant marine. It’s where my real education and first adventures happened, too illegal to mention; danger always follows. After coming back to Puerto Rico, my wife was graduating; I took her diploma and did a forgery as a conceptual-performative piece. The fact is that I did get a job, and graduated courses with a false art document. »
« J’étais très conscient de tout cet environnement magique. J’ai fui l'île à 18 ans, engagé dans la marine marchande. C’est là que j’ai reçu ma véritable éducation et connu mes premières aventures, trop illégales pour les évoquer ; le danger demeure. Après mon retour à Porto Rico, ma femme a obtenu son diplôme ; j’ai pris son diplôme et j’ai fait un faux comme une œuvre conceptuelle-performative. Le fait est que j’ai obtenu un emploi, et obtenu des diplômes avec un faux document d’art. » (Ibid.) Traduction personnelle.

12 Exit Art, Illegal America, 1990 (actualisé le 14 janvier 2014) [consulté le 4/12/2021] <URL : https://issuu.com/papocolo/docs/illegalamerica>. Définitivement fermée à la mort de Jeanette Ingberman en 2012, la galerie Exit Art a également abrité les spectacles du Trickster Theater, composé de divers plasticiens, danseurs et acteurs, sous la direction de Papo Colo.

13 Proche de Broadway, le quartier d’immigrants de Hell’s Kitchen devint une zone artistique et gay. Le film West Side Story y fut notamment tourné en 1961.

14 « The use of illegality is a commitment by the artist to deal with reality, often at dangerous risk. […] Illegal acts in art are a metaphor for terrorism. Risk is an essential aspect of this kind of manifestation. »
« L’utilisation de l’illégalité est un engagement de l’artiste à affronter la réalité, souvent en prenant des risques dangereux. [...] Les actes illégaux dans l’art sont une métaphore du terrorisme. Le risque est un aspect essentiel de ce genre de manifestation. » (Ibid., n. p.). Traduction personnelle.

15 « La falsification est un acte qui donne de la réalité à un mensonge. L’éducation, où les fonctions de la mentalité coloniale sont plus sinistres, crée un mirage sur identité/culture/langue/histoire, etc. En fabriquant une copie exacte du document qui symbolise cette perversion – Le DIPLÔME – j’ai réalisé le rêve de beaucoup de gens sous-développés : recevoir une éducation. À Porto Rico (USA), d’où je viens, nous parlons espagnol, la citoyenneté est USA, l’anglais est la langue militaire et on fait ce genre de document/d’éducation en latin, en oubliant que le latin est une langue morte. » (Ibid., n. p.). Traduction personnelle.

16 Il aurait supprimé le -n final de son patronyme pour éviter tout rapprochement avec Cristóbal Colón.

17 Voir une photographie sur https://www.puertoricoartnews.com/2016/05/40-years-of-puerto-rican-artist-papo.html

18 Id.

19 « Papo Colo », Radical Presence, Black Performance in Contemporary Art (2013) [consulté le 08/12/2021] <URL : http://radicalpresenceny.org/?page_id=321>.

20 Casa Afro, Puerto Rico, 2020 [consulté le 10/04/2022] <URL : https://casaafro.org/en/>.

21 SVA MFA Fine Arts, op. cit.

22 Seward, Keith, « The Hybrid State », Artforum (mars 1992) [consulté le 12/12/2021] <URL : https://www.artforum.com/print/reviews/199203/the-hybrid-state-58338>.

23 Biesenbach, Klaus, « My Trip to the Puertorican Rainforest with Papo Colo », Artsy (11 janvier 2017) [consulté le 10/11/2021] <URL : https://www.artsy.net/article/artsy-editorial-my-trip-puerto-rican-rainforest-papo-colo>.

24 Torres-Robles, Carmen L., « La mitificación y desmitificación del jíbaro como símbolo de la identidad puertorriqueña », Bilingual Review / La Revista Bilingüe, vol. 24, n° 3 (1999), p. 241-253 [consulté le 10/11/2021] <URL : https://www.jstor.org/stable/25745665>. Cette figure emblématique présente beaucoup d’affinités (représentation, caractère) avec le guajiro cubain.

25 « L’artiste a emmené les cinq cents participants pour une procession de deux heures qui a commencé à la ferme de Biesenbach et a descendu, avec des chèvres, des bœufs et des calèches, la route qui traverse les paysages verdoyants et les cascades d’El Yunque. En bas de la colline, le groupe s’est arrêté pour réaliser l’une des nombreuses performances. Deux hommes […] se sont plaqués passionnément contre un arbre avant de reprendre la route. “C’est ça, l’amour !” a lancé Colo. “Vive l’amour !” s’est écrié le cortège. » (Binlot, Ann, « Walk the Talk. Ann Binlot at Papo Colo’s Procesión-Migración », Artforum (11 janvier 2017) [consulté le 12/12/2021] <URL : https://www.artforum.com/diary/ann-binlot-at-papo-colo-s-procesion-migracion-65841>). Traduction personnelle.

26 « Procesión-Migración de Colo a été inspiré par La Carreta du dramaturge portoricain René Marqués (1953) – qui suit une famille qui quitte la campagne pour San Juan, puis le Bronx, à la recherche d’une vie meilleure – ainsi que par son incroyable histoire personnelle, notamment un séjour de quarante ans à New York avant son retour sur l’île il y a plusieurs années. “À Porto Rico, la migration a lieu tous les jours. Regardez simplement l’aéroport”, a dit Colo. » (Ibid.). Traduction personnelle.

27 « Allora & Calzadilla: Puerto Rican Light (Cueva Vientos) es una colección interdisciplinar de ensayos que pretende conectar múltiples campos y problemáticas (de la historia del arte al medioambiente, la especulación científica y filosófica, la literatura) intrínsecas al proyecto in situ realizado por Allora & Calzadilla. En este ecléctico volumen, los artistas han escogido una lista diversa de autores para ofrecer perspectivas inéditas sobre la escultura de luz, la electrificación global, el arte rupestre y el campo emergente de la biosemiótica, entre otros ámbitos. » (« Jennifer Allora and Guillermo Calzadilla: Puerto Rican Lights (Cueva Vientos) [Versión en español] », Diaart (2015) [consulté le 07/12/ 2021] <URL : https://www.diaart.org/program/past-programs/jennifer-allora-and-guillermo-calzadillapuerto-rican-light-cueva-vientos-versin-en-espaol-project/year/2015>).

28 Hobsbawm, Eric, « Inventer des traditions », Enquête, no2 (1995) (édition corrigée et mise en ligne le 10 juillet 2013) [consulté le 07/12/2021] <URL : https://journals.openedition.org/enquete/319>.

29 « 400 jours dans la forêt tropicale" — une série de concepts artistiques. L’aspect politique quotidien est absolument nécessaire dans l’art. Mais à ce stade, je veux aller à la rencontre de la nature et d’une métropole qui, comme Espagnols et Anglais, catholiques et réformés, sont deux parties d’un tout. Les républiques artistiques ont besoin d’habitats. Si Pangée est la capitale des mythes, les Mystifariens en sont logiquement la population. La République artistique de Pangée est l’endroit où vivent les Mystifariens. C’est une utopie qui me trottait dans la tête, et maintenant je vais la vivre. C’est un terrain en bordure de la forêt tropicale d’El Yunque et un studio à Soho, New York. C’est un territoire qui a une petite rivière sur le patio, le Rio Espíritu Santo. Le mythe : Juan Ponce de León, premier gouverneur de Porto Rico (1511), a reçu des rois d’Espagne le mandat de trouver la Fontaine de Jouvence. Il est allé en Floride. Mon mythe prétend qu’il a fait une erreur, et la Fontaine de Jouvence était ici dans la forêt tropicale d’El Yunque et bien sûr à Pangée. La grande valeur de cette rivière est que nous sommes les premiers à la toucher depuis sa source dans la montagne. La République artistique de Pangée est un studio et un espace de performance où je peux développer des expériences, des mythes et des sensibilités qui sont les prototypes d’expositions et d’événements. » (Uszerowicz, Monica, art. cit.). Traduction personnelle.

30 « Mystifarien : celui qui réinterprète et crée des mythes/légendes/conceptions idéalisées, conférant des mensonges et des vérités à la fiction. » (Mystifarian [consulté le 18/11/2021] <URL : https://mystifarian.wordpress.com>). Traduction personnelle.

31 Pangea Art Republic [consulté le 18/11/2021] <URL : https://pangeaartrepublic.com>.

32 Ibid.

33 « Colo débutera “Every Soul is a Performance”, comme une manière de reconquérir l’autonomie économique et esthétique de l’artiste. En rendant le loft public, Colo allume à nouveau la flamme de l’avant-garde dans le centre de Manhattan, dans un jeu de performance, d’art visuel et d’une découverte de soi cérémonielle. » (Ibid.). Traduction personnelle.

34 Thomas, J.D., « Exit Art Reactions – 9/11 Responses », Words From Us (11 septembre 2015) [consulté le 6 décembre 2021] <URL: https://wordsfrom.us/2015/09/exit-arts-reactions-911-responses/>.

35 MoMA, « Papo Colo », MoMA PS1 (22 mai – 28 août 2016) [consulté le 15/11/2021] <URL : https://www.moma.org/calendar/exhibitions/3671>. Initialement appelé Institute for Art and Urban Ressources (1971), puis PS1 Contemporary Art Center (1976), ce centre d’art avant-gardiste fondé dans le Queens collabore officiellement avec le MoMA depuis 2000. PS étant les initiales de Public School, une ancienne école publique de quartier abritant ce musée. Biesenbach en a été le directeur.

36 Uszerowicz, Monica, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Mégevand, « Abolir les frontières: l’œuvre de Papo Colo, de Superman 51 à la « République de Pangée » »HispanismeS [En ligne], 20 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/hispanismes/17260 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hispanismes.17260

Haut de page

Auteur

Sylvie Mégevand

Université Toulouse - Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search