Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20DossierEntre portoricanité et universali...

Dossier

Entre portoricanité et universalité : les ambivalences du reggaeton

Entre puertorriqueñidad y universalidad: las ambivalencias del reggaetón
Between Puerto Ricanness and universality: the ambivalence of reggaeton
Antoine Escuyer

Résumés

Le présent article interrogera la relation qu’entretient le reggaeton avec Porto Rico, l’île qui l’a vu naître en son sein dans les années 90. En effet, nous verrons qu’avec l’évolution de la société portoricaine et l’apparition d’internet, les règles du jeu fixées par l’industrie musicale ont changé, ce qui a amené ce genre à prendre davantage d’ampleur sur la scène musicale internationale et, par conséquent, à s’éloigner de ce qu’il était à ses débuts : un genre musical du caserío, pour les gens du caserío.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Fonsi, Luis et Daddy Yankee, « Despacito », Universal, 3:50 (2017) [consulté le 05/03/2022] <URL : (...)

1Le reggaeton est un genre musical relativement jeune, apparu dans les années 90 à Porto Rico. D’abord renié et diabolisé pour son contenu sexuel et violent, il est ensuite adopté par les Portoricains qui font de cette musique un nouveau pilier de leur identité culturelle afin de promouvoir celle-ci à travers le monde. C’est d’ailleurs grâce à certains hits internationaux comme « Despacito »1 lancé en 2017 par les artistes Luis Fonsi et Daddy Yankee que le genre a commencé à obtenir une part considérable du marché global de la musique. Cependant, cet engouement général soudain a fait de lui un genre musical plus commercial, ce qui l’a donc mené à délaisser peu à peu le territoire qui l’a vu naître et l’a inscrit dans une mouvance plus universelle. Enfin, si cette musique est considérée comme moderne par certains, pour d’autres, en revanche, elle semble vieillissante et peine à se renouveler. De ce fait, même plus de vingt-cinq ans après son apparition, la présence de nombreux détracteurs prouve qu’elle ne fait toujours pas l’unanimité.

2Si, à première vue, le reggaeton en tant que genre musical variable paraît être le sujet central de ce travail, il s’agira davantage d’interroger la posture ambivalente qu’il adopte concernant les questions d’identité. Précisons que nous entendons le reggaeton comme une entité dynamique au processus évolutif et au sein de laquelle les protagonistes participent activement. Par conséquent, son évolution relève non seulement des aspirations de chacun d’entre eux, mais aussi, des possibles divergences concernant la démarche qu’ils adoptent, qu’elle soit artistique, économique, ou autre. Toutefois, malgré cette hétérogénéité, certaines tendances dominantes permettent d’identifier ce vers quoi s’oriente le reggaeton aujourd’hui. Le terme « posture » se réfère donc à la somme desdites tendances qui se maintiennent en tension.

3L’objectif sera donc de se centrer sur ces orientations qui nous permettront d’appréhender l’évolution du reggaeton comme une succession d’étapes bien déterminées et de montrer que cette oscillation entre diverses tendances – parfois antagonistes – est le résultat de l’adaptation du genre au marché global de la musique. Ainsi, le présent article tentera d’expliquer, dans un premier temps, comment et pour quelles raisons le reggaeton, souvent admis comme genre musical indissociable de Porto Rico, se défait peu à peu de son rôle de porte-étendard de la portoricanité. Dans un deuxième temps, nous nous demanderons si ce genre musical est, en soi, une forme d’expression véritablement propice à l’affirmation d’une identité nationale portoricaine. L’étude de l’évolution du reggaeton nous mènera, enfin, à considérer sa situation actuelle.

4Au sein de ce travail nous envisagerons des documents de nature diverse. Il pourra s’agir notamment de documents non-scientifiques, comme des articles de presse, billets de blogs et autres vidéos visibles sur YouTube. D’ailleurs, durant nos recherches, nombre d’entre elles n’étaient pas fiables, ce qui nous a mené à conduire un travail de sélection, afin de ne pas manquer à cette rigueur. Toutefois, bien qu’il puisse être sous-estimé, ce matériau reste nécessaire pour comprendre de quelle manière est perçu ce genre musical, que ce soit par les médias, le public, ou encore la sphère politique. Nous avions déjà été confronté à ce manque de fiabilité en 2019, dans le cadre de notre travail de Master. Concrètement, nous accorderons une attention particulière à ce qui n’est pas explicite ; à ce qui va au-delà du discours. Le terme « discours » ne relèvera pas uniquement du discours au sens strict, c’est-à-dire du texte, des chansons ou des propos émis par les acteurs et récepteurs du reggaeton, mais s’appliquera également à ce qui est implicite, à ce qui émane – à leur insu ou non – des acteurs et récepteurs ainsi que de leur attitude. Cette précision est indispensable à l’étude d’un sujet qui déchaîne autant les passions, étant donné la multitude d’informations difficilement vérifiables. De même, bien qu’une place importante soit allouée à ces références non-scientifiques et qu’il faille les traiter avec discernement, nous n’avons pas oublié pour autant de nous appuyer sur de solides travaux universitaires tels que des articles de revues, des thèses doctorales ou encore des monographies publiées, afin d’étayer notre réflexion.

5En 2019, dans le cadre de notre travail de Master, Le reggaeton : élément culturel essentiel pour comprendre la portoricanité aujourd’hui, nous avions déjà analysé certaines des références du corpus choisi pour cet article. Nous rappelons, en quelques lignes, le contenu de notre précédente étude. Nous y expliquions que le reggaeton était un genre musical transnational car plusieurs communautés venant de différents pays comme la Jamaïque, le Panama, les États-Unis ou encore la diaspora portoricaine avaient participé à sa construction et avaient donc laissé une trace de leur influence. Puis, nous nous étions concentrés sur la représentation des différentes strates de la société boricua et avions démontré que cette musique se révélait être un outil de dénonciation et de revendication qui, après avoir été marginalisé pendant longtemps, avait su se faire une place sur la scène musicale internationale. Ensuite, nous interrogions les raisons qui poussaient le reggaeton à hypersexualiser les femmes et à n’aborder que des thématiques frivoles – quand il ne s’agissait pas de sexe. C’est en inspectant les failles dans l’éducation de la jeunesse et l’impact de la religion qui promeut le patriarcat que nous avions pu trouver une réponse. Enfin, nous avions conclu que le reggaeton et Porto Rico avaient pour aspiration commune de s’ouvrir sur le monde, et que le second se servait du premier pour y parvenir. Nous affirmions donc que le reggaeton est bien un élément culturel essentiel pour comprendre la portoricanité aujourd’hui.

6Le présent article s’inscrit dans le prolongement des analyses et des résultats que nous avions pu présenter dans notre étude antérieure. Aussi, et afin que notre article garde le fil rouge tissé dans ce premier essai, choisissons-nous le parti pris de ne pas synthétiser ce qui a déjà été énoncé en 2019. Nous ne reviendrons donc ni sur la genèse du reggaeton et ses influences, ni sur ce qui le caractérise en tant que genre musical, ni sur les grandes controverses dont il fait l’objet. Quand cela nous semblera utile, nous ne manquerons pas, en revanche, de renvoyer le lecteur au travail susmentionné en en précisant la page. Enfin, bon nombre de morceaux seront évoqués tout au long du présent travail et seront référencés en note de bas de page, assortis d’un hyperlien pour y accéder.

1. D’un genre musical local à un genre musical « global »

  • 2 Voici un exemple de chanson underground : Baby Rasta y Gringo et The Noise, « Tengo Una Punto 40 », (...)
  • 3 Le reggaeton est né d’un long processus faisant intervenir trois pays très importants dans sa créat (...)

7C’est dans le Porto Rico des années 90 qu’est apparu le reggaeton – du moins le proto-reggaeton car le nom qu’on lui connaît aujourd’hui n’a été adopté que durant la deuxième moitié de la décennie ; on parlait alors de musique underground2, autrement dit de musique « souterraine », marginale – un nouveau genre musical aux racines culturelles multiples combinant sonorités caribéennes et sonorités issues du reggae jamaïcain et du rap américain3. D’abord réprimé par les autorités portoricaines pour les paroles des chansons jugées trop explicites – et c’est d’ailleurs l’argument principal qui est encore et toujours avancé pour le décrier –, il a réussi ensuite à s’installer durablement dans le paysage culturel de l’île, notamment parce qu’il a su représenter la jeunesse boricua à l’aube du XXIe siècle, époque où les mœurs ont commencé à changer, pas seulement à Porto Rico, mais également à l’échelle mondiale.

  • 4 Ensemble de logements sociaux attribués aux Portoricains dont les seuls revenus fixes sont des aide (...)
  • 5 « Six magasins de disques ont été ciblés ; trois d’entre eux étaient situés à Plaza Las Américas, l (...)

8Le système de représentations qui nous intéresse se rattache au lien créé entre l’underground et les Portoricains écoutant cette musique. En effet, les thématiques explicites mentionnées plus haut telles que la violence, le sexe, la drogue, et plus généralement la criminalité, formaient le cœur de ce qu’était ce genre musical à ce moment-là : c’est-à-dire un indicateur de la réalité des caseríos4. Il mettait donc en lumière ce que le gouvernement ne voulait pas voir, et en conséquence, les artistes et autres contributeurs ont subi une forte répression de la part des autorités : perquisitions dans les quartiers, confiscation en masse des cassettes d’underground vendues dans les magasins spécialisés5, ou encore, arrestations au faciès. Mais toutes ces mesures entreprises sous La Mano Dura Contra el Crimen – une procédure entamée en 1993 par le gouverneur Pedro Rosselló visant à décriminaliser les caseríos – n’ont pas été suffisantes pour éteindre la ferveur des Boricuas pour cette musique nouvelle. Bien que celle-ci ait pris une tournure politique, voire de lutte de classes entre les résidents des quartiers pauvres et l’élite portoricaine, le contenu s’est allégé peu à peu et a mis de côté l’aspect dénonciateur d’une réalité bien concrète, pour laisser davantage de place à l’aspect dansant de ce qu’est devenu, au début des années 2000, le reggaeton.

  • 6 Nous mettons les guillemets car même s’il avait réussi à s’imposer sur la scène musicale portoricai (...)

9Effectivement, à ses débuts la rythmique du « proto-reggaeton » était très rapide et le parler des chanteurs relevait plus du rap que du chant, tandis qu’à partir des années 2000 nous avons constaté un changement dans la musicalité ; la rythmique s’est ralentie et adoucie, et les paroles sont davantage chantées. Si les paroles rappées n’ont pas complètement disparu, le chant permettait d’attirer un panel plus large d’écoutants qui n’adhéraient pas forcément à l’agressivité habituelle de l’underground. Cette mutation a porté ses fruits puisqu’elle a permis de standardiser celui-ci – devenu donc le reggaeton – et d’en faire un produit commercial accessible à tous et qui se rapprochait de la tradition musicale de l’île très portée sur la danse et le partage – représentée notamment par la salsa. En ce sens, les thématiques abordées ont aussi évolué et ont commencé à se concentrer sur des sujets populaires qui parlaient à tout le monde, à savoir l’amour, le sexe et tout ce qui avait trait à l’univers de la fête. Durant cette transition, le reggaeton a donc franchi un cap et réussi à se faire « accepter6 ». Néanmoins, il ne s’était pas encore débarrassé de l’étiquette négative dont le gouvernement et certains médias l’avaient doté.

  • 7 « Après la controverse suscitée par la sénatrice Velda González en 2002, les vidéos de reggaeton on (...)
  • 8 Porto Rico est un pays à forte influence catholique et évangélique et bon nombre de sujets comme le (...)

10En 2002, la sénatrice portoricaine Velda González lance sa Campagne Antipornographie dont le but était de réguler la présence d’images à caractère sexuel dans les médias et produits culturels. Le reggaeton qui, lui, fourmillait d’images de ce genre, notamment dans les vidéoclips, outre celles plus ou moins dissimulées dans les paroles, en a été la cible première7. Mais ce que la sénatrice n’avait pas anticipé, c’était que sa campagne allait donner encore plus de visibilité à ce genre musical provocateur ; et si le gouvernement a fait l’impossible pour que le contenu lyrique soit allégé et adapté à tout public, les artistes ont fait fi de ces directives afin que leur liberté d’expression ne soit pas bridée, chose qui arrive régulièrement à Porto Rico8. Au fil du temps, même s’il est toujours décrié par les autorités ainsi que par de nombreux médias, nous ne pouvons que constater son succès commercial sur l’île caribéenne et les artistes autrefois discriminés sont devenus de vraies stars remplissant les salles de concert.

  • 9 Le 20 mars 2022, Daddy Yankee a annoncé son retrait de la musique, à la suite de problèmes de santé (...)
  • 10 Daddy Yankee, « Gasolina », Barrio Fino, Universal, 3:12 (2005) [consulté le 08/03/2022] <URL : htt (...)

11Un artiste en particulier a porté – et porte encore – le reggaeton sur ses épaules et en a fait un genre musical international, le Portoricain Daddy Yankee9. En 2004, il lance son titre « Gasolina »10 qui est devenu l’un des plus gros succès musicaux de l’année ; c’est via cette chanson qu’il a fait connaître le mot « reggaeton » au monde entier. Par la même occasion, Daddy Yankee devient la figure de proue du genre. S’ensuit un engouement général pour le reggaeton qui, grâce à internet, a pu s’exporter sur tous les continents et générer de nouveaux artistes dont la voix a résonné dans de nombreux pays – majoritairement hispanophones. Toutefois, les critiques qui poursuivaient cette musique depuis ses débuts n’ont pas cessé de croître et de prendre toujours plus d’ampleur. Les détracteurs du reggaeton se sont multipliés et sont désormais éparpillés à travers le monde. La critique a exercé un grand pouvoir d’influence sur la réception mondiale du reggaeton, faisant de lui un genre « déviant » et donc « nocif » pour tous ceux qui en écoutent. Cette virulence persiste encore de nos jours.

12Ainsi, le reggaeton et son statut ont beaucoup évolué depuis ses débuts houleux à Porto Rico, et cela même s’il est devenu très fortement connoté sexuellement au cours des années 2000. L’amour, la fête, et surtout le sexe, devenus sujets de prédilection du reggaeton, sont des sujets universels dans lesquels tout le monde peut se retrouver. Conjointement, nous avons constaté que les artistes qui continuaient à faire de la musique plus « engagée » – dans le fond comme dans la forme – au service des peuples et des minorités invisibilisées, étaient de moins en moins nombreux. Cette décroissance était due à plusieurs raisons que nous aborderons ultérieurement. L’une d’entre elles, cependant, était directement liée au contexte dans lequel se trouvait le reggaeton des années 2000-2005 ; il s’agit de la mondialisation du genre.

  • 11 Certes, il existait une divergence d’opinion à ce sujet, en revanche nous ne pouvons nous y référer (...)
  • 12 Ces deux artistes semblent, selon nous, avoir une conception de l’engagement qui rappelle celle que (...)

13En effet, le reggaeton, en bénéficiant d’une exposition internationale toujours croissante, n’a plus œuvré à rendre visibles les minorités et a perdu au passage l’opportunité d’embrasser un ensemble plus varié de thématiques. C’est à ce moment précis que nous avons observé une scission parmi les reggaetoneros qui n’étaient pas tous d’accord sur ce que devait être un « artiste musical » et sur le rôle que celui-ci devait jouer dans la société. D’un côté, se trouvaient ceux qui voyaient l’artiste comme un pur produit de l’industrie du divertissement avec tout ce qui en découle, à savoir, le statut social ou encore la richesse. De l’autre, ceux qui pensaient que l’artiste devait faire de la musique un outil permettant de dénoncer et de servir une cause plus grande que lui-même et devait ainsi jouer de son influence pour faire résonner la voix du peuple11. Parmi ces derniers, Tego Calderón et Residente (ex-chanteur du groupe Calle 13) sont les figures engagées les plus connues12.

  • 13 On le voit dans les propos qu’ils tiennent à l’égard du reggaeton ; ils ne le ménagent pas. S’ils s (...)
  • 14  Residente, iLe et Bad Bunny, « Afilando los Cuchillos », 5:19 (2019) [consulté le 06/03/2022] URL  (...)
  • 15 Son père était lui aussi gouverneur pendant les années 90. Nous l’avons mentionné au début de cet a (...)

14Bien qu’ils aient chanté tous les deux du reggaeton à plusieurs reprises, ils ne souhaitaient pas être considérés comme des reggaetoneros13. Leur intention première n’était pas simplement de faire de la musique, mais plutôt de mettre en lumière la réalité de ce qui se passait à Porto Rico et, plus globalement, dans le monde. Residente, que ce soit avec son groupe Calle 13 ou en soliste, a beaucoup parlé de politique dans ses textes, n’hésitant pas à critiquer fortement certains gouvernements, comme par exemple dans sa chanson « Afilando los Cuchillos »14, parue en juillet 2019, dans laquelle il dénonce tous les crimes commis par le gouverneur de Porto Rico, Ricardo Rosselló15. En voici un extrait :

Se tiran a los caseríos, a los puntos de droga
Les rompen las casas y por ellos nadie aboga
Nosotros hacemos lo mismo sin delicadeza
A estos criminales les hacemos una redada en Fortaleza
Si el pueblo entero quiere que te vayas, caradura
Y tú te quedas, entonces estamos en dictadura
Solo te apoya tu esposa, la exmodelo
La que piensa que Cien Años de Soledad la escribió Coelho
Y así son los pocos que te siguen, brutos
Pero tranqui, afilar navajas, toma un minuto
Somos el rugido
De la bandera de Puertorro con todos sus tejidos
Exigiendo tu renuncia, pa’ que nadie salga herido
Todo el mundo unido, no importa el color de tu partido
Esto salió temprano pa’ que te lo desayunes
La furia es el único partido que nos une.

  • 16 Accusé principalement pour corruption, détournement de fonds et mauvaise gestion de la crise, notam (...)
  • 17 Voir le documentaire : Jean-Elie, Barbara, Porto Rico, l’île du reggaetón etc…, ADN Productions (20 (...)
  • 18 Par exemple : Calle 13, « Que Lloren », Sony BMG, 4:39 (2008) [consulté le 06/03/2022] <URL : https (...)

15Seulement deux semaines après la sortie de ce titre, Ricardo Rosselló démissionnait de sa charge16. De son côté, Tego Calderón est un Portoricain qui s’identifie en tant que Noir de par son héritage africain ; il est un représentant majeur de la communauté afro-boricua et a beaucoup lutté pour la préservation de sa culture. À la recherche d’une musique et de textes plus conscients, plus authentiques, hors des sentiers battus par le reggaeton mondialisé, Tego Calderón s’est éloigné de celui-ci et est même allé jusqu’à reprocher aux reggaetoneros de gâcher l’opportunité qu’ils avaient d’être écoutés : « Quand tu as le privilège d’être écouté tu ne peux pas te contenter de dire des conneries »17. De cette manière, il ne s’agit pas de renier le reggaeton car lui-même en a fait et l’apprécie, alors que Residente le critique et s’en moque dans plusieurs chansons18. Il s’agit plutôt de réprouver les artistes qui se consacrent uniquement au divertissement et aux bénéfices qu’ils font avec une musique redondante et de moindre qualité, alors qu’ils pourraient chanter davantage des textes engagés – plus spécialement sur des thématiques traitant des problèmes sociaux bien réels à Porto Rico.

16Malgré toutes les critiques virulentes que le reggaeton a essuyées durant de nombreuses années, que ce soit de la part du public, du gouvernement, des médias, ou des artistes eux-mêmes, il a continué de s’exporter toujours plus loin et, en conséquence, s’est éloigné peu à peu de Porto Rico. Ainsi, ce genre musical, même s’il n’était pas encore accepté de tous, devenait un inévitable produit du monde globalisé négligeant alors les questions d’identité propres à l’île. À ce titre, la divergence entre les artistes Tego Calderón et Daddy Yankee, qui « sont en guerre froide » depuis la seconde moitié des années 2000, est significative. Cette opposition a commencé lorsque Daddy Yankee, artiste à la vision entrepreneuriale de la musique, a par deux fois accepté de collaborer avec des artistes américains pour une faible somme d’argent.

  • 19 N.O.R.E., et al., « Oye Mi Canto », Universal, 4:01 (2006) [consulté le 10/03/2022] <URL : https:// (...)
  • 20 People Staff, « BREVES: Tego se pone los pantalones », People en Español (21 janvier 2005) [consult (...)
  • 21 Cf. El Movimiento Podcast, « Este es el motivo de la ENEMISTAD entre DADDY YANKEE y TEGO CALDERON » (...)
  • 22 Nous n’affirmons pas ici que Tego Calderón, en souhaitant représenter Porto Rico et la communauté a (...)

17La première fois fut en 2004, quand le rappeur afro-américain d’origine portoricaine N.O.R.E. a proposé à Daddy Yankee de collaborer sur son titre « Oye Mi Canto »19, remplaçant alors Tego Calderón initialement prévu, qui demandait en retour une plus grande part des bénéfices. La seconde fut l’année suivante, lorsque le rappeur américain Puff Daddy lui a demandé d’être l’ambassadeur de sa marque de vêtements Sean John contre 2000 dollars. Encore une fois, Tego Calderón était initialement sollicité pour prendre cette responsabilité, néanmoins celui-ci refusa, car il estimait valoir plus que 2000 dollars et ne voulait pas contribuer à l’enrichissement de Puff Daddy exploitant de nombreux Latino-Américains « trabajando por $0,25 la hora »20. De cette manière, Tego Calderón n’a jamais caché son animosité contre Daddy Yankee car il voyait en lui « alguien que se regalaba a los gringos con tal de abarcar el mayor terreno posible »21, et considérait par ailleurs que brader son art et sa culture, c’était manquer de respect à lui-même mais aussi à tous ses collègues artistes. Quand l’un cherche à représenter sa communauté22 tout en gardant une certaine éthique, l’autre saisit chaque opportunité qui se présente pour prendre plus d’ampleur. Et il faut croire que c’est une stratégie payante car, quinze ans après le début de cette joute, Daddy Yankee enchaîne toujours les succès commerciaux tandis que Tego Calderón n’est plus très actif sur la scène musicale.

  • 23 Nous pouvons nous référer à la rivalité entre les Panaméens et les Portoricains qui revendiquent to (...)

18Indépendamment des divergences de vues entre les artistes contemporains qui souhaitent représenter Porto Rico et ceux qui s’en éloignent, de fait, l’aspect transnational est très important dans le reggaeton qui ne cesse de traverser les frontières géographiques et qui se voit, par conséquent, considéré comme une entité capable de conserver des traits caractéristiques des espaces où elle a circulé, non seulement aujourd’hui mais aussi depuis ses origines. Se limiter à la représentation du seul contexte portoricain est donc peu pertinent. D’abord, parce que cela va à l’encontre de son essence-même ; ensuite, parce que nier ce que les cultures précédentes ont pu apporter au reggaeton revient à les déprécier, voire à les mépriser toutes23. Les influences qui participent à l’émergence du genre permettent donc déjà d’interroger l’approche nationale de ce genre musical. Avant même une commercialisation internationale et une pratique transnationale, elles en pointent certaines limites.

  • 24 Nous pouvons citer « Isla Del Encanto » (3:46), White Lion Records, 2019, du duo Jowell y Randy, ou (...)

19Au-delà de cette divergence et des positions dépourvues d’éthique, si on prend le parti de l’Afro-boricua, on s’aperçoit, à l’inverse, que la manière de faire de la musique de Daddy Yankee – et de ses collègues reggaetoneros ayant adopté la même attitude entrepreneuriale – n’est pas sans représenter Porto Rico. Si l’île et sa culture ne sont pas souvent mises en avant dans les chansons, mis à part quelques exceptions24, les reggaetoneros qui voient leur influence croître leur font gagner une certaine visibilité. Les médias et le public qui s’intéressent à leur musique sont susceptibles d’être attirés ensuite par leur culture. Par la même occasion, nous pouvons affirmer que l’identification de Porto Rico, des Portoricains, et de la portoricanité en général dans le reggaeton est bel et bien réelle, mais exprimée de manière implicite ; c’est-à-dire que, même en l’absence d’images ou symboles propres à l’île dans les chansons, que ce soit dans les paroles, la musique, ou les vidéoclips, la portoricanité reste présente du simple fait de la présence du reggaetonero.

  • 25 Par exemple, les artistes ne distinguent pas dans leurs chansons les Afro-portoricains des descenda (...)
  • 26 Gente De Zona et Anthony, Marc, « La Gozadera », Sony Music, 3:23 (2015) [consulté le 03/03/2022] U (...)

20Pour aller plus loin, les quelques mentions faites aux Boricuas dans les paroles des chansons font fi des particularités de chacun et ont d’ailleurs tendance à venir englober tous les Portoricains sous une seule et même bannière25. Ainsi, ce qui prévaut est le désir d’unifier un seul et même peuple, afin d’aller au-delà des différences raciales et au-delà des écarts socio-économiques. Porto Rico ainsi « homogénéisée » répond aux représentations caractéristiques d’un monde globalisé et moins localisé. Le reggaeton est en grande partie de la musique dématérialisée et s’est développé en particulier avec l’essor d’internet, ce qui a permis de gommer les barrières géographiques et d’avoir accès à de nouveaux horizons. Bien sûr, comme nous l’avons précisé plus haut, tout cela n’est pas explicite. Autrement dit, c’est en analysant plus profondément l’attitude et la démarche du reggaetonero que l’on peut appréhender ce qui en découle implicitement. Le discours lui-même confirme à travers certaines chansons ce que nous venons d’exposer : il existe une tendance englobante et unificatrice. Celle-ci s’est vraiment ancrée dans les années 2010, lorsque le reggaeton a réussi à s’installer durablement dans le paysage musical mondial et à prouver alors à ses détracteurs qu’il n’était pas qu’un simple phénomène de mode destiné à s’étioler peu de temps après son apparition. Pour illustrer cette tendance, nous avons choisi la chanson sortie en 2015 intitulée « La Gozadera »26, du duo cubain Gente de Zona en collaboration avec le salsero portoricain Marc Anthony, dans laquelle sont combinés rythmes reggaeton, sons électroniques et sonorités salsa. Voici le refrain suivi des deux couplets qui la composent :

Y se formó la gozadera, Miami me lo confirmó
Y el arroz con habichuelas, Puerto Rico me lo regaló
Y la tambora merenguera, Dominicana ya repicó
Con México, Colombia y Venezuela
Y del Caribe somos tú y yo
Repicando
La cosa está bien dura, la cosa está divina
Perú con Honduras, Chile con Argentina
Panamá trae la sandunga, Ecuador bilirrubina
Y Uruguay con Paraguay, hermano con Costa Rica
Bolivia viene llegando, Brasil ya está en camino
El mundo se está sumando, a la fiesta de los latinos
Vamos Guatemala, la fiesta te espera
Llama a Nicaragua, El Salvador se cuela
Yo canto desde Cuba y el mundo se entera
Si tú eres Latino, saca tu bandera.

  • 27 Et non « latine » qui inclurait des pays comme la France, l’Italie, le Portugal ou l’Espagne qui ne (...)
  • 28 Tant culturelles que militaires car il s’agit bien de montrer que le softpower et le hardpower ont (...)

21Ce titre est un hommage à l’Amérique latine et aux Latino-Américains, dans lequel chaque pays est uni aux autres. Le continent n’est plus morcelé et est alors dépeint comme un bloc uniforme et fraternel auquel chaque individu peut s’identifier. C’est le drapeau générique de la latinidad qui y est brandi, et ce dans de nombreuses chansons de reggaeton, dont le hit « Oye Mi Canto ». L’identité latina27 est très importante dans la mesure où il est question de rassembler les nations ayant subi le colonialisme comme moment déterminant de leur histoire commune, que ce soit par les Européens ou, plus récemment, par les Américains via le softpower. Cette « alliance », toujours métaphorique, révèle le désir de revendiquer leur pouvoir en insistant sur cette communauté de destins pour récupérer une place culturelle forte dans ce monde globalisé dominé par les superpuissances28 de notre époque, et notamment les États-Unis qui exercent encore une grande influence sur le continent. Toutefois, nous tenons à ajouter qu’il n’est pas question pour autant d’adopter une posture d’opposition vis-à-vis de ces puissances, mais plutôt de s’en accommoder.

  • 29 Dans la chanson « Mía » du Boricua Bad Bunny et du Canadien Drake, ce dernier chante entièrement en (...)

22Dans l’industrie musicale, les collaborations – le terme anglais est featurings – sont légion, autant au sein de collaborations classiques – une chanson – que dans un remix. En effet, les remixes de certaines chansons sont l’occasion d’intégrer des artistes qui n’avaient pas participé au morceau original, et qui, par conséquent, permettent de le renouveler et de lui apporter une autre texture. Le reggaeton est particulièrement productif en termes de remixes, lesquels ont fortement contribué à la mise en lumière de cette musique et de ses artistes, parce que bon nombre de chanteurs non-hispanophones ont été invités à chanter aux côtés de reggaetoneros. Les Américains Katy Perry, Snoop Dogg, Cardi B, les Canadiens Justin Bieber, Drake29, le Jamaïcain Sean Paul, ou encore le francophone Gims ne sont que quelques artistes parmi tant d’autres à avoir participé à des morceaux de reggaeton.

23Quant aux artistes de la diaspora, portoricaine ou non, ils ne sont pas laissés sur la touche et participent activement au développement du genre musical. Nous pensons en premier lieu à Nicky Jam, né à Boston d’origine dominicaine et portoricaine qui en est l’un des pionniers. Actuellement, les Portoricains représentent la grande majorité des reggaetoneros reconnus, mais l’apparition de nouveaux talents originaires d’autres pays latino-américains n’est pas à négliger. Les échanges entre tous ces artistes favorisent le processus de délocalisation du reggaeton, et font de lui un genre beaucoup plus cosmopolite.

24Mais à trop vouloir l’homogénéiser, que ce soit pour inscrire Porto Rico dans un élan plus global, ou pour fédérer les peuples entre eux, les reggaetoneros – portoricains dans le cas de figure qui nous intéresse – ne passeraient-ils pas à côté de l’occasion de pouvoir enfin placer leur île sous le feu des projecteurs avec toute sa richesse et sa complexité, culturelle et politique ? Pourquoi privilégier une identité latina au détriment de la portoricanité ? Quant au peuple boricua, se sent-il oublié ? Négligé ? Au cours de nos recherches, nous avons pu lire de nombreux commentaires de Portoricains qui, aux alentours des années 2005, lors de la fameuse scission entre les artistes, ne se sentaient plus très identifiés dans les paroles des chansons.

  • 30 À la fin de leur chanson, il arrive que les reggaetoneros mentionnent Porto Rico en guise de fierté (...)
  • 31 Comme à la suite des ouragans Irma et María qui ont dévasté Porto Rico durant l’été 2017, Daddy Yan (...)

25Ayant été habitués à ce qu’on parle de leur réalité, peut-être ont-ils dû se tourner vers d’autres artistes comme Residente ou Tego Calderón, ou bien vers d’autres genres musicaux. D’un autre côté, avec Internet et l’émergence des réseaux sociaux, les Portoricains ont eux aussi pu se tourner vers l’extérieur et ne plus être dans l’attente passive d’une reconnaissance. En effet, par l’intermédiaire de ces nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), ils ont pu faire entendre leur propre voix, et cela les a donc incités à ne plus se replier sur eux-mêmes et à ne plus être dépendants des grandes figures de leur pays. Mais même si certains indices témoignent du contraire, dire que les reggaetoneros se sont détournés de leur île serait mentir ; on peut d’ailleurs voir la manifestation de l’intérêt qu’ils lui portent, tant au travers d’interviews, de chansons30, que lors des moments de crise que traverse le pays31.

  • 32 Nous pensons surtout à White Lion Records, le label portoricain qui a propulsé de nombreux reggaeto (...)

26Un autre aspect est à mentionner : dans l’industrie musicale en général, et plus spécialement dans le reggaeton, il existe une interdépendance entre les artistes et ceux qui « tirent les ficelles » de cette industrie, comme par exemple les labels discographiques détenteurs des droits de la musique des Boricuas. Avec des maisons de disques indépendantes32, le reggaeton a réussi à décoller et à se faire une place ; avec des géants de l’industrie comme Universal Music, Warner Music, Sony Music Entertainment et consorts, les artistes ont pu s’exporter encore plus loin. En retour, ces grands groupes ont exploité la « touche latine », la langue espagnole et donc touché un public beaucoup plus large en accédant au marché hispanophone.

  • 33 Genre musical traditionnel de Colombie d’origines européennes, africaines et indigènes.

27Ainsi, pour répondre aux interrogations énoncées précédemment, il n’est pas question de privilégier l’identité latina au détriment d’une autre mais plutôt d’y intégrer la portoricanité de sorte à lui donner plus de visibilité. Celle-ci participe alors de l’objectif commun qui est de promouvoir sa propre diversité ainsi que celle du continent latino-américain tout entier. En fin de compte, il ne s’agit pas de favoriser un seul pays à l’aide d’un seul genre musical mais de soutenir tout un continent et ce en cherchant à rendre visible la richesse culturelle de tous les peuples qui le composent. En termes de musique, cela inclut autant le reggaeton que la bachata, le rock latino, la pop, le vallenato33, ou encore la musique traditionnelle, d’où la nécessité des collaborations qui permettent de multiplier les possibilités.

  • 34 Aujourd’hui, le vidéoclip est la deuxième vidéo la plus vue de YouTube avec pas moins de 7,8 millia (...)
  • 35 Cf. Del Pino, Andrea M. Rosa, « Luis Fonsi relanza el turismo de Puerto Rico gracias a “Despacito” (...)

28Le succès fulgurant de la chanson « Despacito »34, évoquée en introduction et dont les paroles sont assez classiques pour une chanson de reggaeton est révélateur. L’impact que les paroles ont eu à l’échelle internationale a permis de dynamiser l’économie et le tourisme portoricains35. Il a suffi d’une chanson pour que Porto Rico soit le centre d’attention ; d’abord vient la musique, ensuite l’intérêt suscité par elle. Là encore, deux paramètres essentiels sont à souligner : le fait que le morceau soit un mélange de reggaeton et de pop, et le fait qu’un artiste anglophone – et pas des moindres dans le cas présent car il s’agit de la star mondiale Justin Bieber –, ait contribué au remix du titre. Toutefois, l’absence de réel changement dans les thématiques abordées par les reggaetoneros limite une véritable valorisation de l’île qui intègrerait le dévoilement de ses multiples réalités.

29Dans cette partie, nous avons pu mettre en évidence certains des liens entre reggaeton et portoricanité, sans oublier qu’on ne peut toutefois pas nier la multiplicité des héritages hors de Porto Rico, c’est-à-dire dépouiller ce genre musical de toutes ses caractéristiques héritées des différents contextes culturels dans lesquels il a évolué. De plus, nous devons rappeler que, si le reggaeton perd son rôle de porte-étendard de la portoricanité, c’est parce que ceux qui participent à sa construction, comme les artistes ou bien les écoutants eux-mêmes, modifient ses caractéristiques et fonctions au fil du temps. Par conséquent, ce sont eux qui déplacent leurs attentes en lui et qui le font évoluer. En définitive, le reggaeton est un indicateur des tendances sociales à des échelles distinctes. Enfin, nous avons déduit que, tout compte fait, ce qui était important pour les Boricuas, c’était qu’ils se sentent identifiés et que leur île soit exposée, et cela peu importe le genre musical. Ce qui nous amène à la partie suivante, dans laquelle nous tenterons de voir si le reggaeton constitue un cadre propice à l’expression d’idées et/ou opinions diverses.

2. Le reggaeton, une musique engagée au service de la société portoricaine ?

  • 36 Le terme vient du mot espagnol « maleante » qui signifie « délinquant ».

30Lorsque l’on parle de reggaeton, les premières images qui nous viennent à l’esprit se rapportent souvent à la fête et à la danse. Pourtant, il existe plusieurs variantes du genre qui ne se réfèrent pas à ces sujets. L’une d’entre elles s’appelle le reggaeton malianteo36 (ou maleanteo selon la prononciation) et aborde des thématiques propres à l’espace urbain, comme la violence et le trafic de drogue. On y trouve l’héritage de l’underground qui se caractérise par des paroles davantage rappées et non plus seulement chantées. De plus, ces textes, qui cherchent à marquer ceux qui les écoutent en mettant en lumière la réalité notamment des quartiers les plus pauvres, sont plus crus. Certains reggaetoneros utilisent le malianteo pour signifier qu’ils sont restés « authentiques », qu’ils n’ont pas oublié d’où ils venaient et qu’ils sont proches de leur public.

  • 37 La musique urbaine étant un milieu très concurrentiel, les artistes n’hésitent pas à décrédibiliser (...)
  • 38 En voici un exemple : Wisin, et al., « Andan Por Ahí », 6:32 (2017) [consulté le 05/03/2022] URL : (...)
  • 39 Dans le monde du rap, une instrumentale est la musique vierge sur laquelle le chanteur rappe.

31Toutefois, pour ces artistes, il n’est pas toujours question d’évoquer ces réalités. Il est aussi, et surtout, question de se mettre en valeur dans leurs chansons ; c’est ce que l’on nomme l’« egotrip »37. De cette manière, les reggaetoneros peuvent montrer leur réussite, dire qu’ils sont partis de rien, qu’ils ont atteint les sommets et que personne ne peut les en faire descendre38. Cela vient confirmer la théorie, précédemment exposée, de l’éloignement entre les reggaetoneros et leur public portoricain. Concernant les instrumentales39 utilisées, elles ne sont pas forcément aussi rapides que celles de l’époque de l’underground, néanmoins le ton des sonorités est plus grave, plus sombre. Il n’est pas rare d’y entendre le son de coups de feu ajoutés pour accentuer l’aspect menaçant des reggaetoneros qui souhaitent se montrer forts et inattaquables. D’ailleurs, cette caractéristique fait partie des codes internationaux que l’on retrouve dans le rap, et notamment le gangsta rap.

32Que ce soit en écoutant l’underground de l’époque ou en écoutant le malianteo d’aujourd’hui, nous constatons que cette musique n’a jamais réellement été engagée car elle n’est pas porteuse de message précis, d’opinions ou d’idées claires et ouvertes. En réalité, il serait préférable de parler du reggaeton comme d’un genre musical lyrique, dans la mesure où les artistes s’expriment et se livrent dans leurs chansons en dépeignant la société boricua, et en prenant fermement position sur des sujets comme la politique, la vie quotidienne, ou bien les problèmes socio-économiques. Pourtant, il est indéniable que le reggaeton est un espace de lutte qui a suscité l’intérêt de nombreux médias, engendré de nombreux débats sur la liberté d’expression, et profondément dérangé le gouvernement portoricain. De fait, s’il était complètement dénué de substance contestataire, il est peu probable que ce genre aurait fait autant d’émules. Comment se fait-il alors qu’on ne puisse pas considérer qu’il s’agisse d’un genre engagé, dénonciateur ? Nous pensons que de possibles réponses sont à chercher du côté de sa réception.

33En effet, ce sont les chansons qui, par le simple fait d’exister, créent une tension. Autrement dit, ce n’est pas le contenu en lui-même qui est engagé, mais plutôt ce que suggèrent implicitement les artistes – qu’ils en soient conscients ou non. C’est le contenu post-interprétation qui fait l’essence du reggaeton. En fin de compte, c’est la relation artiste-public qui est primordiale, car c’est l’interprétant qui donne du sens et de la valeur à l’interprété. À l’époque de l’underground, le gouvernement portoricain l’avait très bien compris et a donc maintes fois censuré cette musique. D’une part, parce qu’elle pouvait être mal interprétée – en particulier par les plus jeunes –, mais aussi parce que le contenu polysémique des paroles pouvait cacher plusieurs sens qui pouvaient être potentiellement nocifs. En d’autres termes, le gouvernement craignait que ce genre musical ne devienne un instrument utilisé à des fins subversives et ce, même si ce n’était pas l’intention des principaux concernés, à savoir les artistes.

34L’engagement implique une prise de position claire, or il s’avère que, dans le cas où les reggaetoneros ont des convictions – politiques ou autres –, ce n’est pas à travers le reggaeton qu’ils souhaitent les partager. Par exemple, nous ne connaissons pas de chansons traitant du statut de Porto Rico face aux États-Unis, d’artistes qui utilisent ouvertement ce genre musical pour prendre parti pour une tendance politique, ou encore pour s’insurger contre la corruption du gouvernement. Nous parlons ici des reggaetoneros portoricains, bien que nous pourrions englober également les artistes d’autres pays, car l’absence de sujets aussi clivants concerne le reggaeton au sens large. Cependant, nous ne connaissons pas tous les artistes, et il se peut qu’il y ait des exceptions qui viennent confirmer la règle.

  • 40 J. Balvin, « 7 De Mayo », Sony Music, 3:33 (2021) [consulté le 04/03/2022] <URL : https://www.youtu (...)
  • 41 J. Balvin, « Querido Río », Universal, 2:32 (2021) [consulté le 09/03/2022] <URL : https://www.yout (...)
  • 42 Arcángel, « Mi Testimonio », Historias de un capricornio, Sony Music, 4:45 (2019) [consulté le 05/0 (...)
  • 43 Daddy Yankee, « Palabras Con Sentido », BMI, 3:43 (2014) [consulté le 07/03/2022] <URL : https://ww (...)
  • 44 Daddy Yankee, « Yo Contra Ti », Adrev Publishing, 3:52 (2017) [consulté le 06/03/2022] <URL : https (...)
  • 45 Cette chanson a été produite dans le cadre de la campagne « ¡Únete a la batalla: Yo contra ti! » de (...)

35Après avoir écouté plusieurs albums de divers reggaetoneros, qu’ils soient boricuas ou non, nous avons constaté une tendance à exploiter un autre genre musical comme intermédiaire au moment d’aborder des sujets personnels ou plus engagés. Le rap est le genre musical le plus sollicité par les reggaetoneros lorsqu’il s’agit de ce type de sujets. On peut le voir dans l’album sorti en 2021 intitulé JOSE, du Colombien J. Balvin, car il recueille presque uniquement des morceaux reggaeton ; deux titres font exceptions : « 7 De Mayo »40, qui parle du parcours de l’artiste et de sa dépression ; et « Querido Río »41 une chanson dédiée à son fils qui venait de naître. Le premier est un morceau rappé à l’ambiance sombre, et le second une musique douce. Autre exemple, dans l’album Historias de un Capricornio (2019) du Boricua Arcángel, seule la chanson « Mi Testimonio »42 n’est pas du reggaeton mais un morceau rap qui aborde la relation que le reggaetonero a développée avec Dieu, et les moments sombres qu’il a traversés. Nous pouvons également citer « Palabras Con Sentido »43 et « Yo Contra Ti »44 de Daddy Yankee, deux chansons de rap. Dans la première, il parle de l’éducation, de la société et des moyens que le gouvernement portoricain est censé donner à sa jeunesse ; dans la seconde, il collabore avec l’Orchestre Symphonique de Porto Rico et s’attaque à un sujet très important de notre époque, le cancer45. Selon le site du groupe américain Univision :

  • 46 Cf. Univision, « Daddy Yankee lanza la “tiraera” más dura de su carrera contra un enemigo temido po (...)

la canción y el video de “Yo contra ti” puede considerarse uno de los mejores trabajos musicales que ha lanzado el artista en los últimos años como solista. El proyecto musical y visual, gira en torno a una joven que es diagnosticada con cáncer y no tomó mucho tiempo para que las redes sociales se inundaran de buenas críticas, tanto por la calidad de producción, como por el mensaje que transmite a las audiencias46.

36Ainsi, la place occupée par ces sujets dans le rap est différente de celle que leur offre le reggaeton : pourquoi ?

  • 47 Et pourtant, il existe de nombreux reggaetoneros qui utilisent certains de ces tons. Par exemple, n (...)

37Le choix délibéré des reggaetoneros de se tourner vers le rap est dû au fait que c’est un genre aux multiples facettes qui peut prendre toute une palette de tons différents. Il peut être humoristique, joyeux, triste, grave. Le reggaeton quant à lui, se rendrait là où il n’est pas attendu s’il proposait cette même palette, puisque c’est un genre très connoté par ses sujets frivoles et surtout par sa musicalité plus propice à la danse qu’à la réflexion47. Il n’est donc pas pris au sérieux dès lors que l’on associe des textes plus profonds et conscients à une instrumentale entraînante. Cela relèverait presque de l’oxymore. D’ailleurs, des artistes francophones comme Gims ne choisissent pas des sonorités reggaeton pour leur sérieux, mais plutôt pour créer une ambiance dansante. Le reggaeton trouve une grande résonance parmi le public français car ce genre et l’imaginaire dans lequel il s’imbrique correspondent parfaitement à l’idée que l’on s’en fait : un style musical festif aux sonorités tropicales qui rappellent l’été.

  • 48 Nous souhaitions remplacer « écoutants » par « consommateurs » qui est plus péjoratif et plus adéqu (...)

38Avec du recul, nous pouvons dire que le reggaeton a une réputation qui l’emprisonne et qui l’empêche d’évoluer, puisqu’à partir du moment où il est sollicité pour des sujets plus réfléchis, il ne jouit pas du même succès que lorsqu’il aborde des thèmes plus légers. Avant tout, le reggaeton est une musique très commerciale. Évoquer des thématiques plus profondes génère moins de profits car cela intéresse moins de gens et nécessite de trouver un nouveau public-cible. C’est d’ailleurs pour cette raison que le reggaeton qui met en scène les minorités, comme les communautés LGBTQIA+, recueille moins d’attention. Quant aux thématiques comme la politique ou les problèmes sociaux-économiques, cela n’entre pas dans le cadre de la logique capitaliste, qui essaie par tous les moyens de satisfaire la demande du plus grand nombre de « consommateurs »48. Les sujets sensibles ne sont pas les meilleurs pour y parvenir, dans la mesure où ils divisent plus qu’ils ne fédèrent le public.

  • 49 Il ne fait pas toujours l’unanimité car il reste tout de même un genre musical « frontal » dans sa (...)

39Dans ce contexte, le reggaeton n’apparaît pas comme le canal le plus propice si l’on souhaite véhiculer un message engagé. Presque trente ans après ses débuts, il est encore décrié et dévalué, alors que le rap, qui était dans le même cas, a réussi à gagner le cœur du public et des médias49. Ce second genre permet même de légitimer aujourd’hui la qualité des reggaetoneros qui peinent à se défaire de l’étiquette superficielle que leur propre musique leur a collée. « Yo Contra Ti » en est l’exemple-même quand on lit le commentaire d’Univision, car l’engagement de Daddy Yankee a été salué par la critique. Pourtant, les chansons rap des reggaetoneros ne génèrent que peu de profits et sont peu visibles – quand elles ne sont pas tout simplement passées à la trappe – si on les compare à leurs plus gros hits de reggaeton.

40Le reggaeton ne serait peut-être pas aussi décrié si les reggaetoneros, par appât du gain, ne se bornaient pas autant à s’accrocher à un système qui bride leur talent et leur créativité. Toutefois, les vieux schémas tombent peu à peu en désuétude et laissent paraître de nouvelles possibilités d’évolution.

3. État du reggaeton actuel : entre stagnation et évolution pour la promotion de nouvelles identités

41À partir d’un échantillon d’artistes limité mais, à notre sens, représentatif, nous avons expliqué comment le reggaeton portoricain est apparu, comment il a été reçu, et comment il a évolué jusqu’à aujourd’hui. Nous nous proposons, dans cette troisième et dernière partie, de faire un état du genre musical au prisme de la question identitaire. Nous reviendrons sur ses limites avant d’énoncer ses perspectives d’évolution.

42Au vu de l’ « universalité » qui caractérise le reggaeton, que lui reste-t-il de boricua ? Trouver une réponse n’est pas simple. Il est évident que de nombreuses caractéristiques de ce genre sont propres à la portoricanité comme les sonorités caribéennes, ou les références à l’île. D’emblée, il ne saurait être question ici d’établir une liste exhaustive, car en sus d’être fastidieux, cela manquerait de sens. Ce qui a pu être considéré, par certains, comme portoricain à un moment donné ne l’est peut-être plus à l’heure actuelle. Toutefois, si nous ne devions conserver qu’un seul élément, ce serait la figure du reggaetonero en tant que telle, dans la mesure où ce sont ces artistes boricuas qui tiennent les rênes du genre depuis ses débuts. Ce sont eux qui ont participé au processus évolutif, qui l’ont inscrit dans le paysage musical international, et qui ont promu l’île à travers lui. Mais si, par ailleurs, c’est grâce aux reggaetoneros portoricains – et aux étrangers qui sont arrivés ensuite – que le reggaeton connaît le succès, c’est aussi à cause d’eux qu’il stagne par manque de renouvellement.

  • 50 On peut penser notamment à Ivy Queen, Lisa M. ou Ana Macho, entre autres.

43Le choix des thématiques abordées est un élément déterminant. En effet, les grandes figures du reggaeton qui sont là depuis le début gardent un certain monopole sur le genre, puisqu’ils sont encore sur les devants de la scène après tout ce temps passé. De fait, les jeunes reggaetoneros qui commencent tout juste leur carrière dans l’industrie musicale suivent la voie que ces « vétérans » ont déjà établie depuis bien longtemps et prolongent donc les vieux stéréotypes sur les femmes, la sexualité et autres sujets récurrents de cette musique. On pourrait presque dire que ce que le reggaeton a de portoricain c’est son machisme, caractéristique présente dès sa naissance, si ce n’était qu’il existe également dans ce pays un important courant de reggaeton féministe et queer qui déjoue précisément ces codes du genre50.

  • 51 Déjà en 2019, nous avions constaté l’absence de ces figures. Voir la partie « L’héritage colonial : (...)

44La variété est la clé pour qu’un genre musical prospère, or ce n’est pas le cas du reggaeton. Pourtant, ce ne sont pas les sujets qui manquent, et une certaine ouverture permettrait aux artistes d’explorer d’autres champs au service d’une identité culturelle renouvelée dans leurs textes. Par exemple, les figures populaires comme les Taïnos et les Jíbaros, qui font partie intégrante de l’identité culturelle de l’île, n’apparaissent que dans la musique traditionnelle portoricaine et il n’en est fait que très rarement mention dans le reggaeton51. Bien sûr, cela s’explique par le fait que celui-ci est un genre musical très actuel et urbain, plus écouté par les jeunes que par les anciennes générations. Mais cette absence de toute référence à la portoricanité, cette forme d’aseptisation, pourrait-on dire, contribue à creuser l’écart entre reggaeton et portoricanité.

45Toutefois, des artistes portoricains de la nouvelle génération, tels que Bad Bunny, ont su apporter un vent de fraîcheur venant dépoussiérer le reggaeton, en adoptant notamment une attitude, un état d’esprit, et une vision du monde différents. De sorte que, même s’ils continuent de chanter des paroles du même acabit que celles des « vétérans », ils ont le mérite d’assouplir certaines représentations notamment en ce qui concerne le machisme. Au-delà de l’identité nationale, ce sont donc d’autres identités qu’interrogent ces reggaetoneros de Porto Rico.

  • 52 Nous n’en ferons pas l’analyse dans ce travail, mais renvoyons au vidéoclip ci-dessous ainsi qu’à l (...)
  • 53 « L’Office québécois de la langue française préconise le terme “autonomisation”, qu’il définit ains (...)

46Effectivement, les discours changent, la société et les mœurs aussi, et certaines chansons comme « Yo Perreo Sola »52 (2020) de Bad Bunny en témoignent, car les femmes n’y sont plus vues comme des objets sexuels mais comme des sujets émancipés, saisis dans un processus d’empowerment53. De cette manière, un genre musical autrefois critiqué est désormais regardé d’un œil neuf, et il sort des cases dans lesquelles il était confiné depuis de nombreuses années.

  • 54 Par exemple, la Chilienne Tomasa del Real ou encore l’Argentine Ms Nina.

47De plus, ces jeunes artistes qui ont bouleversé les codes du reggaeton dès leur arrivée ont incité de nouveaux acteurs à les suivre sur cette voie ; ou plutôt des actrices dans la mesure où les femmes ont pris de plus en plus de place dans la construction du genre. Commence alors une féminisation de celui-ci, à travers le monde. Les reggaetoneras54 sont en majorité originaires de pays comme le Mexique, le Chili, l’Argentine, ou encore l’Espagne. Ainsi, elles ont d’abord extrait le reggaeton de ses racines géographiques, à savoir l’aire caribéenne et les États-Unis, avant de le dépouiller de sa structure uniforme, afin d’en faire quelque chose de neuf à partir d’identités nouvelles.

  • 55 Le perreo est une danse lascive caractéristique du reggaeton ; le verbe « perrear », signifie danse (...)
  • 56 Autrement dit, avec davantage de sons électroniques.
  • 57 Cf. Estaff Remezcla, « Neo-Perreo: 15 Artists Writing Reggaeton’s Weird and Wonderful New Chapter » (...)
  • 58 Il y a encore peu d’études sur le neoperreo, mais nous pensons qu’il serait intéressant d’en étudie (...)

48De là est né un sous-genre du reggaeton, le neoperreo55 qui est, en conséquence, beaucoup plus ouvert artistiquement et culturellement que le reggaeton dit « classique ». Il s’inspire de l’underground mais est à la fois beaucoup plus influencé par la musique numérique56. Cela permet donc la combinaison de plusieurs sonorités provenant de différents genres musicaux menant alors à la création de nouveaux sons. Dans la dynamique de création, c’est comme un laboratoire dans lequel chaque artiste expérimente de nouvelles choses. On peut constater qu’il n’y a pas de conformité puisque chacun y apporte son identité tandis que dans le reggaeton « classique » subsiste un certain cadre qui rend le genre homogène et monotone. Le neoperreo est plus diversifié car « this new generation of artists is more sexually and geographically diverse than ever before »57. Même si les femmes sont nombreuses, les hommes sont également présents mais sans être dominants. Cette variante met une distance entre le reggaeton et son contexte d’origine, permettant alors d’entrevoir cette musique sous d’autres angles. Les thématiques comme la sexualité ou le genre peuvent être traitées différemment par ces nouveaux artistes, en imprégnant le reggaeton de nouvelles cultures58.

  • 59 Son album publié juste avant la pandémie de COVID-19 s’appelle d’ailleurs YHLQMDLG (Yo Hago Lo Que (...)
  • 60 Bad Bunny et Los Rivera Destino, « Flor », Sony Music, 3:05 (2019) [consulté le 09/03/2022] <URL : (...)
  • 61 Bad Bunny et Cano, Natanael, « Soy El Diablo », BMI, 3:16 (2019) [consulté le 10/03/2022] <URL : ht (...)
  • 62 Rauw, Alejandro, « Toda La Noche », BMI, 3:27 (2021) [consulté le 05/03/2022] <URL : https://www.yo (...)

49Lorsque l’on voit apparaître de tels sous-genres, il est surprenant de noter qu’ils ne surpassent pas encore ce reggaeton qui s’essouffle. Néanmoins, il est rassurant pour l’industrie du disque d’être témoin, non pas d’un renouveau, mais de l’existence d’un nombre considérable de possibilités permettant d’aller au-delà de ce qui a déjà été atteint. Notons la place des reggaetoneros comme Bad Bunny qui réussissent à s’extraire des conventions pour proposer le reggaeton sous un autre jour. Celui-ci a choisi de « faire ce qu’il veut »59 et n’hésite pas à s’essayer à des genres musicaux très éloignés de sa musique de départ. Nous pensons à la chanson « Flor »60, un boléro écrit en collaboration avec le trio portoricain Los Rivera Destino ou encore le remix de « Soy El Diablo »61, un corrido traditionnel en compagnie du Mexicain Natanael Cano. Autre artiste en vogue, le Boricua Rauw Alejandro qui fusionne rythmes reggaeton et synthwave, un genre musical influencé par la musique et le cinéma des années 80 dont le synthétiseur est l’instrument phare ; « Toda La Noche »62 est un exemple parmi d’autres.

50Finalement, la nouvelle génération de reggaetoneros est moins frileuse que l’ancienne et instille plus de liberté dans les associations de sonorités, ce qui bouscule la recette originale dont s’inspire la majorité des artistes. Nous ne pouvons pas parler du reggaeton comme d’un genre musical dont les frontières seraient redessinées car, étant donné la diversité de combinaisons possibles avec d’autres genres, il s’agirait plutôt d’une dilution de ces frontières en ce sens que l’on peut assembler énormément de composés divers et variés au dembow, le rythme caractéristique du reggaeton. Il est alors essentiel d’établir un nouveau cadre autour de ce genre qui, tout compte fait, est une « soupe plurielle » amenée à se perdre si elle ne reprend pas rapidement en consistance. Car c’est effectivement ce qui est en train de se passer depuis l’internationalisation du reggaeton avec « Despacito ». Les reggaetoneros s’impliquent davantage dans des combinaisons de sonorités novatrices pour séduire de nouveaux publics et, par la même occasion, adoptent de plus en plus de sons pop dans leurs chansons.

  • 63 Fin 2019, le site web du magazine GQ México annonçait une possible disparition du genre durant la d (...)
  • 64 Le DJ et producteur panaméen El Chombo, connu pour être l’un des précurseurs du reggaeton, a créé u (...)

51Or, comme nous l’avons vu dans la deuxième partie de cet article, la pop c’est, comme son nom l’indique, de la musique populaire qui plaît au plus grand nombre. Ainsi, dès lors que la condition première pour faire de la musique est de convaincre le plus de « consommateurs » possible, le reggaeton court le risque de se voir gommé peu à peu, au profit de ce genre musical. Avec de telles prédictions, nous sommes en droit de nous interroger sur son avenir. Sommes-nous à la veille de sa disparition ? Ou lui reste-t-il encore quelques années devant lui ? Certes, il y a toujours une marge d’évolution, mais pour atteindre son plein potentiel peut-être devrait-il transmuter et muer en quelque chose d’autre. Peut-être en un nouveau genre qui reprendrait certaines bases du reggaeton, tout en lui étant étranger63. De fait, il pourrait échapper aux critiques et enfin n’être plus décrié. Ou bien, toute tentative d’évolution serait-elle vaine et laisserait-elle le reggaeton dans un état latent jusqu’à ce qu’on le remette au goût du jour ? Dans les deux cas, il est fort probable que son statut changera64. Plus haut, nous disions qu’il était indispensable pour lui de ne plus rester prisonnier des schémas de l’industrie du divertissement, au risque de dépérir. Aujourd’hui, il s’avère que les artistes créent de nouvelles tendances et que lesdits standards s’actualisent et se synchronisent avec celles-ci.

52Toutefois, le reggaeton, bien qu’il stagne depuis quelques années, peut compter sur ses jeunes artistes prêts à le rénover en retravaillant sa structure et son contenu, tant musical que textuel à telle enseigne que la musique urbaine latino-américaine peut se vanter d’avoir en son sein un genre musical riche. En revanche, il sera nécessaire pour ses acteurs d’en redéfinir les limites qui deviennent de plus en plus poreuses car, en fusionnant avec d’autres styles musicaux, il s’éparpille et se dilue, ce qui pourrait causer sa disparition au cours des prochaines années.

Conclusions

53Si notre précédent travail était consacré à l’importance du reggaeton dans la compréhension de l’identité portoricaine, le présent article, quant à lui, s’est donné pour ambition de montrer qu’il adopte aujourd’hui une posture ambivalente vis-à-vis de celle-ci, et vis-à-vis des questions d’identité en général.

54Pour le démontrer, nous avons d’abord vu que ce genre musical se délocalisait petit à petit dans le but de s’internationaliser, délaissant au passage les Boricuas qui ne se retrouvent plus en lui. Désormais, cette musique est davantage mainstream et brandit le drapeau générique de la latinidad au lieu de se focaliser sur une seule et même aire géographique et socio-culturelle, même si le genre contribue paradoxalement à diffuser une certaine image de l’île sur la scène internationale.

55Ensuite, nous avons expliqué que le reggaeton n’était pas un genre musical qui permettait aux artistes de s’engager pleinement pour une cause et/ou pour défendre un point de vue, non seulement à cause de sa musicalité trop dansante, les empêchant de prendre un tour plus sérieux, mais également parce qu’il est soumis à la logique économique de l’industrie musicale qui voit d’un mauvais œil l’évocation de sujets sensibles, dans la mesure où un public divisé est un public qui rapporte moins.

56Enfin, nous avons réalisé un bref état des lieux du reggaeton actuel et de ses perspectives d’évolution et avons déterminé qu’il était encore possible pour lui de devenir plus fertile, notamment grâce à l’aide de jeunes reggaetoneros portoricains plus audacieux que leurs aînés. L’innovation est le maître-mot dans leur musique qui associe le reggaeton aux sonorités issues d’autres genres. Toutefois, la marge est parfois si ténue entre ce dernier et les autres genres musicaux que ces artistes courent le risque de le faire disparaître d’ici quelques années.

Haut de page

Bibliographie

BBC Mundo, « ¿Por qué algunos consideran que Puerto Rico es la “colonia más antigua del mundo”? » (11 juin 2017) [consulté le 06/03/2022] <URL : https://www.bbc.com/mundo/noticias-america-latina-40178522>.

Chartier, Sophie, « “Empowerment”, un mot qui perd de son pouvoir », Le Devoir (1er août 2017) [consulté le 02/03/2022] <URL : https://www.ledevoir.com/societe/504673/empowerment-un-mot-qui-perd-de-son-pouvoir#:~:text=D%27abord%20utilis%C3%A9%20par%20les,par%20rapport%20aux%20groupes%20dominants>.

Del Pino, Andrea M. Rosa, « Luis Fonsi relanza el turismo de Puerto Rico gracias a “Despacito” y ayuda al país en su bancarrota », Elmundo.es (10 juillet 2017) [consulté le 04/03/2022] <URL : https://www.elmundo.es/loc/2017/07/10/596389c1268e3e72728b45cc.html>.

El Movimiento Podcast, « Este es el motivo de la ENEMISTAD entre DADDY YANKEE y TEGO CALDERON », YouTube (2020) [consulté le 08/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=yId3n_dqST0&ab_channel=ElMovimientoPodcast>.

Escamilla, Pamela, « ¿Oportunismo o inclusión? El dilema con el video de “Yo Perreo Sola”, dirigido por Bad Bunny », Slang (14 avril 2020) [consulté le 10/03/2022] <URL : https://www.facebook.com/slangfm/videos/1445864845585530/>.

Escuyer, Antoine, Le reggaeton : élément culturel essentiel pour comprendre la portoricanité aujourd’hui, Mémoire de Master, Université d’Angers, 2019, <URL : https://dune.univ-angers.fr/fichiers/15001776/2019HMALC10303/fichier/10303F.pdf>.

Estaff Remezcla, « Neo-Perreo: 15 Artists Writing Reggaeton’s Weird and Wonderful New Chapter », Remezcla (17 août 2016) [consulté le 09/03/2022] <URL : https://remezcla.com/lists/music-/15-neo-perreo-artists/>.

Jean-Elie, Barbara, Porto Rico, l’île du reggaetón etc…, ADN Productions (2010) [consulté le 06/03/2022] <URL : http://adnproductions.com/2011/03/porto-rico-lile-du-reggaeton-etc-2/>.

Mancilla, Alejandro, « ¿La nueva década matará al reggaetón? Te decimos las razones », GQ (25 décembre 2019) [consulté le 09/03/2022] <URL : https://www.gq.com.mx/entretenimiento/articulo/la-nueva-decada-matara-al-reggaeton>.

Nieves Moreno, Alfredo, « A Man Lives Here: Reggaeton’s Hypermasculine Resident », Raquel Z. Rivera, Wayne Marshall et Deborah Pacini Hernández (éds.), Reggaeton, Durham, Duke University Press, 2009.

Páez López, Fabián, « Chocolate Remix, la pionera del reggaetón lésbico », Shock (20 novembre 2017) [consulté le 08/03/2022] <URL : https://www.shock.co/musica/una-charla-con-chocolate-remix-la-pionera-del-reggaeton-lesbico>.

People Staff, « BREVES: Tego se pone los pantalones », People en Español (21 janvier 2005) [consulté le 10/03/2022] <URL: https://peopleenespanol.com/article/breves-tego-se-pone-los-pantalones/>.

Pérez, David Marcial, « Bad Bunny hace lo que le da la gana », El País (29 février 2020) [consulté le 05/03/2022] <URL : https://elpais.com/cultura/2020/02/29/actualidad/1582974008_683573.html>.

Rivera, Raquel Z., « Policing Morality, Mano Dura Stylee: The Case of Underground Rap and Reggae in Puerto Rico in the Mid-1990s », Raquel Z. Rivera, Wayne Marshall et Deborah Pacini Hernández (éds.), Reggaeton, Durham, Duke University Press, 2009.

Sartre, Jean-Paul, Qu’est-ce que la littérature ?, Paris, Gallimard, 1948.

Team Mouv’, « Le culte de l’ego dans le rap français », Radio France (27 août 2018) [consulté le 02/03/2022] <URL : https://www.radiofrance.fr/mouv/le-culte-de-l-ego-dans-le-rap-francais-6783839>.

Univision, « Daddy Yankee es un “Cangri” brindando ayuda humanitaria a Puerto Rico » (12 octobre 2017) [consulté le 04/03/2022] <URL : https://www.univision.com/radio/dallas-kdxx-fm/daddy-yankee-es-un-cangri-brindando-ayuda-humanitaria-a-puerto-rico>.

Univision, « Daddy Yankee lanza la “tiraera” más dura de su carrera contra un enemigo temido por todos » (1er septembre 2017) [consulté le 05/03/2022] <URL : https://www.univision.com/puerto-rico/wkaq/entretenimiento/daddy-yankee-libero-la-peor-tiraera-de-su-carrera-contra-un-enemigo-mundialmente-famoso>.

Discographie

Arcángel, « Mi Testimonio », Historias de un capricornio, Sony Music, 4:45 (2019) [consulté le 05/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=oysQyaymjiI&list=RDoysQya-ymjiI&start_radio=1>.

Baby Rasta y Gringo et The Noise, « Tengo Una Punto 40 », The House Of Music, 2:39 (1998) [consulté le 06/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=miaNJthQz1c>

Bad Bunny, « Yo Perreo Sola », YHLQMDLG, Rimas Entertainment LLC, 2:52 (2020) [consulté le 05/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=GtSRKwDCaZM>.

Bad Bunny et Cano, Natanael, « Soy El Diablo », BMI, 3:16 (2019) [consulté le 10/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=-njVpIGri3M>.

Bad Bunny et Drake, « Mía », X100pre, Rimas Entertainment LLC, 3:30 (2018) [consulté le 03/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=OSUxrSe5GbI>.

Bad Bunny et Los Rivera Destino, « Flor », Sony Music, 3:05 (2019) [consulté le 09/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=dsBc8FF5LGg>.

Calle 13, « Que Lloren », Sony BMG, 4:39 (2008) [consulté le 06/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=KTs-LhwiF8Y>.

Daddy Yankee, « Gasolina », Barrio Fino, Universal, 3:12 (2005) [consulté le 08/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=3tw2P65wv5E>.

Daddy Yankee, « Palabras Con Sentido », BMI, 3:43 (2014) [consulté le 07/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=hMOb_PiK5kA>.

Daddy Yankee, « Yo Contra Ti », Adrev Publishing, 3:52 (2017) [consulté le 06/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=BpWoKTXbdvc>.

Del Real, Tomasa, « Barre Con El Pelo », Bellaca Del Año, Nacional Records, 3:22 (2018) [consulté le 03/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=AuO11HdO4gY>.

Fonsi, Luis et Daddy Yankee, « Despacito », Universal, 3:50 (2017) [consulté le 05/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=kJQP7kiw5Fk&ab_channel=LuisFonsiVEVO>

Gente De Zona et Anthony, Marc, « La Gozadera », Sony Music, 3:23 (2015) [consulté le 03/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=VMp55KH_3wo>.

J. Balvin, « 7 De Mayo », Sony Music, 3:33 (2021) [consulté le 04/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=QKMg_HCa1tY>.

J. Balvin, « Querido Río », Universal, 2:32 (2021) [consulté le 09/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=mTeSVeCl0Ec>.

Maluma et Jam, Nicky, « No Puedo Olvidarte », 11:11, Sony Latin, 3:19 (2019) [consulté le 03/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=jVezxy8Fhvg>.

N.O.R.E., et al., « Oye Mi Canto », Universal, 4:01 (2006) [consulté le 10/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=T-iUAYN3UYdA>.

Rauw, Alejandro, « Toda La Noche », BMI, 3:27 (2021) [consulté le 05/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=WEO_klGkPjc>.

Residente, iLe et Bad Bunny, « Afilando los Cuchillos », 5:19 (2019) [consulté le 06/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=RSh7HIH2pvg>.

Wisin, et al., « Andan Por Ahí », 6:32 (2017) [consulté le 05/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=O1ITuo4mtiQ>.

Haut de page

Notes

1 Fonsi, Luis et Daddy Yankee, « Despacito », Universal, 3:50 (2017) [consulté le 05/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=kJQP7kiw5Fk&ab_channel=LuisFonsiVEVO>

2 Voici un exemple de chanson underground : Baby Rasta y Gringo et The Noise, « Tengo Una Punto 40 », The House Of Music, 2:39 (1998) [consulté le 06/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=miaNJthQz1c>.

3 Le reggaeton est né d’un long processus faisant intervenir trois pays très importants dans sa création : la Jamaïque pour le rythme caractéristique de ce qui sera le reggaeton (appelé dembow), le Panama pour les sonorités hispano-caribéennes, et les États-Unis pour la culture hip-hop/rap. Après vient Porto Rico. Cependant, nous ne nous attarderons pas sur sa genèse car ce n’est pas le sujet de cet article, et résumer la complexité de sa création en quelques lignes serait absurde. Pour plus de détails sur chaque étape du processus de création ainsi que sur l’importance de chacun des territoires mentionnés, voir notre précédent travail : Escuyer, Antoine, Le reggaeton : élément culturel essentiel pour comprendre la portoricanité aujourd’hui, Mémoire de Master, Université d’Angers, 2019, p. 9.

4 Ensemble de logements sociaux attribués aux Portoricains dont les seuls revenus fixes sont des aides qui proviennent du gouvernement. Ces logements forment de nombreux quartiers où règnent la pauvreté et la criminalité.

5 « Six magasins de disques ont été ciblés ; trois d’entre eux étaient situés à Plaza Las Américas, l’un des centres commerciaux les plus prestigieux de San Juan. Quatre-cent une cassettes et CDs furent confisqués. Six employés de magasin se sont vu remettre un procès-verbal » (notre traduction de l’anglais). Cf. Rivera, Raquel Z., « Policing Morality, Mano Dura Stylee: The Case of Underground Rap and Reggae in Puerto Rico in the Mid-1990s », Raquel Z. Rivera, Wayne Marshall et Deborah Pacini Hernández (éds.), Reggaeton, Durham, Duke University Press, 2009, p. 116.

6 Nous mettons les guillemets car même s’il avait réussi à s’imposer sur la scène musicale portoricaine, il était évident qu’il ne faisait pas l’unanimité.

7 « Après la controverse suscitée par la sénatrice Velda González en 2002, les vidéos de reggaeton ont atténué leur contenu sexuel » (notre traduction de l’anglais). Cf. Nieves Moreno, Alfredo, « A Man Lives Here: Reggaeton’s Hypermasculine Resident », Raquel Z. Rivera, Wayne Marshall et Deborah Pacini Hernández (éds.), Reggaeton, op. cit., p. 267.

8 Porto Rico est un pays à forte influence catholique et évangélique et bon nombre de sujets comme le sexe et la drogue vont contre les mœurs acceptées par les institutions religieuses. Aussi sont-ils mal vus et réprimés.

9 Le 20 mars 2022, Daddy Yankee a annoncé son retrait de la musique, à la suite de problèmes de santé incompatibles avec sa vie d’artiste international.

10 Daddy Yankee, « Gasolina », Barrio Fino, Universal, 3:12 (2005) [consulté le 08/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=3tw2P65wv5E>.

11 Certes, il existait une divergence d’opinion à ce sujet, en revanche nous ne pouvons nous y référer comme s’il s’agissait d’un conflit entre deux camps clairement définis. Il conviendrait plutôt de considérer ces deux points de vue comme de simples tendances auxquelles chaque artiste était libre d’adhérer ou non. D’ailleurs, même si désaccord il y avait, cela n’a pas pour autant entravé la montée en puissance du reggaeton.

12 Ces deux artistes semblent, selon nous, avoir une conception de l’engagement qui rappelle celle que propose Sartre pour les écrivains : « La fonction de l’écrivain est de faire en sorte que nul ne puisse ignorer le monde et que nul ne s’en puisse dire innocent ». Cf. Sartre, Jean-Paul, Qu’est-ce que la littérature ?, Paris, Gallimard, 1948, p. 31.

13 On le voit dans les propos qu’ils tiennent à l’égard du reggaeton ; ils ne le ménagent pas. S’ils se considéraient comme des reggaetoneros, leurs critiques ne seraient peut-être pas aussi enflammées.

14  Residente, iLe et Bad Bunny, « Afilando los Cuchillos », 5:19 (2019) [consulté le 06/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=RSh7HIH2pvg>.

15 Son père était lui aussi gouverneur pendant les années 90. Nous l’avons mentionné au début de cet article.

16 Accusé principalement pour corruption, détournement de fonds et mauvaise gestion de la crise, notamment à la suite des ouragans Irma et María qui ont ravagé l’île en 2017. Un mouvement anti-Rosselló s’est formé et a fait s’unir des milliers de Portoricains qui ont manifesté leur colère en juillet 2019, jusqu’à la démission du gouverneur le 2 août de cette même année. Les trois principaux porte-paroles de ce mouvement étaient les chanteurs portoricains Residente, Bad Bunny et Ricky Martin.

17 Voir le documentaire : Jean-Elie, Barbara, Porto Rico, l’île du reggaetón etc…, ADN Productions (2010) [consulté le 06/03/2022] <URL : http://adnproductions.com/2011/03/porto-rico-lile-du-reggaeton-etc-2/>.

18 Par exemple : Calle 13, « Que Lloren », Sony BMG, 4:39 (2008) [consulté le 06/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=KTs-LhwiF8Y>.

19 N.O.R.E., et al., « Oye Mi Canto », Universal, 4:01 (2006) [consulté le 10/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=T-iUAYN3UYdA>.

20 People Staff, « BREVES: Tego se pone los pantalones », People en Español (21 janvier 2005) [consulté le 10/03/2022] <URL: https://peopleenespanol.com/article/breves-tego-se-pone-los-pantalones/>.

21 Cf. El Movimiento Podcast, « Este es el motivo de la ENEMISTAD entre DADDY YANKEE y TEGO CALDERON », YouTube (2020) [consulté le 08/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=yId3n_dqST0&ab_channel=ElMovimientoPodcast>.

22 Nous n’affirmons pas ici que Tego Calderón, en souhaitant représenter Porto Rico et la communauté afro-boricua, fait fi de l’apport desdites cultures.

23 Nous pouvons nous référer à la rivalité entre les Panaméens et les Portoricains qui revendiquent tous deux la paternité du reggaeton. Les seconds affirmant la plupart du temps être ceux qui ont remanié le reggae en español du Panama pour en faire ce qui était au cours des années 90 les prémices du reggaeton. Nous renvoyons à la page 23 de notre précédent travail pour plus d’informations sur cette querelle, ainsi que sur la réelle contribution des Panaméens à la construction du genre.

24 Nous pouvons citer « Isla Del Encanto » (3:46), White Lion Records, 2019, du duo Jowell y Randy, ou bien « Oye Mi Canto » de N.O.R.E. en collaboration avec Daddy Yankee, Gem Star, Big Mato et Nina Sky. Nous avons analysé cette dernière dans notre précédent travail afin de montrer toute l’importance qu’elle a eue dans le processus évolutif du reggaeton (p. 33).

25 Par exemple, les artistes ne distinguent pas dans leurs chansons les Afro-portoricains des descendants d’Européens, la classe moyenne des strates pauvres vivant dans les caseríos, les citadins des ruraux ; ils retiennent uniquement que ce sont des Portoricains.

26 Gente De Zona et Anthony, Marc, « La Gozadera », Sony Music, 3:23 (2015) [consulté le 03/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=VMp55KH_3wo>.

27 Et non « latine » qui inclurait des pays comme la France, l’Italie, le Portugal ou l’Espagne qui ne partagent pas ce passé colonial. Du moins, pas depuis le même versant de l’Histoire.

28 Tant culturelles que militaires car il s’agit bien de montrer que le softpower et le hardpower ont tous les deux eu un grand impact sur le continent latino-américain, que ce soit avec des guerres ou, dans le cas des États-Unis, une américanisation forcée. D’ailleurs, Porto Rico est peut-être le territoire le plus concerné par cette américanisation. Ne dit-on pas que c’est la dernière colonie du monde ? Cf. BBC Mundo, « ¿Por qué algunos consideran que Puerto Rico es la “colonia más antigua del mundo”? » (11 juin 2017) [consulté le 06/03/2022] <URL : https://www.bbc.com/mundo/noticias-america-latina-40178522>.

29 Dans la chanson « Mía » du Boricua Bad Bunny et du Canadien Drake, ce dernier chante entièrement en espagnol ce qui témoigne de l’importance que prend la musique hispanophone année après année sur la scène internationale. Cf. Bad Bunny et Drake, « Mía », X100pre, Rimas Entertainment LLC, 3:30 (2018) [consulté le 03/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=OSUxrSe5GbI>.

30 À la fin de leur chanson, il arrive que les reggaetoneros mentionnent Porto Rico en guise de fierté, plus spécialement lorsqu’ils se produisent en collaboration avec des artistes étrangers. Par exemple, dans le morceau « No Puedo Olvidarte » du Colombien Maluma et Nicky Jam on peut entendre « Colombia y Puerto Rico ». Cf. Maluma et Jam, Nicky, « No Puedo Olvidarte », 11:11, Sony Latin, 3:19 (2019) [consulté le 03/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=jVezxy8Fhvg>.

31 Comme à la suite des ouragans Irma et María qui ont dévasté Porto Rico durant l’été 2017, Daddy Yankee et plusieurs de ses collègues se sont mobilisés pour apporter leur aide aux sinistrés en appelant aux dons et en organisant des concerts à but humanitaire. Cf. Univision, « Daddy Yankee es un “Cangri” brindando ayuda humanitaria a Puerto Rico » (12 octobre 2017) [consulté le 04/03/2022] <URL : https://www.univision.com/radio/dallas-kdxx-fm/daddy-yankee-es-un-cangri-brindando-ayuda-humanitaria-a-puerto-rico>.

32 Nous pensons surtout à White Lion Records, le label portoricain qui a propulsé de nombreux reggaetoneros, et ce depuis 1994.

33 Genre musical traditionnel de Colombie d’origines européennes, africaines et indigènes.

34 Aujourd’hui, le vidéoclip est la deuxième vidéo la plus vue de YouTube avec pas moins de 7,8 milliards de visionnages à l’heure où nous écrivons ces lignes (Fonsi, Luis et Daddy Yankee, Op. cit.).

35 Cf. Del Pino, Andrea M. Rosa, « Luis Fonsi relanza el turismo de Puerto Rico gracias a “Despacito” y ayuda al país en su bancarrota », Elmundo.es (10 juillet 2017) [consulté le 04/03/2022] <URL : https://www.elmundo.es/loc/2017/07/10/596389c1268e3e72728b45cc.html>.

36 Le terme vient du mot espagnol « maleante » qui signifie « délinquant ».

37 La musique urbaine étant un milieu très concurrentiel, les artistes n’hésitent pas à décrédibiliser leurs adversaires tout en flattant leur propre égo ; souvent afin de se promouvoir et gagner en notoriété. Le reggaeton ne fait pas exception. Cf. Team Mouv’, « Le culte de l’ego dans le rap français », Radio France (27 août 2018) [consulté le 02/03/2022] <URL : https://www.radiofrance.fr/mouv/le-culte-de-l-ego-dans-le-rap-francais-6783839>.

38 En voici un exemple : Wisin, et al., « Andan Por Ahí », 6:32 (2017) [consulté le 05/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=O1ITuo4mtiQ>.

39 Dans le monde du rap, une instrumentale est la musique vierge sur laquelle le chanteur rappe.

40 J. Balvin, « 7 De Mayo », Sony Music, 3:33 (2021) [consulté le 04/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=QKMg_HCa1tY>.

41 J. Balvin, « Querido Río », Universal, 2:32 (2021) [consulté le 09/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=mTeSVeCl0Ec>.

42 Arcángel, « Mi Testimonio », Historias de un capricornio, Sony Music, 4:45 (2019) [consulté le 05/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=oysQyaymjiI&list=RDoysQya-ymjiI&start_radio=1>.

43 Daddy Yankee, « Palabras Con Sentido », BMI, 3:43 (2014) [consulté le 07/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=hMOb_PiK5kA>.

44 Daddy Yankee, « Yo Contra Ti », Adrev Publishing, 3:52 (2017) [consulté le 06/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=BpWoKTXbdvc>.

45 Cette chanson a été produite dans le cadre de la campagne « ¡Únete a la batalla: Yo contra ti! » de la fondation américaine Susan G. Komen for the Cure, qui lutte contre le cancer du sein. Le vidéoclip met en scène de vraies femmes victimes du cancer qui refusent d’abandonner et se battent pour gagner leur combat. Cf. Daddy Yankee, « Yo Contra ti », 3:52 (2017) [consulté le 02/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=BpWoKTXbdvc>.

46 Cf. Univision, « Daddy Yankee lanza la “tiraera” más dura de su carrera contra un enemigo temido por todos » (1er septembre 2017) [consulté le 05/03/2022] <URL : https://www.univision.com/puerto-rico/wkaq/entretenimiento/daddy-yankee-libero-la-peor-tiraera-de-su-carrera-contra-un-enemigo-mundialmente-famoso>.

47 Et pourtant, il existe de nombreux reggaetoneros qui utilisent certains de ces tons. Par exemple, nous pensons à Jamsha El Puti Puerko qui emploie régulièrement l’humour dans ses morceaux.

48 Nous souhaitions remplacer « écoutants » par « consommateurs » qui est plus péjoratif et plus adéquat car dans ce contexte, ceux-ci sont relégués au rang de simple « public-cible », dans la mesure où l’aspect commercial est favorisé au détriment de la démarche artistique.

49 Il ne fait pas toujours l’unanimité car il reste tout de même un genre musical « frontal » dans sa façon de traiter certains sujets, mais il est généralement bien accepté de la société (nous prenons pour référence la société occidentale) comparé au reggaeton.

50 On peut penser notamment à Ivy Queen, Lisa M. ou Ana Macho, entre autres.

51 Déjà en 2019, nous avions constaté l’absence de ces figures. Voir la partie « L’héritage colonial : indigènes et Jíbaros » dans notre précédent travail sur le reggaeton déjà mentionné dans la note de bas de page no3.

52 Nous n’en ferons pas l’analyse dans ce travail, mais renvoyons au vidéoclip ci-dessous ainsi qu’à l’article suivant qui traite de manière exhaustive de l’importance de cette chanson qui marque un tournant dans la musique latino-américaine, du vidéoclip, et de l’engagement de l’artiste concernant les questions de genre. Cf. Escamilla, Pamela, « ¿Oportunismo o inclusión? El dilema con el video de “Yo Perreo Sola”, dirigido por Bad Bunny », Slang (14 avril 2020) [consulté le 10/03/2022] <URL : https://www.facebook.com/slangfm/videos/1445864845585530/>. Cf. Bad Bunny, « Yo Perreo Sola », YHLQMDLG, Rimas Entertainment LLC, 2:52 (2020) [consulté le 05/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=GtSRKwDCaZM>.

53 « L’Office québécois de la langue française préconise le terme “autonomisation”, qu’il définit ainsi : “processus par lequel une personne, ou un groupe social, acquiert la maîtrise des moyens qui lui permettent de se conscientiser, de renforcer son potentiel et de se transformer dans une perspective de développement, d’amélioration de ses conditions de vie et de son environnement” ». Cf. Chartier, Sophie, « “Empowerment”, un mot qui perd de son pouvoir », Le Devoir (1er août 2017) [consulté le 02/03/2022] <URL : https://www.ledevoir.com/societe/504673/empowerment-un-mot-qui-perd-de-son-pouvoir#:~:text=D%27abord%20utilis%C3%A9%20par%20les,par%20rapport%20aux%20groupes%20dominants>. Comme l’explique cet article, ce concept est utilisé inconsidérément de nos jours, et notamment dans le monde des entreprises.

54 Par exemple, la Chilienne Tomasa del Real ou encore l’Argentine Ms Nina.

55 Le perreo est une danse lascive caractéristique du reggaeton ; le verbe « perrear », signifie danser le perreo. Dans notre précédent travail nous l’avions défini de cette manière : « Danse ainsi nommée car elle simule l’acte sexuel qui s’apparente à celui des chiens (« perros » en espagnol). L’homme vient se coller derrière la femme tandis qu’elle effectue des mouvements de hanches pour l’aguicher. Ce terme est aussi attribué aux chansons qui incitent à le danser » (Escuyer, Antoine, Op. cit., p. 71). Le neoperreo évoque donc une nouvelle forme de reggaeton pour danser. En voici un exemple : Del Real, Tomasa, « Barre Con El Pelo », Bellaca Del Año, Nacional Records, 3:22 (2018) [consulté le 03/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=AuO11HdO4gY>.

56 Autrement dit, avec davantage de sons électroniques.

57 Cf. Estaff Remezcla, « Neo-Perreo: 15 Artists Writing Reggaeton’s Weird and Wonderful New Chapter », Remezcla (17 août 2016) [consulté le 09/03/2022] <URL : https://remezcla.com/lists/music-/15-neo-perreo-artists/>.

58 Il y a encore peu d’études sur le neoperreo, mais nous pensons qu’il serait intéressant d’en étudier le développement, notamment dans les pays du Cône Sud. En effet, nous avons constaté que la musique avait un impact différent dans les sociétés de cette région, qu’elle était plus revendicatrice. En Argentine, Romina Bernardo, aussi connue sous le nom Chocolate Remix, remodèle le reggaeton de sorte à en faire une critique du machisme. Elle est l’initiatrice d’une autre variante du reggaeton, le reggaeton lesbien-féministe. Par conséquent, mettre en relation ces deux sous-genres et les confronter au reggaeton « classique » pourrait faire ressortir les différences socio-culturelles entre l’Argentine et Porto Rico par exemple. Voici une interview de cette artiste dans laquelle elle explique sa démarche, son opinion concernant le reggaeton et toute la controverse qui tourne autour de lui : Páez López, Fabián, « Chocolate Remix, la pionera del reggaetón lésbico », Shock (20 novembre 2017) [consulté le 08/03/2022] <URL : https://www.shock.co/musica/una-charla-con-chocolate-remix-la-pionera-del-reggaeton-lesbico>.

59 Son album publié juste avant la pandémie de COVID-19 s’appelle d’ailleurs YHLQMDLG (Yo Hago Lo Que Me Da La Gana) et est composé de différents morceaux tous plus originaux les uns que les autres, intégrant trap, rock, R&B, dembow, reggaeton, et reggae. On voit bien ici le désir de l’artiste boricua de ne pas s’imposer de limites et de casser les codes en publiant son disque « un sábado, un día después del establecido para los estrenos. Y por segunda vez, vuelve a hacerlo sin el respaldo de una multinacional ». Cf. Pérez, David Marcial, « Bad Bunny hace lo que le da la gana », El País (29 février 2020) [consulté le 05/03/2022] <URL : https://elpais.com/cultura/2020/02/29/actualidad/1582974008_683573.html>.

60 Bad Bunny et Los Rivera Destino, « Flor », Sony Music, 3:05 (2019) [consulté le 09/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=dsBc8FF5LGg>.

61 Bad Bunny et Cano, Natanael, « Soy El Diablo », BMI, 3:16 (2019) [consulté le 10/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=-njVpIGri3M>.

62 Rauw, Alejandro, « Toda La Noche », BMI, 3:27 (2021) [consulté le 05/03/2022] <URL : https://www.youtube.com/watch?v=WEO_klGkPjc>.

63 Fin 2019, le site web du magazine GQ México annonçait une possible disparition du genre durant la décennie dans laquelle nous nous trouvons actuellement. Les raisons de cette potentielle « mort » coïncident avec nos arguments et hypothèses. Cf. Mancilla, Alejandro, « ¿La nueva década matará al reggaetón? Te decimos las razones », GQ (25 décembre 2019) [consulté le 09/03/2022] <URL : https://www.gq.com.mx/entretenimiento/articulo/la-nueva-decada-matara-al-reggaeton>.

64 Le DJ et producteur panaméen El Chombo, connu pour être l’un des précurseurs du reggaeton, a créé une polémique début 2021 lorsqu’il a affirmé dans sa vidéo YouTube que le reggaeton était mort. Il y explique en fait que le reggaeton est devenu un reggaeton-pop, ou plutôt une pop sur rythmique reggaeton. Daddy Yankee, qui était en désaccord avec lui, a rebondi sur la polémique pour promouvoir son hit « Problema » qui allait sortir quelques jours après la vidéo d’El Chombo, annonçant par la même occasion que ce hit contredirait les affirmations de ce dernier. Or, il s’avère que « Problema » est venu confirmer les dires du Panaméen puisqu’il s’agissait en réalité d’une chanson aux sonorités pop très commerciale et dépourvue de l’essence reggaeton.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Escuyer, « Entre portoricanité et universalité : les ambivalences du reggaeton »HispanismeS [En ligne], 20 | 2022, mis en ligne le 15 décembre 2022, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/hispanismes/17485 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hispanismes.17485

Haut de page

Auteur

Antoine Escuyer

Université d’Angers

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search