Navigation – Plan du site
Dossier

L’enseignement technique en ses lieux. Conception, édification et usages (XIXe-XXe siècles)

Places for technical education (19th - 20th centuries)
Guy Lambert et Stéphane Lembré
p. 9-35

Texte intégral

  • 1 François Icher, « L’établi du menuisier », in Christian Jacob (dir.), Lieux de savoir, t. 2. Les m (...)
  • 2 Christian Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Marseille, OpenEdition Press, 2014, p. 14. Voir (...)
  • 3 Ibid.

1« Lieu où s’échangent paroles et gestes, poste de travail où les outils peuvent exprimer leur potentiel guidé par une main éclairée, l’établi reste, aux yeux du compagnon, un des lieux majeurs de la transmission »1. L’article de François Icher sur l’établi du menuisier, rédigé dans le cadre d’un programme de recherche collectif sur les lieux de savoir, illustre la valeur plurielle désormais reconnue à la notion de « lieu ». En abordant dans cette perspective les espaces de l’enseignement technique et l’architecture – au sens large – des écoles techniques et professionnelles, ce dossier s’intéresse aux interactions entre « les lieux matériels, construits ou naturels, où se déploient ces activités qu’ils abritent : salles de cours, laboratoires, bibliothèques, jardins botaniques, musées, ateliers »2, qui se définissent autant par les instruments et les outils que par « les artefacts qui permettent de matérialiser et d’inscrire le savoir ou qui jouent un rôle dans sa construction même : dessins, schémas, textes écrits, discours portés par la voix »3. De l’établi et de l’atelier à l’établissement scolaire, voire au réseau d’établissements, les lieux de l’enseignement technique proposent à plusieurs échelles des modes différenciés de transmission de savoirs et de savoir-faire émanant des promoteurs, des concepteurs ou des usagers de ces lieux.

  • 4 Marie-Claude Derouet-Besson, Michel Sauvage, Architecture scolaire. Vingt ans d’usages dans un ate (...)
  • 5 Bruno Latour, Steve Woolgar, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, (...)

2L’étude ethnographique de l’atelier du lycée technique de Talvart, menée il y a près de trois décennies par les sociologues Marie-Claude Derouet-Besson et Michel Sauvage, avait mis en évidence les transformations de l’espace de l’atelier par les professeurs, en contradiction avec les préconisations et les prescriptions portant sur ce type d’espace pédagogique. Dans cet établissement construit à la fin des années 1960 dans la banlieue d’une grande ville française – l’un et l’autre anonymisés par les auteurs –, illustration des représentations dominantes à cette époque en matière d’enseignement technique, la conception comme les utilisations de l’atelier ont conduit à des choix, confirmant que « l’espace ne peut pas être considéré comme une entrée isolée dans l’analyse du fonctionnement des établissements scolaires »4. Quelques années après la description ethnographique d’un laboratoire scientifique californien menée par Bruno Latour et Steve Woolgar5, une telle monographie, centrée sur le cloisonnement puis le décloisonnement d’un lieu emblématique de l’enseignement technique, posait avec précision certaines des grandes problématiques qui caractérisent la diversité de « lieux » du technique, qu’il s’agisse de lieux projetés, conçus, édifiés, utilisés, transformés, détruits ou conservés. Ces espaces se déploient entre normes fonctionnelles initiales et transformations par les usages, tentation modélisatrice et adaptation aux réalités de terrain, décision de l’inspection générale et appropriation par les usagers, à commencer par les professeurs, arbitrages, accommodements et affrontements venant nuancer une large gamme de situations.

  • 6 Guy Brucy, Florent Le Bot, « Les deux rêves du Technique. De la mise en ordre à la mise en espace  (...)
  • 7 Bernard Toulier, « L’architecture scolaire au XIXe siècle : de l’usage des modèles pour l’édificat (...)
  • 8 Voir Christian Hottin (dir.), Universités et grandes écoles à Paris. Les palais de la Science, Par (...)

3Concevoir, construire ou abattre les murs du technique : de la métaphore aux réalités, ou des « rêves du Technique »6 aux histoires multiples d’édifices, d’espaces et d’objets, réside une partie de l’histoire de l’enseignement technique, entendu comme l’ensemble des formations possédant une visée professionnelle (qu’il y ait ou non spécialisation) et des contenus disciplinaires spécifiques caractérisés par un équilibre variable entre « théorie » et « pratique », effectuées ou non dans un cadre scolaire. L’enseignement technique a vu son développement s’accélérer en France à partir du milieu du XIXe siècle, jusqu’à sa pleine intégration dans le système éducatif en 1960. La richesse de cette histoire se laisse certes difficilement saisir dans son ensemble, tant les établissements ou les cours ont été variés, parfois éphémères, et souvent hébergés dans des locaux non dédiés. Trop souvent jugé à partir de la situation « dominée » de l’enseignement professionnel dans le système scolaire français actuel, l’enseignement technique possède, dans ce cas comme dans d’autres contextes, une histoire longue, dont le patrimoine reste mal connu. L’architecture des établissements, qu’elle ait été préservée ou que ces constructions aient fait l’objet de transformations, frappe d’emblée par son importance. Aller au-delà de cette impression revient à (re)découvrir une histoire qui n’eût jamais la marginalité dans laquelle la modestie des travaux historiques tendait à la confiner jusqu’aux années 1970. Si les travaux se sont multipliés depuis les années 1980 et 1990, leurs auteurs ne se sont que rarement penchés sur les lieux de cette histoire. Or, par son emprise spatiale, par sa spécificité comme par son expression architecturale et ses programmes iconographiques, l’enseignement technique recèle une richesse et une diversité réelles. Le constat est banal pour les autres ordres d’enseignement : les architectures de l’enseignement primaire et secondaire sont aujourd’hui assez bien connues en raison du nombre de travaux historiques qu’elles ont suscités, quoique plus nombreux et plus précoces pour le primaire que pour le secondaire7. Engagées plus récemment, les recherches de cette nature portant sur l’enseignement supérieur témoignent à la fois d’une forme de déplacement du regard mais aussi des enjeux liés actuellement aux espaces en question8.

  • 9 Les champs de l’enseignement scientifique et le monde universitaire ont été les mieux explorés : M (...)
  • 10 La formation des artistes et des architectes a donné lieu à des recherches en ce sens : Guy Lamber (...)
  • 11 Le Patrimoine de l’Éducation nationale, Charenton-le-Pont, Flohic, 1999 ; Thierry Baert (dir.), Le (...)

4Outre l’intérêt que présentent ces perspectives ouvertes en histoire de l’architecture scolaire pour appréhender l’enseignement technique, celui-ci constitue également, à la faveur de renouvellements historiographiques récents, un terrain où peuvent se développer avec profit des recherches engagées dans d’autres contextes éducatifs et envisagées tour à tour sous l’angle du « patrimoine » et de la « culture matérielle »9. Ces approches permettent de rapprocher et d’interroger conjointement les lieux de la formation, les instruments, les collections didactiques et les pratiques, mais aussi les représentations voire les mythologies qui leur sont associées. À la croisée d’une histoire culturelle de l’architecture marquée par un intérêt porté aux usages comme aux mécanismes collectifs de production des édifices et d’une approche matérielle et spatiale des enseignements, les écoles techniques et professionnelles fournissent un terrain propice pour prolonger de telles investigations, en raison notamment de la part pratique des formations qu’elles dispensent, permettant d’interroger la complémentarité des espaces où celles-ci s’inscrivent10. Rares sont les travaux sur l’architecture scolaire qui accordent une place aux lieux de l’enseignement technique, l’enseignement supérieur faisant parfois exception11.

  • 12 Christian Jacob, « Faire corps, faire lieu », in Christian Jacob (dir.), Lieux de savoir, t. 1, Es (...)
  • 13 Voir par exemple Angelo Torre, « Un “tournant spatial” en histoire ? Paysages, regards, ressources (...)
  • 14 Renaud d’Enfert, Virginie Fonteneau (dir.), Espaces de l’enseignement scientifique et technique. A (...)
  • 15 Lucie Tanguy, « Apprentissage en entreprise et formation professionnelle en école : une mise en pe (...)
  • 16 Guy Brucy, Vincent Troger, « Un siècle de formation professionnelle en France : la parenthèse scol (...)

5Cette entrée par les lieux, c’est-à-dire non pas des terres parfaitement inconnues mais des portions d’espaces porteuses d’usages et de sens, saisies dans leur matérialité, semble à même d’offrir une meilleure compréhension des transformations et des représentations de l’enseignement technique12. Elle constitue désormais une démarche légitimée par le « tournant spatial » des sciences humaines et sociales ainsi que par un intérêt renouvelé pour les cultures matérielles13. Il s’agit de prendre acte de l’importance des lieux – dans leur dimension matérielle autant que spatiale – pour envisager l’enseignement technique dans sa diversité et questionner la « forme scolaire » et son adaptation, ou son aménagement, aux finalités propres à cet enseignement, en poursuivant l’entreprise engagée autour de Renaud d’Enfert et Virginie Fonteneau à propos des espaces, qui donnait déjà une large place aux acteurs et aux institutions14. Comment intégrer des ateliers, des machines dans un établissement scolaire ? Dans quelle mesure les établissements du technique possèdent-ils une architecture spécifique, des espaces qui leur seraient propres ? Plus largement, dans quelles conditions la scolarisation des formations techniques ou leur « mise en école »15, parenthèse en cours d’abandon ou situation en voie de banalisation, a-t-elle pu se réaliser16 ?

6L’intérêt pour les lieux du technique s’est affirmé de manière fragmentée : d’abord porté par la littérature architecturale, il n’a que peu bénéficié des travaux des historiens de l’éducation, tout en apparaissant dans certaines monographies d’établissements ou au détour de travaux centrés sur d’autres problématiques.

I. Documenter les lieux du technique : des concepteurs aux historiens

  • 17 Anne-Marie Châtelet, « L’architecture des écoles au XXe siècle. Essai d’historiographie I », art.  (...)

7L’essor de la publication d’ouvrages et de manuels consacrés à la construction scolaire dès le XIXe siècle est contemporain de l’intensification de celle-ci17. Elle est aussi une source documentaire précieuse pour aborder l’histoire des lieux d’enseignement, notamment dans leur dimension architecturale.

Du temps des architectes à celui des experts et des décideurs

  • 18 Charles Chipiez, « L’école nationale professionnelle d’Armentières », Revue générale de l’architec (...)
  • 19 René Blanchot, « L’école nationale professionnelle d’Égletons (Corrèze) », L’Architecture, vol. 50 (...)
  • 20 Edward Cookworthy Robins, Technical school and college building, being a treatise on the design an (...)

8Les édifices construits pour l’enseignement technique le confirment dans plusieurs pays. Les premiers écrits concernant les écoles techniques émanent plus souvent des architectes que d’autres protagonistes. Ainsi, Charles Chipiez (1835-1901), inspecteur de l’enseignement du dessin et architecte de l’école nationale professionnelle (ENP) d’Armentières dans les années 1880, présente sa réalisation dans la Revue générale de l’architecture en 188618. La lecture des revues d’architecture permet ainsi de suivre la place qu’y occupe cette catégorie d’établissements, certes bien moins représentée que ceux de l’enseignement primaire et secondaire, mais reflétant néanmoins leur importance dans l’actualité de la commande. De telles publications sont aussi des préconisations, à l’image de l’article que René Blanchot (1901-1978) consacre en 1937 dans la revue L’Architecture à l’ENP d’Égletons réalisée par Robert Danis (1879-1949), dont il est le collaborateur après avoir été son élève à l’École régionale d’architecture de Strasbourg19. En Angleterre, l’architecte Edward Cookworthy Robins (1830-1918) décrit aussi la construction des écoles techniques, dans un véritable traité nourri d’une connaissance solide de la situation de l’enseignement technique en Angleterre et à l’étranger20. L’auteur a lui-même dessiné et supervisé la construction d’un établissement à Bristol, dénommé The Merchant Venturers School, qu’il décrit précisément, plans à l’appui. Cette école inaugurée en 1885 lui permet de fournir des préconisations qui témoignent de l’importance en cette fin du XIXe siècle des préceptes d’hygiène et de salubrité.

  • 21 Henry Baudin, Les constructions scolaires en Suisse. Écoles enfantines, primaires, secondaires, sa (...)
  • 22 Henry Baudin, Les nouvelles constructions scolaires en Suisse, Genève, Éditions d’art et d’archite (...)
  • 23 Bernard Toulier, « L’architecture scolaire au XIXe siècle… », art. cit.
  • 24 Henry Baudin, Les nouvelles constructions scolaires en Suisse, op. cit., p. 303.

9Dans certains cas, la description des édifices scolaires dans leur ensemble intègre l’enseignement technique. En Suisse, l’architecte Henry Baudin (1876-1929), auteur en 1907 d’une étude destinée à guider la construction d’écoles21, la complète en 1917 par un second ouvrage où il note combien la décentralisation caractéristique du pays « se traduit aussi dans le caractère individualiste des manifestations architecturales »22. Si les ouvrages de cet ordre, proposant à la fois une étude exhaustive des principes généraux et la présentation de quelques établissements jugés remarquables sont déjà fort répandus à cette date23, l’examen des questions incontournables – depuis le choix du terrain, les dispositions générales du plan, les dimensions et orientations des classes, les systèmes de chauffage et de ventilation, jusqu’à l’architecture extérieure et intérieure – atteste de la continuité qui caractérise, d’un pays à l’autre, les études sur les constructions scolaires de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Dans son second ouvrage, Baudin signale l’importance que prennent les locaux pour l’enseignement ménager dans les nouveaux bâtiments scolaires. Il cite en exemple l’école des arts et métiers de Saint-Gall, due à l’architecte Paul Truninger24. La description élogieuse du bâtiment, installé en pleine ville avec un plan en forme de U, révèle la disposition générale des lieux :

  • 25 Ibid., p. 306.

« Le rez-de-chaussée est affecté aux classes d’étude, tandis que les autres étages sont presque entièrement occupés par des salles de dessin, peinture et modelage ; on trouve même, aux combles, une terrasse aménagée pour dessiner en plein air et une petite serre pour entretenir des fleurs et des plantes. Le sous-sol, très éclairé, renferme quatre grands ateliers pour menuisiers, serruriers, ferblantiers et tapissiers, un local de douches avec vestiaire séparé, quatre dépôts de matériel et modèles et les locaux de chauffage central. Toutes les salles de dessin sont munies d’un mobilier moderne perfectionné et adapté aux besoins des diverses branches de l’enseignement. De nombreuses salles de maîtres sont réparties dans les étages »25.

10La qualité de la décoration et le goût qui préside à l’architecture intérieure et extérieure, illustrés par des photographies, croquis et plans, sont mis en relation par l’architecte avec l’objectif de l’école, la formation d’ouvriers d’art, d’artisans et d’ouvriers, et avec la revalorisation du travail manuel. Sans être l’architecte de cet établissement, l’auteur suggère l’intérêt des constructions scolaires du point de vue architectural, et inclut les écoles à visée professionnelle.

  • 26 Henri-Marcel Magne, « L’architecture des écoles techniques », Bulletin de la Société d’encourageme (...)
  • 27 Henri Poupée, « Magne, Henri Marcel », in Claudine Fontanon, André Grelon (dir.), Les professeurs (...)
  • 28 Charles R. Day, Les écoles d’arts et métiers. L’enseignement technique en France, XIXe-XXe siècles(...)
  • 29 André Grelon, « Les enseignements techniques à Lille et dans sa région », in André Grelon, Françoi (...)

11Deux décennies plus tard, dans une étude publiée en janvier-février 1940 dans le Bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, groupement qu’il préside depuis 1938, Henri-Marcel Magne (1877-1944) propose la première approche synthétique, sous le titre « L’architecture des écoles techniques »26. Son travail est présenté comme une commande qui lui aurait été confiée par Anatole de Monzie, ministre de l’Éducation nationale de juin 1932 à janvier 1934. Le thème intéresse Magne à plusieurs titres : architecte, fils et petit-fils d’architecte, il est professeur au Conservatoire national des arts et métiers et président de la Société de l’art appliqué aux métiers, fondée par son père Lucien Magne en 1912 pour défendre l’héritage de l’enseignement rationaliste de Viollet-le-Duc dans le domaine de la décoration27. Si Magne propose la première véritable typologie, celle-ci regarde autant le processus d’installation des écoles que l’organisation des édifices proprement dits. Il classe en effet les établissements de l’enseignement technique selon trois « stades » qu’il définit en distinguant l’utilisation d’ensembles de bâtiments préexistants, avec ajouts de nouveaux bâtiments comme des ateliers (premier stade) ; la construction d’établissements neufs (deuxième stade) ; la construction et la transformation d’établissements avec une « préoccupation avant tout morale et sociale », principes adoptés selon lui par la direction de l’enseignement technique et notamment son directeur depuis 1934, Hippolyte Luc (troisième stade). Certes, l’utilisation de bâtiments non dédiés, modifiés de manière plus ou moins profonde, est chronologiquement antérieure dans la plupart des cas à la construction d’édifices dédiés, mais la juxtaposition de ces trois stades l’emporte en réalité nettement sur tout modèle de succession chronologique. Les créations d’écoles d’arts et métiers sont révélatrices de cette évolution. Le duc de La Rochefoucauld-Liancourt fonde un premier établissement sur son domaine de Liancourt, transféré au château de Compiègne où il devient une école d’arts et métiers puis à Châlons, dans l’ancien monastère, en 1806. L’école d’Angers, d’abord ouverte à Beaupréau (Maine-et-Loire) en 1811, est déplacée dès 1815 à Angers, dans l’ancienne abbaye du Ronceray, où de nouveaux bâtiments mieux adaptés à ce nouvel usage furent édifiés28. En revanche, la construction de l’école nationale des arts et métiers de Lille à la fin du siècle par Jules Batigny (1838-1909) repose d’emblée sur le choix d’installations édifiées pour cet usage29.

12Après le travail de Henri-Marcel Magne, les architectes n’ont plus le monopole de la description et de l’analyse des lieux du technique : dans les décennies qui suivent la Deuxième Guerre mondiale, ce sont plutôt les administrateurs et les responsables politiques, confrontés à « l’explosion scolaire » et au choix fort de la mise en école des apprentissages professionnels, qui s’inquiètent des locaux susceptibles d’accueillir des élèves beaucoup plus nombreux qu’auparavant.

  • 30 « Constructions scolaires et universitaires », L’Architecture française, n° 129-130, 1952. Le comi (...)
  • 31 « Constructions scolaires et universitaires », art. cit., p. 48.

13Le numéro spécial que la revue L’Architecture française consacre aux constructions scolaires en 1952 en offre une excellente illustration. Il répond à une demande du ministre de l’Éducation nationale et rend compte de l’Exposition des constructions scolaires organisée à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts pour ce ministère30. Si la reproduction des panneaux présentés lors de cette manifestation n’offre pas une lisibilité parfaite, la préface du ministre André Marie et les introductions de chaque section, signées par les directeurs généraux du ministère, révèlent la centralité de la question des locaux face à l’explosion démographique annoncée. Albert Buisson, directeur général de l’enseignement technique, insiste sur la nécessité de construire à moindre coût et avec un but fonctionnel. La particularité réside dans la « partie technique », « qui donne aux constructions qui nous occupent leur caractère propre et particulier, caractère qui influence plus spécialement la conception architecturale de l’établissement scolaire d’enseignement technique »31.

  • 32 Lucien Géminard, L’unification du système enseignant français, 1963-1985. Souvenirs d’un inspecteu (...)

14Le témoignage de Lucien Géminard, professeur puis inspecteur général de l’enseignement technique à partir de 1964, montre aussi la préoccupation du ministère de l’Éducation nationale envers les lieux du technique et leur équipement. Des années 1960 aux années 1990, le changement technique, par exemple l’automatisation des machines-outils ou l’informatisation, requiert de transformer les programmes des collèges et lycées techniques, mais aussi les machines et appareils qui risquent de devenir « obsolètes avant d’être usés »32. L’évaluation des besoins et de la nature de l’équipement des ateliers par les services du ministère doit prendre en compte des logiques financières, politiques et pédagogiques.

Apport des monographies et travail d’inventaire : du patrimoine à l’histoire ?

  • 33 Serge Chassagne (dir.), La Maison d’école en France au XIXe siècle, Paris, INRP, 1987.
  • 34 Marie-Madeleine Compère, Philippe Savoie (dir.), L’établissement scolaire. Des collèges d’humanité (...)

15Les historiens se sont précocement intéressés à l’histoire des établissements. En France, les travaux engagés à ses débuts par le Service d’histoire de l’éducation sur la « maison d’école » du XIXe siècle ont donné matière à une publication qui s’intéressait à de nombreux aspects de la vie à l’école, de l’enseignement dans la classe à la nourriture33. Les travaux attachés à problématiser la notion même d’établissement ont renouvelé l’histoire des établissements primaires comme secondaires et confirmé la pertinence de cet objet34.

  • 35 Michel Le Moël, Raymond Saint-Paul (dir.), 1794-1994. Le Conservatoire national des arts et métier (...)
  • 36 Jean-Marie Oudoire, Ferdinand Dutert 1845-1906. Une architecture du plain-pied avec le vingtième s (...)

16Les établissements d’enseignement technique ont, de leur côté, fait l’objet d’un intérêt inégal. Si l’on ne dispose pas pour eux d’un nombre de monographies aussi considérable que pour les lycées ou certaines écoles, l’enseignement technique supérieur a cependant attiré l’attention de longue date. Ainsi du Conservatoire national des arts et métiers et de son insertion dans son quartier, ou d’autres grandes écoles parisiennes comme l’École centrale, l’École des mines, l’École de physique et chimie industrielles ou encore l’École nationale supérieure des arts décoratifs35. Ces études prennent en compte l’architecture des établissements, ses relations avec l’environnement immédiat, éventuellement leur devenir. Elles peuvent aussi s’organiser autour de l’architecte qui les a édifiées, à l’image de l’École nationale supérieure des arts et industries textiles, fondée à Roubaix en 1889, pour laquelle Jean-Marie Oudoire a mis en valeur l’action de Ferdinand Dutert et la grande richesse décorative de cet ensemble36.

  • 37 Yves Legoux, Du compagnon au technicien : l’École Diderot et l’évolution des qualifications, 1873- (...)
  • 38 Jean-Pierre Desbordes, Claude Richoux, L’École nationale professionnelle Henri Brisson de Vierzon, (...)
  • 39 Estelle Brunel, L’école nationale professionnelle de Thiers (1933) par Paul Guadet (1873-1931) et (...)

17Les connaissances concernant l’enseignement technique « moyen », destiné à des adolescents le plus souvent sortis, avant 1959, de l’enseignement primaire, âgés de 12 à 16 ans généralement, sont plus limitées. Elles ne sont pas négligeables, toutefois, pour certains types d’école. L’école Diderot, située boulevard de la Villette à Paris, fait exception grâce à l’étude précoce d’Yves Legoux, bien que celle-ci n’évoque guère les dimensions spatiale et architecturale37. En tant qu’ancien site industriel reconverti en école-usine fondée en 1873, elle relève bien de l’un des stades décrits par Henri-Marcel Magne. Il faut plutôt se tourner vers les ENP pour trouver des études sous cet angle : un certain nombre de travaux a été mené pour mettre en valeur l’histoire des premières de ces écoles, celles de Vierzon dans le Cher, de Voiron en Isère, et d’Armentières dans le Nord, créées en 1882, restées longtemps isolées avant d’être rejointes par d’autres ENP (il en existe 6 en 1914 et 29 en 1960)38. Henri Coutis, à propos de l’école de Voiron, mobilise ses souvenirs et ceux d’autres anciens élèves pour évoquer, entre autres, les espaces de vie et de travail de cet établissement. L’intérêt pour ces écoles déborde largement les travaux d’histoire de l’éducation : l’ENP de Thiers, actuel lycée d’enseignement général et technologique Jean Zay, a par exemple été étudiée pour son architecture en 2002 dans le cadre d’un mémoire universitaire en histoire de l’art, puis plus récemment sous l’angle de la culture d’établissement, en mettant à profit les outils de l’histoire orale39.

  • 40 Le Patrimoine de l’Éducation nationale, op. cit.

18Qu’ils prennent appui sur ces études ou qu’ils aient pu les susciter, de premiers inventaires des établissements d’enseignement technique, de leurs bâtiments et de leur matériel, ont été menés dans une optique patrimoniale par des historiens de l’éducation. Le volume consacré au patrimoine de l’Éducation nationale, publié en 1999, contient de nombreuses notices qui signalent l’importance des espaces du technique. Il permet de confirmer le constat qu’établissait Henri-Marcel Magne quant à l’importance des réutilisations de bâtiments pour les premières institutions d’enseignement technique, mais aussi de situer l’intensification des constructions de nouveaux édifices à partir des années 1880 au moment du volontarisme républicain déjà repéré pour d’autres types d’établissements40.

19Le panorama offert par ce volume s’est depuis enrichi grâce au travail qu’effectuent les services régionaux de l’Inventaire, source d’informations précieuses, s’intéressant aussi à des écoles moins étudiées. Les investigations menées par Laurent Poupart et le service Inventaire et Patrimoine de la Région Franche-Comté sur l’école d’horlogerie de Besançon et sur l’école d’optique de Morez illustrent parfaitement les apports de telles recherches portant ici conjointement sur l’architecture de ces établissements et sur l’interaction des lieux avec la pédagogie41. Allant parfois de pair avec l’existence de mesures de protection patrimoniale mais sans que ce soit systématique, les notices que les services régionaux de l’Inventaire consacrent aux écoles professionnelles et techniques contribuent aussi à mettre en relief des établissements issus d’initiatives locales, au gré des programmes thématisés de recensement et de documentation des réalisations qui présentent un intérêt historique et architectural. Si les édifices examinés sont parfois déjà bien identifiés, telle l’École municipale de tissage de Lyon construite par Tony Garnier (1869-1948) entre 1927 et 1933 abritant aujourd’hui l’ITECH-Lyon et la cité scolaire Diderot42, ces études font aussi souvent émerger des données pour des exemples moins connus, comme l’école pratique d’industrie de Rennes, actuel lycée technique Laënnec, conçue entre 1900 et 1904 par Emmanuel Le Ray (1859-1936)43. La collecte des données permet d’apprécier la conception et l’architecture de ces établissements. Elle s’attache aussi volontiers à restituer l’évolution de ces programmes sur le temps long et jusqu’aux périodes récentes, comme le prouvent les études de l’École de métiers des industries métallurgiques de Lyon, actuel lycée Hector Guimard, ou du lycée René-Perrin d’Ugine issu d’un groupe scolaire construit par la municipalité en 1940 et transformé ensuite en cité technique44.

  • 45 Henri Chamoux, « Le patrimoine des lycées : les collections d’instruments scientifiques », in Thér (...)
  • 46 Pierre Caspard, « Avant-propos », in Gérard Bodé, Philippe Marchand (dir.), Formation professionne (...)
  • 47 Caroline Barrera (dir.), La cour de récréation, Toulouse, Éditions midi-pyrénéennes, 2016.
  • 48 Denis Biget, Écoles de pêche, EAM et EMA. Lycées professionnels maritimes, Le Faouët, Liv’Éditions (...)

20Ces inventaires constituent un travail précieux pour l’histoire de l’éducation. « Entrer » dans la classe, pour l’histoire de l’éducation, est certainement l’une des plus grandes difficultés. Bien sûr, les cahiers d’élèves, les manuels scolaires ou les mémoires d’instituteurs peuvent donner des indications indirectes sur ce qui se passe dans la classe, mais ces sources restent parfois frustrantes pour l’historien. Il n’est pas plus facile de pénétrer dans l’atelier. Les approches par la culture matérielle permettent cependant, en s’intéressant au matériel scolaire – y compris, pour l’enseignement technique, les machines et les outils – et à l’agencement des locaux, de progresser dans la connaissance des conditions de travail et de vie dans les établissements. Les recherches autour du patrimoine scientifique et mobilier contribuent à enrichir la connaissance historique45. L’ampleur des informations disponibles confirme la place nouvelle de l’histoire de l’enseignement technique au carrefour de recherches très diverses46. Les travaux relativement nombreux depuis 20 à 25 ans, au prisme de problématiques et de méthodologies de recherche variées, mentionnent souvent les espaces sans toujours les étudier spécifiquement, mais ont cependant entrepris d’entrer dans l’établissement. Le choix d’une plus grande échelle doit permettre de connaître d’autres espaces, à l’image, hors de l’enseignement technique, des études sur la salle de classe ou, plus récemment, la cour de récréation47. L’exploration par Denis Biget des écoles destinées à l’enseignement maritime dévoile la diversité et la spécificité de ces lieux de formation, depuis les bâtiments non dédiés comme l’ancien « abri du marin » d’Audierne converti en école, jusqu’aux navires-écoles successivement utilisés de 1861 à 1976 par l’école d’apprentissage maritime de Sète, en accordant une grande place aux sources visuelles48. Ce parcours historiographique rapide suggère la diversité et la réelle consistance de sources d’archives et de traces matérielles des lieux du technique, permettant d’aborder les lieux du technique des projets aux usages dont ils sont l’objet, voire à leur réaffectation. Progresser dans la connaissance et la compréhension de ces lieux, tout à la fois lieux pour le technique et lieux par le technique, suppose d’engager des recherches soigneusement circonscrites, en suivant certaines des problématiques exposées. Les articles réunis dans ce dossier suivent à cet égard plusieurs des directions de recherche envisageables.

II. Implanter, concevoir, édifier, aménager les lieux du technique

21Les constructions scolaires peuvent être abordées sous différents angles, que ce soit l’histoire urbaine, le travail des architectes, l’implication des différents partenaires mobilisés autour des projets de construction, ou encore les symboles et les emblèmes choisis pour les différentes constructions.

  • 49 Marianne Thivend, L’École républicaine..., op. cit., chapitre 2, et id., « Constructions scolaires (...)
  • 50 Gérard Bodé, Hubert Vènes, Les établissements d’enseignement technique en France, 1789-1940, t. 1 (...)

22Les études abordant les constructions scolaires au filtre de la planification urbaine et de l’aménagement ont montré leur pertinence dans le cas des écoles primaires lyonnaises ou des écoles britanniques49. Pour l’enseignement technique, on peut en trouver un exemple emblématique à Égletons, en Corrèze. Cette petite ville a la particularité d’avoir été transformée selon un programme architectural et urbain ambitieux, sous l’impulsion notamment de son maire Charles Spinasse. Ce député de la SFIO est un admirateur de l’organisation scientifique du travail et un adepte des idées technocratiques dans l’entre-deux-guerres, ministre de l’Économie nationale du Front populaire avant de soutenir les gouvernements de Philippe Pétain et Pierre Laval pendant la Deuxième Guerre mondiale, et de voir son destin politique national brisé. Spinasse choisit de faire d’Égletons un centre d’enseignement : il modernise les écoles existantes et crée des établissements techniques pour faire de sa ville un pôle départemental puis national. Avec l’aide des architectes Robert Danis puis René Blanchot, maître d’œuvre de la plupart des réalisations locales, le maire fait édifier une ENP qui ouvre ses portes en 193350.

  • 51  Philippe Savoie, « Offre locale et engagement de l’État. Les enseignements technique et primaire s (...)
  • 52 Marc Suteau, Une ville et ses écoles : Nantes, 1830-1840, Rennes, Presses universitaires de Rennes (...)
  • 53 Don McCloy, Creating Belfast. Technical Education and the Formation of a Great Industrial City, 18 (...)
  • 54 Antoni Roca Rosell (dir.), L’Escola Industrial de Barcelona. Cent anys d’ensenyament tecnic i d’ar (...)
  • 55 Voir l’article de Stéphane Lembré dans ce numéro.

23Plusieurs travaux historiques centrés sur une ville retracent le rôle des municipalités. L’étude de la politique menée à Nancy confirme l’importance de l’action municipale et des soutiens locaux, à l’image de l’ouverture de l’École professionnelle de l’Est, héritière de l’école fondée en 1844 par l’instituteur Henri Loritz, pourvue d’ateliers vastes et mécanisés, de chauffage à la vapeur, d’éclairage électrique et de dortoirs confortables51. Le cas de Nantes, étudié par Marc Suteau et mis en lumière dans une monographie sur son École centrale créée en 1919, a permis de repérer l’importance des politiques menées localement et de valider l’hypothèse du poids déterminant de « l’offre locale » d’enseignement primaire supérieur et technique52. De telles monographies à l’échelle d’un établissement, d’une ville ou d’une agglomération se retrouvent à l’étranger : le livre de Don McCloy sur l’enseignement technique à Belfast permet de suivre la politique de construction et de constater combien la recherche de monumentalité est un phénomène partagé et irréductible au cas français à la fin du XIXe siècle. L’Institut technique municipal, par exemple, doit prouver l’importance économique de la capitale irlandaise53. À Barcelone, Antoni Roca Rosell a coordonné une histoire de l’école industrielle de la ville, qui en restitue l’importance locale et la richesse matérielle54. Aux études centrées sur les établissements, envisagées dans leur unicité ou collectivement, ont globalement succédé des approches diversifiées, qui ne prennent plus le niveau de l’établissement comme nécessairement le plus pertinent et font le choix de varier les échelles d’analyse55.

  • 56 Guy Lambert, L’architecte et la figure de l’expert, au service de l’État sous la IIIe République. (...)
  • 57 Voir l’article de Guy Lambert dans ce numéro.
  • 58 Archives nationales, F/17/17874 : note manuscrite d’octobre 1888 ; décret du ministre du Commence (...)

24Les recherches sur les acteurs impliqués apportent d’autres éléments. L’analyse du travail des architectes aide à comprendre les processus d’édification des lieux du technique. Parmi eux, outre le cas de Paul Guadet, objet de travaux monographiques56, ou ceux de Charles Chipiez et Ferdinand Dutert déjà cités, beaucoup d’autres figures intéressantes restent à étudier, d’autant que leur activité professionnelle témoigne souvent d’une forme de spécialisation dans ce type de commande spécifique57. Hippolyte Portevin en témoigne. Né à Reims en 1854, ancien élève de l’École polytechnique (promotion 1872), ingénieur-architecte, il figure en 1888 dans la première liste des inspecteurs départementaux de l’enseignement technique. Il en devient un promoteur actif dans sa ville natale, où il est conseiller municipal de 1896 à 1900. Il est également l’un des membres les plus dynamiques de l’Association française pour le développement de l’enseignement technique, créée en 1902. En sa qualité d’architecte, il conçoit un projet d’école pratique d’ouvriers électriciens en 1901, puis réalise l’école pratique de commerce et d’industrie (EPCI) de Denain, dans le Nord, en 1907. Après la guerre, il conçoit un projet très détaillé pour l’enseignement technique à Reims qu’il adresse dès le mois de mai 1919 au ministre du Commerce et de l’Industrie, et il siège au conseil départemental de l’enseignement technique, en qualité d’inspecteur régional58. Ses propositions aboutissent au projet d’un nouvel ensemble architectural qui doit abriter l’école pratique, l’école primaire supérieure (EPS) de garçons et l’école des arts industriels, sur une parcelle de 2,7 hectares. La première pierre est posée en juillet 1926. Dans une ville détruite à 80 % par les bombardements, un crédit de 10 millions de francs est prévu par la municipalité, ainsi qu’une subvention de l’État. Hippolyte Portevin, qui est déjà chargé de la construction de l’hôpital de Reims (de 1926 à 1933), mène ce projet à son terme en quatre années : l’établissement ouvre ses portes en septembre 1930. De tels cas méritent assurément de faire l’objet d’un recensement systématique et d’une étude fouillée, attentive à la pluralité des acteurs mobilisés dans les différents projets.

  • 59 Voir l’article de François Robert dans ce numéro.
  • 60 Lycée du bâtiment Pierre-Joël Bonté. Riom. Emmanuel Nebout architecte, Paris, Archibooks et Sauter (...)
  • 61 Voir l’article de Cédric Perrin dans ce numéro.
  • 62 Gaël Seimpère, L’enseignement technique et la formation professionnelle à Fourmies (1880-1914), mé (...)
  • 63 Ibid., p. 142.

25Des logiques foncière, pédagogique et architecturale contribuent à façonner les écoles, et de ce point de vue l’enseignement technique ne peut prétendre à l’originalité. Celle-ci réside plutôt dans la diversité des acteurs engagés, financièrement et/ou dans la gestion de la construction puis des bâtiments59. Il est même possible d’y adjoindre les élèves, puisque l’association d’élèves en formation à la conception ou à la construction est une caractéristique ancienne et toujours d’actualité : le chantier du lycée du bâtiment Pierre-Joël Bonté de Riom, engagé par le conseil régional d’Auvergne dans les années 2000, prévoit une convention de chantier-école signée entre l’entreprise générale et l’Éducation nationale pour que des élèves participent à la construction60. Si la volonté des pouvoirs publics – et pas seulement celle de l’État mais aussi les départements, les communes et, plus récemment, les régions – est décisive pour les projets et les réalisations, d’autres partenaires sont souvent mis à contribution, quand ils ne sont pas à l’initiative : sociétés industrielles, chambres de commerce, syndicats patronaux, chambres des métiers. Les programmes architecturaux, la conduite des chantiers et les décisions prises pour concrétiser des projets offrent de bons éclairages des politiques menées61. Pour apprécier l’action des groupements patronaux, l’étude par Gaël Seimpère de Fourmies, cité textile aux confins du Nord et de l’Aisne, a permis d’éclairer l’impulsion donnée par la Société industrielle de la ville à partir de 1874, expliquant la transformation de l’EPS en école manuelle d’apprentissage à la fin des années 1880 (l’EPS a alors moins d’une décennie d’existence) puis en EPCI62. Pour chacune de ces étapes, les financements associent la municipalité, l’État et la Société industrielle. Surtout, l’auteur montre par l’étude des plans le changement dans la conception de l’enseignement technique : la création coûteuse de l’école manuelle d’apprentissage repose sur une nouvelle organisation spatiale, qui correspond à la volonté de disposer d’une école « plus technique »63.

  • 64 François Robert, « Politique de financement et coûts de construction des groupes scolaires à Lyon (...)
  • 65 John Coolahan, Irish Education. Its History and Structure, Dublin, Institute of Public Administrat (...)

26L’histoire des constructions doit aussi intégrer l’analyse des financements. Ainsi, l’histoire de la politique de financement et des coûts de construction des groupes scolaires à Lyon, de 1870 à 1914, s’inscrit dans la compréhension de l’organisation du marché local du bâtiment64. La particularité des établissements d’enseignement technique, gros consommateurs d’équipements et d’espace pour les ateliers, justifierait d’élargir l’enquête : la question des moyens est incontournable dans la mesure où les locaux et leur équipement doivent être adaptés aux finalités de ces établissements. En France, les ressources procurées grâce à la taxe d’apprentissage, créée en 1925, sont essentielles et ont permis un plan de constructions que la crise mondiale est venue contrarier au début des années 1930. La loi de finances du 23 décembre 1964 donne la garantie de l’État aux emprunts des associations nationales visant à financer des constructions scolaires dans l’enseignement technique. Pour John Coolahan, l’insuffisance des moyens disponibles explique les progrès trop lents de l’enseignement technique en Irlande au début du XXe siècle, et l’utilisation de bâtiments privés ou désaffectés pour dispenser celui-ci. L’historien cite d’anciennes distilleries et des hôpitaux reconvertis en écoles techniques. Une fois les moyens accrus, de véritables établissements fonctionnent dans et autour des villes alors que des professeurs itinérants circulent dans les campagnes65. En Belgique, le fonds des constructions scolaires de l’enseignement moyen de l’État est créé par la loi du 2 août 1948, afin d’ériger les bâtiments indispensables au développement de cet enseignement officiel. Dès 1953, le fonds est réformé pour qu’il puisse bénéficier aussi à l’enseignement technique, normal et universitaire de l’État. Cette histoire économique des lieux du technique demeure pour l’essentiel à l’état de friche.

  • 66 André Grelon, « Les enseignements techniques à Lille et dans sa région », art. cit. ; Stéphane Lem (...)
  • 67 Le Patrimoine de l’Éducation nationale, op. cit., p. 698.
  • 68 Anne-Emmanuelle Jouanny, Fonctionnalité et esthétique dans un lycée technique de l’entre-deux-guer (...)
  • 69 Walter Gropius, Architecture et société, textes choisis, présentés et annotés par Lionel Richard, (...)
  • 70 Werner Blaser, Mies van der Rohe. IIT Campus. Illinois Institute of technology Chicago, Bâle, Birc (...)
  • 71 Reyner Banham, The new brutalism. Ethic or Aesthetic?, Londres, Architectural Press, 1966, p. 127- (...)
  • 72 « Centre de formation artistique et professionnelle à Toronto, Canada », L’architecture d’aujourd’ (...)
  • 73 Voir l’article de Dave Lüthi dans ce numéro.

27Comme d’autres édifices, les établissements d’enseignement technique peuvent enfin être étudiés à travers les symboles et l’ornementation. L’approche est particulièrement utile pour comprendre la place et les vertus prêtées à cet enseignement, y compris sous la Troisième République dont on retient plus souvent le volontarisme en direction de l’enseignement primaire, voire secondaire. De ce point de vue, envisager l’histoire de l’enseignement technique au niveau des établissements ne doit pas masquer les interactions constantes entre l’État et ses administrations, les collectivités locales et les établissements eux-mêmes, que ce soit au moment de l’édification de ceux-ci ou dans leur gestion quotidienne. Le chantier de l’école nationale des arts et métiers de Lille, conçue dans un style Renaissance et dont la création est décidée en 1881, s’achève en 1900 dans la précipitation, après des difficultés de financement importantes et avec une ambition revue à la baisse, pour rivaliser avec l’Institut catholique des arts et métiers qui vient d’ouvrir ses portes et déploie une architecture néo-gothique en façade. Les responsables de ce dernier établissement, partie intégrante des facultés catholiques édifiées depuis 1875, tirent argument du faible coût de construction et de la modestie du lieu traduite dans son architecture et sa décoration pour critiquer les choix jugés dispendieux de l’État pour sa propre école66. Dix ans plus tard, l’école des arts et métiers de Paris est construite boulevard de l’Hôpital, sous la responsabilité de l’architecte Roussi (1847-1934), avec une longue façade « d’inspiration baroque en sa partie centrale, autour du grand portail, beaucoup plus sobre et d’inspiration rationaliste dans les ailes avec l’usage de la brique »67. Héritier de l’EPCI Baggio, l’Institut Diderot édifié à Lille par Jacques Alleman (1882-1945) dans les années 1930 fait une large place aux symboles : l’ensemble architectural, de style art déco, adopte un classicisme fait de lignes géométriques. La façade et la grande entrée de l’école théorique sont décorées d’étoiles et de soleils, tandis que le bâtiment de l’école pratique, face au bâtiment théorique, ressemble plutôt à une usine. Le projet, parsemé de références symboliques au triomphe de la raison et de la connaissance, rend hommage aux Lumières et s’inscrit dans la promotion de l’humanisme technique68. De manière plus radicale dans l’entre-deux-guerres, le programme même de l’école technique a pu apparaître comme un lieu particulièrement propice pour incarner une modernité architecturale dépouillée et fonctionnaliste, faisant précisément de ces valeurs le vecteur d’une monumentalité renouvelée. Les bâtiments du Bauhaus construit en 1925-1926 à Dessau (Saxe-Anhalt) par Walter Gropius (1883-1969) pour accueillir l’école créée six ans plus tôt – dont on oublie parfois le caractère industriel et technique – pourraient bien en être emblématiques, tant la valeur démonstrative des différents organes de l’édifice et l’affirmation des effets de contraste, entre salles de classe et ateliers par exemple, traduisent la transposition dans l’architecture scolaire de la leçon que l’architecte-professeur a tirée des constructions utilitaires et qu’il s’efforce de généraliser69. Sur le campus de l’Illinois Institute of Technology de Chicago, bien que toutes les fonctions soient réparties dans des édifices distincts conçus par Ludwig Mies van der Rohe (1886-1969) à partir de 1939, ceux-ci sont unifiés par une trame unitaire et une architecture commune associant ossature métallique, briques et grandes ouvertures vitrées70. En marge de ce traitement fonctionnaliste, d’autres écoles construites quelques années plus tard explorent pour ces programmes architecturaux un mode d’expression qualifié de « brutaliste », à l’image de l’Institut Marchiondi de Milan (1959) édifié par Vittoriano Vigano (1919-1996)71, et le Central Technical School Arts Center de Toronto (1962-1964) construit par Macy DuBois (1929-2007) de l’agence Fairfield + DuBois72. Si la physionomie des écoles techniques témoigne bien d’ambitions plastiques, les études en histoire de l’architecture sont requises pour en apprécier la diversité, la richesse et les filiations73.

III. De l’utilisation aux transformations : les usages des lieux

  • 74 Philippe Savoie, La construction de l’enseignement secondaire…, op. cit.
  • 75 Gérard Bodé, « Constitution d’un atlas-répertoire des établissements d’enseignement technique de 1 (...)
  • 76 Gérard Bodé, Élisabeth Foltz-Gaveau, Les établissements d’enseignement technique en France, 1789-1 (...)
  • 77 Serge Tomamichel, « Les prémices de l’enseignement professionnel en Savoie (1860-1939) », in Denis (...)
  • 78 Gérard Bodé, Pierre Le Buhan, Les établissements d’enseignement technique en France, 1789-1940. T. (...)
  • 79 Bernard Savoie, « L’École française de bonneterie », in Centenaire de l’enseignement technique. Hi (...)
  • 80 Emmanuel Quenson, L’école d’apprentissage Renault 1919-1989, Paris, CNRS Éditions, 2001, p. 118 et (...)
  • 81 Nicolas Hatzfeld, « L’école d’apprentissage Peugeot (1930-1970) : une formation d’excellence », Fo (...)
  • 82 SEPR, 1864-2014, 150 ans d’histoire…, op. cit. Voir également l’article de François Robert dans ce (...)
  • 83 Hélène Vacher, André Guillerme, L’essor de l’École Eyrolles au XXe siècle. Technologies, professio (...)

28L’entrée par les espaces du technique conduit à s’intéresser particulièrement aux établissements dédiés à l’enseignement technique, mais ne doit pas conduire à négliger la profusion de cours et de dispositifs installés, accueillis ou tolérés dans des locaux plus ou moins adaptés. La notion d’établissement, dont Philippe Savoie a rappelé pour l’enseignement secondaire l’élaboration lente au XIXe siècle, doit en effet être maniée avec prudence74. Les espaces empruntés ont été une réalité majeure, bien au-delà du seul « premier stade » de son développement. Il est certain qu’une large part de ces cours nous échappent, malgré l’entreprise de recension menée par Gérard Bodé et son équipe75. Les espaces sont aussi divers que multiples. De nombreux cours sont installés dans les écoles ou annexés dans les collèges, mais d’autres solutions sont trouvées. L’école pratique d’industrie et d’artisanat rural de Souillac, dans le Lot, est installée en 1932 dans les locaux de l’ancien hospice construit en 191276. Le cours Abrioud ouvert en décembre 1909 à Chambéry à l’instigation d’un ancien entrepreneur de charpente en menuiserie s’installe dans une école, puis en 1912 et 1913 dans l’ancien séminaire avant d’être accueilli dans un bâtiment acquis par la municipalité, l’ancien hôpital Saint-François. À la faveur de ce dernier déménagement, le rapprochement est opéré avec l’EPCI que la ville envisage d’installer au même endroit77. Lorsque de tels bâtiments, vastes et fonctionnels, ne sont pas disponibles, la précarité semble être la règle : ainsi, les cours de dessin linéaire et de géométrie pratique pour ouvriers organisés de 1825 à 1830 à Saint-Brieuc ont lieu de 1825 à 1828 « dans la salle de spectacle nécessaire aux comédiens, puis dans le local loué par la marine pour le cours d’hydrographie. Enfin, en 1828, les cours ont lieu dans l’ancienne école mutuelle »78. Quant à l’École française de bonneterie, ouverte en 1889 à Troyes, elle est d’abord installée dans une ancienne maroquinerie avant de déménager en 190479. La même instabilité caractérise l’école d’apprentissage Renault dans les années 1920 comme l’a montré Emmanuel Quenson80. À propos de l’école d’apprentissage d’une autre entreprise automobile, Peugeot, Nicolas Hatzfeld rappelle qu’à sa création, cette école se trouve dans l’enceinte de l’usine : elle est installée à partir de 1930 dans les anciens bureaux de la direction et la spécialisation des élèves s’effectue dans les ateliers de l’usine, ce qui ne va pas sans inconvénients. L’école d’apprentissage est déménagée en 1952 par ses enseignants pour s’installer à Montbéliard, à deux kilomètres de son emplacement précédent, dans de vastes bâtiments (5 000 mètres carrés de constructions dans un espace progressivement aménagé). À travers ce transfert matériel se lit une prise d’autonomie dans la démarche de formation81. Comme l’illustre le cas de la Société d’enseignement professionnel du Rhône (SEPR) à Lyon, se doter de locaux propres peut également permettre de regrouper une offre de cours auparavant dispersés et tributaires des opportunités immobilières82. Mais déménagements successifs et extensions sont également motivés par le déploiement nécessaire d’espaces affectés à certaines activités pratiques, comme l’illustre a contrario l’école Eyrolles. Si les classes et le siège sont installés en 1898 dans un immeuble en location du Quartier latin, la mise en service en 1905 d'un second site à Arcueil-Cachan la dote, grâce à de nouveaux bâtiments, des espaces nécessaires aux expérimentations pratiques83.

  • 84 Émilie d’Orgeix, « Le défilement comme stratégie éducative : le cas de l’enseignement militaire (1 (...)
  • 85 Isabelle Laboulais, La Maison des mines. La genèse révolutionnaire d’un corps d’ingénieurs civils (...)

29Les liens entre la définition et la localisation des espaces de l’enseignement technique sont également fondés sur leur capacité à transposer dans le cadre scolaire les situations professionnelles auxquelles il s’agit de préparer les élèves, et sur la conscience des limites de ce déplacement. Si la formation des ingénieurs militaires est sujette à des réflexions fondamentales sur les modalités des allers-retours entre les séances en salles et les exercices de terrain84, les débats touchant la formation des ingénieurs des Mines tiennent notamment aux interactions entre enseignements théoriques et pratiques, autant qu’entre leur implantation parisienne et provinciale, dont l’appréciation tient à des données matérielles telles que la disponibilité des collections indispensables aux cours ou la proximité des sites d’étude85.

  • 86 Vincent Troger, « Les centres d’apprentissage de 1940 à 1960 : le temps des initiatives », Formati (...)
  • 87 Aleyda Resendiz-Vazquez, L’industrialisation du bâtiment. Le cas de la préfabrication dans la cons (...)
  • 88 Pierre Benoist, Une histoire des instituts universitaires de technologie (IUT), Paris, Classiques (...)

30À l’instabilité des espaces, non dédiés, partagés ou transitoires, s’ajoutent les périodes difficiles comme la Deuxième Guerre mondiale, qui ont des conséquences immédiates : on pense bien sûr aux destructions et aux dommages causés par les bombardements. Dans un contexte de pénurie et de valorisation du travail manuel, la multiplication des centres d’apprentissage se produit dans des conditions matérielles extrêmement précaires, dont les années d’après-guerre portent aussi la marque ainsi que l’a démontré Vincent Troger86. On est alors bien loin des édifices monumentaux de la Troisième République. Avant que les pouvoirs publics ne s’engagent dans l’industrialisation des constructions scolaires, étudiée récemment par Aleyda Resendiz-Vazquez à travers la préfabrication et par Sylvie Zenouda à propos des collèges et lycées87, les usagers ont dû s’accommoder d’espaces exigus et souvent inadaptés. Le potentiel de ces constructions sérialisées est aussi de conjuguer politique industrielle, politique éducative et aménagement du territoire comme l’illustre particulièrement le développement des instituts universitaires de technologies (IUT) créés en 196688.

  • 89 Marco Santillo, « L’échec du projet de Gaetano Filangieri junior en faveur du développement économ (...)
  • 90 Voir l’article de Gérard Bodé dans ce numéro.
  • 91 Les écoles nationales professionnelles, film réalisé par Jean Benoît-Lévy, 1930. Voir Valérie Vign (...)
  • 92 Ce travail sur l’école Diderot fait l’objet d’une recherche en cours par les auteurs du présent ar (...)

31À une échelle plus fine, les divers espaces qui composent les établissements du technique n’ont pas encore trouvé leurs historiens, hormis pour quelques exceptions comme les musées intégrés ou non à certaines écoles, auxquels est assignée la mission d’exposer « les manifestations visibles des industries d’un pays »89. Le cas des ateliers est évidemment le plus emblématique mais se trouve rarement étudié pour lui-même90. La diversification des sources s’impose pour progresser : les archives administratives, issues des établissements, des collectivités locales ou de l’administration centrale, ne sont pas nécessairement les plus utiles, même si les listes d’équipements et le suivi des travaux peuvent fournir des éléments substantiels. Les sources visuelles sont souvent moins exploitées malgré leur abondance. Certaines d’entre elles fournissent des occasions exceptionnelles de « rentrer » dans l’atelier, d’y voir le travail des élèves et l’agencement de ces espaces de travail. On en trouve un exemple dans la présentation des écoles nationales professionnelles en 1930 : cette mise en scène pour les besoins de l’orientation professionnelle est commandée par le ministère de l’Instruction publique à destination de la Cinémathèque de l’enseignement professionnel91. D’autres, par leur nombre, comme les cartes postales représentant des écoles techniques, fournissent une documentation qui mérite d’être exploitée avec soin. La réputation des établissements pourrait peut-être même se mesurer au nombre de ces images imprimées, traduisant aussi une logique de promotion de l’enseignement technique, ou d’autopromotion lorsqu’il s’agit de brochure de présentation. Les écoles les plus en vue sont ainsi montrées en détail, à travers leurs espaces intérieurs et extérieurs. L’école Diderot fournit un exemple stimulant de ce qu’autorise l’exploitation systématique de ce type de sources, mises en série sur le temps long. Elle fait l’objet de plusieurs campagnes de photographies entre la fin du XIXe siècle et la Deuxième Guerre mondiale, souvent réalisées par la société Tourte et Petitin, spécialisée dans la photographie scolaire. Ces photographies sont éditées sous forme de cartes postales ou incluses dans les plaquettes de l’école. La confrontation à laquelle invitent ces corpus documentaires permet de saisir l’évolution des lieux au fil des décennies, conduisant à s’interroger sur les dialectiques des ruptures et des continuités de l’enseignement92. Si l’introduction de nouvelles sections apparaît d’autant plus notable du fait de l’irruption des équipements qu’elle requiert, l’apparente permanence des types d’apprentissage recouvre quant à elle un renouvellement plus ou moins marqué de l’outillage et du mobilier, en bref de la culture matérielle des élèves et des professeurs.

  • 93 Guy Lambert, L’architecte et la figure de l’expert, op. cit. Sur Donat Alfred Agache, personnalité (...)
  • 94 Henri-Marcel Magne, « L’architecture des écoles techniques », art. cit., p. 19.
  • 95 Clarisse Lorieux, « Ancienne usine de construction électrique, puis École nationale professionnell (...)
  • 96 « Les usines en friche de Creil, un patrimoine à découvrir », Le Parisien, 10 décembre 2013. Voir (...)

32Compléter ces approches supposerait aussi d’engager des biographies d’édifices, en intégrant la vie sociale des bâtiments. L’histoire des « ratés » dans l’implantation d’établissements est intéressante dans cette perspective. L’usine de construction électrique de Creil, dans l’Oise, en fournit une illustration. Installée en 1898 dans des locaux agrandis par de petits ateliers avant la guerre, puis mise sous séquestre et reconvertie dans la production de matériel militaire à partir de 1914, elle est rachetée par l’État qui souhaite la reconvertir en établissement d’enseignement technique en 1929 : l’ENP est inaugurée en 1932. Les projets de réhabilitation prévoient la réutilisation des bâtiments de l’usine électrique et des extensions, menées par les architectes Donat Alfred Agache et Louis Boudet, puis la surélévation des bâtiments de l’ancienne usine électrique en 1937, réalisée selon les plans de l’architecte André Ventre (1874-1951). Les débuts de cette réhabilitation sont effectués sous la surveillance de Paul Guadet, en sa qualité d’architecte du sous-secrétariat d’État de l’enseignement technique93. Dans son article de 1940, Henri-Marcel Magne évoque cette école : sans nuances, il fait du choix « d’une ancienne usine pour un établissement de ce genre [...] la plus grande erreur qui ait été naguère commise »94. À l’écart de la ville, isolée au milieu de l’usine, l’école s’avère contrainte par le manque de place et la difficulté à transformer certains espaces. Après les destructions causées par les bombardements de la Deuxième Guerre mondiale, la reconstruction est effectuée à l’identique, puis de nouveaux bâtiments sont ajoutés à la fin des années 1950 et au cours des années 1960. Le manque de place est une constante jusqu’à l’ouverture du lycée d’enseignement général et technique de Nogent-sur-Oise, en 1978 : le lycée technique de Creil ferme ses portes en 1986 pour des raisons de sécurité, mais les bâtiments existent toujours et d’après l’inventaire réalisé en 2006, à l’origine de ces informations, la friche est la propriété de la Société immobilière de lotissement industriel et artisanal de Creil95. L’Association pour la mémoire ouvrière et industrielle du Bassin Creillois (AMOI) souhaite conserver la façade de cette école « figée dans le temps » pour en faire la porte d’entrée d’un nouveau quartier96. Les transitions entre plusieurs usages ou fonctions et le devenir des établissements méritent ainsi un intérêt particulier. Des espaces conçus, le personnel d’enseignement et d’encadrement ainsi que les élèves font des espaces vécus, avec des écarts parfois substantiels dans le passage des uns aux autres.

  • 97 Hélène Vacher, André Guillerme, L’essor de l’École Eyrolles au XXe siècle, op. cit.
  • 98 Annie Bruter, « Les cadres de la parole enseignante », Histoire de l’éducation, n° 130, avril-juin (...)
  • 99 Christian Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, op. cit., p. 73.
  • 100 Annie Bruter, « Les cadres de la parole enseignante », art. cit., p. 29.
  • 101 Françoise Waquet, L’ordre matériel du savoir..., op. cit., p. 328.

33Ce dossier pose l’hypothèse qu’à travers la problématique des lieux s’exprime, sur la longue durée, la définition même de l’enseignement technique, des imaginaires et des pratiques associés à la transmission de savoirs et de savoir-faire variés, comme l’étude récente de l’école Eyrolles en donne un bel exemple97. La variété inhérente à l’enseignement technique se traduit par la pluralité des lieux, indissociables de ses finalités et, selon les cas, en conformité ou en rupture avec les caractéristiques les plus notables des constructions scolaires. Si la compréhension des facteurs susceptibles de favoriser « la routine ou l’innovation » en matière d’enseignement suppose de s’intéresser aussi bien à « la plus ou moins grande liberté de parole des professeurs, [aux] contraintes horaires et programmatiques qui leur sont imposées, [aux] traditions disciplinaires dont dépend leur légitimité »98, elle suppose aussi, dans la perspective d’une anthropologie historique des lieux99, de s’intéresser aux « bâtiments dans lesquels ils officient, [aux] moyens matériels plus ou moins sophistiqués mis à leur disposition, [à] l’environnement architectural, culturel, social »100. Aussi les articles réunis dans ce dossier proposent-ils de varier les échelles et les objets d’analyse, de l’atelier abordé par Gérard Bodé à l’imbrication de différentes échelles proposée par Stéphane Lembré pour l’Algérie coloniale, de la question de l’immobilier envisagée par François Robert aux décisions prises pour doter le technique de lieux d’enseignement qu’étudie Cédric Perrin, de l’architecture des ENP des années 1920 et 1930 pour Guy Lambert à celle des écoles suisses pour Dave Lüthi. En parcourant ainsi les XIXe et XXe siècles, à la manière dont Françoise Waquet envisage les outils et le travail scientifiques pour souligner la force « des combinaisons ou des agencements que l’on pourrait qualifier de transhistoriques en ce qu’ils conjuguent des ressources nées à des époques diverses »101, les auteurs montrent ici que les lieux de l’enseignement technique témoignent d’une diachronie dont il est important de prendre conscience. En confrontant outillages anciens et modernes, bâtiments patinés et extensions récentes, aménagement « bricolés » et mobilier industrialisé, équipements dernier cri et murs sans âge, ces environnement voient coexister des temps et des temporalités multiples qui en font des espaces pluriels. Ces différentes entrées et les regards qu’elles offrent sur les conceptions, les débats et les usages sont autant de manières de faire le pari de la compréhension par les lieux de l’histoire de l’enseignement technique.

Haut de page

Notes

1 François Icher, « L’établi du menuisier », in Christian Jacob (dir.), Lieux de savoir, t. 2. Les mains de l’intellect, Paris, Albin Michel, 2011, p. 129.

2 Christian Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Marseille, OpenEdition Press, 2014, p. 14. Voir aussi Françoise Waquet, L’ordre matériel du savoir. Comment les savants travaillent, XVIe-XXIe siècles, Paris, CNRS Éditions, 2015.

3 Ibid.

4 Marie-Claude Derouet-Besson, Michel Sauvage, Architecture scolaire. Vingt ans d’usages dans un atelier de lycée technique, Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, INRP, 1989, p. 67.

5 Bruno Latour, Steve Woolgar, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte, 2006 (1re éd. 1979).

6 Guy Brucy, Florent Le Bot, « Les deux rêves du Technique. De la mise en ordre à la mise en espace », Artefact, n° 3, 2015, p. 21-37.

7 Bernard Toulier, « L’architecture scolaire au XIXe siècle : de l’usage des modèles pour l’édification des écoles primaires », Histoire de l’éducation, n° 17, décembre 1982, p. 1-29 ; Anne-Marie Châtelet, La naissance de l’architecture scolaire. Les écoles élémentaires parisiennes de 1870 à 1914, Paris, Honoré Champion, 1999 ; Marc Le Cœur, « L’architecture et l’installation matérielle des lycées. La réglementation et sa mise en œuvre (1802-1940) », in Pierre Caspard, Jean-Noël Luc, Philippe Savoie (dir.), Lycées, lycéens, lycéennes. Deux siècles d’histoire, Lyon, INRP, 2005, p. 363-380. Voir aussi le bilan historiographique établi en 2004 : Anne-Marie Châtelet, « L’architecture des écoles au XXe siècle. Essai d’historiographie I », Histoire de l’éducation, n° 102, mai 2004, p. 7-37 ; Marc Le Cœur, « Des collèges médiévaux aux campus. Essai d’historiographie II », Histoire de l’éducation, n° 102, mai 2004, p. 39-69.

8 Voir Christian Hottin (dir.), Universités et grandes écoles à Paris. Les palais de la Science, Paris, Délégation à l’action artistique de la ville de Paris, 1999 ; Catherine Compain-Gajac (dir.), Les campus universitaires 1945-1975. Architecture et urbanisme, histoire et sociologie, état des lieux et perspectives, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2014 ; Florence Bourillon, Éléonore Marantz, Stéphanie Méchine, Loïc Vadelorge (dir.), De l’Université de Paris aux universités d’Île-de-France, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016 ; Éléonore Marantz, Stéphanie Méchine (dir.), Construire l’université. Architectures universitaires à Paris et en Île-de-France (1945-2000), Paris, Publications de la Sorbonne, 2016 ; sous un angle monographique, un exemple en lien avec les perspectives de cet article : Pierre Lamard, Yves-Claude Lequin (dir.), La technologie entre à l’université : Compiègne, Sevenans, Belfort-Montbéliard…, Belfort, UTBM, 2006. Pour un éclairage sur la bibliographie récente, voir Guy Lambert, « Architecture et urbanisme universitaires. Regards sur l’héritage du second XXe siècle », Archiscopie, n° 9, janvier 2017, p. 91-96.

9 Les champs de l’enseignement scientifique et le monde universitaire ont été les mieux explorés : Marie-Jeanne Choffel-Mailfert, Laurent Rollet (dir.), Mémoire et culture matérielle de l’université : sauvegarde, valorisation et recherche, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2008 ; Christian Hottin (dir.), Les patrimoines de l’enseignement supérieur, In Situ, n° 17, 2011, en ligne : <http://journals.openedition.org/insitu/839> ; Christian Hottin, « Mythologie centralienne, mythologie polytechnicienne », Livraisons d’histoire de l’architecture, n° 1, 2001, p. 61-74 ; Florence Bourillon et al. (dir.), De l’Université de Paris aux universités d’Île-de-France, op. cit.

10 La formation des artistes et des architectes a donné lieu à des recherches en ce sens : Guy Lambert, Estelle Thibault (dir.), L’atelier et l’amphithéâtre. Les écoles de l’architecture, entre théorie et pratique, Wavre, Mardaga, 2011 ; Anne-Marie Châtelet, Franck Storne (dir.), Des Beaux-Arts à l’Université. Enseigner l’architecture à Strasbourg, Paris/Strasbourg, Recherches/École nationale supérieure d’architecture de Strasbourg, 2013 ; Alain Bonnet, Juliette Lavie, Julie Noirot, Paul-Louis Rinuy (dir.), Art et transmission. L’atelier du XIXe au XXIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

11 Le Patrimoine de l’Éducation nationale, Charenton-le-Pont, Flohic, 1999 ; Thierry Baert (dir.), Les lieux du savoir. Le patrimoine universitaire de la métropole lilloise, Paris, Éditions Le Passage, 2014.

12 Christian Jacob, « Faire corps, faire lieu », in Christian Jacob (dir.), Lieux de savoir, t. 1, Espaces et communautés, Paris, Albin Michel, 2007, p. 17-40.

13 Voir par exemple Angelo Torre, « Un “tournant spatial” en histoire ? Paysages, regards, ressources », Annales. Histoire, Sciences Sociales, no 5, 2008, p. 1127-1144 ; Christian Jacob (dir.), Lieux de savoir, t. 2, op. cit. ; Françoise Waquet, L’ordre matériel du savoir, op. cit.

14 Renaud d’Enfert, Virginie Fonteneau (dir.), Espaces de l’enseignement scientifique et technique. Acteurs, savoirs, institutions, XVIIe-XXsiècles, Paris, Hermann, 2011.

15 Lucie Tanguy, « Apprentissage en entreprise et formation professionnelle en école : une mise en perspective des années 1950 aux années 1990 », Revue française de pédagogie, no 183, avril-mai-juin 2013, p. 27-38.

16 Guy Brucy, Vincent Troger, « Un siècle de formation professionnelle en France : la parenthèse scolaire ? », Revue française de pédagogie, n° 131, avril-mai-juin 2000, p. 9-21.

17 Anne-Marie Châtelet, « L’architecture des écoles au XXe siècle. Essai d’historiographie I », art. cit., p. 7.

18 Charles Chipiez, « L’école nationale professionnelle d’Armentières », Revue générale de l’architecture et des travaux publics, tome 43, 1886, p. 180-184 et p. 241-253.

19 René Blanchot, « L’école nationale professionnelle d’Égletons (Corrèze) », L’Architecture, vol. 50, n° 4, 15 avril 1937, p. 113-118.

20 Edward Cookworthy Robins, Technical school and college building, being a treatise on the design and construction of applied science and art buildings, Londres, Whittaker, 1887.

21 Henry Baudin, Les constructions scolaires en Suisse. Écoles enfantines, primaires, secondaires, salles de gymnastique, mobilier, hygiène, décoration, etc., Genève, Éditions d’art et d’architecture, 1907.

22 Henry Baudin, Les nouvelles constructions scolaires en Suisse, Genève, Éditions d’art et d’architecture, 1917, p. 10.

23 Bernard Toulier, « L’architecture scolaire au XIXe siècle… », art. cit.

24 Henry Baudin, Les nouvelles constructions scolaires en Suisse, op. cit., p. 303.

25 Ibid., p. 306.

26 Henri-Marcel Magne, « L’architecture des écoles techniques », Bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, janvier-février 1940, p. 17-42.

27 Henri Poupée, « Magne, Henri Marcel », in Claudine Fontanon, André Grelon (dir.), Les professeurs du Conservatoire national des arts et métiers. Dictionnaire biographique 1794-1955. T. 2 : L-Z, Paris, INRP/CNAM, 1994, p. 182-187 ; Stéphane Laurent, L’art utile. Les écoles d’arts appliqués sous le Second Empire et la Troisième République, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 246.

28 Charles R. Day, Les écoles d’arts et métiers. L’enseignement technique en France, XIXe-XXe siècles, Paris, Belin, 1991 (1re éd. américaine 1987) ; Jean-Louis Eytier, L’École d’arts et métiers. Deux siècles en Anjou, 2004.

29 André Grelon, « Les enseignements techniques à Lille et dans sa région », in André Grelon, Françoise Birck (dir.), Des ingénieurs pour la Lorraine XIXe-XXe siècles, Metz, Éditions Serpenoise, 1998, p. 331-352.

30 « Constructions scolaires et universitaires », L’Architecture française, n° 129-130, 1952. Le comité de rédaction de la revue mentionné dans ce numéro inclut d’ailleurs plusieurs architectes impliqués dans la construction de la cité technique de Cachan.

31 « Constructions scolaires et universitaires », art. cit., p. 48.

32 Lucien Géminard, L’unification du système enseignant français, 1963-1985. Souvenirs d’un inspecteur général, Paris, INRP, 2002, p. 41.

33 Serge Chassagne (dir.), La Maison d’école en France au XIXe siècle, Paris, INRP, 1987.

34 Marie-Madeleine Compère, Philippe Savoie (dir.), L’établissement scolaire. Des collèges d’humanités à l’enseignement secondaire, XVIe-XXe siècles, numéro spécial de la revue Histoire de l’éducation, n° 90, mai 2001 ; Philippe Savoie, La construction de l’enseignement secondaire (1802-1914). Aux origines d'un service public, Lyon, ENS Éditions, 2013.

35 Michel Le Moël, Raymond Saint-Paul (dir.), 1794-1994. Le Conservatoire national des arts et métiers au cœur de Paris, Paris, CNAM-Délégation à l’action artistique de la ville de Paris, 1994 ; Christian Hottin (dir.), Universités et grandes écoles à Paris, op. cit. ; Renaud d’Enfert, Rossella Froissart-Pezone, Ulrich Leben, Sylvie Martin, Histoire de l’École nationale supérieure des arts décoratifs (1766-1941), Paris, ENSAD, 2004.

36 Jean-Marie Oudoire, Ferdinand Dutert 1845-1906. Une architecture du plain-pied avec le vingtième siècle, thèse de doctorat, université de Lille 3, 2003.

37 Yves Legoux, Du compagnon au technicien : l’École Diderot et l’évolution des qualifications, 1873-1972. Sociologie de l’enseignement technique français, Paris, Technique et vulgarisation, 1972.

38 Jean-Pierre Desbordes, Claude Richoux, L’École nationale professionnelle Henri Brisson de Vierzon, Châteauroux, La Bouinote, 2011 ; Henri Coutis, La « Nat » a cent ans. Voiron, 1886-1986. Un siècle d’enseignement technique, Voiron, Groupe Voironnais anciens ENP, 1986 ; De l’ENP au lycée technique 1888-1988, Armentières, Van Meenen, 1988 ; Catherine Vanacker-Dhorne, « Les débuts de l’enseignement professionnel dans le Nord : l’exemple de l’ENP d’Armentières », Revue du Nord, n° 266, juillet-septembre 1985, p. 749-767.

39 Estelle Brunel, L’école nationale professionnelle de Thiers (1933) par Paul Guadet (1873-1931) et Jean Amadon (1886-1954), mémoire de maîtrise en histoire de l’art, université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand, 2002 ; Françoise Chermette, La culture d’établissement du lycée Jean Zay à Thiers : une culture singulière (1970-2013), mémoire de master 2, université Blaise-Pascal, 2014.

40 Le Patrimoine de l’Éducation nationale, op. cit.

41 De Laurent Poupard, voir « Paul Guadet et les écoles nationales d’horlogerie de Besançon et d’optique de Morez », In Situ, n° 15, 2011. En ligne : <http://journals.openedition.org/insitu/730> ; L’école d’horlogerie de Besançon. Lycée Jules Haag, Besançon, Région Franche-Comté – Inventaire et Patrimoine, 2012 ; L’école d’optique de Morez. Lycée Victor Bérard, Besançon, Région Franche-Comté – Inventaire et Patrimoine, 2013.

42 Source : <https://www.patrimoine.rhonealpes.fr/dossier/ecole-municipale-de-tissage-de-lyon-dite-ecole-superieure-du-textile-puis-lycee-diderot/70b98de4-7209-4e2b-982a-aaade94bae82#historique>(consulté le 16 novembre 2017).

43 Source : <http://inventaire-patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/dossier/ecole-pratique-d-industrie-actuellement-lycee-technique-laennec/52109685-c09a-453d-b6e4-e2e193c0aa57>(consulté le 10 novembre 2017).

44 Marion Fourcayran, « Le lycée Hector Guimard (Lyon 7e), ancienne École de métiers des industries métallurgiques de Lyon », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes, 15 septembre 2011. En ligne : <http://inventaire-rra.hypotheses.org/191> ; Morgane Bojuc, Catherine Guégan, « La place de l’enseignement technique au lycée d’Ugine (Savoie) à travers les œuvres du 1 % artistique », Les carnets de l’Inventaire : études sur le patrimoine – Région Rhône-Alpes, 7 octobre 2016. En ligne : <https://inventaire-rra.hypotheses.org/3914>.

45 Henri Chamoux, « Le patrimoine des lycées : les collections d’instruments scientifiques », in Thérèse Charmasson, Armelle Le Goff (dir.), Mémoires de lycées. Archives et patrimoine, Paris, Direction des Archives de France, INRP, 2003, p. 165-182 ; Laurent Poupard, « Ensemble flou et conservation au lycée. Le patrimoine mobilier des anciennes écoles nationales professionnelles d’horlogerie de Besançon et d’optique de Morez », In Situ, n° 29, 2016. En ligne : <http://journals.openedition.org/insitu//13019> ; Delphine Issenmann, « Les collections médicales, un champ d’étude du patrimoine scientifique à Strasbourg ? », In Situ, n° 31, 2017. En ligne : <http://journals.openedition.org/insitu/14124>.

46 Pierre Caspard, « Avant-propos », in Gérard Bodé, Philippe Marchand (dir.), Formation professionnelle et apprentissage XVIIIe-XXe siècles, Villeneuve-d’Ascq/Paris, Revue du Nord/INRP, 2003, p. 7.

47 Caroline Barrera (dir.), La cour de récréation, Toulouse, Éditions midi-pyrénéennes, 2016.

48 Denis Biget, Écoles de pêche, EAM et EMA. Lycées professionnels maritimes, Le Faouët, Liv’Éditions, 2010.

49 Marianne Thivend, L’École républicaine..., op. cit., chapitre 2, et id., « Constructions scolaires et planification urbaine à Lyon au début de la Troisième République », in Yannick Marec (dir.), Villes en crise ? Les politiques municipales face aux pathologies urbaines (fin XVIIIe–fin XXe siècle), Grâne, Créaphis, 2008, p. 295-304 ; Françoise Granoulhac, « Construire l’école : de la planification à la privatisation, politique publique et architecture scolaire en Angleterre et au Pays de Galles depuis 1945 », Revue LISA/LISA e-journal, 2006.

50 Gérard Bodé, Hubert Vènes, Les établissements d’enseignement technique en France, 1789-1940, t. 1 : la Corrèze, Paris, INRP, 2004, p. 113-115 ; Olivier Dard, « Charles Spinasse, du socialisme à la collaboration », L’Information historique, vol. 58, mai 1996, p. 49-64 ; Régis Delubac, De la valeur d’usage à la patrimonialisation. L’architecture du 20e siècle à Egletons, mémoire de l’École nationale des Ponts et chaussées, juin 2009.

51  Philippe Savoie, « Offre locale et engagement de l’État. Les enseignements technique et primaire supérieur à Nancy et les conditions de leur évolution sous la Troisième République », Histoire de l’éducation, n° 66, mai 1995, p. 47-83 ; id., « Voie industrielle et ateliers dans l’enseignement post-élémentaire : l’École professionnelle de l’Est et l’École primaire supérieure de Nancy », in André Grelon, Françoise Birck (dir.), Des ingénieurs pour la Lorraine, XIXe-XXe siècles, Metz, Serpenoise, 1998, p. 93-107.

52 Marc Suteau, Une ville et ses écoles : Nantes, 1830-1840, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999 ; Philippe Hervouët, Virginie Champeau, L’histoire de l’École centrale de Nantes, 1919-2009, Nantes, Société nantaise d’éditions et de réalisations, 2009 ; Gérard Bodé, Philippe Savoie (dir.), L’offre locale d’enseignement. Les formations techniques et intermédiaires, XIXe-XXe siècles, numéro spécial de la revue Histoire de l’éducation, n° 66, 1995.

53 Don McCloy, Creating Belfast. Technical Education and the Formation of a Great Industrial City, 1801-1921, Dublin, Nonsuch Publishing, 2009.

54 Antoni Roca Rosell (dir.), L’Escola Industrial de Barcelona. Cent anys d’ensenyament tecnic i d’arquitectura, Barcelone, Disputacio de Barcelona, Anjuntament de Barcelona, Consorci de l’Escola Industrial de Barcelona, 2008.

55 Voir l’article de Stéphane Lembré dans ce numéro.

56 Guy Lambert, L’architecte et la figure de l’expert, au service de l’État sous la IIIe République. Cultures et stratégies professionnelles. Autour de Paul Guadet (1873-1931), thèse de doctorat, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 2007 ; id., Une ambition pour les métiers. Paul Guadet & André Boucton. L’architecture des écoles professionnelles, Morez/Paris,Ville de Morez – École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, 2013.

57 Voir l’article de Guy Lambert dans ce numéro.

58 Archives nationales, F/17/17874 : note manuscrite d’octobre 1888 ; décret du ministre du Commence en date du 24 octobre 1911 ; Journal officiel de la République française, 13 décembre 1913, p. 10753. Cf. Notes sur l’enseignement professionnel à l’Exposition universelle de 1878, par M. Hippolyte Portevin, Reims, février 1879, et Hippolyte Portevin, « Où mènent les écoles pratiques ? Conférence faite aux élèves de l’EPCI de Reims par H. Portevin, inspecteur départemental de l’enseignement technique », Bulletin de l’Enseignement technique, n° 3, 21 février 1903, p. 39-48. En 1903, Hippolyte Portevin est secrétaire général adjoint de l’AFDET.

59 Voir l’article de François Robert dans ce numéro.

60 Lycée du bâtiment Pierre-Joël Bonté. Riom. Emmanuel Nebout architecte, Paris, Archibooks et Sautereau, 2009, p. 54.

61 Voir l’article de Cédric Perrin dans ce numéro.

62 Gaël Seimpère, L’enseignement technique et la formation professionnelle à Fourmies (1880-1914), mémoire de maîtrise, université de Lille 3, 2004.

63 Ibid., p. 142.

64 François Robert, « Politique de financement et coûts de construction des groupes scolaires à Lyon de 1870 à 1914 », in Jean-François Condette, L’école, une bonne affaire ? Institutions éducatives, marché scolaire et entreprises (XVIe-XXe siècle), Revue du Nord, hors série n° 29, 2013, p. 89-109 ; id., « Le financement de la SEPR (1864-1959) », in Gérard Bodé et al., SEPR, 1864-2014, 150 ans au service de la formation professionnelle en Rhône-Alpes, Lyon, Éd. Livres EMCC, 2014, p. 122-127.

65 John Coolahan, Irish Education. Its History and Structure, Dublin, Institute of Public Administration, 1981, p. 89.

66 André Grelon, « Les enseignements techniques à Lille et dans sa région », art. cit. ; Stéphane Lembré, L’école des producteurs. Aux origines de l’enseignement technique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

67 Le Patrimoine de l’Éducation nationale, op. cit., p. 698.

68 Anne-Emmanuelle Jouanny, Fonctionnalité et esthétique dans un lycée technique de l’entre-deux-guerres. L’Institut Denis Diderot par Jacques Alleman, mémoire de master 1 d’histoire de l’art, université de Lille 3, 2005.

69 Walter Gropius, Architecture et société, textes choisis, présentés et annotés par Lionel Richard, Paris, Éditions du Linteau, 1995.

70 Werner Blaser, Mies van der Rohe. IIT Campus. Illinois Institute of technology Chicago, Bâle, Birckhäuser, 2002.

71 Reyner Banham, The new brutalism. Ethic or Aesthetic?, Londres, Architectural Press, 1966, p. 127-129 et p. 153-157 ; Franz Graf, Letizia Tedeschi (dir.), L’Istituto Marchiondi Spagliardi di Vittoriano Viganò, Mendrisio, Mendrisio Academy Press, 2009.

72 « Centre de formation artistique et professionnelle à Toronto, Canada », L’architecture d’aujourd’hui, n° 123, décembre 1965-janvier 1966, p. 32-33.

73 Voir l’article de Dave Lüthi dans ce numéro.

74 Philippe Savoie, La construction de l’enseignement secondaire…, op. cit.

75 Gérard Bodé, « Constitution d’un atlas-répertoire des établissements d’enseignement technique de 1789 à 1945 », Histoire de l’éducation, n° 66, mai 1995, p. 201-207.

76 Gérard Bodé, Élisabeth Foltz-Gaveau, Les établissements d’enseignement technique en France, 1789-1940. T. 2 : Le Lot, Paris, INRP, 2005, p. 227.

77 Serge Tomamichel, « Les prémices de l’enseignement professionnel en Savoie (1860-1939) », in Denis Varaschin, Hubert Bonin, Yves Bouvier (dir.), Histoire économique et sociale de la Savoie de 1860 à nos jours, Genève, Droz, 2014, p. 555.

78 Gérard Bodé, Pierre Le Buhan, Les établissements d’enseignement technique en France, 1789-1940. T. 3 : Les Côtes-d’Armor, Paris, INRP, 2006, p. 292.

79 Bernard Savoie, « L’École française de bonneterie », in Centenaire de l’enseignement technique. Histoire et actualité dans le département de l’Aube, 1745-1988, Troyes, CNDP/CRDP, 1988, p. 47-62.

80 Emmanuel Quenson, L’école d’apprentissage Renault 1919-1989, Paris, CNRS Éditions, 2001, p. 118 et suiv.

81 Nicolas Hatzfeld, « L’école d’apprentissage Peugeot (1930-1970) : une formation d’excellence », Formation Emploi, n° 27-28, 1989, p. 125.

82 SEPR, 1864-2014, 150 ans d’histoire…, op. cit. Voir également l’article de François Robert dans ce numéro.

83 Hélène Vacher, André Guillerme, L’essor de l’École Eyrolles au XXe siècle. Technologies, professions et territoires, Paris, Classiques Garnier, 2017, p. 77-111.

84 Émilie d’Orgeix, « Le défilement comme stratégie éducative : le cas de l’enseignement militaire (1748-1830) », in Guy Lambert, Estelle Thibault (dir.), L’atelier et l’amphithéâtre…, op. cit., p. 51-65.

85 Isabelle Laboulais, La Maison des mines. La genèse révolutionnaire d’un corps d’ingénieurs civils (1794-1814), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

86 Vincent Troger, « Les centres d’apprentissage de 1940 à 1960 : le temps des initiatives », Formation emploi, n° 27-28, 1989, p. 147-162.

87 Aleyda Resendiz-Vazquez, L’industrialisation du bâtiment. Le cas de la préfabrication dans la construction scolaire en France (1951-1973), thèse de doctorat, CNAM, 2010 ; Sylvie Zenouda, Lycées en ville, villes au lycée. Les lycées innovants des villes nouvelles de la région parisienne au cours des années 1970, thèse de doctorat, université Paris 4, 2013 ; id., « Collèges et lycées, enjeux d’une politique volontariste de constructions scolaires en France de 1962 à 1973 », in Jean-François Condette, L’École, une bonne affaire ?, op. cit., p. 275-295 ; Antoine Prost, « Jalons pour une histoire de la construction des lycées et collèges de 1960 à 1985 », in Pierre Caspard, Jean-Noël Luc, Philippe Savoie (dir.), Lycées, lycéens, lycéennes. Deux siècles d’histoire, Paris, Institut national de recherche pédagogique, 2005, p. 459-478.

88 Pierre Benoist, Une histoire des instituts universitaires de technologie (IUT), Paris, Classiques Garnier, 2016.

89 Marco Santillo, « L’échec du projet de Gaetano Filangieri junior en faveur du développement économique du Mezzogiorno : la courte saison du musée d’art industriel et des écoles-ateliers de Naples », in Natacha Coquery, Matthieu de Oliveira (dir.), L’échec a-t-il des vertus économiques ?, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2015, p. 299. Voir aussi Claudine Cartier, « Des musées d’art et d’industrie aux musées de site industriel », in Jean-François Belhoste, Serge Benoît, Serge Chassagne, Philippe Mioche (dir.), Autour de l’industrie. Histoire et patrimoine. Mélanges offerts à Denis Woronoff, Paris, CHEFF, 2004, p. 247-264.

90 Voir l’article de Gérard Bodé dans ce numéro.

91 Les écoles nationales professionnelles, film réalisé par Jean Benoît-Lévy, 1930. Voir Valérie Vignaux, Jean Benoît-Lévy ou le corps comme utopie. Une histoire du cinéma éducateur dans l’entre-deux-guerres en France, Paris, Association française de recherche sur l’histoire du cinéma, 2007.

92 Ce travail sur l’école Diderot fait l’objet d’une recherche en cours par les auteurs du présent article.

93 Guy Lambert, L’architecte et la figure de l’expert, op. cit. Sur Donat Alfred Agache, personnalité importante de l’urbanisme français entre les deux guerres mondiales, voir notamment Catherine Bruant, « Donat Alfred Agache (1875-1959). L’urbanisme, une sociologie appliquée », in Vincent Berdoulay, Paul Claval (dir.), Aux débuts de l’urbanisme français. Regards croisés de scientifiques et de professionnels (fin XIXe-début XXesiècle), Paris, L’Harmattan, 2001, p. 133-150 ; Jean-Christophe Tougeron, « Donat-Alfred Agache, un architecte-urbaniste », Les Cahiers de la Recherche architecturale, n° 8, avril 1981, p. 30-49.

94 Henri-Marcel Magne, « L’architecture des écoles techniques », art. cit., p. 19.

95 Clarisse Lorieux, « Ancienne usine de construction électrique, puis École nationale professionnelle », Inventaire général, Région Picardie, 2006. Source : <https://inventaire.hautsdefrance.fr/dossier/ancienne-usine-de-construction-electrique-puis-ecole-nationale-professionnelle-de-creil/8a9828c9-a834-4f3f-9406-29d59774edcb> (consulté le 16 novembre 2017).

96 « Les usines en friche de Creil, un patrimoine à découvrir », Le Parisien, 10 décembre 2013. Voir aussi Les Cahiers de l’AMOI, n° 10, décembre 2006, et Gilbert Rose, « L’ENP de Creil pendant la Seconde Guerre mondiale. Témoignage de Yves Le Moigne », Les Cahiers de l’AMOI, n° 24, décembre 2013.

97 Hélène Vacher, André Guillerme, L’essor de l’École Eyrolles au XXe siècle, op. cit.

98 Annie Bruter, « Les cadres de la parole enseignante », Histoire de l’éducation, n° 130, avril-juin 2011, p. 29.

99 Christian Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, op. cit., p. 73.

100 Annie Bruter, « Les cadres de la parole enseignante », art. cit., p. 29.

101 Françoise Waquet, L’ordre matériel du savoir..., op. cit., p. 328.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Lambert et Stéphane Lembré, « L’enseignement technique en ses lieux. Conception, édification et usages (XIXe-XXe siècles) », Histoire de l’éducation, 147 | 2017, 9-35.

Référence électronique

Guy Lambert et Stéphane Lembré, « L’enseignement technique en ses lieux. Conception, édification et usages (XIXe-XXe siècles) », Histoire de l’éducation [En ligne], 147 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 20 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/3259

Haut de page

Auteurs

Guy Lambert

Université Paris-Est - ENSA Paris-Belleville/UMR AUSserCOMUE Lille Nord de France – ESPE, CREHS université d’Artois – guy.lambert@paris-belleville.archi.fr

Articles du même auteur

Stéphane Lembré

COMUE Lille Nord de France – ESPE, CREHS université d’Artois – slembre@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page