Navigation – Plan du site
Dossier

Les ateliers des écoles d’enseignement technique (années 1860-années 1950), un objet insaisissable ?

VET workshops in France, c. 1860 – c. 1950. An unattainable object?
Gérard Bodé
p. 37-65

Résumés

En France, alors que l’école primaire ou secondaire est toujours perçue à l’image de la classe avec le maître face à ses élèves, l’école technique ou professionnelle est associée à l’atelier. De multiples reproductions d’époque montrent des garçons affairés derrière des machines ou des filles occupées aux tâches domestiques. De plus, face à un enseignement général théorique – le monde de la classe – l’atelier apparaît comme l’espace du savoir-faire, de la pratique, de l’exercice de la main en vue de l’entrée dans la vie active. Mais l’historiographie s’est fort peu penchée sur ces ateliers : qu’en connaît-on réellement ? Cette contribution propose de dresser un état des lieux de nos connaissances pour la période 1860-1950 à partir d’archives dépouillées dans une trentaine de départements. Après avoir évoqué la valeur symbolique de l’atelier scolaire des écoles professionnelles, elle aborde les aspects organisationnels de ces ateliers (localisation, superficie, aménagement et équipement) comme pistes pour l’élaboration de futures recherches sur cet objet apparemment insaisissable.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

I. L’atelier, de l’image au lieu d’enseignement
1. Un symbole pour l’enseignement technique
L’atelier comme symbole de l’enseignement technique
L’atelier ou le « modèle français » d’enseignement technique
2. Une présence modeste dans la littérature pédagogique
3. Des définitions pour l’atelier
II. L’organisation des ateliers
1. Localisation
2. Superficie
3. Aménagement
4. Équipement
5. À chaque école son atelier ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Sur les programmes ou sur les cartes postales diffusés dans la première moitié du XXe siècle par les écoles d’enseignement technique afin d’attirer de nouveaux élèves, tout au moins pour les plus importantes, l’iconographie faisait la part belle aux ateliers, qu’il s’agisse de représentations intérieures montrant des élèves alignés devant leurs établis ou occupés à leurs tâches, ou encore de vues extérieures donnant à voir la cheminée fumante des bâtiments abritant ces ateliers. Cette « mise en scène » révèle l’importance attribuée à l’atelier qui constituait alors sans doute un élément essentiel et un marqueur de ces écoles.

Pourtant, si l’on excepte les analyses historiques à caractère idéologique ou pédagogique, l’historiographie française ne réserve qu’une maigre place à ces ateliers, comme si l’histoire de l’éducation se résumait à celle de la salle de classe, voire du bâtiment d’école. Pour tenter de pallier – partiellement – ce vide historiographique, ce texte se propose d’éta...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Bodé, « Les ateliers des écoles d’enseignement technique (années 1860-années 1950), un objet insaisissable ? », Histoire de l’éducation, 147 | 2017, 37-65.

Référence électronique

Gérard Bodé, « Les ateliers des écoles d’enseignement technique (années 1860-années 1950), un objet insaisissable ? », Histoire de l’éducation [En ligne], 147 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/3272 ; DOI : 10.4000/histoire-education.3272

Haut de page

Auteur

Gérard Bodé

École normale supérieure de Lyon, LARHRA UMR 5190 – gerard.bode@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page