Navigation – Plan du site
Dossier

L’enseignement technique et professionnel dans l’Algérie coloniale, du territoire à l’atelier (1866-1958)

Technical and vocational education in colonial Algeria (1866-1958)
Stéphane Lembré
p. 91-117

Résumés

De la fin du XIXe siècle jusqu’à la fin de la domination française, les départements français d’Algérie voient se développer un ensemble d’écoles et de cours d’enseignement technique et professionnel hétérogène. Si les publics ont été très restreints avant le plan de scolarisation de 1958, les politiques menées ont conduit à un déploiement de cet enseignement dans l’espace qui s’apparente à ce qui se passe aussi en métropole, tout en relevant de finalités spécifiques. La localisation et le maillage des établissements et des cours témoignent d’une politique de l’offre de formation qui reflète les grandes problématiques de la société coloniale. À l’échelle de la classe et de l’atelier, l’agencement et l’équipement révèlent des investissements inégaux dans cet enseignement.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

I. Des enseignements techniques et professionnels pour les départements d’Algérie
1. Des finalités spécifiques
2. Entre métropole et colonie : un territoire pour des enseignements
3. Un territoire miroir de la métropole ?
II. Cours et établissements en contextes
1. La localisation de l’offre d’enseignement
2. De rares établissements face à une floraison de cours professionnels et d’apprentissage
3. L’essor d’un réseau d’établissements et de sections techniques après 1945
III. Des lieux d’enseignement
1. Les ateliers et leur équipement
2. Vivre et travailler : des espaces du quotidien

Aperçu du début du texte

La coïncidence entre le développement de l’école et l’unification d’un territoire est désormais une réalité bien connue : au XIXe siècle, que ce soit en France ou dans d’autres pays européens comme l’Italie, la construction de l’État-nation s’appuie particulièrement sur l’édification de réseaux scolaires et le maillage du territoire, sans contradiction avec l’importance dévolue aux acteurs locaux. Cette lecture, centrée sur les enseignements primaire et secondaire, peine toutefois à intégrer le cas de l’enseignement technique et professionnel, dont l’institutionnalisation est décalée dans le temps malgré des initiatives dont la précocité et le nombre ont été réévalués. Elle échoue également à interroger la situation dans les colonies, alors même que ces dernières sont une réalité incontournable, en France, dans l’enracinement de la Troisième République. Au début des années 1880, lorsque Jules Ferry et ses collaborateurs accélèrent la scolarisation primaire par un vaste programme de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Lembré, « L’enseignement technique et professionnel dans l’Algérie coloniale, du territoire à l’atelier (1866-1958) », Histoire de l’éducation, 147 | 2017, 91-117.

Référence électronique

Stéphane Lembré, « L’enseignement technique et professionnel dans l’Algérie coloniale, du territoire à l’atelier (1866-1958) », Histoire de l’éducation [En ligne], 147 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/3293 ; DOI : 10.4000/histoire-education.3293

Haut de page

Auteur

Stéphane Lembré

COMUE Lille Nord de France – ESPE, CREHS université d’Artois – slembre@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page