Navigation – Plan du site
Dossier

Les écoles professionnelles en Suisse : palais ou usines ?

Vocational schools in Switzerland: palaces or factories?
Dave Lüthi
p. 119-146

Résumés

Dans un pays où l’apprentissage professionnel est depuis le XIXe siècle érigé en modèle, la question de l’architecture des écoles servant ce but est paradoxalement un enjeu peu important pour les architectes. Les types architecturaux demeurent souvent proches des modèles scolaires de l’enseignement obligatoire et ce n’est qu’au courant du XXe siècle que les écoles professionnelles deviennent un programme en soi. Pourtant, elles ne sont pas anonymes ou banales : la déclinaison du modèle polytechnique, dans un premier temps, puis le goût régionaliste autour de 1900 leur confèrent une allure spécifique. L’intérêt pour les matériaux et les techniques de construction allié à la démocratisation des études dans la seconde moitié du XXe siècle ouvrira la porte aux modèles américains, après une phase corbuséenne très marquée. Déclinant le modèle du palais scolaire ou celui de l’usine, l’école professionnelle trouve peu à peu son identité propre en dépit de la variété de ses fonctions.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

I. Des débuts difficiles
II. Les premières écoles professionnelles : les écoles d’horlogerie
III. Les technicums
IV. L’architecture régionaliste comme facteur expressif dans les écoles professionnelles
V. La loi de 1930 et ses effets
VI. Renouveau de l’enseignement, américanisation de l’architecture
VII. Un éclectisme final, ou un manque de recul historique ?

Aperçu du début du texte

La question de l’architecture des écoles professionnelles demeure en Suisse une terra incognita. L’histoire complexe du développement de l’enseignement professionnel, fractionné entre les différentes entités politiques de la confédération, explique en grande partie le désintérêt dont cette architecture fait l’objet à ce jour, alors même que l’architecture scolaire connaît depuis plusieurs décennies les faveurs des chercheuses et des chercheurs. La multiplicité des types d’écoles professionnelles joue également un rôle dans cette méconnaissance, leur variété même pouvant apparaître comme un frein à l’inventaire, d’une part, mais surtout à leur analyse architecturale, d’autre part. Comment comparer, en effet, une école ménagère avec une école d’horlogerie, une école d’ingénieurs avec une école d’agriculture ? Alors que le palais de la Renaissance sert de modèle à certaines, c’est l’usine qui est la référence pour d’autres, ces deux extrêmes enserrant une hiérarchie subtile et complexe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dave Lüthi, « Les écoles professionnelles en Suisse : palais ou usines ? », Histoire de l’éducation, 147 | 2017, 119-146.

Référence électronique

Dave Lüthi, « Les écoles professionnelles en Suisse : palais ou usines ? », Histoire de l’éducation [En ligne], 147 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/3300 ; DOI : 10.4000/histoire-education.3300

Haut de page

Auteur

Dave Lüthi

Université de Lausanne, section d’histoire de l’art, architecture & patrimoine – Dave.Luthi@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page