Navigation – Plan du site
Dossier

L’architecture des écoles nationales professionnelles dans l’entre-deux-guerres : le pragmatisme d’une politique centralisée

The architecture of the Écoles Nationales Professionnelles in the interwar years: the pragmatism of a centralised policy
Guy Lambert
p. 147-176

Résumés

L’essor que connaissent les écoles nationales professionnelles (ENP) au cours de l’entre-deux-guerres résulte de l’ambitieux plan de développement de l’enseignement technique voté en 1925 pour accroître le nombre des écoles et les moderniser. Si les nouvelles ENP résultent plus souvent de la « nationalisation » d’un établissement préexistant que de créations proprement dites, un pragmatisme comparable et une logique d’économie prévalent également pour les travaux touchant leurs locaux, l’appropriation de bâtiments existants étant souvent préférée à la construction neuve. Par souci de rationalisation, la politique centralisatrice que mène la direction de l’enseignement technique conduit tout d’abord celle-ci à confier la responsabilité du processus de construction à un architecte-conseil doté d’un rôle pivot. Mais les mesures prises par le nouveau ministère de l’Éducation nationale après 1932 en vue d’unifier les procédures de construction tendent plus largement à réinscrire la conception des écoles professionnelles dans le cadre général des autres édifices scolaires.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

I. Une rationalisation de la commande par sa centralisation
II. Concevoir le programme architectural et l’édifice : la tentation de disposer d’un architecte-conseil polyvalent
III. Les écoles professionnelles et techniques, des constructions scolaires comme les autres
Une « autorité du plan » ?

Aperçu du début du texte

« Depuis quelques années, rattrapant un retard regrettable, la France peut montrer des types d’écoles professionnelles et d’écoles spécialisées qui lui font honneur ». Le ton volontiers emphatique avec lequel la revue L’Architecture présente à la fin des années 1930 quelques-uns de ces nouveaux établissements récemment construits pourrait à première vue paraître anodin. Pourtant, rapportée à l’importance que les revues d’architecture accordent aux édifices scolaires au cours de cette décennie – conformément au dynamisme de cette part de la commande publique –, l’appréciation traduit sans doute assez subtilement la situation paradoxale des écoles professionnelles et techniques à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Si l’élan donné à la construction de ces dernières a bénéficié des effets de la loi Astier organisant l’enseignement technique votée en 1919, il reste encore bien en deçà, en termes quantitatifs, de la prolifération qu’ont connue les bâtiments de l’enseignement primair...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Lambert, « L’architecture des écoles nationales professionnelles dans l’entre-deux-guerres : le pragmatisme d’une politique centralisée », Histoire de l’éducation, 147 | 2017, 147-176.

Référence électronique

Guy Lambert, « L’architecture des écoles nationales professionnelles dans l’entre-deux-guerres : le pragmatisme d’une politique centralisée », Histoire de l’éducation [En ligne], 147 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/3311 ; DOI : 10.4000/histoire-education.3311

Haut de page

Auteur

Guy Lambert

Université Paris-Est - ENSA Paris-Belleville/UMR AUSser – guy.lambert@paris-belleville.archi.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page