Navigation – Plan du site
Varia

Se déprendre d’Euclide pour enseigner la géométrie : une convergence de pratiques pédagogiques à l’heure des transformations de l’école américaine (1800-1840)

Breaking away from Euclid for the teaching of geometry. A convergence of teaching practices at time of changes in the American school (1800-1840)
Thomas Preveraud
p. 167-194

Résumés

À la fin des années 1820, Timothy Walker, professeur d’une école du Massachussetts, publie un manuel de géométrie dont les arguments didactiques visent à rompre manifestement avec l’enseignement classique « à la Euclide ». L’ouvrage grec et ses récents avatars britanniques colonisent en effet les curricula de la plupart des colleges américains depuis l’Indépendance, même si la déprise a modestement débuté en 1819 avec la traduction à Harvard des Éléments de géométrie de Legendre. Pendant que professeurs, auteurs et pédagogues se demandent si l’écriture de la géométrie de Legendre ne s’est pas trop écartée d’Euclide, Walker pose la question inverse : et si Legendre n’avait pas été suffisamment radical ? Dans son manuel, le déploiement et la convergence de pratiques d’horizons très différents entrent en résonnance avec les transformations de l’enseignement aux États-Unis, dans toutes les filières de l’instruction, et dont les chantiers débutent alors.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

I. Legendre remplace Euclide (1800-1819)
1. Modernisation et conservatisme de l’enseignement de la géométrie aux États-Unis
2. Le compromis des Éléments de géométrie de Legendre
II. L’enseignement de la géométrie dans le contexte de l’émergence de nouveaux publics
1. Du manuel de Farrar à celui de Walker (1828-1832) : nouvelle rupture pour l'enseignement des mathématiques à Harvard
2. Curricula parallèles (1820-1840)
3. Les mutations de l’école américaine (1780-1830)
4. Quels destinataires pour les Elements of Geometry de Walker ?
III. Une convergence de pratiques, entre enseignement populaire et supérieur, entre géométrie pratique et géométrie abstraite
1. La réduction de l’ouvrage
2. L’intuition, pour ne pas « rebuter » le lecteur
3. Géométrie doublement pratique
Conclusion

Aperçu du début du texte

En 1829, l’Américain Timothy Walker, alors professeur de mathématiques à la Round Hill School, dans le Massachusetts, publie à Boston un ouvrage intitulé Elements of Geometry, with Practical Applications, for the Use of Schools. Le titre évoque un manuel de géométrie qui n’est pas destiné, a priori, à l’enseignement supérieur. Pourtant, en 1832, l’ouvrage intègre le curriculum de la prestigieuse université Harvard et y demeure le support de référence pour l’enseignement de la géométrie jusqu’en 1837, d’une façon d’autant plus surprenante que l’envergure et la complexité de la géométrie proposée par Walker sont nettement moindres que celles des manuels traditionnellement utilisés dans les colleges américains. Plus encore, l’ouvrage connaît au moins trois éditions (1829, 1830, 1831), qui témoignent d’une diffusion certaine auprès des acteurs de l’enseignement américain. Face à l’étrangeté, Paul Veyne incite l’historien à ne pas fermer les yeux. À quels nouveaux éclairages sur l’histoi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Preveraud, « Se déprendre d’Euclide pour enseigner la géométrie : une convergence de pratiques pédagogiques à l’heure des transformations de l’école américaine (1800-1840) », Histoire de l’éducation, 148 | 2017, 167-194.

Référence électronique

Thomas Preveraud, « Se déprendre d’Euclide pour enseigner la géométrie : une convergence de pratiques pédagogiques à l’heure des transformations de l’école américaine (1800-1840) », Histoire de l’éducation [En ligne], 148 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/3709 ; DOI : 10.4000/histoire-education.3709

Haut de page

Auteur

Thomas Preveraud

Université Lille Nord-de-France, laboratoire de mathématiques de Lens – EA 2462

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page