Navigation – Plan du site
Dossier

L’histoire des élèves en France du XVIe au XVIIIe siècle : des acteurs dans l’ombre des institutions scolaires

The history of school pupils in France in the 16th and 17th centuries. Stakeholders in the shadow of educational institutions
Véronique Castagnet-Lars
p. 35-72

Résumés

Écrire que l’historiographie ne s’est pas intéressée aux élèves depuis l’émergence de l’histoire de l’éducation comme spécialité scientifique serait une erreur, pour l’histoire moderne comme des autres périodes historiques. Car les pionniers de cette histoire ont apporté des éléments de connaissance de l’élève – ou plus exactement des élèves, filles et garçons – dans le contexte institutionnel de l’Ancien Régime, à partir des sources administratives (petites écoles, collèges, institutions éducatives spécialisées). Toutefois, une mise en perspective de ces travaux invite à relire les sources identifiées afin d’affiner le portrait de cet élève dans son quotidien, dans les lieux familiers, dans son comportement. Le but est de faire émerger l'élève comme acteur à part entière.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

I. Petites écoles et collèges : au cœur des pratiques sociales et de l’historiographie
1. La scolarisation élémentaire : le rôle essentiel des petites écoles
2. Les collèges et leur essor dans un contexte de concurrence confessionnelle
3. Genre et scolarisation des élèves
II. Des structures scolaires parallèles à destination de nouveaux élèves
1.  Les élèves de « l’enseignement professionnel »
2. Les « élèves du roi »
3. Des élèves en dehors des écoles
III. L’élève dans son école
1. Entre le pédagogue et ses élèves : un lien particulier
2. Pratiques pédagogiques et exercices scolaires
3. Vivre dans un monde clos ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Définir l’« élève » pour la période moderne présente bien des difficultés, difficultés que n’abordent pas Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia et Roger Chartier dans leur ouvrage de synthèse, fondateur, sur L’éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle paru en 1976 : en s’appuyant sur des sources contemporaines, ils évoquent l’enfant, puis l’écolier, avant de parler d’élève. Ainsi, les dictionnaires définissent, à la fin du XVIIe siècle, « escolier » ou « escolière » comme étant celui, ou celle, « Qui a un Maistre de qui il [elle] apprend quelque chose » (Furetière, Dictionnaire universel, 1690), ou « celui [celle] qui apprend quelque chose sous un Maistre » (Dictionnaire de l’Académie française, 1694) : cela englobe et les enfants se rendant dans une petite école, et ceux allant aux collèges voire à l’université. Dans le terme bas-latin « scholaris », lui-même dérivé du latin classique « scola », le lien est donc fort entre l’enfant et la structure scolaire dans laquelle il ap...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Castagnet-Lars, « L’histoire des élèves en France du XVIe au XVIIIe siècle : des acteurs dans l’ombre des institutions scolaires », Histoire de l’éducation, 150 | 2018, 35-72.

Référence électronique

Véronique Castagnet-Lars, « L’histoire des élèves en France du XVIe au XVIIIe siècle : des acteurs dans l’ombre des institutions scolaires », Histoire de l’éducation [En ligne], 150 | 2018, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/4146 ; DOI : 10.4000/histoire-education.4146

Haut de page

Auteur

Véronique Castagnet-Lars

ESPE-Université de Toulouse Jean Jaurès-FRAMESPA UMR 5136

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page