Navigation – Plan du site
Dossier

Les souvenirs d’anciens élèves, de la Renaissance à la fin de l’ancien régime scolaire. Esquisse pour une analyse historienne

The memories of former students from the Renaissance to the end of the educational old regime. Propositions for an historical analysis
Pierre Caspard
p. 27-61

Résumés

Les souvenirs d'élèves ne sont le plus souvent utilisés que pour illustrer des études reposant essentiellement sur des sources institutionnelles. Pour révéler les potentialités spécifiques de cette source, plus de six cents souvenirs ont été rassemblés, réunis en corpus et interrogés d'une façon sérielle. Ils émanent d'une grande diversité d'auteurs, hommes et femmes, et s'inscrivent dans une longue durée qui va du début du XVIe siècle au milieu du XIXe. Après un examen critique des genres d'écrits où figurent ces souvenirs, ont été plus particulièrement analysés ici les trajectoires effectives d'instruction des élèves et la diversité de leurs intervenants, une attention particulière étant donnée aux conditions d'apprentissage de la lecture et à un portrait de groupe des précepteurs tels qu'ils sont évoqués par leurs anciens élèves. Sur chacun de ces points, les souvenirs permettent de nuancer, voire de contredire, quelques idées communément admises sur la configuration et les acteurs du dispositif scolaire, antérieurement à sa prise en charge par l’État.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

I. Les souvenirs d’élèves, au carrefour de genres
1. Mémoires
2. Autobiographies
3. Témoignages
II. Les souvenirs d’élèves dans la suite des générations
1. Une conjoncture des souvenirs d’élèves
2. Du contexte des études à celui de leurs souvenirs
III. Parcours, apprentissages, acteurs : trois aperçus
1. Parcours d’apprentissage
2. L’apprentissage de la lecture
3. Le tout-venant des précepteurs

Aperçu du début du texte

Les souvenirs d’anciens élèves ont la rareté et la discontinuité d’une source erratique, qui dissuade les historiens de l’école et des apprentissages d’y recourir autrement que pour illustrer, étayer ou nuancer l’analyse qu’ils font des sources institutionnelles, normatives ou statistiques. C’est dans cette perspective que les historiens font le plus généralement contribuer les souvenirs d'élèves à l’histoire de l’école, de l'éducation, de la famille et de l'enfance. Nous y reviendrons.

De leur côté, les historiens de la littérature, de la genèse et de la poétique des œuvres, ont accordé une attention spécifique à deux types de souvenirs : les mémoires et les autobiographies. Ils ont même circonscrit un sous-genre, le récit d’enfance, peu présent dans les premiers, plus développé dans les seconds, parfois devenu autonome aux XIXe et XXe siècles. Mais qu’ils apparaissent dans l’un ou dans l’autre de ces genres, les souvenirs d’anciens élèves ont suscité chez eux un intérêt limité. C’e...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Caspard, « Les souvenirs d’anciens élèves, de la Renaissance à la fin de l’ancien régime scolaire. Esquisse pour une analyse historienne », Histoire de l’éducation, 151 | 2019, 27-61.

Référence électronique

Pierre Caspard, « Les souvenirs d’anciens élèves, de la Renaissance à la fin de l’ancien régime scolaire. Esquisse pour une analyse historienne », Histoire de l’éducation [En ligne], 151 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/4388 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoire-education.4388

Haut de page

Auteur

Pierre Caspard

Directeur de recherche honoraire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page