Navigation – Plan du site
Dossier

Princes et élèves : les études des princes d’Orléans sous l’autorité de Madame de Genlis (1782-1792)

Princes and Pupils: The Education of the Princes d’Orléans under the supervision of Mme de Genlis
Dominique Julia
p. 63-121

Résumés

L’article est d’abord dédié à une présentation de l’ensemble des sources relatives à l’éducation de Louis-Philippe d’Orléans, de ses frères et de sa sœur sous la tutelle de Mme de Genlis, nommée en janvier 1782 « gouverneur » des princes. Le fonds le plus riche – et encore inexploité - est conservé aux Archives du Royaume de Belgique à Bruxelles à la suite de l’achat des archives héritées du duc de Nemours, deuxième fils de Louis-Philippe : il contient les journaux d’éducation de 1782 à 1792. Si l’on y ajoute le journal du chevalier de Bonnard, on connaît désormais, jour par jour la vie des princes pendant quatorze ans. À la suite de cette analyse sont évoquées les pistes de recherche que suscite cette masse d’écrits enfouis pour une histoire renouvelée de la pédagogie princière à la fin du dix-huitième siècle. Le plan d’éducation suivi par Mme de Genlis est une expérimentation in vivo du programme qu’elle avait esquissé dès Adèle et Théodore, récit de fiction publié en 1782.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

I. Les sources : état des lieux
1. Les écrits de Madame de Genlis elle-même
2. Le Journal d’éducation de Charles Gardeur-Lebrun
3. Les Journaux de Louis-Philippe
4. Les papiers saisis à l’arrestation de Philippe-Égalité
II. Du grain des jours à l’engagement politique : questions sur le parcours de formation d’un prince
1. « Maîtresse absolue »
2. Un ordre du temps
3. Le programme et son application
Le contrôle de l’intimité
Les résumés annuels du travail
Les « extraits » corrigés
III. Histoire princière, histoire nationale

Aperçu du début du texte

De ma vie je ne me suis mêlée d’affaires de politique ou d’ambition ; mon dégoût pour tout ce qui peut y ressembler, et par conséquent mon incapacité sur ce point, étaient si reconnus, que jamais mes amis les plus intimes ne m’ont consultée sur leurs projets dans ce genre (Stéphanie-Félicité de Genlis, Mémoires inédits sur le XVIIIe siècle, t. IV, 1825, p. 87).

L’éducation du roi Louis-Philippe, de ses frères et de sa sœur est un objet d’histoire dont la première qualité n’est certes pas la nouveauté. Les biographes ont tous été contraints de traiter ce point de passage obligé d’une vie et la documentation, sur ce point, ne leur a pas fait défaut. La question centrale tourne toujours, peu ou prou, autour du rôle qu’a pu jouer dans cette éducation le « gouverneur » nommé en 1782 par le duc de Chartres pour ses enfants : la comtesse de Genlis. Cette focalisation est liée à une double raison. La première est que la nomination d’une femme à la tête d’une éducation princière était une inn...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Julia, « Princes et élèves : les études des princes d’Orléans sous l’autorité de Madame de Genlis (1782-1792) », Histoire de l’éducation, 151 | 2019, 63-121.

Référence électronique

Dominique Julia, « Princes et élèves : les études des princes d’Orléans sous l’autorité de Madame de Genlis (1782-1792) », Histoire de l’éducation [En ligne], 151 | 2019, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/4460 ; DOI : 10.4000/histoire-education.4460

Haut de page

Auteur

Dominique Julia

CNRS (centre de recherches historiques EHESS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page