Navigation – Plan du site
Dossier

Les boursiers communaux de l’enseignement secondaire au XIXe siècle : un angle mort de l’historiographie des élèves

Council scholarship pupils in public secondary schools in the 19th century: a blind spot in the historiography of school pupils
Jean Le Bihan
p. 147-174

Résumés

Cet article se penche sur une catégorie d’élèves encore très peu connue : les boursiers entretenus au XIXe siècle par les communes au sein des lycées français. Après avoir procédé à l’inventaire des sources disponibles pour les étudier, on examine tour à tour deux questions, en prenant principalement appui sur le cas rennais et le cas nantais. Celle, d’abord, de la politique des bourses, qui oblige à prendre en compte les bourses proprement dites et les simples exemptions de frais d’études. On voit que le nombre de bénéficiaires de ces aides s’accroît au XIXe siècle, mais plutôt modérément et par étapes, et que cette hausse profite largement à l’enseignement spécial – puis moderne. On constate aussi que la manière dont les édiles administrent la « carrière scolaire » de ces élèves se codifie avec le temps et peut s’ouvrir à un véritable esprit d’équité. La seconde question est celle des caractéristiques socio-scolaires de ces élèves. La plus évidente est que ceux-ci sont nés ou résident dans la commune qui leur a alloué la bourse. On note encore que les fils de fonctionnaires sont moins nombreux dans leurs rangs que dans ceux des boursiers de l’État, et qu’ils paraissent moins performants que ces derniers au plan scolaire. Ainsi découvre-t-on une population scolaire originale, aux traits marqués.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

I. Quelles sources ?
1. Les sources imprimées
2. Aux Archives nationales
3. Les sources locales
II. Entre la ville et l’État
1. Pesée globale
2. Les bourses proprement dites
3. Les exemptions
III. Les boursiers communaux : esquisse d’un portrait de groupe au lycée de Rennes
1. Les milieux d’origine
2. La question de la performance
3. « Élèves de la ville »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les boursiers de l’enseignement secondaire constituent au XIXe siècle une population scolaire aux contours bien spécifiques, souvent convoquée par l’historiographie générale de la Troisième République pour pointer le hiatus existant à l’époque entre une idéologie visant à légitimer, voire à célébrer la mobilité sociale, et la réalité, autrement restreinte, du phénomène d’ascension par l’École. L’histoire générale de ces élèves a réellement progressé au cours de ces dernières années. La politique des bourses et ses enjeux, notamment financiers, sur le long terme sont à présent mieux connus. Il en va de même des divers projets de réforme du système des bourses apparus au tournant du XXe siècle, lorsque le souci d’une plus grande égalité des enfants devant l’École a commencé à sérieusement préoccuper les acteurs du système scolaire, ou bien encore des origines sociales des boursiers et de la manière dont ils étaient recrutés. Nombre des aspects de cette histoire – les performances scol...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Le Bihan, « Les boursiers communaux de l’enseignement secondaire au XIXe siècle : un angle mort de l’historiographie des élèves », Histoire de l’éducation, 151 | 2019, 147-174.

Référence électronique

Jean Le Bihan, « Les boursiers communaux de l’enseignement secondaire au XIXe siècle : un angle mort de l’historiographie des élèves », Histoire de l’éducation [En ligne], 151 | 2019, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 19 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/4532 ; DOI : 10.4000/histoire-education.4532

Haut de page

Auteur

Jean Le Bihan

Université de Rennes 2, laboratoire Tempora– EA 7468

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page