Navigation – Plan du site
Dossier

Une source négligée de l’histoire des élèves : les panels d’élèves des années 1960 aux années 2000

The methodological evolution and historical contributions of longitudinal surveys of French student cohorts: student panels from the 1960s to the 2000s
Jean-Paul Caille et Jérôme Krop
p. 175-202

Résumés

Depuis le début des années 1970, le service statistique du ministère de l’Éducation nationale met régulièrement en œuvre des panels d’élèves. Le suivi longitudinal de leur scolarité en fait une source historique majeure pour l'étude de la mise en œuvre des réformes de l'éducation nationale. Constitués au départ d’un recueil de données essentiellement administratives, l'évolution de ces panels a accompagné les besoins d’information induits par les fortes transformations du système éducatif des quatre dernières décennies, en enrichissant progressivement leur dispositif par des évaluations standardisées d’acquis et des interrogations directes des élèves et de leur famille.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

I. De la naissance du suivi longitudinal des scolarités à la mise en œuvre des premiers panels d’origine ministérielle
1. Mesurer les effets des réformes de structure des années 1960-1970
2. L’élaboration d’une méthodologie spécifique
3. Des panels en grande partie déconnectés des évaluations standardisées d’acquis
II. Une forte diversification de l’information collectée dans les années 1990
1. Une intégration progressive de mesures standardisées d’acquis
2. Un enrichissement de l’information recueillie par des interrogations directes des familles…
3. … et des élèves…
4. … ainsi qu’un allongement de la période d’observation des cohortes
III. Une dynamique longitudinale renforcée dans les panels des années 2000
1. La mise en place d’évaluations des acquis cognitifs et conatifs spécifiques aux panels
2. Des interrogations des familles répétées dans le temps et enrichies d’informations nouvelles
3. Une meilleure appréhension du contexte scolaire
Conclusion

Aperçu du début du texte

La production de statistiques sur le système éducatif français est restée longtemps éparpillée entre plusieurs organismes spécialisés chacun sur un segment du cursus scolaire. Au milieu des années 1950, les publications du Bureau universitaire de la statistique, créé en 1933, couvrent les enseignements primaire et supérieur ; les statistiques sur l’enseignement technique relèvent du Centre d’études et de recherches documentaires sur l’enseignement technique, tandis que celles de l’enseignement secondaire général sont produites par le bureau statistique de la direction de l’enseignement secondaire du ministère de l’Éducation nationale. Parallèlement, l’Institut d’études démographiques (INED) investit le champ de l’éducation et réalise, depuis 1946, un ensemble d’enquêtes originales qui couvrent tous les niveaux d’enseignement. Si la création, en mars 1957, sur la base du bureau statistique de la direction de l’enseignement secondaire, du Service technique de la statistique scolaire v...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Caille et Jérôme Krop, « Une source négligée de l’histoire des élèves : les panels d’élèves des années 1960 aux années 2000 », Histoire de l’éducation, 151 | 2019, 175-202.

Référence électronique

Jean-Paul Caille et Jérôme Krop, « Une source négligée de l’histoire des élèves : les panels d’élèves des années 1960 aux années 2000 », Histoire de l’éducation [En ligne], 151 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/4556 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoire-education.4556

Haut de page

Auteurs

Jean-Paul Caille

Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), ministère de l’éducation nationale

Jérôme Krop

ESPE Lille – Nord de la France, Centre de recherche et d’études Histoire & Société (CREHS) – Université d’Artois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page