Navigation – Plan du site

AccueilNuméros152Notes critiquesBUTTAY (Florence), Peindre en leu...

Notes critiques

BUTTAY (Florence), Peindre en leur âme des fantômes. Image et éducation militante pendant les guerres de Religion

Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2018, 376 p.
Fanny Giraudier
p. 117-119
Référence(s) :

BUTTAY (Florence), Peindre en leur âme des fantômes. Image et éducation militante pendant les guerres de Religion, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2018, 376 p.

Texte intégral

1Accusés de tous les maux en 1594 lors de la tentative d’assassinat d’Henri IV par Jean Chastel, les jésuites sont perçus comme des fauteurs de troubles, armant moralement leurs étudiants pour lutter contre ceux qu’ils dénoncent comme hérétiques. Cette « pédagogie de combat » serait notamment initiée dans le Paris ligueur des années 1590-1592, alors qu’Henri de Navarre n’est pas encore reconnu comme roi légitime par une bonne partie du royaume. C’est cette pédagogie de combat que Florence Buttay a analysée dans un mémoire inédit présenté lors de son habilitation à diriger des recherches, dont est issu ce livre. Cette analyse repose sur un corpus documentaire peu exploité auparavant et pourtant très riche. Il s’agit de quatre recueils de compositions réalisées par les élèves du collège de Clermont à Paris en l’honneur des deux légats envoyés au secours de la population parisienne : Henri Cajetan en 1590 et Filippo Sega en 1592. Trois d’entre eux sont dédicacés au légat Cajetan : deux recueils conservés à la Bibliothèque nationale de France composés principalement d’emblèmes et un autre recueil conservé à Rome à la bibliothèque Casanatense qui rassemble essentiellement des poèmes et des calligrammes. Enfin, le dernier ouvrage du corpus, dédié au légat Sega en 1592, est conservé à la Bibliothèque vaticane et est composé d’énigmes et d’emblèmes. L’étude de ces manuscrits est notamment complétée par l’analyse de la correspondance du légat, des membres de sa légation, du Pape et d’autres acteurs de la Ligue à cette période. Ces lettres permettent de replacer ces manuscrits dans le contexte particulier de l’époque, de mieux cerner leur élaboration et l’attention apportée à de tels instruments de propagande.

2Ces recueils permettent d’appréhender le rôle de l’image et de l’éducation dans la défense du parti catholique pendant les guerres de Religion. L’étude comporte quatre parties : la première, « Afficher » est consacrée aux expositions d’emblèmes organisées dans les collèges jésuites du Paris ligueur. Cette première partie permet de replacer ces expositions dans le contexte particulier des guerres de Religion et de l’accueil des légats pontificaux pour lesquels elles étaient organisées. Le public ne se restreint pourtant pas aux seuls légats et les Parisiens sont invités à venir visiter ces affixiones. Florence Buttay relève le succès rencontré par ces expositions, qui ne sont pas statiques mais invitent le visiteur à la balade pour observer les emblèmes, écouter les déclamations de vers et les saynètes mises en scène par les élèves et leurs professeurs. Les recueils d’emblèmes offerts aux légats ne sont donc que le résultat matériel d’un déploiement beaucoup plus large de supports présentés à l’ensemble des Parisiens. L’auteure consacre alors un chapitre au travail des peintres, des élèves et de leurs professeurs, au choix des motifs, à l’importance de la rhétorique pour construire les énigmes qui sont au cœur de ces recueils.

3La deuxième partie, « Dévoiler », permet de comprendre les stratégies mises en place pour désigner l’ennemi et le représenter. La dénonciation des ennemis de la religion est au cœur des représentations, mais le choix des figurés et des énigmes n’est pas toujours aisé. Florence Buttay montre le rôle crucial de l’énigme dans cette stratégie de dévoilement, comme révélation suggérée par son auteur mais interprétée et comprise finalement par le destinataire. L’objectif final de ces réalisations est de déceler les ennemis de la religion : hérétiques, nobles, politiques. L’image est également centrale en ce qu’elle rend le présent réel. Florence Buttay voit en cette stratégie de dévoilement une volonté de purifier la communauté, de lui montrer ses ennemis pour mieux les combattre et se concentrer alors sur ses propres intérêts.

4La troisième partie, « Former ou déformer ? », porte davantage sur l’efficacité des images et leur portée. Elle replace ces affixiones dans le contexte particulier du Paris ligueur présenté comme « un laboratoire de la culture catholique du siècle suivant » (p. 137). Le thème de la translatio studii est alors analysé pour envisager le cadre de pensée des élèves du collège jésuite. Ceux-ci placent leurs réalisations sous la protection de Rome car c’est de cette ville que viendra la rénovation spirituelle, culturelle et politique attendue par Paris. Les productions des élèves appellent à cette rénovation et se doivent d’être d’utilité publique. Il ne s’agit donc pas ici de simples productions de circonstances pour la visite du légat, elles servent également de support à une aspiration politique plus large, à une ambition de restauration de la ville de Paris dans un royaume catholique. Florence Buttay questionne la notion de « pédagogie criminelle » reprochée aux jésuites et l’efficacité de cette stratégie. Cette dernière est surtout dénoncée au moment de l’attentat de Chastel et porte notamment sur les questions de légitimité du roi, des thèmes du bon et mauvais souverain. L’analyse du parcours de certains élèves, qui ont participé à la réalisation des énigmes, permet d’en mesurer l’hétérogénéité et de poser la question de l’influence de cette pédagogie jésuite sur ces individus. Cela interroge alors l’efficacité de ces expositions et la finalité de ces procédés qui occupent largement l’esprit et les journées des professeurs et des élèves du collège jésuite à l’occasion de la venue des légats. Florence Buttay montre, à travers cette série de portraits d’anciens élèves, que l’intériorisation des valeurs et des normes défendues par cette pédagogie de combat est très variable. Si certains restent de fervents défenseurs de leurs anciens maîtres, d’autres n’hésitent pas à rejoindre le nouveau roi régnant qu’ils avaient auparavant combattu à travers leurs productions d’écoliers. L’adhésion à l’éducation reçue n’est donc pas unanime ; cependant, la pédagogie en tant que telle et la technique, celle de l’énigme, sont bien intériorisées et semblent faire consensus entre ces anciens élèves pour servir leur rhétorique.

5La dernière partie présente un topique des énigmes retrouvées dans les manuscrits dans lesquels elles sont consignées. Il faut relever ici la qualité des illustrations, la transcription des énigmes qui les accompagnent et l’explication fournie par l’auteure. Cette dernière partie permet de se confronter à la violence des images, mais aussi à leur fine construction, révélatrice des codes de l’époque mais aussi d’une pensée et d’une stratégie toujours délicates à définir pour les jésuites. L’énigme sert alors, comme le rappelle Florence Buttay, à renforcer une appartenance et à souder les élèves et leurs professeurs autour d’un langage commun, tout en désignant, pour le spectateur, les ennemis qu’il faut combattre.

6Cette étude permet donc de comprendre comment se construit cette pédagogie de combat jusque dans sa matérialité. L’objet de cette recherche, le livre d’énigmes, est analysé dans sa composition, depuis sa conception intellectuelle jusque dans la réalisation physique des images et des énigmes. L’aspect matériel a toute son importance dans le contexte particulier d’une ville exposée aux assauts des armées d’Henri IV et soutenue par la papauté comme bastion du catholicisme dans un royaume déchiré. Ces recueils témoignent de l’éducation reçue par les élèves, de leurs qualités en matière de composition et de rhétorique, mais livrent également un message politique comme instrument de défense du catholicisme dans le Paris ligueur. Le travail mené par Florence Buttay offre finalement un nouveau regard sur la participation des jésuites à la propagande ligueuse, et surtout leur rôle dans la fabrication et la désignation des ennemis de la religion catholique. Car si le collège est en première ligne pour défendre la religion, ses productions se distinguent d’autres libelles ligueurs, en reprennent parfois des motifs ou détournent ceux de la propagande royaliste, élaborant son propre discours énigmatique pour mieux souder une communauté au service de la foi catholique, placée sous la protection du pape.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Giraudier, « BUTTAY (Florence), Peindre en leur âme des fantômes. Image et éducation militante pendant les guerres de Religion », Histoire de l’éducation, 152 | 2019, 117-119.

Référence électronique

Fanny Giraudier, « BUTTAY (Florence), Peindre en leur âme des fantômes. Image et éducation militante pendant les guerres de Religion », Histoire de l’éducation [En ligne], 152 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 30 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/4878

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search