Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155DossierL’enseignement de la morale penda...

Dossier

L’enseignement de la morale pendant la Révolution française : un état des lieux historiographique

Moral education during the French Revolution: a historiographical review
Jean-Charles Buttier
p. 25-46

Résumés

Cet article s’intéresse à l’enseignement moral et civique pendant la décennie révolutionnaire en questionnant le fait que cette période ait pu marquer une rupture dans l’histoire de la transmission scolaire de l’éducation chrétienne. Comment ce projet de moralisation civique, politique et républicaine a-t-il été étudié depuis 1889 et en quoi la perception contemporaine de cette expérience pédagogique influe-t-elle sur cette histoire ? La question du bouleversement révolutionnaire de l’enseignement traverse ainsi l’historiographie qui s’inscrit dans les deux temps forts du Centenaire et du Bicentenaire. Cet article propose de relire cette abondante bibliographie tout en croisant ces analyses avec des sources primaires, notamment soixante-six titres différents de catéchismes politiques à usage scolaire pendant la Révolution. S’y ajoutent vingt-six pétitions adressées au Comité d’instruction publique de la Convention nationale et aux services du ministère de l’Intérieur (sous le Directoire) dépouillées pour y déceler des traces de la réception des élémens (sic) de morale républicaine. Après avoir vu si la morale transmise entre 1789 et 1799 peut être qualifiée de préfiguration laïque, ce texte confronte ensuite la notion de transfert de sacralité aux sources disponibles avant d’examiner plus spécifiquement le syncrétisme moral qui allie religion et politique pendant le Directoire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Charles Buttier, « James Guillaume et l’historiographie de la pédagogie des Lumières et de la (...)
  • 2 Dominique Julia, Les trois couleurs du tableau noir. La Révolution, Paris, Belin, 1981.
  • 3 Dominique Julia, « L’éducation révolutionnaire : fille de Sparte ou héritière des Lumières », in M (...)
  • 4 Dominique Julia, « Commémoration et histoire : aux origines de l’instruction publique », Histoire (...)
  • 5 Dominique Julia, « Enfance et citoyenneté. Bilan historiographique et perspectives de recherches s (...)
  • 6 Bruno Belhoste, « La Révolution et l’éducation. Dernier bilan », Histoire de l’éducation, no 53, 1 (...)

1L’enseignement de la morale pendant la décennie qui s’écoule de la chute de la Monarchie absolue au renversement du Directoire par Napoléon Bonaparte a-t-il été bouleversé ? Cette question traverse l’abondante littérature produite sur l’enseignement révolutionnaire, une historiographie marquée par les deux grands temps forts du Centenaire de 1889 et du Bicentenaire de 1989. Le Centenaire se caractérise par un intense travail d’édition de sources, que ce soit au niveau local (comme en témoignent les nombreuses monographies régionales) ou national (avec l’édition des procès-verbaux du Comité d’instruction publique par James Guillaume1). Un siècle plus tard, dans la lignée des travaux de Dominique Julia2, le Bicentenaire est marqué par un regain d’intérêt pour l’école révolutionnaire. Il offre aussi l’occasion aux historiens de revenir sur l’héritage historiographique républicain, marqué par les conflits entraînés par le processus de laïcisation de la Troisième République3. En 1989 comme en 1889, la célébration revêt un enjeu proprement « politique » qui influence en retour l’écriture même de cette histoire4. S’ouvre ensuite le temps des bilans historiographiques, que ce soit sous la plume de Dominique Julia5 ou de Bruno Belhoste6.

  • 7 Jean-Charles Buttier, Les catéchismes politiques français (1789-1914), thèse, histoire, université (...)
  • 8 Dominique Julia, « Enfance et citoyenneté. Bilan historiographique et perspectives de recherches s (...)
  • 9 Hans-Christian Harten, Les écrits pédagogiques sous la Révolution, Paris, INRP, 1989 et Michel Man (...)
  • 10 Pour une présentation du corpus, voir : Jean-Charles Buttier, Les catéchismes politiques français (...)

2Cet article propose de relire cette abondante bibliographie produite sur un enseignement, révolutionnaire mais pas forcément révolutionné (le mot est choisi à dessein pour insister sur le contexte historique mais aussi pédagogique), tout en croisant ces analyses avec les sources primaires disponibles, à commencer par le corpus de catéchismes révolutionnaires. La Révolution française entraîne la multiplication de livres élémentaires empruntant aux catéchèses chrétiennes la forme d’une succession de questions et de réponses, ceci pour diffuser une morale progressivement sécularisée, voire laïcisée. Le 9 pluviôse an II (28 janvier 1794) a été lancé un concours pour encourager la rédaction de manuels élémentaires : cette même année, 36 catéchismes républicains différents, tous destinés à servir de manuels scolaires sont publiés. Avec les rééditions, cela fait un total de 94 catéchismes scolaires parus dans le contexte immédiat du concours. Les résultats en sont rendus publics sous le Directoire, le 11 germinal an IV (31 mars 1796). Il s’agit d’un moment très spécifique dans l’usage de la pédagogie catéchistique pour rédiger des manuels de morale en Révolution puisqu’à titre de comparaison, seuls 18 titres de catéchismes scolaires nouveaux paraissent après la Révolution française et ce pour la totalité du XIXe siècle7. Dans le contexte du Bicentenaire de la Révolution française, les catéchismes politiques publiés pendant la Révolution ont suscité l’intérêt d’Emmet Kennedy puis de Jean Hébrard, entre autres8, stimulés notamment par la publication de recueils de sources sous l’égide de l’INRP9. Dans le cadre des dépouillements menés pour ma recherche doctorale10, j’ai conduit une analyse des principaux catalogues d’imprimés français par identification des éléments attestant d’une composition en une succession de questions et de réponses. Cela a abouti à l’élaboration d’un corpus d’un peu plus de 800 livres imprimés pour la période 1789-1914, soit environ 400 titres différents de catéchismes politiques. Un corpus n’est jamais exhaustif et il s’agit ici de donner un ordre de grandeur de la production éditoriale de ce genre spécifique de la littérature d’éducation politique populaire. Compte tenu de la diversité des usages, 355 catéchismes différents datent de la Révolution française (ce qui représente 151 titres au total) mais seuls 172 ouvrages ont un usage scolaire attendu ou attesté par des sources externes, soit 66 titres qui formeront le corpus central de cet article.

  • 11 Emmet Kennedy, Marie-Laurence Netter, « Les écoles primaires sous le Directoire », Annales histori (...)

3S’y ajoutent vingt-six pétitions adressées au Comité d’instruction publique de la Convention nationale et aux services du ministère de l’Intérieur (sous le Directoire) dépouillées pour y déceler des traces de la réception des élémens (sic) de morale républicaine. Ces demandes s’étalent de 1793 à 1799-an VII et ont été retenues car elles traitaient des ouvrages utilisés, sans que leur ventilation géographique soit un facteur discriminant. Cette étude confronte ainsi des travaux sur l’histoire de la morale révolutionnaire, à une relecture des sources, en associant au corpus des catéchismes et enquêtes du Directoire, l’élément nouveau que constituent ces vingt-six pétitions11.

4Dans la continuité de ces travaux sur l’école de la Révolution française en général, et sur l’enseignement moral et civique révolutionnaire en particulier, cet article questionne ainsi le fait que cette décennie ait pu marquer une rupture dans l’histoire de l’éducation chrétienne transmise à l’école primaire, et s’interroge plus largement sur la place de la notion de rupture dans l’écriture de l’histoire de l’éducation. Il examine la façon dont le projet de moralisation civique, politique et républicaine a été étudié depuis le Centenaire de 1889, et comment cette historiographie influe et est influencée par la perception contemporaine de cette expérience pédagogique tout autant que politique. Il s’agit, par ce moyen, d’identifier les apports et les limites des grilles de lecture appliquées aux rapports entre école et religion pendant la période révolutionnaire.

I. La morale enseignée sous la Révolution, une préfiguration laïque ?

  • 12 Dominique Julia, « Avant-propos », Annales historiques de la Révolution française, no 243, 1981, « (...)

5L’instauration d’une morale civique a été traitée sous l’angle du conflit entre morale sécularisée (ou en voie de laïcisation) et morale chrétienne, ceci dans le contexte de l’instauration de la Troisième République puis du Centenaire de 1889. Se dessine alors la tentation, tout autant anachronique que téléologique, de voir dans la mise en place de l’école révolutionnaire une préfiguration de la guerre scolaire du tournant des XIXe et XXe siècles. Comme Julia l’a souligné, les luttes idéologiques de cette période s’expriment à travers les histoires catholique ou républicaine de l’éducation révolutionnaire12. Il est possible de distinguer deux moments dans l’histoire positiviste de l’école révolutionnaire : le début des années 1880 étroitement lié à l’adoption de la législation sur l’école laïque et l’après Centenaire de 1889, période marquée par l’utilisation de l’histoire de la Révolution française pour enraciner la République après la crise boulangiste.

  • 13 Jean-Charles Buttier, « James Guillaume et l’historiographie de la pédagogie des Lumières et de la (...)
  • 14 Eusèbe Cléante, Morale et catéchisme révolutionnaire, Paris/Bruxelles/Genève, Société générale de (...)
  • 15 Jean-Charles Buttier, « Les trois vies du Catéchisme républicain, philosophique et moral de La Chab (...)
  • 16 Eusèbe Cléante, Morale et catéchisme révolutionnaire, op. cit., p. 35.
  • 17 Ibid., p. 37.
  • 18 Ibid., p. 26.

6La première période s’ouvre en 1879 avec la publication par James Guillaume de l’article « Convention » dans la première partie du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire sous la direction de Ferdinand Buisson, étape cruciale pour l’histoire républicaine de l’école révolutionnaire (dans les 44e, 45e et 46e livraisons)13. En regard, paraît, en 1880, une étude d’Eusèbe Cléante (un auteur inconnu mais qui publia initialement son texte dans la Revue du monde catholique) visant à démontrer le danger des projets scolaires de la Troisième République – en particulier, le remplacement de l’instruction morale et religieuse par l’instruction morale et civique – en pointant les échecs de la Première14. Au travers de la critique du catéchisme républicain de Poisson de La Chabeaussière15, la politique religieuse de la Troisième République est dénoncée16. La question scolaire est traitée sous l’angle religieux, l’auteur concluant par une analogie entre l’expérience révolutionnaire et la politique scolaire des républicains qui lui sont contemporains17. Citant ce même catéchisme politique, l’auteur dénonce son irréligion d’une part et le fait qu’il était possible de « contester chaque phrase et chaque mot du nouveau Catéchisme »18. Pourtant, le texte de La Chabeaussière n’est pas athée comme en témoignent ces deux quatrains du catéchisme, présents dans la première édition de 1793 et ici réédités sous le Directoire en l’an IV :

  • 19 Poisson de La Chabeaussière, Catéchisme français, ou Principes de philosophie, de morale et de pol (...)

Qui vous a créé ?
2. Celui dont le pouvoir a tout fait en tout lieu,
Le ciel, les élémens (sic), les animaux, les hommes,
Les astres, la lumière, et le globe où nous sommes ;
J’y crois en l’admirant et je l’appelle DIEU.
Qu’est-ce que Dieu ?
3. Je ne sais ce qu’il est, mais je vois son ouvrage ;
Tout à mes yeux surpris annonce sa grandeur ;
Mon esprit trop borné n’en peut tracer l’image ;
Il échappe à mes sens, mais il parle à mon cœur19.

  • 20 Albert Babeau, L’école de village pendant la Révolution, Paris, Didier, 1881, p. X-XI.
  • 21 Ibid., p. 90-117.
  • 22 Ibid., p. 90-91.

7En 1881, Albert Babeau (historien, membre de l’Institut et spécialiste de l’enseignement primaire sous la Révolution française) publie un livre dans lequel il insiste lui aussi sur la dimension anticléricale de l’œuvre éducative révolutionnaire20. Dans son introduction, il développe une position modérée sur le bilan révolutionnaire tout en revenant sur les erreurs passées qu’il ne faudrait pas reproduire. Le chapitre V intitulé « Enseignement antireligieux et républicain »21 évoque plusieurs catéchismes républicains pour en dénoncer la médiocre qualité et surtout la tentation de remplacer la religion chrétienne. Cette opinion corrobore le jugement général de Babeau sur la Révolution : « L’erreur principale de ceux qui voulaient faire triompher la révolution fut de compliquer les réformes politiques de réformes religieuses »22.

  • 23 Augustin, Sicard, L’éducation morale et civique, avant et pendant la Révolution (1700-1808), Paris (...)

8En 1884, l’abbé Augustin Sicard publie une étude sur l’éducation morale et civique pendant la Révolution française. La préface indique la volonté de l’auteur de faire le lien entre le débat sur l’instauration contemporaine de l’instruction morale et civique et l’étude de la politique scolaire révolutionnaire23. Le raisonnement analogique (entre anachronisme et téléologie) est clairement assumé et la conclusion dévoile l’une des clés de lecture des débats historiographiques sur l’éducation en Révolution :

  • 24 Ibid., p. 567.

« Il résulte de ces considérations, que s’il importe de ne pas laisser la jeunesse étrangère aux choses de son temps et de son pays, il faut éviter avec soin de la jeter prématurément dans les passions de la politique »24.

9Ces différents ouvrages véhiculent donc l’idée que se met en place, pendant la période révolutionnaire, une école laïque qui préfigure celle de la Troisième République. Ces analyses tendent à occulter la juxtaposition d’une morale civique et de la présence d’un Dieu chrétien dans l’enseignement moral et civique de la Révolution. Cette présence est, cependant, ponctuellement relevée par certains auteurs. Toujours en 1884 paraît, dans le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, l’article « Livres élémentaires » par James Guillaume (126e-134e livraisons du 9 février) qui traite notamment des ouvrages primés en 1796-an IV suite au concours de l’an II. L’historien antiautoritaire, proche de Ferdinand Buisson, analyse les vers, qualifiés de « médiocres » de La Chabeaussière. Il cite alors le 44e quatrain résumant les « devoirs généraux de l’homme en société » qui commence par ce vers : « Crains Dieu, sers ton pays et chéris ton semblable » (sans commenter d’ailleurs la mention de Dieu).

  • 25 Ernest Allain, L’œuvre scolaire de la Révolution (1789-1802). Étude critique et documents inédits, (...)
  • 26 Ibid., p. 1.
  • 27 James Guillaume, Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de l’Assemblée législative, publi (...)
  • 28 Ernest Allain, L’œuvre scolaire de la Révolution, op. cit., p. 339.
  • 29 Ibid., p. 341-342.

10Les travaux postérieurs au Centenaire proposent une lecture plus complexe de la production de la Révolution française. Ernest Allain, archiviste du diocèse de Bordeaux, publie ainsi en 1891 une étude dont l’introduction comporte un bilan sur l’école de la Révolution et les conflits politiques tout autant qu’historiographiques qu’elle a suscités25. Hostile à la Révolution, Allain cite des auteurs dont Babeau mais aussi Guillaume, mentionnant notamment le « Dictionnaire de pédagogie de Buisson »26 et surtout les Procès-Verbaux du Comité d’instruction publique de la Législative27 publiés par l’historien en 1889. Dans sa conclusion, Allain insiste sur le fait que l’échec de la politique scolaire révolutionnaire s’explique par « l’idée de l’épuration et de la table rase »28 et donc par la volonté de s’attaquer au clergé alors que celui-ci était porteur d’innovations, « d’idées fécondes »29.

  • 30 Paul Beurdeley, Les catéchismes révolutionnaires. Étude historique et pédagogique sur la morale ci (...)

11Contre cette lecture cléricale, Paul Beurdeley écrit en 1893 un ouvrage consacré spécifiquement aux catéchismes révolutionnaires pour affirmer que la morale devrait être indépendante de la religion, ce qui révèle un fort biais téléologique puisqu’il se félicite de « la séparation de l’École et de l’Église » suite à la loi du 28 mars 1882, séparation qu’il qualifie « d’heureux résultat »30. Si son orientation est tout autre que celle d’Allain, il se montre attentif, lui aussi, aux points de rencontre entre morale religieuse et morale civique. Il cite ainsi le catéchisme de l’abbé Hazard comme étant l’archétype des premières années de la Révolution marquées par une rencontre entre morale religieuse et morale civique. L’auteur loue ce catéchisme qui représente à ses yeux ce qu’il appelle « l’esprit de 1789 » en raison de l’esprit libéral et religieux de son auteur ecclésiastique. En 1790, cet aumônier du régiment d’infanterie de Lorraine, professeur de mathématiques et directeur de l’école nationale militaire de Nanterre (nommé en février 1789), présente ses motivations dans une lettre d'envoi à l'Assemblée nationale pour accompagner le catéchisme qu’il destine aux enfants :

  • 31 Pierre Hazard, Catéchisme national ou Code religieux, moral et civil, Paris, Gorsas, 1790.

« Un code Religieux, Moral et Civil, m'a paru l'ouvrage le plus utile en ce moment, pour élever la génération prochaine dans les principes de la nouvelle Constitution, & inculquer au peuple cette vérité : que les changemens (sic) opérés dans un gouvernement ne peuvent conduire au bonheur qu'autant qu'ils s'accordent avec la Religion & la Morale »31.

12Allain et Beurdeley nuancent donc l’opposition entre morale chrétienne et morale révolutionnée lorsqu’ils mentionnent la fusion des morales chrétienne et civique dans les premières années de la Révolution, fusion dont les clercs enseignants ont été un vecteur majeur. Ce constat est corroboré par l’analyse de sources, qu’elles soient livresques ou archivistiques.

  • 32 Abbé Gallet, Élémens de la constitution françoise, à l'usage des jeunes citoyens, Lyon, Grabit, 17 (...)
  • 33 Abbé Auger, Catéchisme du citoyen françois, Paris, Crapart, 1791.

13L’exemple de l’abbé Hazard n’est, en effet, pas isolé : d’autres clercs figurent parmi les auteurs de catéchismes républicains. Ainsi, l’abbé Gallet (directeur du pensionnat et sous-principal du collège de Vienne) compose, en 1791, des Élémens de la constitution françoise, à l’usage des jeunes citoyens qu’il destine à la diffusion de la « Religion de la Nature »32. L’abbé expose que la jeunesse puisera dans la Constitution « les principes d’une métaphysique saine et utile », la morale se fondant désormais sur l’Évangile mais aussi sur les nouveaux textes fondamentaux en cours d’élaboration. Toujours en 1791, l’abbé Athanase Auger (professeur de rhétorique au Collège royal de Rouen avant la Révolution mais aussi membre élu de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres en 1781), explique son projet de composer un « catéchisme civique » pour apprendre au peuple ses droits et ses devoirs33.

14À l’inverse, le dépouillement des vingt-six pétitions et demandes adressées aux autorités révolutionnaires relatives aux manuels élémentaires n’a permis d’identifier que quelques rares témoignages, tous datés de l’an II, d’une volonté anticléricale d’éradiquer les manuels scolaires antérieurs à 1789. Trois exemples permettent de comprendre l’état d’esprit des personnes et autorités qui adoptèrent une telle posture. Une lettre de brumaire an II adressée par la section du Muséum au Comité d’instruction publique mentionne ainsi un véritable « autodafé » :

  • 34 Archives Nationales [désormais AN] F/17/1006/no 1079/plaq 1. 23 brumaire an II.

« Le citoyen Chepsy, juge de paix de la section du muséum et membre de la dite société a dit qu’une maîtresse d’école des enfants de la dite section lui a déclaré le matin qu’ayant cédé au vœu du peuple et de la société, elle a remis tous les livres et catéchismes qui lui servaient pour l’éducation des enfants dont on a fait un autodafé, et qu’elle n’avait plus que les droits de l’homme et la Constitution à faire lire aux enfants dont elle avait la première éducation »34.

  • 35 AN, D/XXXVIII/2/dossier 17/no 2838 21. Ventôse an II.
  • 36 AN, D/XXXVIII/2/ dossier 18/no 3592. Quartidi messidor an II.

15La Société républicaine de la commune de Rognac indique en ventôse an II que l’instituteur de la commune « déchire » consciencieusement les livres qui sont apportés par les élèves et demande donc au Comité d’instruction publique de lui envoyer des livres scolaires approuvés par la Convention nationale35. Enfin, une lettre émanant d’une institutrice de Caen et datée de messidor an II demande des manuels pour remplacer « les cantiques » et les « mômeries » dont on a nourri les enfants36.

16Il existe aussi une tradition de catéchismes anticléricaux, tradition antérieure à 1789, mais cette forme pamphlétaire est toutefois réservée à un public adulte et rares sont les textes scolaires qui adoptent un tel discours. Parmi un ensemble de 151 catéchismes différents datant de la Révolution française et dépouillés dans le cadre de mon corpus de recherche doctorale, seuls 22 titres ont adopté la forme d’un détournement des catéchismes chrétiens et il est significatif de voir que 15 titres datent de l’an II, confirmant la forte concentration dans le temps de cette littérature anticléricale. L’anticléricalisme dénoncé sous la Troisième République ne concerne donc qu’une faible part du corpus de catéchismes de l’époque révolutionnaire.

II. Le transfert de sacralité à l’épreuve des sources

  • 37 Mona Ozouf, La fête révolutionnaire (1789-1799), Paris, Gallimard, 1989 [1976], p. 441.
  • 38 Ibid., p. 474.
  • 39 Dominique Julia, Les trois couleurs du tableau noir. La Révolution, Paris, Belin, 1981, p. 188-214
  • 40 Ibid., p. 204.
  • 41 Roger Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française, op. cit., 2000 [1990], p. 159

17L’usage de la pédagogie catéchistique pendant la Révolution et l’existence de contre-catéchismes parodiant la structure de son modèle catholique ont conduit à analyser l’enseignement moral révolutionnaire sous l’angle du transfert de sacralité. Cette thèse apparaît au sortir des années 1970 et correspond en France à une période de forte mise en cause du catholicisme et de la religion dans son ensemble. Cette poussée sécularisatrice coïncide, par les hasards du calendrier, avec le deuxième centenaire de la Révolution et donc avec une nouvelle recrudescence de l’histoire révolutionnaire. Dès 1976, Mona Ozouf postule dans son étude de la fête révolutionnaire que celle-ci fut l’occasion d’un transfert de sacralité37 s’opérant du religieux vers le politique : « Le transfert sacral sur les valeurs politiques et sociales est maintenant chose faite, définissant une nouvelle légitimité et un patrimoine désormais intouchable […] »38. En 1981, Dominique Julia consacre un chapitre entier de sa synthèse sur l’école révolutionnaire à ce qu’il appelle « une morale sans religion » (chapitre V)39 et indique que « Les écoles révolutionnaires dispensent donc, à l’exclusion de toute instruction religieuse, un programme moral et civique » et que « deux textes forment ici l’essentiel du nouveau “catéchisme” national qu’il faut répandre : la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et la Constitution, auxquels on peut joindre les lois les plus fondamentales »40. Dans le contexte immédiat du Bicentenaire, Roger Chartier reprend la notion de « transfert sacral », en insistant sur l’importance de « valeurs neuves, familiales, civiques et patriotiques » qui se trouvent alors investies de la sacralité auparavant dévolue aux « représentations chrétiennes »41.

  • 42 Poitevin, Catéchisme républicain, suivi des maximes de morale républicaine, Paris, Millet, an II.
  • 43 Jean Hébrard, « La Révolution expliquée aux enfants : les catéchismes de l'an II », in Marie-Franç (...)
  • 44 François Parent, Cathéchisme français, républicain, enrichi de la Déclaration des droits de l'homm (...)
  • 45 Ibid., p. 13.
  • 46 Nicole Bossut. « Bias Parent curé Jacobin, agent national du district de Clamecy en l'an II » Anna (...)
  • 47 Voir notamment les travaux de Jean-Pierre Chantin qui définit la théophilanthropie comme « une exp (...)
  • 48 François Parent, Cathéchisme français, républicain, op. cit. p. 5-6.

18L’étude des catéchismes anticléricaux a nourri ce courant historiographique. Pour l’historien Jean Hébrard, le Catéchisme républicain de Poitevin de l’an II, qui comporte des sacrements et commandements républicains à la tonalité très anticléricale42, incarne le « catéchisme sectionnaire » (ouvrage lié aux sections populaires et à la tentation déchristianisatrice en l’an II) dans sa typologie du genre catéchistique. Il insiste sur le détournement des catéchismes des Lumières par les catéchismes sans-culotte43. Le Cathéchisme français, républicain44 de François Parent en offre un autre exemple. Il consacre un chapitre à la religion ce qui lui donne l'occasion de critiquer les prêtres et leurs « mômeries religieuses »45. Parent46 est un déiste, prêtre jureur avant de devenir théophilanthrope47. Ses propos sont empreints d’un fort anticléricalisme. La fin de l’introduction de son ouvrage traduit une volonté de remplacement de la morale chrétienne : « Il est temps qu'on apprenne aux enfants ce qu'ils ont à faire en ce monde, après avoir employé plusieurs siècles à les instruire des chimères de l'autre »48.

19Sur le fond, il y a donc un processus de remplacement avéré qui dépasse le choix d’une écriture catéchistique largement utilisée depuis 1789 dans le cadre d’un vaste mouvement d’élémentation des savoirs. Concernant la forme, les ouvrages imitant la structure des petits catéchismes catholiques en intégrant des sacrements, prières et autres commandements républicains ne représentent toutefois que 10 % de toute la production catéchistique datée de la Révolution française (rééditions incluses) et un tiers seulement des catéchismes politiques de l’an II. Cette phase d'imitation est présente chez des auteurs qui se réclament de la sans-culotterie, mais le détournement parodique en lui-même est paradoxalement une preuve de l’efficacité vulgarisatrice du catéchisme réinvesti d’un contenu civique et politique.

  • 49 Franck Paul Bowman, Le Christ des barricades (1789-1848), Paris, Cerf, 1987.
  • 50 Ibid., p. 13.
  • 51 Ibid., p. 110.
  • 52 Jean-Baptiste Chemin-Dupontès, Morale des sans-culottes, de tout âge, de tout sexe, de tout payx (...)

20De son côté, Franck Paul Bowman, dans son étude du Christ révolutionnaire49 dénie aux catéchismes politiques tout caractère religieux, citant notamment le catéchisme de Poitevin déjà rencontré, considéré encore une fois comme l’exemple parfait du détournement50. L’auteur cite un texte théophilanthrope pour justifier l'idée que Jésus est d'abord un modèle de sagesse51. Jean-Baptiste Chemin-Dupontès, fondateur de la théophilanthropie et auteur majeur de livres pour enfants, a utilisé l’Évangile comme recueil de maximes de morale et règles de vie dans sa tentative de syncrétisme religieux. Son ouvrage intitulé Morale des sans-culottes, de tout âge, de tout sexe, et de tout pays & de tout état ; ou Évangile républicain52 publié en l’an II compare la morale de la Bible, de l'Évangile et de la République, dont le frontispice représente trois allégories. L’auteur explique dans son introduction que le message christique a été détourné par le clergé (l’orthographe originale a été conservée) :

  • 53 Ibid., p. 34.

« Dans tous les tems, & chez tous les peuples, la morale de la nature a été, & sera toujours la même. Elle se trouve dans la bible et dans l'évangile, cette touchante et sublime morale de la nature, aussi bien que dans la constitution républicaine. Moyse et Jésus étoient aussi bons sans-culottes que nos députés montagnards, puisque, comme ces derniers, ils aimoient et préchoient la vertu »53.

21Dans les pétitions examinées, si le remplacement d’une morale par une autre est présent, la question du transfert de sacralité n’est pas vraiment perceptible. Par contre, l’idée d’une cohabitation possible entre les catéchismes catholique et révolutionnaire, largement teintée de concurrence, est bien attestée. Parmi les vingt-six pétitions étudiées, si les manifestations anticléricales sont rares, transparaissent des conflits opposant les institutrices et instituteurs des écoles républicaines à celles et ceux de l’enseignement libre. L’adoption du décret Bouquier en frimaire an II qui institua la liberté de l’enseignement permit la réouverture de petites écoles et créa ainsi une situation de concurrence qui rendit plus marqué idéologiquement l’usage des catéchismes républicains. Le décret Bouquier fut donc perçu comme un gage de liberté et d’impunité par toutes celles et ceux qui souhaitaient voir renaître l'enseignement catholique et cette situation se voit confirmée par le vote en brumaire an III de la loi Lakanal qui confirme l’existence d’écoles particulières et libres. La résistance n’est donc pas pédagogique mais idéologique et religieuse. Une pétition datée du 19 ventôse an III, émanant du jury d’instruction publique du district de Blois, mentionne l’usage des livres catholiques dans les petites écoles particulières et donc la poursuite d’une éducation religieuse. Cela détourne les élèves des écoles républicaines d’après cette pétition :

  • 54 AN, F/17/10138/no 76. Pièce adressée au Comité d'instruction publique le 19 ventôse an III.

« Toutes les personnes qui ont été examinées ont certifié au jury que les écoles particulières étaient fréquentées et que les écoles publiques étaient désertes, parce que les instituteurs et institutrices de ces premières écoles se bornaient encore aux seuls livres anciennement connus. Il ne s’agit donc plus que de garantir au moins la génération de semblables préjugés, la génération présente étant bien malade, sans espoir peut-être d’une prompte guérison »54.

22Les autorités confirment ce conflit entre les anciens et les nouveaux catéchismes qui est aussi documenté par les rapports de la mission d’instruction publique lancée en l’an III. Le 23 floréal an III, le représentant en mission Jard-Panvilliers fit le rapport suivant pour les départements de la Marne, de l’Aisne et de l’Oise :

  • 55 Lettre citée dans Alphonse Aulard, Recueil des actes du Comité de salut public avec la corresponda (...)

« Ils trouvent d’ailleurs dans leurs anciens maîtres d’école des hommes qui partagent et flattent leurs préjugés religieux, en enseignant à leurs enfants le catéchisme et autres livres du culte catholique, et en officiant comme chantres dans l’exercice de ce culte qui est presque généralement rétabli dans toutes les églises des campagnes »55.

23Le conflit avec les parents se focalise sur l’emploi de manuels de morale républicaine, sans pour autant que l’usage d’un catéchisme soit totalement exclusif d’un autre. L’agent national du district de Grandpré dans le département des Ardennes écrit au Comité d’instruction publique le 3 germinal an III pour expliquer que les parents d’élèves ont délégué deux représentants qui réclament que soient utilisés en parallèle catéchismes diocésains et républicains :

  • 56 AN, D/XXXVIII/2/dossier 18/pièce no 8806. Lettre de l’agent national près le district de Grandpré (...)

« Entré dans l’école de l’instituteur et lui marquant notre étonnement de n’y trouver aucuns desdits pères et mères, il nous a déclaré que plusieurs d’entre eux étaient venus emmener leurs enfants et lui avaient demandé desquels livres il entendait se servir dans son école : que leur ayant répondu, qu’il se servirait de ceux prescrits par la Convention Nationale, ne pouvant en donner d’autres, alors le plus grand nombre de ces pères et mères lui ont déclaré qu’ils entendaient et voulaient, puisque la liberté des cultes était décrétée, qu’en même temps qu’il ferait lire les enfants dans les livres républicains, il les fit lire aussi dans les livres de la religion : que s’il ne le faisait pas, ils retireraient leurs enfants, et prendraient un instituteur qu’ils payeraient »56.

  • 57 Lettre citée dans Alphonse Aulard, Recueil des actes du Comité de salut public, Paris, Imprimerie (...)
  • 58 Lettre citée dans Alphonse Aulard, Recueil des actes du Comité de salut public, op. cit. t. 23, p. (...)

24Le refus de professer l’ancien catéchisme, et ainsi de permettre la communion de leurs élèves, explique donc que les écoles primaires publiques se voient vidées de leurs élèves. Les rapports des représentants en mission datés de l’an III donnent également des informations sur les usages des manuels. L’envoi de cette mission fut décidé lors de la séance du 18 germinal an III sur un rapport de Lakanal pour vérifier l’application de la législation de brumaire an III pour ce qui concerne l’enseignement primaire. Lakanal fait partie des représentants concernés, avec Dupuis de l’Oise, Baraillon, Bailleul et Jard-Panvilliers. Il est particulièrement intéressant de voir le représentant Dupuis expliquer le 6 floréal an III qu’il constate un manque criant de manuels républicains à Troyes et qu’il a préféré laisser cohabiter anciens et nouveaux livres et donc morale catholique et républicaine57. De son côté, Jard-Panvilliers déplore que dans les départements de la Marne, de l’Aisne et de l’Oise, les anciens maîtres d’école enseignent le catéchisme et officient en même temps, le culte catholique étant de nouveau autorisé. Mais il se heurte à l’absence de manuels républicains et donc à l’usage des anciens livres par les instituteurs et institutrices, y compris des écoles publiques58.

  • 59 René Grevet, L’avènement de l’école contemporaine en France, 1789-1835 : laïcisation et confession (...)

25Le pragmatisme des acteurs face aux difficultés pratiques rencontrées dans les écoles montre une situation qui n’entre pas entièrement dans le cadre des « deux visions antagonistes de l’école », décrites par René Grevet dans sa synthèse de 2001 sur la naissance de l’école contemporaine, « l’une faisant de la religion chrétienne la pierre angulaire de toute l’éducation, l’autre cherchant à l’écarter en vertu du principe de laïcisation »59. Le contenu de certains manuels peut certes étayer l’hypothèse d’un transfert de sacralité, mais l’analyse de leur réception et de leurs usages témoigne d’une réalité plus complexe, avant tout caractérisée par la coexistence des différents types de support.

III. Vers un syncrétisme moral qui allie religion et politique sous le Directoire

  • 60 Yves Déloye, Olivier Ihl, « Deux figures singulières de l’universel : la république et le sacré », (...)

26À partir des années 2000, qui correspondent à un renouveau de la problématique religieuse dans la société française, la place du catholicisme dans l’instruction révolutionnaire est réévaluée, il n’est plus question ni de séparation ni de transfert mais « d’encastrement ». Yves Déloye et Olivier Ihl ont ainsi questionné les rapports entre le sacré et la république et le processus de sacralisation sous-tendu par le concept de « transfert de sacralité »60 en insistant sur les précautions à prendre pour définir les relations qui se nouent entre religion et politique :

  • 61 Ibid., p. 151.

« Or, tenir le sacré pour une chose extérieure aux hommes est une façon de voir qui empêche de le considérer dans sa figure de relation sociale, c’est-à-dire comme activité pratique et expérience collective autant qu’institution historique. C’est pourquoi la préférence sera donnée ici aux termes de sacralité et de sacralisation : ils ont le mérite d’attirer l’attention sur les actions et procédures permettant d’attribuer ce caractère à un objet, un geste ou une date. Ensuite, prendre soin de ne pas se résoudre à tout expliquer par l’idée d’un “transfert de sacré” »61.

  • 62 Yves Déloye, Les voix de Dieu. Pour une autre histoire du suffrage électoral : le clergé catholiqu (...)

27Déloye a ensuite étudié un corpus de catéchismes catholiques électoraux62 et, bien qu’il ne s’agisse pas d’ouvrages scolaires, le socio-historien interroge avec pertinence la séparation des sphères politique et religieuse et appelle à questionner leur « encastrement » :

  • 63 Ibid., p. 13.

« D’où un constant va-et-vient entre ces différentes sphères d’action, entre le sacré et le politique dont il est difficile de postuler le désencastrement. C’est donc à la prise en considération de la latence historique d’une certaine confusion entre le politique et le religieux que cette enquête nous convie »63.

  • 64 Jean-Charles Buttier, « L’école sous le Directoire : fonder moralement le régime républicain ? » i (...)

28La période directoriale est un laboratoire pour analyser cet « encastrement » entre morale, religion et politique par la stabilité et la durée de sa politique scolaire mais aussi par la volonté de contrôler un enseignement libre qui se développe. Le Directoire a duré de brumaire an IV (octobre 1795) à brumaire an VIII (novembre 1799) et se caractérise par la volonté de fonder moralement la république64. Le syncrétisme moral prédomine malgré de forts conflits politico-religieux dans le contexte de l’application de la première loi organique scolaire du 3 brumaire an IV-25 octobre 1795 (la loi Daunou). Alors que la concurrence fait rage entre les écoles publiques et les écoles libres de nouveau autorisées, la réutilisation de la pédagogie catéchistique est jugée compatible avec un enseignement républicain. Cette hybridation se voit dans la fonction dévolue au personnel enseignant tout comme dans la fabrication de matériel.

  • 65 Caroline Fayolle, Genre, savoir et citoyenneté : les enjeux politiques de l’éducation des filles ( (...)
  • 66 Côme Simien, Des maîtres d’école aux instituteurs : une histoire de communautés rurales, de Républ (...)
  • 67 Caroline Fayolle, La Femme nouvelle. Genre, éducation, Révolution (1789-1830), Paris, CTHS, 2017, (...)
  • 68 Côme Simien, « Culture des humbles et culture de l’écrit. De quelle(s) intermédiation(s) culturell (...)
  • 69 Serge Bianchi, « L’école primaire sous le Directoire : enjeux civiques et républicains », in Hervé (...)

29L’historiographie des instituteurs et institutrices révolutionnaires a connu un profond renouvellement qui permet de mieux connaître le quotidien des maîtres et maîtresses en charge de cet enseignement, avec notamment les travaux de Caroline Fayolle65 et Côme Simien66. Fayolle insiste sur le contrôle moral accru exercé sur les institutrices du Directoire, qui, « après l’an III doivent ainsi subir quotidiennement le contrôle moral et politique des familles et des autorités locales »67. Pour sa part, Simien a relevé, dans un article centré sur la notion « d’intermédiaire culturel », le rôle joué par les instituteurs au sein des communautés villageoises, l’école devenant une « institution de proximité » au cours des trois dernières décennies de l’Ancien Régime68. L’instituteur assure des tâches diverses qui en font un « serviteur de la communauté rurale », comme l’illustre le témoignage d’un instituteur de Seine-et-Oise, reproduit par Serge Bianchi : « Je suis curé, vicaire, bedeau, scribe de la commune, maître et maîtresse d’école. J’ai chaque jour de la semaine 50 à 60 enfants »69. Il existe également un décalage entre les pratiques scolaires urbaines et rurales, les secondes étant surtout marquées par un « transfert pédagogique » :

  • 70 Ibid.

« Si des formes d’enseignement révolutionnaire, identiques à celles déployées dans le monde urbain, furent perceptibles dans toutes les campagnes françaises (usages de textes révolutionnaires, participations aux fêtes civiques et aux séances de sociétés populaires, petits bataillons enfantins, clubs jacobins pour écoliers…), elles procédèrent surtout par “transfert pédagogique” depuis les anciennes pratiques scolaires rurales auxquelles étaient habitués les villages, et elles ne durèrent véritablement, en connaissant alors le succès, que dans des communes où l’opinion collective était déjà gagnée au nouvel ordre des choses. Pas plus que le temps des passeurs de Lumières n’avait pu advenir au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, le modèle des “missionnaires de la République” n’eut véritablement de substance dans les campagnes de la Révolution française »70.

  • 71 Jean-Charles Buttier, « Un exemple de transfert pédagogique : le catéchisme politique », Paedagogi (...)

30Le transfert de pédagogie s’est particulièrement opéré par la promotion officielle de la pédagogie catéchistique pour la rédaction des élémens (sic) de morale républicaine71. Face à ces contradictions apparentes entre les intentions et les pratiques, il est fructueux de croiser les attentes des autorités directoriales et la réalité de cet enseignement telle qu’elle peut être appréhendée, à partir des traces existantes concernant la production et l’utilisation d’outils pédagogiques et en nous focalisant sur la période qui s’étend de l’an IV à l’an VIII.

31En l’an V, alors que les résultats du Concours pour la rédaction de livres élémentaires ont été publiés (le 11 Germinal an IV-31 mars 1796), un « Compte-rendu sur l’instruction publique » déplore le manque de manuels conformes aux idées politiques et religieuses du Directoire :

  • 72 Dominique Julia, Les Trois couleurs du tableau noir..., op. cit., p. 240.

« Le défaut des livres élémentaires propres à l’enfance doit être mis au premier rang des obstacles que l’établissement des écoles primaires a rencontré dans sa naissance. C’est dans cette partie, osons le dire, que le désir d’atteindre une perfection imaginaire a produit le dénuement complet où on s’est trouvé. Il existe maintenant entre les mains des instituteurs et des élèves que des abécédaires de l’Ancien régime ou ces petits livrets que produisit la première impulsion du gouvernement révolutionnaire et qui furent salis par les maximes les plus révoltantes »72.

  • 73 Emmet Kennedy, « The French Revolution catechisms: ruptures and continuities with classical, chris (...)
  • 74 Jean-Charles Buttier, « L’école sous le Directoire : fonder moralement le régime républicain ? », (...)
  • 75 Emmet Kennedy, Marie-Laurence Netter, « Les écoles primaires sous le Directoire », art. cit., p. 1 (...)
  • 76 Ibid. p. 13.

32Afin d’estimer le matériel pédagogique à disposition des instituteurs et institutrices et en tirer des hypothèses sur la nature de l’enseignement moral, nous disposons de travaux qui ont porté sur la grande enquête lancée en l’an VI. Emmet Kennedy a analysé les résultats de cette enquête lancée par François de Neufchâteau afin de connaître l’état de l’enseignement. Il en a étudié les réponses pour cinq départements : le Bas-Rhin, les Charentes, le Nord, le Gers et le Puy-de-Dôme. Aux 106 écoles qui utilisent les livres d’Ancien-Régime s’opposent 67 écoles ayant adopté les livres primés en l’an IV. Il en conclut que les catéchismes catholiques étaient encore largement utilisés sous le Directoire73. Travaillant toujours sur ce même corpus de sources, l’historien a ensuite écrit avec Marie-Laurence Netter un article sur l’état de l’instruction sous le Directoire. Ils y relèvent que certains instituteurs particuliers se servaient des manuels officiels (qu’il s’agisse d’ouvrages primés en l’an IV ou bien ayant obtenu ce statut par décision ministérielle en dehors de ce cadre, comme cela a pu se produire pour les catéchismes politiques de Volney ou de Saint-Lambert par exemple74) mais que les livres publiés pendant la Convention Nationale étaient utilisés, même dans les écoles publiques75. Prenons l’exemple de Chappotin à Pontlevoy, qui a fondé un pensionnat privé à la place de l’école militaire qui s’y trouvait : l’enquête révèle qu’il utilise le Catéchisme de morale républicaine du citoyen Bulard, manuel officiel primé en l’an IV mais composé sous la Convention pour participer au concours de l’an II76. Malgré les conflits politiques, religieux et pédagogiques, il existe une forme de syncrétisme scolaire qui se traduit dans les classes.

  • 77 René Grevet, École, pouvoir et société (fin XVIIIe siècle-1815), Artois, Boulonnais-Pas-de-Calais, (...)
  • 78 AN, F/17/A/1014/dossier 5.
  • 79 René Grevet, École, pouvoir et société, op. cit., p. 265.

33Le matériau ici analysé traduit la déploration de l’usage des « anciens livres », ce qui peut s’expliquer par des raisons matérielles mais aussi par la volonté de faire le lien entre éducation chrétienne et républicaine. Suite au coup d’État du 18 fructidor an V, le ministère de l’Intérieur du Directoire tente de lutter contre les manuels qui ne professeraient pas les principes de la Constitution de l’an III (1795)77. Le Directoire décide le 17 pluviôse an VI de contrer le poids des « instituteurs privés » qui font progresser les « principes funestes » en instaurant un contrôle des administrations municipales sur toutes les maisons d’éducation afin de s’assurer que les maîtres particuliers utilisent les livres élémentaires officiellement prescrits78. Cette surveillance s’explique par une volonté de proscrire à la fois les ouvrages d’Ancien Régime, mais aussi ceux teintés d’anticléricalisme et des idées de la sans-culotterie parisienne79. Le 21 floréal an VI, Genuer, commissaire du Directoire exécutif dans le département de Lozère écrit au ministre de l’Intérieur pour rendre compte de la surveillance des établissements et sa réponse témoigne de l’état de l’enseignement primaire directorial :

  • 80 AN/F17/1215/dossier 2/no 39.

« Dans la première visite qui a eu lieu dans ce canton pour l’exécution de l’arrêté précité, je me suis convaincu que dans plusieurs des maisons d’éducation, on n’avait ni la Constitution, ni aucun des livres élémentaires, j’ai insisté auprès des commissaires visiteurs à l’effet de s’assurer des motifs de cette indifférence, tous les instituteurs m’ont répondu qu’ils n’avaient point de Constitution française, et qu’ils ne savaient où en prendre. Ils ont ajouté qu’ils n'avaient jamais entendu parler des livres élémentaires adoptés par la Convention, qu’ils ne sauraient à qui s’adresser pour se les procurer, n’en connaissant point les titres. Ils ont réclamé de l’administration qu’elle prit les moyens de les obtenir »80.

34Les élèves apportaient leurs propres manuels dans la majorité des cas. Ainsi, dans une réponse à l’enquête en l’an V, un instituteur d’Arras apporte les précisions suivantes :

  • 81 AN, F/17/1149/dossier 6/no 54.

« Réponse : En général les élèves ne lisent que dans des livres qu’ils apportent de chez eux, et on juge bien qu’au moins les ¾ ne sont pas ceux dont il s’agit. Si l’instituteur dont il est parlé plus haut a voulu généraliser la lecture chez lui, il a fallu qu’il se procure à ses frais une trentaine d’exemplaires d’un abécédaire contenant une histoire des animaux domestiques les plus connus, par B.E.M. professeur à l’école centrale de la Seine, édition de l’an 5, autant de la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen et de l’Acte constitutionnel auxquels il a joint le même nombre de la Grammaire élémentaire de Panckoucke, et un pareil nombre d’une instruction sur les poids et mesures déduites de la grandeur de la terre, uniformes pour toute la République, qu’il a obtenu du département et dont il fait la lecture journalière à la classe »81.

35En l’an VII, la situation des instituteurs primaires qui enseignent à l’aide des livres officiels et républicains reste précaire, car ils doivent faire face à la concurrence des écoles libres qui utilisent la littérature élémentaire religieuse. Ainsi le citoyen Dupont, de Saint-Omer, se plaint de la désaffection des élèves de sa classe au profit des maîtres et maîtresses prodiguant une instruction morale et religieuse :

  • 82 AN, AF/III/109/no 186. Pièce du 23 germinal an VII.

« Depuis près d’un an les instituteurs et institutrices primaires attendent un mode d’enseignement, quelle espèce de livres tant de première instruction, ensuite les livres élémentaires pour les secondes, que les principes de bienfaisance républicaine pour former une éducation bien cultivée et suivie, et principalement pour les citoyennes ; parce que l’ancienne instruction, catéchisme, civilités, devoirs d’un bon chrétien, principes pastorales et autres fatras intolérans (sic), sont à l’ordre du jour dans presque toutes les écoles ; voilà la seconde fois que je reprends l'enseignement du calcul décimal, et les parents de mes élèves s’y opposent, et veulent que l’on apprenne tous ces fatras ci-dessus énoncés, parce qu’ils payent les mois d’instruction »82.

36L’instituteur Masson de la commune d’Armeau expose en l’an VIII les conséquences de ce conflit entre les instituteurs privés et publics qui provoque une désaffection des écoles publiques :

  • 83 AN, AF/III/109/ no 172. Pièce du 10 frimaire an VII.

« ma situation présente est certainement devenue très triste depuis que nous ne sommes plus salariés. Et elle l’est encore davantage depuis la nouvelle instruction, attendu que les pères et mères ne veulent plus envoyer leur enfans (sic) à l’école par la raison des nouveaux livres »83.

  • 84 Serge Bianchi « L’école primaire sous le Directoire, enjeux civiques et républicains », art. cit., (...)

37Cette situation a conduit Bianchi à émettre l’hypothèse d’une véritable « guerre des livres » dans l’article cité plus haut84.

  • 85 Dominique Margairaz, François de Neufchâteau. Biographie intellectuelle, Paris, Publications de la (...)
  • 86 François de Neufchâteau, Le Manuel républicain. Première partie, contenant : la Constitution de la (...)
  • 87 Volney, Catéchisme du citoyen français, ou la Loi naturelle par Ch. F. Volney, Paris, Dufart, an V (...)
  • 88 AN, F/17/1011. Pièce du 3 pluviôse an VII.
  • 89 AN, F/17/1011/no 1. Pièce du 11 brumaire an VII.

38Face à ce manque de livres scolaires répondant aux attentes, les autorités directoriales, sous l’impulsion de François de Neufchâteau, tentent de contrôler la production de catéchismes en orientant notamment la morale professée. L’intervention du ministre de l’Intérieur dans le domaine scolaire fut importante car celui-ci était passionné de pédagogie et proche des Idéologues85. Le ministre rédigea lui-même un Manuel républicain dont la préface est datée du 10 germinal an VII. Il y était précisé que les quatrième et cinquième volumes devaient être « des recueils de morale à la portée de tout le monde »86, mais seul le premier volume a paru. François de Neufchâteau avait toutefois indiqué au Conseil d’instruction publique que La loi naturelle, ou Catéchisme français de Volney dont la troisième édition, chez Dufart (an VI)87 venait de paraître, devait être intégré à son propre Manuel88. Le compte-rendu d’une séance du Conseil d’instruction publique, en date du 11 brumaire an VII, insiste encore sur la nécessité de fournir aux écoles de « bons livres élémentaires et de bonnes méthodes » pour contrer l’usage largement répandu de « livres et de méthode propres à déformer l’esprit par de faux principes et à gâter le cœur par une doctrine monarchique ou superstitieuse »89.

  • 90 Dominique Julia, « Enfance et citoyenneté. Bilan historiographique et perspectives de recherches s (...)

39Cette volonté de contrôle de la production morale et civique a pu aller jusqu’à des demandes de réécritures comme par exemple pour le Catéchisme français de Poisson de La Chabeaussière. Julia a évoqué la censure des ouvrages présentés au concours sous le Directoire pour des raisons idéologiques ou politiques90. Des pièces d’archives permettent de documenter les échanges entre l’auteur et les autorités en charge de l’éducation qui lui demandent notamment des changements et corrections « jugés nécessaires » (10 pluviôse an VII). Le rapport préliminaire se félicite de la dimension uniquement morale, et non philosophique comme l’indiquait le titre, tout en mettant en garde sur le contenu en indiquant qu’il faut cependant faire un tri entre ce qui est clair et obscur dans cette science afin de ne livrer aux enfants que des « vérités bien reconnues, des préceptes bien éprouvés ». La question centrale est celle de la façon d’aborder la place de Dieu dans l’éducation morale républicaine :

  • 91 AN, F/17/1011/no 305.

« Le Conseil pense qu’il importe très peu aux progrès de l’éducation d’offrir à l’intelligence des enfants de 6 à 12 ans des préceptes dont le résultat n’est pas évidemment utile pour cet âge ; que ces préceptes ne pourraient leur être présentés clairement qu’à l’aide d’idées accessoires, ou de commentaires capables de fournir à quelques instituteurs fanatiques ou superstitieux un moyen de graver de faux principes dans des esprits souples et dociles ; que l’auteur de ce catéchisme, en ne parlant de Dieu que d’une manière douteuse et problématique ne fait mettre à cet égard que des idées propres à jeter de la confusion dans l’esprit des enfants »91.

40Le Conseil enjoint alors l’auteur de « retrancher du Catéchisme français, tout ce qui est relatif à Dieu, à l’âme, à la vie future » ce qui ne fut jamais le cas. Sachant que ce catéchisme fut le premier manuel officiel de morale républicaine, cette critique révèle la persistance d’une morale qui n’est pas « sans Dieu », mais aussi le faible contrôle des autorités sur les livres utilisés, ce qui questionne à la fois les velléités laïcisatrices de l’État et l’existence d’un transfert de sacralité.

Conclusion

41Pendant la Révolution française existe une très forte continuité dans l’enseignement moral et civique qui ne fut pas révolutionné en profondeur malgré un souci politique constant de diffuser des élémens (sic) de morale civique puis républicaine.

  • 92 René Grevet, « L’école de la Révolution à l’épreuve de l’utopie réformatrice », in Jean-Charles Bu (...)

42Faisant le bilan de cette politique, Grevet donne des pistes pour comprendre cette continuité qui passe selon lui par un rejet par les populations d’une « école sans Dieu mais pas vraiment laïque » 92 alors que perdurait le dualisme scolaire réactivé à partir de l’an III. Les catéchismes républicains ont ainsi coexisté dans les classes avec les « livres anciens », les expériences déchristianisatrices restant cantonnées à l’an II. La morale diffusée fut donc de nature syncrétique et enseignée via une pédagogie traditionnelle progressivement sécularisée depuis les années 1770 dans un contexte plus général d’élémentation des savoirs. La Révolution connut ainsi la juxtaposition d’un enseignement civique et d’une morale catholique sous couvert de déisme syncrétique.

  • 93 Antoine Broussy, « Révolutions : l’art de la rupture ? », La Révolution française, décembre 2011 [ (...)

43Cette étude de la morale enseignée est une invitation à réfléchir au rapport dialectique entre rupture et révolution comme le fait Antoine Broussy en introduction d’un numéro de La Révolution française consacré aux révolutions comme « art de la rupture »93. Prendre en compte les pratiques sociales, tant au niveau des attentes des parents que des manuels utilisés, invite à voir les lieux de continuité et de rupture d’une transmission à la fois morale et religieuse. Une telle étude de la morale révolutionnaire nécessite aussi de prendre en compte les enjeux patrimoniaux de cette histoire, comme y encourageait D. Julia en 1989 dans le Dictionnaire critique de la Révolution française :

  • 94 Dominique, Julia, « Instruction publique/éducation nationale » in Albert, Soboul (dir.), Dictionna (...)

« Mais la Révolution a fait naître une nouvelle représentation collective de l’école. Elle a sorti d’abord celle-ci de son emprise religieuse : la notion de laïcité […] si forte tout au long du XIXe siècle, naît des projets révolutionnaires et notamment de celui de Condorcet qui sépare rigoureusement l’instruction civique donnée à l’école de l’enseignement religieux qui doit être dispensé à l’extérieur de celle-ci. Surtout, elle a fait de l’école un vecteur d’émancipation, creuset d’une égalité démocratique entre les citoyens, agent actif, par l’accès à la culture qu’elle procure, d’une promotion sociale due au seul mérite. Comme l’écrit Bronislaw Baczko, l’éducation est devenue pendant la Révolution “un point d’ancrage pour les espoirs diffus, aussi multiples que divers, éveillés par l’invention de l’espace politique démocratique.” Toute l’histoire des conflits politiques du XIXe siècle le marque à l’évidence »94.

44En décalage avec cette représentation de l’école, la dimension religieuse de la transmission morale, tant dans les outils que dans les contenus mêmes, est pourtant loin d’avoir disparu sous la Révolution. Les conflits politiques du XIXe siècle mais aussi des siècles suivants, rejaillissent ainsi sur l’interprétation des projets révolutionnaires de républicanisation de la morale enseignée et en nourrissent l’histoire.

Haut de page

Notes

1 Jean-Charles Buttier, « James Guillaume et l’historiographie de la pédagogie des Lumières et de la Révolution dans le contexte du Centenaire de 1889 », Lumières, no 32, 2018, p. 113-130.

2 Dominique Julia, Les trois couleurs du tableau noir. La Révolution, Paris, Belin, 1981.

3 Dominique Julia, « L’éducation révolutionnaire : fille de Sparte ou héritière des Lumières », in Marie-Françoise Lévy, L’enfant, la famille et la Révolution française, Paris, Olivier Orban, 1990, p. 107-108.

4 Dominique Julia, « Commémoration et histoire : aux origines de l’instruction publique », Histoire de l’éducation, no 42, 1989 : Les enfants de la patrie. Éducation et enseignement sous la Révolution française, p. 6.

5 Dominique Julia, « Enfance et citoyenneté. Bilan historiographique et perspectives de recherches sur l’éducation et l’enseignement pendant la période révolutionnaire », Histoire de l’éducation, no 45, 1990, p. 3-42 ; « Enfance et citoyenneté. Bilan historiographique et perspectives de recherches sur l’éducation et l’enseignement pendant la période révolutionnaire (deuxième partie) », Histoire de l’éducation, no 49, 1991, p. 3-48.

6 Bruno Belhoste, « La Révolution et l’éducation. Dernier bilan », Histoire de l’éducation, no 53, 1992, p. 41-51.

7 Jean-Charles Buttier, Les catéchismes politiques français (1789-1914), thèse, histoire, université Paris 1, 2013, p. 206.

8 Dominique Julia, « Enfance et citoyenneté. Bilan historiographique et perspectives de recherches sur l’éducation et l’enseignement pendant la période révolutionnaire (deuxième partie) », art. cit., p. 45.

9 Hans-Christian Harten, Les écrits pédagogiques sous la Révolution, Paris, INRP, 1989 et Michel Manson, Les Livres pour l’enfance et la jeunesse publiés en français de 1789 à 1799, Paris, INRP, 1990.

10 Pour une présentation du corpus, voir : Jean-Charles Buttier, Les catéchismes politiques français (1789-1914), thèse, histoire, op. cit.

11 Emmet Kennedy, Marie-Laurence Netter, « Les écoles primaires sous le Directoire », Annales historiques de la Révolution française, no 243, 1981, p. 3-38.

12 Dominique Julia, « Avant-propos », Annales historiques de la Révolution française, no 243, 1981, « De l’Ancien Régime à l’Empire. Problèmes de l’enseignement », p. 1.

13 Jean-Charles Buttier, « James Guillaume et l’historiographie de la pédagogie des Lumières et de la Révolution française dans le contexte du centenaire de 1889 », Lumières, no 32, 2018, p. 116.

14 Eusèbe Cléante, Morale et catéchisme révolutionnaire, Paris/Bruxelles/Genève, Société générale de librairie catholique, 1880.

15 Jean-Charles Buttier, « Les trois vies du Catéchisme républicain, philosophique et moral de La Chabeaussière », Annales historiques de la Révolution française, no 364, 2011, p. 163-192.

16 Eusèbe Cléante, Morale et catéchisme révolutionnaire, op. cit., p. 35.

17 Ibid., p. 37.

18 Ibid., p. 26.

19 Poisson de La Chabeaussière, Catéchisme français, ou Principes de philosophie, de morale et de politique républicaine, à l’usage des écoles primaires, Paris, Du Pont, an IV, p. 5.

20 Albert Babeau, L’école de village pendant la Révolution, Paris, Didier, 1881, p. X-XI.

21 Ibid., p. 90-117.

22 Ibid., p. 90-91.

23 Augustin, Sicard, L’éducation morale et civique, avant et pendant la Révolution (1700-1808), Paris, Poussielgue, 1884, p. V.

24 Ibid., p. 567.

25 Ernest Allain, L’œuvre scolaire de la Révolution (1789-1802). Étude critique et documents inédits, Paris, Firmin-Didot, 1891, p. VII.

26 Ibid., p. 1.

27 James Guillaume, Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de l’Assemblée législative, publiés et annotés par M. J. Guillaume, Paris, Imprimerie nationale, 1889.

28 Ernest Allain, L’œuvre scolaire de la Révolution, op. cit., p. 339.

29 Ibid., p. 341-342.

30 Paul Beurdeley, Les catéchismes révolutionnaires. Étude historique et pédagogique sur la morale civique, Paris, Fischbacher, 1893, p. 12.

31 Pierre Hazard, Catéchisme national ou Code religieux, moral et civil, Paris, Gorsas, 1790.

32 Abbé Gallet, Élémens de la constitution françoise, à l'usage des jeunes citoyens, Lyon, Grabit, 1791.

33 Abbé Auger, Catéchisme du citoyen françois, Paris, Crapart, 1791.

34 Archives Nationales [désormais AN] F/17/1006/no 1079/plaq 1. 23 brumaire an II.

35 AN, D/XXXVIII/2/dossier 17/no 2838 21. Ventôse an II.

36 AN, D/XXXVIII/2/ dossier 18/no 3592. Quartidi messidor an II.

37 Mona Ozouf, La fête révolutionnaire (1789-1799), Paris, Gallimard, 1989 [1976], p. 441.

38 Ibid., p. 474.

39 Dominique Julia, Les trois couleurs du tableau noir. La Révolution, Paris, Belin, 1981, p. 188-214.

40 Ibid., p. 204.

41 Roger Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française, op. cit., 2000 [1990], p. 159.

42 Poitevin, Catéchisme républicain, suivi des maximes de morale républicaine, Paris, Millet, an II.

43 Jean Hébrard, « La Révolution expliquée aux enfants : les catéchismes de l'an II », in Marie-Françoise Lévy (dir.), L’enfant, la famille et la Révolution française, actes du colloque des 30-31 janvier et 1er février 1989 à la Sorbonne, Paris, Olivier Orban, 1990, p. 185.

44 François Parent, Cathéchisme français, républicain, enrichi de la Déclaration des droits de l'homme, et de maximes de morale républicaines propre à l'éducation des enfants de l'un et l'autre sexe, Paris, Debarle, an II.

45 Ibid., p. 13.

46 Nicole Bossut. « Bias Parent curé Jacobin, agent national du district de Clamecy en l'an II » Annales historiques de la Révolution française, no 274, 1988, p. 444-474.

47 Voir notamment les travaux de Jean-Pierre Chantin qui définit la théophilanthropie comme « une expérience de “culte révolutionnaire” de cinq années (1796-1801) » in Jean-Pierre Chantin, « Les adeptes de la théophilanthropie », Rives nord-méditerranéennes [en ligne] <http://journals.openedition.org/rives/410> ; DOI : <https://doi.org/10.4000/rives.410> (consulté le 15 février 2021).

48 François Parent, Cathéchisme français, républicain, op. cit. p. 5-6.

49 Franck Paul Bowman, Le Christ des barricades (1789-1848), Paris, Cerf, 1987.

50 Ibid., p. 13.

51 Ibid., p. 110.

52 Jean-Baptiste Chemin-Dupontès, Morale des sans-culottes, de tout âge, de tout sexe, de tout payx & de tout état ou Evangile républicain, Paris, Chemin, an II.

53 Ibid., p. 34.

54 AN, F/17/10138/no 76. Pièce adressée au Comité d'instruction publique le 19 ventôse an III.

55 Lettre citée dans Alphonse Aulard, Recueil des actes du Comité de salut public avec la correspondance officielle des représentants en mission et le registre du Conseil exécutif provisoire, Paris, Imprimerie nationale, 1893-1951, t. 23, p. 86-90.

56 AN, D/XXXVIII/2/dossier 18/pièce no 8806. Lettre de l’agent national près le district de Grandpré dans le département des Ardennes adressée au Comité d'instruction publique le 3 germinal an III.

57 Lettre citée dans Alphonse Aulard, Recueil des actes du Comité de salut public, Paris, Imprimerie nationale, 1889-1951, t. 22, p. 433-434.

58 Lettre citée dans Alphonse Aulard, Recueil des actes du Comité de salut public, op. cit. t. 23, p. 86-90.

59 René Grevet, L’avènement de l’école contemporaine en France, 1789-1835 : laïcisation et confessionnalisation de la culture scolaire, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001, p. 305.

60 Yves Déloye, Olivier Ihl, « Deux figures singulières de l’universel : la république et le sacré », in Marc Sadoun (dir.), La démocratie en France. 1. Idéologies, Paris, Gallimard, 2000, p. 139-246.

61 Ibid., p. 151.

62 Yves Déloye, Les voix de Dieu. Pour une autre histoire du suffrage électoral : le clergé catholique français et le vote, XIXe-XXe siècle, Paris, Fayard, 2006.

63 Ibid., p. 13.

64 Jean-Charles Buttier, « L’école sous le Directoire : fonder moralement le régime républicain ? » in Loris Chavanette (dir.), Le Directoire. Forger la République (1795-1799), Paris, CNRS Éditions, 2020.

65 Caroline Fayolle, Genre, savoir et citoyenneté : les enjeux politiques de l’éducation des filles (de 1789 aux années 1820), thèse, histoire, université Paris 8, 2013.

66 Côme Simien, Des maîtres d’école aux instituteurs : une histoire de communautés rurales, de République et d’éducation, entre Lumières et Révolution (années 1760-1802), thèse, histoire, Université Clermont-Auvergne, 2017.

67 Caroline Fayolle, La Femme nouvelle. Genre, éducation, Révolution (1789-1830), Paris, CTHS, 2017, p. 186.

68 Côme Simien, « Culture des humbles et culture de l’écrit. De quelle(s) intermédiation(s) culturelle(s) les maîtres d’école villageois du siècle des Lumières furent-ils les agents ? », La Révolution française, no 18, 18 juillet 2020 [en ligne] <https://doi.org/10.4000/lrf.4161> (consulté le 15 février 2021).

69 Serge Bianchi, « L’école primaire sous le Directoire : enjeux civiques et républicains », in Hervé Leuwers et al. (dir.), Du Directoire au Consulat. 2. L’intégration des citoyens dans la Grande Nation, Lille, CHREN-O /Université de Lille 3, 2000, p. 251.

70 Ibid.

71 Jean-Charles Buttier, « Un exemple de transfert pédagogique : le catéchisme politique », Paedagogica Historica, vol. 48, no 4, août 2012, p. 511.

72 Dominique Julia, Les Trois couleurs du tableau noir..., op. cit., p. 240.

73 Emmet Kennedy, « The French Revolution catechisms: ruptures and continuities with classical, christian and enlightment moralities », in Transactions of the fifth international congress on the Enlightment [Pise, 1979], Oxford, The Voltaire foundation at the Taylor institution, 1980, p. 1031.

74 Jean-Charles Buttier, « L’école sous le Directoire : fonder moralement le régime républicain ? », in Loris Chavanette (dir.), Le Directoire. Forger la République, op. cit.

75 Emmet Kennedy, Marie-Laurence Netter, « Les écoles primaires sous le Directoire », art. cit., p. 10.

76 Ibid. p. 13.

77 René Grevet, École, pouvoir et société (fin XVIIIe siècle-1815), Artois, Boulonnais-Pas-de-Calais, Lille, Centre d'histoire de la Région du Nord et de l'Europe du Nord-Ouest, 1991, p. 265.

78 AN, F/17/A/1014/dossier 5.

79 René Grevet, École, pouvoir et société, op. cit., p. 265.

80 AN/F17/1215/dossier 2/no 39.

81 AN, F/17/1149/dossier 6/no 54.

82 AN, AF/III/109/no 186. Pièce du 23 germinal an VII.

83 AN, AF/III/109/ no 172. Pièce du 10 frimaire an VII.

84 Serge Bianchi « L’école primaire sous le Directoire, enjeux civiques et républicains », art. cit., p. 256.

85 Dominique Margairaz, François de Neufchâteau. Biographie intellectuelle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005.

86 François de Neufchâteau, Le Manuel républicain. Première partie, contenant : la Constitution de la République française, suivie d'instructions sur les nouveaux poids et mesures..., Paris, P. Didot, an VII.

87 Volney, Catéchisme du citoyen français, ou la Loi naturelle par Ch. F. Volney, Paris, Dufart, an VI.

88 AN, F/17/1011. Pièce du 3 pluviôse an VII.

89 AN, F/17/1011/no 1. Pièce du 11 brumaire an VII.

90 Dominique Julia, « Enfance et citoyenneté. Bilan historiographique et perspectives de recherches sur l’éducation et l'enseignement pendant la période révolutionnaire, deuxième partie », art. cit., p. 36-37.

91 AN, F/17/1011/no 305.

92 René Grevet, « L’école de la Révolution à l’épreuve de l’utopie réformatrice », in Jean-Charles Buttier, Caroline Fayolle (dir.), Pédagogies, utopies et Révolutions (1789-1848). La Révolution française, juin 2013. En ligne : <https://journals.openedition.org/lrf/794> (consulté le 15  février 2021).

93 Antoine Broussy, « Révolutions : l’art de la rupture ? », La Révolution française, décembre 2011 [en ligne] Éditoriaux : <http://journals.openedition.org/lrf/360> (consulté le 15 février 2021).

94 Dominique, Julia, « Instruction publique/éducation nationale » in Albert, Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, Presses universitaires de France, 1989, p. 581.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Charles Buttier, « L’enseignement de la morale pendant la Révolution française : un état des lieux historiographique »Histoire de l’éducation, 155 | 2021, 25-46.

Référence électronique

Jean-Charles Buttier, « L’enseignement de la morale pendant la Révolution française : un état des lieux historiographique »Histoire de l’éducation [En ligne], 155 | 2021, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/histoire-education/6146 ; DOI : https://doi.org/10.4000/histoire-education.6146

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Buttier

Université de Genève, Suisse

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search